Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2016 > Bulletin 02 du 29 février 2016

Bulletin 02 du 29 février 2016

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2016-01 - du 29 février 2016

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

EDITORIAL

« Ils traversent ainsi le noir illimité, Ce frère du silence éternel. Ô cité ! Pendant qu’autour de nous tu chantes, ris et beugles, Éprise du plaisir jusqu’à l’atrocité, Vois, je me traîne aussi ! Mais, plus qu’eux hébété, Je dis : Que cherchent-ils au Ciel, tous ces aveugles ? » Charles Baudelaire

Cet extrait du poème « les aveugles » de Baudelaire m’est revenu alors que je cherche, sinon au ciel, mais dans les arcanes de nos dispositifs gouvernementaux le meilleur chemin pour faire avancer notre cause.

La loi « Pour une République Numérique » est en stand-by jusqu’à la 2ème lecture du Sénat qui aura lieu au printemps. Je cherche, pour l’amélioration de cette loi en notre faveur, le bon déclic pour qu’enfin le texte inscrive dans le marbre ce que nous demandons depuis des mois. Vous le savez, nous avons déjà obtenu qu’un article nous soit consacré et intègre, notamment, les applications mobiles dans le champ de la loi. Nous avons été déçu par la suite à l’Assemblée Nationale, mais notre combat continue pour le sénat.

Sur le plan social, alors que les rumeurs sont allées bon train, qu’il y en aura d’autres dans les remous économiques que traverse notre pays, je cherche comment garder le cap de la part non négociable du handicap. La conférence Emploi qui s’est tenue au début du mois démontre que le budget actuel consacré à la politique de l’emploi des personnes handicapées reste insuffisant. Et pourtant une petite lueur d’espoir : on note une légère progression de l’emploi des travailleurs handicapés. Il faut réfléchir maintenant sur les moyens à mettre en œuvre pour maintenir cette progression dans les temps à venir. Le CNCPH (Conseil National des Personnes Handicapées) auquel nous participons est très vigilant sur ce point et souhaite faire des recommandations fortes sur le projet de loi « El-Khomri » qui sera bientôt présenté au conseil des ministres.

Et puis sur le plan de notre cité, qui elle, ne chante plus vraiment autour de nous dans le contexte actuel, nous cherchons tous, comment continuer à y bien vivre. L’heure est au réaménagement des places. Cela nous intéresse, peut-être au premier plan, puisqu’il en va de notre sécurité. 7 places sont concernées à Paris et le concept s’étendra en province. Il semble, aujourd’hui, que la notion d’accessibilité des personnes déficientes visuelles soit enfin mieux comprise. La CFPSAA suit ces travaux et je vous en reparlerai.

Voilà, dans cette petite trêve amenée par les vacances de février, les pensées que je voulais vous livrer. Bonne lecture de ce bulletin

Edouard Ferrero Président de la CFPSAA

Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) QUESTION ECRITE SUR LE MONTANT DE LA REMUNERATION DES STAGIAIRES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

M. Bruno Retailleau attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion sur les engagements pris par le Gouvernement concernant le montant de la rémunération des stagiaires en formation professionnelle. En effet, le décret n° 2015-466 du 23 avril 2015 relatif à la prise en charge de ces stagiaires est venu modifier la période de référence pour le calcul du montant de leur rémunération. L’article 3 prend en considération une période de cinq ans précédant l’entrée en stage, alors qu’antérieurement, le calcul était basé sur la meilleure année travaillée. Cette mesure choquante a pour conséquence immédiate de diminuer la rémunération des stagiaires qui auraient peu ou pas travaillé pendant cinq ans, alors que ceux-ci rencontrent souvent des difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle, en raison notamment de problèmes de santé. Suite aux nombreuses protestations des publics concernés, relayées notamment par les centres de réadaptation professionnelle, la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle a annoncé que l’article 3 de ce décret serait abrogé, dans un courrier adressé le 2 juin 2015 au comité d’entente des associations représentatives de personnes handicapées et de parents d’enfants handicapés. Cependant, cette abrogation n’a toujours pas eu lieu. Il lui rappelle donc l’urgence qu’il y a à concrétiser cet engagement.

Réponse du Secrétariat d’État, auprès du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion publiée dans le JO Sénat du 28/01/2016 - page 345

S’il est vrai que l’article 3 du décret n° 2015-466 du 23 avril 2015 prévoyait la prise en compte, pour la rémunération des stagiaires, d’une période de cinq ans précédant leur entrée en stage, il n’est cependant plus en vigueur aujourd’hui. En effet, il a été retiré rétroactivement par l’article 2 du décret n° 2015-753 du 24 juin 2015 relatif aux missions des fonds d’assurance formation (FAF). Cette disposition en a d’ailleurs introduite deux nouvelles dans le code du travail : les articles D. 6341-26 sur les travailleurs handicapés privés d’emplois et R. 6341-27 sur les demandeurs d’emplois non compris dans cette première catégorie. Leur alinéa 1er prévoit que la période de référence à prendre en compte pour la rémunération qui est due aux stagiaires concernés est une période « d’activité salariée (…) [de] six mois au cours d’une période de douze mois ou (…) [de] douze mois au cours d’une période de vingt-quatre mois ». Par conséquent, les difficultés d’emploi des stagiaires précités sont aujourd’hui mieux prises en compte qu’elles n’ont pu l’être sous l’empire du décret du 23 avril 2015 et le calcul de leur rémunération mieux garanti.

Question publiée dans le JO Sénat du 17/09/2015 - page 2171

Retour sommaire

4) ACTUALITÉS FRANÇAISES DU HANDICAP

4-A) COMMISSION NATIONALE CULTURE ET HANDICAP

Contribution de la CFPSAA avec la présence de Sylvain Nivard, du GIAA

Mercredi 27 janvier a eu lieu au Ministère de la culture et de la communication la Commission Nationale Culture et Handicap. Fleur Pellerin, Ministre de la culture et Ségolène Neuville, secrétaire d’État aux personnes handicapées coprésidaient la réunion. Cette manifestation formelle est l’occasion de faire le point sur la politique du handicap dans le domaine de la culture. Après les discours d’introduction de chaque Ministre, la réunion s’est déroulée selon trois thèmes : 1) - l’accessibilité au sein des établissements recevant du public du Ministère de la culture 2) - L’accessibilité à l’audiovisuel et au cinéma 3) - Le numérique facteur d’accessibilité

Pour chacun de ces thèmes, des temps de parole avaient été répartis entre les directeurs des services publics concernés et les représentants des associations membres du comité d’entente. Pour ceux qui concernent les déficients visuels, il a été question de l’édition adaptée et de l’audiodescription. Pour l’édition adaptée, la Ministre de la culture a confirmé les principales nouveautés qui sont prévues dans le projet de loi en cours de discussion au parlement. Elle a aussi annoncé qu’une convention de partenariat sera signée entre le Ministère et l’Association Valentin Haüy à propos de la diffusion des ouvrages adaptés dans les bibliothèques publiques. La Ministre a également annoncé une mission qui sera réalisée conjointement par l’inspection des affaires culturelles et par l’inspection des affaires sociales afin d’analyser la situation de l’édition adaptée et de faire des recommandations sur l’évolution de l’organisation du secteur et de son modèle économique. Sylvain Nivard qui représentait la CFPSAA a pris la parole pour prendre acte de ces annonces et exprimer notre satisfaction à propos de la future mission d’inspection que nous demandions depuis deux ans. Pour l’audiodescription, Nicolas Curien du CSA et Delphine Ernotte, présidente de France Télévision, se sont félicités du développement de l’audiodescription dans le paysage audio-visuel. Sylvain Nivard a repris la parole pour remercier des progrès accomplis depuis six ans que nous travaillons avec le CSA et insisté sur les priorités à venir. Ci-dessous un extrait de son intervention :

« Avec le développement de l’audiodescription l’offre à la télévision et par les cinémas a radicalement changée pour les déficients visuels. Nous avons à peu près 2ou 3% des émissions télévisées qui sont audio-écrites et 2 ou 3% des salles de cinéma qui sont équipées ce qui est fantastique par rapport au 0% d’il y a 6 ans. Et en plus on observe une croissance régulière. Cela peut sembler dérisoire aux non-initiés mais pour nous c’est énorme. Évidemment nous souhaitons que cela aille plus vite et plus loin mais je sais qu’il faut être patient et tant que cela avance dans le bon sens je suis content.

Je voudrais ce soir insister sur 3 points : notre besoin d’un décodeur vocal, notre demande d’un référentiel de la qualité de l’audiodescription et la nécessité que les nouveaux usages de la télévision soient accessibles. À propos du décodeur vocal. Figurez-vous qu’encore aujourd’hui je suis incapable d’utiliser mon téléviseur de façon autonome. Certes je peux l’allumer et l’éteindre tout seul, mais je suis pratiquement incapable de choisir seul une chaine parmi une centaine et totalement incapable d’aller dans les menus comme celui pour paramétrer l’audiodescription. C’est le paradoxe, on me diffuse tout plein de programmes avec audiodescription mais si j’ai la malchance d’avoir eu un orage ou une coupure électrique je suis incapable de rétablir le paramétrage et je dois attendre qu’un proche vienne me rendre visite pour me paramétrer mon décodeur. Je pense qu’une bonne moitié des personnes présentes dans cette salle aujourd’hui m’ont déjà entendu en parler. C’était déjà dans mes premières conversations d’il y a six ans avec Christine Kelly. En 2011 le CSA a conduit une étude sur le sujet. Dans ses rapports annuels le CSA a à plusieurs reprises recommandé qu’une réglementation soit prise sur le sujet. Madame Filipetti en a parlé dans un de ses discours dans cette enceinte. Tout le monde me dit c’est une bonne idée. Mais rien ne se passe. Nous sommes toujours au point mort. Je comprends que ce soit compliqué car cela implique deux ou trois ministères. Mais au bout de six ans, quand pourrons nous enclencher la première sur ce dossier et pourrons nous avoir une première réunion interministérielle ?

Pour mon deuxième point je voudrais revenir sur notre demande d’un référentiel de qualité de l’audiodescription. Aujourd’hui les audiodescriptions sont de bonne qualité et nous sommes très satisfaits. Cependant, le développement de l’audiodescription c’est une opportunité de faire des affaires pour de nombreuses entreprises. Pour se faire une place au soleil ces nouveaux entrants ont tendance à casser les prix. Ce qui fait qu’une minute d’audiodescription qui coûtait 60€ il y a deux ou trois ans ne coûte plus que 40 aujourd’hui. La qualité des audiodescriptions qui jusqu’à présent étaient bonne, va forcément se dégrader sous l’effet de cette guerre de prix. Cela fait trois ou quatre ans que nous jouons les Cassandres sur ce sujet. Mesdames les Ministres nous avons besoin de votre aide pour là encore quitter le point mort et passer la première. Aidez-nous à élaborer un label de qualité ou quelque chose qui nous permette de préserver cette qualité qui fait la spécificité de l’audiodescription française.

Enfin mon troisième et dernier point c’est à propos de tous les nouveaux usages. Aussi bien les malentendants que nous les bigleux nous sommes heureux de tous les progrès accomplis sur les chaines classiques pour voir sur nos téléviseurs des émissions sous titrées ou audio-décrites. Mais nous aimerions pouvoir faire comme nos concitoyens accéder à ces programmes en télévision de rattrapage, sur une tablette, sur des sites de Vidéo à la demande, pouvoir utiliser les données associées, et tous ces nouveaux usages qui sont encore pratiquement inaccessibles. Figurez-vous que sur aucun site de rattrapage, à part celui d’ARTE, je ne peux regarder un film avec son audiodescription. C’est tout de même ballot. Je sais qu’il y a deux jours un film a été diffusé avec l’audiodescription donc elle existe mais pas moyen de le voir ou le revoir. Et je ne crois pas que pour le sous titrage ce soit beaucoup mieux. Voilà Mesdames les Ministres nos trois priorités pour l’audio-visuel : le décodeur vocal, le référentiel de qualité et l’accessibilité de ces nouveaux usages. Je compte sur votre engagement pour nous aider à faire bouger ces sujets si ce n’est en quatrième vitesse au moins en avançant ne serait-ce qu’en première. Je vous remercie par avance. »

4-B) ONISEP : ESPACE ETUDES ET HANDICAP

Sur le salon de l’Éducation du 11 au 14 mars à Paris

Cette année encore, nous accueillerons les jeunes et les familles sur l’espace Onisep ETUDES ET HANDICAP au Salon de l’éducation, du jeudi 11 au lundi 14 mars, Porte de Versailles à Paris, Pavillon 7, niveau 2.

Le vendredi 11, le samedi 12 et le lundi 14 mars, des conseillers d’orientation-psychologues du Réseau Handicap Orientation de l’académie de Paris assureront une permanence et recevront les jeunes qui le souhaitent en entretien individuel pour faire le point sur leur parcours de formation et leur projet professionnel.

Le samedi 12 Mars toute la journée, un accueil spécifique sera organisé pour les jeunes sourds et leur famille, avec possibilité de traduction en langue des signes française (LSF).

Vous pourrez :
- Découvrir la nouvelle application mobile de l’Onisep, Mon orientation augmentée (MOA)
- Découvrir la version accessible sous Android et IOS (Apple) de Total Accès, le site et l’application mobile pour smartphone accessibles aux personnes aveugles et malvoyantes
- Regarder les nouveaux films de la série audiovisuelle en cours de réalisation. Ils retracent les parcours de vie et de formation de jeunes professionnels en situation de handicap. Ces vidéos sont accessibles aux personnes handicapées (sous-titrage, transcription, audiodescription et interprétariat LSF)
- Consulter notre site internet, www.onisep.fr/handicap et nos publications, notamment « Des études supérieures à l’emploi », dans la collection Handi+ en région.

Vous pouvez préparer votre visite sur le site du Salon de l’orientation Onisep. Information de l’Onisep

Retour sommaire

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2016

Un communiqué de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles)

Toronto, le 8 mars 2016 : La Journée internationale de la femme nous anime tous à réfléchir à l’importance de l’égalité des genres, à célébrer les succès des femmes et à reconnaître le travail qui reste encore à faire. « Les femmes représentent plus de 50 % de la population mondiale et sont souvent le principal lien pour la famille et le lien avec la communauté. Il reste beaucoup de travail à faire pour garantir l’égalité des droits dans tous les aspects de la vie », déclare la Présidente Antérieure Immédiate de l’UMA et Présidente de l’International Disability Alliance, Maryanne Diamond.

Pour les femmes aveugles, l’accès à l’information, la santé et les droits à la reproduction, à l’éducation, à l’emploi et à la participation dans tous les aspects de la vie communautaire doivent faire l’objet d’un soutien pour permettre l’égalité avec les autres femmes et avec les hommes. Par exemple, l’accès à l’information de la part des femmes aveugles est une question sérieuse, notamment l’information concernant la santé et la reproduction. Car les femmes aveugles, comme les femmes voyantes, veulent avoir accès aux toutes dernières informations en matière de santé et de famille. Cela dit, à la différence des femmes voyantes, la plupart des femmes aveugles n’ont pas accès à toute une série de supports disponibles, à savoir les supports imprimés et notamment les documents de référence. Moins de 10 % des supports imprimés sont proposés sous des formats accessibles et dans les pays en développement ce chiffre baisse souvent à moins de 1 %. Avec le soutien et les informations adéquats, les femmes aveugles sont tout aussi efficaces et compétentes que les femmes voyantes à l’heure d’élever leurs enfants et de prendre soin de leur famille.

Une façon d’améliorer l’accès à l’information pour les femmes aveugles est de défendre la ratification et la mise en œuvre universelles du Traité de Marrakech. Ce traité va permettre la publication de plus de livres et matériels sous des formats accessibles, et pour les organisations d’aveugles cela signifie de pouvoir partager de façon transfrontalière ces ouvrages, pour donner aux femmes aveugles et malvoyantes du monde entier accès à un plus grand éventail de supports imprimés. Les jeunes filles aveugles et malvoyantes souffrent aussi du manque d’accès à l’information, en particulier dans les pays en développement, où moins d’1 % des jeunes filles aveugles reçoivent une éducation complète. La plupart des systèmes éducatifs dans les pays en développement ne possèdent ni les ressources ni le professorat spécialisé requis pour pouvoir offrir une éducation effective aux enfants aveugles, ce qui fait que bien souvent, la meilleure option est de les envoyer dans des écoles spécialisées. Les familles hésitent souvent à envoyer leurs filles aveugles dans ces écoles, encore plus que les garçons. Cette hésitation se fonde à la fois sur la crainte d’envoyer leur fille aveugle dans une école située en ville, surtout lorsque la famille vit en milieu rural, et aussi sur la perception de la valeur de l’éducation pour ces jeunes filles. En effet, la plupart des familles ne sont pas conscientes des opportunités dont disposent les jeunes filles et les femmes aveugles pour obtenir un emploi et subvenir à leurs besoins et être des membres pleinement actifs et productifs de leurs communautés. L’accès à l’information et à l’éducation sont les clés permettant d’ouvrir la porte à ces opportunités, de sorte qu’il faut travailler pour surmonter les multiples barrières à l’information et à l’éducation qui existent pour les femmes et les jeunes filles aveugles. Pour en savoir plus à propos du Traité de Marrakech, allez à la page que nous consacrons à nos campagnes : http://www.worldblindunion.org/Fren...

Retour sommaire

6) ACCESSIBILITE

6-A) ANNIVERSAIRE DE LA LOI « HANDICAP » DE 2005 : LE COLLECTIF POUR UNE FRANCE ACCESSIBLE DEPLORE LES ATTAQUES REPETEES CONTRE L’ACCESSIBILITE !

Alors que la France aurait dû être accessible depuis un an – si la loi handicap de 2005 avait été appliquée – le Collectif pour une France accessible dénonce les nouveaux coups portés à l’accessibilité universelle. Non seulement le dispositif des Ad’AP est un échec pour le gouvernement, mais d’autres retours en arrière viennent s’ajouter : un décret et un arrêté du 24 décembre ouvrent la possibilité à des dérogations à l’accessibilité pour les logements neufs ; le projet de loi pour une République numérique est en-deçà des obligations d’accessibilité numérique prévues par la loi de 2005 ; ou encore les discours sur les normes qui remettent en cause le principe même de l’accessibilité. Onze ans après le vote de cette loi, qui était déjà un compromis sur le plan de l’accessibilité, le bilan est désastreux et laisse les personnes restreintes dans leurs déplacements quotidiens (personnes en situation de handicap, personnes âgées, parents avec poussette, piétons, cyclistes, etc.), sans solution.

Ad’AP : un dispositif défaillant Les propriétaires d’établissement recevant du public (ERP) non accessibles avaient jusqu’au 27 septembre 2015 pour déposer leur agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP), document programmatique de mise en accessibilité. Aujourd’hui, on constate que près de 30 % des propriétaires n’ont toujours pas déposé leur Ad’AP plus de 4 mois après l’échéance requise ! Plus de dix ans après l’obligation d’accessibilité, environ 300 000 établissements n’ont toujours rien entrepris pour rendre leur locaux accessibles alors que des millions de Français sont gênés quotidiennement dans leurs déplacements ! Le collectif déplore également le manque d’information de la part du Ministère sur le contenu des Ad’AP qui ont été déposés.

Décret et arrêté du 24 décembre : les logements neufs pris pour cible Un décret et un arrêté relatif à l’accessibilité des logements neufs ont été publiés le 24 décembre dernier. Ils ouvrent la possibilité de dérogations à l’accessibilité lors de la construction de logements neufs ! De plus, dans un contexte où la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement vient d’être adoptée, le gouvernement refuse toujours d’abaisser l’obligation d’ascenseur à R+3 dans les immeubles d’habitations alors que ce type de logement demeure très majoritairement construit aujourd’hui en France. Encore des textes scandaleux qui vont à l’encontre des principes de la loi handicap de 2005. En 2009 et 2011 des textes réglementaires avaient déjà tenté d’introduire des dérogations pour les logements neufs, mais à chaque fois ces dispositions avaient été censurées par le Conseil d’Etat. Il est donc inacceptable que de tels textes, totalement contraires aux principes d’accessibilité et aux engagements internationaux de la France et déjà retoqués deux fois, revoient le jour.

Projet de loi pour une République numérique Le collectif déplore également le projet de loi pour une République numérique qui amoindrit l’obligation d’accessibilité numérique des sites Internet publics telle que prévue par la loi handicap de 2005. De plus, les sites internet privés, les applications mobiles et les logiciels professionnels sont exonérés d’une telle mise en accessibilité, ce qui discrimine plusieurs millions de personnes dans leur participation sociale. Il est également nécessaire de créer un centre d’appel relais national pour les personnes déficientes auditives qui leur permettrait d’avoir accès à la communication grâce à une traduction simultanée en langue des signes française.

Dispositif des Ad’AP défaillant, dérogations pour les logements neufs, accessibilité numérique mise à mal, ou encore discours sur les normes au détriment de l’accessibilité tels que l’illustrent les propos récents de Nicolas Sarkozy, les attaques contre l’accessibilité ne cessent de se multiplier !

Quarante ans après la loi de 1975 qui instaurait le principe d’accessibilité et un an après le rendez-vous manqué de 2015, la France est totalement dépourvue de toute ambition en matière de mise en accessibilité. Ce sont donc des millions de personnes qui sont entravées quotidiennement dans leurs déplacements et ainsi mises au ban de la société française.

Le Collectif pour une France accessible dénonce avec force ces attaques répétées et demande au gouvernement d’apporter des réponses concrètes et adéquates aux difficultés de déplacement de millions de citoyens.

Site internet : collectifpourunefranceaccessible.blogs.apf.asso.fr

Retour sommaire

6-B) MEDIA/ACCESSIBILITE – RAPPORT ANNUEL DU CSA

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel publie son rapport annuel sur l’accessibilité des programmes de télévision aux personnes handicapées et la représentation du handicap à l’antenne. En matière de sous-titrage, les chaînes dont la part d’audience est supérieure à 2,5 % (France Télévisions, TF1, M6, TMC, W9, D8 et Canal +) ont, selon leurs déclarations, respecté leur obligation pour la diffusion en Télévision Numérique Terrestre pour un coût moyen compris entre 390€ et 960€ Hors Taxes selon le type de programmes. Les autres chaines de la TNT ont également atteint ou dépassé l’obligation de sous-titrage, toujours selon leurs déclarations. Le volume d’émissions avec Langue des Signes Française a globalement été identique à celui de 2014 (coût horaire moyen de l’interprétation variant de 1.050€ à 7.500€ HT). Concernant l’audiodescription, l’ensemble des chaines assujetties affirme avoir atteint ou dépassé l’obligation, au coût moyen par programme de plus de 4.000€. Si le CSA rappelle avoir reçu de nombreuses plaintes sur "l’absence de traduction en langue des signes française et l’absence ou la mauvaise qualité du sous-titrage des programmes d’information diffusés pendant la période des attentats du 13 novembre 2015, sur l’ensemble des chaînes de télévision," il se borne à rappeler les obligations des chaines, sans formuler de propositions adaptées à une situation d’urgence nationale.

Yanous-Actu –n° 462

Les articles de « Yanous actualités » sont diffusés avec l’autorisation de Laurent Lejard.

Retour sommaire

7) CULTURE

7-B) COLLOQUE INTERNATIONAL : JACQUES LUSSEYRAN (1924-1971) ENTRE CECITE ET LUMIERE REGARD CROISES

Mardi 28 juin 2016 à la Fondation Singer-Polignac 43, avenue Georges Mandel – 75116 Paris

Jacques Lusseyran (1924-1971), écrivain et essayiste aveugle, mais aussi figure méconnue de la Résistance intérieure française durant la Seconde Guerre mondiale, dont la vie et l’œuvre sont restées longtemps ignorées dans son propre pays – alors qu’il poursuivit une carrière de professeur de littérature dans plusieurs grandes universités américaines – suscite un intérêt grandissant dans la recherche française et internationale, tandis que l’ouvrage de Jérôme Garcin : Le Voyant, publié en janvier 2015 par les éditions Gallimard, l’a fait connaître d’un très large public.

Ce colloque pluridisciplinaire proposera une vaste exploration de la vision intérieure paradoxale de cet auteur aveugle qui, ayant perdu la vue lors d’une bousculade à l’école à l’âge de huit ans, construit sa vie et son œuvre autour de la lumière et des couleurs dont il affirme garder la perception et qu’il magnifie par l’écriture. Les différentes approches historique, littéraire, philosophique (avec entre autres la question de l’anthroposophie), mais également scientifique (neuro-ophtalmologie), permettront de rappeler la place que Jacques Lusseyran occupa au sein de la Résistance intérieure française et l’attitude qu’il adopta face à la réalité tragique des camps de concentration, avant d’interroger les catégories essentielles de son écriture, telles que la synesthésie, qui concourt de manière exemplaire à l’élaboration d’un monde intérieur poétique et empreint d’une richesse contrastant avec les représentations classiques de l’absence de vue comme privation et déficience. Afin de mieux en saisir l’essence et la portée, ce colloque s’attachera à situer le discours et l’écriture de la cécité de Jacques Lusseyran parmi d’autres discours d’auteurs aveugles, parmi lesquels des écrivains contemporains, qui apporteront leur point de vue critique.

Ce colloque est organisé sous forme d’un partenariat avec le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’université Paris-Sorbonne, dirigée par Mme la Professeure Véronique Gély et avec le soutien de l’IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités) de l’ENS de Lyon, dirigé par M. le Professeur Olivier Bara et du Labex Comod (Constitution de la modernité), dirigé par M. le Professeur P.-F. Moreau.

La langue du colloque sera le français.

Comité d’organisation : Marion CHOTTIN, chargée de recherche au CNRS, Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités, ENS de Lyon Céline ROUSSEL, doctorante, Centre de Recherche en Littérature Comparée, université Paris-Sorbonne Rebecca SCALES, Assistant professor of History, Department of History, Rochester Institute of Technology (État de New York) Hannah THOMPSON, Reader in French, Royal Holloway, University of London Zina WEYGAND, docteur en histoire, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique :

Pierre BRUNEL, Professeur émérite de littérature comparée de l’université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques Pierre-François MOREAU, Professeur des Universités, ENS de Lyon, directeur du Labex Comod (Constitution de la modernité) José-Alain SAHEL, Professeur des Universités, Paris VI Sorbonne Universités (UPMC), Directeur de l’Institut de la Vision (Inserm, UPMC, CNRS), membre de l’Académie des sciences, Institut de France Jacques SEMELIN, Historien et politiste, Directeur de recherche au CNRS (CERI-SciencesPo), et professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Président et fondateur de l’encyclopédie en ligne des violences de masse (massviolence.org) Henri-Jacques STIKER, Directeur de recherche au Laboratoire Identités, Cultures, Territoires, université Paris Diderot-Paris 7, Rédacteur en chef de la revue Alter, European Journal of Disability Research, Revue européenne de recherche sur le handicap

PROGRAMME

9h30 Accueil et inscription des participants

10h Allocutions d’accueil Yves Pouliquen, de l’Académie française, Président de la Fondation Singer-Polignac Pierre Brunel, université Paris-Sorbonne, Académie des Sciences morales et politiques Véronique Gély, directrice du Centre de Recherche en Littérature Comparée, université Paris-Sorbonne Pierre-François Moreau, Professeur des Universités, ENS de Lyon, directeur du Labex Comod (Constitution de la modernité)

10h30 Introduction par Zina Weygand 10h45 Pause

Session 1 : Jacques Lusseyran, un homme libre Président de séance : Bruno Leroux, Directeur historique de la Fondation nationale de la Résistance

11h00 Les Volontaires de la Liberté : un exemple de résistance civile par Jacques Semelin, Historien et politiste, Directeur de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po), et professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Président et fondateur de l’encyclopédie en ligne des violences de masse (massviolence.org)

11h20 Jacques Lusseyran en déportation : entre histoire et mémoire par Olivier Lalieu, Historien, Président de l’Association française Buchenwald, Dora et kommandos

11h40 Jacques Lusseyran entre la France et l’Amérique par Rebecca P. Scales, Assistant professor of History, Rochester Institute of Technology (U.S.A.)

12h00 Discussion

13h-14h Buffet-Déjeuner

Session 2 : Cécité et écritures de soi Présidente de séance : Véronique Gély, Professeure de littérature générale et comparée, Directrice du Centre de Recherche en Littérature Comparée, université Paris-Sorbonne

14h Écriture et réécritures de soi : de l’aveugle voyant à la voix poétique Par Céline Roussel, Doctorante, Centre de Recherche en Littérature Comparée, université Paris-Sorbonne 14h20 Jacques Lusseyran à travers son œuvre : écriture de la cécité ou icône d’aveugle ? par Romain Villet, écrivain

14h40 A chacun sa cécité, à chacun sa vérité par Jacques Semelin, Historien et politiste, Directeur de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po), et professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Président et fondateur de l’encyclopédie en ligne des violences de masse (massviolence.org)

15h Discussion

Session 3 : La « vision intérieure » de Jacques Lusseyran, entre philosophie, mystique et neurosciences Président de séance : Pierre Ancet, Maître de conférences en philosophie, Vice-président de l’université de Bourgogne, chercheur au Centre Georges Chevrier, Directeur de l’université pour tous de Bourgogne (UTB)

15h50 La « vision intérieure » de Lusseyran : concept inouï ou illusion des sens ? Par Marion Chottin, chargée de recherche au CNRS, Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités, ENS de Lyon

16h10 Le toucher de la lumière. La vue intérieure de Lusseyran entre phénoménologie et mystique Par Piet Devos, Post-doctorant à l’université Concordia, Centre for Sensory Studies, Montréal

16h30 Lumières de Lusseyran. La perception visuelle du monde et ses mécanismes cérébraux par Avinoam B. Safran, Professeur associé Sorbonne-UPMC/Institut de la Vision, Professeur émérite de l’université de Genève

16h50 Discussion

17h20 Synthèse et Conclusions par Henri-Jacques Stiker, Directeur de recherche au Laboratoire Identités, Cultures, Territoires, université Paris Diderot-Paris 7 et Hannah Thompson, Reader in French, Royal Holloway, University of London

17h45 Clôture du colloque

Retour sommaire

8) EMPLOI

8-A) CHARGE DE MISSION ACCOMPAGNEMENT (H/F)

Descriptif de l’association

L’UPTIH (Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés) est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, créée en 2008.

Son objet : représenter et accompagner les Travailleurs Indépendants Handicapés ou handipreneur (du créateur au chef d’entreprise établi, qu’ils soient entrepreneurs individuels – artisans, commerçants, professions libérales – ou chefs d’entreprise) dans leurs démarches de création, développement ou pérennisation d’activité indépendante.

Ainsi, l’UPTIH propose un parcours d’accompagnement personnalisé et spécifique à toute personne en situation de handicap souhaitant se mettre à son compte ou ayant déjà créé, au travers de différents modules d’accompagnement individuels (coaching, tutorat, mentorat) ou collectifs (évènements de réseaux mensuels, animation de la communauté des TIH, …).

De plus, l’UPTIH représente les Travailleurs Indépendants Handicapés au travers d’actions de plaidoyer ou d’actions de sensibilisation auprès de ses parties prenantes (acteurs publics, entreprises, grand public, etc.).

En 2016, l’UPTIH souhaite consolider sa présence en Ile-de-France en accompagnant plus de bénéficiaires tout en continuant à proposer une offre adaptée à leurs différents besoins. Dans ce contexte, l’association recherche un Chargé de mission Accompagnement (H/F), lequel (laquelle) sera hiérarchiquement rattaché(e) à la Directrice des Pôles Accompagnement et Réseaux. Missions

Au sein d’une équipe permanente dynamique de 4 personnes et en étroite collaboration avec la Directrice des Pôles Accompagnement et Réseaux, vos missions seront les suivantes :

Participer à la mise en place et au suivi des accompagnements individuels *Traitement des demandes d’informations *Entretiens avec les handipreneurs et évaluation des besoins *Recrutement des bénévoles accompagnateurs (coachs, tuteurs, mentors) *Constitution et suivi des binômes handipreneurs / bénévoles accompagnateurs

Contribuer au développement des outils supports au dispositif *Mise à jour des ressources documentaires et veille documentaire *Publication régulière de ces ressources sur l’espace web dédié aux binômes *Organisation d’événements destinés aux handipreneurs et/ou aux bénévoles accompagnateurs dans une logique d’amélioration constante de l’offre d’accompagnement (ateliers thématiques, formations, mise en réseaux…)

Appuyer le déploiement du dispositif d’accompagnement sur la région Ile-de-France *Prospection de partenaires franciliens (associations, acteurs locaux dans les domaines de l’emploi, de l’entrepreneuriat et du handicap) pour développer à la fois le nombre de bénéficiaires et le nombre d’accompagnateurs bénévoles *Participation à divers événements de représentation (salons, forums…) *Appui à l’organisation d’un événement régional rassemblant les différentes parties prenantes de l’UPTIH

Profil recherché

Qualités Être organisé(e), impliqué(e), rigoureux(se) et fiable. Être autonome et avoir une bonne capacité d’adaptation et d’anticipation. Être intéressé/e par le secteur associatif et l’entrepreneuriat. Être sensible aux problématiques liées au Handicap. Être force de proposition. Savoir travailler en équipe et partager l’information au bon niveau au bon moment.

Compétences Aisance rédactionnelle et relationnelle. Maîtrise des outils bureautiques, d’internet et des réseaux sociaux. Très bon niveau de français.

Expérience et formation Niveau de formation : bac+4/5. Expérience en gestion de projets ou en entrepreneuriat souhaitée. Connaissance du secteur associatif ou plus largement de l’Economie Sociale et Solidaire appréciée.

Conditions *Eligibilité au dispositif des contrats aidés (CUI – CAE) *CDD 12 mois 35h hebdomadaire *Poste à pouvoir dès que possible *Base de rémunération brute : SMIC *Avantages : 50% des frais de transports et mutuelle *Lieu de travail : Paris 12 *Documents à envoyer avant le 5 mars 2016 : CV et LM *Email : sabrina.mary@uptih.fr

A compétences égales seront privilégiés les travailleurs handicapés

Retour sommaire

8-B) CHARGE DE COMMUNICATION / ANIMATION DU RESEAU DES BENEVOLES (H/F)

Descriptif de l’association L’UPTIH (Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés) est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, créée en 2008. Son objet : représenter et accompagner les Travailleurs indépendants handicapés (du créateur au chef d’entreprise établi, qu’ils soient entrepreneurs individuels – artisans, commerçants, professions libérales – ou chefs d’entreprise) dans leurs démarches de création, développement ou pérennisation d’activité indépendante. Ainsi, l’UPTIH propose un parcours d’accompagnement personnalisé et spécifique (« à la carte ») à toute personne en situation de handicap souhaitant se mettre à son compte ou ayant déjà créé, au travers de différents modules d’accompagnement individuels (coaching, tutorat, mentorat) ou collectifs (évènements de réseaux mensuels, animation de la communauté des TIH, …). De plus, l’UPTIH représente les Travailleurs indépendants handicapés au travers d’actions de plaidoyer ou d’actions de sensibilisation auprès de ses parties prenantes (acteurs publics, entreprises, grand public, etc.) Dans le cadre de son développement, l’UPTIH recherche un(e) Chargé(e) de communication / animation du réseau des bénévoles, lequel (laquelle) sera hiérarchiquement rattaché(e) à la Directrice des Pôles Accompagnement et Réseaux et travaillera en étroite collaboration avec l’équipe permanente (3 personnes) et les différentes parties prenantes de la structure.

Missions Au sein d’une équipe de 4 personnes, vous serez en charge :
- D’une part, de la communication auprès des différentes parties prenantes de l’association, à savoir : 1. Nos bénéficiaires (travailleurs indépendants handicapés) 2. Nos bénévoles accompagnateurs 3. Nos partenaires (acteurs publics et privés, institutionnels) 4. Le grand public Pour chacun de ces 4 types de publics, vos objectifs seront de :
- Informer sur l’objet et les activités développées par l’UPTIH ;
- Développer la notoriété de l’association ;
- Animer la relation au quotidien avec ces différentes parties prenantes.

Pour atteindre ces objectifs, vous devrez notamment (par ordre de priorité) :
- Gérer la communication Web de l’association : o Alimentation et administration du site internet de l’association (www.uptih.fr) o Community management : effectuer une veille et animer nos communautés sur les réseaux sociaux o Gestion de nos différentes listes de diffusion, etc.
- Prendre en charge la rédaction de la newsletter de l’association, à fréquence mensuelle : o Organisation des contributions internes, o Consolidation des contenus mensuels et de la veille produits dans le mois (sources : site internet, réseaux sociaux, sources externes et veille) o Rédaction puis diffusion de la version finale de la newsletter
- Participer à la rédaction de documents supports à la communication o Réalisation de revues de presse o Contributions à la mise à jour et aux adaptations de notre dossier de presse o Contributions à la rédaction et à la publication de contenus ad hoc en fonction de l’actualité de l’association (communiqués, tribunes libres, témoignages ou portraits, etc.)
- Contribuer à l’organisation d’évènements en collaboration avec les autres membres de l’équipe D’autre part, animer la communauté des bénévoles accompagnateurs selon les objectifs suivants :
- Fidéliser les bénévoles actuels actifs et valoriser leur engagement à l’UPTIH ;
- Remotiver les bénévoles « dormants », en leur donnant envie de s’engager auprès de l’UPTIH ;
- Contribuer au « recrutement » de nouveaux bénévoles accompagnateurs par des actions de communication interne / externe de mise en notoriété de l’association et d’animation du réseau de ses parties prenantes ;
- De manière générale, créer et animer un Pour atteindre ces objectifs, vous devrez notamment :
- Créer et animer une plateforme collaborative rassemblant la communauté des bénévoles UPTIH à identifier (exemples : page Facebook, plateforme TIMKHO,…) ;
- Informer régulièrement la communauté des bénévoles accompagnateurs de l’UPTIH sur l’actualité de l’association ;
- Organiser des évènements dédiés à fréquence bimensuelle a minima, à destination des bénévoles accompagnateurs

Au sein d’une équipe soudée par un objectif commun et des valeurs fondatrices, nous saurons vous offrir un cadre de travail stimulant et épanouissant.

Profil recherché Expérience et formation 1ère expérience professionnelle d’au moins 6 mois sur un poste équivalent (stages compris) appréciée Niveau de formation :
- Diplômes universitaires de niveau bac+4/5 en sciences humaines complétés par une spécialisation dans la communication
- Formation supérieure de type IEP ou écoles de commerce généralistes complétée par une spécialisation dans la communication
- Écoles spécialisées en communication, marketing, en relations publiques ou dans le journalisme

Connaissance du secteur associatif appréciée. Une expérience du système de gestion de contenus de sites web est un plus.

Compétences
- La maîtrise de l’écrit et de l’oral est essentielle.
- Vous avez une bonne capacité rédactionnelle et d’une excellente aisance relationnelle.
- Vous faites preuve de créativité aussi bien dans le contenu que la forme.
- Outre la maîtrise des outils de bureautique classiques, vous maîtrisez plusieurs outils et solutions de communication (administration de site internet via un back office ou sur WordPress, PAO, Publications, Digital, Événementiel, ...) ou d’outils graphiques (Illustrator, Photoshop, …)
- Vous disposez de compétences avérées en community management et en matière de communication digitale (sites internet, réseaux sociaux, etc.)
- La connaissance des techniques d’accessibilité des outils de communication est un plus.

Qualités
- Vous êtes sensible au projet de l’association et souhaitez contribuer à son impact social.
- Vous disposez d’une première expérience dans le domaine de la communication et d’une bonne culture des pratiques actuelles dans le domaine.
- Nous valoriserons votre sensibilité relationnelle et votre capacité à vous adapter à des interlocuteurs de différentes natures : bénéficiaires, bénévoles, associations, entreprises, …
- Capable de travailler en autonomie et de nature entreprenante, vous saurez après une période de découverte être force de proposition pour repenser les dispositifs de communication en place.
- Vous savez et aimez travailler en équipe, de manière collaborative et en co-construisant des propositions / des projets, selon une approche résolument innovante.

Conditions
- Éligibilité au dispositif « Contrats aidés » (http://www.clubassoemploi.org/pdf/p...)
- CDD 12 mois 35h hebdomadaire
- Poste à pouvoir dès que possible
- Base de rémunération brute : SMIC
- Avantages : 50% des frais de transports et mutuelle
- Lieu de travail : Paris 12
- Documents à envoyer avant le 5 mars 2016 : CV et LM
- Email : contact@uptih.fr A compétences égales seront privilégiés les travailleurs handicapés

Retour sommaire

8-C) COMMUNIQUE DU TIH BUSINESS – 02/02/2016

Tih business.com Travailleurs Indépendants Handicapés à votre service !

Près de 72 000 professionnels indépendants handicapés en France, Plus de 8 000 entreprises créées par des personnes handicapées chaque année, 3 entreprises sur 4 créées par des personnes handicapées survivent au-delà de 3 ans. Impressionnant, n’est-ce pas ?

Soutenir le développement de ces professionnels indépendants, c’est le choix fait par l’association UPTIH, 1er collectif d’entrepreneurs handicapés en France créé en 2008 (www.uptih.fr). Comment ? Par la création de TIH Business (www.tih-business.fr), 1er "job board" ou plateforme de mise en relation de fournisseurs ou prestataires handicapés avec les entreprises ou les administrations. Une opportunité de favoriser l’entrepreneuriat par des personnes handicapées, Une solution pour les entreprises, dans le cadre d’une politique d’achats responsables et/ou d’une politique Handicap innovante, ces prestations devenant en 2016 valorisables au titre de l’obligation d’emploi des 6% (nouveauté introduite par l’article 272 de la loi « Croissance, activité, égalité des chances économiques », plus connue sous le nom de « loi Macron », en vigueur depuis le 29 janvier 2016 suite à parution du décret n°2016-60 du 28 janvier 2016 relatif aux modalités d’acquittement partiel de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés).

N’hésitez pas à contacter l’équipe UPTIH pour plus d’informations : Mail : contact@uptih.fr Téléphone : 01 43 79 13 06

Retour sommaire

8-D) VILLENEUVE-D’ASCQ : AVEUGLE, IL PERD SON EMPLOI A LA MDPH A CAUSE D’UN LOGICIEL INADAPTE

Le cas de Jean-Xavier Welkamp illustre tout le chemin que la France doit encore parcourir pour prendre véritablement en compte le handicap. Âgé de 60 ans, cet ancien contrôleur du travail est en arrêt maladie depuis deux ans et demi. Pour une dépression causée par les conditions dans lesquelles il a travaillé au siège de la MDPH à Villeneuve-d’Ascq. Il était contrôleur du travail à la COTOREP quand le service est basculé dans les MDPH gérées par le conseil général. En 2006, Jean-Xavier Welkamp, qui travaillait à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), est mis à disposition de la MDPH. Les ennuis commencent. « J’ai toujours travaillé sur des logiciels compatibles avec mon équipement pour malvoyant, indique-t-il. Tout allait très bien. Quand j’arrive à la MDPH, ils utilisent le logiciel ITAC. Je demande une étude d’accessibilité mais pendant deux ans, je travaille sur ce logiciel. Jusqu’à ce qu’on bascule sur Iodas. Là, j’ai eu les bras coupés ! » Ce logiciel, installé dans des dizaines de MDPH de France, est inaccessible aux malvoyants. « Je ne pouvais pas lire le contenu, explique M. Welkamp. Je ne pouvais pas aller dans les champs d’informations. Je ne pouvais plus travailler ! » Le contrôleur du travail est alors assigné à d’autres postes. Il forme les écoutantes de la plateforme téléphonique aux mesures sur le handicap. Parce qu’il est assez autonome, il effectue des interventions extérieures. Et il reçoit des usagers pour des renseignements approfondis. Pendant ce temps, il se bat pour accessibiliser son poste... et Iodas. « La société Accessolutions, qui a accessibilisé Pôle Emploi ou le logiciel métier de la MDPH de Nanterre, est intervenue. Mais quand je n’étais pas présent, peste Jean-Xavier. Le responsable informatique de la MDPH ne s’est jamais montré coopératif. Je ne pouvais plus me servir de mon outil de travail. » Jean-Xavier Welkamp ressent au moins une forme de laxisme vis-à-vis de son handicap, au plus de la discrimination. En 2011, il prend une avocate qui, se basant sur la loi de 2005, met en demeure le président du conseil général, Bernard Derosier, de mettre en place l’interface lui permettant d’accéder à Iodas. Rien ne bouge… Il tombe en dépression. La MDPH le réintègre à la DIRECCTE et, en 2014, il s’adresse au défenseur des droits, Jacques Toubon. Ce dernier vient en février 2015 à la MDPH sans qu’on sache pourquoi. Le dossier est toujours en cours. Mais Jean-Xavier Welkamp se bat : « Je ne veux pas lâcher la MDPH parce qu’elle doit être exemplaire ! Je me bats pour l’avenir. Parce que si ça continue comme ça, on va revoir des aveugles faire la manche. »

L’affaire devant les tribunaux ? Mathieu Froidure connaît bien le dossier de Jean-Xavier Welkamp. Directeur associé d’Urbilog, société de Villeneuve-d’Ascq, il est directeur de la commission nouvelles technologies de la CFPSAA (Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes). Il a participé à la refonte du projet de loi sur la République numérique. Pour lui, il est « inadmissible que des structures comme les MDPH ne puissent pas intégrer des personnes handicapées pour cause de non-accessibilité du logiciel ». Il explique que Iodas a été créé par la société GFI sous deux versions. Une légère et une lourde difficile à accessibiliser. « Le conseil général n’a jamais demandé que la version légère soit rendue accessible ! Il y a une non volonté de faire avancer le sujet. Pour que GFI adapte un logiciel, il aurait fallu payer. Si en France, une structure comme la MDPH n’est pas capable d’intégrer une personne handicapée, qui le fera ? » Selon Mathieu Froidure, les MDPH du Nord et de Normandie mettent en place des services de télédéclarations pour monter les dossiers d’AAH (Allocation adulte handicapé) qui ne seront pas accessibles. « On marche sur la tête ! Même le site du défenseur des droits n’est pas accessible… Le décret d’application de la loi de 2005 sur le handicap est entré en vigueur en 2009. Jean-Xavier fait une demande depuis 2009… L’Europe vient d’écrire une directive pour donner des outils numériques accessibles. Mais il faut s’en donner les moyens. » Mathieu Froidure compte porter l’affaire devant les tribunaux. « Si une société n’est pas vigilante avec cette difficulté que rencontrent les aveugles, on va créer une fracture numérique. Et pour la refermer, ça va coûter un bras ! » Cédric Gout La Voix du Nord - 1er février 2016

Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSA

12-A) 10ÈME FORUM EUROPEEN DE L’ACCESSIBILITE NUMERIQUE

La dixième édition du Forum Européen de l’Accessibilité Numérique aura lieu le 30 mai 2016 à la Cité des sciences et de l’Industrie de Paris : une journée rythmée par des conférences, des ateliers, un espace "exposition" et des temps d’échanges.

Forum européen de l’accessibilité numérique Aujourd’hui en France, les personnes en situation de handicap et les seniors rencontrent encore de nombreuses difficultés dans l’accès aux services et outils numériques. Le développement fulgurant de "l’Internet des Objets" doit pouvoir répondre à leurs besoins spécifiques. Ces enjeux seront au coeur du 10ème Forum Européen de l’Accessibilité Numérique, qui se tiendra le 30 mai 2016 à la Cité des sciences et de l’Industrie de Paris. L’évènement se tiendra sous le Haut Patronage de Monsieur François HOLLANDE, sous le patronage de Madame Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et en présence de Madame Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’État au Numérique. L’accessibilité numérique dans un monde connecté Le thème du Forum sera "L’accessibilité numérique dans un monde connecté". Des acteurs majeurs du numérique, du handicap, de la silver economy, de la recherche, ou encore de collectivités seront présents. Des acteurs innovants pourront exposer leurs prototypes ou leurs services en lien avec l’accessibilité des objets connectés. L’organisation de cet événement est assurée par l’association BrailleNet depuis 10 ans, en partenariat avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. BrailleNet oeuvre depuis 1997 pour que le numérique soit accessible aux personnes en situation de handicap. Le Forum Européen de l’Accessibilité Numérique a lieu dans le cadre du Tour de France de l’Accessibilité Numérique, qui prévoit 12 étapes à travers la France pour sensibiliser le plus grand nombre.

Si vous êtes intéressés cliquez sur : Inscriptions et programme.

12-B) HANDICAPZERO ADAPTE LE LIVRE VERT DE MA BEAUTE

Voici une information qui devrait plaire à toutes les femmes aveugles et malvoyantes : HandiCapZéro met à leur disposition (gratuitement) le Livre Vert de la Beauté 2016 en partenariat avec la marque Yves Rocher.

Livre Vert de ma Beauté 2016 : faites-vous plaisir !

Le Livre Vert de ma Beauté conçu par Yves Rocher vient d’être adapté par HandiCaPZéro. Cette édition est gratuite et disponible en braille, en audio et en ligne. Dans ce catalogue, des conseils, des infos, des produits (soin, maquillage et parfum). Une édition accompagnée d’une carte personnelle en braille ou en caractères agrandis qui permettra de bénéficier de remises toute l’année. Pour en disposer, il suffit d’appeler HandiCaPZéro au 0800.39.39.51 (service et appel gratuits) ou commander en ligne à partir de la rubrique (http://www.handicapzero.org/vie-pra...)

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) HOCKEY SUR GLACE POUR AVEUGLES

La Fédération Internationale de Hockey sur Glace pour Aveugles (IBIHF) vient de voir le jour pour ce sport, le hockey pour aveugles, qui se joue actuellement au Canada et aux États-Unis. L’IBIHF mènera le développement du sport, aidera aux relations entre les pays membres ayant des programmes de hockey sur glace pour aveugles et se centrera sur la promotion du sport dans d’autres pays du monde. L’objectif à long terme de l’IBIHF est de créer un véritable sport global avec un championnat du monde et une inclusion aux Jeux Paralympiques d’Hiver d’ici à 2026. Pour plus d’informations concernant le Hockey sur glace pour aveugles et les opportunités de participer, veuillez contacter Matt Morrow à l’adresse suivante : mattmorrow@couragecanada.ca.

Information de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles)

15-B) LIBRAIRIE AUDIO

Nouveautés de février 2016

La librairie sonore de Frémeaux & Associés vous propose, le cours d’introduction de Michel Onfray sur « Décadence » le second volume de sa « Brève encyclopédie du monde » sur 2 CD. Par ailleurs, chef d’œuvre de la littérature scientifique « l’Origine des espèces » de Charles Darwin est disponible en 3 CD.

Un coffret 2 CD regroupe les deux albums phares du guitariste flamand Fapy Lafertin. Enregistrés en Angleterre dans les années 1990, avec du matériel d’avant-guerre. Ils sont considérés comme les meilleurs disques de jazz manouche enregistrés depuis la mort de Django.

Enfin, à l’occasion des 20 ans de la mort de François Mitterrand, retrouvez ses 53 grands discours historiques dans un coffret 3 CD, ou plus intimes, ses entretiens privés avec Marguerite Duras.

Et d’autres titres à découvrir sur le site de la Librairie Audio http//www.librairie-audio.com

15-C) MUSEE DE L’HOMME (75016) – HANDICAP VISUEL

7 mars 2016 (11h15) - Musée de l’Homme (75016) - Handicap visuel. Visite sensorielle "à la découverte du musée". Cette visite est l’occasion de découvrir l’histoire du musée de l’Homme et l’exposition permanente actuelle : la Galerie de l’Homme à travers une approche sensible. En petit groupe bougeons, sentons, échangeons autours de notre identité collective et individuelle. Pour profiter pleinement de cette visite, nous vous recommandons de venir avec un accompagnateur, 15 minutes avant la visite. Lieu : Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75116 Paris. Le point de rendez-vous se trouve au 1er étage du musée, dans l’Atrium. Tarifs : 9€/ personne, billet à acheter sur internet ou au 01 44 05 72 50. Renseignements complémentaires par mél. Autre date : 4 avril.

Yanous-Actu –n° 462

15-D) VISITE DESCRIPTIVE « PARIS AU TEMPS D’HAUSSMANN »

A destination des visiteurs individuels aveugles et malvoyants Samedi 19 mars 2016 à 11h15

Cette visite vous plonge dans l’histoire de Paris et du Baron Haussmann dans la seconde moitié du 19ème siècle. Vous découvrirez pourquoi et comment il a transformé la ville. Un jeu de planches tactiles vous permettra d’appréhender plans et façades.

Durée de la visite : 1h30 – Tarif : 5 euros, gratuité pour l’accompagnateur(trice) dont la présence est vivement conseillée.

Sur réservation à groupes@citechaillot.fr Renseignement par téléphone au 01 58 51 50 19 (du lundi au vendredi de 11h00 à 13h00) Achat des billets aux caisses du hall principal le jour même.

Cité de l’Architecture & du Patrimoine 1 Place du Trocadéro 75116 Paris 01 58 51 52 00 (standard) M° Trocadéro (Lignes 6 et 9) Bus 22, 30, 32, 63, 72, 82 – arrêt Trocadéro

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0