Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2017 > Bulletin 06 du 30 juin 2017

Bulletin 06 du 30 juin 2017

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2017-06 – du 30 juin 2017

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

ÉDITORIAL

Gouvernement et Assemblée Nationale sont en place. De notre côté, nous sommes prêts à poursuivre le dialogue avec nos nouveaux interlocuteurs. Nous avons pris acte avec satisfaction de la volonté affichée du Président de la République de faire du handicap une priorité et notre motivation s’en trouve confortée.

Ces derniers mois se sont traduits par de l’attente pour les questions réglementaires, et les avancées de certains textes, notamment le décret d’application nous concernant dans le cadre de la Loi numérique. Bien sûr la CFPSAA a continué ses travaux comme à l’accoutumée, au cœur de ses propres commissions et dans les organismes et structures à l’intérieur desquels nous siégeons : le CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées), le Comité d’Entente (groupement d’associations pour travailler de manière transversale et renforcée), l’AGEFIPH, le FIPHFP (organismes gestionnaires) ou encore la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie), La CFPSAA venant d’ailleurs d’être élue comme membre titulaire du Conseil d’administration de cette dernière. Tout cela au plan national, sans oublier notre participation à l’échelle internationale, au sein de l’Union Européenne des Aveugles, du Consortium Daisy (pour les avancées en matière de Numérique), au CFHE (sur les questions européennes), et bien sûr à l’Union Mondiale des Aveugles. Notre participation dans toutes ces instances permet de multiplier nos revendications et de donner toute sa place au secteur de la déficience visuelle.

Par ailleurs, nous venons de procéder à l’Assemblée Générale de la CFPSAA. Nous avons eu, cette année, quelques difficultés d’agenda et face aux impondérables de certains membres du bureau, nous avons été dans l’obligation d’annuler la date du 4 mai initialement prévue et annoncée. Il nous a fallu ensuite trouver une date avant l’été et notre Assemblée Générale s’est donc déroulée le 22 juin dernier. Je crains que dans la précipitation nous ayons omis d’annoncer ce changement dans notre bulletin. J’en suis désolé, mais vous recevrez bientôt un numéro spécial consacré à cette réunion.

Cette période de l’année, associée à la canicule éprouvante que nous venons de subir, laisse bon nombre de personnes assez fatiguées, je vous souhaite donc bon courage pour toutes vos activités.

Edouard Ferrero Président de la CFPSAA

Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) HANDICAP : UNE PRIORITÉ DU QUINQUENNAT

La secrétaire d’État chargée des personnes handicapées a présenté une communication intitulée « Handicap : une priorité du quinquennat ». Le handicap est d’abord une histoire individuelle qui bouleverse le cours d’une vie, d’une fratrie, d’une famille. 12 millions de Français sur 65 millions sont touchés par le handicap. Nous devons changer le regard de la société sur le handicap, vaincre les appréhensions et lever les obstacles. Nous devons relever le défi d’une société accessible, fraternelle et solidaire, qui facilite la vie au quotidien au lieu de segmenter, et qui rend possible au lieu de contraindre. C’est cet objectif qui a guidé la décision de placer le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées auprès du Premier ministre. Cette décision est le gage de la priorité que le Gouvernement entend donner à la réponse effective aux besoins des personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap et leur l’âge, dans l’ensemble des réformes qu’il mettra en œuvre. Si le cadre législatif et réglementaire français est posé, il est complexe et génère trop de fonctionnement en silo. L’action du Gouvernement aura une boussole : partir des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches, pour bâtir des solutions collectives, et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant. Elle se construira dans la concertation avec l’ensemble des acteurs et partenaires de cette politique, en particulier les collectivités territoriales, avec pour fil rouge la simplification de l’accès aux droits et l’amélioration de la qualité de service. D’ores et déjà, le Gouvernement met tout en œuvre pour apporter des solutions garantissant une rentrée scolaire fluide pour les enfants concernés en septembre 2017. Parallèlement un chantier de rénovation de l’accompagnement sera lancé pour apporter des réponses aux ruptures de parcours : tous les enfants qui en ont besoin devront avoir accès à l’accompagnement adapté leur permettant une scolarité et un accès aux activités périscolaires ou extrascolaires comme les autres. Pour mieux accompagner les personnes avec autisme, la concertation du 4ème plan « autisme » sera lancée le mois prochain. Le Gouvernement définira rapidement les modalités de mise en œuvre de l’engagement du Président de la République de revaloriser l’allocation adulte handicapé de 100 euros par mois. L’effort qui sera fait en faveur de l’apprentissage, ainsi que celui pour la formation des demandeurs d’emploi devront pleinement bénéficier aux personnes en situation de handicap. Il s’agit de deux clés pour favoriser leur accès à l’emploi, alors que leur taux de chômage reste plus du double de celui de la population active. Cet effort devra être couplé avec une mobilisation accrue des différents acteurs des services publics de l’emploi et des employeurs. Des incitations à l’embauche des personnes handicapées, parmi lesquelles le déploiement effectif des services d’emploi accompagné, seront mises en œuvre afin de favoriser leur emploi effectif. L’embauche des personnes en situation de handicap ne doit plus être perçue comme une contrainte, mais comme une opportunité pour faire vivre la société du travail pour tous, voulue par le président de la République. En matière de transports comme en matière de logement, c’est l’amélioration de la vie quotidienne de chacun qui doit être poursuivie. Ainsi, pour renforcer la mobilité, 100 % des trajets accessibles doivent être identifiés et cartographiés. Le plan d’investissement transports pourra être mobilisé en appui de l’amélioration de l’accessibilité. De même, dans le champ du logement et de la construction, l’objectif d’accessibilité fixé par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées doit être réaffirmé. En outre, les logements adaptés doivent être systématiquement identifiés et l’accessibilité précisée pour faciliter les recherches. Le développement des habitats inclusifs doit être favorisé en levant les obstacles administratifs. Les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés, et rendre cette liste transparente pour favoriser le logement des demandeurs en situation de handicap. Le Gouvernement s’engage également pour l’accessibilité des services publics numériques pour tous. Il soutiendra également l’innovation technologique pour les personnes en situation de handicap. Enfin, pour lutter contre l’usure sociale et la détresse des familles, il faut être particulièrement attentif aux conditions de travail des accompagnants et à la qualité de vie des aidants familiaux. Le Gouvernement s’attachera à mettre en œuvre les nouveaux droits annoncés par le Président de la République. Le regard sur la personne handicapée, la reconnaissance de ses compétences, ne changera que si nous donnons toute sa place à la personne handicapée, et favorisons sa visibilité dans les médias. Les Jeux olympiques et paralympiques 2024 seront l’occasion de valoriser à leur juste niveau les compétences de nos athlètes paralympiques. La politique du handicap du Gouvernement repose sur une responsabilité collective qui nous engage tous. Nous devons entrer dans une culture de l’efficacité et du résultat. Une société qui prend en compte les besoins des plus vulnérables se grandit. Gouvernement.fr Retour sommaire

2-B) UN EXEMPLE DE DÉCISION DU DÉFENSEUR DES DROITS

Le Défenseur des droits a été saisi par une personne à mobilité réduite ayant été victime d’une chute en raison du défaut d’entretien de la voie publique où elle circulait en fauteuil roulant, le trottoir étant inaccessible du fait de véhicules mal garés. Le Défenseur des droits a fait valoir que la matérialité des faits et le lien de causalité entre l’état de la chaussée et la chute de la victime étant établis, la responsabilité de la commune pouvait être engagée pour défaut d’entretien de la voie publique. La commune mise en cause a toutefois refusé de faire droit à la demande d’indemnisation présentée par la victime. Le Défenseur des droits recommande donc de procéder à l’indemnisation du préjudice matériel subi par le réclamant. Site du Défenseur des Droits Retour sommaire

4)- ACTUALITÉS FRANÇAISE DU HANDICAP

4-A) ALLOCUTION DE DOMINIQUE GILLOT, PRÉSIDENTE DU CONSEIL NATIONAL DES PERSONNES HANDICAPÉES DEVANT L’ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE LE 19 JUIN 2017

Madame la Ministre,

C’est un grand honneur pour le CNCPH de vous recevoir dès sa première réunion plénière après votre nomination au Gouvernement. Au nom de l’ensemble des membres de notre Conseil et des personnalités que nous avons conviées à partager ce moment, je veux vous remercier vivement pour la marque de considération que nous y voyons. Il y a un peu plus d’un an, après six mois de travaux préparatoires d’une intense concentration, le 25 avril 2016, Ségolène Neuville, Secrétaire d’État aux personnes handicapées installait le nouveau CNCPH issu du décret n° 2016-196 du 25 février 2016. Un Conseil élargi à de nouvelles représentations, redynamisé dans son fonctionnement, mieux reconnu institutionnellement doté de moyens supplémentaires. Un Conseil que vous connaissez bien Madame la Ministre chère Sophie Cluzel, puisque vous étiez des nôtres jusqu’à votre nomination et que vous avez participé assidument à nos travaux. C’est aussi une fierté pour notre Conseil que vous soyez issue de nos rangs et je sais, puisque vous me l’avez dit, lors de nos premiers entretiens, que vous saurez vous appuyer sur nos travaux, comme je vous en ai fait la proposition très spontanément. Madame la Ministre, nous comptons aussi sur la contribution et le soutien de Julia… comme de tous les jeunes, jeunes adultes qui vivent avec un handicap pour qu’ils éclairent nos travaux, nos réflexions, en nous faisant part de leurs désirs, de leurs besoins, de leurs habiletés… Vous le savez, c’est une des innovations que j’ai obtenues de votre prédécesseur : l’association au sein de notre Conseil de personnes qualifiées qui complètent nos travaux institutionnels de leur expérience personnelle et illustrant parfois les analyses de nos membres plus traditionnels.

J’ai aussi obtenu que ma présidence puisse s’appuyer sur quatre vice-présidents : (Jean Pierre Villain, Diane Cabouat, Alain Rochon, Martine Vignau), qui coordonnent les travaux des sept commissions permanentes et /des groupes de réflexion. Ces commissions qui travaillent intensément, sont constituées de représentants des associations et sont les meilleurs experts de ces questions qui nous rassemblent.

Ces commissions ouvertes à des spécialistes des sujets traités travaillent assidument – les consultations par mail, les conférences à distance ne sont pas rares. Elles réunissent beaucoup de monde, peuvent impressionner les représentants institutionnels qui sont auditionnés.

L’objectif que nous nous sommes fixés depuis un an c’est bien de rapprocher les points de vue, les pratiques, les méthodes pour contribuer le plus en amont possible à la mise au point des textes qui concernent la vie des personnes en situation de handicap, pour que l’esprit du texte ne soit pas trahi, pour que le texte facilite véritablement la vie de nos ayants droits.

Cet objectif, je pense que vous le partagez – efficacité, simplicité, lisibilité, cohérence et rapidité de mise en œuvre – sont les vœux que nous formulons pour la réussite de votre ministère.

Nous vous souhaitons d’œuvrer à la construction d’une politique inclusive des personnes en situation de handicap qui irrigue toutes les politiques, qui fasse que la préoccupation de l’accessibilité de conception universelle soit totalement intégrée aux réflexions et aux actes des pouvoirs publics.

C’est une politique inclusive totalement transversale qui permettra de changer les rapports au sein de la société, de considérer les personnes avec handicap comme des personnes à part entière avec des capacités contributives profitables à tous. C’est cette préoccupation permanente que nous nous proposons de partager avec vous Madame la Ministre pour vous accompagner dans votre mission, directement rattachée au Premier ministre, symbole fort s’il en est, dans la continuité des précieuses minutes de la « carte blanche », lors du débat que le candidat Emmanuel Macron a consacré à dire sa priorité pour la politique inclusive…

Le Président a tenu sa promesse en vous nommant.

Vous saurez nous trouver à vos côtés pour soutenir, aiguiller, populariser votre action. Comptez sur nous pour être réactifs, participatifs et Co-constructeurs.

Merci du temps que vous nous consacrez ce matin.

Retour sommaire

4-B) ALLOCUTION DE SOPHIE CLUZEL, SECRÉTAIRE D’ÉTAT CHARGÉE DES PERSONNES HANDICAPÉES DEVANT L’ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DU CONSEIL NATIONAL CONSULTATIF DES PERSONNES HANDICAPÉES (CNCPH) LE 19 JUIN 2017

Extraits : « Je n’oublie pas, lors du dernier CNCPH, j’ai été assise parmi vous en tant que Présidente d’une Fédération, la FNASEPH que je salue particulièrement. Présidente d’association je ne le suis plus, maman d’une jeune fille handicapée je suis et le serai toujours. A ce titre vous pouvez tous compter sur ma détermination et celle de ma fille pour me rappeler mon objectif : Le handicap est d’abord une histoire individuelle qui bouleverse le cours d’une vie, d’une fratrie, d’une famille. 12 millions de Français sur 65 millions sont touchés par le handicap. Le handicap est une priorité du quinquennat Changer le regard La stratégie du gouvernement est très ambitieuse, comme en témoigne la communication que j’ai prononcée dans un des premiers conseils des Ministres, le 7 juin puisque le handicap constitue une priorité du quinquennat. Nous voulons changer le regard de la société sur le handicap, vaincre les appréhensions et lever les obstacles. Le regard sur la personne handicapée, d’abord : il est majeur. Car la personne handicapée ne peut pas être réduite à des déficiences à compenser. Comme tout un chacun la personne handicapée a aussi des ressources, des habiletés, souvent une extraordinaire énergie qu’il nous faut mettre en valeur. Oui, et je souhaite l’exprimer très simplement, la personne en situation de handicap est une ressource pour la société. Les médias sont un facteur puissant pour changer ce regard – j’espère, à cet égard, que les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 seront l’occasion de valoriser les compétences de nos athlètes paralympiques et amplifier l’écho de la couverture médiatique des Jeux de Rio. La visibilité des personnes handicapées dans le cinéma est aussi un facteur d’espoir, comme l’ouverture du Festival International du film sur le Handicap m’a récemment permis de le rappeler. La journée du 29 juin à France Télévisions Handicap & Médias sera aussi un beau levier de changement. L’intérêt d’une approche internationale Le croisement de notre regard avec celui d’autres pays est également important pour progresser. Le cadre international doit nous le permettre. Un premier rapport d’application de la convention internationale du droit des personnes handicapées a été remis par le gouvernement en avril 2016. La France devrait être auditionnée en 2018, voire en 2019. J’attacherai un soin particulier à préparer cette audition internationale. Car l’approche du handicap portée par d’autres pays peut nous éclairer. Mais aussi parce que je sais que la politique du handicap en France, si elle n’est pas forcément exemplaire, est regardée avec attention par beaucoup. Penser global et co-construire avec les personnes L’ensemble de nos actions viseront à relever le défi d’une société accessible, fraternelle et solidaire, grâce à une politique globale, qui facilite au lieu de segmenter, qui rend possible au lieu de contraindre. C’est cet objectif qui a guidé la décision de placer le Secrétariat d’Etat aux Personnes handicapées directement auprès du Premier ministre. Attendue de longue date, cette décision est le gage de la priorité que le Gouvernement entend donner à la prise en compte effective des besoins des personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap et leur l’âge, dans l’ensemble des réformes qu’il mettra en œuvre. Globalement, le cadre législatif et réglementaire français est posé, mais il est d’une redoutable complexité et génère beaucoup de blocages et des fonctionnements en silo qui contraignent la fluidité des parcours – je pense en particulier à l’arrivée à l’âge adulte ou au vieillissement. L’action du Gouvernement, la mienne particulièrement aura une boussole : partir des besoins individuels des personnes en situation de handicap pour bâtir des solutions collectives et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant. Cela suppose de travailler en concertation avec l’ensemble des acteurs :

les collectivités territoriales, au premier rang desquels les départements, avec lesquels je veux construire une étroite relation de confiance, mais aussi la société civile, les personnes en situation de handicap et leurs familles. Le Gouvernement s’engage à soutenir la reconnaissance du pouvoir d’agir et de l’expertise des personnes en situation de handicap et de leurs proches (auto détermination auto représentation). C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur et je compte sur vous pour m’aider à l’intensifier. Vous êtes un acteur majeur de la co-construction. 1- La concertation et la co-construction à renforcer avec le CNCPH Si j’ai tenu à être là dès ce matin, avant même de recevoir ma feuille de route des mains du Premier ministre, c’est pour vous dire l’importance que j’attache à vos travaux pour co-construire la politique publique du handicap avec les personnes concernées. Le CNCPH joue un rôle de tout premier plan que je veillerai à préserver et consolider, aux côtés de votre Présidente, Dominique Gillot, avec laquelle je me suis déjà entretenue à deux reprises et dont je tiens à saluer l’engagement. C’est bien en effet pour « assurer la participation des personnes handicapées à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques les concernant » que le CNCPH a été créé par la loi du 30 juin 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapées. La concertation et la co-construction, c’est votre « cœur de métier ». La composition du CNCPH a évolué dans le temps. A l’origine, il était constitué des principales associations représentatives des personnes handicapées et des parents d’enfants handicapés. Plus tard, sa composition a été élargie aux représentants des organisations syndicales, des collectivités territoriales (régions, départements et communes), de grandes institutions comme la Mutualité Française, la Croix-Rouge, l’UNIOPSS… Toujours très concrètement, je souhaite m’appuyer sur le réseau des référents handicap que le secrétariat général du CIH a constitué dans les différents ministères pour le renforcer. J’ai demandé que des Haut-fonctionnaires au handicap soient les portes d’entrée, les relais de mon secrétariat d’Etat dans chaque administration. Ils auront pour mission de veiller à ce que le handicap soit pris en compte dans chaque projet de loi, quel qu’il soit. De veiller aussi à ce que le CNCPH soit saisi pour avis dans des délais convenables. De veiller enfin à ce que les recommandations que vous pouvez formuler soient mises en œuvre. Car la concertation et la co-construction doivent être suivies d’effet, elles doivent être efficaces et produire des résultats, j’y suis très attachée. Je sais que votre activité est traditionnellement soutenue, compte tenu du caractère très interministériel de la politique du handicap. Elle ne devrait pas faiblir dans ce nouveau contexte, et compte tenu de l’importance des chantiers à conduire ! 1- Les chantiers d’action sont nombreux En premier lieu, l’amélioration des ressources. Le Président de la République a souhaité que l’on aille très vite sur la revalorisation de l’Allocation Adulte Handicapé et que nous ne soyons pas dans un étalement dans le temps à l’échelle du quinquennat. Il sait le poids budgétaire de cette mesure, il a eu l’occasion de rappeler que c’était prioritaire qu’il n’était pas acceptable aujourd’hui, qu’en France, il y ait des gens qui soient placés sous le seuil de pauvreté du fait de situations qu’ils leur sont imposées. Il a ainsi donné consigne au Ministre en charge des Comptes publics sous l’autorité du Premier ministre de faire en sorte que nous puissions avoir une traduction « concrète, massive » de cet engagement pris par le candidat devenu Président de la République dès le projet de loi de finances 2018. Le travail de préparation du projet de loi de finances va donc être soutenu. Il me semble important de partager avec vous deux objectifs qui seront également les miens pour mettre en œuvre cette mesure de justice :
-  D’abord, celui de contribuer à la simplicité et la lisibilité de notre système pour ses usagers, pour éviter que des situations identiques reçoivent des réponses différentes. C’est incompréhensible et insupportable pour les personnes, comme en attestent nombre des courriers que je reçois, en masse, au secrétariat d’Etat !
-  Ensuite, de porter une attention particulière à la manière dont ce revenu de remplacement s’articule avec les revenus d’activités, car il ne s’agirait pas de créer avec cette mesure une « trappe à inactivité » et exclusion alors même que nous souhaitons construire une société inclusive qui fasse pleinement sa place à l’ensemble de ses membres. Cette société inclusive, c’est ma conviction, elle doit se construire dans deux lieux majeurs : à l’école et dans l’entreprise. Ce seront deux chantiers essentiels pour moi…. C’est une des clés pour favoriser l’accès à l’emploi des personnes handicapées, alors que leur taux de chômage reste supérieur au double de la population active. De même, le plan d’investissement national qui va être lancé en matière de formation devra bénéficier pleinement aux jeunes et aux demandeurs d’emploi en situation de handicap que pénalise un plus bas niveau de qualification. Cet effort devra être couplé avec une mobilisation accrue des acteurs des services publics de l’emploi ainsi que des employeurs. La simplification des démarches qu’ils attendent, alliée à la rénovation du dispositif de contribution à l’emploi des personnes handicapées ainsi qu’au déploiement effectif des services d’emploi accompagné, devront trouver leur contrepartie dans une augmentation effective des embauches. Nous devons accélérer l’effectivité des services d’emploi accompagné, faire de la pédagogie sur ce concept encore très nouveau pour les entreprises en s’appuyant sur les acteurs qui opèrent déjà depuis longtemps pour certains dans ce sens. Il est ainsi essentiel que l’embauche de personnes en situation de handicap ne soit plus perçue comme une contrainte pesant sur l’entreprise mais comme une opportunité de mobilisation et de dynamisation dans la relation et l’efficacité au travail. Nous devrons ainsi trouver des incitations positives puissantes favorisant l’emploi effectif des personnes en situation de handicap dans l’entreprise mais aussi au sein de l’ensemble des administrations, pour faire vivre la société du travail pour tous voulue par le Président de la République. Une société inclusive c’est évidemment bien sûr une société accessible. En ce domaine encore, vous le savez, beaucoup reste à faire. Il s’agira d’avancer de manière méthodique pour que la vie quotidienne de chacun puisse trouver des améliorations…. Le numérique peut être une aide précieuse pour progresser sur tous ces sujets du quotidien. Le Gouvernement s’engage pour l’accessibilité des services publics numériques pour tous. Nous soutiendrons également l’innovation technologique pour les personnes en situation de handicap (interfaces adaptées, conversion de contenus, réalité augmentée, etc.), en s’appuyant sur les acteurs de la recherche et de l’économie numérique, mais aussi sur les initiatives des associations et des citoyens sur tout le territoire. Mais parce qu’une partie des réponses de droit commun ne permet pas de répondre effectivement à l’ensemble des besoins des personnes, il est nécessaire de travailler également à l’amélioration des réponses spécifiques… La démarche « une réponse accompagnée » concerne aussi les ARS, dans leur capacité à faire évoluer l’offre de services sur les territoires pour mieux répondre aux besoins et accompagner ceux qui le peuvent, et le souhaitent, dans des parcours de droit commun. J’ai également rencontré les Directeurs généraux d’ARS dès la semaine dernière pour les mobiliser…. Parce je connais leur détresse et les risques très importants d’usure sociale et la détresse des familles, je serai particulièrement attentive à l’amélioration de la qualité de vie des aidants familiaux et aux conditions d’articulation de leur vie professionnelle et leur vie familiale des accompagnants auxquels le Gouvernement ambitionne d’ouvrir de nouveaux droits. Et pour que tous, personnes et familles, puissent bénéficier au plus tôt de l’aide et l’accompagnement adapté, je mettrai enfin l’accent sur l’action précoce : il est indispensable de pouvoir amplifier des campagnes comme « agir tôt » pour pouvoir diagnostiquer er prendre en charge rapidement de la manière la plus adaptée.

1- Le 4ème plan autisme Démarche inclusive, accompagnement des personnes, co-construction… un chantier s’il en est doit traduire l’ensemble de nos ambitions : celui de la préparation du 4ème plan autisme, qui va être lancée le mois prochain. Malgré trois plans qui se sont succédés, la France continue d’avoir un retard important qu’il convient de rattraper, pour les enfants mais aussi pour les adultes avec autisme… Vous le voyez, les chantiers sont nombreux et l’ambition est forte. La politique du handicap du Gouvernement repose sur une responsabilité collective qui nous engage tous. Nous devons entrer dans une culture de l’efficacité et du résultat en termes de services rendues aux personnes. Je compte sur votre appui et votre détermination à mes côtés pour m’aider à les mener à bien, parce qu’une société qui prend en compte les besoins des plus vulnérables se grandit. »

Retour sommaire

4-C) LA PERLE DE LA SEMAINE (12 JUIN 2017)

Licencié pour avoir signé un chèque à la demande d’un client tétraplégique ! C’est la "récompense" de l’acte de bienveillance posé par un employé de banque de Lorient (Morbihan) dont la direction a estimé qu’il avait commis une faute grave. Le client a bien tenté par lettre d’expliquer que l’employé avait agi à sa demande pour ouvrir un compte dans l’agence, et qu’il avait ensuite détruit ledit chèque, rien n’y a fait. L’employeur, le Crédit Coopératif, a strictement appliqué la règlementation et éjecté le banquier trop sensible. Le même Crédit Coopératif est par ailleurs mécène des associations nationales de personnes handicapées : cherchez l’erreur !

Yanous-Actu n° 491

Retour sommaire

4-D) LA PERLE DE LA SEMAINE (12 JUIN 2017)

TENSIONS TRÈS FORTES À L’ASSOCIATION VALENTIN HAÜY

Très active dans l’appui aux personnes aveugles, l’association Valentin Haüy connaît ce 8 juin une grève historique de son personnel qui proteste contre un plan social prévoyant une trentaine de suppression de postes. Les relations entre l’association et la fondation créée en 2012 sont au centre des questionnements sur la bonne gestion de la structure. Des usagers de l’association qui débarquent au siège national pour demander des comptes aux administrateurs ; des salariés qui se mettent en grève le jour d’une assemblée générale décisive... il s’en passe des choses chez cette très vieille dame qu’est l’association Valentin Haüy (AVH a démarré ses activités au service des malvoyants en... 1889). Au centre des débats, le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qu’annonce la direction (31 suppressions de poste sur les 460 salariés, hors travailleurs handicapés des Esat) et l’arrêt de services rendus (audiodescription, activités manuelles et artistiques, etc.). Une fondation omniprésente... La direction de l’association justifie cette réduction de la voilure par un déficit de l’association, de l’ordre de 3 millions d’euros en 2016. Les syndicats réfutent cette présentation car l’association n’est plus seule : depuis 2012, une fondation a été constituée pour favoriser les donations aux conditions fiscales avantageuses. Selon un document de l’intersyndicale (CFDT et CFTC), "lors de sa constitution, la fondation a bénéficié de la part des dirigeants de l’association d’une donation d’un patrimoine financier de 65 M€ et d’un patrimoine immobilier de 30,2 M€." Le même document s’étonne d’une telle répartition (un quart pour l’association et trois quarts pour la fondation) parlant d’un "choix inhabituel". ... mais qui ne remplit pas ses objectifs Le pari des dirigeants d’AVH était assez simple : la fondation faisait fructifier son capital, engrangeait dons et legs et reversait les intérêts de ces activités financières à l’association pour financer ainsi une dizaine de services. Mais rien ne s’est passé comme prévu. "Sur le marché des legs, de nouveaux opérateurs sont venus frapper à la porte, si bien qu’on a enregistré une chute", justifie Bernard Serre, secrétaire général d’AVH. D’autres raisons sont invoquées expliquant cet échec. La création de la fondation est intervenue à un moment de baisse de la rentabilité des placements. D’aucuns considèrent que les compétences des gestionnaires de la fondation n’étaient pas à la hauteur des enjeux. Quatre directeurs de développement se seraient succédé au sein de la fondation. Le résultat ne s’est pas fait attendre : en 2015, les dons n’auraient pas dépassé les 35 000 €... Motion de défiance du personnel Cet échec a eu des effets directs sur la vie de l’association, selon les syndicats : les apports limités de la fondation ont conduit à creuser le déficit de l’association. Ce que dément Bernard Serre : "La fondation devait verser 1,7 M€ à l’association. En fait, cela a été plus du double " "Voici 6 mois, on a appris dans les couloirs le projet d’un PSE, ce que la direction a démenti dans un premier temps, raconte Thierry Labadie, délégué syndical CFDT. En mars, ce plan a été présenté en comité d’entreprise avec cette trentaine de suppression de poste envisagée au siège national et sur cinq délégations régionales." Un plan qui a été massivement rejeté par le personnel dans une motion de défiance. Une demi-journée de grève est prévue ce 8 juin, jour de l’assemblée générale de l’association. Personnel comme usagers (qui ont manifesté au siège le 24 mai) demandent que la fondation redistribue une partie de ses réserves à l’association. "Nous ne pouvons pas être déclaré en difficulté quand nous avons 100 millions de réserves", s’exclame le représentant CFDT. Préoccupation des grandes organisations du secteur Cette situation de blocage et de tension inquiète en-dehors même d’AVH. Dans un communiqué, les deux grandes organisations, la fédération des aveugles de France (FAF) et la confédération française pour la promotion sociale des aveugles (CFPSAA) "se déclarent préoccupées par les événements" et en appellent à la "reprise du dialogue constructif entre les parties." Les deux structures témoignent également de leur solidarité envers les personnels menacés par le plan social." La direction veut négocier jusqu’au bout Confrontée à une double pression - interne et externe -, la direction se veut sereine expliquant que les discussions avec les instances représentatives du personnel (IRP) ne font que commencer et que l’issue de celles-ci ne peut être connue à l’heure actuelle. Tout serait sur la table, avec l’objectif d’éviter des licenciements, surtout de personnes handicapées. "Il faut attendre octobre pour avoir le résultat de ces négociations", précise Bernard Serre. Mais, à écouter ce dernier, une chose est intangible : pas question de toucher au trésor de guerre de la fondation pour combler les trous de l’association ! "Sinon, on compromet la pérennité de la structure", avertit le secrétaire général. Noël Bouttier TSA / L’Actualité de l’Action Sociale en ligne

Retour sommaire

6) ACCÉSSIBILITÉ

6-A) ACCESSIBILITÉ RÉGRESSIVE ? ATTENTION, DANGER !

Communiqué de l’ANPIHM

Est-ce en raison de nos alertes répétées auprès du Premier Ministre, du Ministre de l’Intérieur, et de la Secrétaire d’État aux personnes handicapées à la suite du dramatique incendie de Londres, toujours est-il que le Ministre du Logement vient d’annoncer qu’il demandait une enquête concernant la sécurité des bâtiments d’habitation collectifs ! Dont acte.

Mais l’arbre de l’existant ne doit pas cacher la forêt des constructions à venir !

En effet, comme en témoigne son engagement devant le Conseil d’ État à propos des sas inadaptés, l’ANPIHM n’a cessé d’instruire les responsables gouvernementaux depuis des années des conséquences mortifères d’une ‘simplification des normes’ inconsidérée. Cette dernière résultant de la méconnaissance ou du mépris, de la règlementation sécurité incendie par les rédacteurs des textes d’application de l’Ordonnance du 26 septembre 2014.

Ainsi, dans la lignée des arrêtés du 8 décembre 2014 relatif aux ERP existants ou créés dans un cadre bâti existant et du 24 décembre 2015 relatif aux BHC nouveaux, l’arrêté du 20 avril 2017 ne déroge pas à cette logique régressive. En effet, ce dernier réduit de 90 à 80cm la largeur des portes de toutes les chambres de tous les ERP nouveaux disposant de locaux de sommeil, y compris des hôpitaux (!), supprime une main courante sur deux dans des escaliers tournants ne respectant pas plus le règlement de sécurité que les règles de l’art, et supprime également les espaces de manœuvre des portes desservant les escaliers dans les niveaux non accessibles aux fauteuils roulant.

Dès lors, supprimer ou atténuer les minima dimensionnels requis au titre de l’accessibilité à partir du postulat de leur inutilité dans les niveaux non accessibles aux fauteuils roulant conduit à supprimer ou atténuer les minima dimensionnels exigés au titre de la sécurité !

Nous le répétons : il est d’une urgence absolue pour la sécurité de tous les citoyens que le Gouvernement décide la suspension immédiate des textes régressifs issus de l’Ordonnance du 26 septembre 2014, et l’ouverture d’une véritable – cette fois sincère ! – concertation avec les hommes de l’art et les responsables associatifs compétents.

Dans le cas contraire, le Gouvernement actuel, à la suite de ses prédécesseurs et de la quasi-totalité du Parlement, prendrait une très lourde responsabilité si d’aventure un grave incendie devait se déclarer dans les temps prochains !

ANPIHM (Association Nationale Pour l’Intégration des Personnes Handicapées Moteurs)

Retour sommaire

6-B) LE GOUVERNEMENT S’ENGAGE SUR L’ACCESSIBILITÉ DES SERVICES PUBLICS NUMÉRIQUES POUR LES HANDICAPÉS

Le gouvernement a fait savoir lors du conseil des ministres qu’il entend améliorer l’accessibilité des services publics numériques pour les personnes handicapées. Des mesures ont déjà été prises en ce sens par la précédente équipe gouvernementale. Les services publics numériques pourraient être mieux adaptés aux personnes en situation de handicap. C’est en filigrane le message figurant dans le compte-rendu du conseil des ministres du mercredi 7 juin, alors que la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a présenté à ses collègues une initiative pour faire du handicap une priorité du quinquennat d’Emmanuel Macron. Les contours du plan qu’entend suivre le gouvernement d’Édouard Philippe au sujet des personnes handicapées sont pour l’instant relativement flous. Il est simplement indiqué que l’exécutif « s’engage pour l’accessibilité des services publics numériques pour tous. Il soutiendra également l’innovation technologique pour les personnes en situation de handicap ». Dans son programme pour la présidentielle, Emmanuel Macron n’a pas fait l’impasse sur l’enjeu que représente le handicap, puisque deux mesures étaient promises en cas de victoire du candidat En Marche : l’augmentation de 100 euros par mois de l’allocation adulte handicapé et la mise à disposition d’un ou une auxiliaire de vie « à tous les enfants qui en ont besoin ». Par contre, il n’est pas fait mention de la question du handicap à travers le prisme des services publics numériques. Des mesures dans la loi république numérique À ce sujet, il faut noter que le précédent quinquennat a pris une série de mesures au travers la loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique. Trois articles concernent spécifiquement les handicapés, à travers les articles 105, 106 et 107, regroupés dans la section « accès des publics fragiles au numérique », pour leur permettre d’accéder aux services téléphoniques et aux sites Internet publics. Concernant les sites Internet publics, il est notamment demandé aux responsables de ces espaces de prévoir une meilleure accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Les administrations doivent déterminer un « schéma pluriannuel de mise en accessibilité » et s’y conformer. En cas d’irrespect, une sanction est prévue mais celle-ci est pour le moins légère : 5 000 euros d’amende au maximum. Schéma pluriannuel de mise en accessibilité L’accessibilité est un sujet sur lequel l’Union européenne travaille également. Notons qu’en octobre, le Parlement a adopté une directive, anticipée en France par la loi pour une République numérique, qui impose l’accessibilité des sites publics pour les personnes handicapées. Les obligations pour les sites web et applications du secteur privé devraient suivre dans quelques années. Lors de la campagne, Emmanuel Macron a fait part de sa volonté que la totalité des démarches administratives puissent être effectuées depuis Internet d’ici 2022, sauf dans le cas de la première délivrance des documents d’identité officiels. Il a également appelé à la création d’un compte citoyen en ligne ainsi que d’un service public numérique de la justice sur le modèle du site impots.gouv.fr. Pour la première mesure, il s’agit de rassembler « sur une même interface tous les droits, notamment ceux liés à la santé, à la trajectoire professionnelle, à la formation, à la situation fiscale, aux droits civiques » tout en simplifiant « les relations avec l’administration et permettre d’avoir plus facilement l’information ». Ce compte citoyen en ligne doit être décliné en site web et en application mobile. Dans le second cas, il s’agit de permettre aux citoyens et à leurs avocats de trouver « toutes les informations pratiques et la jurisprudence applicable à leur cas » et de « se pourvoir en justice depuis leur ordinateur, transmettre une requête, des pièces, ou suivre leur dossier depuis leur smartphone ». Une mesure qui rappelle le système de pré-plainte, disponible depuis 2013, en attendant la plainte en ligne, pour 2018. www.numerama

Retour sommaire

7) CULTURE

7-A) CULTURE/CÉCITÉ - FORMATS NUMÉRIQUES ACCESSIBLES

Le Journal Officiel publie un arrêté listant les formats numériques des documents devant être adaptés aux personnes handicapées. Les éditeurs tenus à cette fin de déposer à la Bibliothèque nationale de France leurs ouvrages en format numérique devront le faire en XML, ou à défaut en EPUB (Electronic Publication), INDD (document InDesign), PDF (Portable Document Format), ODT (Open Document), DOC et DOCX (document Word), RTF (Rich Text Format), TXT (Text), HTML (Hypertext Markup Language) et TEX (LaTeX).

Yanous-Actu n° 491

Retour sommaire

8) EMPLOI

8-A) RECRUTEMENT INGÉNIEUR TH À MÉTÉO-FRANCE

Météo-France ouvre le recrutement d’une personne en situation de handicap pour entrer dans une scolarité de 3 ans débouchant sur un poste titulaire d’Ingénieur des Travaux de la Météorologie. L’élève ingénieur sera rémunéré durant sa scolarité.

Description du poste : Catégorie A Domaine fonctionnel : Enseignement supérieur - Recherche Statut du poste : Susceptible d’être vacant Nature du poste recherché : Ouvert aux contractuels Intitulé du poste : Ingénieur des travaux de la météorologie.

Poste à pourvoir le 01/09/2017

Descriptif du poste : http://www.enm.meteo.fr/node/233 Personne à contacter (mail) : laurent.jacquin@meteo.fr

Retour sommaire

8-B) OFFRE DE TEMPS PARTIEL INFORMATIQUE DV FORJA POUR REMPLACEMENT DE FORMATEUR EN FORMATION

Un formateur informatique de FORJA (CRP parisien accueillant des personnes déficientes visuelles) part en formation de novembre 2017 jusque fin janvier 2018. Connaîtriez-vous quelqu’un dans votre entourage susceptible d’être intéressé pour assurer 17h d’enseignement (13h d’informatique et 4h de mathématiques) ? Il ou elle doit évidemment maîtriser les logiciels courants et spécifiques (jaws, Zoomtext, NVDA) mais aussi le braille. La priorité demeure l’informatique, si les maths ne sont pas son fort tant pis. S’il (ou elle) est déjà formateur(trice), c’est mieux, titulaire du CAFPETADV c’est excellent.

Personne à contacter : Rémi Roussel, à cette adresse mail : remi.roussel@centre-forja.net

Une Information de Rémi Roussel, Responsable pédagogique du CRP FORJA

Retour sommaire

8-C) MISSION DE SERVICE CIVIQUE À POURVOIR À RETOUR D’IMAGE !

À partir de juin 2017 Retour d’image propose à un(e) étudiante), à un jeune de moins de 25 ans ou à une personne ayant la RQTH reconnaissance travailleur handicapé) moins de 30 ans de s’engager sur une mission passionnante au sein de son équipe.

En accompagnant nos ateliers d’éducation au cinéma et de pratique artistique durant six à huit mois, aux côtés d’intervenants professionnels de cinéma, la ou le candidat(e) recruté(e),rencontrera des publics éloignés de la culture qu’il ne sera pas prêt d’oublier.

Il/elle bénéficiera de formations internes et sera initié(e) par exemple, aux enjeux de l’audiodescription et du sous-titrage sourds et malentendants. Autant d’atouts précieux pour la suite de son parcours.

Nous recommandons aux candidats de parcourir notre site avant de postuler.

Lien pour Accéder à l’annonce du poste sur le site de l’Agence du Service civique

Retour d’Image, Cinéma et Handicap

Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) LANCEMENT DE L’ÉTUDE SUR LES USAGES DE LECTEURS D’ÉCRAN ET DES LOGICIELS BASSE VISION EN FRANCE ET EN FRANCOPHONIE : UNE DEUXIÈME ÉDITION PLUS AMBITIEUSE

Avec plus de 500 répondants lors de la première étude et des données reprises par l’État français, la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et son partenaire Access42 lancent la deuxième édition de l’étude sur l’usage des lecteurs d’écran en Francophonie. Tout utilisateur qui compense son handicap avec ces technologies est invité à répondre à l’un des questionnaires mis à disposition du 1er juin au 13 juillet 2017. Cette nouvelle version fait suite à la première étude diffusée le 1er juin 2016. La collecte des informations avait pour objectif de proposer une base statistique fiable pour les acteurs du Handicap et de l’accessibilité numérique dans le monde francophone avec des résultats accessibles à tous. Une édition 2017 plus ambitieuse et une portée plus étendue Pour répondre aux attentes et aux nouveaux besoins suscités par la première version de l’étude, l’édition 2017 se veut plus ambitieuse avec la volonté de développer un véritable réseau francophone à l’international (Belgique, Luxembourg, Québec et Suisse) afin d’assurer à l’étude une diffusion et un suivi plus important dans ces pays partenaires. De plus, partant du constat que les outils et les usages des personnes malvoyantes sur Internet sont généralement méconnus et peu étudiés, un important volet y sera consacré et viendra enrichir la synthèse générale avec de nouvelles données.

Deux questionnaires spécifiques pour chaque profil d’utilisateur Tous les utilisateurs de lecteurs d’écran et de technologies dites "basse vision", même ceux qui les utilisent uniquement à des fins d’évaluation et de tests, sont invités à participer à cette étude. Les deux questionnaires sont mis à disposition depuis le site de la Fédération à l’adresse : [http://www.aveuglesdefrance.org/act...]

Cette étude est organisée par la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et son partenaire Access42 avec le précieux concours des organisations francophones suivantes : Access For All (Suisse), AnySurfer (Belgique), Desjardins (Québec), Fédération Suisse des Aveugles et des malvoyants FSA, Gravelet Multimédia (Québec), Ligue Braille (Belgique), Œuvre Nationale des Aveugles (Belgique), Telono (Suisse), Union Centrale suisse pour le Bien des Aveugles UCBA, Regroupement des Aveugles et Amblyopes du Québec, Renow (Luxembourg) et Julien Conti (Suisse). Une information de la Fédération des Aveugles de France

Retour sommaire

12-B) CONTRIBUEZ À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DES ENFANTS DÉFICIENTS VISUELS !

Ludilico ou comment utiliser le jeu pour faire de la locomotion ? Le jeu LUDILOCO a été créé afin de faciliter les apprentissages, par les enfants, des principes de locomotion et de sécurité routière. La règle du jeu est simple : rejoindre sa destination finale en choisissant son trajet et en traversant sur les passages piétons. La bonne réponse aux questions posées permet d’avancer petit à petit : " Citez 3 éléments du mobilier urbain ou obstacle que la canne peut détecter ", " Est-ce que le bruit de la circulation dans ma rue peut m’aider à marcher droit ? ", " Où dois-je marcher sur le trottoir pour être en sécurité ? ". Nous souhaitons maintenant pouvoir offrir gratuitement le jeu LUDILOCO aux services accueillant des enfants déficients visuels. Pour cela, l’équipe de LUDILOCO composée de 5 professionnels du CTRDV et d’une équipe de la Fédération des Aveugles de France fait appel à votre générosité. Comment puis-je contribuer au projet LUDILICO ? Afin d’offrir gratuitement le jeu LUDILICO aux services accueillant des enfants déficients visuels, le projet nécessite de récolter 10 000 €. Au moyen d’un don sur la cagnotte en ligne de LUDILICO, vous contribuerez à la réalisation de ce projet et donc à une innovation dans l’éducation des jeunes déficients visuels à la sécurité routière. À quoi servira l’argent récolté ? • Au jeu d’être développé en une trentaine d’exemplaires, • De les remettre gratuitement aux services spécialisés en France afin qu’ils organisent des séances de jeu avec les enfants déficients visuel L’origine du projet : Le projet a été développé par une équipe composée de professionnels accompagnant les enfants déficients visuels : instructeurs de locomotion, transcripteurs et orthoptistes. Il permet de proposer des temps d’apprentissage collectifs et ludiques, en plus des séances individuelles avec les professionnels. Ces derniers ont construit un jeu totalement accessible, que ce soit le plateau ou les fiches, avec des textes agrandis et en braille.

Pour faire un don : cliquez sur le lien suivant : http://www.aveuglesdefrance.org/act...

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) CONCOURS INTERNATIONAL FRANCOPHONE « LOUIS BRAILLE » : LE HAÏKU À LA LUMIÈRE DU BRAILLE

Quelques repères : Voilà un concours francophone original et inédit. Un concours de poésie, mais pas seulement. Les organisateurs ont tissé une toile pour faire rayonner la poésie du Haïku et l’écriture universelle des aveugles : le braille.

La métaphore est forte ! Et les ambitions affirmées :
- valoriser l’accès à la culture pour tous,
- faciliter l’éclosion de la solidarité,
- développer l’apprentissage du braille et le goût de la poésie.

La problématique est simple ! Si le haïku force l’esprit à la compréhension du sens avec une polysémie des mots, la connaissance du braille, quant à lui, permet à un aveugle d’accéder à la lumière. Le braille ne permet-il pas, alors, à un aveugle, de saisir une dimension culturelle dans le haïku ?

Le règlement sera rendu public lors du printemps des poètes, le 18 mars 2017. Il imposera :
- une inscription en duo, (en binôme de deux personnes),
- un envoi postal au musée Louis Braille à Coupvray (France), village natal de Louis Braille,
- la production de Un à trois Haïkus par envoi, accompagnés de sa transcription en braille. Les participants pourront concourir dans leur langue maternelle sous réserve de joindre la traduction en français et la transcription du français en braille.

Chronologie et échéances
- Le 18 mars 2017 : Lancement du concours international francophone Louis Braille : le Haïku à la lumière du braille. Réception à Coupvray (France. 77), ville natale de Louis Braille.

- Le 21 mars 2017 : Journée mondiale de la poésie. Diffusion du règlement de la 1ère édition.
- Le 8 septembre 2017 : Journée internationale de l’alphabétisation. Date de réception par voie postale des premières publications au musée Louis Braille (Coupvray)

- Le 4 janvier 2018 : Anniversaire de la naissance de Louis Braille. Dernière date de réception par voie postale des publications au musée Louis Braille. (Coupvray)

- Le 21 mars 2018 : Publication des résultats de la 1ère édition du concours internationale francophone Louis Braille : le haïku à la lumière du braille. Diffusion du règlement de la 2ème édition.

En avant-première du concours et dans l’intention de développer le dialogue et les échanges, une page face book est ouverte sur simple demande d’accès : https://www.facebook.com/groups/776...

Contact de l’organisateur, l’association : « La Culture de l’Art ». Mail : laculturedart@gamil.com Tél. 06 67 11 98 84

Une information de Joël Hardy, docteur en Sciences de l’éducation Association « La Culture de l’Art »

Retour sommaire

15-B) DES NON-VOYANTS FONT MULHOUSE STRASBOURG EN TANDEM

Le défi a duré tout le week-end. Six équipages composés de mal-voyants et de non-voyants sont partis samedi matin de Mulhouse avec des tandems, direction Strasbourg. Objectif principal : mieux faire connaître le handicap visuel auprès du grand public.

L’idée de ce premier challenge Mulhouse-Strasbourg émane de Bertrand Schott. Ce passionné de bicyclette avait créé une section handisport en tandem au sein du club Vélo Passion Heimsbrunn (VPH), près de Mulhouse. A cette occasion, il a découvert l’existence de l’association Vision’ ère, dont le siège est à Illzach, et qui regroupe des parents d’enfants malvoyants ou non-voyants. Bertrand Schott a proposé à l’association de monter un projet commun pour ses adhérents, l’idée de ce défi en tandem était née.

C’est Samedi que le départ du challenge à eu lieu place de la Réunion à Mulhouse, dès 9 h. Six équipages, composés chacun d’un voyant et d’un déficient visuel, ont alors débuté un circuit de 130 km qui aura duré deux jours. Les participants ont fait étape à Ensisheim, Rouffach, Turckheim et Ammerschwihr, avant que la première journée ne s’achève à Ostheim vers 16 h 30.

Après avoir passé la nuit au camping de Sélestat, ils ont remis ça depuis Ostheim ce dimanche matin à 8 h 45. Des étapes à Scherwiller, Barr, Obernai et Molsheim se sont succédé. L’arrivée à eu lieu à Strasbourg à 16 h 30, sur la place de la cathédrale.

Dans chaque commune étape, ainsi qu’au départ et à l’arrivée, le public a eu la possibilité de faire un don à l’association Vision ’ère. L’argent recueilli est destiné à financer un séjour culturel et musical en Corse, pour les jeunes adhérents déficients visuels de l’association qui auront participé au challenge.

Site Franceinfo

Retour sommaire

15-C) QU’EST-CE QUI FAIT COURIR DAVID LABARRE ?

Candidat du parti de Jean Lassalle, « Résistons ! » aux élections législatives de juin 2017, l’ancien capitaine de l’équipe de France de cécifoot veut agir au plus près de la population mais également des 12 millions de personnes handicapées. Entretien. David Labarre, autoentrepreneur âgé de 29 ans, est connu des amateurs de cécifoot. Actuellement, il joue au Toulouse Football Club cécifoot, et il a surtout été un joueur essentiel de l’équipe de France avec laquelle il est vice-champion paralympique (Londres 2012) et d’Europe (2013). Il est l’un des très rares citoyens handicapés à se présenter aux suffrages des électeurs pour devenir député de la huitième circonscription de Haute-Garonne, les 11 et 18 juin prochains. Il se présente au nom du parti Résistons !, d’un candidat malchanceux à la Présidence de la République.

Question : Qu’est-ce qui a conduit un joueur de cécifoot à s’engager en politique ?

David Labarre : J’ai arrêté le foot. J’aime beaucoup la politique, je n’ai jamais voulu en faire en étant sportif de haut-niveau parce que, pour moi, on ne mélange pas le sport et la politique. Après avoir quitté l’équipe de France, je me suis rapproché de Jean Lassalle parce que je le connaissais déjà, je voulais défendre le handicap au sein de l’élection présidentielle. Je pense qu’on n’en parle pas du tout, donc c’était un devoir, une obligation pour moi de parler de ça, et Jean Lassalle a été quelqu’un d’extraordinaire, il m’a ouvert les bras, m’a dit "il faut que tu viennes avec moi". Je suis entré dans son équipe de campagne et je l’ai suivi pendant deux jours sur tous les plateaux télés. On a discuté, il a appris beaucoup de choses, et après les élections présidentielles il m’a rappelé en me proposant de me lancer pour les législatives. Ça a été pour moi une grosse réflexion, parce qu’on prend beaucoup sur soi, il y a des sacrifices à faire. Mais comme je suis un homme qui fonce partout, qui fait les choses à fond, je lui ai dit "allez, on y va" !

Question : Outre la rencontre avec un homme politique atypique, c’est votre parcours personnel qui vous a conduit à vous engager en politique ?

David Labarre : Je suis quelqu’un qui aime la politique, mais pas comme elle est faite aujourd’hui. Je suis quelqu’un du peuple, issu de la vie civile, je ne suis pas carriériste, je voudrais faire changer les choses et notamment qu’une personne comme moi puisse faire changer les choses.

Question : Pour vous, c’est quoi la politique ?

David Labarre : C’est gérer, comprendre, écouter et aider les gens. Voilà, c’est ça la politique pour moi. Ce n’est pas renvoyer des ascenseurs ou des choses comme ça. C’est agir pour aider la population à être heureuse et bien vivre. Question : Dans votre encore courte expérience d’action politique aux côtés de Jean Lassalle, quelle différence avez-vous constaté dans les rapports avec les gens entre Paris et votre région ?

David Labarre : Dans la région où j’ai grandi, les gens sont très gentils. Ils sont plus ruraux, ce sont des montagnards, c’est une autre forme d’approche. C’est extraordinaire parce que je peux rencontrer des citadins, dans ma circonscription il y a une grande ville, je peux rencontrer des paysans, des ouvriers, c’est enrichissant pour moi.

Question : Quand vous allez au contact tract à la main avec votre équipe de campagne, comment ça se passe lorsque les gens voient que vous êtes aveugle ?

David Labarre : Ça se passe très bien, et c’est pour cela qu’il faut faire attention parce que les gens peuvent avoir parfois un sentiment de pitié. Je ne suis pas du tout dans cette approche, je veux être considéré comme un candidat normal, je suis un candidat normal. Mon message passe très bien, sur les marchés, lors des rendez-vous. C’est pour cela qu’il faut faire attention, il y a eu une fois un débordement, je me suis fait traiter comme quoi "les handicapés, on payait trop pour eux"... Ça a été le seul incident.

Question : Justement, quel est le message que vous proposez pour votre circonscription ?

David Labarre : J’ai bâti un programme sur le Comminges. Je défendrai le Comminges, et je défendrai après les 12 millions de personnes handicapées. Sur le Comminges, mon programme est très clair, c’est le maintien des usines, c’est très important, et le développement du télétravail. On est dans une région qui est désertique, beaucoup d’habitants de Toulouse et de grandes villes françaises rêvent, je pense, de venir s’installer ici pour travailler chez eux. Le problème c’est qu’ils n’ont pas Internet et que le réseau téléphonique n’est jamais trop fiable, donc il faut développer tout ça. Je voudrais aussi créer un village de start-up, attirer une importante entreprise du genre Airbus. Il y a une désertification des jeunes qui partent sur la métropole toulousaine parce que dans la circonscription il n’y a pas de BTS, après leur bac pro, ils partent. Il faut créer des BTS, ça ne coûtera rien parce qu’on a déjà les infrastructures, pour maintenir nos jeunes ici. Je voudrais aussi créer une AOC du Comminges pour faire rayonner tous les petits producteurs au niveau national. C’est une partie de mon programme, parce qu’il se construit de jour en jour sur le ressenti des gens

Question : Quelles sont vos propositions pour les personnes handicapées ?

David Labarre : Je veux faire bouger les lignes. Aujourd’hui, une personne handicapée qui touche l’Allocation aux Adultes Handicapés ne peut pas prendre de crédit à la banque ; si elle vit en concubinage, son AAH va diminuer, ce sont des choses qui ne sont pas normales. Je me battrai aussi sur l’accessibilité. Aujourd’hui, on la fait parce qu’il faut la faire ; par exemple, on construit un bâtiment neuf avec un ascenseur accessible pour les déficients visuels mais on ne va pas rendre accessible le chemin entre l’entrée et l’ascenseur ! On doit faire l’accessibilité à 100%.

Question : Si vous êtes élu à l’Assemblée Nationale le 18 juin, vous deviendrez le second député aveugle après Georges Scapini (1928-1940), qu’est-ce que cela vous inspire ?

David Labarre : Je pense qu’un aveugle sera doublement écouté à l’Assemblée. Pour l’instant, je ne pense pas trop à tout ça. Je me concentre pour être au second tour, c’est déjà très important. Mais si j’ai l’honneur d’être élu par le peuple commingeois, je ferai tout pour faire rayonner le Comminges, et que les gens soient fiers d’une personne handicapée.

Propos recueillis par Laurent Lejard, juin 2017

Yanous-Actu n° 490

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

15-D) EXISTER DANS LA FRAGILITÉ – VERS UNE PHILOSOPHIE DE LA RÉSILIENCE

« Dès qu’un homme est né, il est assez vieux pour mourir » nous rappelle Heidegger. L’homme est jeté dans un monde a priori hostile. Mais sans cesse, il tente de le comprendre, de l’agencer, et de transcender sa fragilité première en faisant l’expérience de la quête du sens. Pour surmonter sa propre vulnérabilité, sa propre précarité, l’homme tente de s’affirmer, s’active à faire de cette fragilité une force ; car pour Laurence Vanin, « être jeté au monde », c’est aussi être jeté dans un monde énigmatique qu’il importe de comprendre afin de le rendre moins effrayant. C’est savoir que l’existence est parsemée d’épreuves et de tourments mais qu’elle demande à être sublimée. En somme, Exister dans la fragilité c’est placer à l’horizon de ses actes la possibilité du bonheur. Laurence Vanin, nous propose une réflexion philosophique nouvelle sur la fragilité à l’université de Toulon. Pour en finir avec une représentation pessimiste de l’Homme fragile, elle nous propose une pensée vivifiante en associant la fragilité à la construction de soi et, au cœur de la cité, une fragilité à l’œuvre dans l’être collectif. Claude Colombini Frémeaux Site de la Librairie Audio

Retour sommaire

15-E) POUR UN TOUR DE FRANCE 2017 PLUS INCLUSIF !

Dans quelques jours, c’est Düsseldorf qui accueille le départ du 104ème Tour de France. Comme chaque année, HandiCaPZéro accompagne l’organisateur afin que tous les fans aveugles et malvoyants bénéficient d’un même niveau d’information.

C’est d’abord un livre de route conçu et adapté en braille, caractères agrandis et audio qui est proposé. Objectif : s’approprier le Tour, d’étape en étape avec un contenu plutôt complet. On y découvre notamment : l’édito de Christian Prudhomme, le parcours, les aspects sportifs, les difficultés de l’épreuve, les équipes, les étapes, un historique, des chiffres surprenants…

A compter du 1er juillet, les contenus web du site officiel letour.fr sont rendus accessibles sur handicapzero.org, rubrique en direct du Tour : étapes, classements, vie du Tour… pour ne rien manquer de l’actualité pendant 3 semaines.

Pratique Le livre de route 2017 se commande (braille, CD ou téléchargement audio, caractères agrandis) sur handicapzero.org (sport/tour-de-france/) ou au 0800.39.39.51 (service et appel gratuits).

Toutes les éditions sont gratuites (leur expédition aussi).

à propos de HandiCaPZéro HandiCaPZéro facilite l’autonomie quotidienne des personnes aveugles et malvoyantes depuis 1987. En partenariat avec des entreprises et des collectivités, l’association propose gratuitement des dispositifs accessibles dans les domaines de l’information, la santé, la vie pratique, l’assurance, le sport, les loisirs... handicapzero.org

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0