Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Les Commissions > Culture > Informations > Attentes en matière d’audiodescription

Attentes en matière d’audiodescription

ATTENTES DES PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES EN MATIÈRE D’AUDIO-DESCRIPTION EXPRIMÉES PAR LE PANEL DE LA CFPSAA Juillet 2012

1 - Les déficients visuels (personnes n’ayant jamais vu, ayant perdu la vue ou malvoyantes) attendent d’une audio-description de qualité qu’elle leur donne accès à l’œuvre cinématographique en leur apportant assez d’éléments visuels pour comprendre le film, leur permettant ainsi de l’apprécier ou de ne pas l’apprécier et d’en discuter avec leur entourage quel que soit la perception visuelle de ce dernier.

2 - Elle doit aussi leur permettre de percevoir les subtilités et de ressentir les émotions et les sentiments exprimés par l’œuvre cinématographique à travers les images.

3 - La ou les voix off bien présentes et audibles sauront rester cependant discrètes.

Une audio description nécessaire pour les déficients visuels.

4 - Générique de début Titre du film et nom du réalisateur ; Noms des principaux acteurs et des personnages qu’ils incarnent.

5 - Générique de fin : Rappel du nom du réalisateur, des principaux acteurs et des personnages qu’ils ont incarnés ; Année de sortie du film en salles ; Nom de l’association ou de la société qui a réalisé l’audio-description, nom des audio-descripteurs et année de sa réalisation, Noms d’autres contributeurs importants pour la réussite du film, (techniciens, acteurs chargés du doublage pour les films étrangers, compositeur de la musique etc.) ;cela en évitant de trop empiéter sur la musique de fin si elle existe, afin de permettre au téléspectateur de rester dans l’ambiance du film.

Voix

6 - Le niveau et le débit doivent privilégier le confort d’écoute, en relation avec le niveau ambiant du passage concerné

7 - Les voix seront claires, précises, compréhensibles et discrètes à la fois. Elles ne doivent pas empiéter sur les dialogues mais refléter le rythme et l’ambiance du film. Elles doivent respecter les silences, les sonorités et les musiques d’ambiance, lorsque celles-ci contribuent à la compréhension ou quand une description ne s’impose pas à ce moment.

Intonation

8 - L’intonation, discrète, entre empathie et neutralité, doit être en phase avec l’atmosphère du passage en cours comme du jeu des acteurs.

9 - Les décalages éventuels des voix par rapport à l’action éviteront de gêner la compréhension du film

Neutralité

10 - Une voix neutre ne signifie pas monotone ou plate ; une certaine "empathie" avec les personnages et adaptée à l’atmosphère du film peut être de mise.

Silence prolongé

11 - Ne pas laisser trop longtemps le spectateur dans l’attente d’information en lui communiquant un minimum d’éléments visuels sur la raison d’une période prolongée de silence ou de musique tout en respectant le choix du réalisateur.

La rédaction

12 - Simple et concise, elle donnera assez de détails visuels pour permettre au public déficient visuel de "s’imaginer" ce qui se passe, en évitant les redondances et les détails superflus.

13- Elle doit permettre de comprendre l’action, les changements de situation, de lieu et les déplacements des personnages.

14 - Elle décrit les sentiments ou émotions sur les visages des personnages et dans leur attitude et comportement.

15 - elle doit fournir les éléments visuels qui peuvent aider à la reconnaissance d’un personnage non identifié (ex. la jeune fille brune…)

Cohérence de la description.

16 - La description ne doit pas anticiper sur des informations qui apparaitront plus tard. Par exemple : Ne pas nommer un personnage intervenant pour la première fois, mais plutôt attendre qu’il ait été nommé dans le film, etc.

Vocabulaire et style

17 - Les mots, le vocabulaire ou les expressions utilisées doivent autant que possible, rester simples et courants, en évitant les termes techniques, s’ils peuvent être remplacés aisément. Le vocabulaire sera adapté au genre du film.

Le libre arbitre des déficients visuels

18 - La description ne doit pas interpréter ou commenter à la place du spectateur, de façon à laisser libre cours à son imagination et à son libre arbitre.

19 - Une bonne description des images permettra à chacun de créer facilement son propre référentiel afin qu’il bénéficie des éléments essentiels à la compréhension et à l’appréciation du film. Pour cela, elle s’attachera à décrire les environnements, milieu culturel, paysages, visages, décors, couleurs, costumes, etc. du film.

Changements majeurs de séquence, de situations, etc.

20 - Il est important de signaler de façon fluide les changements majeurs de séquences, de situations, etc., qui peuvent avoir lieu lors du déroulement du film. Ceci peut être réalisé par un changement de voix et d’intonation, il serait bien alors, que les deux voix soient sur le même registre.

Les sous-titres

21 - Les sous-titrages linguistiques doivent être lus à la même hauteur, voire légèrement supérieur à la voix des ou de l’acteur afin de disposer de tous les éléments nécessaires à la compréhension de la scène et donc du film.

Il serait souhaitable que les sous-titres soient lus par une voix masculine pour les acteurs masculins et l’inverse pour les actrices.

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0