Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2020 > Bulletin 02 du 28 février 2020

Bulletin 02 du 28 février 2020

Table des matières :

Bulletin CFPSAA Infos 2020-02 – du 28 février 2020

Pour vous abonner à la lettre du CFPSAA, envoyez un message à cfpsaa-subscribe@yahoogroupes.fr Pour vous désabonner de cette lettre, envoyez un message à cfpsaa-unsubscribe@yahoogroupes.fr à partir de l’adresse inscrite.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL

Longtemps attendue, elle a fini par arriver : la CNH (Conférence nationale du handicap) a eu lieu à l’Élysée mardi 11 février 2020, date symbolique s’il en est pour toutes les personnes touchées par le handicap dans notre pays. Rappelez-vous : la « loi handicap » du 11 février 2005 faisait naître un horizon nouveau. La suite nous la connaissons, il y a eu des évolutions positives mais les mesures concrètes n’ont pas toujours été au rendez-vous et nous n’avons cessé de devoir batailler. Emmanuel macron, lui, semble persister dans sa volonté de mener une politique inclusive et comme il l’avait fait lors de son élection, il a réaffirmé son engagement pour une politique forte en faveur des personnes handicapées, et assigné des objectifs précis à tous ceux dont la tâche est d’appliquer des mesures concrètes. De cela nous nous sommes félicités. Mais pour le reste ? Quelle sera la suite ? Nous voulons y croire, mais nous restons en alerte permanente et vous trouverez dans ce bulletin un communiqué de réaction que nous avons signé dans le cadre du Comité d’entente, devenu le « Collectif handicap ». Vous verrez que nous demandons, entre autres, qu’un débat soit inscrit au parlement pour entériner concrètement les mesures demandées par le président.

Chacun des points soulevés lors de cette CNH sont, évidemment, suivis et recentrés sur les problématiques de la déficience visuelle dans les travaux de nos différentes commissions. A noter que Fernando Pinto da Silva, de notre commission numérique, qui est aussi vice-président du CNCPH, a été entendu par l’ensemble des personnalités présentes à l’Élysée, puisqu’il a officiellement posée au nom de toutes les personnes aveugles et malvoyantes une question sur le thème du numérique pour dénoncer le manque d’accessibilité de nombreux sites qu’ils soient publics ou privés. Cédric O, Secrétaire d’État en charge du Numérique, lui a répondu qu’effectivement on ne dénombrait actuellement que 13% des sites accessibles et qu’il était déterminer à rappeler les règles aux constructeurs et développeurs de ces sites. En visant à terme les 100%, Il affiche un objectif de 80% des sites accessibles pour 2022. C’est ambitieux mais il sait que c’est une question d’égalité.

La tonalité qui a présidé lors de cette conférence nationale du handicap est encourageante, bien que certains sujets soient encore peu évoqués, comme celui du livre. Les textes à venir et particulièrement la loi sur l’audiovisuel vont nous permettre de vérifier rapidement si toute cette volonté politique affichée se transpose concrètement.

Février, c’est aussi pour La CFPSAA, qui reste déterminée dans le rôle qui est le sien, le lancement de la campagne d’alerte pour les élections municipales. Je vous rappelle que cette campagne nous réunit avec l’AVH, la FFAC, la Fédération des Aveugles de France et Voir Ensemble. Les documents sont actuellement envoyés aux candidats et aux réseaux des associations qui peuvent les relayer dans les régions auprès de leurs candidats. Une communication auprès des médias sera lancée début mars à l’ouverture officielle de la campagne.

Et puis, février, c’est encore pour la CFPSAA la remise du Marius de l’audiodescription. Cet évènement tourné vers les professionnels du cinéma fête sa troisième édition cette année. Vous trouverez un peu plus loin le communiqué de la soirée avec le nom du lauréat 2020.

Fidèlement Édouard Ferrero, Président de la CFPSAA

Retour sommaire

1) ACTUALITÉS DE LA CFPSAA

1-A) DOCUMENT COMMUN POUR LES ÉLECTIONS MUNICIPALES

Futurs élus municipaux, ne nous oubliez pas, comptabilisez nos voix !

Ces voix, ce sont celles des personnes aveugles et malvoyantes. Ces voix, ce sont les nôtres et nous sommes nombreux, près de 2 millions. Nous vous alertons sur les préjudices que nous subissons trop souvent dans notre vie quotidienne et citoyenne, ce qui trahit la règle d’or imposée par notre démocratie : l’égalité de tous les citoyens face à la loi.

Les citoyens aveugles et malvoyants se trouvent, au 21ème siècle, encore trop souvent confrontés à des aberrations ! Les compensations dont ils ont besoin pour mener une vie normale peuvent pourtant être mises en œuvre sans difficulté, c’est une question de volonté politique. La loi handicap du 11 février 2005 prône l’égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elle acte la notion d’accessibilité à tout pour tous. Si les technologies numériques offrent des ouvertures aux personnes déficientes visuelles, elles créent dans le même temps une dégradation de leur quotidien en les excluant de l’accès à de nombreux biens et services. D’autres lois sont venues prôner cette notion d’accessibilité pour tous et c’est actuellement le cas de la Loi Orientation Mobilité (LOM), du 24 décembre 2019. La loi LOM détermine les champs d’action relatifs à l’organisation des communes, pour lesquels vous aurez toute compétence en tant que Maire. La problématique des déficients visuels y est partout présente. Nous comptons sur vous pour faire respecter les droits des personnes aveugles et malvoyantes. La routine, les habitudes, parfois l’ignorance, entraînent souvent laxisme et désintérêt chez nos élus. Et pourtant, il faudrait peu de choses… N’oubliez pas que vous disposez d’un outil dédié à l’accessibilité de votre ville : la commission d’accessibilité communale, qui se trouve être obligatoire au-delà de 5 000 habitants. Dans la réalité, elle ne fonctionne pas toujours ou sert d’organe d’information sans véritable force d’influence. Nous vous demandons de la faire fonctionner de manière efficiente. Pour nous, cette commission sera un interlocuteur qui nous permettra d’avoir un dialogue constructif avec vous, tendant à effacer les symptômes d’une inégalité citoyenne. La campagne est courte et nous voulons simplement vous démontrer ce qui peut être amélioré à travers 3 exemples : la mobilité (avec le problème croissant des trottinettes), l’accessibilité à l’information municipale, les chiens guides. Il n’est plus supportable de laisser des concitoyens sur le bord de la route, alors que des solutions existent et que de plus, elles sont utiles à l’ensemble de la population et bénéfiques à l’économie. Pensez-y, les décisions que vous prendrez pour la gestion de votre ville témoigneront de votre volonté politique. N’hésitez pas à vous tourner vers nos associations qui pourront vous accompagner dans vos démarches !

1er exemple - la Mobilité des déficients visuels en ville

La mobilité des personnes aveugles et malvoyantes dans les villes, et donc au cœur de la vie, reste un problème majeur. Ces personnes ont besoin de repères et non d’obstacles.

Depuis ces derniers mois, l’encombrement croissant des trottoirs constitue un véritable parcours du combattant pour l’ensemble de la population. Sous le nom d’EDP (engins de déplacement personnels), vélos, skateboards, rollers, monoroues, gyropodes, et autres hoverboards fleurissent plus vite que le printemps. Au premier rang de ces engins s’inscrivent les trottinettes. Inutile de décrire la pagaille qu’elles occasionnent : stationnement et circulation sauvages sur les trottoirs, incivilité… Si les piétons sont entravés dans leur libre circulation, imaginez ce que cela représente pour les piétons déficients visuels : un véritable danger.

Avec la publication d’un décret, le 25 octobre 2019, l’usage des EDP motorisés est désormais encadré et les trottinettes électriques entrent dans le code de la route.

La nouvelle réglementation instaure, entre autres, que ces engins motorisés ne doivent pas circuler sur les trottoirs, (sauf si les Maires l’autorisent), qu’ils doivent circuler sur les pistes cyclables (sauf dérogations lorsqu’il n’y en a pas, mais sous condition de vitesse sur les routes et d’allure modérée sur les aires piétonnes sans gêner autrui). Quant au stationnement sur un trottoir, il n’est possible que si les EDP ne gênent pas la circulation des piétons, là encore, le Maire pouvant décider de l’interdire. Les autres engins, dont les trottinettes simples, sont considérés comme des piétons et peuvent emprunter les espaces réservés à ces derniers, dès lors qu’ils ne dépassent pas la vitesse du pas (6 km/h), dite vitesse musculaire. Ce dernier point constitue bien sûr un souci pour les personnes aveugles et malvoyantes face au manque de civisme constant de nos concitoyens.

La loi peut s’interpréter : comme on le voit avec l’adoption de la loi LOM, il est prévu que les Maires puissent édicter des règles plus ou moins strictes selon la configuration de leur commune.

Nous comptons sur vous pour comprendre à quel point il faut penser à tous les citoyens déficients visuels qui se déplacent au milieu du chaos urbain et qui se trouvent en danger à chaque mètre du trottoir. La commission d’accessibilité communale, si elle est active, pourra évaluer les situations. Nous comptons sur votre bon sens et votre vigilance pour adopter dans vos villes les décisions qui conduiront à la sécurité de tous.

Chaque décision bénéfique à la circulation des personnes aveugles et malvoyantes sera bénéfique à l’ensemble des piétons !

2ème exemple - un égal accès à l’information municipale

L’accès à l’information municipale est une des pierres angulaires de la citoyenneté pour tout un chacun. Il revêt une importance toute particulière pour les personnes déficientes visuelles qui peuvent se retrouver rapidement isolées et exclues de la vie de la cité si elles n’ont pas connaissance des services et activités qui les entourent.

À ce jour, les journaux ou bulletins municipaux sont principalement imprimés sur papier, ce qui les rend inaccessibles à une grande majorité de personnes déficientes visuelles et crée une inégalité d’accès à des informations essentielles.

Toutefois, certaines municipalités adoptent de bonnes pratiques comme l’édition de leurs bulletins municipaux en braille. Par ailleurs, le recours à des versions numériques accessibles permet à l’ensemble des personnes déficientes visuelles de prendre connaissance des informations municipales, que ces personnes soient aveugles ou malvoyantes, qu’elles connaissent ou non le braille. Il s’agit là d’une possibilité intéressante qui, de plus, est écoresponsable.

De façon générale, les sites Internet des municipalités, les formalités et les documents administratifs doivent être accessibles à tous. Il est en effet essentiel que les personnes déficientes visuelles puissent s’informer en temps réel des dernières décisions de leur conseil municipal, des arrêtés pris par le Maire concernant la circulation automobile ou celle des piétons par exemple. Il est également indispensable qu’elles puissent accéder directement aux informations sur les budgets participatifs, les programmes et horaires d’ouverture des centres culturels et de loisirs, des cinémas, des théâtres, des piscines, de la bibliothèque municipale. Elles doivent pouvoir accomplir en ligne des démarches aussi indispensables que l’inscription des enfants dans les crèches ou les écoles.

Les informations et les programmes des candidats aux élections se doivent également d’être accessibles à tous.

Des obligations légales en termes d’accessibilité numérique vous incomberont, dont vous trouverez les détails dans les textes d’application. N’oubliez pas que nos associations peuvent vous aider et vous accompagner dans ce domaine, n’hésitez pas à nous solliciter !

3ème exemple - le libre accès des personnes déficientes visuelles accompagnées d’un chien guide

Éduqués durant deux ans au sein de structures professionnelles reconnues par l’État, les chiens guides apportent à leurs maîtres aveugles ou malvoyants de l’autonomie dans leurs déplacements, une plus grande mobilité et favorisent leur vie sociale. Mais pour cela, il est impératif que les chiens guides puissent accéder à tous les lieux ouverts au public, comme tout citoyen. La loi en vigueur en France (article 88 de la loi n° 87-588 du 30 juillet 1987) considère comme obligatoire l’autorisation d’accès aux chiens guides d’aveugles dans les transports, les lieux ouverts au public ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative. Malheureusement, la méconnaissance du grand public et des professionnels de la loi concernant les chiens guides est souvent source de malentendus et de difficultés supplémentaires pour les citoyens déficients visuels. Nous constatons et déplorons chaque année des refus d’accès subis par des maîtres de chiens guides.

En tant que Maire, il est de votre devoir de veiller à ce que les commerces, restaurants, établissements de soins municipaux, plages, parcs, structures culturelles et sportives de votre commune respectent le droit de libre accès de ces personnes.

Afin de soutenir votre action, la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles tient à votre disposition des vitrophanies visant à sensibiliser les établissements recevant du public de votre commune à travers un message clair. L’accessibilité est l’affaire de toutes et tous ; votre soutien est primordial pour que les droits des personnes déficientes visuelles accompagnées d’un chien guide soient respectés.

Nous comptons sur vous pour permettre une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap et pour un meilleur accueil des chiens guides.

La détente, essentielle pour les chiens guides Afin d’assurer un équilibre optimal à son chien guide, le maître se doit de répondre à tous ses besoins, dont celui de la détente.

Les maîtres de chiens guides d’aveugles ont de grandes difficultés à trouver des lieux de détente pour leur chien, surtout dans les grands espaces urbains. Pourtant, le chien guide a besoin de sa récréation et, grâce à son éducation, il sait se détendre sans gêner les autres usagers. Il porte un gilet orange permettant de l’identifier. Ces lieux ne demandent pas d’aménagement spécifique mais un environnement sans danger, le plus proche possible du lieu de résidence ou de travail de la personne déficiente visuelle. Certaines communes autorisent déjà l’accès au chien guide pour les moments de détente aux parcs et jardins publics moyennant le port du gilet.

Plus les lieux de détente seront nombreux et facilement accessibles, meilleure sera la détente du chien guide. Vous l’aurez compris, vous avez le pouvoir d’autoriser la détente des chiens guides au sein des parcs et jardins de votre commune.

Association Valentin Haüy Fédération des Aveugles de France Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles Voir Ensemble Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes

Retour sommaire

1-B) LE MARIUS DE L’AUDIODESCRIPTION CÉLÈBRE LE CINEMA POUR UN PUBLIC QUI AIME LES IMAGES QUI PARLENT Pour la troisième année, la CFPSAA, (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes) est heureuse de vous révéler le lauréat du Marius 2020 de l’audiodescription. Le jury composé de 137 personnes essentiellement déficientes visuelles a écouté les enregistrements des audiodescriptions pour les 7 films nommés pour les César puis ont voté pour déterminer celui qui correspond le mieux à leurs attentes en matière d’audiodescription. L’audiodescription la plus plébiscitée est celle du film J’accuse écrite par Raphaëlle Valenti pour le laboratoire HIVENTY. Mercredi 26 février au CNC, le trophée Marius a été remis à Raphaëlle Valenti. Historique : La CFPSAA a mis en place en 2010 un Panel composé essentiellement de déficients visuels dont l’objectif est de promouvoir l’audiodescription tant au cinéma qu’à la Télévision. Quelques membres du panel de la CFPSAA, férus de cinéma et sensibles à l’importance d’une bonne audiodescription pour la juste appréciation d’un film, ont souhaité que la parole soit donnée aux aveugles et malvoyants pour que ces derniers valorisent les audiodescriptions qui répondent le mieux à leurs attentes. Ainsi est née en 2018 l’idée de décerner un Marius de l’audiodescription parmi les 7 films sélectionnés aux César dans la catégorie meilleur film. Pour cette édition 2020, un jury de « 137 personnes, aveugles ou malvoyantes, ainsi que quelques voyants, a été constitué. Composé d’hommes (1/3) et de femmes (2/3), de 21 à 81 ans, de Toulouse à Nantes en passant par Dijon, Chambéry, la région parisienne et même la Belgique. La cérémonie a eu lieu au CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée) le mercredi 26 février 2020. Lors de la soirée le trophée du Marius a été transmis par Dune Cherville (lauréate 2019) à Raphaëlle Valenti dont l’audiodescription a été élue par le jury 2020. Elles étaient entourées de jurés déficients visuels mais également de nombreux professionnels de l’audiovisuel et du cinéma avec lesquels ils ont eu des échanges fructueux.

Page Facebook : https://www.facebook.com/Mariusaudi...

Retour sommaire

2) ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

2-A) PROPOSITION DE LOI VISANT À AMÉLIORER L’ACCÈS À LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP :

PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE ENGAGÉE PAR LE GOUVERNEMENT LE 11 OCTOBRE 2019

La prestation de compensation du handicap (PCH) une aide financière pour la perte d’autonomie...

Créée par la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005, la prestation de compensation du handicap (PCH) permet la prise en charge de certaines dépenses liées au handicap.

C’est une aide personnalisée, modulable en fonction des besoins, qui finance cinq types d’aides spécifiques :
- les aides humaines ;
- les aides techniques ;
- les aides à l’aménagement du cadre de vie ;
- les aides animalières ;
- et les aides exceptionnelles.

Selon Alain MILON, président de la commission des affaires sociales du Sénat, elle bénéficie actuellement à 350 000 personnes.

... à l’accès complexe Alain MILON, , estime que l’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH) est "aujourd’hui fortement compliqué par la pluralité de ses objectifs, les conditions de son ouverture et les contraintes que subissent ses principaux financeurs, les conseils départementaux."

Une proposition de loi pour remédier à ces difficultés

S’appuyant sur le rapport du sénateur Philippe MOUILLER "Repenser le financement du handicap pour accompagner la société inclusive" (octobre 2018), sur les travaux du député Philippe BERTA, et travaillant en partenariat avec les différents acteurs institutionnels mobilisés sur ce sujet, Alain MILON a déposé une proposition de loi au Sénat le 3 octobre 2019.

Le texte déposé comprend 4 articles qui visent à :
- permettre à toute personne handicapée de moins de 60 ans, ou de plus de 60 ans ayant présenté un handicap avant cet âge, de bénéficier de la prestation (art 1er) ;
- redéfinir la finalité des fonds départementaux de compensation du handicap afin de les rendre opérationnels (art 2) ;
- proposer plusieurs améliorations relatives à l’attribution de la PCH et aux contrôles que peut effectuer le président du conseil départemental (art 3) ;
- organiser la réflexion préalable à une prise en charge enfin intégrée des transports des personnes handicapées (art 4).

Site du Sénat

Retour sommaire

2-B) VIE AUTONOME – LOI PCH AU SÉNAT

La Commission des affaires sociales du Sénat a examiné la proposition de loi, dont la Haute Assemblée est à l’origine, qui supprime la barrière d’âge de 75 ans opposée à une personne handicapée qui voudrait la demander après ses 60 ans. Elle rectifie le fonctionnement des Fonds départementaux de compensation, permet d’accorder la PCH à vie selon la lourdeur du handicap et modifie le contrôle d’utilisation de la PCH aide humaine étendu sur une période de six mois. Le texte approuvé par l’Assemblée Nationale le 15 janvier dernier a été adopté sans modification et, sauf amendement lors de l’examen au Sénat le 26 février, elle sera votée définitivement comme l’a exprimé le rapporteur du texte, Philippe Mouiller : "Je vous propose, à présent, d’adopter cette proposition de loi dans les termes retenus par l’Assemblée nationale, qui sont en tous points conformes aux intentions initiales de ses auteurs."

Yanous – Actu n° 546

Retour sommaire

2-C) ADMINISTRATION/POLITIQUE – NOUVEAU CNCPH

Les organisations et membres du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées rénové ont été annoncés par le secrétariat général du Comité Interministériel du Handicap qui en gère l’administration. Alors que l’on attendait une baisse du nombre de ses membres, il augmente de 34 pour atteindre 160 organisations, structures ou individus. Ces derniers, qui composent le collège des "personnes qualifiées" sont 24 mais on y remarque plusieurs responsables associatifs qui auraient dû siéger dans les autres collèges, ainsi que le "recyclage" d’ex-dirigeants. On note également l’entrée de partisans de l’action gouvernementale, telle l’Association nationale pour la Prise en compte du Handicap dans les Politiques Publiques et privées du rallié au macronisme Matthieu Annereau, et la toute récente Union des associations nationales pour l’inclusion des malentendants et des sourds créée en mars dernier par l’actuel président du CNCPH, Jérémie Boroy, sauveur du gouvernement pour la mise en place des centre-relais des conversations téléphoniques. Le nouveau CNCPH sera installé le 22 janvier, pour un mandat théorique de trois ans.

Yanous – Actu n° 545

Les articles de Yanous-Actualités sont diffusés avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard

Retour sommaire

3) ACTUALITÉS SOCIALES

3-A) CONFÉRENCE NATIONALE DU HANDICAP : LA CNSA SE MOBILISE

La conférence nationale du handicap du 11 février 2020 a défini 12 nouveaux engagements pour améliorer la vie des personnes en situation de handicap et renforcer l’accompagnement des personnes et de leurs familles. La CNSA sera pleinement mobilisée pour mettre en œuvre ceux portant sur le délai d’octroi de prestations, l’école inclusive, le déploiement de solutions adaptées aux personnes ayant des besoins soutenus et la création de places de transition. Un appui renforcé aux MDPH : préfiguration en Seine-Saint-Denis et dans l’Yonne Le gouvernement, conjointement avec les départements avec lesquels il a signé un accord de méthode, prend l’engagement de mettre en place une « garantie délai » pour l’octroi des prestations. Avec l’appui de la CNSA, il est attendu des MDPH que : • toutes les demandes de prestation soient traitées dans un délai « garanti » aux personnes ; • toutes les personnes ayant un handicap irréversible bénéficient effectivement de leurs droits à vie. La CNSA accompagnera les MDPH dans cet effort en leur proposant notamment un appui sur mesure dès 2021. Sa préfiguration est d’ores et déjà engagée : deux MDPH, celles de Seine-Saint-Denis et de l’Yonne, vont bénéficier dans les prochaines semaines d’un appui consistant en un renfort de personnel ainsi qu’un appui à la formation (codage des déficiences, évaluation des types de droits, à la prise en main de leur nouveau système d’information…). La mission veillera également à émettre des recommandations sur les conditions structurelles d’une amélioration du traitement des demandes des personnes. Le CNSA consacrera à ce renforcement 25 millions d’euros supplémentaires en 2021 et autant en 2022, en complément de son concours aux MDPH qui s’élève en 2020 à un peu plus de 76 millions d’euros. Faciliter les démarches, accompagner les personnes et leurs familles Par ailleurs, la CNSA est mobilisée dans la conception du livret numérique du parcours inclusif et le financement d’unités d’enseignements autisme supplémentaires pour assurer la scolarisation des enfants en situation de handicap. Elle financera également la création de 1 000 places en Île-de-France, dans les Hauts-de-France et dans le Grand-Est pour prévenir les départs non souhaités en Belgique ainsi que la création de 2 500 places supplémentaires en établissements ou en services pour accompagner les transitions et sécuriser le choix des personnes. Parallèlement, la Caisse conduit d’autres travaux qui concourent à l’amélioration de l’accompagnement des personnes en situation de handicap et de leurs proches : le développement d’outils numériques et de téléservices (système d’informatisation commun des MDPH, plateforme d’information, d’orientation et de services pour les personnes handicapées et leurs proches, dossier usager informatisé…), la réforme de la tarification des établissements et services médico-sociaux SERAFIN-PH, le suivi de la transformation de l’organisation de l’offre médico-sociale… La lettre CNSA – février 2020 Retour sommaire

4) ACTUALITÉS FRANÇAISES DU HANDICAP

4-A) ASSOCIATIONS - FIN DU COMITÉ D’ENTENTE

Rassemblant près de 70 associations nationales de personnes handicapées, le Comité d’Entente initié en 1982 est supprimé par les plus importantes d’entre elles qui ont créé un Collectif Handicaps. Regroupant 47 organisations, cette nouvelle association présidée par l’ancien secrétaire général de la FNATH, Arnaud de Broca, veut porter des revendications et propositions communes sur les questions d’actualité : réforme des retraites, fusion de l’Allocation Adulte Handicapé au sein du futur Revenu Universel d’Activité, grand âge et autonomie notamment. Yanous – Actu n° 545

Retour sommaire

4-B) CONFÉRENCE NATIONALE DU HANDICAP / UN DISCOURS MOBILISATEUR À TRADUIRE EN ACTIONS

Communiqué du Collectif Handicaps

Paris, le 11 février 2020. Organisée tous les trois ans, la Conférence nationale du handicap s’est déroulée ce jour en présence du président de la République, de nombreux ministres et acteurs de la société civile. Si le Collectif Handicaps souligne des engagements concrets du gouvernement, il regrette aussi des échanges parfois trop policés et un manque de débats avec les personnes directement concernées. L’événement s’est achevé par un discours mobilisateur du président de la République. Reste maintenant à transformer la vie quotidienne des personnes en situation de handicap…

Malgré des échanges parfois trop policés, la Conférence nationale du handicap a été réussie sous de nombreux aspects ; notamment par la mobilisation de nombreux ministres et acteurs de la société civile, par une certaine humilité dans le bilan des actions passées et par des annonces et engagements qui répondent pour certaines d’entre elles aux attentes des personnes en situation de handicap et des associations.

Néanmoins, le Collectif Handicaps regrette le manque de débats et de discussion. Le temps dédié aux échanges avec la salle était beaucoup trop court pour permettre une libre expression des personnes en situation de handicap et des associations représentantes.

Aussi, le Collectif Handicaps demande, comme le prévoit la loi, que le rapport qui sera issu de cette conférence donne lieu à un débat au Parlement.

Un discours mobilisateur La prise de parole du président de la République était sans nul doute un discours mobilisateur à l’attention de son gouvernement, des administrations et des pouvoirs publics, entre fixations d’objectifs forts et mesures concrètes. Le Collectif Handicaps retient notamment les annonces sur la scolarisation des enfants en situation de handicap, l’élargissement de la prestation de compensation aux aides à l’alimentation et à la parentalité, la réduction du délai à 3 mois pour obtenir une réponse à une demande d’allocations aux adultes handicapés, l’invitation à faire du handicap un enjeu des élections municipales ainsi que l’affirmation que l’AAH ne sera pas « fondue » dans le revenu universel d’activité...

Pour que ces objectifs s’appliquent et modifient la vie quotidienne des personnes en situation de handicap, il reste encore à définir de manière concrète les moyens qui seront mis sur la table. Le Collectif Handicaps sera vigilant quant à la mise en œuvre de ces différentes annonces et continuera de porter la parole des personnes en situation de handicap.

Le Collectif Handicaps regrette que sur la question de la compensation, sujet particulièrement attendu puisqu’il n’avait pas été abordé dans une conférence nationale du handicap depuis 2005, le Président de la République n’ait pas été plus volontariste sur son adaptation à d’autres types de handicap. Ce n’est en effet que dans le dossier de presse que l’on découvre que des travaux pour une adaptation effective de la PCH au handicap psychique et aux troubles du neuro-développement seront lancés avec une échéance de plus d’un an (mi-2021) pour la remise des propositions.

La signature d’un accord A cette occasion, l’État, l’assemblée des départements de France et les associations de personnes handicapées, dont le Collectif Handicaps, ont signé une convention d’engagement visant à mobiliser l’ensemble des acteurs.

Le Collectif Handicaps retient une phrase prononcée en introduction par Claude Chirac : « les grands progrès sociaux partent des rencontres entre les réalités et la volonté politique ». Le Collectif Handicaps sera un acteur à part entière et exigeant de ces rencontres !

Les 48 associations membres du Collectif Handicaps :

AFEH ; AFM-Téléthon ; Alliance Maladies Rares ; ANCC ; ANECAMPS ; AIRe ; ANPEA ; ANPEDA ; ANPSA ; APF France handicap ; ASBH ; Autisme France ; Bucodes France ; CESAP ; CFHE ; CFPSAA ; CHEOPS ; CLAPEAHA ; Droit au Savoir ; Eucrea France ; Entraide Universitaire ; FAGERH ; Fédération APAJH ; Fédération Générale des PEP ; FFAIMC ; FFDys ; Fédération Française Sésame Autisme ; FISAF ; FNAF ; FNATH ; FNASEPH ; France Acouphènes ; GIHP National ; GPF ; Hyper Supers – TDAH France ; LADAPT ; Les Tout-Petits ; Mutuelle Intégrance ; Santé Mentale France ; UNAPH ; TRISOMIE 21 France ; UNAFAM ; UNAFTC, Unanimes ; UNAPEI ; UNIOPSS ; Vaincre la Mucoviscidose.

Retour sommaire

4-C) APPEL À CANDIDATURES / BOURSES FÉDÉEH

Pour la réussite des jeunes handicapés

www.bourses-fedeeh.fr

Les bourses FÉDÉEH encouragent et soutiennent les élèves et les étudiants en situation de handicap à optimiser leur potentiel et à concrétiser leurs projets d’études et professionnels. Pour conforter leur parcours de formation, la FÉDÉEH et leurs différents partenaires du dispositif apportent aux lauréats : • Une dotation pour financer les besoins nécessaires à la poursuite de leurs études ; • Un appui à l’orientation (conseils, parrainage, mise en relation avec d’autres jeunes en situation de handicap…). En 2019, grâce à nos partenaires entreprises 97 lauréats (parmi 287 candidatures reçues) se sont vus attribuer des bourses d’une moyenne de 1 500 euros. Ouverture de la campagne 2020 : le 27 janvier 2020 Les candidatures sont à déposer en ligne avant le 30 mars 2020 via le site : BOURSES FÉDÉEH

Pour plus d’informations, l’équipe des bourses de la FÉDÉEH est à votre écoute : Églantine Marette, Coordinatrice du pôle « accompagnement dans les études et la vie étudiante » bourses@fedeeh.org - 01 82 28 43 94

Retour sommaire

5) ACTUALITÉS INTERNATIONALES DU HANDICAP

5-A) L’UMA ET UN-HABITAT SIGNENT UN ACCORD SANS PRÉCÉDENT POUR TRAVAILLER ENSEMBLE ET RENDRE LES VILLES ACCESSIBLES À TOUS

NAIROBI, le 3 février 2020 - L’agence des Nations Unies consacrée aux questions urbaines, UN-Habitat, et l’Union Mondiale des Aveugles (UMA), qui représente plus de 250 millions de personnes aveugles et malvoyantes, unissent leurs efforts pour améliorer l’inclusion des handicapés, la conception universelle et l’accessibilité dans les villes et les communautés.

Près d’un milliard de personnes handicapées devraient habiter en zones urbaines d’ici à 2050, ce qui place une forte pression sur les gouvernements nationaux et locaux à l’heure de remplir les obligations souscrites en signant la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l’ONU pour garantir que les bâtiments, les services et les espaces publics soient inclusifs et accessibles à tous.

UN-Habitat et l’UMA ont signé un Protocole d’accord (MoU en anglais) contenant des engagements conjoints à accélérer le travail d’UN-Habitat pour l’inclusion du handicap, la conception universelle et l’accessibilité dans ses stratégies, politiques, programmes et opérations, dans la lignée du Nouvel Agenda urbain, de l’Agenda 2030 et de la Stratégie d’inclusion du handicap de l’ONU.

Bulletin de l’UMA – Janvier 2020

Retour sommaire

5-B) NAB INDIA FÊTE LA JOURNÉE MONDIALE DU BRAILLE

L’Association nationale des aveugles d’Inde (NAB India) a organisé un événement grand public le 4 janvier dernier au Worli Seaface Complex à l’occasion du 211ème anniversaire de la naissance de Louis Braille, pour la Journée Mondiale du Braille. Étaient présents M. Satya Kumar Singh, Secrétaire Général Honoraire, M. Anand Athalekar, Secrétaire Honoraire, le Dr. Vimal Dengla, Secrétaire Honoraire, Mme. Pallavi Kadam, Directrice exécutive de NAB India, les chefs de départements, le personnel, divers stagiaires et personnes malvoyantes, sans oublier les amis de NAB India. Des représentants de NAB India ont rendu hommage à Louis Braille en expliquant au public la grande contribution apportée par Louis Braille lorsqu’il a inventé l’écriture Braille pour les aveugles et l’importance de cette contribution par la présentation de deux ouvrages en braille : « The path of silence » en anglais, par Swami Radhanandji, et « NAB Dindarshika 2020 » en hindi. De plus, un calendrier en braille a officiellement vu le jour à cette occasion.

Bulletin de l’UMA – Janvier 2020

Retour sommaire

5-C) L’UMA, SOLIDAIRE AVEC SES MEMBRES AUSTRALIENS

L’UMA a exprimé sa solidarité avec tous les membres australiens de l’Union suite aux catastrophiques incendies de forêt qui ont fait des douzaines de victimes humaines et tué des milliers d’animaux, déplacé plusieurs familles et détruit des millions d’hectares de terrain.

L’UMA voudrait que les organisations humanitaires prennent en considération les besoins particuliers des personnes aveugles et malvoyantes lorsque de telles catastrophes se produisent. Il est essentiel que les personnes aveugles et malvoyantes puissent disposer de services d’urgence accessibles, dont des informations sous formats audio, à gros caractères et en braille, et de services d’aide accessibles de santé, de rééducation et de réinstallation.

L’UMA plaide sans relâche en faveur de la protection des droits des personnes aveugles et malvoyantes dans les situations de catastrophe, d’urgence humanitaire ou de conflit pour garantir que tous les services et programmes leur soient accessibles.

Bulletin de l’UMA – Janvier 2020

Retour sommaire

12) LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA

12-A) CAMPAGNE « ESSAYER POUR VOIR »

En 2020, la Fédération des Aveugles de France lance une campagne virale d’interpellation, proposant à des personnalités françaises d’« essayer pour voir »… En mettant un bandeau sur les yeux, elles sont invitées à se mettre en situation de cécité dans leurs activités quotidiennes, pour se rendre compte des nombreuses inadaptations rencontrées par les personnes en situation de handicap visuel en France. Les personnalités pourront relayer leur expérience sur Twitter, avec le hashtag #essayezpourvoir. « Parce que pour nous ce n’est pas un jeu mais notre quotidien, nous voulons faire comprendre aux décideurs et personnalités publiques, que la cause et les demandes des aveugles de France ne sont pas à prendre à la légère. Quoi de mieux pour réaliser des choses que de se mettre en situation ? Nous avons donc décidé d’envoyer, en ce début d’année 2020, à plusieurs personnalités françaises du monde politique, économique, médiatique, culturel ou encore sportif, une box un peu spéciale contenant un bandeau et des défis à réaliser » annonce Vincent Michel, Président de la Fédération des Aveugles de France. Interpeller, faire réagir, donner une place au handicap visuel Par le soutien de ces personnalités, la Fédération souhaite interpeller, faire réagir et donner une place au handicap visuel dans les débats, notamment dans un contexte d’élections municipales à venir. L’objectif est également d’obtenir des soutiens financiers, promesses de dons et legs, indispensables pour faire progresser l’action de la Fédération.

« Mon souhait pour 2020 ? Faire avancer la situation des aveugles en France, encore et toujours. En 2020, nous sommes encore trop loin du compte pour se montrer satisfaits. Nos revendications sont nombreuses pour arriver à une certaine égalité des chances », poursuit-il.

Le lancement de notre campagne coïncide avec la tenue, ce 11 février, de la Conférence Nationale du Handicap, présidée par le Président de la République. 15 ans après le vote de la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui était porteuse de grands espoirs, c’est la déception qui domine et si l’on en juge par l’impréparation de la conférence qui se réunit ce mardi, les vraies bonnes nouvelles devraient être rares. Les personnes aveugles ne se font aucune illusion. Campagne de la Interpeller, faire réagir, donner une place au handicap visuel Par le soutien de ces personnalités, la Fédération souhaite interpeller, faire réagir et donner une place au handicap visuel dans les débats, notamment dans un contexte d’élections municipales à venir. L’objectif est également d’obtenir des soutiens financiers, promesses de dons et legs, indispensables pour faire progresser l’action de la Fédération. « Mon souhait pour 2020 ? Faire avancer la situation des aveugles en France, encore et toujours. En 2020, nous sommes encore trop loin du compte pour se montrer satisfaits. Nos revendications sont nombreuses pour arriver à une certaine égalité des chances », poursuit-il. Le lancement de notre campagne coïncide avec la tenue, ce 11 février, de la Conférence Nationale du Handicap, présidée par le Président de la République. 15 ans après le vote de la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui était porteuse de grands espoirs, c’est la déception qui domine et si l’on en juge par l’impréparation de la conférence qui se réunit ce mardi, les vraies bonnes nouvelles devraient être rares. Les personnes aveugles ne se font aucune illusion. Campagne réalisée par la Fédération des Aveugles de France – janvier 2020 Retour sommaire

12-B) NOUVELLE RÉGLEMENTATION EN FRANCE : SUBSTITUTION FORCÉE DES MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES AUX MÉDICAMENTS ORIGINELS – 1,7 MILLION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES SOUMISES À UN GRAVE RISQUE DANS L’ADMINISTRATION DE LEURS MÉDICAMENTS, À UNE PERTE D’AUTONOMIE ET À UN PRÉJUDICE FINANCIER

Réagissons vite….

Depuis le 1er janvier 2020, seules trois situations médicales extrêmement limitatives permettent à un médecin d‘interdire la substitution par le pharmacien du médicament générique au médicament originel (CF. article ci-joint issu du site « service public »). Toute forme de vulnérabilité, l’âge, Le handicap, quel qu’il soit, sont exclus de ces situations...

Quelles sont les graves conséquences de cette réglementation pour les mal et non-voyants ?

Risque d’erreur dans l’administration de médicament. L’emballage et la forme du médicament (gélule, comprimé, sécable ou non, dose etc.) sont des repères primordiaux pour les déficients visuels, tant pour des traitements occasionnels qu’à long terme. Il peut en plus exister plusieurs génériques pour un même médicament princeps. Chacun d’entre eux a une dénomination, un conditionnement et souvent une posologie totalement distincts. La substitution forcée du générique au médicament originel entraine la perte de tous ces repères. L’inscription en Braille du nom du médicament n’est pas une solution suffisante, car seulement 15% des non et malvoyants lisent le Braille. Il est de plus très difficile de mémoriser la correspondance entre le nom du générique et celui de son médicament originel, qui n’ont rien de commun. La confusion facile entre plusieurs médicaments génériques, une erreur de posologie peuvent vite mettre notre santé en danger. Faut-il alors payer une infirmière à domicile pour garantir la bonne administration des médicaments aux personnes handicapées de la vue ? Que de frais supplémentaires … Où est alors l’économie recherchée ? Que de complications pour les mal et non-voyants …

Absence de prise en compte du handicap visuel. Tout citoyen qui souhaite obtenir la délivrance de médicaments princeps doit, en respect de la nouvelle réglementation, « présenter une contre-indication formelle et démontrée à un excipient présent dans les médicaments génériques ». Satisfaire à cette condition impose de présenter les symptômes d’intolérance requis et une expertise médicale exigeante en temps et démarches. Toute la population est soumise au même régime de médicaments génériques, dans une recherche d’économie qui discrimine la population privée de la vue. Le handicap visuel est totalement oublié, malgré ses lourdes conséquences : il ne constitue pas un motif suffisant selon cette réglementation pour obtenir la délivrance du médicament originel…

Préjudice financier et perte d’autonomie Le seul autre moyen d’être soustrait à la délivrance des médicaments génériques est de payer le prix du médicament originel. Le tiers-payant a disparu dans ce cas … Mais, le remboursement ne sera fait que sur la base du prix du générique, forcément moins cher, si ce n’est beaucoup moins cher. La différence des frais est donc à la charge du patient… Il s’y ajoute que l’obtention de ce remboursement est soumise à l’envoi, après lavoir complétée, de la feuille de soin papier à son assurance maladie. Un déficient visuel doit à présent solliciter laide d’un voyant pour remplir la feuille de soin, écrire l’enveloppe et la poster… L’achat du médicament originel constitue une dépense que tous ne pourront pas assumer et une limitation importante d’autonomie, qui était acquise jusque là et justement appréciée. La santé de l’importante population déficiente visuelle est donc mise en danger par cette réforme, qui impacte directement la sécurité d’administration de traitements médicamenteux et diminue son autonomie. Les responsables gouvernementaux doivent être alertés afin qu’ils prennent rapidement les mesures pour remédier à cette situation discriminante. Le handicap visuel doit être considéré et introduit en urgence dans la réglementation comme raison suffisante à elle seul pour la délivrance de médicaments princeps.

Texte proposé par l’antenne de Toulon du GIAA – février 2020 Retour sommaire

15) LOISIRS – VOYAGES

15-A) EXPOSITION LE SUPERMARCHÉ DES IMAGES

Au Jeu de Paume 1 place de la Concorde 75008 Paris

Visite conférence avec conférencier et souffleurs d’images Le 18 mars 2020 à 17 h Durée 1 heure Gratuit Nous habitons un monde de plus en plus saturé d’images. Leur nombre connaît une croissance tellement exponentielle – sur les réseaux sociaux, les écrans en tout genre – que l’espace dans lequel nous vivons déborde littéralement d’images, comme s’il n’y avait plus d’interstices entre elles. Face à un tel trop plein, face à une telle surproduction d’images se pose plus que jamais la question de leur économie.

Les photographies, dessins, peintures, vidéos, films, créations numériques et installations multimédia de cette exposition explorent la fabrique du grand marché des images qui structure notre regard. Ces œuvres mettent en exergue les matières premières qui composent les images, les immenses stocks ou banques dans lesquels elles s’accumulent, le travail humain (ou non humain) qui participe à leur création, la fluctuation de leurs valeurs ainsi que la vitesse (ou la lenteur) de leurs trajectoires et de leurs cristallisations au cours de leur circulation globalisée.

Lien et contact : Retrouvez toutes les actualités du Jeu de Paume sur : https://souffleurs.org/ Pour s’inscrire à la sortie de groupe : contactez le service Souffleurs d’Images au 01 42 74 17 87, écrivez-nous à contact@souffleurs.org ou connectez-vous à votre espace sur https://souffleurs.org/inscription-...

Lettre d’information – Souffleurs d’image – février 2020

Retour sommaire

15-B) PROCHAIN SPECTACLE À VENIR À LA COLLINE :

Les innocents, moi et l’inconnue au bord de la route départementale Texte et traduction Peter Handke Mise en scène Alain Françon

Le récit prend place au bord d’une route départementale, lieu du passage à lente allure, du voyage d’un bourg à l’autre, mais aussi lieu du repos, une zone hors du temps. La route départementale s’offre comme une pause respiratoire et fait des alentours un monde disponible pour le regard et l’imagination. Le héros, ce « moi », est une pluralité d’instances : l’auteur dramatique, le conteur épique, le narrateur. Et cette inconnue, qui est-elle ? L’espérée, celle ardemment désirée, sera-t-elle au rendez-vous ? Pour donner voix au dernier texte pour le théâtre de Peter Handke, prix Nobel de littérature 2019, Alain Françon s’entoure de ses acteurs fidèles, notamment Dominique Valadié et Gilles Privat.

Du 3 au 29 mars 2020 Du mercredi au samedi à 20 h 30, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h 30. Relâche dimanche 8 mars.

Audiodescriptions le dimanche 22 mars à 15 h 30 et le mardi 24 mars à 19 h 30. Audiodescriptions réalisées par Elisabeth Martin Charbot, en partenariat avec le CRTH. Un programme de salle en braille et en caractères agrandis, vous sera proposé, en partenariat avec l’imprimerie de l’AVH. La représentation du mardi 24 mars sera précédée d’une présentation du spectacle avec découverte tactile d’éléments du décor de 18h à 19h. Le service Souffleurs d’Images est proposé sur toutes les dates de représentation. Lien et contact : Retrouvez toutes les actualités de la Colline, théâtre national sur : https://souffleurs.org/ Réservation pour les audiodescriptions auprès de Johanne Peyras : 01 44 62 52 27 Pour découvrir ces spectacles avec un bénévole : contactez le service Souffleurs d’Images au 01 42 74 17 87, écrivez-nous à contact@souffleurs.org ou connectez-vous à votre espace sur https://souffleurs.org/inscription-... La Colline, théâtre national – 15 rue Malte Brun – 75020 Paris Tél : 01 44 62 52 27 j.peyras@colline.fr www.colline.fr

Lettre d’information – Souffleurs d’image – février 2020

Retour sommaire

15-C) UNE LOUPE ÉLECTRONIQUE ULTRA POLYVALENTE POUR LES DV !

Compact 10 HD SPEECH

La dernière loupe électronique sur le marché pouvant facilement remplacer un vidéo-agrandisseur grâce à sa polyvalence.

Les + de la Compact 10 HD Speech

• Un grand écran tactile de 10 pouces. • Agrandir et écrire sans restriction de mouvements. • Capable de lire à voix haute des pages entières. • Un allumage ultra rapide. • Simple d’utilisation et transportable.

CFLOU 112 rue principale 67440 SCHWENHEIM 03 88 01 24 55 pro@cflou.com

Retour sommaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0