Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2017 > Bulletin 04 du 28 avril 2017

Bulletin 04 du 28 avril 2017

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2017-04 – du 28 Avril 2017

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Nous y sommes ! Il ne reste plus que deux candidats et chacun va devoir, selon ses convictions et en son âme conscience, faire un choix. Jusqu’au bout cette campagne du 1er tour aura été compliquée, confuse, parasitée par les affaires, inhabituelle avec une absence de débats malgré les efforts des uns et des autres pour faire émerger leurs programmes. Les sondages nous donnaient cette tendance depuis longtemps, et finalement il n’y a pas de surprise fondamentale. Notre société semble désirer un changement radical d’organisation. De notre côté, vous le savez, nous avons œuvré auprès des candidats et de leurs équipes pour que la situation des personnes vivant avec un handicap ne soit pas oubliée. Chacun à leur manière nous ont assuré de tout leur intérêt pour notre cause. Chaque fois, nous avons eu envie de les croire, mais sommes restés lucides, et, comme le dit l’adage « cent fois sur le métier, nous remettrons notre ouvrage ». Deux phrases prononcées par les deux finalistes ont été reprises pour illustrer une étude faite par le club « Handicap et Société ». J’ai envie de vous les citer pour marquer ce temps électoral et je les mentionne par ordre alphabétique :
- Marine Le Pen : « En matière de handicap et dépendance, « respecter et aider la déficience fonctionnelle qui se voit, mais cultiver avant tout les possibilités et les talents qui ne demandent qu’à s’exprimer ».
- Emmanuel Macron : « Il s’agit, en réalité, de repenser nos politiques publiques en se fixant des objectifs chiffrés, partout et systématiquement, afin d’entrer dans une culture de l’efficacité et du résultat pour renforcer notre cohésion sociale. Et pour faire de l’égalité des personnes en situation de handicap une réalité et un réflexe ».

Encore une fois, mon rôle n’est pas d’influencer votre choix. À la CFPSAA, seul compte l’intérêt des personnes déficientes visuelles et notre détermination reste la même quels que soit les gouvernements en place. Nous poursuivrons donc notre combat comme auparavant après le 7 mai. La personne qui sera élue, deviendra garante de tous les français et quelle que soit la nouvelle configuration, elle devra compter avec le secteur associatif et donc avec nous. Nos dirigeants doivent en prendre pleinement conscience. Je voulais vous assurer de tout cela en souhaitant que les passions et les tensions palpables actuellement s’apaisent dans les temps qui viendront afin de poursuivre le dialogue nécessaire à l’amélioration de notre vie citoyenne.

Edouard Ferrero Président de la CFPSAA

Retour sommaire

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) COMMUNIQUÉ DE LA CFPSAA

La CFPSAA recrute de nouveau des bénévoles pour son panel concerné par l’audiodescription tant à la télévision qu’au cinéma.

Le nombre d’émissions télévisées et d’œuvres cinématographiques audiodécrites a augmenté de façon significative ces dernières années mais reste encore très marginale par rapport aux besoins des déficients visuels.

Pour accompagner cette montée en charge et pour s’assurer que le niveau de qualité de l’audiodescription (note 1) se maintienne à un niveau élevé la CFPSAA (note 2) sollicite de nouveaux bénévoles déficients visuels ou voyants afin d’accroître son « groupe panel ».

Ce groupe par l’intermédiaire de la CFPSAA a pour mission d’engager et de maintenir un dialogue constructif et régulier entre le monde des aveugles et des malvoyants prioritairement avec les différentes chaînes de télévision mais aussi avec les autres maillons de la chaîne concernée par la diffusion des œuvres audiodécrites (ex. audiodescripteurs, salles de cinéma, distributeurs de DVD, etc.)

Les membres du groupe pourront :  faire remonter leurs souhaits aux différentes chaînes de télévision par l’intermédiaire de la CFPSAA : type d’émission, tranches horaires, etc.  accéder au calendrier des émissions télévisées audiodécrites communiqué par les chaînes ;  émettre leur perception des émissions audiodécrites passées tout en étant vigilant sur la qualité de l’audiodescription.  partager entre eux les différentes méthodes d’accès à l’audiodescription selon la chaine et le type de téléviseur.  inciter les exploitants de cinéma à diffuser de plus en plus d’œuvres audiodécrites.  s’investir pour convaincre les principaux distributeurs de DVD d’inclure systématiquement l’audiodescription avec l’œuvre audiodécrite sur les DVD commercialisés.  etc.

Les personnes voyantes sont aussi les bienvenues dans ce groupe.

Si vous souhaitez contribuer à ce groupe merci de vous inscrire en écrivant à Guy Rochereau par courriel à guy_rochereau@yahoo.fr

Aussi nous vous remercions par avance de répondre nombreux à cet appel.

Sylvain Nivard

(1) L’audiodescription est une technique consistant à insérer, lorsque cela est possible et pertinent, la lecture d’un texte descriptif en vue d’améliorer la compréhension autonome de l’action par un déficient visuel. Cette description sonore s’intercale entre les plages de dialogue d’un programme et vise à rendre compte d’informations essentielles qui ne peuvent être perçues par le seul sens de l’ouïe. En fonction du contexte, l’audiodescription précise des éléments tangibles tels que les décors, les paysages, les costumes, les indications alphanumériques visibles (générique, lecture du sous-titrage d’une langue étrangère), les mouvements et les actions. Elle s’attache également à restituer les atmosphères, les bruits non aisément identifiables ainsi que les mimiques apparentes des personnages résultant du jeu des acteurs.

(2) La CFPSAA (anciennement CNPSAA) ou Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes a pour objectifs de :  Rassembler les principales associations françaises agissant auprès des personnes aveugles ou malvoyantes.  Coordonner leurs actions et demandes.  Favoriser l’amélioration de l’intégration scolaire, professionnelle, économique, culturelle et sociale des personnes aveugles ou malvoyantes.

Retour sommaire

1-B) JURÉ D’ASSISE, OU L’ACCESSIBILITÉ PAR LE TIRAGE AU SORT

(Une expérience de Francis Perez)

Janvier 2017, île de la Cité. Palais de justice de Paris. Un monument des plus vivants, entre la Conciergerie et la Sainte-Chapelle, entre l’Histoire majuscule et celle toute simple des gens, et du peuple au nom duquel la justice est rendue. Alors ce bâtiment qu’est-ce que c’est ? Un dédale, non, un labyrinthe, pas plus. Je crois qu’un mot reste à inventer qui désignerait à la fois ces murs et ces couloirs disposés en autant d’obstacles au cheminement du justiciable et les arcanes si souvent impénétrables de la justice.

Sitôt franchies la grille et les premières marches, voici le contrôle assuré par des gendarmes en attente d’une promotion du côté de Saint-Tropez : la fouille est rapide et vif le courant d’air. S’ouvrira alors devant vous un immense couloir, comme une salle des pas perdus dont on ne pourrait appréhender ni la longueur ni la largeur. Et puis encore des marches, des marches girouette, successivement orientées dans toutes les directions, en quinconce, en travers, en oblique, de préférence juste devant ou juste derrière une porte, que dis-je une porte, une double porte, deux fois une double porte même pour ménager certainement le secret des débats. Les parcours sont également fléchés pour éviter toute rencontre inappropriée, magistrats et jurés, ministère public, avocats de la défense, parties civiles, public… enfin, à chacun son parcours, à chacun sa place. Pas d’erreur possible, les gendarmes assurent la circulation, de quoi désespérer tout prévenu en mal d’évasion.

Alors, lorsque vous êtes convoqué à remplir votre devoir hypothétique de juré non-voyant, vous êtes bien perdu et vous regrettez de ne pas avoir investi quelques euros chez les fabricants de bandes d’éveil à la vigilance ou dans toute autre société de signalétique spécialisée... le Palais de justice aurait assuré votre fortune, sauf, bien entendu, à rapporter la preuve d’un quelconque conflit d’intérêt ! Le respect du patrimoine l’a donc emporté, et face à l’initiative de monter pour les professionnels de la justice, voici quelques années, la mise en scène d’un procès dans le noir dans une salle d’audience, les principaux obstacles ont été soulevés par cette administration du patrimoine : comment faire l’obscurité sans toucher aux murs et aux fenêtres à la patine poussiéreuse. À l’inverse, il est permis d’espérer que le futur Palais de justice de Paris, qui aura lui aussi certainement vocation à faire histoire, sera pourvu de dispositifs d’accessibilité installés dès la construction, une garantie de longévité de nature à faire jurisprudence ! En attendant, vous aurez recours à l’équipe souriante et efficace du service d’accompagnement animé par Mme Dias Borgès, assuré jusqu’en fin d’après-midi.

15 janvier, 10 heures - Rapprochons-nous des salles d’audience de la Cour d’assise : si les deux premières portent les noms de Voltaire et de Victor Hugo, c’est certainement qu’elles sont chaudes de leur humanité et que la justice n’est pas tout-à-fait inaccessible en son palais. Aspirant juré, il s’agit tout d’abord de vous accueillir et après que les magistrats se soient présentés, c’est le tour de la quarantaine de personnes convoquées de bon matin. Un nom, une adresse, quelques vérifications et vient ensuite la litanie des personnes empêchées : « je suis boucher, si je m’absente je dois fermer boutique et renvoyer mon employée chez elle… » « J’élève seule mon enfant et personne ne pourra le garder le soir… » « Je ne sais ni lire ni écrire… ». Vient mon tour et de souligner que la justice doit pouvoir aussi fonctionner avec des jurés aveugles, donc, après avoir rappelé l’expérience du "procès dans le noir", je prends le parti de ne demander aucune dispense, à l’étonnement de la greffière qui m’avait présenté l’objection de l’accès aux documents écrits. Sauf que les pièces écrites sont évoquées sans pouvoir donner lieu à contestation, la procédure restant intégralement orale de l’établissement de l’identité des mis en cause au rendu du jugement. 11 heures - Le Président donne lecture de la liste définitive des personnes retenues : retour à la maison pour Monsieur le boucher et Madame la mère de famille, soulagés. Quant à moi, également soulagé, je reste ! 14 heures - Ouverture de l’audience en présence de toutes les parties au premier procès de la session. Nos aspirants jurés de nouveau sur le gril, celui du deuxième tirage au sort, en public. Pris, pas pris, il en faut 6 complétés de 3 jurés supplémentaires en cas de défaillance. Je ne suis pas retenu. 18 janvier, 10 heures, deuxième affaire de la session - Cette fois-ci j’entends mon nom, je me lève et on se saisit de moi pour me pousser vers la tribune. L’épreuve est terrible parce que vous traversez la salle à découvert et à tout moment un avocat peut vous abattre d’un seul signe en direction du Président, vous êtes récusé, vous avez perdu la partie et vous pouvez rentrer chez vous. Me voici retenu, avec à la clé 7 jours de débat, trois mis en cause, six avocats pour la défense dont Maître Dupont Moretti, M. Courroye dans le rôle de l’avocat général. Vous l’avez compris, un procès important à propos duquel je m’empresse de vous dire... que je ne vous dirai rien, comme il se doit ! Le Président demande aux parties si le juré n°6, c’est moi, peut utiliser un outil informatique pour sa prise de notes, autorisation immédiatement accordée. 7 jours à vivre à la Cour, à vivre ensemble à raison de 10 à 12 heures du matin au soir, l’essentiel en salle d’audience, le reste dans une petite salle attenante, dite salle des délibérations. Le passage de l’une à l’autre donne lieu à un rituel immuable, la Cour se déplaçant toujours selon un mouvement d’ensemble parfait, les jurés derrière, le Président et ses assesseurs en avant. Le compte est bon ? Alors on y va, le Président en tête annoncé par le retentissement de la sonnette. Cette salle de réunion isolée par de nombreuses portes, ce ne sont pas des sacs de sable qui la protègent de toute tentative d’intrusion numérique mais des murs entièrement garnis de dossiers débordant de toutes parts

27 janvier 18 heures, dernier jour, les délibérations - Ce n’est plus le temps des bavardages, même si on éprouve du plaisir à se retrouver, réunis, isolés, pour ne pas dire cachés. Il s’agit de s’entendre dans un dialogue permanent avec le Président, de s’exprimer les uns après les autres et de laisser s’établir progressivement les éléments d’une synthèse avant de passer au vote à partir du questionnaire établi par les magistrats. Vient alors la longue série des scrutins, coupable, pas coupable, prison ou non, durée de la peine, avec sursis, sans sursis. J’ai proposé qu’on réduise à une lettre ou un chiffre le choix de chacun afin de simplifier la rédaction des bulletins pour tout le monde et de me permettre de m’exprimer directement. Trois mis en cause, trois séries de vote. 23 heures - Tension extrême dans la salle d’audience. Prononcé du jugement en présence de quelques avocats et d’un Avocat général disponible après qu’on l’ait rappelé à son domicile. Pour le compte du Président, l’affaire est terminée. Le lundi suivant il préparera de nouveaux dossiers pour la prochaine session, dans deux semaines. 23 h 30 - Quelques bus roulent encore sur le quai des Orfèvres et sur le boulevard du Palais, le juré n°6 doit encore tirer le bon numéro s’il veut rejoindre rapidement son domicile ! Il se pose une dernière question : l’arrêt de la Cour d’assise fera-t-il l’objet d’un appel ?

Francis Perez Vice-président de la CFPSAA

Retour sommaire

3)- ACTUALITÉS SOCIALES

3-A) EMPLOI ET HANDICAP, LES NOUVEAUX OBJECTIFS DE L’AGEFIPH

Interview de Didier Eyssartier, directeur général de l’Agefiph, sur Handicap.fr :

Handicap.fr : L’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées) a voté un nouveau plan stratégique. Sur quoi met-il l’accent ? Didier Eyssartier : Ce plan est relativement ambitieux et graduel. D’abord, il concerne la mobilisation nécessaire de l’ensemble des politiques d’emploi de droit commun au profit des personnes handicapées. Nous souhaitons renouveler notre appui en mettant l’accent sur le champ de la compensation du handicap. Il s’agit aussi de contribuer à la sécurisation des parcours, notamment lors des transitions professionnelles. Enfin, nous avons le souci de prendre en compte, le mieux possible, le point de vue des bénéficiaires, et d’analyser la qualité du service rendu en suivant une logique d’amélioration continue. H.fr : Comment contribuer à sécuriser d’avantage l’accès à l’emploi en cas de handicap ? DE : Pour nous, cela passe par une meilleure anticipation des situations à risque, et donc par une intervention plus précoce, qui implique de mobiliser l’ensemble des acteurs de l’emploi. Ce plan consiste aussi à apporter des solutions concrètes aux TPE (très petites entreprises) et aux PME (petites et moyennes entreprises), qui ont des problématiques particulières. Dans ce cas, nous pouvons agir avec du conseil direct aux entreprises. Nous réfléchissons également à des missions de référents handicap mutualisées entre petites entreprises, l’idée étant d’apporter une réponse de proximité pour ces entreprises qui n’ont pas toujours la capacité et les ressources dédiées pour déployer une politique handicap ambitieuse. Nous souhaitons par ailleurs nous adresser à un public plus large, pour ne pas nous limiter aux bénéficiaires directs, avec comme ambition, par exemple, le développement d’outils et de services mobilisables par les acteurs du monde économique et social lors de négociations. En somme, nous souhaitons nous positionner comme une force de proposition en mettant à disposition les expertises de l’Agefiph. H.fr : Vous évoquez les situations à risque. Quel(s) exemple(s) avez-vous en tête ? DE : Je pense aux risques de désinsertion professionnelle, par exemple lorsque le handicap arrive en milieu de carrière. Dans ce cas, il est primordial de mobiliser les dispositifs de maintien dans l’emploi, voire d’anticiper et de travailler avec les personnes et les acteurs afin d’éviter trop d’attente dans la recherche de solutions… Nous essayons également de faire abstraction des statuts : dans les phases de transition, certains sont encore salariés, pas demandeurs d’emploi. Pourtant, le besoin d’un nouvel emploi est bien là. Notre idée est de faire sauter le verrou de ces statuts et de fluidifier le recours aux différentes aides. H.fr : Vous affirmez également vouloir aller plus loin en matière d’innovation. DE : Nous voulons nous appuyer sur l’innovation pour construire les solutions de demain. À l’image de ce qui se passe en matière d’emploi accompagné, nous avons effectué 11 expérimentations avant la loi de l’été 2016, aujourd’hui transformées en offre pérenne. Avec Science Po, nous mettons également en place un dispositif d’innovation pédagogique pour faire émerger puis diffuser les bonnes pratiques. Nous sommes à la recherche de ce qui pourrait être innovant. Si cela aboutit à des expériences positives, nous essaierons de l’essaimer. Au niveau de la formation, nous avons développé des indicateurs de qualité spécifiques au handicap, qui viennent compléter les indicateurs « classiques » mis en place pour évaluer la qualité d’une formation. H.fr : Concrètement, à quoi aboutiront ces nouvelles stratégies ? DE : Elles doivent conduire à la rénovation de nos aides, services et des prestations proposées, l’objectif étant que cette nouvelle offre soit finalisée pour début 2018, dans une logique de simplification et de meilleure visibilité. Nous souhaitons également faire en sorte que ces adaptations permettent aux acteurs de droit commun, tels que Pôle Emploi ou les missions locales, de les mobiliser plus facilement. Nous sommes, par ailleurs, en train d’actualiser, avec l’État et nos partenaires dont le FIPHFP, l’offre de service des organismes de placement spécialisés qui reprendra, en l’améliorant l’offre des CAP Emploi et des SAMETH (service d’aide au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés), pour qu’elle soit plus adaptée. H.fr : Quels sont, selon vous, les principaux obstacles à l’accès à l’emploi pour les personnes en situation de handicap ? DE : Ils sont très variés. D’abord, nous vivons dans un monde où le nombre de personnes handicapées progresse très vite. Aujourd’hui, le taux d’emploi des personnes handicapées au sein des entreprises de plus de 20 salariés n’est que de 3,3% (en équivalent temps plein) et le taux de chômage des personnes handicapées de 18%. L’un des principaux freins réside dans le fait que les idées reçues sur le handicap demeurent chez les recruteurs, qui considèrent qu’une personne handicapée ne peut pas forcément faire le job, alors qu’elle apporte souvent une valeur ajoutée complémentaire. H.fr : D’autres obstacles viennent également des travailleurs. DE : Certaines personnes handicapées pensent en effet ne pas être capables d’occuper un poste. C’est là que l’accompagnement doit se faire. En réalité, il y a bien plus d’emplois accessibles au handicap qu’on ne le pense ! D’autres problématiques se situent au niveau de la formation : certaines, trop longues, peuvent impressionner ou décourager, notamment en cas de fatigabilité. Il faut donc pouvoir en simplifier l’accès. Là aussi, il s’agit d’agir sur le droit commun. Enfin, il faut savoir que l’accompagnement doit se faire après le recrutement. Des problématiques apparaissent une fois la personne intégrée dans l’entreprise. Il convient donc d’apporter des réponses personnalisées le plus possible, sur le long terme. Les mesures à mettre en place en priorité consistent donc à mieux cibler les moyens d’accompagnement et à responsabiliser le droit commun. L’intégration des personnes handicapées dans l’emploi doit être au cœur des préoccupations des politiques publiques, sachant que plus de 8% des demandeurs d’emploi sont aujourd’hui en situation de handicap.

Par Sylvie Scala Site d’Handicap.fr

Retour sommaire

3-B) MÉDIAS/ACCESSIBILITÉ – BILAN DU CSA

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel publie un bilan du respect par les chaines concernées par l’obligation d’accessibilité de leurs programmes aux téléspectateurs déficients sensoriels. Ce contrôle d’effectivité repose sur plus de 16.000 témoignages de téléspectateurs au sujet de la qualité du sous-titrage, l’examen qualitatif d’un échantillon d’une cinquantaine de programmes de la Télévision Numérique Terrestre sous-titrés, avec Langue des Signes Française ou audiodécrits ainsi que la disponibilité de ces adaptations chez les fournisseurs d’accès Bouygues, Free, Orange et SFR. L’enquête constate "la bonne qualité du sous-titrage des programmes diffusés en différé et les difficultés persistantes concernant le sous-titrage en direct [et] une qualité peu satisfaisante et un volume encore trop faible de programmes interprétés en Langue des Signes Française", relève "des efforts qui restent à fournir s’agissant de l’audiodescription [et] la très faible proportion de programmes consacrés à l’actualité électorale rendus accessibles (sous-titres et LSF)" ainsi que "la reprise relativement bonne des flux de sous-titrage et de LSF, contrairement au flux audiodécrit, par quatre fournisseurs d’accès à internet". Le CSA avait lancé cette enquête après avoir reçu de nombreuses plaintes de téléspectateurs sourds dénonçant l’absence totale de sous-titrage et LSF lors des directs relatant les événements terroristes du 13 novembre 2015, laissant malentendants et sourds dans l’ignorance de la conduite à tenir.

Yanous-Actu n° 487

Retour sommaire

4)- ACTUALITÉS FRANÇAISE DU HANDICAP

4-A) CARTE MOBILITÉ INCLUSION/DÉCRET

Décret n° 2017-488 du 6 avril 2017 relatif aux modalités de délivrance de la carte mobilité inclusion

Public concerné : demandeurs de la carte mobilité inclusion.

Objet : modalités de délivrance de la carte mobilité inclusion.

Entrée en vigueur : le texte s’applique aux demandes présentées le lendemain de sa publication. Notice : depuis le 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion, qui se substitue aux cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement, est délivrée par le président du conseil départemental. Afin de maintenir le même régime de délivrance que celui antérieurement applicable aux cartes d’invalidité et de priorité, le présent décret a pour objet de prévoir que le silence opposé à une demande vaut décision de rejet à l’issue d’un délai de quatre mois.

Références : le décret du 10 novembre 2015 modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction résultant de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).

Retour sommaire

4-B) PROJET DE RECHERCHE : LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU CHEZ LES PERSONNES AVEUGLES

Projet de recherche à l’institut du Cerveau et de la Moelle épinière. Une information de Sami Abboud et Laurent Cohen :

« Nous menons actuellement une étude qui vise à mieux connaître le fonctionnement du cerveau chez les personnes aveugles, au cours de la perception de l’environnement et des interactions avec cet environnement. Le but à long terme de l’étude est de contribuer à l’amélioration des techniques de réhabilitation pour les patients souffrant de déficience visuelle. Pour ce faire, nous utilisons l’imagerie par magnétoencéphalographie (MEG) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) qui sont des techniques non-invasives et qui ne présentent aucun risque pour votre santé. Elles nous permettent de savoir quelles régions de votre cerveau sont activées lorsque vous faites une tâche. L’expérience se déroule en une session d’environ 5 heures, à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) au sein de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. La participation à l’expérience est rémunérée (100 euros par expérience), et le coût du trajet en taxi pris en charge. Nous cherchons des personnes aveugles de naissance et dont la langue maternelle est le français pour participer à cette étude. »

Si vous êtes intéressés, merci de contacter :

Par mail : experience.icm@gmail.com ou par téléphone 06 13 01 77 44. Équipe : Évaluation physiologique chez les sujets sains et atteints de troubles cognitifs.

Chef d’équipe : Laurent Cohen, Lionel Naccache et Paolo Bartolomeo http://icm-institute.org/fr/team/eq...

Retour sommaire

4-C) ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES : UN SITE ACCESSIBLE AVEC LES PROFESSIONS DE FOI EN ÉCRIT OU EN AUDIO

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, voici un site accessible avec les professions de foi normalement accessibles. Plus que deux fichiers à lire au lieu de onze !

http://www.cnccep.fr/les-candidats/

Retour sommaire

4-D) DROIT ET HANDICAP : UN SITE OFFICIEL POUR LES AIDES

Mes-aides.gouv est le nouveau site lancé par le gouvernement pour informer les usagers en matière de droit et handicap. « Évaluez vos droits à 25 aides sociales en moins de 7 minutes » : C’est ce que propose le nouveau site web interactif droit et handicap « mes-aides.gouv.fr » lancé tout récemment par le gouvernement pour aider les citoyens à s’informer sur leurs droits. Tout en proposant à chaque utilisateur un bilan rapide de sa situation à travers un questionnaire, ce site donne également un grand nombre d’informations sur les différentes aides existantes aux niveaux national et local : allocations familiales, complément familial, allocation de soutien familial, prestation d’accueil du jeune enfant – allocation de base, revenu de solidarité active, aides au logement, prime d’activité, allocation aux adultes handicapés, aide au paiement d’une complémentaire santé, allocation supplémentaire d’invalidité, couverture maladie universelle complémentaire, bourse de collège, bourse de lycée, allocation de solidarité spécifique, allocation de solidarité aux personnes âgées, Paris logement famille… Découvrez les différentes aides existantes en matière de droit et handicap sur le site : https://mes-aides.gouv.fr/ Lu sur le site Handirect

Retour sommaire

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) LE PARLEMENT EUROPÉEN S’OPPOSE AUX ÉTATS MEMBRES DE L’UE SUR LA LÉGISLATION DU TRAITÉ DE MARRAKECH

Le 22 mars, la Commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté un rapport ferme sur la mise en œuvre par l’UE du Traité de Marrakech sur le droit à la lecture. Une grande majorité des parlementaires européens a approuvé la position de l’UEA qui exclut de la législation européenne à la fois les compensations pour les détenteurs des droits et la disponibilité commerciale, et ce pour garantir de façon efficace et durable un large accès au matériel de lecture pour les personnes déficientes visuelles en Europe et à travers le monde. Il s’agit d’une première étape importante vers la ratification et l’application réussies du Traité de Marrakech dans l’UE. Des négociations difficiles appelées « trilogue » s’amorcent maintenant entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne pour fixer le texte définitif de la directive et le règlement de la mise en œuvre du Traité de Marrakech dans l’UE. Malheureusement, la plupart des États membres de l’UE au Conseil se sont opposés aussi bien à la proposition positive initiale de la Commission européenne qu’à la version légèrement modifiée du Parlement européen qui accepte la plupart des éléments de la proposition de la Commission. Plus important encore, le Conseil veut supprimer de la législation le considérant 11 qui interdit la possibilité d’indemniser les détenteurs des droits et la disponibilité commerciale dans les lois des États membres de l’UE, un point qui peut engager le succès ou l’échec des négociations. Nous travaillons d’arrache-pied depuis plusieurs années pour faire du Traité de Marrakech un instrument international qui contribue à mettre fin à la « pénurie de livres » touchant des millions de personnes aveugles et déficientes visuelles en Europe et dans le monde. Mais le Traité de Marrakech ne sera un outil valable que si nous adoptons une législation européenne efficace et conviviale dans sa ratification et sa mise en œuvre. Cela ne sera possible que si nous parvenons à convaincre les gouvernements européens de soutenir clairement les droits humains des personnes handicapées visuelles plutôt que certains intérêts économiques étroits. Il est maintenant temps de faire comprendre à nos gouvernements nationaux que le droit à la lecture passe avant tout. Par David Hammerstein, avocat européen pour l’Union Mondiale des Aveugles. Le 22 mars, la Commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté un rapport ferme sur la mise en œuvre par l’UE du Traité de Marrakech sur le droit à la lecture. Une grande majorité des parlementaires européens a approuvé la position de l’UEA qui exclut de la législation européenne à la fois les compensations pour les détenteurs des droits et la disponibilité commerciale, et ce pour garantir de façon efficace et durable un large accès au matériel de lecture pour les personnes déficientes visuelles en Europe et à travers le monde. Il s’agit d’une première étape importante vers la ratification et l’application réussies du Traité de Marrakech dans l’UE. Des négociations difficiles appelées « trilogue » s’amorcent maintenant entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne pour fixer le texte définitif de la directive et le règlement de la mise en œuvre du Traité de Marrakech dans l’UE. Malheureusement, la plupart des États membres de l’UE au Conseil se sont opposés aussi bien à la proposition positive initiale de la Commission européenne qu’à la version légèrement modifiée du Parlement européen qui accepte la plupart des éléments de la proposition de la Commission. Plus important encore, le Conseil veut supprimer de la législation le considérant 11 qui interdit la possibilité d’indemniser les détenteurs des droits et la disponibilité commerciale dans les lois des États membres de l’UE, un point qui peut engager le succès ou l’échec des négociations. Nous travaillons d’arrache-pied depuis plusieurs années pour faire du Traité de Marrakech un instrument international qui contribue à mettre fin à la « pénurie de livres » touchant des millions de personnes aveugles et déficientes visuelles en Europe et dans le monde. Mais le Traité de Marrakech ne sera un outil valable que si nous adoptons une législation européenne efficace et conviviale dans sa ratification et sa mise en œuvre. Cela ne sera possible que si nous parvenons à convaincre les gouvernements européens de soutenir clairement les droits humains des personnes handicapées visuelles plutôt que certains intérêts économiques étroits. Il est maintenant temps de faire comprendre à nos gouvernements nationaux que le droit à la lecture passe avant tout. Par David Hammerstein, avocat européen pour l’Union Mondiale des Aveugles. EBU Newsletter (Union Européenne des Aveugles) - n° 113 mars avril 2017 Retour sommaire

5-B) CÉCITÉ/LOISIRS - CONCOURS ONKYO BRAILLE

Cette année encore, la compagnie audiovisuelle japonaise Onkyo organise un concours mondial de valorisation de l’écriture braille pour en montrer l’intérêt et l’actualité alors qu’elle est de plus en plus menacée par l’écriture informatique et la lecture sonore. Les auteurs aveugles non professionnels sont conviés à participer, les lauréats étant primés (jusqu’à 2.000$ pour le vainqueur, cf. le palmarès 2016). Pour la France, la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) est chargée de recueillir d’ici le 19 mai prochain les essais des concurrents, au format numérique rédigés en anglais ou dans votre langue maternelle, d’un maximum de 1.000 mots. Renseignements et envoi des textes par mél.

Yanous-Actu n° 486

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

5-C) JOURNÉE MONDIALE DU LIVRE ET DU DROIT D’AUTEUR 2017

Communiqué de presse de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles)

Toronto, Canada, le 23 avril 2017 : L’année passée a été le témoin de l’un des événements les plus importants et significatifs pour les personnes aveugles et les personnes ayant un handicap à la lecture des caractères imprimés. Le Traité de Marrakech visant à faciliter l’accès aux œuvres publiées pour les personnes aveugles, handicapées visuelles ou souffrant d’un handicap à la lecture des caractères imprimés, également connu sous le nom de Traité de Marrakech, est entré en vigueur le 20 septembre 2016 et fait désormais partie du droit international.

Le Traité de Marrakech est important pour les personnes aveugles et malvoyantes car il constitue un outil permettant de lutter contre la soif de livres dans le monde. Moins de 10 % des ouvrages publiés dans les pays développés sont proposés sous des formats accessibles, comme le Braille, les gros caractères, le format DAISY ou audio. Ce chiffre baisse à moins de 1 % dans les pays en développement.

Cette année, la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur veut mettre en lumière l’accès aux livres, à l’information et à la littérature dans les pays en développement puisque l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) a choisi Conakry, la capital guinéenne, comme Capitale mondiale du livre 2017. Les chiffres le prouvent : les personnes aveugles et malvoyantes dans les pays en développement, en particulier en Afrique, sont les plus touchées par la soif de livres.

« L’un des plus grands succès pour les personnes aveugles et ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés, en particulier celles qui vivent dans les pays en développement, est le Traité de Marrakech. Lorsque les pays ratifient le traité, des millions de livres qui étaient auparavant hors de la portée de millions de personnes leur deviennent disponibles », déclare Maryanne Diamond, ancienne Présidente de l’UMA et Présidente de notre campagne Le droit à la lecture.

Le Traité accroît l’accès aux ouvrages publiés de deux façons importantes. D’abord, il permet aux « établissements autorisés », comme les organisations et bibliothèques de personnes aveugles de reproduire plus facilement les ouvrages sous des formats accessibles pour leur diffusion sans aucune fin de lucre. Ensuite, le Traité permet aux établissements autorisés de partager les livres accessibles et autres supports imprimés de façon transfrontalière avec d’autres de leurs homologues. Le partage transfrontalier est également essentiel pour lutter contre la soif de livres car il permet aux pays possédant de grandes collections de livres accessibles de les partager avec les aveugles et les personnes ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés dans les pays dotés de moins de ressources. Le partage transfrontalier aidera aussi à éviter les doublons inutiles au niveau des efforts de reproduction dans différents pays. Nous appelions, pour la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur 2016, à travailler pour l’entrée en vigueur du Traité de Marrakech, que nous avons finalement obtenue ; mais notre travail n’en est pas pour autant terminé. Nous nous axons maintenant sur le plaidoyer pour une mise en place du Traité effective et dans des délais raisonnables, sans oublier le plaidoyer pour tous les pays qui ratifient le Traité.

Le Traité de Marrakech comprend des dispositions qui restent ouvertes à l’interprétation, ce qui veut dire que sa mise en œuvre peut prendre différentes formes. Pour aider les pays dans leur mise en œuvre, tâche aussi significative que complexe, l’UMA a développé un Guide du Traité de Marrakech qui aidera les décideurs politiques et les fonctionnaires chargés du droit d’auteur à mettre en place une législation s’inscrivant dans la lignée de l’objectif du Traité de Marrakech : améliorer les droits de l’homme des personnes ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés en les aidant à créer, à lire et à partager ouvrages et autres produits culturels sous des formats accessibles.

L’UMA appelle les gouvernements du monde entier à cesser de nier à leurs ressortissants aveugles et ayant des difficultés à la lecture des caractères imprimés leur droit à la lecture en ratifiant le Traité de Marrakech de toute urgence, et à faire usage de son Guide du Traité de Marrakech lors qu’ils travaillent à la mise en place du Traité. Vous pouvez acquérir notre Guide, publié par Oxford University Press (OUP), sur le site web de l’OUP. Et pour en savoir plus concernant notre campagne Le droit à la lecture, visitez notre site web.

Retour sommaire

8) EMPLOI

8-A) OFFRE DE POSTE // RANDSTAD : CONSULTANT/E SÉNIOR

Descriptif de fonction et contraintes : Raison d’être Développe et fidélise un portefeuille clients et prospects en proposant et en assurant toutes les prestations élaborées par l’entreprise. Fait valoir son expérience auprès des consultants(es) plus novices dans leur fonction. Missions principales La gestion commerciale et le développement des comptes clients et prospects ► Vous mettez en œuvre des actions commerciales

► Vous élaborez des opérations marketing et commerciales sur les fichiers prospects et clients ► Vous réalisez des visites prospects et clients et mettez à jour des informations commerciales ► Vous réalisez des études de postes et des conditions de travail ► Vous développez la communication en matière de prévention et de sécurité ► Vous vérifiez la solvabilité des prospects et clients ► Vous effectuez une saisie exacte des contrats et des paies et relances clients Le recrutement, la fidélisation et le développement du personnel intérimaire : ► Vous réalisez une recherche proactive de nouvelles sources de recrutement et actions de pré recrutement (ANPE, organismes de formation, écoles, placement proactif...) ► Vous sélectionnez et recrutez des candidats(es) (entretiens, tests, contrôles de références...) ► Vous trouvez des réponses adaptées aux besoins clients en termes de qualifications, compétences… La fidélisation et le développement du personnel intérimaire : ► Vous animez l’équipe « intérimaires »– mise en œuvre locale des opérations de marketing et des outils ► Vous proposez et mettez en place des formations adaptées aux besoins des clients et au développement des compétences des intérimaires ► Vous suivez les dossiers de formation ► Vous renforcez la sensibilisation et la sécurité ► Vous respectez la législation concernant les visites médicales L’accompagnement des consultants : ► Vous assurez un soutien opérationnel et fonctionnel aux nouveaux entrants en phase d’intégration La transmission des informations : ► Vous transmettez les informations nécessaires aux membres de l’équipe en l’absence du N+1 Profil Niveau de formation : Bac + 2 à 5 ou équivalent Expérience professionnelle : expérience en agence et/ou dans la vente de services, dans le recrutement.

Compétences Compétences Comportementales Mise en œuvre des processus commerciaux Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à intégrer et à utiliser à bon escient les processus élaborés par l’entreprise. ► Pour ce faire, cette fonction demande la maitrise et l’utilisation des procédures et processus internes, la mise en œuvre adéquate des processus commerciaux sur son périmètre d’action de façon à contribuer au développement du CA de l’agence et de sa part de marché.

Orientation client Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à améliorer sans cesse la satisfaction des clients, à aller au-delà de la demande initiale. ► Pour ce faire, cette fonction demande d’être en mesure de bien connaître ses interlocuteurs(rices) (intérimaire, candidats(es), entreprise), de maitriser parfaitement ses bases de données de façon à se montrer réactif et proactif dans l’exercice de ses fonctions pour satisfaire le client et se démarquer très concrètement de la concurrence. Des visites régulières chez les clients doivent permettre d’assurer le suivi et la qualité des prestations. Du sourcing auprès des institutionnels, des écoles, des organismes de formation doit être développer pour se faire connaître et reconnaître comme étant un acteur sur le marché de l’emploi. Des opérations de marketing et une collaboration à de nouveaux outils peuvent être nécessaires dans le souci d’améliorer les prestations des clients. Impact/Capacité à convaincre Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à convaincre ses interlocuteurs(rices) avec aisance, fluidité de façon à conforter et renforcer son impact. ► Pour ce faire, cette fonction demande d’être en mesure de convaincre ses interlocuteurs(rices) en utilisant l’empathie de façon à parler le même langage pour accroitre son impact tout en respectant l’image, les concepts et les valeurs de son entreprise ; le taux de recrutement dans cette fonction est proportionnel à l’impact développé auprès des clients. Adaptabilité Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à s’adapter et à accepter le changement en faisant face aux imprévus, aux sollicitations multiples et simultanées, aux situations stressantes. ► Pour ce faire, cette fonction demande de faire preuve de flexibilité et d’adaptabilité aux différents interlocuteurs(rices) et demandes exprimées tout en gérant ses priorités et en maintenant son professionnalisme, une bonne gestion du stress et une remise en question des certitudes et habitudes peuvent s’avérer nécessaires. Sens du résultat Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à améliorer sans cesse sa performance (offre supérieure, vente croisée, meilleures conditions de vente ou de volume, sollicitation d’experts…). ► Pour ce faire, cette fonction demande des aptitudes à surmonter les difficultés, à dépasser ses objectifs, à améliorer ses performances en se montrant à l’écoute de ses interlocuteurs(rices) de façon à améliorer leur satisfaction en étant force de proposition pour vendre les compétences de son vivier tout en évaluant les enjeux et en se fixant des objectifs ambitieux mais réalistes ; l’élargissement de son périmètre d’action doit se réaliser auprès des Institutionnels, des Ecoles, des Pôles Emplois. Un accompagnement des consultants(es) novices dans le métier doit leur apporter un apport concret de conseils et connaissances pour favoriser leurs résultats. Travail en équipe Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à jouer un rôle efficace au sein d’une équipe. ► Pour ce faire, cette fonction demande une attitude positive à l’égard des autres, un partage, un échange des informations utiles, une collaboration de chaque instant sont nécessaires pour maintenir un climat de travail constructif et efficace. Cette fonction demande un sens du travail en équipe développé dans la mesure où l’accompagnement des nouveaux entrants revient à cette fonction ainsi que la responsabilité de l’équipe en l’absence de la hiérarchie. Planification et organisation Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à s’organiser et à planifier ses actions en tenant compte d’un environnement complexe, en mouvement continuel. ► Pour ce faire, cette fonction suppose l’utilisation des outils de l’entreprise, le respect des échéances, des procédures dans la réalisation des activités ; la gestion des priorités est nécessaire pour conserver une vision structurée et globale de son activité. La planification des activités de cette fonction doit tenir compte également du temps imparti à l’accompagnement des consultants(es) en développement. Motivation commerciale Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à imprégner sa dynamique commerciale des valeurs et fondamentaux de l’entreprise. ► Pour ce faire, les risques sont calculés de façon à préserver la qualité des prestations, l’image et l’équité de l’entreprise. L’augmentation des parts de marché des clients acquis est une priorité qui s’accompagne de l’exploitation judicieuse des opportunités du marché. Promotion des valeurs clés et du Label Diversité Cette compétence met l’accent sur la capacité du (de la) collaborateur(rice) à promouvoir les valeurs du groupe en interne comme en externe. ► Pour ce faire, cette fonction demande un comportement au quotidien qui reflète fidèlement la notoriété et l’ambition de la marque. Toute déviance en interne comme en externe est inacceptable Competences Techniques ► Techniques de vente et de négociation ► Législation du TT ► Lois de paie ► Techniques des entretiens de recrutement ► Analyse et exploitation des tableaux de bords : gestion administrative des candidats, statistiques d’embauche, de missions, de turn-over… ► Respect des processus qualité, diversité… Contraintes de travail Sollicitations Physiques Contraintes posturales : ► Maintien de la position assise pendant plusieurs heures en agence qui sollicite le rachis et restreint le mouvement des jambes ► Sollicitations répétées des mains et des bras sur les périphériques (clavier, souris…) générant une activité continue des poignets, coudes et épaules ► Position penchée de la tête pour maintenir le téléphone contre l’épaule lors de la prise de note qui mobilise les muscles cervicaux ► Marche à pied, plus particulièrement pour les consultants « piétons », d’autant plus contraignante qu’elle peut être associée à du port de charge (book commercial, arriérés de contrats…). Sollicitations Sensorielles Sollicitations visuelles ► Travail prolongé sur écran nécessitant la lecture de tableaux (Excel, logiciels de gestion internes) et la lecture de documents hypertextes (Internet). ► Conduite automobile. La vue est davantage mobilisée en cas de conduite nocturne ou à l’occasion d’intempéries. Sollicitations auditives ► Bruits ambiants liés aux lieux de travail « ouverts » ; une personne ayant un appareillage auditif pourrait être gênée par l’amplification des sons de l’agence ou du véhicule CAPACITES COGNITIVES ET RELATIONNELLES Diversité des missions et activités ► Les missions peuvent s’effectuer de façon concomitante au sein d’une même journée (ex : gestion du personnel / accueil des intérimaires). ► Le secteur d’activité de l’agence a un impact sur la variété des tâches à réaliser Complexité des tâches ► L’activité de consultant senior requiert de recouper plusieurs informations, en particulier d’ajuster l’offre de candidatures aux besoins des entreprises. Elle requiert des capacités d’analyse et de synthèse. Interruption des tâches et gestion des aléas ► Les consultants sont régulièrement interrompus dans leur activité : sollicitation client, nécessité de répondre au téléphone ou aux mails… Ils doivent être en mesure d’ajuster l’activité aux imprévus ou aux urgences Sollicitation de la mémoire ► La mémoire à long terme est mobilisée pour connaître les procédures et les valeurs du Groupe ► Les mémoires à moyen et court terme permettent de réguler les aléas de l’activité Contact quotidien avec le public (intérimaires ou entreprises) : ► Risque d’incivilité et d’agression, ► Capacité à gérer ses émotions face à tous les interlocuteurs quel que soit le mode et le moyen de communication (direct ou indirect, téléphone, mail, entretien physique…). Les sollicitations mentionnées ci-dessus sont susceptibles d’occasionner un état de stress chez les consultants. PLANIFICATION DE L’ACTIVITE Prévision au mois et à l’année ► Planning à 4 semaines établi pour l’équipe affectée à l’agence prédéterminant les activités quotidiennes et horaires de réalisation, ► Intensité de l’activité cyclique selon l’activité et la période de l’année. Amplitude horaire ► Les horaires d’ouverture sont gérés par les agences ► Ils couvrent une amplitude de 7h à 18h SOLLICITATIONS LIEES A L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ► Risques liés à la conduite de véhicules automobiles (exposition aux vibrations, accidents de la route…). ► Risques liés aux déplacements piétonniers (accidents de circulation...) Rattachement hiérarchique/évolution possible – passerelles N+1 : RESPONSABLE D’AGENCE ou DIRECTEUR(RICE) D’AGENCES Évolution RANDSTAD : poste de Responsable d’Agence Passerelles : en cours de finalisation

Retour sommaire

8-B) RECRUTEMENT À LA CNSA

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie recrute : Un(e) charge€ de mission en charge du pilotage administratifs et financier de la section iv h/f

I. Activités de la direction de la compensation La direction de la compensation de la perte d’autonomie est chargée de l’ensemble des aides et prestations individuelles pour l’autonomie. Dans le cadre des conventions pluriannuelles signées avec chaque président de conseil général fixant les engagements réciproques dans le champ de l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées portant notamment sur les objectifs de qualité pour la maison départementale des personnes handicapées et sur les actions de prévention : 1/ elle assure un appui à l’ingénierie et au développement d’outils permettant la mise en œuvre d’une politique de compensation individuelle de la perte d’autonomie de qualité et équitable : recherche d’efficience des dispositifs d’évaluation des besoins, identification des facteurs d’évolution des plans d’aide APA ou de compensation PCH, renforcement de la connaissance des publics concernés, adéquation des réponses proposées ; 2/ elle anime le réseau des maisons départementales des personnes handicapées, celui des services des départements chargés de l’APA et les conférences des financeurs ; à ce titre :
- elle concourt à l’harmonisation de leurs pratiques en favorisant les échanges d’expériences et d’informations entre les maisons départementales, les services des départements chargés de l’APA et les conférences des financeurs en vue de favoriser l’élaboration et la mutualisation d’outils et de bonnes pratiques et la mise en commun de moyens ;
- elle veille à la mise en place d’indicateurs contractuels de mesure de l’activité, des moyens déployés, du niveau des prestations et de la qualité du service rendu aux usagers
- elle accompagne les MDPH pour le développement de leur système d’information et de tous projets de simplification ou de dématérialisation des procédures ; elle est chargée d’assurer la maîtrise d’ouvrage du système d’information commun aux MDPH
- elle assure la diffusion d’informations sur l’activité des MDPH et des conférences des financeurs. Elle propose des référentiels nationaux d’évaluation des déficiences et de la perte d’autonomie et effectue les expertises techniques nécessaires. Elle contribue au développement de la connaissance des aides techniques destinées à compenser la perte d’autonomie et en faciliter l’accès. A ce titre :
- elle contribue au renforcement de la structuration du marché des aides techniques et de la transparence de la formation des prix ;
- elle contribue à l’information et au conseil sur les aides techniques pour en favoriser l’accès à tous ;
- elle accompagne le développement des technologies au service de l’autonomie. Elle assure le pilotage et le suivi du projet MAIA, les travaux de développement de leur système d’information ainsi que ceux concernant l’outil d’évaluation multidimensionnelle.

II. Liaisons hiérarchiques et fonctionnelles Le/la chargé(e) de mission est placé(e) sous la responsabilité du/de la chef(fe) du pôle « Partenariat Institutionnel ». En interne, il/elle travaille en étroite collaboration avec les chargés de mission métiers, le chargé d’appui administratif et financier les autres directions de la CNSA en particulier Direction des ressources et direction des systèmes d’informations. En externe, il/elle est l’interlocuteur des partenaires de la CNSA sur la section IV et le fonds d’appui aux bonnes pratiques : conseils départementaux, opérateurs dans le champ de l’aide à domicile, OPCA en particulier.

III. Les missions et responsabilités En lien avec le/la chef (fe) du pôle « Partenariat Institutionnel », le/la chargé(e) de mission assure :
- Pilotage de la section IV du budget de la CNSA en lien avec la direction des ressources de la CNSA : suivi administratif et financier des conventions entre la CNSA (section IV de son budget), les Conseils départementaux, fédérations, OPCA et les associations portant sur la modernisation de l’aide à domicile et la professionnalisation, et sur l’accompagnement des aidants,
- Organisation, préparation des instances internes permettant de piloter le processus conventionnel et les subventions liées à la section IV (sécurisation du processus de conventionnement et du pilotage financier, sécurisation des tableaux de bord de suivi et déploiement du SI dédié au pilotage des subventions section IV),
- Appui juridique aux chargés de mission « métiers »,
- Pilotage et suivi des conventions CNSA-Conseils départementaux relatives aux bonnes pratiques dans le secteur de l’aide à domicile (dispositif du fonds d’appui aux bonnes pratiques article 37 LFSS pour 2017),
- Contribution à la capitalisation et à l’exploitation des conventions, documents d’évaluation, rapports d’activités transmis dans le cadre de la mise en oeuvre des conventions section IV (participation à l’évaluation et au suivi des contrats), En particulier, il/elle met en œuvre la fonction de suivi administratif et financier au pilotage de la section IV du budget de la CNSA décrite plus avant et en particulier :
- Met en œuvre une organisation sécurisée du pilotage de la section IV sur la base des outils définis avec la direction de la compensation :
- préparation, organisation des comités de pilotage section IV (instance de suivi de pilotage des conventions et subventions),
- s’assure de la qualité du reporting dans l’outil SI dédié au pilotage de la section IV (GALIS) et contribue à son appropriation par les utilisateurs en interne à la direction de la compensation, à son amélioration continue en lien avec la Direction des systèmes d’informations,
- assure le lien avec la direction des ressources de la CNSA pour sécuriser le pilotage financier des crédits section IV,
- Assure un appui juridique auprès des chargés de mission « métiers » modernisation de l’aide à domicile, et politique d’aide aux aidants,
- Participe à l’animation des réseaux (conseils départementaux, partenaires section IV, acteurs de l’aide à domicile) assurée par le pôle partenariat institutionnel. Elle contribue au pilotage dans le domaine du handicap et de la perte d’autonomie : enjeux, environnement, acteurs et jeux de pouvoir entre les acteurs y compris politiques Elle travaille en lien étroit avec le/la chargé(e) en charge de la modernisation de l’aide à domicile Dans le cadre de l’exercice de ses missions, des déplacements sont à prévoir au sein des régions.

IV. Compétences, connaissances et qualités requises Les compétences transverses à l’emploi-type de chargé de mission sont :
- travailler ensemble ;
- être fiable ;
- analyser / diagnostiquer ;
- évaluer les situations ;
- capitaliser et partager son savoir-faire ;
- proposer des actions de progrès. Les compétences spécifiques au poste de chargé de mission en charge de l’appui technique aux acteurs locaux sont :
- maîtrise des outils bureautiques : messagerie, Word, Power point, Excel ;
- conduire un projet : planifier et coordonner les ressources et moyens (humains, matériels et budgétaires), pour atteindre les objectifs dans le souci permanent de l’optimisation de l’opération Savoir construire des échanges en confiance avec les partenaires locaux
- Savoir organiser et animer des réunions ;
- Savoir gérer et piloter des subventions ; Les connaissances attendues sont :
- connaissance des règles budgétaires et des indicateurs de gestion (activité, moyens résultats) et de leur analyse ;
- connaissance dans le domaine du handicap et de la perte d’autonomie : enjeux, environnement, acteurs et jeux de pouvoir entre les acteurs y compris politiques ;
- connaissance des règles de la commande publique. V. Profil Titulaire Bac+5 (de préférence en gestion, économie ou diplôme d’institut d’études politiques). Une expérience professionnelle significative en lien avec le poste Une connaissance des collectivités territoriales et de la politique de soutien à domicile est souhaitée. Une expérience en matière de pilotage de projet Engagée en faveur de l’égalité des chances, la CNSA vous informe que ce poste est ouvert aux candidats en situation de handicap.

Poste à pourvoir en CDI convention collective UCANSS niveau 6 ou plus selon profil et expérience ou fonctionnaire en détachement de catégorie A de l’État ou de la fonction publique territoriale.

VI. Modalités de candidature Dossier de candidature (Lettre de motivation + CV) à adresser à la direction des affaires générales et financières, sous la référence ACVD/CDI/COMP/042017 par mail à l’adresse suivante : Candidature.CNSA@cnsa.fr avant le 11 mai 2017.

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie est un établissement public administratif, créé par la loi du 30 juin 2004, chargé de :
- financer les aides en faveur des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées ;
- garantir l’égalité de traitement des personnes sur tout le territoire et pour l’ensemble des handicaps ;
- assurer une mission d’expertise, d’information et d’animation pour suivre la qualité du service rendu aux personnes.

Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) 11ÈME FORUM EUROPÉEN DE L’ACCESSIBILITÉ NUMÉRIQUE - PARIS, 19 JUIN 2017

Le 11e Forum Européen de l’Accessibilité Numérique aura lieu le lundi 19 juin à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à Paris, sur le thème : « Le numérique au service d’une culture plus accessible ».

Les inscriptions se font en ligne : http://eaf2017.braillenet.org/fr

Voici d’ores et déjà un aperçu du programme du forum. Sont attendus, cette année encore, des intervenants internationaux, ainsi que des entreprises innovantes qui animeront des ateliers et des stands pour vous présenter des solutions numériques accessibles concrètes dans le champ de la culture.

Pré-programme :

* 09h00 - 09h30 : Session d’ouverture

* 09h30 - 10h00 : Table ronde « Expérience et attentes des utilisateurs en situation de handicap »

* 10h00 - 11h00 : Des approches globales pour des services culturels inclusifs L’accessibilité numérique à la BBC, une vision globale ; Gareth FORD-WILLIAMS (BBC) Produire et diffuser des livres numériques accessibles : le modèle suédois ; Jesper KLEIN (MTM/Consortium DAISY)

* 11h30 - 12h30 : Le numérique, un levier pour promouvoir l’accès et la participation de tous à la vie culturelle Lever les barrières physiques et sociales pour encourager la création musicale ; Gawain HEWITT (Drake Music) Valoriser le handicap comme moteur de créativité ; David LEMOINE (BrutPop), Antoine CAPET (BrutPop) Les prix Jodi : promouvoir un accès à tous aux collections culturelles ; Ross PARRY (Jodi Mattes Trust / University of Leicester)

* 12h30 - 14h30 : PAUSE DEJEUNER / ATELIERS (Twavox, Livdeo, Microsoft)

* 14h30 - 15h30 : Faire voir : du visuel au texte Du texte à l’art : intégrer l’accessibilité aux archives numériques JSTOR et ARTSTOR ; Lauren TRIMBLE (ITHAKA) Se servir du numérique pour faire découvrir et vivre l’art et le patrimoine ; Matthew COCK (Vocal Eyes)

* 15h45 - 16h45 : Créer des services spécifiques, une opportunité pour accroître son public ? Rendre les médias accessibles – les stratégies de France Télévisions ; Matthieu PARMENTIER (France Télévisions) Handicap et culture : concevoir autrement pour tous ; Simon HOURIEZ (Signes de Sens) Accessibilité et numérique au Centre des monuments nationaux ; Alexandra DROMARD (Centre des Monuments nationaux)

* 16h45 - 17h15 : Table ronde « Complémentarité entre les approches compensatrice et inclusive de l’accessibilité »

* 17h15 - 17h45 : Conclusions

Les conférences seront traduites en anglais et en français, et une transcription par vélotypie (sous-titrage) ainsi que l’interprétation en langue des signes seront proposées.

Pensez à vous inscrire rapidement pour nous permette d’organiser au mieux l’événement : http://eaf2017.braillenet.org/fr

BrailleNet est un organisme de formation (agréé sous le numéro 11753341875) : l’inscription au forum peut ainsi être prise en charge par les structures de financement de la formation professionnelles continue (OPCA FONGECIF, AGEFOS, etc.).

Tél : 01 85 09 06 48 Site Web : http://eaf2017.braillenet.org Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/AssoBrailleNet - #EAF2017

Une information de Braillenet

Retour sommaire

12-B) LES ACTUALITÉS SOUFFLEURS D’IMAGES

La nouveauté de ce mois d’Avril est l’arrivée dans l’équipe Souffleurs d’Images de spécialistes de la danse ! Si vous rêvez d’assister à un spectacle de danse contemporaine ou classique ? Vous pouvez dorénavant faire appel à Anne, Annabelle, Caroline, Claude, Haylee ou Magali !

Pour vous donner quelques envies : La Maison des Métallos (11ème) présente, un plateau partagé de danse pour petits et grands : « Les silences obligés » & « Entre d’eux (ou l’invisible) », du 23 au 27 mai 2017.

Entre d’eux (ou l’invisible) met en scène Alice Valentin, danseuse classique et Olivier Lefrancois danseur et chorégraphe de hip-hop. Ensemble, sur une composition musicale pour quatuor à cordes de Maurice Ravel, ils tentent de montrer l’invisible qui se tisse entre deux êtres. Une rencontre au sommet de deux danseurs, de deux corps, de deux esthétiques différentes : être à la recherche de l’autre sans annuler les différences, être ensemble dans l’altérité. Plus d’informations sur le spectacle en suivant ce lien : http://www.maisondesmetallos.paris/...

La Villette (19ème) propose Icon du chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui, du 31 mai au 3 juin 2017. Icon s’interroge sur la force des symboles qui gouvernent notre présent « Symboles que l’être humain est capable de créer, détruire et faire renaître ». Icon est une nouvelle étape dans une série d’explorations autour des religions et de la société – et leur interaction qui questionne nos croyances – profanes ou sacrées. Plus d’informations sur le spectacle en suivant ce lien : https://lavillette.com/evenement/si...

« Un théâtre, un musée, deux partenaires ! » Dans cette rubrique, nous vous proposons une présentation d’un théâtre et d’un musée partenaire du service Souffleurs d’Images. Qui dit partenaire, dit que vous n’avez qu’à appeler le lieu pour réserver l’événement qui vous intéresse en précisant que vous serez accompagné d’un souffleur d’images. Ensuite, vous nous prévenez de cette sortie, 15 jours à l’avance, et nous vous mettons en lien avec le souffleur d’images qui vous accompagnera le jour dit. Le Jeu de Paume (Paris 8ème) : Institution culturelle emblématique du jardin des Tuileries, centre d’art et lieu de référence pour la diffusion de l’image des XXe et XXIe siècles (photographie, cinéma, vidéo, installation, net art…), le Jeu de Paume a vocation à produire ou coproduire des expositions, mais aussi des cycles de cinéma, colloques, séminaires, activités éducatives ou encore des publications. Le Jeu de Paume a été inauguré en 1862, sous les auspices de Napoléon III, dernier lieu parisien créé pour ce sport de raquettes, ancêtre du tennis. Sa construction reprend, par souci de symétrie et de composition urbaine, les principes décoratifs du bâtiment voisin de l’Orangerie, conçu neuf ans auparavant. Actualité du Jeu de Paume : Exposition Eli Lotar jusqu’au 28 mai. Eli Lotar est un photographe et cinéaste français d’origine roumaine. Il arrive en France en 1924 et devient rapidement l’un des tous premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Proche de Germaine Krull qui lui apprend le métier, et plus tard des surréalistes, il publie dans les revues d’avant-garde, Vu, Jazz, Arts et métiers graphiques, et participe à plusieurs expositions internationales majeures, parmi lesquelles « Fotographie der Gegenwart », « Film und Foto », « Documents de la vie sociale ». Plus d’information sur le Jeu de Paume : http://www.jeudepaume.org/index.php

Le Théâtre Paris Villette (Paris 19ème) : Premier établissement culturel à s’implanter sur le site de la Villette, en 1972, (alors que les abattoirs fonctionnent encore), le Théâtre Paris-Villette – qui s’appelait à l’époque Théâtre Présent – s’installe dans l’ancien Pavillon de la Bourse. Au début de l’été 2013, la Ville de Paris a confié à Valérie Dassonville et Adrien de Van la mission de continuer à faire vivre le Théâtre Paris-Villette. Leur premier désir est que ce lieu reste le théâtre de création exigeant, attentif aux équipes et aux formes nouvelles, qui fonde son histoire ; un lieu ouvert aux compagnies où les artistes travaillent et se croisent. Il a pour objectif de fédérer les énergies artistiques comme les publics, et de s’adresser à tous : familles, adultes, enfants, adolescents.

Actualité Théâtre Paris Villette : Des Hommes en devenir, pièce de théâtre, d’Emmanuel Meirieu d’après Bruce Machart, du 23 mai au 10 juin 2017. Ils vivent parmi vous. Sans le savoir, vous les avez peut-être déjà croisés. Sur une aire d’autoroute, un parking de motel, au volant sur un périphérique la nuit. L’espace d’un instant, vos regards et vos vies se sont croisés. Vous ne vous rappelez ni de leurs voix, ni de leurs visages, mais vous les avez déjà rencontré. Ils vivent au milieu de nous. Ils s’appellent Tom, Dean, Ray, Sean, Vincent… Ils sont aide-soignant, vendeur démarcheur, coursier… Ils partagent la même douleur : être hanté par un enfant, un ami, un amour disparu. Tom ne parle plus à son fils depuis longtemps. Dean n’a plus touché une femme depuis douze ans, depuis son accident. La femme de Vincent vient de perdre leur bébé. Sean a soixante ans maintenant et recherche la fille qu’il a aimé enfant. Tous ont éprouvé la perte irrémédiable. Tous ressentent le manque comme une famine. Aujourd’hui, ils vont interrompre le mouvement continu pour regarder leur vie en face. Aujourd’hui, leurs destinées vont se croiser et leurs vies changer à jamais. Cinq témoignages qui ont la dimension de leur colère, de leur douleur et de leur courage, pour nous aider à vivre avec nos morts, nos absents, nos disparus. Cinq hommes qui n’ont pas peur de garder un peu de tendresse au fond de leurs poitrines pour venir l’exposer au grand jour. Un spectacle comme une vague de chaleur et d’humanité. Plus d’informations sur le Théâtre Paris Villette, en suivant ce lien : http://www.theatre-paris-villette.fr/

Contact utile : souffleursdimages@crth.org http://crth.org/?page=souffleurs 01 70 61 22 88

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) THE BRAILLE LEGACY : LA COMÉDIE MUSICALE FRANÇAISE SUR LOUIS BRAILLE

Des Français ont créé une comédie musicale, actuellement jouée dans les théâtres anglais, consacrée à Louis Braille. Beaucoup connaissent ce sketch de Gad Elmaleh qui se moque des comédies musicales mais il existe un spectacle qui devrait le remplir de fierté : une comédie musicale sur la vie d’un génie français, créée par des Français, et qui joue en ce moment dans les théâtres anglais. C’est assez rare pour être souligné, car la concurrence est rude à Londres. En matière de musical, Londres est aussi réputé que Broadway. Et ce show français qui traverse la Manche, c’est comme si le PSG jouait la finale de la Champion’s League à Stamford Bridge. Ce spectacle raconte la vie d’un génie français, qui est-ce ? Il s’agit de Louis Braille, l’inventeur de l’alphabet braille, ces petits points en relief que l’on peut lire du bout des doigts, dans un livre ou sur une boîte de médicament. Un alphabet génial qui a changé la vie de millions d’aveugles et de malvoyants. 200 ans avant Steve Jobs, c’est un Français qui a créé la communication tactile ! Et l’auteur est non-voyant ? Non, Sébastien est tout simplement fasciné par le combat de Louis Braille, ce petit garçon devenu aveugle par accident, qui s’est battu toute sa vie pour l’égalité des chances. C’est une histoire forte, avec un vrai message, et ça change des spectacles où on braille pour rien ! D’ailleurs, les acteurs de “The Braille Legacy” ont répété avec une jeune femme aveugle, histoire de partager le quotidien du "peuple de la nuit", comme disait Louis. Y aura-t-il des dispositifs pour le public non-voyant ? Il y aura de la description audio. Un format, qui, au passage, évite un petit inconvénient du papier auquel Braille n’avait pas pensé : son alphabet prend beaucoup de place dans un livre. La série Harry Potter tient par exemple sur 56 volumes. Par Louise Ekland Matinale d’Europe1 – 18 avril 2017

Retour sommaire

15-B) ATTRIBUTION DE LA MARQUE NATIONALE DESTINATION POUR TOUS À DEUX NOUVEAUX TERRITOIRES : AMIENS ET BALARUC-LES-BAINS

Un communiqué du Ministère du l’économie et des Finances/Direction Générale des Entreprises

Extrait du communiqué : Depuis 2014, Bordeaux était le seul territoire à bénéficier de la marque d’État Destination pour tous (DPT) dont l’objectif est de valoriser des territoires proposant une offre touristique globale accessible. Il s’agit de la mise en œuvre d’une démarche inclusive qui soit cohérente et globale pour les personnes atteinte de handicap, intégrant à la fois l’accessibilité des sites et des activités touristiques, mais aussi l’accessibilité des autres aspects de la vie quotidienne et facilitant les déplacements sur le territoire concerné. La marque est attribuée pour au moins 2 des 4 familles de handicap parmi auditif, mental, moteur et visuel. Dans le cadre de la démarche de progrès, les territoires s’engagent à élargir leur offre touristique aux autres familles de handicap et à proposer de nouvelles prestations accessibles. Le 2 mars 2017, deux nouveaux territoires se sont vu attribuer cette marque nationale : Amiens pour son offre touristique adaptée aux familles de handicap moteur et visuel et Balaruc-les-Bains pour son offre touristique adaptée aux familles de handicap auditif et mental Ces deux villes complètent le palmarès Destination Pour Tous aux côtés de Bordeaux qui l’avait obtenu en 2014 pour son offre touristique adaptée aux familles de handicap mental et moteur.

En savoir plus sur Destination pour Tous : http://www.entreprises.gouv.fr/marq... présentation-destination-pour-tous

Sous l’autorité du ministre de l’économie et des finances, la DGE élabore et met en œuvre les politiques publiques relatives à l’industrie, à l’économie numérique, au tourisme, au commerce, à l’artisanat et aux services. Ses 1 300 agents sont mobilisés aux niveaux national et régional à travers les DI(R)ECCTE [directions (régionales) des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi], pour favoriser la création, le développement, l’innovation et la compétitivité des entreprises de toutes tailles, en France et à l’international. La DGE entretient des relations étroites avec les entreprises elles-mêmes et leurs représentants : organisations et fédérations professionnelles, chambres consulaires, réseaux d’accompagnement, etc.

Retour sommaire

15-C) EDGAR MORIN-LE REGARD PHILOSOPHIQUE : PAROLES DE A À Z

Ce film de près de 4 heures est le grand témoignage incarné d’Edgar Morin. Cet entretien dirigé sous la forme d’un abécédaire, permet au philosophe de décliner et conjuguer sa pensée et de s’y révéler comme jamais. Le document audiovisuel le plus riche jamais publié sur la personnalité et sur le legs philosophique d’Edgar Morin – sans doute l’un des plus grands chroniqueurs de notre temps. Patrick Frémeaux

Sociologue, philosophe, ancien résistant, directeur de recherches au CNRS, fondateur de revues, homme engagé et chaleureux, Edgar Morin est l’un des penseurs français les plus importants de son temps. Illustre de par le monde, ses livres sont traduits dans une trentaine de langues, et il est docteur honoris causa de dizaines d’universités. Son œuvre multiple est commandée par le souci d’une connaissance ni mutilée ni cloisonnée, apte à saisir la complexité du réel et à nous préserver des savoirs illusoires – généreuse façon de nous garantir des catastrophes, en faisant tomber nos œillères. A l’origine de ce portrait fut le projet de cerner comment cette pensée si diverse et ouverte sur le monde a émergé du parcours personnel de son auteur – un parcours d’une richesse rare. Dans cette perspective nous avons proposé à Edgar Morin d’évoquer les faits, les personnes, les événements qui selon lui ont été (directement ou pas) les embrayeurs de sa pensée : quelles confrontations, prises de conscience, résonances – issues de quels conflits, de quels enthousiasmes, de quelles catastrophes – ont été les éléments déclencheurs ? Ce qui frappe après coup, dans ces entretiens filmés entre 2009 et 2011, c’est la spontanéité du narrateur – sa voix, son calme, son sourire – et cette parole envoûtante, fluide et complice, qui semble tout rendre évident et nous emporte, captivés, sur des sentiers parfois vertigineux. Alain Siciliano

Site de la Librairie Audio

Retour sommaire

15-D) LUDOCIELS POUR TOUS

Le Cicat Hacavie présente une association québécoise spécialisée dans la réalisation de jeux informatiques adaptés, et plus particulièrement sa dernière création, Avoxture, qui vise à mixer les publics voyants ou pas. Basé à Montréal, Ludociels pour tous est un organisme à but non lucratif créé en 2013. Il apporte son expertise en ergonomie de jeux vidéo au service des studios de développement de jeux vidéo en France et au Canada. De plus, une seconde mission de création de jeux vidéo à vocation sociale permet de proposer des jeux adaptés aux personnes atteintes de troubles cognitifs, visuels ou moteurs.

À ce jour, Ludociels pour tous, c’est pas moins d’une trentaine de jeux disponibles. Il propose également, en collaboration avec Julien Rombaut, président d’AGS-Médias, un catalogue de jeux accessibles. La plupart sont gratuits mais en les achetant, l’utilisateur soutient l’association afin qu’elle puisse proposer d’autres jeux accessibles. Ils sont commercialisés pour tablette Androïd et/ou PC Windows.

Récemment, cette association a sorti un nouveau jeu : Avoxture, un jeu sonore d’exploration et d’aventures sur dix niveaux. Ce jeu vidéo vous plonge dans un environnement sonore sauvage. Des oiseaux vous entourent, vos pas retentissent dans les écouteurs... Il a été confectionné par Thomas Gaudy, Game Designer spécialisé en ergonomie des jeux vidéo et docteur en informatique, et fonctionne sous PC Windows XP, 8 et 10.

L’ambiance du jeu est instaurée dès le menu principal. Pour accéder au jeu, il suffit d’appuyer sur l’une des quatre touches directionnelles. Il faut savoir que l’aspect visuel n’a pas été développé dans un but esthétique. Il a été élaboré afin de permettre une communication entre les joueurs atteints de troubles visuels et les joueurs voyants. Vous entendez une chouette au loin, vous devez la trouver pour passer au niveau suivant. Mais attention, des obstacles périlleux sont à éviter sous peine de perdre des vies... et le jeu ! Des oiseaux sont là pour vous aiguiller vers des "vies" afin de perdurer au fil des niveaux. Visuellement, des ondes représentent les sons des oiseaux, de la chouette, des obstacles, etc. Chaque onde, une fois en contact avec le personnage, le son correspondant retentit dans les écouteurs. Plus vous gagnez de niveaux, plus les obstacles seront présents pour vous empêcher de retrouver la chouette. Plus le temps passe, plus l’épuisement psychique augmentera, une musique d’ambiance vous le fera ressentir !

Vous vous déplacez à l’aide des touches fléchées du clavier ou de la croix directionnelle d’une manette. Les déplacements sont réalisés à la façon d’un curseur sur une grille : quatre touches correspondent chacune à une direction de déplacement. La touche "bas" vous fait avancer vers le sud et ainsi de suite. Les sauvegardes sont faites automatiquement, très pratiques elles suppriment toute manipulation supplémentaire. Cependant, si plusieurs personnes jouent sur un même appareil, il n’est pas possible de créer plusieurs profils de joueurs afin d’avoir chacun sa propre partie. De même, il est dommage de ne pas pouvoir avoir en information vocale le nombre de vies restantes.

Ce jeu très divertissant, qui conviendra à de nombreux utilisateurs, est disponible en téléchargement au prix de 2CA$.

Alexandre Joos, ergothérapeute, avril 2017.

Yanous-Actu n° 487

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0