Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > La CFPSAA > Documents exercice 2012 > Rapport intermédiaire sur l’avancement du plan (...)

Rapport intermédiaire sur l’avancement du plan d’action pour la période 2012-2014

Approuvé par l’Assemblée Générale du 18 Avril 2013

A la relecture du plan d’action de la CFPSAA pour la période 2012-2014, je ne peux que constater que les objectifs que nous nous étions fixés lors de notre dernière Assemblée Générale restent aujourd’hui à atteindre. Plusieurs raisons expliquent cette situation : 1 - La première, totalement indépendante de notre volonté, tient au fait que si l’on fait abstraction des vacances d’été et de la « trêve des confiseurs », à peine plus de six mois se sont écoulés entre le 3 juillet et aujourd’hui, c’est-à-dire bien peu de temps pour aller de l’avant. 2 – Le changement de dirigeants politiques (Président de la République, Ministres ayant en charge le handicap) a eu pour conséquence l’arrivée de nouveaux interlocuteurs avec lesquels il a fallu renouer des contacts. Si très peu d’associations ont été reçues par Marie-Arlette CARLOTTI, nous avons en revanche rencontré ses deux directeurs de cabinet successifs auxquels nous avons présenté nos dossiers prioritaire. Jusqu’à présent bien peu de nos demandes ont obtenu des résultats positifs et nous insistons régulièrement pour obtenir un statut pour les professionnels de la déficience visuelle, un autre pour les chiens guides et bien d’autres points évoqués plus loin. 3 – Une autre raison est liée aux difficultés exceptionnelles et d’une particulière gravité que nous traversons depuis plusieurs mois : crise économique sans précédent qui contraint le Gouvernement à réévaluer l’ensemble des politiques publiques, ce qui n’est pas sans risque pour le maintien des » avantages » acquis par les personnes handicapées en général, mais par les déficients visuels en particulier. Quelques départements tentent déjà de remettre en cause le forfait aide humaine accordé aux personnes atteintes de cécité en matière d’attribution de l’ACTP ou de la PCH ; la suppression de certaines normes qui nous sont pourtant indispensables comme celle relative aux feux sonores est envisagée ; le refus de la France d’appliquer des normes européennes aussi importantes que celles sur l’accessibilité des sites publiques ou la sonorisation des véhicules électriques n’est pas à exclure ; la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées pourtant ratifiée par la France depuis janvier 2012 ne produit quasiment aucun effet :le rapport qui devait être présenté après deux ans ne l’est toujours pas, les points de contacts dans chaque ministère n’ont pas été désignés, la Convention elle-même reste très méconnue tant du grand public que des organismes qui devraient l’appliquer ; pour conclure sur ce point, et ceci sans aucun jugement de valeur d’ordre politique, j’avoue avoir de plus en plus l’impression que le handicap n’est plus une réelle priorité de nos dirigeants, que l’on nous consulte sans nous écouter, que l’on passe notre temps à préparer des événements ou documents qui, au final, ne servent à rien. C’est très démotivant. 4 - Je ne m’étendrai pas sur la raison suivante bien que je ne peux cependant passer sous silence, elle résulte des dissensions internes à la CFPSAA qui, je le crains beaucoup, mettent en péril son existence même. Depuis une dizaine d’années, mes prédécesseurs aux postes de Secrétaire Général et de Président et moi-même ont tout fait pour que notre Confédération soit reconnue comme représentant les déficients visuels par le Gouvernement et les Administrations, connue du grand public, car selon la formule de Mario Monti : « qui n’est pas visible n’existe pas. » Nous étions sur le chemin d’y parvenir, pas à pas, jour après jour, lorsque notre marche en avant a été stoppée par le départ de la plus ancienne association française venant en aide aux aveugles. Aujourd’hui, son retrait génère pour la CFPSAA un déficit en année pleine qui dépasse 40.000 euros, c’est bien la mettant en difficulté sur le plan financier que certains espèrent un jour « récupérer » la CFPSAA, y parviendront-ils ? La question se pose. Si chacun pense que c’est l’autre qui est responsable de la situation actuelle, je dirai pour ma part que nous avons tous contribué à en arriver là. En nous présentant séparément au Cabinet de la Ministre nous avons mis en lumière notre manque d’unité et affaibli la CFPSAA. S’il est légitime que chaque joueur d’une équipe ait ses spécificités et les manifeste sur le terrain, il faut continuer à « jouer collectif » ce qui semble de moins en moins être le cas aujourd’hui au sein de notre Confédération ; le manque de disponibilité au quotidien de beaucoup d’entre nous, nous empêche de suivre comme il le faudrait les dossiers qui nous incombent, je comprends que chacun se dévoue en premier lieu pour sa propre association mais il ne faut pas oublier que la CFPSAA n’existe que par l’engagement de tous et que malgré la bonne volonté et le dévouement de quelques-uns d’entre nous que je remercie, trop peu nombreux sont ceux qui s’attèlent réellement à la tâche. Depuis plusieurs années, je souligne ce manque de moyens humains chaque fois que l’occasion m’en est donnée, j’ai réellement l’impression de « prêcher dans le désert » et suis de plus en plus las de le faire. 5 - L’augmentation sensible des cotisations des associations membres rendue nécessaire par le désengagement du principal financeur a conduit plusieurs associations à « quitter le bateau », bien que, selon les statuts adoptés en juin 2012, la contribution de chacune d’elle se limite à 0,5% du montant de ses dépenses. Sont par exemple dans ce cas la FISAF, l’ANPEA, le CLAPEAHA, « Le livre de l’Aveugle », « Femmes pour le dire femmes pour agir » ; l’ASATAF s’est dissoute en avril 2012, la bibliothèque Sésame a fait de même plus récemment en rejoignant le GIAA de sorte que le nombre d’associations membres de la CFPSAA est passé de 31 à 24, la plupart d’entre elles ayant d’ailleurs une action très significative en faveur des déficients visuels. Il est à craindre que, faute de résultats concrets obtenus par la CFPSAA dans un très proche avenir, cette hémorragie se poursuive et s’amplifie. 6 - Un manque évident de communication avec les déficients visuels, voulu par certaines associations peu démocratiques qui reprochent ensuite à la CFPSAA de ne pas être connue en province nous est aussi préjudiciable. Pour renverser cette tendance, nous avons réuni les « Etats Généraux de la Déficience Visuelle » en novembre 2011, ils ont rassemblé à Paris plus de 400 participants venus de la France entière. Hélas, depuis lors, bien peu de choses ont été faites pour répondre aux demandes exprimées sur le web et durant les cinq tables rondes. Nos commissions ont du mal à mener les débats sur les listes de discussion, seul le bulletin périodique qui repose en totalité sur les épaules du Président est un lien constant, mais dans un seul sens, entre la CFPSAA et les personnes qu’elle représente, c’est trop peu.

Dans ces conditions, je vous invite à relire notre plan d’action pour la période 2012-2014, vous y trouverez tout ce qu’il nous reste à entreprendre ou à poursuivre, à conditions que nous soyons tous convaincus que la CFPSAA garde l’utilité qu’elle présentait lors de sa création en 1948. Lors de la réunion des Présidents des associations membres du 23 mars dernier, tous les participants (ils n’étaient que huit et dix s’étaient excusés), ont réaffirmé leur soutien unanime à la CFPSAA et l’importance de l’unité, il est urgent que ces paroles se traduisent en actes. Vous constaterez que durant l’année qui s’ouvre devant nous, nous devrons notamment :

1 - Défendre les droits légitimes des déficients visuels, c’est-à-dire veiller à la stricte application de la loi de 2005 même si la décision du Conseil d’Etat de juillet 2012 et le rejet de notre demande devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme nous permettent de constater que, tout en étant légitimes, nos justes demandes ne sont pas entendues par des instances juridictionnelles qui refusent d’accorder à la loi une « valeur normative » pourtant indiscutable. Malgré les promesses de la Secrétaire Générale du Comité Interministériel du Handicap, il est peu probable qu’un second « plan déficients visuels » voit le jour, force est de reconnaître que le premier, qui avait pourtant suscité de nombreux espoirs, n’a pas donné les résultats attendus. L’accès à l’information, sous toutes ses formes revêt pour nous une importance capitale, qu’il s’agisse de la diffusion du livre, d’œuvres cinématographiques audio décrites, de faire évoluer le braille français, de veiller à l’accessibilité des logiciels, des sites web publics ou privés, de généraliser l’utilisation des codes-barres et autres technologies devant faciliter notre vie quotidienne. La Convention de l’ONU évoquée plus haut et les textes adoptés au niveau européens devraient nous aider considérablement pour mener ce combat qui se déroule chaque jour au travers des actions de nos commissions.

2 - Donner aux déficients visuels les moyens indispensables pour exercer leurs droits, notamment par une inscription au répertoire Nationale des Compétences Professionnelles de plusieurs métiers qui nous sont spécifiques parmi lesquels, en tout premier lieu, ceux d’instructeurs de locomotion et de Rééducateur en Activités de la Vie Journalière. 3 – Favoriser la diffusion d’informations lors de la semaine qui précède les JNAA et au travers de notre bulletin périodique. 4 - Participer régulièrement aux multiples instances auxquelles la CFPSAA est associée, on compte près de quarante conseils, commissions, groupes de travail, sans parler des réunions informelles.

Pour conclure, je souhaite ardemment que la CFPSAA perdure, avec ou sans son Président depuis cinq ans car je vous informe qu’ayant été fortement incité à quitter Paris en juillet prochain, je ne suis pas certain de continuer longtemps encore à œuvrer, de façon totalement bénévole et au détriment probable de ma santé, pour une cause qui m’est pourtant très chère.

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0