Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2014 > Bulletin 6 du 3 Avril 2014

Bulletin 6 du 3 Avril 2014

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2014 -6 – du 3 Avril 2014

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

ÉDITORIAL

Au début de cet éditorial, je veux encore une fois vous rappeler que l’Assemblée Générale de la CFPSAA se tiendra le jeudi 10 avril prochain à partir de 14h au 6 rue Gager-Gabillot 75015 Paris, les sympathisants et bienfaiteurs sont très cordialement invités à nous rejoindre pour y participer.

Dans le précédent bulletin, je demandais aux fonctionnaires handicapés visuels pouvant être gênés par la non accessibilité d’un logiciel de se manifester, quatre ou cinq réponses nous sont parvenues, je répondrai individuellement à chacun. Depuis, j’ai pu rencontrer l’adjointe du Défenseur des Droits qui m’a indiqué ne pas avoir été saisie de plaintes à ce sujet et être tout à fait disposée à les instruire, la CFPSAA pouvant soutenir les plaignants. Si donc vous êtes dans ces conditions, je fais une nouvelle fois appel à vous car, plus les plaintes seront nombreuses, plus les Pouvoirs Publics seront amenés à revoir la question. Le Directeur de la DISIC avec qui j’ai aussi pu parler, m’a assuré de son soutien et de sa volonté de regarder de nouveau cette question avec une attention toute particulière.

Depuis notre dernier bulletin, nous avons participé à plusieurs réunions dont je vous parlerai ci-dessous, mais nous avons surtout préparé les documents qui seront soumis à l’Assemblée Générale, nous publierons comme chaque année un bulletin spécial après le 10 avril afin que vous en preniez connaissance.

Nous assistions avec Stéphane LARGEAU au Conseil Consultatif des Voyageurs Handicapés et à Mobilité Réduite. Le compte rendu vous sera communiqué dès qu’il nous parviendra.

Le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées s’est réuni les 11 et 25 mars, Edouard FERRERO et moi-même y étions comme de coutume. Les comptes rendus des réunions plénières du CNCPH sont disponibles deux ou trois mois après chaque réunion, ils font précisément le point sur les sujets traités mais sont généralement trop détaillés pour que nous puissions les diffuser dans ce bulletin. Un site du CNCPH est en cours de création, nous ne manquerons pas de vous informer lorsqu’il sera ouvert.

Thierry JAMMES a réuni la Commission Accessibilité le 27 mars, deux jours plus tôt il avait représenté la CFPSAA lors d’une table ronde menée par les députées Dominique ORLIAC et Jacqueline GOURAULT sur l’accessibilité électorale.

Le 28 mars dernier, s’est tenue l’Assemblée Générale du Conseil Français des Personnes Handicapées pour les Questions Européennes (CFHE) dont la CFPSAA est membre fondateur. La matinée fut consacrée à des échanges sur l’orientation des politiques européennes en matière de handicap et sur les élections du parlement européen du 25 mai 2014. Etienne CUCHE, représentant du Forum Européen des Personnes Handicapées, Karima DELLI (EELV), Philippe JUVIN (UMP) et Hamou BOUAKKAZ (PS) ont exposé les objectifs respectifs du FEPH et de leur parti politique et répondu aux questions de la salle. L’après-midi, les traditionnels rapports (moral et financier) du CFHE ont été approuvés par l’Assemblée Générale qui a élu un nouveau Président : Albert PREVOS. Issu de l’association APAJH il fut Inspecteur Général de l’Education Nationale et a été impliqué dans le fonctionnement des institutions européennes qu’il connaît parfaitement. Le Président de la CFPSAA a été réélu Vice-président pour une période de deux ans.

Le 31 mars, l’Association BrailleNet organisait son colloque annuel à la Cité des Sciences sur le thème « l’utilisateur au cœur de l’accessibilité numérique ». Ouiza OUYED Présidente de notre commission NTIC y assistait, le Président de la CFPSAA animait une session dans laquelle intervenait l’Adjointe du Défenseur des Droits, le Secrétaire du Forum Européen des Personnes Handicapées et la personne en charge des politiques transversales de l’ANEC association européenne qui porte la voix des consommateurs en matière de normalisation. Ces trois intervenants ont permis de constater que le Défenseur des Droits pour la France, les instances européennes et les consommateurs réalisent à présent l’importance de rendre le numérique accessible à tous. Durant cette journée, l’Association BrailleNet a dévoilé les résultats d’une étude touchant plus de 600 sites publics et montrant qu’une faible minorité d’entre eux respecte l’obligation de déclaration d’accessibilité qu’impose l’article 47 de la loi du 11 février 2005. Une synthèse de l’étude sera publiée dans le prochain bulletin.

Le décret n° 2014-362 du 20 mars 2014 (JO n° 0069 du 22 mars 2014 page 5682) modifie l’article D245-24 du Code de l’Action Sociale et des Familles concernant les aides animalières. Plutôt que de reproduire ici le texte du décret, nous préférons publier les articles du code tels qu’ils résultent de celui-ci.

Le même jour, un arrêté publié au même JO page 5685 dont nous publions les extraits principaux fixe le modèle du certificat national remis à la famille d’accueil chargée de l’éducation du chiot destiné à devenir un chien-guide d’aveugles ou un chien d’assistance, puis à l’attributaire d’un chien-guide d’aveugles ou d’assistance, en activité ou non, cet arrêté précise aussi les conditions de labellisation des écoles de chiens guides d’aveugles.

L’Arrêté du 27 mars 2014 (JO n°0078 du 2 avril 2014 page 6344) modifie l’arrêté du 19 novembre 1997 créant un certificat d’aptitude à l’éducation et la rééducation de la locomotion auprès des personnes déficientes visuelles, il précise notamment la liste des diplômes requis des candidats qui souhaitent entreprendre la formation et la composition du dossier d’inscription qui doit être adressé à la direction générale de la cohésion sociale au plus tard un mois et demi avant la date de chaque session, par l’intermédiaire des directeurs d’établissement ou des centres de formation, qui s’assurent de la bonne constitution des dossiers.

Le contenu de ce bulletin est très diversifié. J’attire votre attention sur l’offre d’emploi du CFRP de l’AVH, les expositions accessibles qui me semblent d’un intérêt tout particulier, la nouvelle édition du concours Onkyo pour les défenseurs du braille, la publication d’un livre sur "l’Echolocalisation", cette liste est loin d’être exhaustive, j’espère que tous les articles vous intéresseront.

Bonne lecture et à très vite.

Philippe CHAZAL Président de la CFPSAA.

Aller à la table des matières

CLAUDE CHAMBET

Claude CHAMBET n’est plus, elle fut une des grandes figures de notre petit monde. Née en 1930 elle fit des études de médecine et toute jeune diplômée elle entra au Ministère du travail comme médecin conseil.

Travailleuse acharnée elle partageait son temps entre le Ministère et l’association de sa mère Marguerite CHAMBET, « Association pour nos aveugles » fondée en 1918 pour aider les aveugles de guerre. Cette association possédait déjà une imprimerie Braille, un magasin contenant toutes sortes d’objets pouvant aider les personnes aveugles dans leur vie courante et plusieurs bénévoles enseignant sous la coupe de « Marguerite » ce qui, des années plus tard, deviendraient la locomotion et la rééducation basse vision, initialement destinées aux aveugles tardifs.

Tout le travail de Claude a consisté à transformer ces intuitions géniales en un tout solide, charpenté, cohérant, s’articulant sur de solides bases scientifiques. Non seulement elle créa en France, avec Jean-Marie CIERCOT qui en fit la partie juridique, le diplôme d’instructeur de locomotion, mais elle imposa au niveau mondial les bases de la rééducation basse vision étendue aux malvoyants. Ce fut un travail magnifique et exemplaire concrétisé par les centres de Marly et de la rue Jacquier ou nous avons tous beaucoup travaillé.

Pour ma part, quand je l’ai connue il y a 40 ans, ce qui m’avait séduit était son amour de la vie et le regard à la foi lucide et bienveillant qu’elle portait sur les gens et les évènements. Tous ceux qui sont passés par Marly peuvent en témoigner ; pour elle rééducateur et rééduqué ne devaient faire qu’un, le rééducateur utilisant les points forts et les points faibles de son élève et celui-ci mettant toute son énergie à contourner son handicap. Elle adorait la vitesse en voiture, le vent sur les rochers bretons les jours de tempête un bon repas bien arrosé, mais c’était surtout une bosseuse dévoreuse de dossiers, toujours à la recherche d’une amélioration, d’une progression.

Malheureusement ses dernières années furent solitaires et affreusement tristes : ennuis médicaux graves en cascade mais surtout le démantèlement de son association, la fermeture de Marly, le départ des instructeurs de locomotion c’était toute sa vie qui s’écroulait.

Chrétienne convaincue elle essaya courageusement de faire face. Heureusement elle fut très entourée par Catherine BUFF durant ses derniers instants passés en Dordogne dans un pays que nous aimions autant l’un que l’autre.

Que son souvenir nous serve d’exemple.

de Jean-Pierre GANTET

Aller à la table des matières

2) ACTUALITES INSTITUTIONNELLES

2-A) INTERVENTIONS LORS DE LA CLOTURE DES CONCERTATIONS

INTERVENTION DE MADAME CHRISTEL PRADO – PRESIDENTE DE L’UNAPEI

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres et les Parlementaires, Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents,

Les associations membres du Comité d’entente tiennent à vous remercier d’avoir mis en place la concertation annoncée lors Comité Interministériel du Handicap du 25 septembre dernier. Le calendrier serré n’a entaché en rien la qualité des travaux menés par toutes les parties prenantes sous la Présidence de Mme Claire-Lise CAMPION.

Monsieur le Premier Ministre, en demandant en 2012 à ce que votre discours de politique générale soit transcrit en Facile à Lire et à Comprendre, vous n’avez pas seulement permis aux personnes déficientes intellectuelles de mieux comprendre la politique gouvernementale menée pour l’ensemble de nos concitoyens, vous avez engagé concrètement notre pays dans la voie de l’inclusion, c’est-à-dire de l’adaptation de la société à l’ensemble de ses composantes comme le prévoient les textes internationaux.

Malheureusement, et une nouvelle fois, la volonté politique a été, malgré la vigilance de Mme CAMPION, malmenée par l’appareil normatif dont la première des vertus n’est pas la perméabilité à l’innovation. Cette pression contraint notre pays à un immobilisme qui décourage l’ensemble des parties prenantes, aussi bien les représentants des personnes en situation de handicap que les acteurs économiques. Elle frustre aussi les administrations qui souhaitent accompagner ces mouvements pour notre société.

Alors, à accessibilité à tout pour tous, portée par la loi du 11 février 2005, les chantiers de concertation se sont contentés de revisiter des notions qui excluent la spécificité des personnes en situation de handicap intellectuel, psychique, cognitif et sensoriel :
- Le chantier Ad’Ap a porté sur la programmation des mises aux normes. Et comme il n’en existe pas pour ces handicaps, le résultat est conforme au programme. Rien ne concerne les personnes dont j’ai cité plus haut les situations de handicaps. Ce sont plus de 3 millions de nos concitoyens qui ont été oubliés par ce chantier.
- Le chantier de l’ajustement de l’environnement normatif. Nous avions bon espoir de voir les choses évoluer. Or, sur 23 réunions, une seule a porté sur l’élargissement à d’autres types de handicap. Nous sommes heureux des avancées promises sur la qualité des boucles magnétiques avec une norme AFNOR et sur les interphonies permettant un échange visuel avec l’extérieur. Cependant, dans la concertation, nous avons constaté des freins concernant l’acoustique et la pollution sonore - l’accessibilité à l’environnement doit passer par un confort d’écoute entre toutes les parties prenantes. L’accessibilité numérique, essentielle pour les personnes handicapées visuelles que l’article 47 de la loi de 2005 rendait applicable pour les services publics dans les trois ans après la promulgation de la loi, n’a pas été traitée.

Le Facile à Lire et à Comprendre que vous nous demandez et que vos Ministres nous demandent, outil européen n’a pas été pris en compte au motif qu’il n’est pas « scientifique ». Nous espérons que la mise en œuvre des registres d’accessibilité et que le chantier de normalisation des pictogrammes puissent rapidement produire leurs effets.

Nous n’avons pas d’amertume, Monsieur le Premier Ministre. Des militants se doivent de poursuivre l’objectif qui les anime et qui plus est, d’accompagner la mise en œuvre d’une loi votée au Parlement.

Nous savons qu’en entendant ces mots, vous serez peiné, parce que ce n’est pas ce que vous souhaitiez. Mais nous vous devons la vérité par respect pour les fonctions que vous exercez et pour les convictions que vous portez. Personne n’a voulu mal faire. Mais le résultat est là, en 140 heures de bénévolat, nous n’avons obtenus que seuls les conducteurs de transports collectifs soient sensibilisés aux handicaps non encore inclus dans les normes.

Aller à la table des matières

INTERVENTION DE MONSIEUR ALAIN ROCHON – PRESIDENT DE L’APF

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres et les Parlementaires, Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents,

1 - Je souhaite à mon tour saluer la concertation que vous avez ouverte le 25 Septembre en CIH et remercier tout particulièrement Mme la Sénatrice CAMPION ainsi que Mme PROST-COLETTA, sans oublier l’implication des branches professionnelles. 140 heures de débats entre normes et AdAp, et qui ne sont peut-être pas complètement achevés…

2 - Je voudrais aussi souligner l’importance de la communication. Nous en attendons :
- un engagement déterminé du Gouvernement sur un objectif inchangé : l’accessibilité universelle ;
- 2014 doit être une année « utile » !

Ensemble :
- nous devons changer le regard que les Français portent sur le handicap et les situations de handicap ;
- nous devons convaincre tous les acteurs que l’accessibilité n’est pas une charge mais un investissement dans une société qui avance en âge.

3 - Concernant les AD’AP, Vous nous aviez promis des délais resserrés en septembre. Or nous risquons de devoir patienter 10 ans encore dans certains cas, je pense aux transports ferroviaires.

Nous attendons donc que les 3 premières années des Adap constituent une avancée consistante, irréversible et visible,
- dans notre environnement immédiat : commerces de proximité, cabinets médicaux,
- mais aussi dans nos démarches, nos déplacements, la scolarisation de nos enfants, ….
- et bien sûr pour tous les types de handicap.

Nous attendons que la règle des 3 ans soit la règle de base et qu’au-delà,
- 6 ans, mais pourquoi pas un peu moins…, soient une exception ;
- et 9 ans constituent une dérogation strictement encadrée.

Nous attendons que le dispositif soit contrôlé
- un an après pour s’assurer de sa mise en place,
- 3 ans après pour s’assurer des résultats.

Nous attendons que des sanctions significatives soient mises en œuvre, si des incitations financières ne sont pas possibles. Enfin, s’agissant du chantier des normes, nous sommes particulièrement préoccupés par la chute forte et continue du nombre des logements accessibles aux personnes à mobilité réduite. Alors même que se construisent de plus en plus de petits immeubles de moins de 4 étages qui n’ont pas d’ascenseurs. Nos adhérents, mais aussi les personnes âgées, ne voudraient pas être les seuls à ne pas bénéficier du programme de 500.000 logements que vous allez bientôt lancer.

Je vous remercie.

Aller à la table des matières

3)- ACTUALITES SOCIALES :

3-A) UN TRAVAIL POINTU SUR LA SCOLARISATION DES ÉLEVES HANDICAPÉS

28 févr. 2014

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp), dans son plan de travail 2014, s’engage dans une étude qualitative sur la scolarisation des enfants handicapés. Aujourd’hui, la scolarisation des élèves en situation de handicap dans le milieu ordinaire continue de progresser et ce aux trois niveaux de la scolarité (primaire, collège, lycée). La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Éducation nationale s’engage dans une étude qualitative. En effet, « afin d’analyser les parcours et les performances de ces élèves », elle a constitué un panel de près de 13 000 élèves handicapés répartis en deux cohortes : des élèves nés en 2005 scolarisés dans l’enseignement élémentaire et des élèves nés en 2001 scolarisés dans l’enseignement secondaire. Une enquête auprès des familles est prévue en 2014 sur le déroulement de la scolarité, la nature du trouble, le milieu social et les pratiques éducatives. Elle sera enrichie également de témoignages d’enseignants référents ou des élèves eux-mêmes.

Aller à la table des matières

3-B) LES HANDICAPÉS DE PLUS EN PLUS VICTIMES DE LA CRISE DE L’EMPLOI

Par Christine LAGOUTTE - Publié le 31/03/2014

Malgré les pénalités financières, les entreprises peinent à augmenter leurs recrutements, faute de candidats formés et diplômés.

À l’heure où le chômage poursuit sa progression sans fin, les personnes en situation de handicap veulent se faire entendre. L’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées), qui collecte les contributions des entreprises en faveur du handicap et favorise l’insertion de cette population dans l’emploi, lance ce lundi une campagne nationale de communication. Sous la bannière « handicap & emploi, c’est normal et c’est possible », cette opération de sensibilisation, qui passera pendant deux semaines sur les grandes chaînes de télé, veut tout à la fois « montrer que des solutions pragmatiques face au handicap existent » et « encourager les entreprises à poursuivre les recrutements ».

Même si la loi incite depuis plusieurs années le monde du travail à changer de pratiques vis-à-vis des personnes en situation de handicap, les choses évoluent lentement. Le taux de chômage des travailleurs handicapés atteint 21% - soit le double du taux de chômage national -, alors que seulement 35% d’entre eux ont un emploi (contre 64 % de la population active). En 2013, plus de 403.000 personnes handicapées se sont inscrites à Pôle emploi.

Le bilan est donc plus que mitigé. Pourtant depuis la loi de 1987 (complétée par celle de 2005), les entreprises de plus de 20 personnes sont soumises à l’obligation d’employer au moins 6% de personnes handicapées dans leurs effectifs. Mais aujourd’hui ce taux n’excède pas 3%.

1500 fois le SMIC horaire

Si le seuil de 6% n’est pas atteint, l’entreprise est redevable d’une contribution financière à l’Agefiph ou au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (Fiphfp). En outre, depuis le 1er janvier 2010, si aucune action en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés n’est engagée pendant plus de trois ans (hormis la contribution à l’Agefiph), le montant de la contribution par bénéficiaire manquant est porté à 1500 fois le SMIC horaire.

Comme le rappelle l’Agefiph, en incluant l’ensemble de leurs actions (recours à la sous-traitance, accueil de stagiaires…), « 92% des entreprises emploient directement ou indirectement des personnes handicapées ». Mais elles butent souvent sur un écueil difficile à résoudre : plus de 80% des handicapés n’ont pas le bac. Se pose donc pour elles un problème aigu de formation. En un mot, les entreprises ne parviennent pas à trouver les candidats pour leurs postes à pourvoir.

Selon une enquête réalisée par Handi2day, un salon de recrutement en ligne et sur mobile dédié aux candidats en situation de handicap, les entreprises recherchent en effet à 68% des bac + 3/4 ou + 5 et seulement pour 12% d’entre elles des bac + 2. Autre enseignement de cette étude, qui a mobilisé une cinquantaine de grandes entreprises de secteurs très diversifiés, le top 3 des métiers les plus recherchés place l’informatique largement en tête (39% des postes à pourvoir), suivie du commerce (11%) et l’industrie (12%). Quant aux régions dans lesquelles les personnes en situation de handicap ont le plus de chances de décrocher un job, pas de surprise : l’Île-de-France concentre 46% des recrutements, Rhône-Alpes 11% et les Pays de la Loire 6%

Aller à la table des matières

4)- ACTUALITES FRANCAISES DU HANDICAP

4-A) L’ALTRUISME DE BERNARD PEYSSON

Militant associatif et politique, presque aveugle, il vit avec et pour les autres, recevant et donnant en espérant améliorer la condition des femmes et des hommes qu’il côtoie. Portrait. La vie de Bernard PEYSSON est tournée vers les autres : "J’ai toujours été quelqu’un qui milite pour aider les uns et les autres, j’ai moi-même été aidé par les autres. L’important pour moi, c’est de prendre ma vie en main, et de faire profiter de mes compétences." Presque aveugle, il est âgé de 39 ans et élève ses deux enfants de sept et neuf ans à Vertou, près de Nantes où il travaille au sein des Douanes. Il n’a jamais vu à 100 %, mais a lu et écrit en noir jusqu’à ses 16 ans, où il a presque totalement perdu la vue. Il est passé par le Centre de Rééducation Fonctionnelle pour Aveugles et Malvoyants de Marly-le-Roi, en région parisienne, pour apprendre l’usage de la canne blanche et la locomotion, maîtriser le braille. Puis il a suivi une formation et est entré comme contractuel au service des douanes. Bien intégré, Bernard PEYSSON est actuellement assistant de prévention chargé d’adaptation de postes en lien avec la médecine du travail : "Je suis reconnu dans ce travail. J’ai rencontré quelques problèmes avec les outils logiciels au début, mais ils sont maintenant réglés." Il déplore toutefois de grosses lacunes d’information sur les adaptations de postes de la part de la direction des Douanes et des syndicats de salariés. Il tire de son expérience de vie l’enseignement suivant : "Quand un individu à la volonté de se prendre charge, avec le soutien de la famille, il y arrive. Mais quand le handicap survient tard ou qu’on ne rencontre pas les bonnes personnes, c’est différent. La question, c’est d’aller vers les autres. C’est nous qui devons faire l’effort." Et il s’emploie à rendre aux autres ce qu’il a reçu, en militant au sein de l’association La Chaloupe Nantaise, qui aide les français et les étrangers malades, sans logement, qui n’entrent pas dans les "cases" de l’administration : "Le changement de majorité gouvernementale n’a pas modifié grand-chose pour eux. Mais si je me projette cinq à dix ans en arrière, il y avait à l’époque davantage d’aides et de subventions. Notre action est menée dans un contexte global de réduction des aides publiques." Ce qu’il constate également pour son quotidien d’homme aveugle qui a besoin d’aide à domicile : "Il y a quelque temps, avec une Prestation de Compensation du Handicap on pouvait employer, mais les subventions aux associations d’aides à la personne baissent, elles ont moins de soutien, ce qui entraîne une réduction du nombre d’heures que l’on peut payer à PCH constante." Confronté à ce contexte difficile, Bernard PEYSSON a décidé d’agir politiquement : "L’associatif est important pour être entendu en tant que citoyen. Mais beaucoup de personnes considèrent que les hommes politiques sont pourris. Il faudrait que les citoyens s’investissent dans la politique." Ce qu’il fait, au sein du parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV), et en se lançant dans la bataille électorale à Vertou, ville natale de la célèbre sourde-aveugle Marie HEURTIN : Bernard PEYSSON est candidat sur la liste EELV, qui espère mettre un terme au règne d’une dynastie de notaires qui régente la ville depuis plusieurs générations. "La commune est gérée sans dette, de main de maître, reconnaît Bernard PEYSON. Mais avec très peu de services à la population et de subventions aux associations à vocation sociale, ces financements étant réservés aux activités économiques ou de prestige. Les transports dépendent de Nantes Métropole, et la mairie n’a pas souhaité investir dans ce domaine. On aimerait avoir des transports dignes de ce nom." Il apprécie davantage la vie plus active qui règne à Rezé, toujours en pays nantais. Et il craint que l’Institut Les Hauts Thébaudières, qui comporte un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce Polyvalent et un Institut pour Handicapés Visuels réputé dans la région, quitte Vertou pour une autre commune de la banlieue nantaise. Ce que Bernard PEYSSON ne peut que regretter : "On est des hommes et des femmes, le handicap vient après."

Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard rédacteur en chef du magazine Yanous

Aller à la table des matières

4-B) L’ECHOLOCALISATION

"Mais qu’est-ce donc que l’écholocalisation, active en particulier ? Certains non-voyants parlent de « sens des masses » de « pression faciale » et autres « courants d’air » : on ne parle pas toujours de la même chose mais très souvent il s’agit tout simplement d’écholocalisation !!!"

Eric TAQUET, co-fondateur et président de l’Association Canopée, nous annonce la traduction du livre de l’américain Tim JOHNSON "Beginner’s Guide to Echolocation…". Un CD MP3 a été ajouté à ce livre à destination des mal ou non-voyants. Ce livre est disponible sur le site « Amazon.fr » (au prix de 29.50€, CD inclus) sous le titre "Guide du débutant en écholocalisation pour les aveugles et malvoyants".

Pour Eric TAQUET : "Les objectifs de cette traduction française : faire connaître et sensibiliser à la nécessité d’aborder l’écholocalisation dès le plus jeune âge (dès 6 mois) ; solliciter des acteurs parmi vous afin que ce procédé soit enseigné en France et qu’il existe des instructeurs en locomotion « et spatialisation » "

Vous trouverez ci-après :
-  le lien pour arriver directement sur la page Amazon.fr : www.amazon.fr/gp/product/295...
-  la table des matières : Avant-Propos Chapitre 1 : Introduction À L’écholocalisation Qu’est-Ce Que L’écholocalisation ? Les Avantages Considérables De L’écholocalisation Surmonter La Perte De La Vue Grâce À L’écholocalisation Pourquoi L’écholocalisation N’est-Elle Pas Une Pratique Plus Courante ? 1. On N’en A Jamais Entendu Parler 2. On Ne Comprent Pas Cette Méthode 3. On S’imagine Qu’il S’agit D’un Défi Insurmontable James Holman : Aventurier Aveugle L’écholocalisation Peut-Elle Être Enseignée Aux Voyants ? Pourquoi Enseigner L’écholocalisation À Une Personne Voyante ? Une Occasion Unique D’apprendre L’usage De L’écholocalisation Dans Les Sous-Marins

Chapitre 2 : Débuter Votre Découverte L’apprentissage De L’écholocalisation : Comment Surmonter Ce Défi46 Changer De Modèle Sensoriel L’écholocalisation La Proprioception L’intéroception Le Sens De L’équilibre La Perception Thermique La Perception De La Durée Ou Du Temps La Réception Magnétique La Perception Extra Sensori Garder L’esprit Ouvert Prendre Des Risques Calculés !

Chapitre 3 : Commencez L’expérience De L’écholocalisation Qu’est-Ce Qu’une Onde Sonore ? Comprendre Les Qualités Du Son La Hauteur Le Volume La Phase La Direction La Distance Le Timbre Les Principes Fondamentaux D’un Écho Entrer En Phase Avec Son Sens Acoustique Écouter Avec Le Cerveau Exercices D’audition La Méditation Par L’écoute Sensibiliser Votre Ouïe Grâce À La Musique La Sensation D’écholocalisation L’écholocalisation En Voiture Le Son D’un Poteau Rond Le Son D’une Boîte Aux Lettres Le Son De Voitures Garées Le Son D’une Clôture Exercices De Sensibilisation À L’écholocalisation L’écholocalisation En Termes De Réverbération Le Temps De Réverbération

Chapitre 4 : Signaux Pour L’écholocalisation Écholocalisation Passive Ou Active ? Signaux Pour L’écholocalisation Passive Proprietés D’un Signal Type ’’Petit Bruit Sec Avec La Bouche’’ Ou "Clic" La Fréquence Volume La Clarté La Direction L’alignement Différentes Techniques Pour Produire De Petits Bruits Secs Ou Clics Le Claquement De Langue Type "Cluck" Le Claquement De Langue Type "Giddyup" Le Claquement De Langue Type "Ici Minou" Le Claquement De Langue Type "Pop De Langue" Le Son "Sshh" Autres Signaux Un Signal Sonore D’un Point De Vue Technique Analyse Spectrale Du Claquement De Doigts Analyse Spectrale Du "Cluck" Analyse Spectrale De "Ici Minou !" Analyse Spectrale Du "Giddyup" Analyse Spectrale Du Pop De Langue Analyse Spectrale Du "Sshh" Analyse Spectrale Du Frottement De Doigts Analyse Spectrale D’un Bruit Blanc Pur Pourquoi Un Signal À 3 Khz Est Optimum Pour L’écholocalisation ? Moyens Pour Produire Des Clics Et Alternatives Trouver Votre Signal

Chapitre 5 : Leçons D’écholocalisation Voir Quelque Chose Ou Ne Rien Voir ? Droite Ou Gauche ? Au-Dessus Ou En-Dessous ? Apprendre À Estimer Les Distances Étalonnage Des Surfaces Inclinées Étalonnage Des Surfaces Arrondies Apprendre À Distinguer Les Matériaux Les Caractéristiques D’absorption De Fréquence De Divers Matériaux S’approprier Sa Propre Sensation Localisation D’une Embrasure De Porte Se Déplacer Dans Un Milieu Familier Parcourir Un Trajet Familier Utilisation Du Cortex Visuel Pour Construire Des Images Non Visuelles

Chapitre 6 : Formation Permanente Comment Devenir Un Expert En Écholocalisation ? Que Faire Maintenant ? À Propos De L’auteur Références Programmes D’écholocalisation Articles / Sites Internet Livres Additifs À La Version Originale

Aller à la table des matières

4-C) EXTRAIT DES MAGAZINES YANOUS ACTULITÉ N° 422 ET 423

www.yanous.com

VENDREDI 21 MARS - SANTE/CECITE - PROTHESE RETINIENNE FINANCEE.

La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, annonce le financement de l’implantation d’un modèle de prothèse épirétinienne, l’Argus II du fabricant californien Second Sight. Elle est composée "d’un implant rétinien, d’une unité de traitement vidéo, et de lunettes intégrant une caméra miniature et une antenne externe, explique le ministère dans un communiqué. Les images acquises par la caméra sont transformées en signaux électriques et transmises à l’implant rétinien grâce à l’antenne. L’implant rétinien transmet le signal électrique vers le cortex cérébral visuel via la rétine non lésée et le nerf optique, restaurant partiellement la vue." Ce ne sont pas des images complètes, mais des formes et traits qui sont ainsi restitués, limites actuelles de ce type de prothèse. Son acquisition et son implantation seront financées au moyen du tout-nouveau Forfait innovation, mais le ministère n’a pas été en mesure de préciser si une part de dépenses resterait à la charge de la trentaine de personnes aveugles qui pourraient annuellement recevoir cet "oeil artificiel". Le Forfait innovation est un "système de prise en charge dérogatoire conçu pour mettre plus vite à disposition des patients des solutions thérapeutiques particulièrement innovantes, précise-t-il dans un communiqué [Il] inclut la prise en charge de l’acte et des frais d’hospitalisation associés et, le cas échéant, la prise en charge du produit ou de la prestation."

VENDREDI 14 MARS - LOISIRS/CECITE/SURDITE - GAUMONT TESTE A TOULOUSE.

Le cinéma Gaumont Wilson veut tester du matériel destiné aux spectateurs malentendants ou malvoyants. Le Pôle Handicap de la ville rose est chargé de recueillir les coordonnées d’une dizaine de personnes intéressées, qui seront invitées pour une séance matinale à une date encore à déterminer. Le procédé testé consiste en une audiodescription pour les spectateurs déficients visuels et une amplification pour ceux qui sont malentendants, restituées sur smartphones ou tablettes au moyen d’écouteurs. De ce fait, seules les personnes qui possèdent un tel matériel peuvent participer au test. Renseignements : Hadda Madache, Pôle Handicap de Toulouse, au 05 62 27 62 63. Gaumont Pathé avait testé, pendant l’hiver 2013, des lunettes Sony à sous-titres et audiodescription, avec des résultats contrastés.

JEUDI 13 MARS - LA PERLE DE LA SEMAINE.

Récoltée en Russie par la voix de l’un de ses organes de propagande qui donne une leçon à la France en publiant un courriel diffusé par le député UDI du Territoire de Belfort et maire de Valdoie, Michel Zumkeller, aux maires de sa circonscription : "Grace à notre mobilisation, le gouvernement vient d’annoncer le report à 2021 de l’obligation de mettre aux normes d’accessibilité les lieux publics." Etonnant propos quand on sait que ce même député avait voté en faveur de la loi du 11 février 2005 qui fixait à dix ans la période de mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public et des transports...

MERCREDI 12 MARS - JUSTICE -PCH DEDUCTIBLE D’UNE INDEMNISATION.

La Cour de Cassation confirme sa jurisprudence selon laquelle les sommes versés au titre de la Prestation de Compensation du Handicap sont déductibles lorsque ledit handicap résulte d’un délit ou d’un crime dont les préjudices sont couverts par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI). La Cour a ainsi cassé un arrêt de Cour d’Appel qui considérait qu’étant versée par le Conseil Général, la PCH n’ayant pas un caractère indemnitaire ne pouvait être déduite des sommes allouées. En pratique, la CIVI demande aux victimes de demander cette PCH avant de liquider le montant de leurs préjudices desquels elle déduit les sommes versées.

MARDI 11 MARS - ACCESSIBILITE - LE CNCPH VEUT RENFORCER.

Malgré la forte pression gouvernementale relayée par le représentant de l’APAJH, le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH) a refusé d’adopter "avec réserves", comme il le lui était demandé, le projet de loi d’ordonnance réformant l’accessibilité prévue par la loi du 11 février 2005. Ses membres ont pris acte de ce texte tout en adoptant une motion qui demande au Gouvernement de réduire les délais supplémentaires accordés au titre des Agendas d’Accessibilité Programmée et qui s’étalent jusqu’à 9 ans. La motion pointe les principales failles du dispositif : absence de sanction pour non-dépôt d’ADAP ou pour inexécution dans le domaine des transports, flou sur le caractère d’exception des cas de suspension et de prolongation des ADAP, absence d’obligation de publicité de l’ADAP empêchant les usagers de savoir si un établissement est en règle ou pas, caractère facultatif dans les petites communes du Plan de mise en accessibilité de la Voirie et des Espaces publics. Enfin, le "CNCPH réitère l’importante nécessité de disposer de logements accessibles avec des ascenseurs dans les bâtiments d’habitation collectifs à partir de R+3, c’est-à-dire pour les immeubles de 3 étages", relevant "la perte de logements accessibles estimés à 75.000 pour la période 2006-2010

MARDI 11 MARS - ÉDUCATION - BAC A DISTANCE.

Les candidats handicapés postulant au baccalauréat général, technologique et professionnel pourront composer à distance via des installations audiovisuelles, sans avoir à se déplacer. Un décret et un arrêté publiés au Journal Officiel, applicables dès la session 2014, définissent les publics concernés, la procédure, les modalités de la surveillance. Cette réglementation est également applicable aux délibérations du jury.

LUNDI 10 MARS - TRANSPORTS/CECITE - METRO-TRAM SONORES A TOULOUSE

Le réseau des transports de l’agglomération toulousaine, Tisséo, propose à ses usagers déficients visuels des audiodescriptions permettant de se familiariser avant, pendant ou après les déplacements avec les stations des lignes A et B du métro ainsi qu’avec celles de la ligne de tram T1. Ces fichiers téléchargeables au format MP3 proposent un parcours virtuel en décrivant séparément les quais des stations de tramway et de métro, les équipements des stations de métro ainsi que le trajet pour en sortir, les points d’intérêt environnants des stations de métro et de tram ainsi que les correspondances bus. Les descriptions des stations de métro sont découpées en plusieurs séquences du fait de leur complexité relative. Très complètes et précises, elles ont été réalisées en collaboration avec des usagers déficients visuels.

SAMEDI 8 MARS - SPORTS - PRIMES POUR LES PARALYMPIQUES.

Les primes accordées par l’État aux « handisportifs » et à leurs guides lorsqu’ils obtiennent une médaille lors de Jeux Paralympiques sont désormais garanties par un décret qui vient de paraître. D’un montant, fixé en 2014 par arrêté, de 50.000€ pour une médaille d’or, de 20.000 € pour l’argent et 13.000€ pour le bronze, elles sont réduites de 15% en cas de résidence à l’étranger, assujetties à l’impôt sur le revenu mais ne sont pas prises en compte dans le calcul de l’Allocation aux Adultes Handicapés, de la Prestation de Compensation du Handicap ou d’une pension d’invalidité. Les conditions et montants sont identiques à celles des participants aux Jeux Olympiques, hommes ou femmes.

VENDREDI 7 MARS - EMPLOI - LOI FORMATION PROMULGUEE.

La loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a été publiée au Journal Officiel, après son adoption définitive par le Parlement le 27 février dernier. Les dispositions adoptées par le Sénat le 20 février n’ont pas été modifiées en Commission Mixte Paritaire pour ce qui concerne les travailleurs handicapés : intégration dans le cadre commun à tous les salariés, suppression de la rémunération spécifique des stagiaires handicapés. Aucune association nationale de personnes handicapées n’est intervenue publiquement lors du débat parlementaire, ou n’a réagi au sujet de la suppression des dispositions qui offraient un meilleur cadre de prise en charge des actions adaptées de formation professionnelle. Au fil des ans, les travailleurs handicapés ont perdu l’accès aux actions de formation sans condition de durée minimale d’inscription comme demandeurs d’emploi et les dérogations liées à l’âge. Seule à réagir, l’Association des Paralysés de France se dit "plutôt satisfaite de la loi telle qu’elle a été retravaillée, commente Véronique Bustreel, conseillère nationale Travail-Emploi-Formation et Ressources. On revient au droit commun après un transfert de compétence à l’Agefiph non compensée financièrement." Elle salue l’extension du droit à la formation pour les travailleurs malades, au maintien dans l’emploi des accidentés du travail et aux travailleurs en Etablissement et Service d’Aide par le Travail (Esat).

JEUDI 6 MARS - LOISIRS/PARENTS - POURQUOI LE LIEVRE ?

C’est à un drôle de conte à épisodes que convie Signes Roya et ses acolytes : la découverte de l’histoire du lièvre, de la création de ses grandes oreilles, de la disparition de son intrépidité transformée en craintivité maladive. Qu’a-t-il bien pu arriver à ce petit animal jadis si malin ? Petits et grands, entendants ou sourds, bien ou malvoyants sont invités à le lire, le voir et l’entendre dans un album illustré accompagné d’un DVD mettant le conte en scène, les deux comédiennes jouant à la fois en version sonore et langue des signes. Au fil des épisodes, le lièvre devra récupérer sa maison que la renarde lui a prise, faire la course avec un hérisson, soutenir le défi du Grand Esprit en combattant trois grands animaux sauvages pour devenir le plus puissant d’entre eux. Cet album, issu d’un conte créé en 2012, est vivement interprété par Mathilde Chabbey et Elisa Nesta, avec la mise en musique et les bruitages de Wilfrid Houssin, sur une mise en scène de Nathalie Masséglia. Pourquoi le lièvre ? Album-DVD édité par Signes Roya, 25€ chez l’éditeur.

MERCREDI 5 MARS - ACCESSIBILITE - ORANGE DEMANTELE SES CABINES.

Société privée issue de la privatisation de France Télécom, Orange lance un plan de démantèlement des cabines téléphoniques et publiphones installés dans des services publics, des commerces ou sur la voie publique. Parallèlement, l’entreprise demande à chaque préfet une dérogation de mise en accessibilité de ces installations invoquant leur démontage d’ici fin 2016. Orange précise que le trafic généré depuis les cabines et publiphones a chuté de 90% depuis 2009, et que leur mise en accessibilité coûterait 80 millions d’euros. Le service universel des télécommunications prévoit toutefois que chaque commune dispose d’au moins une cabine téléphonique publique, qui devront donc être mises en accessibilité "tous handicaps". Orange sous-traite l’entretien de ces cabines, dont le maintien fait actuellement l’objet d’un appel d’offres au titre de la concurrence des marchés publics

LUNDI 3 MARS - ADMINISTRATION - LE HANDICAP AUX METROPOLES.

Selon le site d’information Acteurs Publics, le deuxième volet de décentralisation qui sera inclus dans un projet de loi présenté fin avril devrait entériner la fusion des départements de petite couronne au sein de la métropole de Paris, qui sera créée le 1er janvier 2016 (lire l’actualité du 24 janvier 2014). Il est également envisagé de transférer aux 14 nouvelles métropoles les compétences du Conseil Général pour ce qui concerne la population du territoire desdites métropoles. Cela entrainerait le transfert à ces dernières des aides aux personnes handicapées, et la création de maisons métropolitaines chargées de les accorder (lire ce Focus). Ce projet de loi risque également de se télescoper avec celui qui concerne l’adaptation de la société au vieillissement, dans lequel figure la création de conseils départementaux pour la citoyenneté et l’autonomie qui feront double emploi avec les actuels Conseils Départementaux Consultatifs des Personnes Handicapées.

JEUDI 20 FEVRIER - EMPLOI - LOI FORMATION AU SENAT.

Le projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a été adopté par le Sénat après l’avoir été à l’Assemblée Nationale le 7 février. Ce texte sera définitivement voté dans quelques jours, après élaboration par une Commission Mixte Paritaire d’un texte commun aux deux chambres. Sans attendre le prochain projet de loi de décentralisation, il transfère de l’État aux Conseils Régionaux le pilotage de la formation professionnelle des travailleurs handicapés. Ces derniers rejoignent le cadre commun des salariés qui se constituent, au fil de leur activité professionnelle, un compte personnel de formation limité à 150 heures. Ce compte est utilisable dans le cadre de la formation permanente, ou en cas de perte d’emploi pour se requalifier. L’Agefiph ou le Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique pourra compléter le compte personnel d’un travailleur handicapé, sans obligation ni contrainte de pourcentage du nombre d’heures de stage de formation à prendre en charge. Il en est de même pour Pôle Emploi. La rémunération spécifique des stagiaires handicapés est supprimée, remplacée par l’allocation chômage ou une allocation minimale s’ils n’y ont pas droit. Le régime actuel permet de bénéficier du salaire antérieur sans épuiser l’allocation chômage.

MERCREDI 19 FEVRIER - INSTITUTIONS/TRANSPORTS - CARLOTTI AUX ABONNES ABSENTS.

La ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette CARLOTTI, refuse d’expliquer les dispositions qu’elle entend prendre en matière de financement des transports sanitaires des personnes handicapées entre leur domicile et un établissement sanitaire de long séjour. Une circulaire de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie datée de juin 2013 censée clarifier "les règles de prise en charge des frais de transports de patients" et mise en oeuvre début janvier 2014 a été suspendue d’application par les Caisses primaires face aux protestations des familles : elle supprime en effet la prise en charge des transports réguliers établissement-domicile, ce qui laisse à la charge de la personne ou de sa famille les trajets des sorties de week-end. Ces frais de transports posent problème depuis la réforme de leur prise en charge par l’arrêté du 23 décembre 2006, que le directeur général de la Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) d’alors, Frédéric Van Roekeghem, était chargé d’exécuter ; directeur toujours en place aujourd’hui.

MARDI 18 FEVRIER - TRANSPORTS - ACCESSIBILITE TOTALE DANS LE 06.

Le Conseil Général des Alpes-Maritimes réaffirme sa volonté de mettre en accessibilité dès 2015 l’ensemble du réseau de transports collectifs qu’il gère. L’annonce sonore et visuelle des arrêts doit être installée d’ici là dans l’ensemble des véhicules, 7 lignes étant actuellement équipées. La moitié du parc d’autocars est accessible, le reste devant l’être dans les prochains mois. Un service de remplacement doté de 5 véhicules, Access’06, assure désormais le transport des personnes aveugles ou en fauteuil roulant sur les lignes inaccessibles, au même tarif et itinéraires, sur appel préalable auprès de la centrale de réservation du département au 0800 06 01 06.

Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard, rédacteur en chef du magazine Yanous

Aller à la table des matières

5) ACTUALITES INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) EXTRAIT DU MAGAZINE YANOUS ACTUALITÉ N° 422

www.yanous.com

MARDI 25 FEVRIER - MEXIQUE - LEGISLATION.

Le Parlement a adopté à l’unanimité une réforme du code de la construction garantissant l’accès et le design universel pour les personnes handicapées ainsi que l’élimination des barrières architectoniques. Il s’agissait notamment de préciser les concepts d’accessibilité (comme "valeur collective") et d’ajustement raisonnable, de même que les modalités d’application des normes. Lesquelles concernent aussi bien les édifices publics que privés. Le texte devrait passer sans modification devant le Sénat. (Source : El Universal)

MARDI 25 FEVRIER - BAHREÏN - MONETIQUE.

Le premier distributeur de billets accessible aux clients handicapés visuels grâce à un guidage vocal et des boutons braille a été inauguré en grande pompe dans un centre commercial de Madinat’Isa, ville située au nord de ce petit royaume insulaire. Cette nouvelle initiative de la Bank of Bahrain and Kuwait (BBK), déjà connue pour ses efforts en direction des clients malentendants, a évidemment été saluée par les associations locales. (Source : Gulf Daily News)

JEUDI 20 FEVRIER - BELGIQUE - LECTURE.

La Ligue Braille, principale association de personnes déficientes visuelles du pays, vient de mettre en ligne un site internet donnant un accès gratuit à l’ensemble du catalogue de sa bibliothèque, soit 12.000 livres audio, près de 5.000 livres braille et 3.800 livres en grands caractères. La totalité des livres disponibles à la bibliothèque, numérisée pour l’occasion, est disponible en téléchargement. Ce service est néanmoins restreint aux adhérents de l’association. (Source : Le Soir)

JEUDI 13 FEVRIER - BELGIQUE - INFORMATION.

La Direction handicap et actions en milieu ouvert (DAHMO) de la Province de Luxembourg (à ne pas confondre avec le Grand-duché) et la cellule Sud-Luxembourg de l’association Article 27 viennent de lancer le premier numéro d’un semestriel "L’entrée des artistes" (téléchargeable au format pdf) destiné à encourager l’insertion culturelle des personnes handicapées. Le magazine propose un tour d’horizon assez complet sur la thématique en Wallonie, avec de courts reportages et interviews, idées de sorties, etc. (Source : L’Avenir)

MERCREDI 12 FEVRIER - CHILI - TOURISME.

Le ministère de l’Economie, du développement et du tourisme (Sernatur) a annoncé le lancement du premier guide d’hébergements touristiques accessibles aux personnes handicapées. 115 établissements sont recensés dans tout le pays, et leur accessibilité détaillée. Outre la version électronique, une version papier sera disponible dans les bureaux locaux d’information touristique. (Source : EP)

MERCREDI 5 FEVRIER - EUROPE - ACCESSIBILITE.

Les organismes européens de normalisation ont élaboré une norme d’accessibilité aux usagers handicapés des produits et services des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Elle porte sur la téléphonie fixe et mobile, les sites Internet, les logiciels et progiciels. La EN 301 549 "Règles d’accessibilité pour la fourniture au public de produits et services TIC en Europe" pourrait constituer une norme opposable aux industriels et aux professionnels si l’Union Européenne l’adopte. Si le Parlement Européen vient d’approuver par 593 voix contre 40 et 13 abstentions un projet de Directive Européenne sur l’accessibilité des sites web publics qu’il a étendu aux sites fournissant un service au public et à l’Internet mobile, la Commission n’a actuellement pas ouvert les discussions sur ce texte dont le parcours est loin d’être achevé. (Source : El Economista)

MARDI 4 FEVRIER - INDE - MANIF.

Des centaines de personnes handicapées ont manifesté dans le centre de New Delhi pour exiger le vote par le Parlement d’une loi attendue depuis longtemps et qui assure une meilleure égalité de leurs droits, notamment en matière d’éducation et d’emploi, que la version antérieure de 1995. Le pays compte plusieurs dizaines de millions de citoyens handicapés, parmi les plus sujets à l’exclusion et à la stigmatisation. Sonia Gandhi, présidente du puissant Parti du Congrès, a assuré que cette loi serait présentée devant les députés avant la fin de la session parlementaire. (Source : The Peninsula)

MARDI 4 FEVRIER - ROYAUME-UNI - TATOO.

Après avoir passé plus de 400 heures, en trois ans, entre les mains d’un tatoueur, la quinquagénaire aveugle Fran Atkinson, originaire du Pays de Galles, peut s’enorgueillir d’un corps entièrement recouvert de tatouages... qu’elle ne peut pas voir mais dont son mari (et conseiller) lui a donné la description. Elle en est très satisfaite et espère que sa coûteuse performance lui permettra d’entrer dans le livre Guinness des records... (Source : Daily Post)

Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard, rédacteur en chef du magazine Yanous

Aller à la table des matières

6) ACCESSIBILITE

6-A). CE QUE LES SITES WEB PUBLICS NOUS DISENT DE LEUR ACCESSIBILITÉ

BrailleNet a présenté le 30 mars dernier, au cours du 8ème Forum Européen de l’Accessibilité Numérique, une étude sur les déclarations de conformité au RGAA faites par les sites Web publics. Plus de 600 sites Internet publics français ont été examinés. Les résultats font ressortir un très faible taux d’attestations conformes au RGAA (moins de 4% des sites). Cependant l’étude montre que les bonnes pratiques ne sont pas nécessairement le fait de collectivités disposant des moyens les plus importants. La pratique de l’accessibilité procède plus d’une motivation éthique, soutenue par une méthode appropriée de production web et une approche intégrée de la qualité. Un article plus détaillé sera publié dans le prochain bulletin.

Aller à la table des matières

8)- EMPLOI

8-A) OFFRE D’EMPLOI : DIRECTEUR DE FORMATION

L’Association Valentin Haüy recherche pour son Centre de Formation et de Rééducation Professionnelle (CFRP) à Paris 7ème : un Directeur de Formation (homme/femme) - Poste à pourvoir rapidement.

Le curriculum vitae et la lettre de motivation doivent être adressés au Directeur du CFRP par courrier à l’adresse suivante : CFRP 5 rue Duroc 75007 PARIS ou par mail à m.moan@cfrp-avh.fr, avant le 30 avril 2014 sans qu’il soit fait référence à la date de naissance ni à l’âge du candidat

Description du poste : Sous l’autorité du Directeur du CFRP, vous veillerez à l’intégration, à l’accompagnement et à la réussite du parcours de formation de 50 à 70 stagiaires déficients visuels dans le respect des valeurs de l’Association. Homme ou femme de projet et d’action, vous devrez montrer un véritable engagement aux côtés de la Direction de l’établissement.

Missions : • Vous aurez en charge le bon fonctionnement des sections de formations qualifiantes et préprofessionnelles. Vous assumerez la responsabilité pédagogique et superviserez l’ensemble du cycle de sélection et de formation en veillant à l’individualisation du projet de formation ; • Vous organiserez, animerez et contrôlerez le personnel placé sous votre responsabilité (16 salariés) ; • Vous garantirez la bonne marche du service des formations sur les plans administratif, budgétaire et des ressources humaines ; • Vous assurerez le lien avec les partenaires extérieurs ; • Vous développerez de nouvelle(s) formation(s) et ferez évoluer les existantes afin de satisfaire aux exigences du marché de l’emploi ; • Vous serez associé au Comité de Direction et à la politique d’amélioration continue du CFRP.

Profil : • Diplômes de niveau supérieur exigés en Sciences de l’Education et en Management ; • Expérience d’au moins 5 ans dans le domaine de la formation aux adultes et du management ; • Excellentes aptitudes rédactionnelles, managériales et relationnelles.

Le poste est à pourvoir à temps partiel (31h hebdomadaires) en contrat à durée indéterminée. Rémunération selon la Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951.

Aller à la table des matières

8-B) EMBAUCHER UN TRAVAILLEUR HANDICAPÉ : OBLIGATIONS ET AIDES

Pour que le handicap ne soit plus un frein à l’emploi et inciter les entreprises à recruter des travailleurs handicapés, l’Etat propose des aides. Celles-ci ne sont toutefois pas automatiques et sont soumises à condition.

Pas facile de s’y retrouver parmi les différentes aides accordées aux entreprises du secteur privé pour l’emploi de travailleurs handicapés. Les dispositifs se superposent les uns aux autres en fonction du type d’employés et l’ensemble est devenu au fil du temps une vaste usine à gaz.

L’AIP POUR FAIRE LE PREMIER PAS

Il y a d’abord l’AIP (Aide à l’Insertion Professionnelle). Elle s’adresse aux entreprises souhaitant embaucher une personne handicapée en CDI ou en CDD d’au moins six mois et concerne les salariés âgés de plus de 45 ans, mais aussi ceux au chômage et ayant travaillé moins de six mois consécutifs au cours des douze mois précédents, ou encore ceux sortant d’un établissement adapté. L’aide accordée va de 1000 euros pour un CDD de 6 à 11 mois en temps partiel (avec au moins 16 heures hebdomadaires) à 4 000 euros pour un travail à plein temps en CDD de 12 mois minimum ou en CDI.

UNE AIDE POUR L’APPRENTISSAGE ET LA PROFESSIONNALISATION

Il y a ensuite des aides pour les entreprises ayant conclu un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage d’au moins six mois ou qui pérennisent ce type de contrat avec un salarié handicapé. Les aides vont alors de 1 500 euros pour un CDD de 6 à 11 mois à 7 500 euros pour un CDI en contrat de professionnalisation et jusqu’à 9 000 euros pour un CDD de 30 à 36 mois en contrat d’apprentissage. La demande doit être adressée à l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) par l’entreprise et le salarié concernés.

UNE AIDE SPECIFIQUE POUR LE SECTEUR MARCHAND

Les entreprises du secteur marchand recrutant des personnes handicapées de moins de 30 ans en CIE (Contrat Initiative Avenir) peuvent bénéficier d’une aide totale de 10 300 euros pour un contrat à temps plein : 6 900 euros la première année, 3 400 euros la seconde. Ce montant est proratisé pour un contrat à temps partiel, sans toutefois pouvoir être inférieur au mi-temps. Cette aide est prescrite par le conseiller Cap Emploi ou Mission locale ayant soutenu la démarche dans les trois mois suivant la date d’embauche. Notez que l’Agefiph peut également financer la formation du jeune, si celle-ci vise un diplôme ou une certification.

RAPPEL

Rappelons que toute entreprise employant au moins 20 salariés depuis plus de 3 ans est tenue d’embaucher des travailleurs handicapés dans une proportion de 6% de l’effectif total de l’entreprise. Celles qui ne remplissent pas cette obligation doivent alors s’acquitter d’une contribution à l’Agefiph.

L’AIDE AU TUTORAT

Les entreprises ayant recours à un tuteur pour recruter un salarié handicapé, le maintenir dans son emploi ou pour suivre la formation d’un stagiaire handicapé, peuvent également bénéficier d’une aide. Celle-ci permet de couvrir les coûts liés à l’accompagnement du salarié par un tuteur interne (l’Agefiph participe au coût de sa formation et de sa rémunération afin de ne pas générer de surcoût d’encadrement pour l’entreprise) ou externe (l’Agefiph participe au financement de la prestation dans la limite de 23 €/heure). Cette demande doit être déposée par l’intermédiaire d’un conseiller Cap Emploi, de Pôle Emploi ou du service d’appui pour le maintien dans l’emploi des personnes handicapées. Notez par ailleurs qu’il existe d’autres aides pour le maintien de l’emploi, notamment une subvention de 2 000 euros lorsque le maintien du salarié handicapé dans son emploi est menacé suite à l’aggravation de son handicap (complément de 3 000 euros en cas de besoin).

DES AIDES POUR LES SENIORS HANDICAPES

Pour favoriser le recrutement ou le maintien dans l’emploi des salariés handicapés âgés de 52 ans et plus, en CDI et pour lesquels la médecine du travail préconise une réduction du temps de travail, une aide peut aussi être accordée. Elle est de 4 000 euros par an pour une réduction de 20 à 34 % du temps de travail, et de 6 700 euros par an pour une réduction de 35 à 50 %. Son montant est calculé sur 3 ans au plus, mais peut être lissé sur 5 ans selon la date du départ à la retraite envisagée. L’entreprise doit toutefois s’engager à maintenir le salaire sur la période considérée.

UNE AIDE POUR LES CONTRATS DE GENERATIONS

Une autre aide favorisant le recrutement de salariés handicapés âgés d’au moins 55 ans est également disponible et s’adresse aux entreprises éligibles au dispositif des contrats de génération. Elle est de 4000 euros pour un contrat de génération à temps plein et de 2000 euros pour un contrat de génération à temps partiel d’au moins 16 heures par semaine.

UNE AIDE EN FONCTION DE LA LOURDEUR DU HANDICAP

Enfin, l’entreprise peut faire une demande de reconnaissance de la lourdeur du handicap. L’idée étant de compenser les conséquences du handicap sur l’activité professionnelle. Ces conséquences sont évaluées sur la base des coûts supportés par l’entreprise en raison du handicap de son salarié : charges liées à une organisation particulière du travail, à un accompagnement social ou professionnel, à un tutorat, à un manque à gagner du fait d’une productivité moindre du bénéficiaire de l’obligation d’emploi, etc. Cette reconnaissance est une décision administrative de l’Agefiph, qui donne droit, pour une durée généralement de 3 ans, soit au versement de l’aide à l’emploi (AETH) au taux normal ou majoré en fonction de la lourdeur du handicap, soit à une minoration de la contribution due par l’établissement assujetti à l’obligation d’emploi des personnes handicapées. Á ce titre, sachez que depuis le 1er janvier de cette année, le montant de l’AETH en milieu ordinaire, par poste de travail occupé à plein temps, est de : 4 288,50 euros pour le taux normal et 8 577 euros pour le taux majoré.

Aller à la table des matières

8-C) UNE MISSION SUR L’ACCES ET LE MAINTIEN A L’EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES

21 mars 2014, par Pierre LABERRONDO

Les ministres Michel SAPIN (Travail) et Marie-Arlette CARLOTTI (Personnes handicapées et Lutte contre l’exclusion) viennent de charger la députée PS des Côtes-d’Armor Annie Le HOUEROU d’une mission visant à proposer un accompagnement cohérent pour favoriser l’accès et le maintien à l’emploi tout au long de la vie des personnes en situation de handicap.

“Pour accompagner durablement les personnes handicapées, il est (…) impératif d’étudier les dispositifs existants, de regarder et de s’appuyer sur les expérimentations en cours en France ou à l’étranger”, a indiqué la députée. “L’emploi, c’est reconnaître les compétences et les aptitudes d’une personne, c’est aussi un élément de dignité pour tous et un facteur de citoyenneté. C’est un combat personnel que je mène depuis longtemps”, a-t-elle ajouté.

Annie Le HOUEROU, 53 ans, a été élue au Palais-Bourbon dans la vague rose des législatives de juin 2012. Elle a siégé au conseil général des Côtes-d’Armor de 2005 à 2012. Auparavant, elle a débuté au ministère de l’Agriculture comme attachée d’administration centrale à Paris jusqu’en 1992. En 1993, elle a dirigé l’administration du laboratoire de développement et d’analyses du département des Côtes-d’Armor au zoopôle de Ploufragan.

Aller à la table des matières

9) JURIDIQUE

9-A). CODE DE L’ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES – ARTICLE D245-24

Décret n° 2014-362 du 20 mars 2014 relatif à la labellisation des centres d’éducation des chiens d’assistance et des centres d’éducation des chiens-guides d’aveugles et à la création d’un certificat national

ARTICLE D245-24-1

Modifié par Décret n°2014-362 du 20 mars 2014 - art. 2 Un label est attribué pour une période de un à cinq ans renouvelable aux centres d’éducation de chiens d’assistance ou aux centres d’éducation de chiens guides d’aveugle qui en font la demande ou, le cas échéant, aux organismes gestionnaires desdits centres pour chacun d’entre eux, par arrêté du préfet du département dans lequel le centre est implanté. NOTA : Décret n° 2014-362 du 20 mars 2014 article 6 : Pour une période de cinq ans à compter de la publication du présent décret, pour obtenir le label mentionné à l’article D. 245-24-1 du code de l’action sociale et des familles ou son renouvellement, les centres d’éducation de chiens d’assistance ou leurs organismes gestionnaires peuvent employer, pour remplir les fonctions d’éducateur de chien, des personnes titulaires d’une attestation répondant aux conditions fixées par arrêté conjoint du ministre chargé des personnes handicapées et du ministre chargé de l’agriculture.

ARTICLE D245-24-2

Modifié par Décret n°2014-362 du 20 mars 2014 - art. 3 Pour obtenir le label mentionné à l’article D. 245-24-1 ou son renouvellement, chaque centre ou organisme gestionnaire doit remplir les conditions suivantes : 1° Etablir un contrat de mise à disposition du chien avec chaque bénéficiaire de l’aide animalière ou avec le directeur de chaque établissement social ou médico-social afin d’assurer un suivi du chien garantissant à la personne handicapée la sécurité et l’efficacité de l’aide apportée ; 2° Elaborer un document détaillant avec précision les modalités de sélection et la provenance des chiots ; 3° Tenir, pour chaque chien, un carnet de suivi régulièrement documenté tout au long de son activité d’assistance, tant sur le plan sanitaire que comportemental ; 4° Placer à titre gracieux les chiots en famille d’accueil durant une période minimale de dix mois pour un chien guide et de seize mois pour un chien d’assistance ; 5° Eduquer les chiens durant une période de six mois minimum en vue de l’assistance aux personnes ; 6° S’assurer d’un placement de qualité des chiens lorsque ceux-ci ont terminé leur travail d’assistance auprès de la personne handicapée ; 7° Employer des personnes possédant un titre relatif à l’éducation des chiens guides d’aveugle ou à l’éducation des chiens d’assistance inscrit au répertoire national des certifications professionnelles en vue de l’éducation des chiens guides d’aveugle ou des chiens d’assistance ; 8° Disposer d’un comité d’attribution des chiens chargé d’examiner les demandes d’attribution et de se prononcer, après entretien avec le bénéficiaire, sur l’aptitude de celui-ci à utiliser et à entretenir un chien d’assistance ou un chien guide d’aveugle au regard d’un certificat médical datant de moins de trois mois. Ce comité comprend au moins un médecin, un éducateur de chien qualifié et, pour les centres d’éducation de chiens guides d’aveugle, un instructeur de locomotion titulaire du certificat d’aptitude à l’éducation et à la rééducation de la locomotion auprès des personnes déficientes visuelles délivré par le ministre chargé des personnes handicapées ; 9° Attribuer un chien d’assistance ou un chien guide d’aveugle aux seules personnes titulaires d’une carte d’invalidité prévue à l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles ou à un établissement social ou médico-social ; 10° Mettre en place, avant toute remise officielle d’un chien à une personne handicapée, un stage d’adaptation entre la personne handicapée et le chien, d’une durée minimale de deux semaines. Lorsqu’il s’agit de la remise d’un chien guide d’aveugle, l’une des deux semaines doit être effectuée sur le lieu de vie de la personne ; 11° Respecter les critères techniques définis par arrêté conjoint du ministre chargé des personnes handicapées et du ministre de l’agriculture et de la pêche.

ARTICLE D245-24-3

Modifié par Décret n°2014-362 du 20 mars 2014 - art. 4 La demande de labellisation est adressée au préfet du département dans lequel le centre est implanté. Elle est accompagnée de pièces dont la liste est prévue par arrêté conjoint du ministre chargé des personnes handicapées et du ministre de l’agriculture et de la pêche. Chaque centre labellisé, et, le cas échéant, chaque organisme gestionnaire d’un centre, adresse, annuellement, au préfet un rapport d’activité et un rapport financier détaillés. Le préfet peut retirer le label au centre ou à l’organisme ne respectant pas tout ou partie des critères exigés pour l’obtention du label, plus particulièrement ceux ayant trait à la sécurité des personnes handicapées et aux conditions générales prévues pour l’exercice ou le fonctionnement de cette activité.

ARTICLE D245-24-4

Créé par Décret n°2014-362 du 20 mars 2014 - art. 5 Un certificat national, dont le modèle est fixé par arrêté conjoint du ministre chargé des personnes handicapées et du ministre chargé de l’agriculture, est remis aux détenteurs de chiens en formation, en activité ou non. Ce certificat est délivré sous la responsabilité des centres qui détiennent le label mentionné à l’article D. 245-24-1. Ce certificat justifie de l’éducation du chien par un centre labellisé et permet l’accès aux transports, aux lieux ouverts au public ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative. Aller à la table des matières

9-B. EXTRAITS DE L’ARRÊTÉ DU 20 MARS 2014

Relatif aux critères techniques de labellisation des centres d’éducation des chiens d’assistance et des centres d’éducation des chiens-guides d’aveugles et à la création d’un certificat national

ARTICLE 1 : Les centres labellisés dans les conditions précisées à l’article D. 245-24-1 du code de l’action sociale et des familles remettent à la famille d’accueil chargée de l’éducation du chiot destiné à devenir un chien-guide d’aveugles ou un chien d’assistance, puis à l’attributaire d’un chien-guide d’aveugles ou d’assistance, en activité ou non, un certificat national dont le modèle est fixé par l’annexe I du présent arrêté.

ARTICLE 2 : Les critères techniques de labellisation des centres d’éducation des chiens-guides d’aveugles ou d’assistance, prévus par l’annexe II du présent arrêté, feront l’objet d’un bilan quantitatif et qualitatif présenté devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées, à échéance d’une période de cinq ans à compter de la publication du présent arrêté.

ARTICLE 4 : Le préfet du département dans lequel le centre d’éducation est implanté attribue la labellisation au vu du dossier déposé par chaque centre, après avoir vérifié que celui-ci remplit les conditions prévues à l’article D. 245-24-2 du code de l’action sociale et des familles et les critères techniques figurant à l’annexe II du présent arrêté et, en ce qui concerne les centres d’éducation des chiens d’assistance, les conditions de l’annexe III. Le dossier de demande comporte les pièces suivantes :
- une lettre de la personne morale habilitée à solliciter le label ;
- un document attestant de la raison sociale du centre ou de son organisme gestionnaire, avec communication des statuts et de la liste des membres du conseil d’administration s’il s’agit d’une association, et précisant la dénomination du centre et son adresse et celle de son organisme gestionnaire ;
- les noms et prénoms du responsable administratif et, s’il y a lieu, du directeur technique du centre ;
- pour les centres ayant au moins un an d’existence, un rapport d’activité et un rapport financier du centre et, s’il y a lieu, de l’organisme gestionnaire pour l’année précédant la demande ;
- l’ensemble des éléments permettant de justifier le respect des conditions prévues aux articles D. 245-24-2 et D. 245-24-3 du code de l’action sociale et des familles ainsi que des critères techniques prévus à l’annexe II du présent arrêté.

ANNEXE I :

Modèle de certificat national remis aux détenteurs de chiens-guides d’aveugles ou d’assistance en formation en activité ou non Le certificat national mentionné à l’article D. 245-24-4 du code de l’action sociale et des familles délivré sous la responsabilité des centres d’éducation répond au modèle ci-après. Il comporte les seules mentions prévues ci-dessous. Il est établi au format d’une carte de dimensions 9,5 cm × 6,5 cm (± 1 cm), dans un matériau assurant sa pérennité. Les polices utilisées sont aisément lisibles ; le certificat peut être imprimé recto verso ; dans ce cas, les informations relatives à l’identification du chien et du centre d’éducation figurent sur la même face. Recto : Certificat national d’identification de chien-guide d’aveugles/de chien d’assistance en cours d’éducation ou certificat national d’identification de chien-guide d’aveugles/de chien d’assistance éduqué Le présent certificat est délivré pour le chien suivant : Nom : Race : Couleur : N° d’identification : En cours d’éducation/éduqué (ne conserver que la mention applicable) par le centre d’éducation pour chiens-guides d’aveugles ou d’assistance : Titulaire de la labellisation délivrée par le préfet du département de par arrêté du (date) Verso : Conformément à la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (articles 53 et 54), les chiens-guides d’aveugles ou d’assistance sont :
- dispensés du port de la muselière ;
- autorisés à accompagner leur maître dans les transports, les lieux ouverts au public ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative, sans facturation supplémentaire. Le refus d’accès à un lieu ouvert au public opposé à une personne accompagnée d’un chien-guide d’aveugles ou d’assistance est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 3e classe (art. R. 241-22 du code de l’action sociale et des familles).

Aller à la table des matières

10)- NOUVELLES TECHNOLOGIES

10-A) POUR MIEUX COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DE WINDOWS 7

Windows 7 est un environnement éminemment graphique donc parfois difficile à comprendre lorsqu’on est aveugle ou malvoyant. Comment s’y retrouver dans les multiples zones qui composent l’écran ? Que signifient les listes, les boutons, les zones d’éditions ? Et surtout sur quelle touche faut-il appuyer dans telle ou telle situation, sachant qu’il y a souvent plusieurs manières de faire la même chose ? Enfin, comment naviguer entre les différents dossiers et fichiers ?

Sur tous ces points fondamentaux parfois confus, le fascicule "J’ai tout compris à Windows 7, initiation" vous éclaire à l’aide d’exercices simples, concrets et progressifs. Toutes les manipulations qui y sont décrites sont indépendantes de Jaws ou NVDA ou autre lecteur d’écran. De sorte que vous pouvez même les apprendre à vos amis, qu’ils soient déficients visuels ou non.

Après l’avoir lu et pratiqué, vous saurez organiser vos dossiers, utiliser le bloc-notes et la calculatrice, sauvegarder des fichiers importants sur une clé USB. Mais avant tout, vous aurez une meilleure compréhension de la façon dont est structuré Windows 7 et de son fonctionnement de base, avec en plus le vocabulaire adéquat.

Cet ouvrage en braille intégral est disponible au prix de 17 €. Pour le commander, vous pouvez écrire à : contact@tanguy-loheac.com en indiquant vos coordonnées. Seuls 20 exemplaires ont été édités dans un premier temps.

Un second fascicule, intitulé "se sentir comme chez soi", sur le bon entretien de l’ordinateur et les outils de sauvegarde, vient toujours de paraître. Il est au prix de 27€.

Source : Le Louis Braille – Mars-Avril 2014

Aller à la table des matières

11)- UNION EUROPEENNE/MONDIALE DES AVEUGLES

11-A) ONKYO – UNION EUROPÉENNE DES AVEUGLES

Concours Mondial d’Écriture sur le Braille 2014 - Volet Europe

RÈGLEMENT GÉNÉRAL

1. But et thème

1.1. Le concours européen d’écriture sur le braille organisé par l’Union Européenne des Aveugles pour le compte de Onkyo Corporation et de The Braille Mainichi a pour objet de promouvoir l’utilisation du braille en tant que moyen d’accès à l’information et facteur d’intégration sociale pour les personnes aveugles.

1.2. Pour le concours de cette année, nous proposons une variété de thèmes Les participants pourront ainsi parler de l’importance du braille sous plusieurs angles :

- "Le rôle du braille pour promouvoir la participation des personnes ayant une déficience visuelle dans la vie politique, économique, culturel, social et familial ". Le Braille à l’ère de la technologie - l’utilisation du braille à tout âge - braille et vote, ne sont que quelques exemples de la façon dont ce thème peut être abordé.
- "Vivre avec le braille - nous encourageons les enseignants, transcripteurs, ceux qui utilisent le braille ou qui souhaite l’utiliser, à écrire sur le rôle du braille " Nous encourageons la description d’idées ou produits nouveaux pouvant promouvoir le braille en Europe.
- " Histoires amusantes sur le Braille "
- « L’avenir du braille : discussion "
- " Quels sont les avantages et les inconvénients du braille par rapport à l’impression en caractères ordinaires ou en "noir" : discuter "
- « Inspirer le changement ». C’est le thème de la Journée internationale de la femme pour cette année. Décrivez comment le braille peut contribuer à affirmer l’égalité des droits pour les femmes.

Lors de l’annonce du concours, les membres de l’UEA ont la possibilité de suggérer des thèmes spécifiques à leur contexte national Les auteurs sont invités à laisser libre cours à leur imagination dans le traitement de ces thèmes, à utiliser des formats différents tels qu’une lettre, un poème ou une interview, etc…

2. Conditions générales

2.1. Candidats Tous les braillistes résidant dans un pays membre de l’UEA peuvent participer au concours quel que soit leur âge.

2.2. Épreuves Les candidats rédigeront un texte sur l’un des thèmes précisés en 1.2 ci-dessus, au format électronique. Il n’est admis qu’une seule épreuve par candidat. Les épreuves seront rédigées soit en anglais, soit dans la langue maternelle des candidats. La longueur d’une épreuve, dans la langue maternelle, est limitée à 1,000 mots (une tolérance de plus ou moins 10 pour cent). Sur chaque épreuve devront figurer les mentions suivantes : Nom, sexe et âge du candidat, pays, nom du membre national de l’UEA en charge du concours, nombre de mots. Important : ces mentions doivent figurer en haut à gauche des épreuves, au-dessus du titre. Les membres nationaux communiqueront à l’UEA le nombre total d’épreuves qu’ils auront reçues.

2.3 Droit d’auteur En participant au concours, • Les auteurs acceptent de céder automatiquement et exclusivement à l’UEA tous les droits, y compris le droit d’auteur, et autorisent l’UEA à transférer ces droits ou à en donner licence à des tiers. • Les auteurs autorisent l’UEA à utiliser leur nom et des extraits de leur épreuve à des fins de publicité. • En tant que détenteur du droit d’auteur, l’UEA peut autoriser les auteurs et ses membres nationaux à faire usage de leurs œuvres. • Les lauréats fourniront leur photographie à l’UEA et autorisent cette dernière à reproduire, adapter et publier ces photographies sur quel que media que ce soit, site internet et support papier compris.

3. Modalités

Les candidats devront faire parvenir leur texte à l’organisation membre de l’UEA dans leurs pays respectifs au plus tard le 30 Avril 2014. Les organisations membres de l’UEA feront une sélection pour ne retenir que cinq épreuves à soumettre au Comité de Sélection. Les organisations membres de l’UEA traduiront en anglais les épreuves sélectionnées et les feront parvenir au Comité de Sélection par courrier électronique à ebu@euroblind.org (merci d’utiliser le format word ou rtf). Vous faciliterez grandement notre tâche en nommant les fichiers comme suit : pays suivi des nom et prénom de l’auteur.

4. Prix

Prix Otsuki (Premier Prix) : 2,000 dollars US

Prix d’Excellence Juniors (jusqu’à 25 ans) : 1,000 dollars US Seniors (plus de 25 ans) : 1,000 dollars US

Prix d’Honneur Juniors (deux prix) : 500 dollars US, par lauréat Seniors (deux prix) : 500 dollars US, par lauréat

Aller à la table des matières

13 – APPEL A ACTION

13 A) ENQUÊTE NATIONALE :

Vous avez été étudiant en situation de handicap ou avez rencontré des problèmes de santé au cours de vos études. Qu’êtes-vous devenus ?

Participez à une enquête nationale

Vous êtes sorti entre 2007 et 2010 de l’enseignement supérieur, diplômé ou non Votre avis nous intéresse !

Accès au formulaire de contact : http://www.parcours.santesih.fr/Pre...

Cette enquête est réalisée par Santé SIH, laboratoire de sciences humaines et sociales de l’Université de Montpellier 1 en partenariat avec l’Agefiph et le soutien du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Une enquête inédite depuis 15 ans !

La loi de 2005 et la généralisation des services d’accueil ont modifié les conditions de la vie étudiante des personnes handicapées. Afin d’alimenter la réflexion de ceux qui conçoivent aujourd’hui des dispositifs de compensation universitaires et professionnels, nous vous proposons de nous informer sur votre parcours, votre situation actuelle, mais également de nous donner votre avis sur les dispositifs de compensation, les difficultés rencontrées durant vos études, les éléments qui ont facilité votre parcours.

Pour visiter le site de l’enquête : www.parcours.santesih.fr Pour plus d’informations, nous contacter : enquete.parcours@santesih.fr

Aller à la table des matières

14 – COURRIER DES LECTEURS

14-A) MESSAGE DE MIKAËL BORNIER

Ndlr : dans un précédent bulletin nous avions évoqué le cas de Mikaël BORNIER, jeune père non-voyant privé de la garde de son fils pour la seule raison qu’il est handicapé visuel. Les choses semblent aujourd’hui s’arranger comme en témoigne le message que Monsieur BORNIER envoie au groupe de discussion "parents aveugles" et que nous reproduisons ci-dessous :

Bonjour,

Désolé de ne pas avoir donné plutôt de mes nouvelles mais j’ai été pas mal pris ces derniers temps entre mon petit et le travail. La décision en appel m’a redonné un droit de visite et d’hébergement classique sans une tierce personne qui m’ennuyait plutôt qu’autre chose et me compliquait l’organisation. A l’heure actuelle j’ai le droit d’avoir mon fils un week-end sur deux et un mercredi sur deux du mardi soir au mercredi soir et pour le week-end du vendredi soir au dimanche matin. Mais je ne désespère pas d’avoir une garde alternée prochainement car plus ça va plus la maman me laisse le petit. Apparemment ses idées de départ déchantent avec le déroulement de sa vie. Donc j’ai quasiment mon petit tous les week-ends et de plus en plus en semaine. Vu que la maman cherche du travail elle veut me le laisser pendant qu’elle travaillera. Mais en contre parti je lui demanderai d’officialiser la garde alternée afin que j’obtienne un statut légal à ce sujet. Voilà encore désolé pour le temps que j’ai mis, la décision a été rendue il y a un mois mais d’ailleurs j’attends toujours le jugement. Bonne journée à vous.

Aller à la table des matières

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) JOURNÉES NATIONALES TOURISME ET HANDICAP

Vacances, Loisirs et Accessibilité se conjuguent les 5 et 6 avril 2014

Les Journées Nationales Tourisme & Handicap, organisées par l’Association Tourisme & Handicaps, permettent chaque année aux personnes en situation de handicap et à leur famille et amis de découvrir les lieux de vacances et de loisirs accessibles à tous.

Les 5 et 6 avril prochains, 219 professionnels du tourisme se mobilisent pour les accueillir dans le cadre de portes ouvertes mettant en lumière les aménagements et actions réalisées pour l’accueil des personnes en situation de handicap représentant 10 % de la population.

Ces journées sont réalisées en partenariat avec le Ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, le Ministère de la Culture et de la Communication, l’ANCV – Agence Nationale pour les Chèques-Vacances, Rn2d – Réseau National des Destinations Départementales.

Valides ou non, chacun est invité à participer, les samedi 5 et dimanche 6 avril 2014, à la 8ème édition des Journées Tourisme & Handicap. Ils pourront découvrir les efforts menés par les professionnels du tourisme pour que l’organisation de vacances ne soit plus un parcours du combattant pour les personnes en situation de handicap.

Le but de ces journées est ainsi de présenter et repérer de façon plus précise les infrastructures pouvant les accueillir en fonction de leur handicap (auditif, mental, moteur et visuel) : hébergements, musées, restaurants, centres de loisirs, offices de tourisme, châteaux, jardins botaniques, fermes pédagogiques…

Dans une ambiance conviviale, de nombreuses animations seront réalisées telles que visites sensorielles, visites guidées, dégustations, offres promotionnelles pour les personnes en situation de handicap, randonnées, initiation à la langue des signes

Programme de chaque région disponible sur demande ou sur le site : www.tourisme-handicaps.org

http://www.dgcis.gouv.fr/tourisme/j...

Fermez les yeux, bouchez-vous les oreilles ou oubliez vos jambes… Que feriez-vous de vos vacances ?

Aller à la table des matières

15-B) EXPOSITION A LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE

"Eté 14, les derniers jours de l’ancien monde". Un parcours Accessibilité.

Été 1914. Les derniers jours de l’ancien monde Exposition du 25 mars au 3 août 2014

BNF - François-Mitterrand - Quai François Mauriac, Paris 13e du mardi au samedi de 10h à 19h le dimanche de 13h à 19 h fermé lundi et jours fériés

Entrée : 9€ (gratuit - de 18 ans), tarif réduit : 7€ Billet couplé 2 expositions : tarif plein : 14€, tarif réduit : 9 €

Gratuit pour le visiteur en situation de handicap ainsi que pour son accompagnateur éventuel

28 juin 1914 : l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe. Encore un assassinat politique comme l’Europe en a connu beaucoup les années précédentes, spécialement aux confins de l’Autriche-Hongrie. Un simple coup de tonnerre dans un ciel clair ? Ce fait divers tragique n’empêche pas l’été de suivre son cours habituel. Les paysans travaillent dans les champs, les ouvriers à l’usine. Les enfants attendent avec impatience la fin de l’année scolaire. Quelques rares privilégiés s’offrent des vacances à Deauville ou sur la Riviera. Le 23 juillet pourtant, l’Autriche adresse un ultimatum à la Serbie. Les hommes politiques, les diplomates, et les opinions publiques ne sont guère inquiets : c’est une crise régionale, qui doit se régler comme les nombreuses tensions précédentes par une conférence de paix. À Paris, les journaux s’intéressent davantage à l’affaire Caillaux. Le Kaiser participe à des régates en mer. Certains esprits clairvoyants s’alarment : Jean Jaurès parle « d’oscillation au bord de l’abîme ». Les nouvelles s’enchaînent, de plus en plus inquiétantes ? Une semaine plus tard, le 30 juillet, la Russie mobilise. La machine de la guerre s’ébranle, il ne sera plus possible de l’arrêter. Le jeu des alliances entraîne l’Europe dans une guerre que l’on imagine violente, certes, mais brève ? Commence alors « l’ivresse des cris de joie en marchant à l’abattoir » selon les mots de Stefan Zweig, même si la volonté d’en découdre ne caractérise pas toutes les populations, plutôt graves et résignées. Dès le mois d’août, la réalité du conflit apparaît dans sa violence extrême : l’Europe découvre sur son sol la guerre industrielle. Le parcours de l’exposition s’organise autour de la chronologie resserrée des évènements du 23 juillet au 4 août et l’enchaînement des décisions diplomatiques, politiques et militaires qui aboutissent à la conflagration générale. Les répercussions de la crise à l’échelle des individus (célèbres ou anonymes) sont également évoquées, tandis que sept séquences thématiques constituent des approfondissements à la chronologie :

1. Portrait de l’Europe, une longue période de paix 2. Cosmopolitisme culturel et expansion économique 3. Des tensions persistantes en Europe et aux colonies 4. Pacifismes et bellicismes 5. Présence du militaire dans la société 6. Préparer la guerre 7. Les mobilisations

La fin de l’exposition traite du choc et de la surprise que constituent, au front comme à l’arrière, les premiers effets concrets de la guerre.

Une exposition du ministère de la Défense et de la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de la Mission pour le centenaire de la Première Guerre mondiale 1914-2014 Avec le soutien d’Esri France. En partenariat avec l’ECPAD Partenariat presse avec France 5, Le Monde, Le Journal du Dimanche, France Culture

Visites guidées Individuelles Visites guidées jeudi et vendredi à 16h et samedi à 11h Visites sur réservation au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Prix d’entrée de l’exposition +3 € Pour le public familial : livret d’accompagnement de l’exposition.

Groupes Renseignements et inscriptions 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Accompagnement pédagogique Scolaires
- visites ateliers autour de l’exposition
- visites guidées enseignants, visites guidées pour les classes de CM, collège et lycée
- visites libres pour les classes guidées par l’enseignant
- fiches pédagogiques téléchargeables pour les classes de primaire, collège et lycée sur http://classes.bnf.fr/rendezvous/ et itunes U > BnF

Accessibilité de l’exposition au public déficient visuel Cette exposition propose un parcours spécifiquement conçu pour permettre au public non voyant de découvrir une sélection de documents et d’oeuvres remarquables, plongeant le visiteurs, grâce à six bornes audiotactiles et à plusieurs points sonores, dans l’engrenage des derniers jours de l’été 1914 ayant conduit au conflit mondial. Cartes, tableaux, affiches de mobilisation et documents d’archives sont traduits en planches tactiles et commentées. Des objets à toucher et des témoignages de personnalités contemporaines ou spécialistes de la première guerre mondiale rythment le parcours afin de tenter de comprendre les causes de cette guerre. Pour préparer ou prolonger la visite de l’exposition, vous pouvez télécharger ici les commentaires sonores du parcours.

Téléchargez l’ensemble des fichiers : http://multimedia.bnf.fr/mp3/ete_14.zip

Téléchargez fichier par fichier : Introduction L’été 14 Chronologie La guerre à l’horizon Tu seras soldat Mobilisation Préparer la guerre Le choc

Pour tout renseignement sur l’accessibilité de l’exposition : 01 53 79 37 37 ou accueil.handicap@bnf.fr

Aller à la table des matières

15-C) JEU VIDÉO

Pour répondre à de nombreuses demandes, nous vous proposons pour « Jeu vidéo » une nouvelle date de visite :

Le mercredi 4 juin de 14h à 18h avec un programme spécifique ;

14h à 15h30 : découverte de différents jeux vidéo accessibles à la salle Louis Braille

16h à 17h : animation « la science prend les manettes » Cet atelier est équipé de 15 postes, de nombreuses plateformes et de dispositifs de jeux. L’animation vous propose de découvrir la science qui se cache dons les consoles : comment fonctionne le vibreur ? la wi ? Quelle évolution sonore a connu le jeu vidéo ? A partir de maquettes et d’extraits sonores vous découvrirez ce qui se cache dans les jeux vidéo !

17h à 18h : visite de l’exposition

La visite est gratuite pour vous et votre accompagnateur mais vous devez prendre un billet gratuit aux caisses sur présentation d’un justificatif.

Informations : Pour toute information complémentaire, réservation d’animation ou d’accompagnement (y compris de visiteurs individuels) : 01 40 05 79 54 01 40 05 75 35 Info.deficientvisuel@universcience.fr

Cité des sciences et de l’industrie 30, avenue Corentin Cariou - 75019 Paris Métro : Porte de la Villette, descendre en tête de train en venant de Paris Aller à la table des matières

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0