Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2010 > Bulletin 1 du 5 janvier 2010

Bulletin 1 du 5 janvier 2010

Bulletin CNPSAA-Infos N°2010 - 1 – 05 janvier 2010

SOMMAIRE 1) EDITORIAL 2) LA FRANCE ACCEPTE ENFIN D’APPLIQUER LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LES DROITS DES PERSONNES HANDICAPEES 3) PROPOSITION DE LOI SUR LES MDPH 4) VOYAGE POUR NON ET MALVOYANTS : IMMERSION EN PAYS BERBERE 5) INVITATION A UNE PROJECTION DE FILMS A L’AVH 6) « A VOUS DE VOIR » : L’ALBINISME

1) EDITORIAL

Qu’elle ait été bonne pour certains, médiocre ou mauvaise pour d’autres, une année vient de s’achever, laissant derrière elle des souvenirs qui sont, sans doute, ce que nous conservons le plus longtemps, tout au long de notre vie.

Une nouvelle page blanche s’est ouverte, sans que nous en connaissions le contenu car, contrairement à une formule trop répandue, elle ne sera pas seulement ce que nous en ferons. Bien des événements imprévisibles, heureux ou malheureux, proches ou lointains, marqueront notre existence quotidienne.

C’est avec grand plaisir et du fond du coeur, que je souhaite à chacune et chacun d’entre vous une année remplie de joies et de bonheur, de réussites, d’amour et de paix, d’argent et de courage. En un mot, que 2010 vous apporte tout ce que vous pouvez souhaiter, à vous et à ceux qui vous sont proches.

Je ne voudrais pas terminer ce message sans me tourner vers le CNPSAA qui est aujourd’hui le lien entre nous tous. Je souhaite que nous soyons de plus en plus nombreux à le soutenir, car la charge est d’autant moins lourde qu’il y a de porteurs pour la soulever ! 2009 a, je crois pouvoir le dire dès à présent, été une année exceptionnelle par le travail accompli : publications, campagne de communication, implication dans différentes actions.

Que 2010 soit aussi bonne malgré les gros nuages qui, hélas, se profilent à l’horizon :
- restriction des prestations sociales,
- tendance de nos dirigeants à « passer en force » de nouveaux textes au lieu de les soumettre à une concertation préalable,
- situation catastrophique des finances tant de l’Etat que des Collectivités Locales (régions, départements et communes) ce qui risque de compromettre l’application de la loi de 2005 qui prévoyait, par exemple, la disparition des barrières d’âge pour le 1er janvier 2010, objectif repoussé sine die.

Que nous gardions la volonté de rester solidaires, non seulement entre nous (ce qui est parfois difficile disons-le) mais aussi, plus largement, avec toutes les associations qui représentent/défendent les personnes handicapées car, ceci n’est pas douteux : « l’union fait la force ». Nous venons d’en avoir la preuve avec la décision du Conseil Constitutionnel qui, le 29 décembre, a rejeté l’article de loi voté par le Parlement qui, contrairement à l’esprit de la loi de 2005 et à une décision du Conseil d’Etat de juillet dernier, ouvrait la possibilité d’obtenir des dérogations aux règles de l’accessibilité pour les constructions neuves. Cette victoire vaut en elle-même, mais elle montre surtout que si nous sommes prêts à agir, nous pouvons obtenir des résultats.

L’année 2010 s’est ouverte par une bonne nouvelle : la loi par laquelle la France ratifie la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées est enfin parue au Journal Officiel du 3 janvier (voir notre communiqué de presse). Le CFHE prépare un opuscule destiné aux associations et aux particuliers pour présenter cette convention et ce que nous pouvons en attendre. Sa parution est prévue pour début mai, nous le diffuserons largement.

En revanche, le Gouvernement à décider le 31 décembre, de repousser de six mois la date à laquelle les petites et moyennes entreprises seront lourdement pénalisées si elles ne respectent pas leurs obligations d’embauche des travailleurs handicapés. C’est une nouvelle entaille faite à la loi du 11 février 2005, certains responsables associatifs n’ont pas hésité à écrire que « le contrat de confiance passé entre le Gouvernement et les associations se trouve ainsi rompu. » Sans aller jusque là, nous sommes bien déçus par l’attitude qui consiste de plus en plus souvent à modifier des textes sans nous consulter.

Préparez-vous à agir, deux ans après la manifestation qui, pour la première fois de l’Histoire, avait vu descendre dans la rue plus de 20 000 personnes handicapées, il nous semble opportun de montrer de nouveau aux Pouvoirs Publics que nous ne sommes pas près à tout laisser faire, à tout supporter. C’est pourquoi, le samedi 27 mars prochain des rassemblements seront organisés tant à Paris que dans chaque préfecture de région. Une fois encore, il sera fondamental de monter notre unité avec l’ensemble des personnes handicapées. Réservez dès à présent cette date sur votre calendrier, nous vous communiquerons rapidement des informations complémentaires.

Enfin, pour respecter la tradition, nous ne voulons pas commencer l’année sans vous offrir deux petits cadeaux :
- le CNPSAA vient de faire éditer un CD qui présente en y apportant parfois des compléments d’information, le formulaire de demande auprès des MDPH et sa notice explicative, ainsi, quelque soit l’objet de votre demande (carte d’invalidité, allocations, orientation/placement), vous connaîtrez par avance les informations à fournir et les pièces dont vous aurez besoin. Ce CD contient aussi le fascicule « Besoins spécifique des déficients visuels » destiné aux personnes qui viennent de perdre la vue et ne savent pas forcément où s’adresser pour obtenir l’aide dont elles ont besoin.
- l’Agence Nationale des Services à la Personne et le CNPSAA ont conjugué leurs efforts pour éditer un coffret de deux CD qui présente dans le détail toute l’information pratique sur les services à domicile. Sous le titre : « Des services de qualité pour mieux vivre chez vous : connaître, choisir, évaluer, anticiper », ces CD sont la fidèle reproduction de la brochure publiée par l’agence courant 2009.

Pour obtenir ces document, merci de les commander uniquement par courrier ou par email (presidence@cnpsaa.fr), nous vous les ferons parvenir gratuitement.

Si vous souhaitez cependant contribuer modestement aux frais engagés par nous, je vous rappelle que vous avez la possibilité de devenir Sympathisant du CNPSAA par le paiement d’une cotisation de 20 € ou Bienfaiteur pour 40 €. Je vous en remercie bien vivement par avance.

Encore bonne et heureuse année 2010, vous pouvez compter sur nous pour poursuivre une publication régulière de ce bulletin que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter.

Dans ce bulletin vous trouverez également :
- Un article de France-Handicap-Info concernant le dépôt d’une proposition de loi sur les MDPH
- Une communication de l’agence « Azimut Voyages » proposant un circuit en pays berbère spécialement conçu pour les non et malvoyants.
- Une invitation pour la projection de deux films dans l’Auditorium de l’Association Valentin Haüy.
- L’annonce de la prochaine émission de « A vous de voir » consacrée à l’albinisme

Bonne lecture et à bientôt ! Philippe Chazal Président

2) LA FRANCE ACCEPTE ENFIN D’APPLIQUER LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LES DROITS DES PERSONNES HANDICAPEES

Le Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CNPSAA) se félicite que, par une loi publiée au JO du 3 janvier dernier, la France soit le treizième pays membre de l’Union Européenne et le soixante-quinzième dans le monde à accepter d’appliquer la Convention des Nations Unies sur les Droits des Personnes Handicapées.

Par la signature de ce texte, la France s’oblige à réviser l’ensemble de ses lois, politiques ou programmes existants afin de s’assurer qu’ils sont en conformité avec les dispositions de la Convention.

Si, dans ses principes, la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a apporté des améliorations sensibles notamment pour l’accès à une compensation du handicap, à l’éducation ou aux transports, beaucoup reste à faire en matière d’accès à l’emploi, à l’information, aux installations et bâtiments ouverts au public ainsi qu’à la participation politique.

Lorsque les textes législatifs ou réglementaires existent, c’est souvent leur application que le Gouvernement tente de différer, contourner et ceci sans concertation avec les associations représentatives des personnes handicapées. Ainsi, en décembre dernier, un délai de six mois supplémentaire a été accordé aux PME pour appliquer l’obligation d’emploi des personnes handicapées qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2010. De même, le Gouvernement tenta subrepticement d’autoriser, par un article « cavalier » dans un texte législatif, des dérogations aux règles d’accessibilité pour les bâtiments neufs. Ce texte fut heureusement censuré par le Conseil Constitutionnel.

La signature du protocole additionnel à la Convention permet à toute personne ou groupe de pression de porter plainte auprès du Comité de Surveillance de la Convention des Nations Unies une fois que tous les recours nationaux et européens ont été épuisés. Elle permet aussi au Comité de Suivi d’ouvrir une enquête contre un Etat en cas de violation systématique et renouvelée des Droits de l’Homme. Le CNPSAA note avec satisfaction qu’une personne aveugle nommée par l’Espagne, Ana PELAEZ, siège au sein du Comité de Suivi de la Convention, ce qui permettra une meilleure prise en compte de nos besoins.

Le CNPSAA souhaite que ce nouveau texte, déjà largement appliqué dans le monde, ouvre de nouvelles voies de progrès aux personnes handicapées et permette une concertation élargie avec les associations qui les représentent.

Philippe Chazal Président.

3) PROPOSITION DE LOI SUR LES MDPH

Le Sénateur Paul Blanc (UMP - Pyrénées-Orientales) et plusieurs de ses collègues, a annoncé le 23 décembre dans un communiqué au nom de la commission des affaires sociale le dépôt d’une proposition de loi tendant à améliorer le fonctionnement des MDPH et portant diverses dispositions relatives à la politique du handicap.

Ce texte prévoit de conforter le statut des maisons départementales en conservant la forme du Groupement d’Intérêt Public (GIP), qui présente l’avantage de préserver la participation des associations représentatives des personnes handicapées et celle de l’État. D’autres solutions, un temps envisagées, comme leur transformation en établissement public départemental, auraient eu en effet l’inconvénient de procéder à une sorte de décentralisation de la politique en faveur du handicap, qui relève incontestablement de la solidarité nationale.

Afin de stabiliser les personnels, le texte met en place, pour les fonctionnaires, un régime avantageux de détachement d’une durée de cinq ans, renouvelable sans limitation de durée, et améliore les conditions de formation de l’ensemble des personnels. En ce qui concerne les garanties attendues par les MDPH sur les financements, une convention devra fixer, pour trois ans, les missions et objectifs assignés à chacune d’entre elles et les moyens qui lui seront alloués pour les remplir, ainsi que le montant de la subvention versée annuellement par l’Etat au titre de la compensation des postes qu’il s’est engagé à mettre à disposition dans la convention constitutive.

En contrepartie, les MDPH devront élargir leurs horaires de permanence téléphonique et d’ouverture au public à trente-cinq heures hebdomadaires minimum.

Le texte comporte également diverses mesures visant à clarifier le rôle des acteurs intervenant en faveur de l’emploi des personnes handicapées et à préciser en particulier celui des Cap Emploi. Enfin, il aurait pour objectif d’améliorer la prise en charge des aides humaines par la prestation de compensation du handicap (PCH) et ouvre, à ceux qui ne la perçoivent pas, le bénéfice des aides des fonds départementaux de compensation

Stéphane Lagoutiére (France-Handicap-Info) Jeudi 24 décembre 2009.

4) VOYAGE POUR NON ET MALVOYANTS : IMMERSION EN PAYS BERBERE

Durée : 8 jours Période : 13 au 20 février 2010 Départ assuré à partir de 2 déficients visuels et 2 accompagnateurs et jusqu’à 8 personnes Prix : 750 € par personne (hors transport aérien)

Tout à votre rythme, ce voyage vous propose une immersion en terre berbère pour toucher, sentir et partager. Spécialement conçu pour les déficients visuels, ce voyage participatif vous mène sur de petits sentiers à la découverte de villages de montagne et du mode de vie des berbères. Saisissant !

Régions explorées : Marrakech Haut-Atlas

En bref : Immersion dans les montagnes de l’Atlas Randonnée Culture berbère : initiation à la poterie, cuisine, architecture, hammam...

DESCRIPTIF DE VOTRE VOYAGE

Jour 1 Marrakech – Jbel Erdouz (50 kms)

Arrivée à Marrakech où un membre d’Azimut vous accueille à l’aéroport. Vous partez directement dans une vallée du Jbel Erdouz, au sud de Marrakech, pour être accueillis dans une auberge tenue par une famille pas comme les autres : découverte du douar (hameau), de ses environs et installation en terre berbère. Nuit et soirée à l’auberge.

Jour 2 Jbel Erdouz – Jbel Erdouz (1h30 de marche)

D + : 200 m D - : 200 m En route pour une matinée les mains dans la terre glaise ! Initiés et guidés, vous découvrez les modèles de poterie utilisés au quotidien par les familles de la région. Moment de partage et d’échange en pleine immersion chez le potier. Pique-nique et retour à l’auberge à travers des jardins cultivés. En début de soirée, avec Aïcha, apprenez à cuisiner l’un de ses meilleurs plats (tajine, couscous, pâtisseries...) ! Soirée dégustation et nuit à l’auberge.

Jour 3 Jbel Erdouz – Aït Erghit (3 heures de marche)

D + : 600 m Accompagnés par des mules, vous partez à la rencontre de nombreux villages et découvrez le quotidien des berbères de la montagne. Après un pique-nique en altitude (1400 m), vous poursuivez votre marche par de petits sentiers pour rejoindre le village d’Aït Arghirt et être accueillis par Mohammed et sa famille, chez qui vous passerez la nuit : préparation du thé à la menthe, du pain berbère. Soirée chaleureuse chez l’habitant.

Jour 4 Aït Erghit - Jbel Erdouz (2h30 de marche)

D - : 600 m Le matin, vous rejoignez à pied la petite ville d’Amizmiz, située au pied des montagnes de l’Atlas, pour assister au souk hebdomadaire traditionnel, lieu de convergence de tous les habitants de la région. Vous y trouverez : laine bouillie, épices, légumes, poterie... Après le repas, direction le hammam public pour partager un moment privilégié de la vie marocaine. Retour à l’auberge pour se détendre. Soirée et nuit à l’auberge.

Jour 5 Jbel Erdouz - La Bergerie (40 kms)

D +/- : 200 m En 4x4, départ pour la bergerie située à 2000 m d’altitude, lieu pour se ressourcer en harmonie avec la nature. Après le déjeuner, vous partez à la rencontre des habitants et des petits villages accrochés aux montagnes de l’Atlas pour une après-midi hors du temps. Soirée et nuit à l’auberge, sous la voûte céleste, pour un moment fort du voyage.

Jour 6 La Bergerie - Jbel Erdouz (40 kms)

D - : 1000 m Après le petit-déjeuner, vous quittez la bergerie pour descendre dans la vallée des noix et déjeuner chez l’habitant. Arrêt dans le village d’Aït Ouskri pour boire le thé. Soirée et nuit à l’auberge.

Jour 7 Jbel Erdouz – Marrakech (50 kms)

Matinée bien-être dans le hammam beldi (maison), chauffé au feu de bois et aromatisé aux plantes. Après le déjeuner, vous rejoignez Marrakech pour être accueillis dans une famille Marrakchi vivant au cœur de la médina. L’après-midi, vous flânez dans la ville rose : la Medersa ben Youssef, école coranique, souks.... Soirée sur la place Djemaa el Fna au milieu des charmeurs de serpent et des conteurs. Nuit chez l’habitant.

Jour 8 Marrakech – Départ

Pour votre dernier jour à Marrakech, dernières emplettes et dernier thé à la menthe avant votre départ.

Le programme est susceptible de légères modifications en fonction des conditions climatiques

Le prix comprend : Tous les hébergements spécifiés sur le programme (chambre de 2 à 4 personnes) Tous les repas du dîner du premier jour au petit-déjeuner du dernier jour L’eau en bouteille Tous les transferts Equipe de muletiers et mules L’accompagnement par un membre d’Azimut Accompagnement par un guide de montagne berbère L’entrée des lieux culturels sur Marrakech Pharmacie collective

Nous ne prenons pas en charge : Le transport aérien Les assurances annulation et rapatriement Les boissons en dehors de l’eau Les extras personnels Les pourboires Supplément chambre individuelle (nous consulter) Mulet de selle (nous consulter)

CONTACT : Jérôme Gouzon, responsable section non et malvoyants Gaëlle Chaux, secrétaire de Tout Azimut 06 67 39 36 69 contact@azimut-voyage.fr

5) INVITATION A UNE PROJECTION DE FILMS A L’AVH

Lundi 11 janvier 2010 à 18 heures 30, dans l’Auditorium de l’Association Valentin Haüy, Seront projetés deux films :

La Lettre à Louis Braille réalisée par les élèves de l’atelier Braille du lycée Ravel et la Lettre aux aveugles de Jean-Louis Comolli d’après la Lettre sur les aveugles de Diderot.

Nous vous attendons nombreux pour visionner ensemble ce DVD. Cette représentation sera l’occasion de découvrir le travail de l’atelier braille de collégiens et lycéens voyants mené durant un an ainsi que le système de vocalisation du menu parlant du DVD.

Ce projet a vu le jour dans la Cité scolaire Maurice Ravel avec pour partenaire privilégié la Maison du geste de l’image, et a été subventionné par la Région Île-de-France.

Nous espérons vous compter parmi nous, à très bientôt,

L’équipe de l’atelier Braille

Association Valentin Haüy, 5 rue Duroc, 75007 Paris, métro Duroc

6) « A VOUS DE VOIR » : L’ALBINISME

« Angélique, Antoine, Manon et les autres… »

Rediffusion (câble et satellite, ADSL et TNT) : le samedi 9 janvier 2010 à 22h30

Format : 26’ Production : bleu Krystal media – Philippe Muller Avec la participation de France Télévisions – Pôle France 5 Réalisation : Bernard Jourdain

On parle peu de l’albinisme et pourtant cette affection génétique est responsable de 5% à 10% des malvoyances dans le monde.

La plus répandue en Europe, l’albinisme oculo-cutané, se caractérise par la diminution ou l’absence de pigmentation qui colore la peau, les cheveux et les yeux mais s’accompagne aussi de problèmes oculaires : strabisme, nystagmus, photophobie.

La personne atteinte d’albinisme voit ce qu’on voit sur une photo prise avec un diaphragme trop ouvert : les contours sont flous du fait de l’excès de lumière qui pénètre dans l’œil. Car l’iris, en l’absence de pigmentation, est incapable d’ajuster la luminosité des images et de protéger la rétine de l’éblouissement.

Le corps médical est souvent mal informé sur cette affection. Il arrive que des diagnostics trop tardifs, voire erronés, soient posés, ce qui entraîne une mauvaise prise en charge de l’enfant et un certain désarroi des parents.

Le film raconte le combat des parents d’Angélique, 18 mois, celui de Manon, 11 ans, d’Antoine, 26 ans, benjamin d’une fratrie d’albinos et de Nantenin Keita, sportive de haut niveau née albinos au Mali. Tous s’adaptent à leur malvoyance, luttent pour une parfaite intégration scolaire et professionnelle. Cette volonté a conduit Nantenin à Pékin où elle est montée sur une marche du podium, Antoine aux Etats-Unis puis à Moscou comme ingénieur du génie civil.

Mais la souffrance de la personne atteinte d’albinisme n’est pas seulement liée au handicap visuel. Tous évoquent leur travail d’acceptation de leur apparence, de leur différence, dans le regard des autres.

L’affection est due à un gène récessif dans la quasi-totalité de ses formes. Pour qu’elle se déclare, les deux parents doivent être porteurs de la même mutation dans le gène.

Avec la participation du : Centre National du Cinéma et de l’Image Animée. Avec le soutien de : l’Association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants et de la Fédération des Aveugles de France.

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0