Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletin de 2019 > Bulletin du 27 février 2019

Bulletin du 27 février 2019

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2019-02 – du 27 janvier 2019

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Février 2018 avait marqué, pour la CFPSAA, la création du Marius de l’audiodescription, initiative qui avait rencontré un beau succès. Un an plus tard, en ce mois de février 2019, nous venons de célébrer à nouveau le cinéma pour les personnes aveugles et malvoyantes, avec la deuxième édition de cet évènement. Le CNC (Centre National du Cinéma et de l’Image) nous soutient et je tiens à en remercier les responsables, qui, à nouveau, nous ont accueillis dans leur salle de projection. La notoriété naissante de ce prix se confirme avec, cette année, l’intervention d’une représentante du Ministère de la culture et l’intérêt de la presse pour notre manifestation. Vous trouverez dans ce bulletin, une sélection de quelques-uns de ces articles et communiqués, notamment, celui du Ministère de la Culture produit sur son site à cette occasion. La soirée a été une réussite. Devant un public largement composé de professionnels du cinéma, la démonstration a été faite de l’indispensable nécessité de l’audiodescription, et des bonnes pratiques qui doivent s’y appliquer. Si nous regrettons de n’avoir pu accueillir tous ceux qui l’auraient souhaité, l’espace ne le permettant pas, nous espérons avoir posé une pierre supplémentaire pour le développement de l’audiodescription et la récompense du film « Pupille » et de son audiodescriptrice, Dune Cherville, doit en être le symbole.

Du cinéma à la réalité il n’y a qu’un pas et lorsque nous défendons la qualité de nos loisirs, nous défendons un peu de notre vie quotidienne. Cette réalité continue, pour l’instant, de s’inscrire dans l’atmosphère trouble que traverse notre pays. Gilets jaunes, grand débat, et insultes envers certains, ponctuent l’actualité. Les décisions se prennent sous la pression et dans l’urgence, mais les problèmes de fond restent latents. En vous adressant récemment une lettre où nous vous incitions à participer au débat national, ma seule intention était de faire entendre la voix des personnes déficientes visuelles dans une démarche de citoyenneté individuelle, et non de soutenir une action gouvernementale, quelle qu’elle soit, la CFPSAA, étant, je le rappelle une fois de plus, apolitique. Malheureusement, et certains d’entre vous l’ont constaté, les questionnaires sont difficilement accessibles. D’autres auront pu, peut-être, participer aux débats organisés par leurs municipalités. Qu’en sortira-t-il ? Doléances et suggestions seront-elles prises en compte ? Dans ce contexte, notre voix peux-t-elle être entendue ? Mais notre voix compte parmi toutes les autres voix. Je sais que c’est une goutte d’eau, mais l’océan n’est fait que de gouttes d’eau !

Bien à vous tous. Edouard Ferrero, Président de la CFPSAA

Retour sommaire

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) HIER AU CNC LE TROPHÉE DU MARIUS DE L’AUDIODESCRIPTION ATTRIBUÉ À PUPILLE AUDIODÉCRIT PAR DUNE CHERVILLE

Communiqué de la CFPSAA du 20 février 2019

La CFPSAA (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes) est heureuse de vous révéler le lauréat du Marius 2019 de l’audiodescription. Le jury composé d’une centaine de personnes essentiellement déficientes visuelles a écouté les enregistrements des audio-descriptions pour les 7 films nommés pour les César puis ont voté pour déterminer parmi les sept, celui qui correspond le mieux à leurs attentes en matière d’audio-description. L’audiodescription la plus plébiscitée est celle du film Pupille écrite par Dune Cherville pour le laboratoire HIVENTY. Historique : La CFPSAA a mis en place en 2010 un Panel composé essentiellement de déficients visuels dont l’objectif est de promouvoir l’audiodescription tant au cinéma qu’à la Télévision. Quelques membres du panel de la CFPSAA, férus de cinéma et sensibles à l’importance d’une bonne audiodescription pour la juste appréciation d’un film, ont souhaité que la parole soit donnée aux aveugles et malvoyants pour que ces derniers valorisent les audiodescriptions qui répondent le mieux à leurs attentes. Ainsi est née en 2018 l’idée de décerner un Marius de l’audiodescription parmi les 7 films sélectionnés aux César dans la catégorie meilleur film. Pour cette édition 2019, un jury de 100 personnes, aveugles ou malvoyantes, a été constitué. Composé d’hommes (1/3) et de femmes (2/3), de 18 à 80 ans, de Nice à Nantes en passant par Dijon, Chambéry, la région parisienne et même la Belgique. Le trophée du Marius a été remis à Dune Cherville lors d’une cérémonie au CNC mardi 19 février 2019, en présence de nombreux jurés déficients visuels mais également de professionnels de l’audiovisuel et du cinéma avec lesquels ils ont eu des échanges fructueux.

Retour sommaire

1-B) DEUXIÈME ÉDITION DU PRIX MARIUS DE L’AUDIODESCRIPTION, DÉCERNÉ AU FILM PUPILLE

Communiqué de presse du Ministère de la Culture

Publié le 20.02.2019 à 12h00 - Paris Le ministère de la Culture salue l’initiative de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) qui, pour la deuxième année consécutive, a célébré le cinéma avec la remise du Marius de la meilleure audiodescription attribué au film Pupille le 19 février 2019 au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), en présence de la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles (DGMIC). Un jury composé essentiellement de personnes déficientes visuelles a sélectionné le Marius de la meilleure audiodescription parmi la liste des 7 films nommés par l’académie des César. Cette récompense distingue l’œuvre d’audiodescription qui aura permis aux personnes mal et non-voyantes de mieux apprécier le contenu de l’œuvre en question. Tout comme le César a été créé pour récompenser une œuvre cinématographique, mettant en valeur la qualité du scénario, le jeu des acteurs et l’atmosphère qui s’en dégage, le Marius est un trophée qui distingue la meilleure audiodescription d’un film. L’audiodescription, en proposant une description vocale à une image qui fait sens, en veillant à respecter l’intention du réalisateur, rend le cinéma accessible aux personnes mal et non-voyantes. Elle leur permet d’apprécier et de se forger un avis sur les œuvres cinématographiques, et de prendre ainsi part aux échanges culturels. Une personne mal ou non-voyante est aussi une spectatrice ou un spectateur, sensible à une œuvre cinématographique. Elle voit le cinéma autrement, écoute les images pour suivre un film et, comme tout le monde, elle l’apprécie ou pas. L’idée même du Marius est née du désir de permettre le partage des avis, des émotions, des impressions nées d’un film, entre tous les publics. Cette initiative a créé un fort engouement tant auprès des spectateurs mal et non voyants que des professionnels de l’audiodescription. C’est pourquoi la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) a souhaité reconduire l’événement après la première édition. Aux côtés des associations compétentes, en premier lieu la CFPSAA, le ministère de la Culture est pleinement engagé pour encourager et valoriser les initiatives visant à une meilleure accessibilité des œuvres cinématographiques. Marius 2019 : Pupille, réalisé par Jeanne Herry et audiodécrit par Dune Cherville. Site du Ministère de la Culture Retour sommaire

1-C) « ON AIME S’IMAGINER LES IMAGES », PUPILLE REÇOIT LE MARIUS, CÉSAR DE L’AUDIODESCRIPTION

NOUS Y ÉTIONS- La cérémonie qui célèbre le travail de mise en mots des films français se tenait hier au Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC). Cette deuxième édition a récompensé Pupille de Jeanne Herry. La cérémonie avait remporté un franc succès en 2018. Une fois de plus, le public était au rendez-vous ce 19 février au Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) pour la remise du deuxième Marius de l’histoire du cinéma français. Le prix, qui récompense la meilleure audiodescription d’un film, a été décerné cette année à Pupille, réalisé par Jeanne Herry. L’audiodescription, c’est ce commentaire sonore qui s’intercale entre les dialogues, les sons, la musique d’un film, et qui apporte des informations visuelles que les non et mal voyants ne peuvent pas deviner. Cela concerne aussi bien les actions, les expressions du visage, que la physionomie des personnages, leur tranche d’âge, les décors, les costumes... Bref, tous les éléments qui permettent de faciliter la compréhension et l’immersion du spectateur, afin qu’il ressente les mêmes émotions qu’une personne voyante. Lien pour la suite du texte : lien : http://www.lefigaro.fr/cinema/cerem... Site du Figaro Retour sommaire

1-D) PRIX MARIUS : AU CINÉMA, LES AVEUGLES Y VOIENT PLUS CLAIR !

Dans la famille des trophées cinématographiques, on demande le Marius ! Ce prix récompensera une fois encore, la meilleure audiodescription de l’année. Les 7 films du César sont en lice. Qui remportera cette 2nde édition ? Réponse le 19 février 2019.

Si je vous dis « trophée et cinéma », vous me répondez… César ? Oscar ? Eh bien non… Marius ! Le jury de cette 2nde édition, composé de 100 personnes tout rond, dont 91 avec une déficience visuelle et 9 « voyants », récompensera la meilleure audiodescription de l’année, le 19 février à 18h, au CNC (Centre national du cinéma) à Paris. En lice : sept films nommés par l’académie des César. Avec ce nouveau prix, la CFPSAA (Confédération Française Pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes) souhaite s’inscrire dans le temps pour ouvrir les yeux du grand public sur la nécessité d’une culture accessible à tous.

Les critères d’attribution Le Marius juge la qualité de la transcription audio ; il sera décerné au film dont l’écoute aura permis aux personnes mal et non-voyantes de mieux comprendre les scénarios et d’en apprécier le contenu. Il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences ou connaissances cinématographiques. Pour faire son choix, le jury va analyser plusieurs éléments : les infos écrites à l’écran (générique, noms, années…), la voix (l’intonation et la neutralité), la rédaction (qui doit être simple et concise) mais aussi la cohérence de la description. En 2018, l’audiodescription du film Petit Paysan faite par Morgan Renault avait remporté les suffrages du jury.

Les origines de l’audiodescription Apparue aux États-Unis en 1975, la transcription audio est une technique qui consiste à insérer un descriptif sonore dans le but d’améliorer la compréhension d’une personne déficiente visuelle. Plus concrètement, les commentaires viennent s’intercaler entre les dialogues et livrent des informations essentielles qui ne peuvent être perçues par l’ouïe. Selon le contexte, l’audiodescription précise des éléments matériels tels que les décors, les paysages, les costumes, les indications écrites (générique, lecture du sous-titrage…) mais également les mouvements et les actions. Elle doit permettre au spectateur de percevoir les subtilités et de ressentir les émotions. Cassandre Rogeret/Handicap.fr – 10 février 2019 Retour sommaire

1-E) « PUPILLE » A OBTENU LE PRIX DE LA MEILLEURE AUDIODESCRIPTION

Photo Studio Canal - Publié le 21/02/2019 à 08:27 – la Dépêche/Haute-Garonne Cinéma/Haute-Garonne/Culture et loisirs

La 44e cérémonie des Césars aura lieu demain vendredi avec en tête de liste des films aussi différents que « Guy », « La douleur », « En liberté », « Les frères Sisters », « Pupille » et « Jusqu’à la garde ». Les professionnels voteront, mettant un peu plus en lumière certains… en oubliant nombre de prétendants à la très prisée statuette. Un autre jury, beaucoup moins connu, a œuvré ces derniers jours afin de choisir son meilleur film, et pas pour des raisons esthétiques mais pour la qualité de son audiodescription, ce dispositif sonore qui permet aux aveugles et aux mal voyants de suivre une histoire sans en voir les images. Six Toulousains ont participé à l’aventure sur une centaine de jurés en France (1). Et décerné leur Marius de l’audiodescription 2019 à Dune Cherville (laboratoire Hiventy) pour son travail sur « Pupille », le très beau film de Jeanne Herry consacré à l’adoption des enfants nés sous X. Christian Call, 45 ans, a participé aux débats. Aveugle de naissance, il est heureux de participer à ce combat pour une meilleure prise en compte de son handicap. « Bien sûr, ce film m’a touché. Mais ce que nous avons récompensé, c’est d’abord et avant tout la qualité du travail d’écriture de Dune Cherville. Elle n’interprète pas le film, elle nous décrit les images, les informations essentielles sur les actions, sur les décors, sur l’apparence des personnages, leur façon de bouger et leurs expressions du visage. De plus, le ton de sa voix est très juste. Elle ne se met pas en avant mais se trouve toujours en phase avec les émotions. » (1) L’opération est organisée par la Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes, avec le soutien du Centre national de la cinématographie, où le prix a été remis mardi.

Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) ARRÊTÉ APPRÉCIANT SITUATION HANDICAP DONNANT LIEU ATTRIBUTION DROITS SANS LIMITATION DURÉE

Arrêté du 15 février 2019 fixant les modalités d’appréciation d’une situation de handicap donnant lieu à l’attribution de droits sans limitation de durée prévue par l’article R. 241-15 du code de l’action sociale et des familles et par l’article R. 821-5 du code de la sécurité sociale.

ELI : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/...

Publics concernés : personnes handicapées, maisons départementales des personnes handicapées, caisses d’allocations familiales et caisses de mutualité sociale agricole. Objet : mesures de simplification au bénéfice des personnes handicapées, des maisons départementales des personnes handicapées, des caisses d’allocations familiales et des caisses de la mutualité sociale agricole. Entrée en vigueur : le présent arrêté entre en vigueur au lendemain de sa publication. Notice : l’arrêté est un texte d’application du décret n° 2018-1222 du 24 décembre 2018 portant diverses mesures de simplification dans le champ du handicap. Il précise les critères d’attribution de droits sans limitation de durée pour certaines prestations destinées aux personnes handicapées. L’ article L. 114 du code de l’action sociale et des familles définit le handicap comme « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». A ce titre, toute personne handicapée, quel que soit son type de handicap (physique, cognitif, psychique, etc.), qui remplit les critères définis par le présent arrêté peut bénéficier de l’attribution de droits sans limitation de durée pour les prestations suivantes : l’allocation aux adultes handicapées mentionnée à l’article L. 821-1 du code de sécurité sociale et la carte mobilité inclusion comportant la mention « invalidité » prévue au 1° du I de l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles. C’est l’évaluation individualisée de la situation de chaque demandeur qui doit permettre de vérifier s’il est possible de lui attribuer ces droits sans limitation de durée. Pour bénéficier de cette attribution, deux critères doivent être remplis au moment de la décision : les limitations d’activités ou restrictions de participation sociale ne doivent pas être susceptibles d’évolution favorable à long terme et le taux d’incapacité permanente doit être supérieur ou égal à 80 %. Pour rappel le guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant en annexe 2-4 du code de l’action sociale et des familles prévoit qu’un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 % correspond à des troubles graves entraînant une entrave majeure dans la vie quotidienne de la personne avec une atteinte de son autonomie individuelle. Cette autonomie individuelle est définie comme l’ensemble des actions que doit mettre en œuvre une personne, vis-à-vis d’elle-même, dans la vie quotidienne. Dès lors qu’elle doit être aidée totalement ou partiellement, ou surveillée dans leur accomplissement, ou ne les assure qu’avec les plus grandes difficultés, le taux de 80 % est atteint. C’est également le cas lorsqu’il y a déficience sévère avec abolition d’une fonction. L’attribution de droits sans limitation de durée intervient à l’occasion du réexamen de la situation des droits arrivés à échéance. Aucune nouvelle demande n’est donc nécessaire lorsque des droits sont en cours.

Article 1 Toute situation de handicap, qu’elle soit liée à l’altération d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, à un polyhandicap ou à un trouble de santé invalidant, donne lieu à l’attribution de droits sans limitation de durée prévue par le deuxième alinéa de l’article R. 241-15 du code de l’action sociale et des familles et par l’ article R. 821-5 du code de la sécurité sociale si, compte tenu des données de la science, elle remplit les deux conditions suivantes : 1° L’évaluation établit l’absence de possibilité d’évolution favorable à long terme des limitations d’activités ou des restrictions de participation sociale occasionnant une atteinte définitive de l’autonomie individuelle des personnes qui ont besoin d’une aide totale ou partielle, d’une stimulation, d’un accompagnement pour l’accomplissement des actes de la vie quotidienne ou qui nécessitent une surveillance ; 2° Le taux d’incapacité permanente du demandeur, fixé selon le guide barème figurant en annexe 2-4 du code de l’action sociale et des familles, est supérieur ou égal à 80 %. Ces deux conditions sont évaluées individuellement au regard de la situation du demandeur.

Article 2 Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 15 février 2019. Sophie Cluzel

Retour sommaire

2-B) LOI VISANT À AMÉLIORER LA SANTÉ VISUELLE DES PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D’AUTONOMIE

Loi n° 2019-72 du 5 février 2019 parue au JO n° 0031 du 6 février 2019

Cette proposition de loi a été déposée à l’Assemblée nationale le mercredi 17 octobre 2018, par Agnès FIRMIN-LE BODO et plusieurs de ses collègues députés.

Les auteurs du texte constatent que "de très nombreux résidents en EHPAD (près d’un quart) ne bénéficient pas d’un équipement optique adapté à leurs besoins". Ils considèrent que "cette situation s’explique principalement par la difficulté de réaliser un examen ophtalmologique dans les EHPAD, mais également par la difficulté d’accompagner des personnes âgées en perte d’autonomie vers des lieux de consultation ou de soins".

Ils proposent donc de "fluidifier le parcours de soins visuels en autorisant les opticiens-lunetiers à réaliser des examens de réfraction en EHPAD".

L’article unique du texte initialement déposé renvoie au pouvoir réglementaire le soin de fixer les conditions dans lesquelles les opticiens sont autorisés à réaliser des tests d’acuité visuelle au sein des EHPAD, afin d’adapter les prescriptions en cours de validité des résidents pour leur permettre de réaliser un équipement optique.

Le texte initial a été modifié lors de son examen à l’Assemblée nationale (en savoir plus sur ces modifications).

Au Sénat, la proposition de loi est examinée conformément à la procédure de législation en commission selon laquelle le droit d’amendement des sénateurs et du Gouvernement s’exerce en commission.

Site du Sénat

Retour sommaire

2-C) ARRÊTÉ DU 6 FÉVRIER 2019 FIXANT LES MONTANTS DES AIDES FINANCIÈRES SUSCEPTIBLES D’ÊTRE ATTRIBUÉES AUX ENTREPRISES ADAPTÉES HORS EXPÉRIMENTATION

I. - L’aide financière prévue à l’article R. 5213-76 du code du travail est une aide au poste dont le montant varie pour tenir compte de l’impact du vieillissement des travailleurs handicapés employés. Son montant annuel par poste de travail occupé à temps plein est fixé à : 1° 15 400 euros pour les travailleurs âgés de moins de 50 ans ; 2° 15 600 euros pour les travailleurs âgés de 50 ans à 55 ans ; 3° 16 000 euros pour les travailleurs âgés de 56 ans et plus. II. - A Mayotte, le montant annuel de l’aide financière mentionnée au I est fixé à : 1° 11 622 euros pour les travailleurs âgés de moins de 50 ans ; 2° 11 774 euros pour les travailleurs âgés de 50 ans à 55 ans ; 3° 12 076 euros pour les travailleurs âgés de 56 ans et plus. III. - Les montants de l’aide sont réduits à due proportion du temps de travail effectif ou assimilé.

Légifrance.gouv.fr

Retour sommaire

2-D) QUESTION ÉCRITE EMPLOI PH ENTREPRISES ADAPTÉES

Question écrite n° 08419 de Mme Françoise Férat (Marne – UC) Publiée dans le JO Sénat du 10/01/2019 (Page 89) Mme Françoise Férat attire l’attention de Mme la ministre du travail sur les impacts de la réforme de l’obligation d’emploi des personnes handicapées sur les entreprises adaptées, les établissements d’aide par le travail (ESAT) et les travailleurs indépendants en situation de handicap (TIH). La loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel favorise l’emploi direct des personnes en situation de handicap dans les entreprises. Elle prévoit que seuls les emplois directs (salariés, alternants, stagiaires…) seront comptabilisés dans le quota de 6 % des effectifs de l’entreprise. Les contrats de sous-traitance passés par les entreprises ou les collectivités avec des entreprises adaptées, des ESAT ou des TIH ne pourront plus être comptabilisés pour remplir leur obligation d’emploi. Ces entreprises totalisent près de 250 000 travailleurs en situation de handicap au niveau national. Elle lui demande quelles sont les mesures envisagées pour accompagner ces travailleurs et comment le Gouvernement compte garantir une neutralité financière pour ces entreprises dont les activités seront impactées du fait du changement du régime de l’OETH. Réponse du Ministère du travail Publiée dans le JO Sénat du 31/01/2019 (page 602) La loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » réforme l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Elle intervient trente ans après la création de cette obligation pour les entreprises par la loi n° 87-517 du 10 juillet 1987 en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés. Le taux d’emploi direct dans le secteur privé est de 3,4 %, pour une cible à 6 %, et il ne progresse que de 0,1 % par an. Si cette réforme vise à augmenter le taux d’emploi des travailleurs handicapés en entreprise, elle n’a pas pour objectif d’opposer emploi direct et emploi indirect car les achats de biens et services auprès des entreprises adaptées, des établissements spécialisés d’aide par le travail et des travailleurs indépendants handicapés (contrats de sous-traitance) restent valorisés. La loi du 5 septembre 2018 change seulement les modalités de prise en compte de ces achats. Les modalités actuelles d’acquittement des contrats de sous-traitance sont remplacées par une nouvelle valorisation. Les contrats de sous-traitance seront toujours pris en compte mais sous forme de déduction à la contribution des entreprises. Lors de la phase de concertation avec les partenaires sociaux et les représentants des associations, l’État s’est engagé à ce que ce nouveau mode de valorisation s’inscrive dans un principe de neutralité afin de garantir un effet incitatif de la sous-traitance pour les entreprises. Les modalités de calcul seront définies par décret avec un objectif de neutralité financière par rapport à aujourd’hui. Les activités des établissements d’aide par le travail (ESAT), des entreprises adaptées (EA) et des travailleurs indépendants en situation de handicap (TIH) ne seront donc pas impactées par ce nouveau mode de calcul. Le Gouvernement soutient pleinement le rôle joué par les entreprises adaptées et les établissements et service d’aide par le travail (ESAT) dans l’insertion des travailleurs handicapés. Dans ce cadre, Muriel Pénicaud, ministre du travail et Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, ont signé un engagement national avec l’Union nationale des entreprises adaptées (UNEA), APF handicap et l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales, et de leurs amis (UNAPEI). Les signataires se sont engagés à créer 40 000 emplois supplémentaires en entreprises adaptées pour les personnes en situation de handicap d’ici 2022. À cet effet, l’État s’est engagé à accompagner cet objectif par un effort budgétaire. Les différentes aides publiques seront portées à 500 millions d’euros par an d’ici 2022. Parallèlement, le Gouvernement a prévu différentes mesures pour accompagner les entreprises dans cette réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Tout d’abord, la loi valorise toutes les formes d’emploi des travailleurs handicapés (stages, période de mise en situation professionnelle, intérim). Ces formes d’emploi pourront être comptabilisées dans le taux d’emploi direct des entreprises. Par ailleurs, le Gouvernement a lancé en juillet 2018 une concertation visant à rénover et mettre en cohérence l’offre de services aux entreprises au bénéfice de l’emploi des travailleurs en situation de handicap. Site « Mon Sénat » Retour sommaire

2-E) LE DÉFENSEUR DES DROITS ET LA CNSA S’ENGAGENT POUR L’ACCÈS AUX DROITS DES PERSONNES QUEL QUE SOIT LEUR ÂGE OU LEUR SITUATION DE HANDICAP

Le Défenseur des droits et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) signent ce jour une convention de partenariat, formalisant ainsi une coopération déjà en œuvre depuis plusieurs années entre les deux institutions. Tant le Défenseur des droits que la CNSA contribuent, dans le cadre de leurs missions respectives, à favoriser l’accès aux droits et l’égalité de traitement sur l’ensemble du territoire, de toutes les personnes handicapées ou en perte d’autonomie, quel que soit leur handicap ou leur âge. Cette convention organise la collaboration entre les deux institutions en vue de développer des actions communes en matière de protection et de promotion des droits des personnes handicapées ou en perte d’autonomie. Par cette convention, et dans le respect de leur indépendance respective, le Défenseur des droits et la CNSA ont ainsi décidé : • de renforcer leur coopération dans le cadre du traitement des réclamations individuelles liées à l’avancée en âge ou au handicap ; • de mutualiser leur expertise et de procéder à des échanges réguliers d’informations concernant notamment les évolutions législatives et règlementaires ainsi que les projets de réforme en cours ; • de solliciter leur concours mutuel dans le cadre de formations organisées à destination de leurs agents ou professionnels de leurs réseaux, notamment ceux des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), en approfondissant les coopérations engagées ; • de collaborer afin de favoriser l’accès aux droits des personnes quel que soit leur âge, leur situation de handicap, sur l’ensemble du territoire national, dans le respect des principes de dignité, d’autonomie, d’égalité et de non-discrimination consacrés par la Convention des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées (CIDPH). Cette signature, le jour anniversaire de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, intervient dans un contexte où le handicap est considéré comme une priorité gouvernementale et la question du grand âge et de l’autonomie portée dans le cadre d’une concertation nationale. « La symbolique du 11 février, pour la signature de la convention de partenariat entre nos deux institutions, touche particulièrement les membres du Conseil de la CNSA. Porter en lien étroit avec le Défenseur des droits nos politiques pour l’autonomie de tous ceux qui vivent avec un handicap, c’est affirmer avec force que l’égalité des droits, des chances et la participation sont le socle de la citoyenneté », indique la présidente du Conseil de la CNSA, Marie-Anne Montchamp. Pour le Défenseur des droits, Jacques Toubon « La différence de traitement qui existe aujourd’hui en France entre les personnes en situation de handicap, selon l’âge auquel survient le handicap, est contraire aux principes énoncés par la CIDPH. Ce partenariat donnera davantage de poids aux actions et réflexions engagées par nos deux institutions afin d’apporter une protection identique aux personnes handicapées, quels que soient leur âge, la nature et l’origine de leur handicap afin de leur assurer une égale jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales ». La directrice de la CNSA, Anne Burstin, s’est réjouie que cette coopération renforcée vienne aiguillonner la dynamique d’amélioration de la qualité et d’écoute des personnes handicapées engagée par les maisons départementales des personnes handicapées et la CNSA. En 2018, tout comme en 2017, le handicap est le premier motif de saisine du Défenseur des droits en matière de discriminations. Site de la CNSA

Retour sommaire

2-F) PARCOURSUP/DÉFENSEUR DES DROITS

Parcoursup : le défenseur des droits, dans deux décisions, recommande plus de transparence, de mobilité et de mixité et des mesures d’accompagnement adaptées pour les personnes handicapées

Le fonctionnement de la plateforme Parcoursup chargée de l’affectation des étudiants depuis la loi du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) a donné lieu a deux instructions du Défenseur des droits. D’une part, à la suite d’une autosaisine concernant la question de la prise en compte des étudiants en situation de handicap dans le cadre de Parcoursup, d’autre part, à la suite de plusieurs requêtes qui faisaient état de l’absence de transparence de la procédure d’affectation ainsi que du caractère potentiellement discriminatoire de certains critères utilisés pour retenir les candidats, notamment leur lieu de résidence ou leur situation sociale. Concernant la question de la prise en compte des étudiants en situation de handicap, le Défenseur des droits recommande, dans sa décision n°2018-323 :
- que des mesures appropriées soient prises afin de garantir aux personnes handicapées un accès non discriminatoire à l’enseignement supérieur ;
- la mise en œuvre des mesures d’accompagnement des candidats handicapés ;
- que ces étudiants ne soient pas pénalisés dans l’évaluation de leurs parcours ;
- et d’examiner la possibilité de mettre en place dans chaque académie un dispositif permettant une affectation prioritaire des candidats en situation de handicap. Par ailleurs, dans le cadre de l’instruction des saisines reçues, le Défenseur des droits a sollicité et obtenu des éléments d’explication de la part de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de Noëlle Lenoir, présidente du comité éthique et scientifique de la plateforme Parcoursup, de Gilles Roussel, président de la conférence des présidents d’université, et de plusieurs établissements d’enseignement supérieur. À l’issue de son instruction, le Défenseur des droits a rendu une décision n°2019-021 dans laquelle il recommande à la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de :
- faire en sorte qu’au moment de la formulation de leurs vœux, et non plus a posteriori, les candidats disposent de l’ensemble des informations relatives aux modalités de traitement de leur candidature (ordre de prise en considération des critères propres à chaque formation, leur hiérarchisation, leur poids dans la prise de décision par la commission locale) afin d’assurer la transparence de la procédure et de permettre aux candidats d’effectuer leurs choix en toute connaissance de cause ;
- rappeler aux chefs des établissements d’enseignements supérieur la nécessité de définir de manière suffisamment précise les attendus locaux ;
- rendre effective la possibilité de mobilité géographique pour les candidats qui le souhaitent, en particulier en Ile-de-France : en 2018, dans certaines filières d’universités parisiennes, les seuils de candidats hors secteur fixés par le rectorat étaient limités à 1% ;
- favoriser l’accueil de candidats boursiers dans toutes les formations de l’enseignement supérieur afin d’atteindre l’objectif de mixité sociale figurant dans la loi ORE et d’éviter la concentration des étudiants boursiers dans certaines formations ou établissements ;
- mener une analyse approfondie concernant l’affectation des bacheliers technologiques et professionnels dans l’enseignement supérieur et favoriser davantage leur accès dans les formations de leur choix. Le bilan que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation établit du premier exercice de Parcoursup permet, en effet, de constater que ces bacheliers, dont beaucoup proviennent de milieux modestes ou défavorisés, reçoivent moins de propositions que les bacheliers généraux, sont confrontés à plus d’attente et font l’objet de plus de refus. Enfin, le Défenseur des droits rappelle que le recours au critère du lycée d’origine pour départager les candidats peut être assimilé à une pratique discriminatoire s’il aboutit à exclure des candidats sur ce fondement. Il est favorable à l’idée d’anonymiser les candidatures déposées dans Parcoursup afin que le lieu de résidence ne soit pas visible. Le Défenseur des droits demande à la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de rendre compte des suites données à ces recommandations dans un délai de deux mois et sera attentif au déroulement de la seconde année de la procédure Parcoursup.

Site du Défenseur des Droits Retour sommaire

3) ACTUALITÉS SOCIALES

3-A) AIDE À DOMICILE/FUTUR MODÈLE DE FINANCEMENT

Le comité de pilotage national de l’aide à domicile réuni le 11 février a permis d’échanger sur le futur modèle de financement des services d’aide et d’accompagnement à domicile et sur la préfiguration du modèle en 2019. Le nouveau modèle de financement des services d’aide et d’accompagnement à domicile doit assurer l’accessibilité financière et géographique des services pour les personnes âgées et les personnes handicapées, permettre une plus grande équité de traitement et une meilleure maitrise des restes à charge pour les personnes. Il vise également à rendre l’offre plus lisible et à assurer une meilleure transparence tarifaire. Des réunions bilatérales organisées avec chacune des 10 fédérations nationales fin 2018 et des échanges avec les départements ont permis de préciser ce nouveau modèle de financement. La CNSA et la DGCS ont présenté aux représentants des fédérations de l’aide à domicile et des conseils départementaux les résultats de ces travaux lors du comité de pilotage national de l’aide à domicile le 11 février 2019. Le modèle tarifaire rénové repose sur : • un tarif de référence national plancher pour l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et la PCH (prestation de compensation du handicap), applicable à tous les services d’aide et d’accompagnement à domicile • et un complément de financement (appelé modulation positive ou dotation complémentaire) attribué aux services sur objectifs pris dans le cadre d’un contrat pluriannuel d’objectif et de moyens (CPOM). Ces engagements portent sur le profil des personnes accompagnées, les caractéristiques du territoire couvert et l’amplitude d’intervention. Ces financements complémentaires compenseront les surcoûts engendrés par ces engagements avec l’objectif de ne pas accroître le reste à charge des personnes. Le montant du tarif de référence national pour l’APA et la PCH n’est pas encore fixé et doit être discuté dans le cadre plus général de la concertation Grand âge et autonomie. Une préfiguration de ce nouveau modèle de financement sera lancée dans les prochaines semaines. En effet, une première enveloppe de 50 millions d’euros, annoncée par la ministre des Solidarités et de la Santé le 30 mai 2018, permettra aux conseils départementaux de commencer à mettre en œuvre la « modulation positive ». Un projet de décret pour la mise en œuvre de cette mesure a été présenté et discuté lors de ce comité de pilotage. Il prévoit que les conseils départementaux lancent un appel à candidatures pour retenir les services d’aide à domicile susceptibles de participer à la préfiguration du futur modèle de financement en signant un CPOM avec le département. La CNSA et la DGCS accompagneront les départements et les services d’aide et d’accompagnement à domicile tout au long de la préfiguration notamment par la mise à disposition d’outils facilitant l’appel à candidatures et la mise en place des CPOM. Lors de ce comité de pilotage, les fédérations et représentants des conseils départementaux ont notamment insisté sur l’importance de rénover le modèle de financement des services d’aide et d’accompagnement à domicile en apportant les moyens financiers nécessaires, et sur la nécessité de donner de la visibilité aux acteurs sur l’avenir des services d’aide et d’accompagnement à domicile au-delà de la préfiguration prévue en 2019. Information transmise par le GIAA Paca-Corse Retour sommaire

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) LES NATIONS UNIES ADOPTENT LA RÉSOLUTION SUR LA JOURNÉE MONDIALE DU BRAILLE

Le 17 décembre 2018, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la résolution de l’UMA instaurant la Journée Mondiale du Braille le 4 janvier, une journée internationale visant à la sensibilisation concernant l’importance du Braille. La Résolution rappelle que le braille est un mode de communication pour les personnes aveugles, comme le reflète l’article 2 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, et il peut être pertinent dans le contexte de l’enseignement, de la liberté d’expression et d’opinion, et dans l’accès à l’information et à la communication écrite. Sans oublier le contexte de l’inclusion sociale pour les personnes aveugles, comme l’indiquent les articles 21 et 24 de la Convention.

La Résolution affirme que l’utilisation du braille par les personnes aveugles et malvoyantes assure la communication des informations importantes pour elles et pour les autres, et est synonyme de compétence, d’indépendance et d’égalité. Elle reconnaît que la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le contexte de l’accès au langage écrit est une condition préalable critique pour le plein épanouissement des droits de l’homme dont jouissent les personnes aveugles et malvoyantes.

L’ONU proclame le 4 janvier Journée Mondiale du Braille, et chaque année, à cette date, auront lieu des actes de sensibilisation à l’importance du Braille comme mode de communication pour le plein épanouissement des droits humains des personnes aveugles et malvoyantes. Elle invitera aussi tous les États Membres, les organisations pertinentes de l’appareil des Nations Unies, les organisations internationales et la société civile, ONG et secteur privé compris, à fêter la Journée Mondiale du Braille comme il se doit, pour contribuer à la sensibilisation du public au Braille en tant qu’outil de communication.

La Résolution dans son intégralité est maintenant disponible en plusieurs langues sur le site web de l’ONU et sur le site web de l’UMA. Nous animons nos membres à télécharger cette Résolution et à l’utiliser pour promouvoir l’apprentissage du Braille dans leurs pays.

Le braille est utilisé pour toutes les langues à base européenne, et il a été adapté à l’arabe et aux langues asiatiques. D’après la toute dernière édition de « L’Usage du braille dans le monde, troisième édition » (2013), le braille est actuellement employé dans plus de 140 pays.

L’Union Mondiale des Aveugles estime que la lecture est un droit humain et que le braille est essentiel et doit être accessible à l’échelle planétaire. Pour commémorer la première Journée Mondiale du Braille officielle, le 4 janvier 2019, l’UMA a publié un communiqué de presse animant les membres, partenaires et le grand public à continuer à plaider en faveur de l’apprentissage du Braille, en particulier dans les pays en développement où il est inaccessible et cher pour la plupart des aveugles. Dans sa déclaration, l’UMA appelle les gouvernements à respecter les obligations prévues par la CRPD de l’ONU et le Traité de Marrakech, par la mise en œuvre de cadres politiques assurant la promotion de l’apprentissage du Braille dans leurs pays. L’UMA insiste sur le fait qu’il est crucial de produire des ouvrages imprimés en braille, pour donner aux aveugles accès aux mêmes opportunités de lecture et d’apprentissage que les personnes dotées de vue. La déclaration complète est disponible sur le site web de l’UMA : http://www.worldblindunion.org/Engl...

Les membres et les partenaires de l’UMA dans le monde ont fêté le nouveau statut de la Journée Mondiale du Braille avec une grande émotion. Le Président de l’UMA, le Dr. Fred Schroeder, a assisté à l’Assemblée Générale de l’ONU à New York au cours de laquelle la résolution a été approuvée, et il a voulu partager un message de remerciement à travers la chaîne de l’UMA sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?time_... Les membres de l’UMA et les partenaires internationaux ont également partagé leurs messages via Twitter, Facebook et YouTube.

Bulletin de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles) – Janvier 2019

Retour sommaire

5-B) BOURSES D’APPRENTISSAGE DU BRAILLE DE L’UMA

L’Union Mondiale des Aveugles a le plaisir d’inviter les candidats éligibles à envoyer leurs dossiers de bourses d’apprentissage du Braille. Les candidats aveugles et malvoyants en provenance de pays à faibles revenus sont prioritaires.

Tous les candidats demandant une bourse doivent fournir une lettre de demande soulignant l’utilisation qu’il vont faire de cette bourse, y compris un budget détaillé et une rédaction de 500 mots environ décrivant les études, le programme ou le projet d’auto-emploi visés.

Une lettre de recommandation d’une organisation de ou pour les aveugles reconnue dans le pays de résidence du candidat ou un représentant de l’Union Mondiale des Aveugles est également exigée.

Toutes les demandes dûment remplies sont maintenant à présenter à l’Union Mondiale des Aveugles, soit par courrier électronique adressé à info@wbu.ngo soit par courrier braille ou postal à l’adresse de l’UMA : WBU, 1929 Bayview Avenue, Toronto, Ontario, M4G 3E8. Canada. Les demandes sont réceptionnées à tout moment de l’année et les bourses accordées avant le 30 juin de chaque année.

Les programmes de bourses sont les suivants :

1. Bourse Hermoine Grant Calhoun : Cette bourse est proposée aux femmes aveugles et malvoyantes lycéennes ou étudiantes dans n’importe quel domaine dans leur pays. Les femmes des pays les moins développés et des pays à faibles et moyens revenus sont prioritaires. Toutes les bourses se montent à au moins 100 $ USD, avec un maximum de 750 $ USD, et accordées pour tout cours.

2. Fonds pour la jeunesse Pedro Zurita : Cette bourse est destinée aux jeunes, hommes et femmes, aveugles et malvoyants de 15 à 30 ans. Elle peut servir à financer le cours des études ou des programmes suivis sur plus d’un an, mais elle n’est pas garantie pour toute la durée de la période d’études.

3. Bourse Barbara Marjeram pour l’apprentissage du Braille : Les candidates à cette bourse doivent être aveugles et malvoyantes, et avoir entre 14 et 30 ans. Elles doivent être inscrites à un programme d’enseignement officiel dans leur pays. Les candidatures des étudiantes engagées dans un programme reconnu d’enseignement à distance sont également acceptées. Elles doivent savoir écrire et lire le braille ou avoir le désir d’apprendre le braille, sur place ou à travers un programme d’enseignement à distance. Les candidatures doivent être accompagnées d’une description de 500 mots environs du programme ou du cursus visé.

4. La Bourse Gerald Dirks pour la progression de l’apprentissage du braille est destinée aux hommes et aux femmes aveugles et malvoyants âgés de 18 à 35 ans originaires d’Afrique et travaillant avec le Braille. Les candidats doivent savoir lire et écrire le braille. La priorité sera accordée aux candidats ayant déjà suivi des études ou une formation qui les qualifient comme enseignant pour élèves aveugles ; ou qui sont en formation d’assistanat dans la classe d’un enseignant qualifié ; ou encore impliqués dans un projet créatif d’alphabétisation en braille.

5. Le Prix Mary Hochhausen à des fins didactiques et musicales a vu le jour en 2014 grâce à la famille Hochhausen, qui a voulu honorer la mémoire de Mary Hochhausen. Il est décerné aux jeunes, hommes et femmes, aveugles de 18 à 35 ans qui ont un intérêt particulier ou un talent prouvé pour la musique et vivent dans un pays en développement La priorité sera accordée aux candidats de l’Union Africaine.

Deux bourses ou plus peuvent être accordées chaque année, d’une valeur allant jusqu’à 2 000 $US chacune. Elles sont destinées à l’apprentissage du solfège/de la musique en braille. Les sommes allouées peuvent aussi servir à la création de programmes scolaires de musique ou projets similaires. Les candidats à cette bourse doivent savoir lire et écrire le braille et posséder un talent musical prouvé, ainsi que le désir d’approfondir leur formation et/ou leur travail en vue d’une carrière musicale.

Pour plus de détails sur le site de l’UMA : site web à la page consacrée aux bourses.

Bulletin de l’UMA (Union Mondiale des Aveugles) – Janvier 2019

Retour sommaire

6) ACCESSIBILITÉ

6-A) POLITIQUE/ACCESSIBILITÉ – GRAND DÉBAT NATIONAL EN V2

L’accessibilité de la plateforme web du Grand Débat National lancé le 15 janvier devrait être améliorée dans le courant du mois de février, indique un porte-parole de la mission ad hoc. Des internautes aveugles se plaignent en effet de devoir parcourir l’intégralité de l’agenda des débats locaux pour trouver le lieu qui les intéresse, et ne pouvoir s’inscrire pour déposer une contribution au débat. "Des fenêtres pop-up doivent prochainement être dédiées à la sélection d’événements, explique ce porte-parole, et déposer une contribution au moyen d’un formulaire pour répondre aux questions du débat. Elles seront mises en place le plus rapidement possible." Il n’est toutefois pas envisagé d’introduire des informations explicatives sur le Grand débat et ses enjeux en Langue des Signes Française ou en Français facile à lire et à comprendre. La mission du Grand débat utilise en effet une plateforme conçue par Cap Collectif, maintes fois employée par les ministères depuis au moins trois ans pour diverses opérations de concertation sans qu’elle ait été conçue accessible ni que des aménagements ultérieurs rectifient cette lacune. Or, la législation oblige les nouveaux sites web de communication publique à respecter des obligations en la matière. Côté accessibilité des réunions, la mission du Grand débat en renvoie la responsabilité aux maires qui doivent disposer dans leurs communes de tous les outils nécessaires. "Une réflexion est en cours avec le cabinet de la secrétaire d’État aux Personnes handicapées pour pousser des informations sur l’accessibilité du Grand Débat National, qui seront déclinées au niveau local en lien avec des associations", conclut le porte-parole de la mission. Ce débat doit s’achever le 15 mars. 31 janvier 2018

Yanous-Actu n°524 Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

8) EMPLOI

8-A) OFFRE D’EMPLOI

Instructeur de locomotion (F/H) Service médico-social SIAM 92 et SAAAS Siège : 14 avenue du Général de Gaulle – 92150 Exercice : Département des Hauts-de-Seine (92)

CDI Temps partiel (17h30 hebdomadaires) CCNT du 15 mars 1966 Salarié non cadre

Description de l’établissement : La Fédération APAJH, premier acteur généraliste dans le secteur du handicap (130 établissements en gestion directe et 3419 salariés) s’engage par son action militante et gestionnaire d’établissements à faire avancer la réflexion et l’action en faveur de la personne en situation de handicap dans une perspective d’épanouissement et d’inclusion sociale et professionnelle. Le SIAM 92, SESSAD constitué d’un SAFEP et d’un SAAAS, contribue à la réussite de cet engagement en dispensant un soutien spécialisé en milieu ordinaire de personnes de 0 à 20 ans en situation de handicap visuel, de leurs familles et des acteurs de leur environnement.

Missions : L’instructeur de locomotion participe avec l’équipe pluridisciplinaire à l’accompagnement de la socialisation, de la scolarisation et de la formation des jeunes déficients visuels, dans le cadre d’un projet individualisé d’accompagnement. Prenant en compte la globalité de la situation de handicap visuel de la personne, il aide celle-ci à acquérir une autonomie lui permettant de se déplacer en confort et en sécurité par le développement de son potentiel multi-sensoriel et cognitif et l’enseignement de techniques spécifiques. L’instructeur de locomotion exerce ses fonctions en déplacement sur les différents lieux de l’environnement des personnes accompagnées et au siège du service.

Profil : Diplôme requis : Certificat d’Aptitude à l’Éducation et à la Rééducation de la Locomotion pour Déficients Visuels (CAERLDV) Véhicule indispensable : Exercice en ambulatoire

Renseignements administratifs : Date d’arrivée souhaitée : mars 2019 Candidature à adresser à : Mme la Directrice – SIAM 92 – 14 avenue du Général de Gaulle – 92150 Suresnes  : 01 41 44 88 10 (secrétariat) Mél. : siam92@apajh.asso.fr

Personne à contacter pour tout renseignement sur le poste : Secrétariat du SIAM 92

1Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) « LA DIVERSITÉ DES MODES DE COMMUNICATION DES PERSONNES SOURDAVEUGLES »

Troisième Journée Rencontre Des Acteurs De La Surdicécité

Vendredi 10 mai 2019 – CISP Ravel – 6 avenue Maurice Ravel 75012 Paris

L’Association Nationale pour les Personnes SourdAveugles, ANPSA, organise la 3ème journée rencontre des acteurs de la surdicécité, le 10 mai prochain à Paris. De temps à autres vous vous trouvez dans la situation de devoir communiquer avec une personne qui est à la fois déficiente auditive et déficiente visuelle. Des personnes en situation de surdicécité présenteront les codes de communication qu’elles utilisent. Comme vous le verrez dans le programme ci-dessous, la variété des modes de réception et d’expression est importante.

Lors des deux dernières journées, la question des codes de communication a été proposée comme sujet d’une prochaine rencontre. Ce sujet, nous intéresse tous lorsque nous rencontrons une Personne SourdAveugle (PSA) : bien connaitre son moyen de communication et les adaptations nécessaires faciliteront largement les échanges. Des personnes en situation de surdicécité, utilisant des moyens de communication différents, nous dirons les adaptations nécessaires pour faciliter la conversation avec elles. Cette sensibilisation vous permettra d’être plus confortable lors d’une rencontre avec une personne sourdaveugle.

Programme : Modérateur de la journée : Pascale Algeri

Accessibilité : • Interprétariat LSF • Transcription • Boucle Magnétique • 9h 9h15 Ouverture de la journée Dominique Spriet

9h15 10h 15 A. La communication avec les PSAs n’ayant pas de communication codée

1. La fonction du mouvement et du comportement comme moyen d’expression dans la communication non verbale : analyse de vidéos, Frank Bertaux 2. Les codes de Communication Augmentés : les objets de références, les pictogrammes : Dominique Spriet

10h45 12h00 B. Les codes de communication codée utilisés par des PSA ayant une langue, les différentes adaptations et contraintes.

1. Le Français a. L’oral : i. Les aides techniques (prothèses auditives, implants, BM…) Jean Bouissou ii. La lecture labiale, Annie Rivoal iii. La Tadoma : Annie Van Espen

12h15 13h45 Repas, une opportunité pour échanger avec des personnes sourdaveugles ou des partenaires.

14h00 17h30 Suite du point B a. L’écrit i. L’agrandissement et sa technologie Philippe Racaud ii. Le braille et sa technologie Alain Bardet iii. La dactylologie : iv. L’écriture fictive Annie Van Espen

3. La LSF a. La LSF en champ réduit, les contraintes environnementales : éclairage, contraste etc. : Stéphanie Floux

b. La LSF tactile les contraintes environnementales : confort, rapidité, etc. Christine Engelbach

4. La communication Haptique : Sonja Van De Molengraft CRESAM

17h30 18 h00 Clôture de la journée et prospectives pour 2020

Intervenants : • Alain BARDET Personne SourdAveugle, administrateur à l’Anpsa, traducteur retraité • Franck BERTAUX – Conseiller CRESAM retraité. Master Communication et Surdicécité congénitale / Université Groningen (NL) • Jean BOUISSOU Personne SourdAveugle. Master en Sciences Politique ; Président de l’association Quintette • Christine ENGELBACH Personne SourdAveugle, administrateur à l’Anpsa, • Philippe RACAUD Personne SourdAveugle, Président de l’Anpsa • Annie RIVOAL Personne SourdAveugle Adhérente à l’Anpsa • Dominique SPRIET Professionnel de la surdicécité, retraitée Master Communication et Surdicécité congénitale / université de Groningen NL • Annie Van ESPEN Personne SourdAveugle, Vice-présidente de l’Anpsa. • Sonja VAN DE MOLENGRAFT Directrice du CRESAM Master Communication et Surdicécité congénitale / Université Groningen (NL) Si vous êtes intéressés, demandez la fiche d’inscription à l’ANPSA : formanpsa@anpsa.fr Retour sommaire

12-B) LES LIEUX CULTURELS PARTENAIRES DU SERVICE SOUFFLEURS D’IMAGES

Département 75 Paris Artistic Théâtre www.artistic-athevains.com Crypte archéologique www.crypte.fr Fondation Good planet www.goodplanet.org Grand Palais www.grandpalais.fr Jeu de Paume www.jeudepaume.org Le 104 www.104.fr La Colline, théâtre National www.colline.fr Le Carreau du Temple www.carreaudutemple.eu Le Lucernaire www.lucernaire.fr Le Regard du Cygne www.leregarducygne.fr Les Artistes de Ménilmontant www.artistesdeménilmontant.org Les Catacombes www.catacombes.fr Les Déchargeurs www.lesdechargeurs.fr Le Point Virgule www.lepointvirgule.com Maïf Social Club www.maifsocialclub.fr Maison Balzac www.maisondebalzac.fr Maison Bourdelle www.bourdelle.fr Maison Carnavalet www.carnavalet.fr Maison Cernuschi www.cernuschi.fr Maison d’Europe et d’Orient www.sildav.org Maison de Victor Hugo www.maisonsvictrohugo.fr Maison des Métallos www.maisondesmetallos.org Médiathèque Marguerite Yourcenar facebook Mediatheque Marguerite Yourcenar Monnaie de Paris www.monnaiedeparis.fr Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme www.mahj.org Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris www.mam.fr Musée de Vie Romantique www.museevieromantique.fr Musée Cognacq-Jay www.cognacq-jay.fr Musée de l’Orangerie www.musee-orangerie.fr Musée d’Orsay www.musee-orsay.fr Musée du Général Leclerc www.leclercmoulin.fr Musée du Louvre www.louvre.fr Musée du Luxembourg www.museeduluxembourg.fr/ Musée du Quai Branly www.quaibranly.fr Musée National des Arts Asiatiques - Guimet www.guimet.fr Musée Yves Saint Laurent Paris www.museeyslparis.com Musée Zadkine www.zadkine.fr Nuit Blanche Paris facebook NBPAris Opéra Comique www.opera-comique.com Palais Galliera www.palaisgalliera.fr Parc de la Villette www.lavillette.com Petit Palais www.petitpalais.fr Théâtre 13 www.theatre13.fr Théâtre aux Mains Nues www.theatre-aux-mains-nues.fr Théâtre de l’Atalante www.theatre-latalante.com Théâtre de l’Aquarium www.theatredelaquarium.net Théâtre de la Bastille www.theatre-bastille.com Théâtre de Belleville www.theatredebelleville.com Théâtre de la Cité internationale www.theatredelacite.com Théâtre de Ménilmontant www.menilmontant.info Théâtre de l’Opprimé www.theatredelopprime.com Théâtre le Ranelagh www.theatre-ranelagh.com Théâtre Dunois www.theatredunois.org Théâtre Mogador www.theatremogador.fr Théâtre Montmartre Galabru www.theatregalabru.com Théâtre Nord-Ouest www.theatredunordouest.com Théâtre Paris Villette www.theatre-paris-villette.fr

Département 92 Hauts de Seine : L’Espace Icare (Issy les Moulineaux) www.espace-icare.net Le Sel (Sèvres) www.sel-sevres.org Les 3 pierrots (Saint Cloud) www.3pierrots.fr Musée des Avelines (Saint Cloud) www.musee-saintcloud.fr Parade(s), festival des Arts de la Rue de Nanterre www.nanterre.fr Théâtre 71(Malakoff) www.theatre71.com Théâtre l’Avant Seine (Colombes) www.lavant-seine.com Théâtre des Amandiers (Nanterre) www.nanterre-amandiers.com Théâtre Jean Vilar (Suresnes) www.theatre-suresnes.fr

Département 93 Seine-Saint-Denis : Espace 1789 (Saint-Ouen) www.espace-1789.com MC 93 (Bobigny) www.mc93.com Théâtre Berthelot (Montreuil) www.theatreberthelot.fr Théâtre de la Commune (Aubervilliers) www.lacommune-aubervilliers.fr Département 94 Val-de-Marne : Théâtre de Saint Maur des Fossés www.theatresaintmaur.com Théâtre des Quartiers d’Ivry www.theatre-quartiers-ivry.com Maison des Arts et de la Culture de Créteil www.maccreteil.com Théâtre Romain Rolland (Villejuif) www.trr.fr Département 78 Yvelines Centre Culturel Jean Vilar (Marly le Roi) www.ccjeanvilar.com Château de Versailles www.chateauversailles.fr Le Quai 3 (Le Pecq) www.ville-lepecq.fr Musée Raymond Devos (Saint Rémy les Chevreuse) www.raymond-devos.or Une nouveauté 2019 : vous pourrez désormais faire appel aux souffleurs d’images pour les prochains spectacles de l’Opéra-Comique.

Contact utile : Service Souffleurs d’Images du Centre Recherche Théâtre Handicap (CRTH) 163 Rue de Charenton, 75012 PARIS souffleursdimages@crth.org http://crth.org/?page=souffleurs 01 42 74 17 87

Les actualités Souffleurs d’Images – Janvier 2019

Retour sommaire

12-C) CATALOGUE DES FORMATIONS 2019

Fédération des Aveugles de France

Dernières places disponibles ! Apprenez à créer des documents bureautiques accessibles grâce à notre formation des 18 et 19 mars 2019. Un expert vous dit tout : qu’impose la loi ? Quelles sont les règles à respecter et les bonnes pratiques en matière d’accessibilité numérique ? Au programme, démonstrations et cas concrets. Plus que quelques places disponibles, inscrivez-vous vite via le bulletin d’inscription accessible en ligne à la dernière page du catalogue de formations. Informations et contacts : Retrouvez les programmes détaillés des formations 2019 sur le site internet de la Fédération des Aveugles de France. Pour tout complément d’information, contactez-nous au 01 44 42 91 88 ou par mail à secretariat.informatique@aveuglesdefrance.org.

Retour sommaire

12-D) COMBATTRE LE "REGARD SOCIAL" : UN DÉFI POUR LES AVEUGLES

Présentation du calendrier 2019 de la Fédération des Aveugles de France "Les journalistes peuvent mettre leur bandeau" : la Fédération des aveugles de France a choisi de plonger l’auditoire dans le noir pour la présentation mardi d’un calendrier destiné à combattre "le regard social" posé sur le handicap. "Le regard social pèse d’un poids considérable", a témoigné Pascale Casanova-Franck, la plus grande championne française de ski non voyante française, onze médailles olympiques, quatre titres de championne du monde. Ce n’est pas dans le ski de compétition qu’elle a le plus souffert de ce regard sur le handicap mais dans son métier de cadre d’une grande entreprise. "J’ai été victime de harcèlement moral de la part de mon chef, qui estimait que je ne pouvais pas faire le travail à cause de mon handicap", raconte celle qui dévalait des pistes de ski à 110 km/h. Ludovic Petitdemange, chercheur en mathématiques et astronomie, préfère cacher son handicap à l’université où il enseigne, de peur qu’on lui interdise d’exercer. "Je n’ai pas de problème dans mon métier mais je sais que si je dis que je ne vois pas, on risque de me juger incapable d’enseigner", a-t-il expliqué. "Les métiers sont accessibles, mais les études ne le sont pas", constate ce chercheur au Laboratoire d’étude du rayonnement de la matière en astrophysique. Spécialiste de mathématiques fondamentales, il a les outils numériques dont il a besoin. Mais enfant, en sixième, il avait dû rejoindre une école spécialisée pour aveugles, faute de matériel adapté dans son collège. "L’inclusion scolaire se fait aujourd’hui aux forceps", regrette-t-il. "La société se prive de talents. Je rêve en France d’un Stephen Hawking", ce physicien britannique souffrant d’une sclérose latérale amyotrophique célèbre pour ses travaux en cosmologie et gravité quantique. "En France, vous aurez beau dire quelque chose d’ultra intelligent, si vous êtes aveugle, on ne vous écoutera pas", dit-il.
- "Que voyez-vous ?" - Pascale Casanova et Ludovic Petitdemange figurent parmi les 12 personnalités malvoyantes du calendrier de la Fédération nationale des aveugles, intitulé "Que voyez-vous ?" "Voyez-vous des personnes tristes, râleuses, pessimistes ?", interroge le président de la Fédération des aveugles Vincent Michel. "Pas du tout car chacune d’elles a relevé le défi de vivre sa vie. Alors oui, on a des difficultés quand on est aveugle", lance-t-il. "Mais nous n’allons pas aller sur les ronds-points avec des cannes blanches", ironise-t-il, "on a choisi d’interpeller la société à travers ce calendrier", réalisé depuis 9 ans à l’intention des décideurs. A fil des pages sont ainsi apostrophés Emmanuel Macron (sur l’application des lois sur le handicap) ou le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer ("l’école inclusive n’est pour l’instant qu’un simple slogan"). Dans le passé, certains se sont piqués au jeu, comme Michel Édouard Leclerc qui a engagé un travail sur l’accès au travail des handicapés dans son groupe de distribution après avoir été "interpellé" dans le calendrier en 2018. "J’attends toujours qu’un ministre de la Culture s’empare de la question de la lecture", déplore le président de la Fédération, lui-même grand lecteur. "8% de livres accessibles aux aveugles, cela veut dire 92% qui ne le sont pas, et c’est inacceptable". La question de l’école dite "inclusive", où les jeunes handicapés suivent un cursus normal, est au cœur du combat des associations. Vincent Michel évoque "les manuels adaptés qui arrivent avec plusieurs mois de retard après la rentrée". Ludovic Petitdemange ne croit pas aux auxiliaires de vie scolaire, qui accompagnent parfois l’enfant aveugle pour la prise de notes en classe. "Cela isole l’élève de ses camarades, ce n’est pas une solution". Jeudi, l’intersyndicale des Instituts nationaux de jeunes sourds et de jeunes aveugles et les parents d’élèves appellent à un rassemblement devant l’Assemblée nationale pour réclamer une concertation sur les besoins des jeunes élèves handicapés. AFP, le 30/01/2019 Vu sur le site Orange.fr

Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) OPÉRA-COMIQUE : SPECTACLES AUDIO-DÉCRITS EN 2019

Spectacle :

Le Postillon de Lonjumeau (Adolphe Adam) : Le jour de ses noces avec une jeune aubergiste de Longjumeau, le postillon est repéré par le directeur de l’Opéra qui l’engage comme soliste et l’emmène à Paris. Mais Madeleine entend récupérer son mari…

Séances audio-décrites et soufflées : Vendredi 5 avril à 20h et Dimanche 7 avril à 15h

Madame Favart (Jacques Offenbach) : Le maréchal de Saxe veut séparer Charles-Simon et Justine Favart afin de faire de l’actrice sa maîtresse. Les voilà forcés de vivre séparés et cachés. Leur génie de l’intrigue sauvera-t-il leur couple ?

Séances audio-décrites et soufflées : Mercredi 26 juin à 20h et Dimanche 30 juin à 15h

Fortunio (André Messager) : La femme d’un vieux notaire cède aux avances d’un fringant militaire. Pour détourner l’attention du mari, ils manipulent un tout jeune clerc de l’étude, Fortunio. Or Fortunio aime la dame d’un amour éperdu.

Séances audio-décrites et soufflées : Mercredi 18 décembre à 20h et Dimanche 22 décembre à 15h

Activités :

Les visites : Afin d’appréhender au mieux l’Opéra-Comique, sa salle et son histoire, participez à une visite avec approche tactile avec notre conférencier spécialisé. Cette saison nous renouons avec une ancienne habitude : faire intervenir lors de ces visites des professionnels des métiers du spectacle en bord de scène dans les décors de la production en cours.

Autour Postillon de Lonjumeau : Samedi 30/03 à partir de 13h30 Maquette tactile + visite de la salle dans les décors du Postillon de Lonjumeau Un intervenant de l’équipe technique

Autour de Madame Favart : Samedi 22/06 à partir de 13h30 Maquette tactile + visite de la salle dans les décors du Postillon de Madame Favart Un intervenant de l’équipe technique

Autour Fortunio : Samedi 14/12 à partir de 13h30 Maquette tactile + visite de la salle dans les décors de Fortunio Un intervenant de l’équipe technique

Tarif : 5€ pour la personne aveugle ou malvoyante, gratuit pour son accompagnateur.

Infos pratiques

Tarifs : 50% de réduction pour la personne aveugle ou malvoyante et son accompagnateur.

Le Postillon de Lonjumeau, Madame Favart, Fortunio Tarifs (réduction de 50% comprise) : Catégorie A : 69€ Catégorie B : 61€ Catégorie C : 49€ Catégorie D : 38€ Catégorie E : 25€ Catégorie F : 17€ Catégorie G : 8€ Catégorie H (pas de réduction) : 6€

Renseignements et réservations Adressez-vous à la billetterie de l’Opéra-Comique : Par téléphone : 01 70 23 01 31 Par mail : accessibilite@opera-comique.com

Retour sommaire

15-B) SPECTACLE DE DANSE EN AUDIODESCRIPTION

Le 18/04//2019 à Maisons-Alfort / Biennale de danse du Val de Marne

Nass de Fouad Boussouf – Compagnie Massala, en audiodescription avec Valérie Castan : le 18 avril prochain à 20h45 au théâtre de Maisons-Alfort

Avant la représentation, un parcours gratuit comprenant une visite tactile du plateau du théâtre et atelier en mouvement, est proposé gratuitement au public malvoyant. « La société marocaine comme effervescence permanente est celle que j’expérimente chaque fois que je retourne au Maroc, elle a trouvé une voie(x) singulière entre modernité et ancrage traditionnel immuable. Ce contraste m’attire et dégage une force que je cherche à saisir en osant cette confrontation dans la danse. » Fouad Boussouf Pont suspendu entre cultures et générations, Näss est une pièce chorégraphique fédératrice et généreuse qui parle à chacun d’entre nous. Sept danseurs y exaltent la puissance d’être ensemble en une danse intense et acrobatique. Tarif : 15 € (pour les personnes déficientes visuelles et leurs accompagnants). Réservation et information à la Briqueterie : 01 46 86 17 61

La Briqueterie/CDCN du Val-de-Marne 17 rue Robert Degert 94400 Vitry-Sur-Seine

01 46 86 17 61 (standard) www.alabriqueterie.com // facebook

Retour sommaire

15-C) DÉCOUVRIR LA VALSE DE CAMILLE CLAUDEL

Visite descriptive et tactile – Mercredi 13 mars à 14h

Le musée Camille Claudel propose aux visiteurs déficients visuels une visite descriptive et tactile consacrée à l’œuvre La Valse de Camille Claudel.

A travers une œuvre originale en bronze, les visiteurs sont invités à découvrir cette sculpture exceptionnelle où deux êtres sont emportés dans le tourbillon de la danse.

Suite à la présentation du contexte de création et de la composition de l’œuvre, les visiteurs déficients visuels pourront l’appréhender tactilement sans gants accompagnés par un médiateur du musée.

Cette visite est ouverte aux visiteurs individuels sur réservation uniquement au 03.25.24.76.34. ou accessibilite@museecamilleclaudel.fr

Le tarif est de 3 € en plus du billet d’entrée au musée (les visiteurs en situations de handicap et leurs accompagnateurs bénéficient de la gratuité du billet d’entrée sur présentation d’un justificatif).

Réservation obligatoire 10 personnes (accompagnateurs compris) Téléphone : 03 25 24 76 34 accessibilite@museecamilleclaudel.fr

Retour sommaire

15-D) MUSÉE CROZATIER / VISITE ADAPTÉE AUX DÉFICIENTS VISUELS

Le musée Crozatier, au Puy-en-Velay (43), organise une visite de ses collections adaptée aux déficients visuels, le samedi 16 mars à 16h.

Le musée Crozatier au bout des doigts Le musée propose une visite guidée adaptée au public déficient visuel. L’occasion d’une découverte inédite et sensorielle de certains chefs-d’œuvre des collections. RDV au musée, 2 rue Antoine-Martin Inscription obligatoire 10 pers. + accompagnateurs / durée 1h30Prix d’entrée, 6 € + prix d’une visite guidée, 2 € (gratuit pour les accompagnateurs)

Comment réserver ? 2 possibilités s’offrent à vous : > Le site internet www.musee.patrimoine.lepuyen... Pensez à imprimer votre billet ! (réservation en ligne uniquement pour les pleins tarifs et jusqu’à 24h avant l’événement) > Les guichets de l’Office de Tourisme et du musée Crozatier

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0