Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > La CFPSAA > Le Conseil d’Administration > Compte-rendu > 2012 > Réunion du 13 Mars 2012

Réunion du 13 Mars 2012

COMPTE RENDU DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA CFPSAA EN DATE DU 13 MARS 2012 - 9h30 - 12h30 A la Fédération des Aveugles de France 58 avenue Bosquet à Paris. (Approuvé par le Conseil d’administration du 22Juin 2012)

Appel des présents

Etaient présents ou représentés : Président : Philippe CHAZAL ; Secrétaire Général : Vincent MICHEL ; Trésorier : Alain DELAPLACE ;

- Association des Donneurs de Voix : Nicole BERATO ; Jacques ROBOREL de CLIMENS donne pouvoir à Nicole BERATO ;
- ANMCGA : Bernadette PILLOY ; Karine GARNIER donne pouvoir à Alain DELAPLACE ;
- ANPEA : Marie-Claude CRESSANT ;
- APAM : Philippe PAUGAM ; Philippe THIBAULT donne pouvoir à Philippe PAUGAM ;
- APEDV : Yannick RAULT ;
- Association Paul Guinot : Hamou BOUAKKAZ ; Marie-Laure MARTIN ;
- Association des Aveugles de la Manche : Danielle RÉFUVEILLE donne pouvoir à Francis PEREZ ;
- Auxiliaires des Aveugles : François CONDELLO donne pouvoir à Philippe CHAZAL ;
- AVH : Bernard SERRE ; Jean-Marie CIERCO ;
- FAF : Thierry NICOLLE ; Daniel JACQUET donne pouvoir à Vincent MICHEL ;
- FFAC : Michel ROSSETTI ; Paul CHARLES donne pouvoir à Michel ROSSETTI ;
- GIAA : Marie de SAINT-BLANQUAT ; Alain LEQUEUX ;
- Handicap Zéro : Olga FAURE-OLORY ; Salima KERBOUAI ;
- Retina France : Eric MOSER ;
- Sésame : Francis PEREZ ;
- SPS : Edouard FERRERO ;
- UAG : Pierre TRICOT donne pouvoir à Michel GOUBAN ;
- UNAKAM : Michel GOUBAN ;
- Voir Ensemble : François LANIER donne pouvoir à Cécile GUIMBERT ; Cécile GUIMBERT ;
- Associations « Membre associé » représentées par Francis PEREZ, Yannick RAULT et Danielle RÉFUVEILLE.

Jean-Pierre GANTET (membre honoraire) ;

Etaient absents :
- ARAMAV ;
- ASATAF : Josiane ALBERT ;
- BrailleNet « Membre Associé » : Dominique BURGER ;
- CLAPEAHA : Jacqueline MÉNARD ;
- FF Handisport : Michèle SARLOUTE ;
- FISAF : Annie RENARD ;

Invités : Julie BERTHOLON pour le secrétariat ; Ouiza OUYED pour la Commission NTIC ; Fernando PINTO DA SILVA pour le Groupe DAISY France ; Thierry JAMMES pour la Commission Accessibilité

Avant-propos de Vincent MICHEL : « Compte tenu des circonstances particulières, je vais jouer le rôle d’animateur de séance. Je souhaite que cette séance de travail se déroule dans le meilleur climat possible, et que chacun demande la parole pour exprimer ses positions sur le sujet difficile qui nous réunit ce matin ».

I – Approbation du procès verbal du Conseil d’Administration du 10 janvier 2012 ; Le procès verbal du Conseil d’Administration du 10 janvier 2012 est soumis au vote. 0 voix contre, 0 abstention, le procès verbal est adopté à l’unanimité.

II – Débats d’orientation sur la situation de la Confédération et son devenir ;

- Vincent MICHEL : « nous sommes réunis ce matin dans des circonstances particulières et difficiles. Il faut avoir conscience de l’importance des décisions à prendre quant à l’unité du mouvement typhlophile, unité largement portée par cette Confédération. Cette confédération a été voulue en 1948 par 4 associations membres fondateurs : l’AVH, la FAF (qui s’appelait alors l’Amitié des aveugles), la FISAF et l’UAG. Ce Comité a été voulu pour donner plus de poids face aux pouvoirs publics au monde typhlophile. Depuis 1948 de nombreux grands dirigeants se sont investis dans le développement de l’ex-CNPSAA et de l’actuelle CFPSAA. J’évoque souvent la grande désunion du monde des déficients visuels. Nous sommes représentés par un nombre considérable d’associations et le seul lieu d’unité qui nous permette de parler fort et d’être entendus face aux pouvoirs publics c’est la CFPSAA. J’ai conscience ce matin que nous vivons un moment historique puisque suite à des oppositions qui se sont manifestées et qui ont pris le tour d’un affrontement de personnes mais qui révèlent de dissension plus profondes, j’ai le sentiment que des décisions que nous allons prendre peuvent émaner des conséquences considérables et qui pourraient être particulièrement dramatiques pour notre mouvement. J’en appelle à la responsabilité de tous et de chacun pour que ce que nous avons construit et qui a été bien consolidé au cours des dernières années sous les présidences de Jean-Pierre GANTET, Claude CHAMBET et Philippe CHAZAL ne soit pas rayé de la carte. L’heure est grave car les échanges récents montrent que des positions se cristallisent et il est important pour nous tous que nous sachions dépasser ces crispations et ces durcissements qui peuvent nous être préjudiciables. Je souhaite vous rappeler deux articles de nos statuts, je vais vous les lire, puis je vous lirai le communiqué transmis par Gérard COLLIOT, Président de l’AVH. Je donnerai ensuite la parole à Philippe CHAZAL et à Jean-Pierre GANTET. Il y aura ensuite un temps de questions. Puis je demanderai à Philippe CHAZAL, Jean-Marie CIERCO et Bernard SERRE de se retirer pour que le Conseil puisse délibérer de façon indépendante car il y a un conflit qui oppose Philippe CHAZAL et l’AVH qui concerne la CFPSAA ».

- Jean-Marie CIERCO : « nous n’avons pas démissionné de la CFPSAA donc je ne vois pas pourquoi nous sortirions du Conseil d’Administration ».

- Vincent MICHEL : « il faut éviter que les débats prennent un tour polémique ».

- Jean-Marie CIERCO : « je ne suis pas d’accord pour quitter la salle ».

- Vincent Michel : « d’accord. Je vous rappelle donc les artciles 13 et 17 des statuts :

ARTICLE 13 - COMPOSITION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION La Confédération est administrée par un Conseil d’Administration qui comprend : Le Président, le Secrétaire Général et le Trésorier, qui pendant la durée de leur mandat, conformément aux dispositions de l’article 17 des présents statuts, cessent de représenter l’association qui les a nommés pour faire partie du Conseil d’Administration ». 2 délégués de chacune des associations Membres Fondateurs ou Titulaires, désignés par elle, 1 délégué de chacune des associations Membres Adhérents, désigné par elle, 1 délégué représentant les Membres Associés si leur nombre est inférieur ou égal à trois, 2 délégués entre 4 et 6, 3 entre 7 et 9, 4 entre 10 et 12, 5 entre 13 et 15 et 6 au-delà de 15. Le ou les délégués des Membres Associés sont élus chaque année par l’ensemble de ceux-ci dans un délai d’un mois suivant l’Assemblée Générale ordinaire. En cas d’égalité de voix, l’association la plus ancienne selon la date de son admission à la C.F.P.S.A.A sera élue. Tout membre du Conseil d’Administration doit être majeur, et âgé de soixante-quinze ans au plus.

ARTICLE 17 – STATUTS PARTICULIERS Le Président, le Secrétaire Général et le Trésorier, pendant la durée de leur mandat, cessent de représenter l’association qui les a nommés pour faire partie du Conseil d’Administration. Ils votent à titre individuel ès-qualité. En conséquence, les associations concernées sont invitées à désigner un nouveau délégué pour les représenter au Conseil d’Administration. Le mandat de ce nouvel Administrateur prendra fin en même temps que les fonctions du membre du Bureau qu’il remplace. Cette adjonction n’aura donc pas pour effet de modifier le nombre de voix dont les associations concernées disposent au Conseil d’Administration.

- Vincent MICHEL fait ensuite lecture du Communiqué du Bureau de l’AVH suite à sa réunion du 7 mars 2012, communiqué adressé aux administrateurs de l’AVH et de la CFPSAA (document joint au présent procès verbal). Vinent MICHEL demande à Jean-Marie CIERCO et Bernard SERRE s’ils veulent ajouter quelque chose, leur réponse est négative. La parole est donc donnée à Philippe CHAZAL.

- Philippe CHAZAL fait lecture de sa réponse au Communiqué de l’AVH (document joint au présent procès verbal).

- Jean-Pierre GANTET : « c’est très triste. Je voulais rappeler deux choses pour que les discussions restent dans l’axe. D’abord, quand nos anciens ont créé le CNPSAA ce n’était pas pour créer une association de plus mais un lieu de rencontre où nous pourrions réfléchir à ce que nous voulions défendre, à ce que nous voulions proposer, à notre politique et à notre image vis à vis du monde extérieur. Pour être crédible il faut refléter l’ensemble des associations dont nous faisons partie et il faut un consensus minimum sur un minimum de points. Sinon notre image n’est plus crédible et c’est quelque chose de fondamental. Quand la nouvelle loi est née concernant la reconnaissance du handicap et que nous avons voulu défendre notre forfait contraire à cette nouvelle loi, il a fallu que nous soyons crédibles. Ce n’est pas possible si d’un coté il y a l’AVH et de l’autre a CFPSAA. Nous sommes donc condamnés à nous entendre, il faut décrisper les luttes personnelles sous-jacentes. Il aurait fallu pourvoir se réunir sans les protagonistes en cause mais ils ne veulent pas et c’est leur droit. Ensuite, je ne sais pas s’il y a des candidats au poste de président mais je rappelle que ce n’est pas un poste insignifiant. Il faut faire partie du Comité d’Entente et du CNCPH, ce n’est pas anodin. La personne qui assume la responsabilité de la CFPSAA doit être présente dans 4 instances et participer à des commissions clés. C’est au minimum un travail à mi-temps et qui suppose quelqu’un de disponible et qui ait l’autorité voulue pour pouvoir discuter avec les interlocuteurs tels que les hautes administrations ou les cabinets ministériels. Il faut une personne qui ait l’habitude de ce monde et qui ait l’autorité. Donc derrière les problèmes de personnes et de rivalités, il y a des enjeux pour la CFPSAA qui sont fondamentaux. Il me semble normal que l’AVH gère son personnel, mais qu’elle impose des règles strictes à la CFPSAA, cela devient plus discutable. Il faut parler tranquillement, réfléchir, lancer des pistes de réflexion et ne pas s‘emballer, il faut être en ordre de marche début juillet après les élections et en place pour les nouveaux ministères ».

- Vincent MICHEL : « merci pour cette déclaration à laquelle je souscris pleinement. Tu nous as délivré une parole qui doit nous faire réfléchir. La situation est la suivante : un affrontement de personnes, une expression de volonté de démissionner, une déclaration politique forte et précise de l’AVH, Philippe CHAZAL n’est pas le candidat du consensus. S’il était réélu les moyens de la CFPSAA seraient amputés de telle façon que son activité serait mise en cause. La CFPSAA doit pouvoir poursuivre sa mission dans l’intérêt des déficients visuels. Je donne la parole aux uns et aux autres ».

- Jean-Marie CIERCO : « juste une précision : se repose la question ce matin de Philippe CHAZAL a-t-il démissionné ou pas ? La même question a été posée au dernier Bureau de la CFPSAA. Vincent MICHEL nous a dit que pour lui, c’était une démission, suite à plusieurs communications téléphoniques ».

- Vincent MICHEL : « effectivement je l’ai dit lors du dernier Bureau. Le 20 février Philippe CHAZAL m’a fait part de sa volonté de démissionner. Plus tard je l’ai rappelé pour savoir s’il était toujours déterminé à démissionner et si je pouvais faire partir le lendemain le mail à ce sujet. Ce soir-là Jean-Pierre GANTET m’a appelé aussi. Le lendemain, après avoir rédigé le message que vous avez reçu, Julie BERTHOLON et moi avons appelé Philippe CHAZAL pour savoir s’il était d’accord avec le texte transmis. Philippe CHAZAL a répondu que oui. Donc compte tenu de tout cela je considérais que Philippe CHAZAL avait démissionné. Ce qui ne nous empêche pas aujourd’hui de procéder à sa réélection, mais moi Vincent MICHEL, Secrétaire Général de la CFPSAA, je considérais que c’était bel et bien une démission. Philippe CHAZAL m’a même dit « si je n’écris pas le message moi-même c’est parce que je n’ai pas d’ordinateur », donc nous avons joué Julie et moi les télégraphistes ».

- Philippe CHAZAL : « je remercie Vincent pour son intervention exacte et réaliste, j’ai bien validé ce mail. Sur le plan strictement juridique, je n’ai pas écrit ma démission. Sur le plan formel, juridique, je n’ai pas dit « je démissionne ». Mais je vous ai dit que je suis prêt à remettre ma démission si le Conseil me le demande ».

- Michel ROSSETTI : « je veux intervenir sur l’activité du président en poste. L’ensemble des actions qu’il a pu mener en tant que président de la CFPSAA ne laisse pas apparaître des actions contraires aux missions qu’on lui a données et à l’intérêt des personnes déficientes visuelle. Je ne pense pas que dans ses actions menées, les attitudes ou positions qu’il a prises aient été contraires à des associations membres de la CFPSAA. Donc pour moi Philippe CHAZAL depuis son élection à la présidence a toujours fait le plus possible l’unité de ce mouvement et je ne vois pas pourquoi aujourd’hui on se priverait des qualités de cette personne. Pour moi la question ne se pose pas de son maintien à la présidence. Si tout ce qu’on a à lui reprocher est la non prise en compte des modifications de fonctionnement de l’AVH, c’est bien peu ».

- Alain LEQUEUX : « cette matinée est difficile. Jean-Pierre GANTET et Vincent MICHEL ont dit beaucoup de choses importantes et je m’y associe. Qu’il y ait des problèmes de personnes, on peut le comprendre. Philippe CHAZAL a travaillé longtemps à l’AVH et a eu du mal à perdre ses habitudes. Il faudrait essayer d’oublier tout ceci car ce sont les personnes déficientes visuelles qui sont en cause et nous leur sommes redevables. Je ne comprends pas bien la crainte de l’AVH vis à vis de sa représentativité au sein de la CFPSAA. Il faudrait pourvoir se mettre d’accord sur ce que doit faire la CFPSAA : la représentation politique de la CFPSAA est bien reconnue et essentielle. Cela s’est toujours fait de manière démocratique et j’ai du mal à comprendre que l’AVH craigne que sa parole ne soit pas bien représentée par rapport à d’autres associations. Si on décide d’une politique commune il faut le faire dans le consensus. C’est le fond de la démocratie, et Philippe CHAZAL et le Bureau seront chargés de mettre en oeuvre la politique décidée ».

- Vincent MICHEL : « il faut être lucide et regarder la réalité en face. Je ne suis pas sûr que la face visible de l’iceberg doive nous épargner de mettre la tête sous l’eau. Il y a des oppositions quant au fonctionnement de la CFPSAA. Ce qui vient d’exploser aujourd’hui est la suite logique des nombreux débats sur les moyens de la CFPSAA et sur les orientations de celle-ci ».

- Jean-Marie CIERCO : « je suis agacé qu’on ramène tout à un problème personnel. Je n’ai rien contre Philippe CHAZAL. J’ai la responsabilité du personnel (DRH) et des services généraux. Comme chacun ici je sais combien Philippe CHAZAL a fait des choses importantes pour les usagers déficients visuels. Concernant ce qu’a dit Alain LEQUEUX, l’AVH n’a pas de crainte. Mais dans le document envoyé par Philippe CHAZAL intitulé « mise au point », Philippe CHAZAL ne reconnait pas l’organisation mise en place à l’AVH. De plus, si Philippe CHAZAL a démissionné, je ne comprends pas pourquoi. Philippe CHAZAL cherche des locaux ailleurs, d’accord, mais alors pourquoi démissionner pour autant ? Il suffisait de partir dans d’autres locaux ».

- Alain LEQUEUX : « je ne parlais pas des problèmes personnels mais politiques ».

- Hamou BOUAKKAZ : « faisons un point d’histoire. Pour moi, cette crise n’est que la réminiscence d’une crise que connait notre association depuis que je la fréquente. Le micro climat qui a vu la CFPSAA incarner la parole des déficients visuels, prendre son essor et mener à bien des projets qui lui ont donné une place éminente notamment la préparation de la loi de 2005 est dû à une seule chose : les postes de responsabilités importants ont été confiés à des petites associations. Parmi ces petites associations, Paul Guinot était présidée par un homme visionnaire qui a dû accrocher l’ensemble des associations à sa vision. Il était dans une petite association qui avait moins de problèmes de gouvernance et de leadership. Pour ma part je pense que la CFPSAA dirigée par les associations les plus importantes c’est une solution sécure mais aussi la mort de la CFPSAA. Ensuite je veux dire à Philippe CHAZAL que la stratégie qui consiste, pour des raisons personnelles que je peux comprendre, à dire « retenez-moi ou je fais un malheur » ne peut pas marcher. Donc nous refusons sa démission .Pour moi tu il est président jusqu’à la prochaine Assemblée Générale d’autant que tout le monde l’a dit : son travail pour l’univers typhlophile est salué par tous. Ensuite : j’entends les propos de la direction de l’AVH. En tant que président de Guinot je suis attaché comme tous les présidents au plein exercice de la gouvernance associative. On ne peut pas remettre en cause la gouvernance associative, je comprends que l’AVH soit agacée. Ce n’est possible nulle part. Chacun doit garder la réserve et la distance pour ne pas rompre les dogmes. Mais je sais que les responsables de l’AVH sont attachés à la cause typhlophile. Tout le monde connaît le travail de Jean-Marie CIERCO comme enseignant, instructeur etc., il a marqué le mouvement typhlophile et je sais qu’il fera tout son possible pour rattraper ce qui peut l’être. Donc je propose de donner du temps au temps. Est-ce que l’AVH peut accompagner par un groupe de travail la CFPSAA ? Si elle le peut, elle pourrait le montrer en décorrélant la question de Philippe CHAZAL de celle de l’avenir de la CFPSAA, quitte à ce que le Conseil d’Administration fasse une motion pour redire que les administrateurs nommés à la direction de la CFPSAA n’ont plus de lien avec les associations qui les ont désignés, il faut le réaffirmer. Il faut couper le lien entre l’AVH et Philippe CHAZAL. Philippe CHAZAL doit être à la tête de cette réorganisation. Si l’AVH peut faire cet effort, on peut en sortir. Sinon on n’en sortira pas et il faudra nous séparer ».

- Ouiza OUYED : « je parle au nom des membres des commissions. Je voulais dire que nous sommes confrontés au quotidien aux pouvoirs publics et donc nous avons besoin d’avoir une CFPSAA unie avec un président qui connaisse bien les dossiers et avec qui on peut discuter. Nous avons besoin d’un président qui comme Philippe CHAZAL connaisse parfaitement les dossiers et nous soutient dans nos actions ».

- Olga FAURE-OLORY : « je rejoins Jean-Pierre GANTET. On va vire des moments de turbulence durant le prochain quinquennat, c’est le moment de s’unir. J’espère que cette crise sera une crise de croissance pour la CFPSAA. Dans les 5 années à venir nous allons devoir nous battre à l’extérieur car les lois sur le handicap n’avancent pas en ce moment. Malgré la loi de 2005, vues les positions du gouvernement actuel il va falloir défendre nos droits et il faut le faire de façon unie pour être entendus, pour être au bon endroit au bon moment. Dans 3 mois il faudra aller démarcher le nouveau gouvernement alors mettons fin à ces querelles de chapelle qui montrent des dysfonctionnements, et c’est normal car il y en a dans toute structure, mais il faut penser à ceux que nous représentons ici. Il faut que Philippe CHAZAL puisse aller jusqu’à la fin de son mandat car c’est lui qui est connu et reconnu auprès des pouvoirs publics. Une succession ça se prépare, il faut qu’il forme la personne qui le remplacera et cela prend du temps ».

- Thierry NICOLLE : « ce que Jean-Pierre GANTET et Hamou BOUAKKAZ ont dit est vrai. Je suis arrivé en 1980 dans le monde des déficients visuels ; la CFPSAA avait une autre gouvernance. On parlait d’intérêt général mais ça ne l’était pas. Or l’intérêt général aujourd’hui passe par elle. Il y a des gens compétents qui y œuvrent. Le CNCPH et le Comité d’Entente sont importants. Les autres présidents d’associations ne voulaient pas siéger sans Philippe CHAZAL la dernière fois que je m’y suis rendu. L’unité doit prévaloir. Si nous voulons défendre les aveugles d’aujourd’hui et les futurs, il nous faut cette unité. Par ailleurs je ne voudrais pas qu’on parle de finances lorsqu’on parle d’un être humain ».

- Alain DELAPLACE : « je voudrais rester sur ce que disait Hamou BOUAKKAZ. Le président reste président, il renouvelle son mandat, il n’a pas produit de lettre de démission. Concernant les finances : j’ai retenu que selon les décisions prises par la CFPSAA le positionnement de l’AVH serait différent financièrement, car ils ne paieraient que leur cotisation statutaire. Mais étant donné que c’est une association assez riche, c’est menaçant. Si on n’accepte pas la décision de Mr COLLIOT, cela nous supprimera une ressource. Mais il y a d’autres associations et je pense que l’AVH ne doit pas lancer un défi de ce type. D’autre part j’ai fourni un budget vérité en me basant sur une indépendance physique du bureau de la CFPSAA ainsi qu’une indépendance en termes de salariés. Suite aux textes que j’ai reçus, j’ai baissé la voilure. Des budgets peuvent être aménagés, mais je suis gêné par les propos de l’AVH ».

- Jean-Marie CIERCO : « on a l’impression qu’on nous a lancé le défi en ne voulant pas faire ce qu’on décidait. S’il n’y avait pas eu cette remise en cause de l’autorité au sein de l’AVH on aurait pu avancer, mais là, comment l’AVH peut-elle avoir une autre position ? C’est pour nous inadmissible. Par ailleurs, tout ce qui a été dit sur les élections futures et les nouvelles équipes, si vous reprenez les documents de la réunion des présidents, vous verrez que l’AVH est d’accord sur le fait que la CFPSAA représente les déficients visuels ».

- Francis PEREZ : « quid des pétitions de l’AVH au moment du mémorandum de la CFPSAA ? »

- Michel ROSSETTI : « Je pense que Philippe CHAZAL devrait faire pénitence et ça devrait suffire si vous êtes en accord sur le autres points. En dehors des problèmes de personnes, quels éléments justifient la crise ? Quels sont les éléments précis qui font que la politique menée par Philippe CHAZAL posent problème à l’AVH ? »

- Jean-Marie CIERCO : « je te renvoie aux documents autour de la réunion des présidents. La CFSPSAA est le porte parole auprès des politiques, mais il y a des points sur lesquels l’AVH n’est pas d’accord et elle n’est pas toujours la seule dans ce cas ».

- Vincent MICHEL : « l’un des détonateurs de la crise est celle des moyens donnés à la CFPSAA pour fonctionner, et des moyens pour quoi faire ? Jusqu’où va la CFPSAA ? Il y a un conflit larvé non résolu à ce jour. Ce que dit Philippe CHAZAL c’est aussi qu’il démissionne car il n’a pas les moyens de fonctionner. Cette question des moyens devra être tranchée. C’est cette question que pose l’AVH. Philippe CHAZAL pose la question de moyens et des contours. Il faut aller au fond du débat et se mettre d’accord ».

- Philippe CHAZAL : « je voudrais redire que si ce problème de démission en est un je la remets formellement et on n’en parle plus. Ensuite, j’ai peut-être mordu la ligne à l’AVH car c’est difficile quand pendant 35 ans on a travaillé dans une association et qu’il faut se faire à de nouvelles procédures. Mais le débat n’est pas là. Le Conseil d’Administration de la CFPSAA début 2011 a décidé à l’unanimité qu’on faisait une semaine de communication, avec une semaine spécifique d’information. L’AVH m’a dit cette semaine ne nous concerne pas, on fait notre propre semaine d’information, on n’applique pas la décision de la CFPSAA. Juste avant les Etats Généraux nous avons ouvert des listes de discussions pour que les déficients visuels s’expriment, et ils l’ont fait. Je pensais que la CFPSAA pouvait être un lieu de démocratie où les déficients visuels s’expriment. L’AVH me dit que ce n’est pas le rôle de la CFPSAA et que chaque association doit avoir ce rôle. Mais les petites associations n’en n’ont pas forcément les moyens. Je me suis attaché à développer la CFPSAA, son image, nous avons une place connue, reconnue et la CFPSAA est le représentant des déficients visuels auprès des pouvoirs publics. Sans enlever la liberté à chaque association de communiquer pour faire du fundraising, je pense que pour être reconnu des pouvoirs publics il faut avoir un minimum de communication sur des points unitaires, et cela n‘est pas accepté, l’AVH nous demande de ne pas communiquer auprès du grand public etc. Beaucoup de déficients visuels ont dit lors des Etats Généraux qu’ils ne voulaient pas appartenir à telle ou telle association, ces listes leur permettaient tout de même de s’exprimer. Je ne resterai pas à mon poste si on ne peut pas développer la CFPSAA dans ce sens pour représenter les personnes qui nous mandatent pour le faire et pour avoir une parole auprès du grand public ».

- Vincent MICHEL : « merci, c’est un point important que tu as soulevé. Il n’y a pas simplement un problème de personnes mais un problème d’orientation. »

- Philippe PAUGAM : « je suis membre du Bureau de l’APAM et de l’AVH également. Je voulais soulever ce sujet qu’a soulevé Philippe CHAZAL, celui des missions de la CFPSAA et des associations. J’ai repris ce qu’avait écrit le président de l’AVH lors de la réunion des présidents. La position de l’AVH est qu’elle ne souhaite pas que la CFPSAA aille vers les déficients visuels et qu’elle se mobilise vers les pouvoirs publics et les gouvernements. Communication et information sont deux choses différentes. Ce qui a été convenu était une semaine d’information et non pas de communication. Une fois les missions bien définies il sera plus facile d’apporter les réponses. D’où la proposition de réunir un groupe de travail. »

- Hamou BOUAKKAZ : « à l’APF ils sont des dizaines de salariés, ils ont une grande force de frappe, ils peuvent mobiliser 10 000 ou 15 000 handicapés à la demande. Il y a des domaines qui relèvent de la sphère associative et d’autres de la sphère confédérale. Il faut un groupe de travail à ce sujet. Mais le gros du travail est quand la CFPSAA donne mission à une association phare pour le compte de la CFPSAA de mener un chantier. Il faut travailler sur des chartes et des lettres de mission, un travail de mandatement d’une association par la CFPSAA, car le panorama associatif de la déficience visuelle évolue. Entre l’APAM et l’AVH il y a une joint venture et l’indépendance de l’APAM n’est plus là. Il y a aura des fusions acquisitions de la FAF aussi. Il va y avoir des reconfigurations et il faut les anticiper. Il y a la place pour des projets soit fédéraux soit menés par une association pour le compte de la CFPSAA. Il ne faut pas se fermer de portes. On sera tous dans le même bateau et aucune association n’aura à gagner à long terme d’une atomisation du mouvement typhlophile. Où en est le groupe de travail ? Des projets de chartes pou réguler ces conflits sont-ils en cours ? »

- Francis PEREZ : « j’entends parler de consensus, de victoire d’une association, de fusion acquisition, mais moi ce qui m’intéresse ce sont les aveugles. Je reconnais une chose à l’AVH : c’est sa continuité et sa détermination car de puis la réunion des présidents de novembre 2010, l’AVH n’a pas changé ses positions. Une pétition de l’AVH vient d’être envoyée au moment où la CFPSAA sortait son mémorandum. Il faut aller vers autre chose ».

- Edouard FERRERO : « le message de Jean-Pierre GANTET était plein de sagesse et je m’y inscris. Concernant la démission de Philippe CHAZAL je lui ai dit que c’était déplacé. Vendredi dernier j’ai rencontré le président de l’AVH et je lui ai fait part de ma consternation en tant que membre du Conseil d’Administration de l’AVH. Mais il faut s’en sortir et défendre les déficients visuels au plan national et international. Je n’imagine pas la dissolution de la CFPSAA. Je n’ai adhéré ni à la campagne du calendrier de la FAF ni à la pétition de l’AVH. Il y a eu un mémorandum de la CFPSAA mais nous allons rater le train. Il y a de la place pour tout le monde, il faut se coordonner. Faites l’effort de vous entendre. Si l’AVH limite son apport au strict minimum, c’est son choix et c’est dommage. Mais quand on défend des dossiers en MDPH, il faut le faire au-dessus de tous les partis. C’est positif et il faut le maintenir. On voit ça aussi au plan européen. La France ne joue pas assez son rôle au niveau européen. On se prive de faire passer nos propres orientations. Il faut être capable d’occuper notre place. Si la CFPSAA doit exister, il faut passer au dessus des questions de personnes et d’organisation. Au sein du Bureau, heureusement que Philippe CHAZAL est là car nos participations ne sont pas à la hauteur. Il faut développer ce travail et s’y investir plus ».

- Bernard SERRE : « On a dit que certains étaient disposés à faire un mea culpa. Mais je reviens sur la dernière intervention de Philippe CHAZAL et j’ai retenu 2 choses : ce qui me gêne c’est qu’on revient sur « ou on fait ça ou je m’en vais », à un moment il faudra cesser les caprices. Il dit je suis d’accord pour continuer mais si on n’est pas d’accord sur ma vision de la CFPSAA je pars. Puis il dit si les membres du Conseil d’Administration le souhaite je donne ma démissions. Pourquoi ne pas le faire ? Ensuite, la CFPSAA doit se situer au-dessus de l’AVH ? Je ne suis pas d’accord, son rôle et de parler au nom des associations et pas d’être une super structure. »

- Marie-Laure MARTIN : « je veux que l’AVH précise sa question concernant l’information et la communication. Et par rapport à la place de la CFPSAA qui parle au nom des associations ou qui se place au-dessus ».

- Salima KERBOUAI : « ces problèmes-là ont toujours existé et on doit réussir à trouver une unité mais la CFPSAA doit avoir une indépendance financière. Philippe CHAZAL dit qu’il n’a pas les moyens de travailler correctement. Il faut réunir les présidents de toutes les associations et trouver un consensus et des moyens. »

- Marie de SAINT-BLANQUAT : « appelons-le groupe qui doit travailler sur une Charte un groupe de médiation… il faut faire le cahier des charges de ce groupe là. Nous avons besoin de tout le monde pour le bien des déficients visuels et il faut arriver à des choses claires mais nous n’avons pas les mêmes histoires ».

- Vincent MICHEL : « première question que je pose aux représentants de l’AVH pour éclairer le débat : est-ce que la position prise par le Bureau de l’AVH concernant la place qui sera faite à Philippe CHAZAL est négociable ou pas ? Et est-ce que si Philippe CHAZAL est confirmé dans ses fonctions de président de la CFPSAA, vous adopterez l’attitude que vous nous avez fait connaître ? »

- Jean-Marie CIERCO : « j’estime que ce n’est plus ma position personnelle. Le document envoyé est une position du Bureau et je ne peux répondre à cette question, c’est à lui de dire si c’est négociable ou pas donc je m’en tiens aujourd’hui à la position écrite. »

- Vincent MICHEL : « est-ce que vous êtes d’accord pour que l’on créé un groupe de travail restreint de 10 personnes comme proposé par le président de l’AVH afin de retravailler, approfondir les missions de la CFPSAA ? Ce serait un projet associatif, une plateforme politique. Il faut le faire avant début juillet. Ce document comporterait les missions clés de la CFPSAA, et les moyens, ou même le projet associatif, motivations, valeurs, missions, orientations … ».

- Francis PEREZ : « je demande que ce groupe puisse proposer ses conclusions pour vote à l’Assemblée Général ».

- Thierry JAMMES : « il faut préciser le fond d’une chose. Vincent, tu extraits cette partie d’un texte global. Donc les gens vont voter sur cette partie-là du texte ».

- Vincent MICHEL : « compte tenu du désaccord de fond, créé-t-on un groupe de travail pour travailler sur les missions et moyens de la CFPSAA ? » Il est procédé au vote : 7 voix contre (Salima KERBOUAI, Alain LEQUEUX, Philippe CHAZAL, Francis PEREZ + leurs pouvoirs), 2 abstentions (Thierry NICOLLE et Olga FAURE-OLORY), les autres membres sont pour. Cette disposition est donc adoptée à la majorité.

- Vincent MICHEL : « souhaitez-vous que dans ce laps de temps Philippe CHAZAL poursuive sa mission de président de la CFPSAA ? » La grande majorité du Conseil s’exprime en faveur.

- Michel GOUBAN : « Philippe CHAZAL n’est pas démissionnaire donc la question ne se pose pas et on n’est pas là pour obtenir la démission de Philippe CHAZAL malgré les problématique humaines, confédérales etc. Une confédération ne peut pas être indépendante, on ne peut pas faire sans ses membres, c’est incontournable. »

- Vincent MICHEL : « Philippe CHAZAL a été mandaté pour un an jusqu’à la prochaine Assemblée Générale. Il m’a été demandé de faire part d’une démission par Philippe CHAZAL. A vous de dire si vous souhaitez confirmer Philippe CHAZAL dans ses fonctions de président de la CFPSAA aujourd’hui et jusqu’à la prochaine Assemblée Générale. » Il est procédé au vote : 4 voix contre (Jean-Marie CIERCO, Bernard SERRE, Philippe PAUGAM + 1 pouvoir), 0 abstention. Philippe CHAZAL est donc reconduit dans ses fonctions.

- Vincent Michel : « qui veut faire partie du groupe de travail ? Il faudrait des présidents ou des secrétaires généraux ». Sont proposés : Philippe CHAZAL, Alain DELAPLACE, Francis PEREZ, Jean-Marie CIERCO sous réserve, Eric MOSER, Alain LEQUEUX, Vincent MICHEL, Edouard FERRERO, Marie-Laure MARTIN, Michel GOUBAN à voir.

- Hamou BOUAKKAZ : « je souhaiterais que le Secrétaire Général de la CFPSAA écrive une lettre formelle au président de l’AVH lui réitérant les décisions de ce Conseil, prenant acte du fait que la gouvernance associative est un terrain où chacun est souverain, et que Philippe CHAZAL est conscient de ses dépassements, et qu’on souhaite travailler avec l’AVH mais en respectant les principes qui guident la CFPSAA ». Vincent MICHEL répond que ce sera fait.

- Alain DELAPLACE : « Philippe CHAZAL n’a pas la possibilité de travailler. »

- Jean-Marie CIERCO et Bernard SERRE : « personne ne lui a retiré son bureau, il ne nous a pas informés qu’il déménageait, le bureau reste ouvert ».

- Vincent MICHEL : « je souhaiterais que le Bureau de l’AVH se réunisse vite afin de savoir leur position. »

- Bernard SERRE : « cela se fera dès réception du courrier du Secrétaire Général de la CFPSAA. »

- Vincent MICHEL : « ensuite il faut réunir le groupe de travail. Le Bureau de la CFPSAA devra décider de la reprise du fonctionnement. Julie BERTHOLON continuera à apporter son concours à la CFPSAA afin de répondre aux urgences absolues. »

- Jean-Pierre GANTET : « il faut être opérationnel début juillet ».

- Jean-Marie CIERCO : « la CFPSAA représente les associations au niveau politique et nous sommes tous d’accord là-dessus. »

III – Proposition de structuration budgétaire et exposé des besoins financiers nécessaires au fonctionnement de la Confédération ; Ce point n’a pu être développé dans le détail.

IV – Confirmation ou élection d’un Président ; Philippe CHAZAL est confirmé en tant que Président de la CFPSAA.

V –Préparation du Conseil d’Administration et de l’Assemblée Générale fixés au 15 mai prochain ;

Il est convenu de déplacer la date initiale de l’Assemblée Générale et de la reporter au mardi 3 juillet.

Plus aucun point n’étant inscrit à l’ordre du jour et personne ne demandant plus la parole, la séance est levée à 12h30.

Communiqué du Bureau de l’AVH à l’issue de sa réunion du 7 mars 2012

Destinataires : les administrateurs de l’AVH et les administrateurs de la CFPSAA (aux bons soins du Secrétaire Général de la CFPSAA)

Objet : Démission du Président de la CFPSAA

Par l’intermédiaire du Secrétaire Général de la CFPSAA, Philippe CHAZAL a récemment annoncé sa démission de la présidence de la CFPSAA, fondant sa décision, selon ses propres termes, « sur les difficultés relationnelles avec la Direction de l’AVH ». Puis, dans un long courrier qu’il a adressé à ses collègues administrateurs de la CFPSAA, Philippe CHAZAL a fait état des nombreux griefs qu’il estime pouvoir faire valoir et qui mettent tous en cause l’Association Valentin Haüy, son Président et son Secrétaire Général.

C’est donc avec la plus grande consternation que le Bureau de l’AVH a pris connaissance, comme tous les administrateurs de la CFPSAA et probablement d’autres personnes extérieures, d’une communication dont les détails ne sont que l’expression unilatérale et subjective de circonstances incomplètement relatées et sorties de leur contexte.

En réalité, nous nous trouvons dans une situation d’écartèlement entre ce qu’il est attendu d’un Président dynamique et autonome comme l’est Philippe CHAZAL à la tête de la CFPSAA, et d’un membre de l’AVH mandaté pour la représenter au Conseil d’Administration de la CFPSAA, dans le cadre de la mission que lui fixe la direction collégiale de l’AVH.

Plutôt que de poursuivre un débat polémique et destructeur en reprenant point par point la multitude des difficultés que soulève à l’excès Philippe CHAZAL, pour les remettre en perspective et pour faire une part objective et raisonnée des choses, le Bureau de l’AVH a pris acte de la démission de Philippe CHAZAL comme président de la CFPSAA et s’est trouvé contraint de prendre les décisions suivantes :

-  L’AVH retire à Philippe CHAZAL son rôle de représentant de l’AVH au Conseil d’Administration de la CFPSAA. Les deux seuls représentants de l’AVH sont Jean-Marie CIERCO et Bernard SERRE.
-  Si Philippe CHAZAL se voyait confier par une autre association le soin de la représenter au Conseil d’Administration de la CFPSAA en vue d’accéder à un mandat de membre du Bureau, l’AVH se réserve la possibilité de limiter sa participation à la seule cotisation de membre.

Par ailleurs, et dans l’hypothèse où Philippe CHAZAL ne serait pas élu membre du bureau de la CFPSAA, l’AVH est prête à travailler avec les autres associations pour bien définir le rôle de la CFPSAA par rapport à celui de ses membres. Cela semble nécessaire pour faire repartir la CFPSAA sur de bonnes bases. Il est proposé que soit mis en place un groupe de travail de 10 membres environ, choisis parmi les présidents ou secrétaires généraux des associations, pour s’accorder au plus vite sur les missions-clés de la CFPSAA et les façons de les remplir (ou, plus ambitieux, sur le projet associatif de la CFPSAA : identité, motivations, valeurs, missions, orientations, moyens).

Ce groupe serait aussi chargé de proposer un budget et les moyens provisoires qui permettront à la CFPSAA d’attendre les conclusions du groupe de travail sur les missions-clés.

Le budget courant résultant des conclusions du groupe de travail sur les missions et les moyens de la CFPSAA ne serait proposé que dans un deuxième temps.

Les membres du Bureau de l’AVH regrettent vivement avoir dû prendre de telles positions. Elles n’enlèvent rien à l’estime qu’ils portent tous à Philippe CHAZAL pour son long engagement au service de l’Association Valentin Haüy et sa contribution significative à la cause des aveugles et des malvoyants.

Bien cordialement à tous,

Gérard COLLIOT Président de l’Association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants 5/7 rue Duroc 75007 PARIS site internet www.avh.asso.fr tél 01 44 49 27 27 fax 01 44 49 27 10 port 06 87 81 21 34

Réponse au communiqué du Bureau de l’AVH.

Prévenu de son envoi et de son contenu par notre Secrétaire Général, c’est sans surprise que j’ai pris connaissance du communiqué du Bureau de l’AVH à l’issue de sa réunion du 7 mars dernier.

Afin que le Conseil d’Administration de la CFPSAA prenne, en toute conformité avec nos statuts et en toute liberté les décisions qu’il jugera les mieux appropriées pour faire face à cette situation de crise, je me dois de lui apporter les précisions suivantes :

1. CONCERNANT MA DEMISSION. Gérard COLLIOT écrit : « Philippe CHAZAL a annoncé sa démission de la présidence de la CFPSAA » ce qui n’est pas exact. J’ai en effet informé téléphoniquement Vincent MICHEL le 20 février en fin d’après-midi, de ma « volonté de démissionner de la présidence de la CFPSAA en raison des difficultés de relations qui sont les miennes avec la direction de l’Association Valentin Haüy et tout particulièrement avec Jean-Marie CIERCO. C’est exactement en ces termes que Vincent a fait part de notre conversation aux membres du Bureau de la CFPSAA par courrier du 21 février à 10h 40. Dans ma note intitulée « Mise au point » en date du 23, envoyée à l’ensemble des membres du Conseil d’Administration, je parlais de « mon intention de démissionner de la présidence de la CFPSAA ».

Sans vouloir jouer sur les mots, « volonté » ou « intention de » ne valent pas « décision », ainsi par exemple, ma volonté ou mon intention d’assister à la prochaine Assemblée Générale de l’Union Mondiale des Aveugles ne signifient pas que j’y participerai, la réalité d’aujourd’hui me prouve le contraire.

Je ne suis donc pas formellement démissionnaire et j’ai été élu pour un an dans les fonctions de Président de la CFPSAA, c’est-à-dire jusqu’à notre prochaine Assemblée Générale.

Compte tenu de la situation actuelle, et en raison notamment du très grand nombre de messages de soutien qui me sont parvenus depuis quinze jours, j’ai longuement réfléchi avant de prendre la décision non seulement de poursuivre mon mandat jusqu’à son terme mais de présenter de nouveau ma candidature pour le renouvellement de mes fonctions en 2012 et 2013, c’est-à-dire au moins jusqu’en juin 2014, peut-être au-delà. Si vous me choisissez de nouveau comme Président, je mettrai cette période à profit pour former un éventuel successeur et tenter de ramener l’unité au sein de notre Confédération.

Cependant, dans un esprit d’ouverture et si vous me le demandez maintenant, je suis prêt à vous remettre immédiatement ma démission et à me présenter devant vous en tant que Président-Candidat ou Candidat-Président, l’exemple vient de haut en cette période électorale !

2. RETRAIT DE MON ROLE DE REPRESENTANT DE L’AVH AU CA DE LA CFPSAA. Gérard COLLIOT écrit : « l’AVH retire à Philippe CHAZAL son rôle de représentant de l’AVH au Conseil d’Administration de la CFPSAA » ce qui témoigne d’une méconnaissance totale et bien regrettable de nos statuts dont l’article 17 stipule : « Le Président, le Secrétaire Général et le Trésorier, pendant la durée de leur mandat, cessent de représenter l’association qui les a nommés pour faire partie du Conseil d’Administration. Ils votent à titre individuel ès qualité. En conséquence, les associations concernées sont invitées à désigner un nouveau délégué pour les représenter au Conseil d’Administration. » Depuis mon élection en qualité de Président, j’agis donc en toute indépendance et n’ai pas, comme le demande Gérard COLLIOT, à « agir dans le cadre de la mission que lui fixe la Direction collégiale de l’AVH ». Ce retrait de délégation est donc nul et non avenu. Je ne reviendrai donc pas sur les raisons invoquées pour le motiver par le Président de l’AVH, qui me reproche d’avoir « probablement communiqué à d’autres personnes extérieures » mes difficultés relationnelles avec cette association. Il n’apporte nullement la preuve de ses allégations, que je conteste formellement. Il m’a cependant semblé légitime d’informer le Conseil d’Administration de la CFPSAA, comme le Président de l’AVH l’a fait hier en adressant à tous les administrateurs de cette association copie du message envoyé à Vincent MICHEL. Ma façon d’agir est donc bien légitime puisqu’elle a été suivie par celui qui la critique.

3. UN CHANTAGE A L’ARGENT INACCEPTABLE. Gérard COLLIOT écrit encore : « Si Philippe CHAZAL se voyait confier par une autre association le soin de la représenter au Conseil d’Administration de la CFPSAA en vue d’accéder à un mandat de membre du Bureau, l’AVH se réserve la possibilité de limiter sa participation à la seule cotisation de membre. » C’est parfaitement son droit, mais c’est aussi une drôle de conception de la démocratie. Proférer des menaces qui compromettront sérieusement le bon fonctionnement de la CFPSAA peut inciter certains à perdre toute indépendance, et à laisser le pouvoir à l’Association qui est, et de très loin, la plus riche d’entre nous tous. Les « petites Associations » que pour ma part je respecte tout autant, n’ont plus rien à dire, si elles ne font pas allégeances sans condition à la plus forte de nos associations. Vous l’avez compris, telle n’est pas ma vision des choses. S’il le faut, la CFPSAA devra trouver les moyens de fonctionner sans la centaine de milliers d’euros économisés par l’AVH, en recherchant d’autres sources de financement et en limitant ses dépenses au strict nécessaire. Si vous me renouvelez votre confiance, nous y travaillerons avec le Trésorier et vous présenterons, diverses solutions lors d’un prochain Conseil.

4. CONCLUSION. Pour conclure, je suis particulièrement touché de lire dans le message de Gérard COLLIOT que les membres du Bureau de l’AVH me conservent toute leur estime pour « son long engagement au service de l’AVH et sa contribution significative à la cause des aveugles et des malvoyants ». Pour ma part, je veux bien reconnaître ne pas avoir compris les nouvelles règles de fonctionnement mises en place, telles le besoin de demander une autorisation pour réserver une salle, pour faire remettre un pli un coursier, ou le refus de me faire accompagner par mon épouse pour participer à l’Assemblée Générale de l’UMA, convenez avec moi qu’elles sont plus que surprenantes.

Je vous laisse maintenant le soin de décider de l’avenir de notre Confédération, je veux simplement vous dire que les personnes aveugles et malvoyantes que nous représentons, que les Pouvoirs Publics et l’ensemble des associations du monde du handicap comptent encore sur moi, je serais très contrarié de les décevoir en cessant prématurément toute activité.

Paris, le 12 mars 2012

Philippe CHAZAL Président de la CFPSAA

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0