Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2017 > Bulletin 03 du 31 mars 2017

Bulletin 03 du 31 mars 2017

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2017-03 – du 31 Mars 2017

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Nous voici en pleine actualité politique, plus politicienne, hélas que « Res publica », dans la définition qui devrait être la sienne. Cette chose publique, qui préside à l’organisation de notre société est en effet bien malmenée dans la confusion de la campagne électorale que nous connaissons. Les candidats essaient de faire entendre leur programme, mais peu de choses claires arrivent à nos oreilles. A la CFPSAA, comme prévu, nous aussi, nous essayons de faire entendre la voix des personnes déficientes visuelles auprès des candidats. Nous menons cette opération conjointement avec la Fédération des Aveugles de France et nous avons adressé une note de synthèse, accompagnée d’une demande de rendez-vous aux candidats. Notre démarche se mêle à de multiples démarches émanant d’autres associations, de personnalités les plus variées, de collectifs et d’organisations, chacun défendant le secteur qui est le sien. Est-ce contre-productif ? Inutile ? Je me suis posé la question. De plus, nous savons que les engagements de campagne sont toujours un peu loin de la réalité qui suivra, mais nous ne pouvions faire l’économie de nous manifester à l’occasion de cette campagne. Celui ou celle qui présidera notre pays doit nous connaître. Et cela, aussi, dans la perspective des futures élections législatives. À ce jour, nous avons reçu deux réponses concrètes : celle de François Fillon et celle de Marine Le Pen, et nous avons rencontré leurs équipes. En réalité, nous avions été reçus par l’équipe Fillon en amont de notre démarche, sur une invitation spontanée de leur part. Ils viennent de nous confirmer par courrier les propos tenus à cette occasion. Par le biais d’une réunion publique orientée sur le thème de la jeunesse et de l’enseignement, nous avons pu avoir un contact avec le représentant d’Emmanuel Macron, et j’assisterai prochainement à une rencontre à laquelle Benoît Hamon doit être présent. Tous les candidats se disent attachés à la résolution des problèmes liés au handicap. Chez François Fillon et chez Marine Le Pen, nous avons évoqués la scolarisation en milieu ordinaire, la formation professionnelle, l’insertion durable dans l’emploi, l’accessibilité universelle, la spécificité des nouvelles technologies pour les personnes déficientes visuelles, la professionnalisation des AVS ou bien encore l’harmonisation des MDPH sur l’ensemble du territoire. Nous savons qu’Emmanuel Macron promet de placer le handicap au centre des actions politiques, que Benoît Hamon souhaite augmenter l’AAH, ou bien encore que Jean-Luc Mélenchon place l’humain au premier plan de ses préoccupations. D’une manière générale, de grandes lignes communes se retrouvent dans les programmes, et nous avons essayé de les afficher un peu plus loin dans ce bulletin, où vous trouverez également la contribution de la CFPSAA. Dans l’attente de ce qui se dessinera à la fin du mois, la CFPSAA poursuit ses travaux et prépare son Assemblée Générale du 4 mai prochain. Je voudrais, encore, attirer votre attention sur une démarche du GIAA (Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes), l’une de nos associations membre et amie. Le GIAA a créé un club emploi pour accompagner les personnes aveugles ou malvoyantes dans leur recherche d’emploi. Les actions de ce club rencontrent un vif succès et il serait bénéfique de le développer dans plusieurs régions. Afin de pouvoir ouvrir une antenne en Aquitaine, le GIAA a répondu à un appel à projets et pour faire partie des finalistes, l’association a besoin de soutiens. Un article consacré à ce projet dans la rubrique « les associations membre de la CFPSAA » vous donnera les modalités pour participer à ce vote si vous le souhaitez.

Bien fidèlement

Edouard Ferrero Président de la CFPSAA

« Retour sommaire »

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) PETITE APOSTROPHE DES AVEUGLES DE FRANCE

(Adressée aux candidats à l’Élection Présidentielle par la CFPSAA, en partenariat avec la Fédération des Aveugles de France)

« Vous êtes candidat à l’élection présidentielle. Votre objectif : convaincre.

Connaissez-vous vraiment vos électeurs ?

Savez-vous que les personnes handicapées sont des citoyens actifs ? Savez-vous que les aveugles pourraient vous donner leur suffrage ? Nous avons envie de vous dire, les aveugles vous regardent. Ils suivent la campagne de près et conscients des épreuves que traverse notre pays, ils en partagent les soucis et les sacrifices avec l’ensemble de la population. Pourquoi parlez-vous si peu du handicap ? Savez-vous qu’une politique en faveur du handicap, c’est une avancée pour tous les citoyens ? Savez-vous qu’une politique en faveur du handicap c’est une opportunité économique pour le pays ? Faire entendre la voix des aveugles et des malvoyants, c’est, bien au-delà, faire entendre la voix de tous. Selon la dernière, et déjà ancienne, enquête (HID) de l’Insee, 1 700 000 personnes souffrent de cécité totale et partielle dans notre pays. Leurs besoins sont spécifiques et leurs droits sont inscrits dans la loi handicap de 2005, mais nous vivons depuis plusieurs années une période de recul. Où sont les freins ? Les besoins spécifiques des personnes aveugles et malvoyantes se déclinent dans tous les secteurs de la vie quotidienne. En vous interpellant aujourd’hui, le but n’est pas de vous assener des détails techniques, ce travail se fera avec les ministres que vous nommerez, pour tous les domaines concernés. Mais dans les grandes lignes voici les questions majeures qui nous concernent pour : l’éducation, la formation, l’emploi, l’urbanisme, l’environnement, la culture, et bien sûr l’ensemble des nouvelles technologies, pour ne citer que les plus grandes.

Éducation/Formation Les aveugles et amblyopes de France demandent à ce que l’école de la République puisse assurer aux enfants déficients visuels une éducation de qualité, leur ouvrant les mêmes perspectives d’égalité des chances qu’aux autres élèves. A ce titre, ils demandent que la qualification des enseignants spécialisés soit renforcée, que les dispositifs d’accompagnement médico-sociaux soient organisés sur tout le territoire de façon à conduire les élèves déficients visuels vers l’autonomie. Que l’orientation professionnelle prenne davantage en compte les désirs de la personne déficiente visuelle, mais aussi, les spécificités de son handicap, et que la formation professionnelle s’organise pour favoriser l’insertion dans l’emploi de ces personnes.

Emploi Une personne handicapée qui travaille c’est un assisté en moins. 50% des aveugles et amblyopes sont au chômage. Les personnes aveugles attendent une véritable politique favorable à l’emploi et exigent que les fonds dédiés à l’emploi et gérés par l’AGEFIPH et le FIPHFP ne soient plus détournés de leur objectif originel précisé dans la loi du 11 février 2005

Environnement/Urbanisme Les aveugles de France demandent à ce que la loi du 11 février 2005, soit correctement appliquée et que le cadre bâti et non bâti, et les transports respectent les règles d’accessibilité, respect qui bénéficie à tous les citoyens. Culture Les aveugles de France souhaitent qu’une véritable accessibilité à la culture et au sport soit mise en place. Ils rappellent en particulier que seulement 5% des livres édités chaque année en France sont accessibles. Ils attendent de vous un engagement précis pour une véritable politique du livre accessible. Nouvelles Technologies La révolution numérique est en marche. Elle touche tous les aspects de la vie économique, sociale et domestique. Elle concerne pleinement les déficients visuels, mais cette révolution peut être un risque de marginalisation supplémentaire, ou bien elle peut être une occasion nouvelle d’espérance. Les aveugles de France exigent que soit promue une véritable politique de l’accessibilité numérique. Elle doit s’appliquer dès la conception des produits, objets et services, et doit passer par la formation de tous les acteurs de cette révolution (ingénieurs, programmateurs, industriels, chefs d’entreprises) afin que tous les aspects de cette chaîne soit pris en compte. Ce que nous attendons de vous aujourd’hui c’est un engagement, un souffle nouveau en faveur de l’égalité de tous. C’est la certitude que votre volonté se conjugue avec citoyenneté universelle.

Les aveugles pourraient vous suivre, mais pas aveuglément ! »

« retour sommaire »

4)- ACTUALITÉS FRANÇAISE DU HANDICAP

4-A) HANDICAP : QUELQUES GRANDES LIGNES DU PROGRAMME DES PRINCIPAUX CANDIDATS À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Les extraits de ces programmes sont tirés du site « handicap.fr »

FRANÇOIS FILLON Le candidat aux prochaines présidentielles promet, dans ce domaine, une « politique volontariste » : « Les personnes handicapées doivent avoir toute leur place dans notre pays. Le handicap est un enjeu de solidarité. Notre société doit être inclusive et ouverte à tous. » Lors d’un entretien accordé à handicap.fr, au même titre que tous les autres candidats avant le premier tour de primaires, il disait vouloir faire du handicap un « sujet essentiel » (interview en lien ci-dessous). Les 11 propositions de François Fillon 1 • Reconnaître aux parents d’une personne handicapée un droit à la formation au moment de la découverte du handicap pour améliorer l’environnement et rendre la vie de la personne handicapée et de sa famille plus facile. Ce droit pourra être intégré dans le Droit à la formation et dans les congés formation. 2 • Favoriser l’accueil des élèves en situation de handicap dans les écoles ordinaires. La formation des auxiliaires de vie scolaire sera renforcée. 3 • Soutenir les aidants familiaux en leur donnant un véritable statut légal et fiscal et un « droit au répit » qui passe par une augmentation du nombre des établissements pouvant accueillir les personne handicapées. 4 • Développer le « baluchonnage » et « l’accueil temporaire » c’est-à-dire l’intervention à domicile d’une personne tierce pour quelques jours ou quelques heures. 5 • Améliorer le fonctionnement des MDPH (maisons départementales des personnes handicapées). 6 • Assurer la mise en œuvre de l’accessibilité fixée par la loi de 2005 à 2015 et qui n’a pas été respectée. Une stratégie de mise en œuvre sera mise en place avec un suivi départemental en privilégiant l’accès au transport en commun pour tous. Tout espace public doit être accessible à une personne handicapée. L’allégement des normes d’habitabilité et d’accessibilité actuelles sur les logements neufs visera à favoriser la modularité des habitats privatifs et faciliter ainsi l’intégration, ou l’inclusion, des personnes handicapées. 7 • Assouplir le contingentement de l’aide au poste dans les entreprises adaptées pour les travailleurs handicapés, compte tenu du taux de chômage très élevé des personnes handicapées, de leur traitement social (droit au RSA, à l’AAH etc.) et des listes d’attentes qui existent. 8 • Favoriser la formation en alternance des personnes handicapées, avec l’accompagnement d’un tuteur, validée par un diplôme. 9 • Développer la prévention contre le suicide et les troubles mentaux pouvant générer un handicap (dépression, addictions…) avec la mise en place d’unités mobiles, afin de renforcer un diagnostic précoce. 10 • Imposer les recommandations de la HAS aux Centres médico-psychologiques (CMP) et aux Centres de Ressources Autisme (CRA) pour la prise en charge de l’autisme. 11 • Adapter la tarification à l’activité des établissements de santé afin de tenir compte de la surcharge de travail, et introduire des tarifs spécifiques pour le handicap, de même que pour la prise en charge par la médecine libérale.

BENOÎT HAMON

Un ministère à part

Pour "donner le contrôle" de leur vie aux personnes handicapées et "les clés de l’autonomie", M. Hamon propose de créer "un ministère à part" et de "mettre fin au cloisonnement du politique au handicap afin que les personnes concernées puissent vivre pleinement leur citoyenneté". Le vainqueur de la primaire PS élargie souhaite aussi que tout projet de loi puisse "s’interroger sur la place des personnes handicapées et leur accès aux droits". Il défend aussi un "corps d’inspection" pour "prévenir la discrimination". Ainsi, cet ancien ministre de l’Éducation s’engage à rendre plus inclusive l’école et limiter le nombre d’élèves par classe, notamment lorsqu’elles accueillent des enfants autistes, à améliorer l’accessibilité des personnes handicapées à l’enseignement supérieur, en misant surtout sur le numérique.

AAH augmentée de 10 %

Il promet d’augmenter de 10% l’allocation adultes handicapés (AAH) pour les prévenir de la précarité. M. Hamon plaide aussi pour "une meilleure prise en charge" de l’autisme, via un quatrième plan autisme d’un budget de 180 millions d’euros sur 2017-2021, en créant davantage de places dans le médico-social, ou en soutenant les territoires d’outremer. Le candidat socialiste, soulignant au passage les progrès sur ces questions dans le quinquennat Hollande, veut globalement améliorer l’accès à l’emploi, au logement, au sport, à l’audiovisuel et aux télécommunications pour limiter l’hémorragie de familles poussées à l’expatriation pour défaut de prise en charge. Il souhaite également renforcer l’accès et le maintien à l’emploi des accompagnants, en leur accordant de "nouveaux droits" (formation, suivi psychologique, structures de répit, etc.). MARINE LE PEN

Tous les points noirs passés en revue En quelques lignes, sa présidente passe en revue tous les points, noir désespoir et rouge sang, qui alimentent la colère et le scepticisme des personnes handicapées : l’échéance d’accessibilité repoussée, l’ordonnance sur la mise en place des Ad’AP, les 87 millions d’euros ponctionnés depuis trois ans sur les réserves de l’Agefiph… Et puis évidemment le montant de l’AAH (allocation adulte handicapé), pierre d’achoppement de cet édifice fragile, qui cristallise souvent tous les enjeux ; Marine Le Pen ne promet pas sa « revalorisation substantielle afin de permettre aux personnes handicapées de mener une vie normale, couplée à un vaste plan de luttes contre la fraude sociale » mais rappelle qu’elle la « demande » depuis plusieurs années. Nuance ?

Se bercer d’illusions ? Le package de promesses est rudement bien ficelé : lutter contre la maltraitance des personnes handicapées, mettre en place de centres d’accueil pour les enfants, réduire de manière drastique les délais d’application des décisions des MDPH, développer l’emploi, la présence d’AVS, le poids des ESAT, et même faire sauter la barrière d’âge pour l’attribution de la PCH (prestation de compensation du handicap). Le programme est alléchant, les serments terriblement pertinents, teintés d’un principe d’inclusion désormais dans toutes les bouches, évoquant « ces grands enjeux qui nous concernent tous » et rappelant qu’une « grande nation se construit avec tous ses citoyens, même et surtout avec les plus fragiles ». Ce futur-là, toutes les personnes handicapées en ont rêvé ; mais elles savent plus que tout autre ne pas se bercer d’illusions. « Les promesses n’engagent que ceux qui les croient », disait Clémenceau. Par le passé, dans le présent, d’autres partis ont eux aussi, promis, martelé, rédigé, voté mais force est de constater qu’il y a parfois un principe de réalité qui n’est ni rose, ni bleu, souvent gris foncé....

EMMANUEL MACRON Objectif 1 : participation sociale Accroître la participation des personnes en situation de handicap à la vie sociale, notamment en réaffirmant l’objectif d’accessibilité des transports publics et de la voirie, mais également numérique, et en accompagnant les collectivités locales pour qu’elles fournissent une solution d’accessibilité à leurs habitants. Le candidat promet également des actions de sensibilisation au handicap dès l’école. Il entend par ailleurs simplifier les démarches pour les personnes en situation de handicap. Objectif 2 : vie quotidienne Améliorer la vie au quotidien pour chacun, notamment en réduisant la pauvreté des personnes en situation de handicap. Il promet de porter l’allocation aux adultes handicapés (AAH), pour une personne seule, à 900 par mois (contre 808 aujourd’hui). Il s’engage par ailleurs à évaluer systématiquement la satisfaction dans les établissements médico-sociaux, tout en facilitant l’accès au logement social ou inclusif. Plusieurs mesures également en faveur de la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire. Objectif 3 : emploi Partant du constat que 400 000 travailleurs handicapés sont au chômage, le candidat dit vouloir améliorer l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap et faire de la lutte contre la discrimination une priorité nationale, en organisant par exemple des contrôles aléatoires à grande échelle dans les entreprises. Il prévoit également un abondement public pour le compte personnel d’activité des personnes handicapées et l’introduction d’une labellisation spécifique pour les formations qui leur sont destinées. Objectif 4 : soins Engager un effort particulier sur la prévention, les soins primaires ainsi que la recherche. Pour ce faire, Emmanuel Macron propose d’amplifier les actions incitatives en faveur de l’accessibilité des cabinets médicaux, de la formation des médecins aux spécificités du handicap. Il promet par ailleurs un plan d’évaluation des techniques et méthodes de prise en charge des handicaps (rééducation, réadaptation, réhabilitation cognitive et/ou comportementale) qui visera à ne proposer que les techniques les plus efficientes. Objectif 5 : aidants Aider les aidants en favorisant leur droit au répit, le don de RTT entre collègues, en prenant en compte leur situation dans le calcul de la retraite, en leur permettant d’être mieux formés et accompagnés, y compris financièrement avec un « chèque bilan santé/social » proposé au moment de la découverte du handicap et à période régulière. L’objectif 6, final, étant de placer « le handicap au centre de notre action » dans les politiques publiques. D’autres mesures concernant les personnes handicapées figurent également dans certaines rubriques annexes.

JEAN-LUC MÉLENCHON Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France insoumise a souligné sa volonté de faciliter l’accès à l’emploi des personnes handicapées, devant les membres de l’Association nationale pour l’intégration des personnes handicapées moteurs (ANPIHM) le 11 février 2017. Mais celles qui ne peuvent pas travailler ne peuvent pas continuer d’avoir des revenus "inférieurs au seuil de pauvreté", a-t-il ajouté, proposant de porter "au niveau du Smic" l’AAH, versée aux personnes atteintes d’un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%. Le Smic se situe actuellement à 1 153 euros nets mensuels, et Jean-Luc Mélenchon propose dans son programme de le porter à 1 300 euros nets. Un livret « handicap » En ce qui concerne l’accessibilité des lieux ouverts au public (commerces, administrations, transports...), il a exprimé sa volonté de mettre en œuvre un "plan zéro obstacle". Il a cependant reconnu que rattraper en un quinquennat le "retard considérable" pris par la France constituait "un défi immense". Une autre priorité est pour lui "l’accès à l’école", avec des personnels enseignants plus nombreux et mieux formés aux handicaps et des auxiliaires de vie scolaire (AVS) plus qualifiés. Il a par ailleurs déploré les récentes ponctions réalisées sur les fonds destinés à l’emploi des personnes handicapées. Plus globalement, son parti a rédigé un livret thématique "Handicap : instaurer la citoyenneté pleine et entière", qui devrait être dévoilé d’ici fin février. Force est de constater que Jean-Luc Mélenchon est l’un des rares candidats à avoir, pour le moment, rendu sa campagne accessible : ses meetings (par exemple présence d’interprètes LSF le 5 février à Lyon) mais aussi son projet "L’Avenir en commun" qui propose en ligne une version audio gratuite. Une traduction de ce programme en langue des signes viendra bientôt compléter ce dispositif.

« retour sommaire »

4-B) COMITÉ D’ENTENTE – MOBILISATION ÉLECTIONS 2017

Handicap : des droits toujours bafoués ! Mobilisation pour le respect et l’effectivité des droits pour tous

Extrait : 12 millions de personnes en situation de handicap et leurs familles voient toujours, en 2017 et en France, leurs droits fondamentaux bafoués dans tous les domaines de la vie et au quotidien, malgré la ratification en 2010 par la France de la convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées.

Le Comité d’Entente, qui regroupe au plan national 80 associations représentatives des personnes handicapées et de leurs familles, interpelle les candidats à l’élection présidentielle et aux législatives pour qu’ils prennent en compte cette réalité sociale indigne dans leur programme et leur communication. Il demande aux candidats de :
-  définir leur vision de la place des personnes en situation de handicap et de leurs familles dans la société d’aujourd’hui,
-  détailler leurs propositions pour l’effectivité de leurs droits fondamentaux.

Cette vision et ces propositions doivent garantir aux personnes en situation de handicap et à leurs aidants une réelle participation sociale et une pleine citoyenneté, guidée par une approche inclusive et transversale de toutes les politiques publiques (éducation, emploi, santé, protection sociale, logement, transports, urbanisme …).

Les principes généraux de la Convention de l’ONU engagent les États signataires à garantir les droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux, en respectant les obligations essentielles suivantes :

la dignité des personnes
-  la non – discrimination
-  la participation pleine et effective à la société
-  l’acceptation et la singularité des personnes en situation de handicap l’égalité des chances
-  la conception et l’accessibilité universelle
-  le développement des capacités de chaque personne en situation de handicap et ce quel que soit son âge et son handicap
-  des réponses adaptées aux besoins des personnes handicapées, sans ruptures de parcours.

Ces principes et ces droits doivent se concrétiser dans le prochain quinquennat. Cela oblige le Président de la République, son gouvernement et les parlementaires à mettre dans les meilleurs délais notre législation en conformité avec les préconisations de la convention des Nations-Unies, à inscrire la politique du handicap parmi leurs priorités et à impulser, décider et mettre en œuvre des orientations fortes et garantissant l’équité territoriale.

Les chantiers de refondation du secteur médico-social ne doivent pas souffrir d’une remise en cause et doivent être poursuivis dans la continuité des travaux déjà engagés.

A cette fin, le Comité d’Entente propose sept lignes directrices indissociables et cumulatives pour lever les blocages à l’effectivité des droits des personnes en situation de handicap et de leurs familles :

1. Pour une action précoce, une éducation, une scolarisation et une formation répondant aux besoins et aux choix de la personne et des familles ; 2. Pour un plan global sur l’emploi des personnes handicapées ; 3. Pour un plan d’urgence de lutte contre la précarisation des personnes handicapées ; 4. Pour une compensation qui réponde aux réels besoins des personnes ; 5. Pour une politique de l’habitat garantissant le respect des aspirations des personnes handicapées et des familles ; 6. Pour une politique globale de santé adaptée aux personnes handicapées ; 7. Pour l’égalité des chances et la participation à la vie sociale des aidant-e-s.

Ces lignes directrices s’appuient sur les trois piliers essentiels à toute politique du handicap : l’accessibilité universelle, la compensation et la solidarité nationale. Afin de prévenir, de réduire et/ou de compenser les situations de handicap, la mise en œuvre des mesures prises exige la promotion et la mise en place de nouvelles démarches partenariales pour soutenir et favoriser la participation active des personnes enrichies des enseignements de leurs expériences. Le Comité d’Entente souhaite la poursuite des politiques menées en faveur de l’autonomie et de la citoyenneté des personnes en situation de handicap, et réitère son engagement pour une politique nationale construite avec les personnes sur la base de leurs expériences de vie pour partager les innovations et les pratiques inspirantes menées sur les territoires en France et en Europe.

(Comité d’Entente des associations représentatives de personnes handicapées et de parents d’enfants handicapés. Grande Cause Nationale 2003)

« retour sommaire »

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) EUROPE : UN QUOTA "HANDICAP" SUR LES LISTES ÉLECTORALES ?

Elle porte le numéro 2155, est encore provisoire mais pourrait bien changer le visage de nos scrutins. Une résolution a été adoptée le 10 mars 2017 par la Commission permanente du Conseil de l’Europe en faveur des "droits politiques des personnes handicapées", définis comme un "enjeu démocratique". En douze points, elle dresse un constat et fait des propositions pour lutter contre toute une série de discriminations manifestes. Des citoyens peu visibles Selon le Conseil de l’Europe, "les personnes handicapées sont peu visibles sur la scène politique et trop souvent encore considérées et traitées comme des citoyens de seconde zone dans la plupart des États membres." L’Assemblée parlementaire s’inquiète du fait que, lorsqu’elles essayent d’exercer leurs droits politiques, elles se heurtent à de multiples problèmes liés à l’accessibilité, à un soutien insuffisant face à la diversité des handicaps, à l’existence d’un lien injustifié entre la capacité juridique et le droit de vote et à la réticence fréquente des partis politiques. Or le Conseil de l’Europe rappelle que "les droits politiques comme le droit de voter, de se présenter à des élections et d’être élu sont des droits humains fondamentaux."

A quand des actions concrètes ? Plusieurs textes du Conseil de l’Europe ont déjà souligné la nécessité de garantir la pleine participation des personnes handicapées à la vie politique sans qu’ils ne soient réellement suivis d’effets. Des mesures concrètes doivent donc être prises mais elles exigent des engagements politiques et financiers. Il en va, notamment, de la responsabilité des "partis politiques" qui "peuvent jouer un rôle essentiel en remédiant à la méconnaissance des droits et en encourageant la participation active des personnes handicapées". Si l’assemblée se félicite de l’adoption de la nouvelle Stratégie du Conseil de l’Europe sur le handicap 2017-2023 qui présente un train de mesures ambitieux pour promouvoir l’inclusion et la participation des personnes handicapées, et préconise sa mise en œuvre rapide, l’assemblée appelle, dans cette résolution 2155 du 10 mars 2017, les États membres à des actions concrètes.

D’électeur à élu... Ce texte porte tout d’abord sur la "capacité juridique" : le fait que certaines personnes sous tutelle complète sont encore privées du droit de vote par décision de justice, que certains établissements de soins de longue durée ne garantissent pas les droits politiques de leurs résidents. Mais il encourage surtout la "visibilité et la participation des personnes handicapées dans le débat électoral" et à "démonter les stéréotypes concernant leur capacité à participer à des élections et à s’y présenter".

Vers un quota et une aide financière ? Pour ce faire, le Conseil de l’Europe réaffirme la nécessité de "systématiser la collecte de données sur la participation politique des personnes handicapées aux niveaux local et national afin de s’assurer que des mesures de soutien appropriées sont prises". Sa mesure la plus radicale serait "l’instauration de quotas pour la participation des personnes handicapées aux élections locales et législatives afin d’accroître leurs participation et représentation". Y compris en octroyant "aux candidats ayant un handicap une aide financière complémentaire pour couvrir les frais supplémentaires qu’ils peuvent avoir pour mener leur campagne." Des arguments portés par certains des très "rares" élus en situation de handicap en France.

Accessibilité de la campagne L’accessibilité aux bureaux de vote, à l’information et aux procédures, y compris aux campagnes électorales, est également au cœur des préoccupations, proposant, entre autres, la mise en place de bulletins de vote sous des formes accessibles et des appareils de vote tactiles pour les personnes aveugles dans au moins un bureau de vote par circonscription électorale ou encore de programmes politiques sous des formes accessibles, y compris des versions faciles à lire et à comprendre, avec une interprétation en langue des signes si nécessaire, des sous-titres pour les vidéos et des versions en braille. Le Conseil de l’Europe suggère de "subordonner le financement public accordé aux partis politiques à leur respect des conditions d’accessibilité".

Un élu non-non voyant sur la touche "C’est une vraie avancée sur le sujet, on va enfin pouvoir en débattre", se félicite Matthieu Annereau. Fin janvier 2017, cet élu non voyant était mis sur le banc de touche par son parti Les Républicains, privé de mandature aux prochaines élections législatives (article en lien ci-dessous). Selon lui, cette résolution doit maintenant être débattue en France par l’Assemblée et le Sénat lors de la prochaine législature. "Un collectif de personnes handicapées aurait alors tout pouvoir de saisir l’Europe si elle n’était pas respectée". Ce "coup de pouce" de l’Union lui permettra-t-il d’être non seulement entendu mais surtout élu ? Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal’Secco, le 14-03-2017 « retour sommaire »

5-B) LA COMMISSION EUROPÉENNE, L’UEA ET LES BIBLIOTHÉCAIRES ADOPTENT UNE POSITION FERME EN FAVEUR D’UNE LÉGISLATION FORTE SUR LE TRAITÉ DE MARRAKECH

Lors d’une audition qui s’est tenue hier à la Commission des affaires juridiques du Parlement européen, la Commission européenne, le président de l’Union européenne et le porte-parole des bibliothèques ont tous adopté des positions fortes contre l’affaiblissement de la législation du Traité de Marrakech en introduisant des clauses de compensation, de disponibilité commerciale ou d’enregistrement des entités autorisées dans le règlement et la directive en cours d’examen. Marco Giorello, de la Commission européenne, a résumé ce sentiment par une déclaration très claire : « En ce qui concerne la disponibilité du marché et les propositions de compensation et compte tenu de la spécificité de cette question, il n’est pas nécessaire de les ajouter à cette législation qui répond clairement à un problème manifeste de « défaillance du marché », et introduire dans le marché intérieur des exigences supplémentaires ne serait pas justifié compte tenu des charges additionnelles que cela entraînerait. » Maria Martín Prat, Chef d’unité Droits d’auteur de la Commission européenne, a ouvert la réunion en reconnaissant que l’UE était initialement contre l’idée d’un Traité, mais que la position de l’UE avait évolué avec le temps, tout comme son engagement à obtenir un résultat positif lors de la conférence diplomatique de 2013 à Marrakech où elle avait déclaré : « nous ne pouvions pas quitter Marrakech sans un Traité ». Maria Martín Prat a insisté sur l’importance d’une législation européenne facile à utiliser et sans obstacles inutiles. Le président de l’UEA, Wolfgang Angermann, a été très clair : « nous exigeons le respect total de l’article 11 de la législation qui exclut la possibilité de disponibilité commerciale et des régimes de compensation ». Se référant aux éditeurs qui réclament des règles de disponibilité commerciale, il a déclaré que « certaines personnes voudraient que nos étagères accessibles soient vides et nous autoriser seulement à disposer de livres qui peuvent être achetés, ce qui serait discriminatoire envers les aveugles. Concernant les compensations destinées aux éditeurs, il n’est pas nécessaire de prévoir des avantages puisque le Traité existe avant tout pour corriger une défaillance du marché causée par ces mêmes éditeurs. » Il a ajouté que cela n’avait aucun sens pour les associations de personnes aveugles de subir le double fardeau de produire les livres formatés et de payer aussi les éditeurs pour ces mêmes livres. M. Angermann a exprimé son soutien ferme aux éléments clés de la proposition de la Commission européenne visant à garantir le respect total du Traité de Marrakech. Stephen Wyber, en qualité de représentant des Bibliothécaires internationaux, a expliqué le rôle essentiel des bibliothécaires dans la diffusion des livres accessibles à travers le monde. Il a indiqué que si l’UE ne parvenait pas à légiférer et rajoutait des contraintes administratives et financières, le Traité échouerait à servir l’intérêt des millions de personnes aveugles et malvoyantes à travers le monde. La directive et le règlement seront soumis à un vote le 28 février à la Commission des affaires juridiques du Parlement européen, au moment de l’examen de plus de 100 amendements des différents groupes politiques. À l’issue du vote, le Parlement européen, dirigé par le rapporteur Max Andersson, entamera des négociations avec le Conseil (les États membres de l’UE) pour parvenir à un accord final sur la législation. Une fois que la directive et le règlement sont adoptés par le Parlement européen en session plénière, le Conseil doit ratifier le Traité s’il n’y a pas d’autres obstacles inattendus. Par David Hammerstein, avocat européen pour l’Union Mondiale des Aveugles

Newsletter de l’UEA (Union Européenne des Aveugles) – février 2017

« retour sommaire »

5-C) JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2017

Communiqué de presse de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles)

Toronto, Canada, le 8 mars 2017 : Aujourd’hui, c’est la Journée Internationale de la Femme, une journée qui nous anime tous à lutter en faveur de l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les jeunes filles dans le monde, et à travailler pour un monde plus inclusif en termes de genre. Le thème de la Journée Internationale de la Femme 2017 est Les femmes dans un monde du travail en évolution, un thème qui nous incite fortement à réfléchir aux changements auxquels nous aimerions assister dans le monde en ce qui concerne l’égalité des genres et l’inclusion.

L’Agence Internationale pour la Prévention de la Cécité (IAPB) estime que « près des deux tiers des personnes aveugles dans le monde sont des femmes » et le poids supplémentaire que constitue la perte de vision est fortement lié aux attitudes négatives et discriminatoires que les femmes et les jeunes filles subissent régulièrement du simple fait d’être des femmes et d’avoir un handicap.

Les femmes et les jeunes filles aveugles et malvoyantes sont plus susceptibles de se trouver marginalisées et désavantagées que les hommes aveugles et malvoyants et elles sont plus sujettes à la discrimination que les femmes et les jeunes filles voyantes. En moyenne, elles ont moins accès à l’éducation, à des services de santé abordables et aux opportunités d’emploi et sont sujettes à un isolement plus fort que les hommes aveugles ou malvoyants. Cela est vrai même au sein de la communauté aveugle. Par exemple, la plupart des organisations pour et des aveugles sont dirigées par des femmes, et il y a nettement moins de femmes dirigeantes et présidentes de conseils d’administration.

« Tous ceux d’entre nous qui travaillons pour défendre les droits des personnes aveugles et malvoyantes doivent également travailler pour garantir que les femmes aveugles et malvoyantes puissent acquérir les connaissances requises et se voir offrir les opportunités d’occuper des postes seniors au sein des organisations consacrées à la cécité », déclare le Dr. Penny Hartin, Directrice de l’UMA. « Dans mon cas, en tant que femme Canadienne touchée par une perte de vision, j’ai eu accès à une éducation et on m’a donné les opportunités nécessaires, mais ce n’est pas le cas pour bon nombre des femmes du monde en développement », explique-t-elle.

Pour cette Journée Internationale de la Femme, l’UMA nous appelle tous à accorder la priorité aux droits des femmes aveugles et malvoyantes et à travailler pour faire changer les attitudes négatives et discriminatoires que rencontrent au quotidien les femmes aveugles. Elles doivent pouvoir avoir pleinement accès aux services essentiels, aux opportunités d’emploi et à l’information vitale dont elles ont besoin pour prendre pleinement part à tous les aspects de la vie, comme toute autre personne.

« Les femmes et les jeunes filles aveugles ou malvoyantes doivent se voir donner la possibilité de jouir pleinement de leurs droits, en tant que femmes et en tant qu’êtres humains », poursuit le Dr. Hartin.

Pour en savoir plus sur la façon dont vous pouvez aider à mettre un terme à la discrimination à l’égard des femmes et des jeunes filles malvoyantes, veuillez entrer sur le site web de l’UMA.

« retour sommaire »

5-D) RISQUES ET AVANTAGES POTENTIELS DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES PURS POUR LES USAGERS DE LA ROUTE AVEUGLES ET VULNÉRABLES

Cet article se penche sur les effets de l’augmentation des véhicules silencieux sur la vie quotidienne des piétons aveugles et malvoyants en Europe. La hausse des véhicules électriques (VE) et des véhicules électriques hybrides (VEH) en circulation est une préoccupation fondamentale de notre groupe cible. Tout en appréciant les avantages environnementaux et la réduction du bruit lié au trafic routier quotidien, nous constatons que l’introduction de ces véhicules a créé des risques potentiellement menaçants pour la vie et l’autonomie des aveugles, des malvoyants et des autres piétons vulnérables. S’orienter et se déplacer de façon autonome peut constituer un véritable défi pour les personnes aveugles et malvoyantes. Si l’environnement public offre de nombreuses possibilités, il présente aussi beaucoup d’obstacles pour nous, qui surviennent le plus souvent de façon assez inattendue et peuvent nous empêcher de gérer les trajets et itinéraires habituels et nouveaux de façon confortable et sûre. Le son généré par la circulation routière constitue une mine d’informations qui facilite l’orientation des personnes aveugles et atteintes de basse vision. Nous nous appuyons grandement sur cette source pour décider de traverser une rue de façon sécurisée, pour évaluer et interpréter les situations de circulation, aligner précisément notre corps tout en traversant la route, bref, pour établir une image sonore de notre environnement quotidien et agir en conséquence. L’introduction des véhicules électriques et des véhicules électriques hybrides menace fortement l’autonomie et la sécurité des personnes aveugles et malvoyantes et réduit au minimum leurs possibilités d’utiliser la circulation routière comme une source sonore fiable et sûre. Les véhicules électriques ou électriques hybrides fonctionnant de façon quasi silencieuse, les piétons aveugles n’ont pour ainsi dire aucun moyen de les détecter, ni d’évaluer correctement et assez tôt leur direction et la distance qui les sépare pour éviter un choc. Les collisions entre les piétons et les VE et les VEH sont plus probables et peuvent entraîner des blessures graves ou même la mort de piétons. Au cours des dernières années, des recherches ont été menées pour tenter d’analyser des données fiables sur les accidents afin d’évaluer le danger potentiel des véhicules silencieux.
- Au Royaume-Uni, l’analyse comparative menée par Morgan et al. conclut que proportionnellement, les chocs impliquant des piétons sont plus fréquents avec des véhicules électriques et électriques hybrides qu’avec des voitures équipées d’un moteur à combustion interne (MCI).
- L’Université de Dresde a étudié la perception et l’évaluation du bruit extérieur des véhicules électriques et électriques hybrides et a constaté que « (...) un son supplémentaire est nécessaire pour détecter l’arrivée/l’approche des VE/VEH. »
- Enfin, dans une étude récente, le TAS britannique a examiné les données sur les accidents et les VE/VEH et a observé que ces véhicules « (...) sont susceptibles d’être impliqués dans des accidents avec blessures sur piétons. » Le nombre d’accidents dans lesquels des piétons ont été blessés par des VE/VEH a progressé, passant de 98 en 2012 à 151 en 2013, soit une hausse de 54 %. Alors que l’année 2013 a marqué une baisse record de tels accidents impliquant des véhicules à combustion interne, c’était un nouveau sommet pour les véhicules électriques/électriques hybrides, le pourcentage de hausse des accidents dépassant largement l’augmentation du nombre de véhicules en circulation. Comme nous l’avons expliqué précédemment, les véhicules silencieux présentent un risque plus élevé pour les piétons que les véhicules classiques lorsqu’ils se déplacent à une vitesse de 0 à 20 km/h dans le trafic routier mixte qui prévaut actuellement. À des vitesses plus élevées, le bruit généré par les pneus en combinaison avec la route devient la source de bruit dominante et dépasse celui du véhicule. C’est pourquoi il est nécessaire d’introduire un son supplémentaire dans la plage de vitesse minimale du véhicule, depuis le démarrage jusqu’à environ 20 km, afin de garantir que le véhicule reste audible, même dans les zones à faible circulation. Les scénarios de trafic suivants sont particulièrement risqués pour la sécurité des aveugles et des malvoyants si les VE et les VEH ne disposent pas d’un son supplémentaire :
- Traversées de rues dangereuses sans passages piétons ou feux de circulation : en traversant ces intersections, les personnes aveugles et malvoyantes se fient énormément à leur audition et s’appuient sur le bruit du trafic venant en sens inverse pour prendre des décisions sûres. Néanmoins, les véhicules silencieux sont impossibles à détecter de façon audible et présentent ainsi un niveau élevé de risque d’accident.
- Les intersections signalées par le trafic avec des signaux sonores et/ou tactiles : en particulier dans les zones urbaines, de nombreuses intersections sont contrôlées par des feux de circulation dotés d’un équipement audio ou tactile qui aide les aveugles et les malvoyants à traverser la route sans danger. Les véhicules tournant à droite dans la voie de passage ouverte vers le piéton aveugle présentent un risque élevé de collision. Même si les piétons ont la priorité, ils ne peuvent être certains que les véhicules leurs céderont le passage.
- Les routes secondaires, les véhicules sortant d’une allée, d’une entrée, d’un parking : dans ces environnements, les piétons aveugles sont incapables de percevoir un véhicule silencieux qui s’approche ou fait marche arrière sur la route. De plus, un véhicule inaudible qui s’approche soudainement peut les effrayer.
- Traverser un petit et un grand rond-point : les ronds-points remplacent de plus en plus les intersections traditionnelles dans de nombreux pays européens. Cette tendance soulève de grandes inquiétudes quant à l’accessibilité de ces intersections fluides aux piétons aveugles et malvoyants. Les piétons aveugles se déplacent de façon orthogonale (gauche-droite-haut-bas), c’est pourquoi ils ont généralement des difficultés à s’orienter dans les ronds-points. Alors que le bruit généré par les moteurs à combustion interne conventionnels peut dans certains cas fournir aux piétons aveugles des indices d’orientation suffisants, l’absence de bruit augmente considérablement le risque de collision avec un véhicule électrique. Devant la forte mobilisation de l’Union Européenne des Aveugles, l’Union européenne et la CEE-ONU (Commission économique des Nations Unies pour l’Europe) se sont penchées sur la nécessité pour les véhicules électriques et électriques hybrides de produire un son artificiel supplémentaire. Le « Règlement concernant le niveau sonore des véhicules à moteur » (EU 540/2014) de l’UE prescrit légalement l’installation obligatoire d’un AVAS (système d’avertissement acoustique du véhicule) sur les véhicules électriques et électriques hybrides. Les constructeurs automobiles doivent équiper leurs véhicules électriques d’un système AVAS d’ici le 1er juillet 2019. De plus, tous les nouveaux véhicules électriques et hybrides doivent disposer d’un système AVAS d’ici le 1er juillet 2021. C’est incontestablement le plus grand succès de notre campagne. Point moins favorable, l’UEA est déçue de constater que l’interrupteur « pause » est devenu lui aussi obligatoire. Selon la nouvelle réglementation, l’AVAS se replace par défaut sur la position « marche » lors du redémarrage du véhicule. Le redémarrage signifie que le moteur doit être complètement éteint et ne s’applique pas à la technologie Start-Stop. Toutes les spécifications et exigences relatives à l’AVAS sont réglementées à l’annexe VIII du règlement UE 540. L’UEA s’est également inquiétée de constater que les périodes transitoires, c’est-à-dire le délai dans lequel le règlement doit être entièrement transposé, sont beaucoup trop étendues. Malheureusement, le règlement ne prévoit pas d’obliger les constructeurs de véhicules à rééquiper ceux qui sont déjà en circulation. Des milliers et des milliers de véhicules silencieux sans AVAS vont ainsi sillonner les routes d’ici à 2019 et menacer la sécurité des piétons ayant une basse vision, une perspective réellement effrayante. Selon le règlement UE 540/2014, la Commission européenne est habilitée à adopter des actes délégués « en vue d’examiner l’annexe VIII et d’y inclure des prescriptions plus détaillées sur les performances de l’AVAS ou en ce qui concerne les systèmes de sécurité active, compte tenu des travaux de la CEE-ONU sur cette question, le 1er juillet 2017 au plus tard. » Il s’agit d’un point important car toute avancée qui pourrait être obtenue sur les travaux de la CEE-ONU améliorera le prochain règlement (UE) No 540/2014, puisque son texte doit être harmonisé avec le travail de réglementation des Nations Unies. Un groupe de travail composé d’experts des organismes de normalisation, de constructeurs automobiles, de spécialistes de la production de sons et de représentants des ministères nationaux des transports, a élaboré un règlement CEE-ONU définissant les exigences techniques pour le fonctionnement et l’essai des systèmes AVAS dont seront équipés les voitures et les autobus électriques et électriques hybrides. Des experts de l’Union Européenne des Aveugles et de l’Union Mondiale des Aveugles, représentant la population mondiale aveugle et malvoyante, ont assisté à la plupart des réunions du groupe de travail. Bien que nous n’ayons pas le droit de voter officiellement l’intégration ou le rejet des éléments de la proposition, nous avons fortement exprimé nos préoccupations concernant toutes les dispositions qui pourraient contrevenir à l’objectif de l’AVAS en tant que dispositif de sécurité. Notre mobilisation et notre détermination sans faille ont permis d’établir les éléments clés suivants dans le règlement :
- L’installation d’un interrupteur « pause » sera interdite et n’est plus une option acceptable pour les constructeurs automobiles et les automobilistes. Cette nouvelle prescription, très positive, a été introduite lors de la réunion du Groupe de travail du bruit (GRB) qui a eu lieu en septembre 2016 et a été adoptée à l’unanimité par tous les membres des groupes de travail. Pour être intégrée au règlement de la CEE-ONU, cette nouvelle prescription doit être adoptée en mars 2017 par le Forum mondial pour l’harmonisation des réglementations sur les véhicules (World Party on Vehicle Regulations), ou WP.29. Étant donné que tous les experts du Groupe de travail du bruit soutiennent cette exigence essentielle pour la sécurité, il est probable que le WP.29 validera cette nouvelle disposition. - Un son à l’arrêt indiquant la présence d’un véhicule silencieux immobilisé relève d’un choix volontaire de la part des constructeurs automobiles. Puisque le règlement de l’UE ne permet pas l’omission d’un interrupteur « pause » et l’introduction volontaire d’un son à l’arrêt si on le souhaite, ce nouveau règlement est déjà un succès, mais reste loin d’être suffisant pour garantir la sécurité des usagers vulnérables de la route. L’UEA et l’UMA ont réclamé conjointement des prescriptions plus strictes telles que l’introduction obligatoire d’un son à l’arrêt et l’augmentation du niveau sonore minimal. Le règlement de la CEE-ONU a été adopté en mars 2016 par le WP.29 qui est l’organe suprême habilité à adopter toutes les législations de la CEE-ONU relatives aux véhicules. Pour refléter les préoccupations et les objections de l’UEA et de l’UMA dans le texte actuel, le WP.29 a prolongé le mandat du groupe de travail sur les véhicules de transport routier silencieux. Toute nouvelle observation peut encore être intégrée en tant qu’amendement au règlement adopté par la CEE-ONU. Les perspectives d’avenir semblent plus favorables pour les usagers de la route aveugles à travers le monde, puisqu’un changement de mentalité s’opère au sein des délégations nationales des transports. Le processus de conception prévoit davantage d’études concrètes et de démonstrations réelles d’un système d’AVAS, qui seront menées très prochainement. Cependant, nous restons mobilisés et moralement engagés pour sensibiliser les autorités sur la nécessité d’un AVAS en tant que système de sécurité fonctionnant en permanence, permettant à n’importe quel piéton, voyant ou non, de détecter un véhicule silencieux à tout moment et dans n’importe quelle condition, pour disposer ainsi de toutes les informations qui permettent de traverser une rue en toute sécurité. Par ailleurs, l’UEA, en tant qu’organe représentatif de plus de trente millions de personnes aveugles et malvoyantes, doit s’efforcer d’obtenir et de veiller à ce que les prescriptions réglementaires de la CEE-ONU soient également intégrées dans le règlement EU540/2014, afin de garantir l’interdiction mondiale d’un interrupteur « pause » dans les systèmes d’AVAS et un cadre réglementaire de sécurité cohérent et harmonisé partout dans le monde pour les VE et les VEH. Nous devons aussi examiner soigneusement et minutieusement les nouvelles évolutions techniques concernant les véhicules à système de conduite autonome pour s’assurer que ceux-ci tiennent compte de nos prescriptions en matière de sécurité et ne créent pas une source future d’insécurité et de danger pour notre communauté. L’ACAPO, l’Association portugaise des Aveugles et des Malvoyants, publiera une version portugaise de cet article en février 2017 dans son magazine Louis Braille. Jessica Schröder, Fédération Allemande des Aveugles et des Malvoyants (DBSV) Responsable de la campagne « Voitures silencieuses » de l’UEA

Newsletter de l’UEA (Union Européenne des Aveugles) – Février 2017

« retour sommaire »

7) CULTURE

7-A) EXTRAIT DU RAPPORT ANNUEL 2015-2016 DE L’HADOPI

(P112) Le Chantier Pour Le Développement D’une Offre Légale De Livre Nativement Accessible

Le Collège a confié à l’un de ses membres, Alain Lequeux, une mission de préfiguration sur la question des conditions d’amélioration de l’offre légale en matière de livres numériques accessibles aux personnes atteintes d’un handicap.

Dans le cadre de son activité de veille et d’observation, l’attention de l’Hadopi a en effet été attirée sur le fait que malgré l’existence de l’exception prévue au 7° de l’article L.122-5 du CPI, selon le ministère de la Culture et de la Communication, moins de 10 % des ouvrages physiques publiés sont rendus disponibles pour les personnes atteintes de handicap visuel .

L’exception dite « handicap » prévue par le CPI organise la mise à disposition. Toutefois, les moyens et ressources dont disposent les associations habilitées restent limités face à l’abondance de l’offre.

Compte tenu de l’évolution technologique et de l’essor du livre numérique, ces difficultés devraient pouvoir être dépassées à l’avenir, au moins pour les œuvres simples, si les éditeurs pouvaient produire directement ces ouvrages dans un format nativement accessible pour le public atteint de handicap et compatible avec les logiciels ou les liseuses Daisy.

L’Hadopi a entrepris en 2016 un cycle d’entretien avec les acteurs publics et privés (éditeurs, etc.) afin d’identifier les éventuels pré-requis et difficultés techniques, administratives, financières et juridiques liés à cette évolution de l’offre légale numérique et pour examiner les actions qui pourraient être conduites et soutenues en ce sens.

Dans le cadre de ces rencontres, les acteurs ont été interrogés sur leurs pratiques, l’impact d’un tel projet d’œuvres nativement accessibles et les éventuels obstacles identifiés.

À ce jour, il ressort de ces discussions que les formats utilisés restent relativement fermés et le recours aux MTP fréquent, de sorte que de nombreux livres ne peuvent être lus par le matériel utilisé par les personnes atteintes de handicap visuel.

A ainsi été abordée la question d’une éventuelle généralisation de standards libres et ouverts tels que le format EPUB (electronic publication) conçus pour faciliter la lecture numérique en offrant plusieurs fonctionnalités de navigation, d’adaptation des polices, des fonds d’écrans, de mise en page du texte, de synthèse vocale, qui peuvent bénéficier à de nombreux utilisateurs.

Toutefois, il semble que ces nouveaux formats nécessitent des adaptations en termes d’accessibilité et de qualité de lecture dès lors que ces livres contiennent par exemple : • des visuels, pour lesquels une description vocale est nécessaire ; • des tableaux ou encore des formules scientifiques gérés, pour la plupart actuellement, en mode image ; • une table des matières ou des notes, dont la bonne structuration est indispensable.

Par ailleurs, peut s’ajouter à ces difficultés, la présence de MTP qui, via un procédé de chiffrement ou une connexion à un serveur de vérification, complexifie l’accès aux livres numériques pour les personnes atteintes d’un handicap visuel sur les supports qui leur sont dédiés. Cependant, la Haute Autorité a pu constater que les acteurs rencontrés dans le cadre de cette mission semblent prêts à s’engager dans une démarche collaborative d’évaluation de l’accessibilité et de partage d’expérience. Ont également été mises en exergue certaines initiatives au développement d’une MTP dite « légère » (lightweight content protection ou LCP), qui protège et chiffre le contenu avec un logiciel open source pour permettre à l’utilisateur de lire son fichier sur n’importe quel support à l’aide d’un simple mot de passe.

Forte de ces premiers échanges, l’institution va poursuivre ses travaux sur les moyens existants ou les outils à développer pour évaluer et vérifier le niveau d’accessibilité de l’offre de livres numériques.

(P 110) L’exception Dite Handicap : Un Premier Règlement De Différend

En 2015, la Haute Autorité a été saisie pour la première fois sur le fondement de l’article L. 331-34 du code de la propriété intellectuelle d’une demande de règlement de différend. Celle-ci était relative à la mise en œuvre de l’exception en faveur des personnes atteintes d’un handicap instaurée par le 7° de l’article L. 122-5 du CPI.

Par ces dispositions, le législateur a prévu que des organismes, dont la liste est fixée par les ministres chargés de la culture et des personnes en situation de handicap, peuvent obtenir les « fichiers numériques ayant servi à l’édition des œuvres dont la date de dépôt légal est postérieure au 4 août 2006 » en vue de permettre, par la réalisation de supports adaptés, une consultation strictement personnelle par des personnes en situation de handicap. L’objectif de l’exception est de proposer à ces personnes une offre de lecture la plus proche possible de celle offerte au grand public. En effet, faute d’intérêt commercial direct, les titulaires de droit publient peu leurs œuvres sur des formats directement adaptés aux personnes atteintes d’un handicap, visuel notamment.

Afin d’assurer l’effectivité de l’exception, le législateur a en outre prévu, toujours à l’article L. 122-5 7°, que ces mêmes personnes morales et établissements ouverts au public peuvent demander, via la BnF, la transmission des fichiers numériques des œuvres imprimées. Celle-ci joue le rôle de centralisateur avec une plateforme appelée Platon (plateforme de transfert des ouvrages numériques). À la suite de la demande de la BnF, l’éditeur a alors deux mois pour lui transmettre le fichier numérique (article R. 122-20 du CPI).

Dans ce cadre, le législateur a prévu une compétence particulière de l’Hadopi. En effet, L’article L. 331-34 précise que « les personnes morales et les établissements ouverts au public visés au 7° de l’article L. 122-5 qui réalisent des reproductions ou des représentations d’une œuvre ou d’un objet protégé adaptées aux personnes handicapées peuvent saisir la Haute Autorité de tout différend portant sur la transmission des textes imprimés sous la forme d’un fichier numérique. »

Saisie par une association représentative de professionnels atteints de handicap visuel de difficultés rencontrées pour accéder aux œuvres d’un éditeur, l’Hadopi a, comme prévu par l’article L. 331-35 du CPI, engagé une procédure de conciliation.

Les deux parties ont été auditionnées, ainsi que le service de la BnF qui gère l’application Platon.

Aux termes de ces échanges, une conciliation a été trouvée qui permet à travers des engagements concrets des deux parties, la transmission progressive des fichiers numériques demandés et le déploiement d’une politique active de prévention de tout usage contrefaisant des fichiers et confirme tout l’intérêt de la procédure souple et rapide de régulation en vue de concilier, lorsque nécessaire, la protection des droits et le bénéfice effectif des exceptions.

L’intégralité du rapport est lisible sur le site de l’institution : https://www.hadopi.fr/

HADOPI (Haute Autorité Pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet)

« retour sommaire »

8) EMPLOI

8-A) AVIS DE RECRUTEMENT

La cour d’appel de Paris est autorisée à recruter deux greffiers par la voie contractuelle. Ce recrutement est réservé aux personnes justifiant d’une reconnaissance de travailleur handicapé. Les postes offerts sont localisés comme indiqué ci-dessous :
- Un poste au greffe du tribunal de grande instance de Paris (75)
- Un poste au tribunal d’instance de Longjumeau (91) Le dossier de candidature peut être téléchargé sur le site internet du ministère de la justice : (www.metiers.justice.gouv.fr rubrique “métiers” - “métiers judiciaires ” « greffiers ») ou : http://www.metiers.justice.gouv.fr/.... Les candidatures devront parvenir avant le 28 avril 2017 à 23h59, dernier délai (le cachet de la poste faisant foi), à l’adresse suivante : Service administratif régional de la cour d’appel de Paris, bureau de la formation, du recrutement et de l’information sociale (3ème étage) 12 rue Charles Fourier Paris (75013). Les candidats devront impérativement mentionner sur le dossier la juridiction pour laquelle ils souhaitent postuler. Les candidats retenus, après sélection sur dossier, seront convoqués devant une commission de sélection pour un entretien dont le but est de déterminer l’aptitude générale du postulant aux fonctions sollicitées. « retour sommaire »

8-B) URGENT : L’UPTIH RECRUTE !

Dans le cadre du développement de ses activités, l’association UPTIH (Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés) est actuellement à la recherche d’un(e) :

- Chargé de mission accompagnement (CDD)
- Animateur régional Auvergne Rhône-Alpes (CDD)

Pour plus de renseignements :

UPTIH Bâtiment INTENCITY 31 rue de Reuilly – 75012 PARIS Tél. : 01 43 79 13 06 www.uptih.fr

« retour sommaire »

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) LE CLUB EMPLOI DU GIAA

Un message de Marie-Renée Hector, Présidente du GIAA : « Vous le savez, le GIAA propose un service unique en France : le Club Emploi qui accompagne les personnes aveugles ou malvoyantes en situation de recherche d’emploi, de formation ou de repositionnement professionnel. Depuis 2008, nous avons ainsi accompagné 350 déficients visuels pour un taux de réussite de 40%, un pourcentage particulièrement élevé pour l’accompagnement de personnes ayant un handicap lourd. Le Club Emploi a du succès et doit se développer : nous avons ouvert une deuxième antenne dans le Grand Est en septembre 2015, nous travaillons à l’ouverture prochaine d’une troisième en Aquitaine. Pour ce faire notre association a répondu à l’appel à projets de la Fabrique Aviva pour lancer une nouvelle antenne de son Club Emploi en Aquitaine. Pour faire partie des 200 finalistes, qui recevront entre 2 000 et 50 000€, l’association a besoin d’un maximum de votes. Nous comptons sur vous pour atteindre notre objectif de 15 000 votes (au moins) ! Grâce à votre mobilisation, nous sommes convaincus d’y parvenir ! Pour voter, la démarche est simple. Il vous suffit de créer un compte sur la plateforme de la Fabrique Aviva. Rassurez-vous, vous ne recevrez ni spam, ni offre commerciale. Voici les 7 étapes. Étape 1 Cliquez sur le lien du projet du GIAA : https://lafabrique-france.aviva.com... pour afficher sa page de présentation.

Étape 2 Cliquez sur "Connectez-vous".

Étape 3 Une nouvelle fenêtre s’affiche. Cliquez sur l’onglet "s’inscrire", sous le titre "pas encore inscrit".

Étape 4 Renseignez le formulaire d’inscription : prénom ; nom ; mail ; mot de passe (celui-ci doit comprendre entre 7 et 30 caractères dont des chiffres et des lettres) ; répondre à la question "Comment avez-vous entendu parler de la Fabrique Aviva", choisissez l’option "via un porteur de projet" dans la liste déroulante ; date de naissance. Cocher ensuite la case "j’ai lu et j’accepte le règlement de la Fabrique AVIVA" dont vous pouvez prendre connaissance en cliquant sur le lien correspondant. Étape 5 Saisissez le code proposé. L’option audio est disponible en cliquant sur l’icône haut-parleur.

Étape 6 Une fois le formulaire d’inscription renseigné, un mail de validation de votre compte vous est immédiatement envoyé sur votre messagerie. Cliquez donc sur le lien d’activation qui vous est envoyé par mail.

Étape 7 En créant votre compte, vous obtenez 10 votes que vous pouvez attribuer au projet de lancement d’une nouvelle antenne aquitaine du Club Emploi ! Pour ce faire, positionnez votre curseur sur 10 ! Pour les personnes non voyantes, le nombre de votes est à 0. Pour le monter jusqu’à 10, il vous suffit de faire ENTRER sur l’icône "+" dix fois, et vous constaterez ainsi que le nombre de votes est monté à 10. Validez votre vote. Cette campagne reste ouverte jusqu’au 11 avril. Vos votes, mais aussi ceux de vos enfants, petits-enfants, parents, frères, sœurs, cousins, cousines, amis, collègues, voisins ... en bref de votre entourage, feront NOTRE SUCCÈS, aussi n’hésitez pas à relayer largement notre campagne ! Vous pouvez également la partager sur vos réseaux sociaux ! MERCI POUR VOTRE PRÉCIEUX SOUTIEN !!! » « retour sommaire »

12-B) PRÉSENTATION DU SERVICE SOUFFLEURS D’IMAGES ET DU CRTH

Dans le but d’accompagner les personnes en situation de handicap visuel dans leur pratique culturelle, le Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH) développe depuis 2009, le service Souffleurs d’Images les mettant en relation avec des étudiants en formation artistique, des artistes et des lieux culturels. Ce service leur permet ainsi d’accéder à l’événement de leur choix (théâtre, musée, cirque…) dans un des lieux partenaire, accompagné d’un étudiant en art ou d’un artiste qui lui souffle les éléments qui lui sont invisibles. Le CRTH est une structure culturelle créée en 1993 dont l’objet est de favoriser l’accès de tous à la culture. A l’origine compagnie de théâtre, son questionnement constant sur l’égalité d’accès au théâtre et à la culture en général, lui font développer de nombreux outils, services et accompagnement en matière d’accessibilité. Le CRTH est ainsi porteur de la double expertise culture et accessibilité. Son fonctionnement s’appuie sur une vision globale de ce que l’accès à la culture implique :
- L’éducation artistique, par le biais de l’école Acte 21 du CRTH, pour tous, dès le plus jeune âge, qui est primordiale pour que les publics, dans leur diversité, puissent être ensuite en capacité, en curiosité, et en désir, d’accéder aux œuvres, aux lieux, aux ressources mais aussi aux métiers de la culture. Acteurs dans tous les sens du terme.
- L’accompagnement des professionnels à la prise en compte des besoins spécifiques de tous leurs publics et à la mise en œuvre de l’accessibilité, démarche indispensable pour créer la rencontre.

Les souffleurs d’images : comment ça marche ? Identifier une offre partenaire et acheter votre billet au tarif en vigueur, en précisant « accompagnement Souffleurs d’Images ». Réserver un souffleur auprès du CRTH par téléphone au 01 70 61 22 88, par mail à souffleursdimages@crth.org ou sur le site internet du CRTH, onglet souffleurs d’images. Retrouver le souffleur d’images, le jour dit sur le lieu de l’événement.

Les partenaires culturels conventionnés Souffleurs d’Images (Cette liste n’est pas exhaustive, les envies des uns et des autres peuvent être communiquées)

75 – PARIS (x19) • Le 104 • BNF • Grand Palais • Jeu de Paume • La Colline – Théâtre National • Le Carreau du Temple • Maïf Social Club • Maison des Métallos • Médiathèque Marguerite Yourcenar • Musée du Louvre • Musée de l’Orangerie • Musée d’Orsay • Nuit Blanche Paris • Parc de la Villette • Théâtre 13 • Théâtre de l’Aquarium • Théâtre de la Bastille • Théâtre de l’Opprimé • Théâtre Paris Villette 92 - HAUTS-DE-SEINE (x5) • L’Avant Seine • Théâtre 71 • L’Espace Icare • Le Sel • Théâtre Suresnes Jean Vilar

94 - VAL-DE-MARNE (x2) • Festival de l’Oh ! • Théâtre des Quartiers d’Ivry

École Acte 21 / Centre Recherche Théâtre Handicap / 163 rue de Charenton - 75012 Paris ww.acte21.org / www.crth.org

Notre sélection dans la lettre d’information Souffleurs d’Images : « Jardins » au Grand Palais (Paris 8ème) – le 18 avril 2017 à 14h15 Miroir du monde, le jardin rend compte d’une manière de voir la nature, de la mettre en scène et de la penser. Il est marqué par l’empreinte de l’homme, qui en fait, surtout à partir de la Renaissance, une œuvre d’art totale.

Dans un parcours immersif et poétique, peintures, sculptures, photographies, dessins et installations retracent six siècles de création autour du jardin. L’exposition, conçue comme une « promenade jardiniste », réunit les plus grands artistes : Dürer, David, Monet, Cézanne, Picasso, Matisse, Othoniel ou encore Wolfang Laib. Visite gratuite dans la limite des places disponibles. Informations et réservations : souffleursdimages@crth.org / 01 70 61 22 88

« Un théâtre, un musée, deux partenaires ! » Dans cette rubrique, nous vous proposons une présentation d’un théâtre et d’un musée partenaire du service Souffleurs d’Images. Qui dit partenaire, dit que vous n’avez qu’à appeler le lieu pour réserver à l’événement qui vous intéresse en précisant que vous serez accompagné d’un souffleur d’images. Ensuite, vous nous prévenez de cette sortie et nous vous mettons en lien avec le souffleur d’images qui vous accompagnera le jour dit.

Le Carreau du Temple (Paris 3ème) : cet établissement culturel et sportif à l’architecture industrielle de la fin du XIXème siècle fut réhabilité en 2014 par la Ville de Paris. Le Carreau du Temple a pour ambition d’offrir aux parisiens une programmation ouverte aux artistes et créateurs « émergents » dans les arts de la scène (théâtre, danse, art du cirque, théâtre d’objets et marionnette), des concerts de musiques actuelles, mais aussi dans les domaines de la mode et du design. Actualité Carreau du Temple : Festival Concordan(s)e le jeudi 16 mars. Concordan(s)e passe une commande à un chorégraphe et à un écrivain qui ne se connaissent pas au préalable. Ils vont découvrir leurs expériences respectives, cheminer ensemble pour nous dévoiler le fruit de leurs échanges, de ces croisements entre le geste et le mot. Le chorégraphe et l’écrivain interprètent ensuite face au public une chorégraphie et un texte inédit. Plus d’information sur le Carreau du Temple : http://www.carreaudutemple.eu/ - 01 83 81 93 30 Le Théâtre de l’Opprimé (Paris 12ème) : dans cet ancien comptoir de meubles transformé en théâtre, la Compagnie Théâtre de l’Opprimé, dirigé depuis 1998 par Rui Frati, reçoit des compagnies de théâtre, musique et danse. La programmation privilégie la dramaturgie contemporaine et les jeunes troupes émergentes. Elle reste attentive aux textes et aux metteurs en scène confirmés et aux spectacles jeune public. Actualité Théâtre de l’Opprimé : Les Nuits Blanches du 11.03. au 01.04. Création théâtrale, texte de Dostoïevski, mise en scène de Juliette Léger. Un homme, conteur de sa propre vie, nous demande « s’il est possible que sous un ciel pareil vivent toutes sortes de gens méchants et capricieux ? » Il replonge dans ses souvenirs et nous embarque dans le récit de ses nuits blanches à St Pétersbourg, et de sa rencontre avec Nastenka, une jeune fille désespérée par un chagrin d’amour. Plus d’informations sur le Théâtre de l’Opprimé, en suivant ce lien : http://www.theatredelopprime.com/ - 01 43 45 81 20

Contact utile : Service Souffleurs d’Images du Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH) 163 Rue de Charenton, 75012 PARIS souffleursdimages@crth.org http://crth.org/?page=souffleurs 01 70 61 22 88

« retour sommaire »

12-C) EXTRAIT DU « PETIT JOURNAL » DE BLB

1. Théâtre en audiodescription
- Comédie-Française – Paris : « Le Petit-Maître corrigé » de Marivaux Mise en scène : Clément Hervieu-Léger Audiodescription mercredi 19 avril à 20h30 L’histoire est celle d’un jeune Parisien à qui ses parents ont trouvé un beau parti, fille de comte. Mais à son arrivée chez eux, le beau garçon ne saurait ouvrir son cœur à la charmante personne qui lui est destinée. Alliance du maître et du valet, complicité de la maîtresse et de la servante, ce chassé-croisé amoureux s’emballe entre conspirations badines et ébullition des sentiments. Réservations accessibilite@comedie-francaise.org - 01 44 58 15 09 ou 01 44 58 15 14

- Théâtre National de Chaillot – Paris : « Trois, précédé de Un et Deux » De Mani Soleymanlou (avec les interprètes) Audiodescription vendredi 21 avril à 19h et samedi 22 avril à 19h (durée 4h avec 2 entractes) À travers l’Histoire, l’intime et le rire, il recrée pour la France une prise de parole plurielle et mouvante sur la migration et l’identité. Solo, duo et chœur d’une quarantaine de voix aux origines diverses projettent une polyphonie d’une urgente humanité. D’abord il y a Un : monologue autobiographique au cours duquel Mani Soleymanlou tente de saisir ses racines iraniennes. Puis il y a Deux : duo mené avec un Québécois de souche, Emmanuel Schwartz. Et enfin il y a Trois : parole de la multitude, portée par quarante interprètes aux racines éparses. Réservations : accessibilite@theatre-chaillot.fr - 01 53 65 30 00

A retrouver dans le Petit Journal de Baisser les Barrières – mars 2017 Association « Baisser les Barrières » 60, rue Fondary 75015 Paris 01 45 77 22 31 http://www.baisserlesbarrieres.org/

« retour sommaire »

12-D) 5000ÈME CHIEN REMIS

JOOS, labrador noir ne se doute sûrement pas qu’il est tout un symbole pour le mouvement du chien guide. En effet, il est le 5000ème chien guide remis en France à une personne déficiente visuelle. Une remise symbolique, fruit d’un véritable travail collectif et rigoureux de toutes les associations affiliées à la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles (FFAC) qui, depuis 45 ans, œuvrent chaque jour sur le terrain pour faire avancer la cause du chien guide au service des personnes déficientes visuelles. Pour célébrer l’événement le Président de la FFAC, Paul CHARLES, et la marraine du mouvement des chiens guides, Noémie LENOIR, viendront le 3 mars remettre sa médaille à JOOS, chien guide de Centres Paul Corteville, qui deviendra un symbole pour tous les acteurs du mouvement du chien guide : non ou malvoyants, équipe d’éducation de chien guide, bénévoles et familles d’accueil.

Actualité des Chiens Guides d’Aveugles

« retour sommaire »

12-E) LE MAGAZINE ADAPTÉ DE LA FORMULE 1 SAISON 2017 VIENT DE PARAITRE

Pour les amateurs de Formule 1 aveugles et malvoyants : HandiCaPZéro leur propose dès aujourd’hui le magazine de la saison 2017 du Championnat du Monde.

Premier Grand Prix ce week-end à Melbourne en Australie… la saison 2017 est lancée ! C’est parti pour 20 Grands Prix jusqu’au 26 novembre à Abou D’Abi.

A la disposition de tous les fans aveugles et malvoyants, l’incontournable magazine de la saison 2017 est disponible gratuitement en braille, caractères agrandis et audio. Vous y découvrirez notamment :
- Qui peut battre Lewis Hamilton et Mercedes ?
- Romain Grosjean et Esteban Ocon : pour enfin renouer avec la victoire ?
- McLaren à la recherche de son glorieux passé.
- 10 raisons de suivre la saison 2017.
- Tout ce qui change en 2017.
- Les écuries, les pilotes et les monoplaces…

Pour ne rien manquer de la compétition, les classements s’afficheront sur handicapzero.org après chaque course : le podium détaillé, les classements des pilotes et constructeurs (rubrique sport/Formule 1/classements).

Pratique :
- magazine Commandez (ou consultez) en ligne le magazine du Championnat du Monde de F1 2017 (braille, audio, caractères agrandis) sur handicapzero.org (rubrique sport/ Formule 1/magazine 2017) ou appelez au 0800.39.39.51 (service et appel gratuits).
- rubrique web En ligne sur handicapzero.org, rubrique "classements" (rubrique sport/Formule 1/classements)

HandiCaPZéro (créée en 1987) facilite l’autonomie quotidienne des personnes aveugles et malvoyantes. En partenariat avec des entreprises et des collectivités, l’association propose gratuitement des dispositifs accessibles : éditions adaptées (braille, caractères agrandis, audio Daisy), web... dans les domaines de l’information, la santé, l’assurance, la vie pratique, le sport, les loisirs... handicapzero.org

« retour sommaire »

12-F) HANDICAPZÉRO ACCOMPAGNE YVES ROCHER POUR QUE CHAQUE FEMME, AVEUGLES OU MALVOYANTE, PRENNE SOIN D’ELLE

Du bien être pour toutes qui se confirme cette année puisque le Livre Vert de la Beauté est de nouveau proposé avec des étiquettes permettant d’identifier les produits dans la salle de bains.

Handicapzéro accompagne Yves Rocher pour que chaque femme, aveugles ou malvoyante, prenne soin d’elle mieux choisir Le Livre Vert de la Beauté propose de découvrir les produits et les tarifs de la marque. Il se feuillète en braille ou s’écoute sur CD audio (se télécharge également).

Mieux identifier Gel douche, shampoing, démaquillant, crème de jour… des étiquettes adhésives (résistantes à l’eau) se collent sur les produits. En braille et en caractères agrandis, chaque étiquette permet une meilleure identification des produits dans la salle de bains.

Mieux encore… Les femmes déficientes visuelles peuvent également se réjouir : elles bénéficieront d’offres promotionnelles pendant l’année et de conseils personnalisés durant les ateliers maquillage sans miroir. Des ateliers pour (ré)apprendre à se maquiller, qui seront proposés à Paris et pour la première fois dans 5 villes en France !

Pratique
- le Livre Vert de la Beauté et son jeu d’étiquettes Commandez (ou consultez en ligne) l’édition de votre choix en braille ou en audio sur handicapzero.org ou au 0800.39.39.51 (service et appel gratuits). Quel que soit le format choisi, l’édition est accompagnée d’un jeu de 66 étiquettes. L’ensemble est gratuit.

- les ateliers beauté sans miroir Informez-vous des dates et choisissez votre séance gratuite aux ateliers prochainement sur handicapzero.org et sur la page Facebook de l’association

À propos d’Handicapzéro : Handicapzéro (créée en 1987) facilite l’autonomie quotidienne des personnes aveugles et malvoyantes. En partenariat avec des entreprises et des collectivités, l’association propose gratuitement des dispositifs accessibles : éditions adaptées (braille, caractères agrandis, audio), web... dans les domaines de l’information, la santé, la vie pratique, l’assurance, le sport, les loisirs... handicapzero.org

« retour sommaire »

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) EXPOSITION BNF

20 avril 2016 (10h) - BNF (75013) - Handicap visuel.

Participez à notre atelier et découvrez l’univers du manuscrit médiéval tactile ! La BNF propose au public déficient visuel une exploration de l’univers des manuscrits médiévaux par la découverte sensible de sa matérialité. Au cours de cette initiation, le manuscrit se dévoile au fil des pages et de ses matières par les manipulations de fac-similés, d’outils d’écriture et de reproductions tactiles d’enluminures qui rythment la séance. Lieu : Bibliothèque nationale de France - site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75013 Paris. Rendez-vous dans hall principal 15mn en avance. Réservations au 01 53 79 49 49

Yanous-Actu n° 485

« retour sommaire »

15-B) CULTURE - GUIDE POUR DES EXPOSITIONS ACCESSIBLES

Il aura fallu sept ans au ministère de la culture pour élaborer un quatrième guide thématique d’accessibilité téléchargeable, consacré à la réalisation d’expositions et de parcours de visites. Il en présente les grands principes, dont ceux de l’accessibilité universelle, les diverses responsabilités et répartition des rôles et des tâches à accomplir, la conception d’un parcours de visite accessible à tous en détaillant les points techniques à prendre en compte. Une section est consacrée à la muséographie, dont le mobilier, l’ergonomie, le confort d’usage, les distances, l’éclairage, etc. Les informations techniques devraient être connues de tout bon muséographe, l’expérience montrant qu’ils ont encore à apprendre dans ce domaine. Les précédents guides ont tous été publiés avant la réforme de l’accessibilité du 26 septembre 2014 et sont donc partiellement obsolètes ; ils traitent des équipements culturels et le public des personnes handicapées mentales (2010), de l’accessibilité du spectacle vivant (2008) et de culture et handicap (2007).

Yanous-Actu n° 485

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

« retour sommaire »

15-C) EXPOSITION : « J’AI JAMAIS VU L’AFRIQUE » PAR CLEM LETRUSKO

Clem Letrusko expose des masques fabriqués avec des objets de récupération. Cette exposition à lieu actuellement à la médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet à Paris 20ème. L’exposition est accessible pour les personnes aveugles et malvoyantes, avec des informations en braille et la possibilité de toucher les masques. A noter : l’une des bibliothécaires est aveugle.

Exposition prévue jusqu’au 19 avril 2017

« retour sommaire »

15-D) L’ASSOCIATION TOURISME & HANDICAPS ÉTAIT PRÉSENTE AU SALON MONDIAL DU TOURISME

Paris – Porte de Versailles du 16 au 19 mars 2017 Extrait du communiqué : Avec 3 139* hébergements, gîtes, chambres d’hôtes, hôtels, résidences et villages de vacances, campings, plus de 600* lieux d’informations touristiques, 236* propositions d’activités de loisirs et près de 750* lieux de visites, la marque d’État nationale Tourisme & Handicap offre aux personnes en situation de handicap la garantie d’un séjour ponctué de loisirs alliant la qualité de l’accueil, celle du confort et du bien-vivre à la diversité.

Pôle d’attraction au cœur du Village Handicap, l’Association Tourisme & Handicaps, entourée de professionnels et prestataires du tourisme, est reconnue par les visiteurs comme l’espace incontournable pour l’organisation de vacances ouvertes à tous. Sa présence au Mondial du tourisme sera l’occasion de valoriser : les 5 538* lieux et sites possesseurs de la marque d’État nationale Tourisme & Handicap en France, dont les lauréats des Trophées Tourisme & Handicap de l’Accessibilité 2016.

Les Journées Nationales Tourisme & Handicap 2017 qui contribuent chaque année à une meilleure connaissance des sites possédant la marque, grâce à des animations et portes ouvertes. La 11e édition sera déroulera les 1er et 2 avril 2017, en France métropolitaine et outre-marine.

Des trophées, reflet de l’excellence. Les Trophées Tourisme & Handicap de l’Accessibilité des sites touristiques reflètent la variété et la diversité des prestations proposées pour satisfaire les attentes des clientèles en situation de handicap, qualités qui confèrent à la Marque d’État nationale Tourisme & Handicap la notoriété nécessaire à sa reconnaissance et à son utilité. Créés en 2015, Les Trophées Tourisme & Handicap de l’Accessibilité ont déjà nommé 42 établissements détenteurs de la marque d’État nationale Tourisme & Handicap et récompensé 16 lauréats dans différentes catégories : établissements de plein-air et insolites, sports et loisirs, hébergements individuels et collectifs, prestations de tourisme et de loisirs, culture et découverte, espaces et vecteurs d’information ainsi qu’un trophée d’honneur. Les lauréats 2016 ont été conviés à participer au salon :
- Le Camping Maubuisson à Carcans en Gironde,
- Le Sentier « Grain de Méjean » à Lattes dans l’Hérault,
- Le Gîte « La Châtaigne au Cœur » à Silhac en Ardèche,
- Le Gîte de groupes le Domaine de la Loge à Flacey-en-Bresse en Saône-et-Loire,
- Le Château de Beaurang à Saint-Emilion en Gironde,
- Le Musée Gallo-Romain de Périgueux en Dordogne,
- L’Office de Tourisme de Marseillan dans l’Hérault,
- L’hôtel Bambou aux Trois-Ilets en Martinique. Les Journées Nationales Tourisme & Handicap Les 1er et 2 avril 2017, se tiendra la 11e édition des Journées Nationales Tourisme & Handicap. Organisée par l’Association Tourisme & Handicaps, cette opération a pour finalité de sensibiliser les personnes en situation de handicaps, leurs familles et leurs amis aux structures de tourisme et de loisirs qui ont agi en faveur de l’accès à tous. Durant 2 jours, de nombreux sites organiseront en France métropolitaine et outre-marine des portes ouvertes et animations dans une ambiance festive et de découverte. La liste 2017 des 160 participants (vs 127 en 2016) sera prochainement en ligne sur : www.tourisme-handicaps.org

Tourisme & Handicap : une marque d’État en perpétuel devenir Les régions françaises, en collaboration avec tous les départements, se mobilisent sans relâche pour inciter les prestataires et les professionnels du tourisme à prendre en compte l’accueil des personnes en situation de handicap. Un vaste réseau de référents et de correspondants - plus de 200 - sont en permanence sur le terrain pour sensibiliser et accompagner les professionnels qui s’engagent volontairement dans la démarche de qualité afin d’enrichir l’offre adaptée. Établie dans le cadre d’une démarche de qualité, répond à un ensemble de critères indispensables à l’usage d’un lieu, d’un hébergement, d’un restaurant, d’une activité de loisirs, par les personnes en situation de handicap. Ces bonnes pratiques s’inscrivent dans les obligations légales avec un objectif constant : celui de les dépasser. L’obtention de la marque d’État Tourisme & Handicap n’est pas une fin en soi mais le début d’une belle expérience de compréhension mutuelle et de partage. www.tourisme-handicaps.org

Retrouver tous les sites Tourisme & Handicap sur www.entreprises.gouv.fr/marq...

« retour sommaire »

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0