Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2010 > Bulletin 5 du 1 er mars 2010

Bulletin 5 du 1 er mars 2010

1) EDITORIAL

Le jour même où paraissait notre dernier bulletin, Nadine Morano, Valérie Létard et Thierry Dieuleveux mettaient en place l’Observatoire Interministériel de l’Accessibilité et de la Conception Universelle auquel participe le CNPSAA. Cette nouvelle structure, présidée par la Sénatrice Sylvie Desmarescaux, fera en sorte que des progrès significatifs soient constatés, d’ici la prochaine Conférence Nationale du Handicap prévue pour juin 2011, dans tous les domaines concernés par l’accessibilité : bâtiments et voierie, transports, nouvelles technologies, culture, etc. Le CNPSAA s’était porté candidat pour la Vice-présidence, mais lors de la réunion du CNCPH du 17 février, les associations ont, une fois encore, choisi l’APF pour occuper ce poste, au moins durant la première moitié du mandat jusqu’en juin 2011. Certes, cette association est importante, active, écoutée, mais nous regrettons qu’elle ne laisse que peu de places aux autres partenaires. Nous serons cependant présents au sein des groupes de travail et devrions nous voir confier l’animation de celui qui se consacre à l’accessibilité aux nouvelles technologies.

Le 12 février, avait lieu l’Assemblée Générale du Conseil Français des Personnes Handicapées pour les questions Européennes (CFHE) dont, outre le CNPSAA, sont membres l’AVH, la FAF et Voir Ensemble. A la lecture du rapport moral que vous trouverez dans ce bulletin, vous pourrez constater que le CFHE s’est beaucoup impliqué afin que la France ratifie la Convention de l’ONU relative aux Droits des Personnes Handicapées, il s’implique aussi dans le travail du Forum Européen des Personnes Handicapées pour suivre, et si possible influencer, les décisions des organismes européens.

Le 16 février, Sylvain Nivard et moi-même avons rencontré, avec les responsables de La Poste, les collaborateurs du Ministre de l’Industrie en charge de La Poste. Nous leur avons remis la liste des associations à agréer pour l’expédition en franchise des documents sonores. Nous la publierons dès la parution de l’arrêté ministériel. De même, une circulaire « Franchise Postale : mode d’emploi ») devrait être signée par La Poste et le CNPSAA afin que les bureaux de poste soient clairement informés et que nous ne rencontrions plus aucun problème lors de l’expédition en franchise de documents braille ou sonores. Nous la diffuserons très largement dès qu’elle sera disponible.

Le Ministère de la Culture a, par ailleurs, agréé les deux premiers organismes habilités à recevoir les fichiers sources des éditeurs en vue de la publication d’ouvrages en formats adaptés : il s’agie de BrailleNet et du CTELB de Toulouse, bien connus de nous. D’autres agréments sont en cours de préparation. Alain Lequeux (qui préside la commission en charge de délivrer les agréments) et Sylvain Nivard ont préparé pour nous un article sur ce sujet que vous trouverez dans ce bulletin.

Les 19 et 20 février, la section de Sicile de l’Union Italienne des Aveugles et Malvoyants organisait une importante conférence au sujet du braille, nous étions invités à y participer et à présenter un bref rapport que vous trouverez dans ce bulletin. Outre la sympathie habituelle de nos amis italiens, nous avons pu constater combien les médias étaient sensibles au sort des personnes handicapées, radios, télévisions, journaux, étaient tous présents et ont largement fait écho de cette manifestation. Quand en sera-t-il ainsi chez nous ?

Enfin, le 26 février, François Fillon, a tenu à rencontrer lui-même les porte parole du Comité d’Entente, après que ceux-ci aient été reçus pendant plus d’une heure par ses Conseillers et le Secrétaire Général du CIH. Le Premier Ministre nous a notamment indiqué que le sujet de la dépendance des personnes de plus de 60 ans serait bien traité en 2010, mais seulement après la réforme des retraites, donc en fin d’année. Cela ne devrait pas empêcher les concertations avec les Associations, bien au contraire. Par ailleurs, l’attention du chef du Gouvernement a été attirée sur la situation très préoccupante de nombreuses associations d’aide à domicile, qui viennent en aide aux personnes âgées ou handicapées. « Un rééquilibrage des aides de l’Etat devra être fait afin que les départements les plus en difficultés soient mieux soutenus », a-t-il indiqué. Ses Conseillers s’étaient voulus rassurants, affirmant que les faux pas de la fin de 2009 résultaient d’un évident manque de concertation, de malentendus, mais en aucune façon de la volonté du Gouvernement de revenir sur les acquis de la loi de 2005. L’accessibilité restera un sujet prioritaire, de même que l’emploi. Nous serons associés aux discussions sur les retraites, le Plan Personnalisé de Compensation, fondement essentiel de la loi de 2005 ne deviendra pas optionnel, le décret concernant la déclaration trimestrielle des ressources et la réforme de l’AAH qui devrait intervenir avant le 1er juillet prochain sera largement discuté par la commission compétente du CNCPH, enfin la situation des Auxiliaires de Vie Scolaire doit être impérativement réglée pour la prochaine rentrée scolaire et ceci sans déresponsabiliser l’Education Nationale.

Sachez encore que devant l’inertie constatée au sujet de l’adaptation du logiciel Open Office, le CNPSAA a demandé un rendez-vous au Ministre en charge de la réforme de l’Etat et des Fonctions Publiques, Eric Woerth. Vous trouverez aussi ce courrier dans le présent bulletin, de même que :
- un communiqué de la FFAC qui annonce la présence d’un stand « chiens guides » au Salon de l’Agriculture
- deux communications de la FAF concernant des tests de matériels adaptés effectués par l’Institut de la Vision
- deux communiqués d’Handicap Zéro portant sur le Championnat 2010 de Formule 1 et sur la coupe du monde football
- un message de BrailleNet qui annonce la sortie du Victor Reader Stream, un lecteur DAISY ultra-compact de la société HumanWare, permet désormais de lire les livres de la bibliothèque Hélène de manière sécurisée
- les annonces de deux manifestations culturelles : un concert autour de Chopin pour lequel les musiciens non-voyants peuvent postuler et une pièce de théâtre en audiodescription (« L’araignée de l’éternel »).

Bonne lecture et à très bientôt. Philippe Chazal Président

2) CONSEIL FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES POUR LES QUESTIONS EUROPEENNES – RAPPORT MORAL ET D’ACTIVITE

Année 2009

Perspectives 2010

Préambule

Ce rapport moral et d’activité que j’ai le plaisir et l’honneur de vous présenter est le dernier de ma Présidence du CFHE. Conformément à nos statuts j’aurai réalisé les deux mandats de deux ans au-delà desquels il faut céder la place.

C’est un bien pour notre Conseil car cela permet un renouvellement dans la réflexion, dans la conduite des travaux et dans l’animation d’une équipe. C’est aussi pour celui qui quitte ce poste un déchirement, même si je ne m’éloigne guère.

L’ambiance amicale et studieuse créée par mes prédécesseurs et prolongée jusqu’à ce jour autour des deux pôles qui nous rassemblent, la personne handicapée et l’Europe, a permis, grâce à l’action de notre Conseil d’Administration et de notre Délégation permanente, d’ancrer encore plus le CFHE dans le paysage Français et Européen pour ce qui concerne son action de « passeur d’idées »sur les thèmes internationaux et européens directement liés à la vie des personnes et de nos associations.

Ce rapport sera le témoin de tout le travail effectué, en conformité avec les objectifs fixés lors de l’Assemblée générale de 2009, et le suivi permanent de l’actualité : la Convention internationale des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, les élections au Parlement Européen ,les travaux sur les projets de législation européenne menés de concert avec le Forum Européen des Personnes Handicapées ,la question de l’accueil des personnes handicapées françaises en Belgique, les Services Sociaux d’intérêt général, etc.

Que tous ceux qui ont participé aux diverses tâches et à la bonne marche du CFHE soient ici vivement remerciés.

Alain Faure Président

I – L’ACTIVITE DU CFHE DURANT L’ANNEE 2009

1 - La Convention internationale des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

Nous nous étions quittés, lors de notre dernière Assemblée Générale du 15 janvier 2009, en disant que rien ne s’opposait à ce que la Convention Internationale des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et son Protocole facultatif soient ratifiés et que tout serait mis en œuvre par le CFHE pour marquer notre détermination auprès du Gouvernement français pour qu’ils le soient le plus rapidement possible.

Ceci a tout de même pris une année et s’explique en partie par « l’embouteillage » provoqué par le dépôt de nombreux projets de lois au cours de cette année et par le fait que ce dossier ne paraissait pas prioritaire aux yeux du Gouvernement.

La démarche du CFHE a consisté à prendre régulièrement contact avec le Ministère des Affaires Etrangères puis avec le Conseiller diplomatique du Premier Ministre pour leur faire part de nos attentes.

Confiants dans le devenir du processus de ratification nous nous sommes plutôt inquiétés, dés l’été dernier, de la mise en place du mécanisme de coordination et de suivi une fois la Convention ratifiée, en vertu de l’article 33.

Nous avons ainsi entrepris de nombreuses démarches et particulièrement auprès de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) en charge du suivi des Conventions Internationales.

Avec les représentants de la CNCDH et d’Handicap International, nous avons participé à l’élaboration de propositions sur ce mécanisme à la suite d’entretiens avec toutes les parties prenantes (DIPH, Secrétariat du CIH, HALDE).

Le 19 novembre 2009 cette Commission a adopté à l’unanimité en Assemblée Plénière un avis sur les mécanismes nationaux prévus par la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Il apparaît dans ce texte que :

- La mission de promotion des droits énoncés dans la Convention et en vertu des Principes de Paris, pourrait être confiée a deux instances : la CNCDH et la Halde.

- La mission de protection des droits couverts par la Convention qui comprend le recours à tous les mécanismes de plaintes accessibles, devrait pouvoir être assurée en priorité par la Halde, mais aussi selon leur mandat par le Médiateur de la République, la CNIL, le Défenseur des enfants.

- La mission de suivi qui consiste à évaluer de manière régulière l’adéquation de la législation nationale avec les dispositions de la Convention pourrait être assurée par la CNCDH qui devrait être un élément central du mécanisme de suivi.

- La participation effective de la société civile au mécanisme de suivi : Le CFHE, qui a le statut d’Association, pourrait nommer un représentant auprès de la CNCDH chargé d’assurer la liaison entre la CNCDH et les organisations représentatives. Ce représentant devrait également participer aux réunions périodiques des différents mécanismes tenus au sein d’un comité joint.

Cet avis a été présenté à Monsieur Dieuleveux, Secrétaire Général du Comité Interministériel du Handicap, et a été envoyé à toutes les autorités ministérielles. Une démarche particulière a été effectuée auprès de Matignon, par le CFHE et Handicap International, pour faire aboutir notre participation au Comité de suivi.

Cet avis propose ainsi le CFHE comme organisation représentant les personnes handicapées pour participer et être associé pleinement à la fonction de suivi.

Par un bel après midi, le 21 décembre 2009, le projet de loi autorisant la ratification de la Convention et du protocole facultatif a été adopté au Sénat, après l’avoir été par l’Assemblée Nationale le 28 septembre 2009.

« Ce fut une sorte de cadeau de Noël pour l’ensemble du mouvement ».

Le 31 décembre 2009, la loi autorisant la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées et son protocole additif ont été promulgués puis publiés au Journal Officiel du 3 janvier 2010.

Nous devons nous réjouir d’un tel texte ce qui faisait dire au rapporteur au Sénat, M Jacques Blanc :

« … la Convention constitue donc une avancée extrêmement importante et un instrument majeur au service de progrès futurs au profit de centaines de millions de personnes handicapées à travers le monde... ».

Dans le cadre de son travail sur la Convention, le CFHE a participé à deux réunions concernant l’article 12 : Reconnaissance de la personnalité juridique dans des conditions d’égalité.

- L’une organisée par le « Comité des Droits des Personnes Handicapées »
- L’autre, à Bruxelles par le Forum Européen et le Consortium des Fondations ;

2 - Le projet de Directive européenne non-discrimination

Le CFHE, comme les différents Conseils Nationaux, a été appelé à relayer auprès du Gouvernement français la position du Conseil d’Administration du Forum Européen des 14-16 novembre 2008. Ce document accueille, de manière générale, favorablement la proposition de directive, mais il soulève un certain nombre de lacunes très importantes qui devront être prises en compte par le Parlement Européen et le Conseil.

Le Forum Européen a ainsi mis en avant un certain nombre de points très préoccupants : l’exclusion des besoins spéciaux en éducation du champ de la Directive, l’absence de définitions fondamentales (comme « personnes handicapées » ou « accès non discriminatoire efficace »), des formulations inappropriées des concepts de « charge disproportionnée » et de « modifications majeures ».

Le Forum a suivi l’évolution des discussions tenues sur ce sujet de directive par les différents pays membres sous la Présidence de la Suède. Quelques avancées mais beaucoup de points négatifs et des positions qui ne sont pas favorables en particulier de la part des autorités allemandes.

D’autre part, la ratification de la Convention ONU par l’Union Européenne nécessite une amélioration et une clarification des dispositions relatives au handicap de manière, entre autres, à assurer leur cohérence avec la Convention.

Ce qui pose encore problème :

- La question de l’accessibilité des bâtiments et des infrastructures ou des délais de mise en place beaucoup trop longs.

- La possibilité de traitement différent pour les personnes handicapées, si cela est réalisé pour protéger leur santé ou leur sécurité.

- Les avantages sociaux sont supprimés en partie de l’article 13 au motif qu’ils sont repris dans les législations nationales.

- L’exclusion du champ de la Directive des besoins spéciaux en éducation.

- La mise en œuvre des programmes de modification des législations et les dates butoirs restent problématiques.

- Les règles d’accessibilité générale ne seront appliquées que pour les nouvelles constructions.

En décembre la Plate Forme Sociale s’est réunie avec différents experts pour adopter une position comprenant les différents amendements à proposer à l’attention de la Présidence du Conseil.

Dans les programmes retenus par le triumvirat à venir de la Présidence : Espagne, Belgique, Hongrie, il est prévu de continuer le travail sur la proposition de la Commission Européenne.

3 - Les élections au Parlement Européen

L’action du CFHE en cette matière avait trois objectifs :

- En accord avec le Forum, faire valoir les besoins et les demandes des personnes handicapées en Europe.
- Préparer l’avenir en tissant un réseau de relations suivies avec les futurs élus européens et leurs partis politiques.
- Réactiver l’intergroupe des personnes handicapées au Parlement Européen.

La campagne pour les élections au Parlement Européen :

Le CFHE a été reçu, après une demande de rencontre auprès des candidats de différents partis ; par Mrs CAVADA et JUVIN pour L’UMP, et par Mme BERES pour le PS. Auprès de ces candidats nous avons exposé nos demandes, en particulier notre volonté de conserver des liens pour un travail en commun au Parlement Européen. On doit regretter que les autres partis n’aient pas cru utile de recevoir les représentants de plus de 6 millions de personnes handicapées françaises !

Le réseau de relations au Parlement Européen :

Nous avons obtenu une audience auprès de Mme BERES élue Présidente de la Commission Emploi et Affaires Sociales du Parlement, qui a reçu notre délégation composée du Président du CFHE, de la Directrice Générale du Forum Européen et du Délégué Permanent du CFHE.

Nous avons évoqué les dossiers en cours :

- La stratégie de Lisbonne - UE 2010-2020. Nous lui avons ainsi présenté le Pacte pour le handicap à l’horizon 2020 qui inclut des actions au niveau européen et national, avec des objectifs communs et des échéances.

- Le Rapport d’initiative sur le handicap : nous avons eu la confirmation qu’une initiative sur le handicap avec un regard sur la législation existante dans les Etats était lancée.

- La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées : nous avons fait part de notre mécontentement sur la position de la Commission Européenne qui veut lier la date de ratification à celle de la ratification par la totalité des Etats, en retardant le dépôt des instruments de ratification.

- L’autre inquiétude évoquée est le partage des services s’agissant du dossier du handicap entre le Commissaire à l’Emploi et le nouveau Commissaire aux droits fondamentaux, sachant que les droits fondamentaux sont une chose, les droits sociaux une autre.

Mme BERES devait interroger la Commission sur ces problèmes.

L’intergroupe des Personnes handicapées au Parlement Européen :

Une campagne de sensibilisation au renouvellement de cet intergroupe a été effectuée par le CFHE comme par les autres Conseils Nationaux. Ce fut réalisé avec succès car cet intergroupe s’est constitué et réuni le 16 décembre 2009. Le nouvel intergroupe handicap est présidé par Adam KOSA député européen hongrois, un défenseur des personnes handicapées, lui même en situation de handicap. Les représentants français sont peu nombreux. Un rendez-vous est déjà pris auprès de Mme Sylvie Guillaume, représentante du Parti Socialiste, membre de l’intergroupe. D’autres rendez-vous vont être pris avec les Parlementaires des autres partis pour les sensibiliser aux travaux de cet intergroupe.

4 - Notre inscription dans le paysage Français et Européen

C’est une marque importante de l’année 2009. A la suite des modifications législatives en France et de la vie démocratique du Forum Européen, l’ancrage du CFHE comme association représentative pour les questions européennes s’est trouvé confirmé.

En France :

Le CFHE participait aux réunions informelles organisées par la Délégation Interministérielle du Handicap chaque trimestre où les sujets relatifs à l’Europe et au Handicap étaient débattus avec les responsables des Administrations.

Comme d’autres associations, le CFHE a, à plusieurs reprises, émis le souhait d’une instance rattachée au Premier Ministre afin que le handicap soit pris en compte de façon transversale. Le CFHE a exprimé ce souhait tout particulièrement lors des rendez-vous avec le Conseiller Diplomatique du Premier Ministre à Matignon à propos du processus de ratification de la Convention ONU.

Le CFHE a donc accueilli favorablement la création du Comité Interministériel du Handicap et de son Secrétariat.

Aujourd’hui, le CFHE suite au renouvellement du CNCPH, a été retenu pour être membre de ce Conseil National. A travers le groupe plénier et la participation à différentes commissions, nous souhaitons faire partager le contexte européen tant sur l’aspect législatif et réglementaire que sur l’aspect pratique, expériences et politiques européennes.

C’est une nouvelle légitimité qui nous est ainsi reconnue.

Notre appartenance à cet organisme devrait également faciliter nos démarches pour l’application de l’article 33 de la Convention des Nations Unies.

Le CFHE s’est ainsi proposé de participer aux commissions et groupes de travail suivants :

- Commission Education – Scolarité – Enseignement supérieur / Coopération éducation ordinaire - éducation spécialisée : Philippe Miet
- Groupes de travail : Accès à la vie citoyenne et aux élections : Aymeric Audiau
- Santé, accès aux soins, bien être psychologique : Pascale Ribes.
- Vie à domicile : Alain Faure

En Europe :

Le travail avec le Forum Européen à Bruxelles :

La participation du CFHE à la vie du Forum Européen dans toutes ses composantes a toujours été importante. Que ce soit dans les organes de gouvernance ou dans sa participation aux différents travaux ou recherches et actions menés par le Forum.

En 2009 Christian Delorme n’a pas souhaité demander le renouvellement de son mandat d’Administrateur au Conseil d’Administration après avoir participé très activement à la vie du Forum durant son mandat de quatre ans.

Il a, entre autres, œuvré sans relâche pour la bonne application de la Directive Emploi et a assuré sans faille la relation entre le Forum et le CFHE dans la diversité des tâches et des textes. Non seulement il a dynamisé la question de l’emploi mais il a toujours eu le souhait de pousser la réflexion dans une perspective politique.

Le CFHE lui doit des remerciements les plus vifs et les plus amicaux.

La place du CFHE au Forum pour ses représentations reste pérenne. C’est ainsi que dans le sillage des Présidents successifs, Alain Faure, Président sortant du CFHE a été élu pour quatre ans au Conseil d’Administration et au Bureau exécutif du Forum lors de l’Assemblée Générale d’Athènes les 8 et 9 mai 2009.

En outre le CFHE a fait acte de candidature pour un certain nombre de groupes de travail et de commissions, l’objectif étant de faire du lien entre les représentations au sein du Forum européen et celles au CNCPH sur des thématiques communes.

L’année 2010 verra ainsi le renouvellement des groupes de travail et des commissions du Forum auxquels nous participerons :

- La Task force « service Provision » Animateur : Alain Faure
- La Task force « Education » Membre : Philippe Miet
- L’E-mail expert group sur les transports Membre : Bruno Gaurier
- L’E-mail expert group sur les ICT Membre : Stéphanie Lucien-Brun
- L’E-mail expert group sur la standardisation Membre : Sophie Beydon–Crabette
- L’E-mail expert group sur la santé Membre : Pascale Ribes

Ceci nous crée des obligations et beaucoup de travail, mais le rôle et la place de la France, en particulier dans ses modalités d’accompagnement des personnes handicapées et dans sa législation récente, lui donne en Europe et au Forum une place particulière qui nécessite cet investissement.

5 - Les publications

Suite aux nombreuses publications que nous avions réalisées durant l’année 2008, l’année 2009 a été une année de diffusion et de promotion de ces livrets tout particulièrement au moment des élections européennes.

Seul le groupe « accessibilité numérique » devrait finaliser une mise à jour du livret paru en septembre 2007.

Le groupe "accessibilité numérique" est composé de :

- Stéphanie Lucien-Brun (Handicap International)
- Vincent Aniort (APF)
- Maryline Grasset (UNAPEI)
- Fernando Pinto da Silva (CNPSAA)

Ce groupe s’est rencontré toute l’année afin d’actualiser le livret et de procéder à une véritable refonte de ce livret « accès au numérique ».

Il paraîtra dans le courant du premier semestre 2010.

Non seulement ce groupe travaille sur la mise à jour de l’actualité des TIC et ceci, quelle que soit la forme de handicap, mais il est également un interlocuteur actif auprès du Forum Européen. De par son expertise, il est en mesure, à la fois d’émettre des avis sur des projets européens liés aux enjeux des TIC mais également d’intégrer dans sa réflexion la dimension européenne.

6 - Formations – informations

Deux séminaires se sont déroulés durant l’exercice avec grand succès pour chacun d’entre eux.

Le séminaire « Advocacy »

Le mercredi 10 et jeudi 11 juin 2009 à Paris, une quarantaine de personnes ont assisté à un séminaire sur la non-discrimination et la défense des droits des personnes en situation de handicap organisé par le CFHE.

Ce séminaire a été conçu comme un lieu de débat et d’approfondissement interactif, où tous les participants ont eu la parole sur la question de la défense des droits. L’objectif du séminaire était de donner des outils d’information aux participants pour les inciter à agir partout où il y a effectivement discrimination (école, éducation, logement, emploi, vie culturelle, loisirs, accessibilité en général, communication, etc.)

Cette formation a ainsi permis de donner aux participants l’accès à quelques outils juridiques européens et internationaux tels que la Convention des Nations Unies pour le droit et l’égalité des chances des personnes handicapées, la Directive européenne sur l’Emploi, les suites en France de la loi du 11 février 2005 et de ses décrets d’application, les travaux actuels du Forum Européen des Personnes Handicapés et du CFHE.

Un manuel (écrit en anglais et traduit par les soins du CFHE en français) a été mis à la disposition des participants.

Le Séminaire « Emploi »

Le 17 Novembre 2009, à Paris plus d’une centaine de personnes ont participé à un séminaire sur l’emploi des personnes handicapées à partir de l’expérience des participants de 5 pays européens (l’Allemagne, l’Italie, la Slovaquie, l’Espagne et le Danemark).

Christian Delorme, à l’initiative de cette démarche, avait préparé la tenue de quatre tables rondes qui avaient pour thème :

- Les cadres culturels et juridiques du soutien à l’emploi des personnes handicapées dans l’Union Européenne.

- De la fin de la scolarité à l’accès au premier emploi ; les parcours vers l’emploi : les principaux facilitateurs et obstacles rencontrés, les mesures pratiques de mise en œuvre (succès, manques, échecs).

- Du premier emploi à la cessation d’activité : les parcours dans l’emploi : maintien dans l’emploi, retour à l’emploi, promotion, rupture du contrat de travail (licenciement, retraite).

- Les perspectives pour l’emploi des travailleurs handicapés. Mesures prises, ou envisagées, pour la prise en compte des conséquences de la crise économique et financière actuelle, et de ses prolongements prévisibles. Comment relancer l’emploi des personnes handicapées, au profit du plus grand nombre ?

7 - Autres actions ou représentations du CFHE.

Suite à une délibération du Conseil d’Administration, le CFHE a adressé un courrier en réaction au Rapport Gallez concernant la situation des personnes handicapées françaises en Belgique. Ce travail s’est effectué en lien avec le Conseil National Belge et a été adressé aux autorités publiques des deux pays.

Le CFHE a décidé de poursuivre avec attention et détermination son travail d’observation de la situation, et ce, en étroite collaboration avec son homologue du BDF (Belgium Disability Forum). Il ne manquera pas de continuer à dénoncer ce processus qui s’est maintenant mis en place depuis trop d’années et qui perdure malgré les différents rapports et les promesses successives du Gouvernement français. En juin 2008, le Président de la République Française affirmait ses intentions de « solutionner cette situation inacceptable ». Depuis rien de concret n’a été réalisé.

Le flou juridique et réglementaire actuel laisse la porte ouverte à une forme de ce que nous osons à peine qualifier de « dumping social », couvert et financé sur fonds publics, donc économiquement, « éthiquement » accepté par les autorités publiques.

- Le groupe de travail « Recherche et handicap » s’est réuni pour analyser dans un premier temps le fonctionnement de la recherche en France. Ensuite des visites ont été organisées en particulier pour étudier la possibilité de travail de recherche avec le Forum Européen dans le cadre du programme EURADE. L’action de ce groupe est actuellement dans l’attente des réformes qui se mettent en place dans le domaine de la recherche en France.

- Le groupe de travail « Evolution des Associations de solidarité face aux nouvelles logiques » devrait redémarrer avec les audiences prévues en particulier auprès de M. Morange, auteur d’un rapport sur le sujet. Une rencontre a également eu lieu dans le courant de l’année avec le Délégué Général du CPCA sur ces questions.

- Deux associations membres du CFHE (UNAPEI et APF) ont obtenu le financement de plusieurs programmes européens sur la question de « l’Education inclusive ». Ces deux associations se sont engagées à partager le fruit de leur travail qui sera d’étudier pendant deux ans les freins et facilitateurs à l’éducation inclusive à travers le système scolaire et éducatif de quatre autres pays européens : Angleterre, Islande, Italie, Roumanie.

- Quatre associations : UNAFTC, Association Spina Bifida, APF et UNAPEI ont également préparé le dépôt d’un dossier pour le financement d’un projet Grundtvig concernant les « aidants familiaux »

- Participation à la Commission Europe de l’UNIOPSS

La question revenue le plus souvent à l’ordre du jour a été la question de la transposition de la « directive services ».

La France devait envoyer fin décembre un rapport à la Commission Européenne comprenant un ensemble de fiches décrivant les régimes d’encadrement concernés par la directive ainsi qu’un rapport de synthèse.

Le Gouvernement a également décidé de ne pas adopter de loi de transposition générale mais d’éclater celle-ci dans plusieurs textes et de procéder à un travail de déclaration d’encadrement concerné par la directive.

Dans son rapport de synthèse, la France s’appuyait sur la nouvelle procédure d’appel à projet social et médico-social pour exclure du champ d’application de la directive, la grande majorité des ESMS.

Seuls, les établissements d’accueil collectif de la petite enfance et les services d’aide à domicile régis par l’agrément resteraient dans le champ de la directive. Un exercice d’évaluation mutuelle entre Etats membres est prévu pour l’année 2010 ; il sera remis au Conseil et au Parlement qui a décidé d’effectuer un suivi de la mise en œuvre de la directive.

La question des SSIG est importante aujourd’hui quant à l’évolution de notre secteur ; elle nécessitera d’envisager toutes les conséquences à court et moyen terme sur la qualité des services d’accompagnement rendus aux personnes .Un travail plus approfondi du CFHE devra être entrepris.

Autres questions abordées : Directive soins de santé - Droits des patients/Année européenne relative à la lutte contre la pauvreté (2010)/Registre européen des lobbyistes.

Comme à l’accoutumée, les membres de la Délégation permanente ont participé au titre du CFHE à des représentations au nom du Forum Européen :

- Clermont Ferrand : suite à la Conférence sur la scolarisation dans le cadre de la Présidence Française, une journée de formation des instituteurs référents sur la scolarisation des élèves handicapés en Europe.
- Nancy : Intervention à un séminaire international avec la participation du Conseil de l’Europe sur le thème «  : le droit au sport pour tous : les réponses que nous attendons de l’Europe ».
- Aubagne : Congrès de la FFAIMC, intervention sur « Handicap, Santé Dépendance » éclairage de l’Europe.
- Journée de l’APAHF (Ministère du Budget) Europe que peut on en attendre ?
- Journée Handicap Région Languedoc Roussillon ; La Convention des Nations Unies relative aux droits des Personnes Handicapées.
- Conseil National Belge

II – QUELQUES PERSPECTIVES POUR 2010

A la lecture de ce rapport d’activité on peut se rendre compte que beaucoup d’activités et d’actions de représentation sont déjà engagées pour l’année 2010.

Le CFHE fonctionne depuis sa création à partir de l’engagement militant et bénévole de ses organisations membres. Celles-ci doivent non seulement poursuivre mais amplifier leur participation aux différentes actions et groupes de travail du CFHE afin de réellement jouer ce rôle d’interface entre la dimension européenne et la dimension française en regard des politiques du handicap. D’autre part, le soutien du Ministère nous apparaît plus que fondamental étant donné la responsabilité du CFHE quant à la diversité de ses actions et de ses engagements.

Les échéances sont de plusieurs ordres :

Au plan politique

- La nouvelle Commission Européenne se met en place ainsi qu’un nouveau Président du Conseil Européen : Herman Van Rompuy. Des ajustements vont avoir lieu dans les responsabilités respectives telles que l’Agenda 2020 dont le Président de la Commission Barroso avait accepté le report.

- L’Espagne a pris la présidence de l’Union Européenne pour les six mois à venir à partir du 1er janvier 2010 ; elle transmettra ensuite le témoin à la Belgique pour le dernier semestre de l’année.

- Mise en place du traité de Lisbonne

- Les élections de 2009 ont fait apparaître un nouveau Parlement Européen avec de nouveaux interlocuteurs.

- L’intergroupe « handicap » du Parlement Européen est maintenu avec un nouveau Président, le hongrois Adam Kosa.

- Deux autres intergroupes qui nous concernent sont créés au Parlement Européen : l’un sur les Services Sociaux d’intérêt général et l’autre sur l’économie sociale.

Au plan de notre mouvement :

Afin de garder des liens forts avec le Forum Européen des Personnes Handicapées à Bruxelles, nous nous sommes associés à différents groupes de travail afin d’apporter le point de vue des organisations françaises mais également d’enrichir nos points de vue dans la confrontation avec nos partenaires. Ces échanges réguliers devraient compléter les informations relayées par notre représentant au Conseil d’Administration d’EDF, Alain Faure.

- Renouvellement du Conseil d’Administration du CFHE et de son Président début 2010.

- Suite à la ratification de la Convention ONU, le CFHE va s’investir dans la promotion de cette Convention et de son protocole facultatif. Il s’agira, dans un premier temps d’informer l’ensemble des associations mais aussi toutes les parties concernées quant à ses principes et son contenu. Des outils pédagogiques et d’information devront être créés pour appuyer la diffusion.

Une journée d’information sera organisée à Paris le 18 mai pour toutes les associations.

Le CFHE doit également s’investir dans le processus de suivi de la Convention de par sa représentation des organisations de personnes handicapées et de familles, et ceci en conformité avec l’article 33. Son travail étroit avec la CNCDH (Commission Consultative des Droits de l’Homme) en tant que représentant doit lui permettre d’avoir un regard sur la mise en place de ce mécanisme de coordination et de suivi.

Dans la pédagogie développée pour faire connaître la Convention, il faudra s’attacher plus particulièrement au protocole facultatif qui introduit deux procédures en vue de renforcer l’application de la Convention.

Un autre objectif de travail du CFHE concernant la Convention consistera à requestionner notre législation, nos pratiques et nos politiques à la lumière de ses articles et de ses fondements.

Les années précédentes nous avions coutume de rencontrer, à l’initiative de la DIPH, des représentants des Ministères et des Administrations afin de partager préoccupations et incidences du cadre européen sur notre secteur. Nous espérons poursuivre ces échanges fructueux par l’intermédiaire du tout nouveau Secrétariat au Comité Interministériel du Handicap.

Participation au CNCPH

Suite au renouvellement du CNCPH, le CFHE s’est proposé et a été retenu pour être membre de cette instance. Notre souhait à travers cette participation à des commissions ou des groupes de travail est de faire apparaître à la fois le cadre législatif européen sur nombre de thèmes mais également de présenter d’autres pratiques ou politiques mises en avant dans d’autres pays.

Dans ce sens il est impératif que le CFHE se dote d’outils permettant à chacun d’être informé très régulièrement sur les projets de directives ou de règlements européens. De même, il nous est nécessaire de relayer les travaux du Conseil de l’Europe dans la mesure où ceux-ci ont un impact sur l’évolution des politiques.

Site web du CFHE

A partir de là, il nous parait essentiel d’avoir une refonte totale de notre site web qui doit devenir un outil réactif au service de toutes les organisations membres. L’année 2010 doit pouvoir donner le jour à ce site pour lequel nous élaborons actuellement un cahier des charges.

En matière de publication, outre les outils qui vont être créés pour la diffusion de la Convention ONU, nous éditerons le livret sur « l’accès au numérique » fruit du travail du groupe Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ;

Groupes de travail

A l’instar du groupe TIC, nous souhaitons développer d’autres groupes de travail réunissant des représentants et des experts de différentes associations afin de couvrir d’autres thèmes traités à l’échelon européen.

Notre intention est de proposer ainsi la création de groupes sur le thème de l’emploi, de l’éducation et de l’accessibilité universelle.

Le groupe « Recherche » qui s’est réuni à plusieurs reprises doit poursuivre sa réflexion en lien avec le Forum Européen sur d’éventuels partenariats et sur la question de la représentation des associations dans des instances françaises de recherche.

En lien avec l’UNIOPSS et le collectif SSIG, nous devons garder une attention particulière sur les conséquences de la transposition de la Directive service sur notre secteur. Il en va de même pour la Directive « droits des patients ».

Nous savons aujourd’hui que plus de 60% des législations nationales sont la conséquence de législations européennes ; il nous faudra de plus en plus être vigilants sur l’analyse de ces textes européens et comprendre en quoi ils risquent de modifier le cadre de nos actions et l’environnement dans lequel les personnes vivent aujourd’hui des situations de handicap. Pour cela, nous avons besoin de tous nos membres qui doivent petit à petit intégrer la dimension européenne dans leur réflexion, leur analyse et leur action avec et pour les personnes que nous représentons.

Conseil d’Administration du CFHE

Présidente : Pascale Ribes (APF) Vice-présidents : Michèle Baron (FFAIMC) Albert Prevos (APAJH) Daniel GAY ( UNAFAM)

Secrétaire : Louis Bonet (GIHP) Secrétaire adjoint chargé des relations avec le Forum européen : Alain Faure (UNAPEI)

Trésorier : Arnaud de Broca (FNATH) Trésorier adjoint chargé des relations avec le Conseil de l’Europe : Henri Faivre (CLAPEAHA)

Autres membres du conseil d’administration : Jérémy Boroy (UNISDA) ; Philippe Chazal (AVH) ; Karine Garnier (CNPSAA) ; Louis Albrand (ANRH) ; Gérard Guéneau (UNAFTC) ; Jacques Marion (Trisomie 21) ; Henri-Jacques Stiker (Voir ensemble) ; Christian Paillard (Handisport) ; A.Chopinaud (UNEA)

3) AGREMENT POUR BENEFICIER DE L’EXCEPTION AU DROIT D’AUTEUR ET POUR DEMANDER LES « FICHIERS SOURCES »

Jusqu’à présent, les organismes qui transcrivent des ouvrages pour les personnes handicapées devaient demander l’autorisation aux ayants droits pour reproduire les ouvrages en braille, sous une forme sonore, ou agrandie.

Nous vous rappelons que dans la loi du 1er août 2006 le législateur a prévu que les associations et organismes qui adaptent des ouvrages à l’intention des personnes handicapées peuvent bénéficier d’une exception au droit d’auteur. C’est-à-dire, en particulier, que pour ceux d’entre vous qui produisent des livres ou documents en braille, en sonore, ou en gros caractères, il n’est plus nécessaire d’obtenir l’accord de l’auteur ni de payer des droits à l’éditeur. Ceci est possible pour les associations et organismes qui ont obtenus un agrément à l’exception au droit d’auteur. Cet agrément est délivré par le Ministre de la Culture, et le Ministre des Affaires Sociales, sur avis d’une commission. Elle se compose de représentants des ayants droits, et des personnes handicapées. Le CNPSAA a deux représentants, Sylvain Nivard et Alain Lequeux.

Cet agrément présente l’avantage, de ne pas attendre une autorisation, donc d’adapter immédiatement les ouvrages, mais également de pouvoir reproduire les adaptations, ce qui évite à certaines associations d’enregistrer plusieurs fois le même ouvrage.

L’autre avantage est la possibilité pour certaines associations qui le souhaitent, de pouvoir demander les fichiers électroniques sources qui ont servi à l’édition. Ceci évite pour la transcription en braille, en gros caractères, ou sous la forme de parole synthétique de scanner les ouvrages, puis de corriger le fruit de la numérisation.

La demande de ces fichiers sources s’effectue à la B N F (Bibliothèque Nationale de France). Pour cela, l’organisme doit obtenir un agrément spécial, complémentaire de l’agrément de base, selon la même procédure, car l’organisme doit apporter la preuve qu’il est en mesure de traiter différents formats de fichiers, et surtout d’en assurer la sécurité.

Les formulaires pour demander l’un ou l’autre des agréments sont mis en ligne sur le site : exception.handicap.culture.gouv.fr

Ils peuvent être téléchargés sous format Word ou pdf. Les dates des commissions sont indiquées, ainsi que les dates limites pour la réception des dossiers. Une page de questions / réponses a également été créée. Enfin, une boîte aux lettres électronique permet aux associations de déposer leurs questions complémentaires, ainsi que la version électronique de leurs dossiers de demande d’agrément.

La Bibliothèque Nationale a créé un service spécialisé, et une plateforme appelée PLATON, pour procéder à la mise à disposition des « fichiers sources ». Elle sera opérationnelle au mois de mars.

4) LE BRAILLE ENCORE PLUS D’ACTUALITE AUJOURD’HUI QU’HIER.

Ceux qui affirmaient haut et fort que le braille avait vieilli, qu’il était condamné à disparaître, supplanté par l’audio dont les enregistrements en voix naturelle ou les synthèses vocales deviennent de plus en plus performants, se sont trompés. En effet, le bicentenaire de la naissance de son génial inventeur, commémoré dans le monde entier en 2009, a montré le profond attachement des aveugles au seul système de lecture et d’écriture dont ils disposent :

- Sur les cinq continents, des timbres ont été émis à l’effigie de Louis Braille, ce fut le cas notamment au Japon, en France, en Italie ou même au Vatican ;

- des conférences internationales, des concours de rédaction, d’écriture ou de lecture en braille, des expositions, ont mis en valeur ces « six points magiques » qui nous ont ouvert les chemins du savoir ;

- en Australie, un message de 23 points a été écrit sur une plage, chaque point mesurant un mètre de diamètre et 50 centimètres de hauteur, pour dire : « le braille assure ! »

- mais l’initiative la plus originale revient à la NASA qui, le 11 mai 2009 a embarqué dans la navette spatiale deux pièces en argent à l’effigie de Louis Braille qui tournent autour de la terre à 450 kilomètres d’altitude. L’Amérique a souhaité, par ce geste, signifier que le braille avait permis aux aveugles d’aller plus haut et plus vite, son inventeur leur a ouvert la voie, d’autres doivent le suivre.

Parce qu’il a su évoluer, s’adapter, bénéficier des multiples progrès de la technologie, après presque deux cents ans d’existence, (il a été inventé en 1825), le braille reste, pour les personnes aveugles, un moyen irremplaçable d’intégration sociale, professionnelle, culturelle, et il n’a pas fini de nous surprendre dans les prochaines décennies.

On lui a longtemps reproché une production lente et difficile, que ce soit à l’aide de la tablette et du poinçon, des machines à écrire mécaniques, des lourdes presses des imprimeries. Aujourd’hui, grâce aux ordinateurs, logiciels de transcription, imprimantes rapides, il ne faut pas plus de quelques minutes pour embosser une centaine de pages. De plus, dans de nombreux pays industrialisés, les éditeurs ont désormais l’obligation de nous faciliter l’accès aux fichiers des ouvrages qu’ils publient, de sorte que nous pouvons, en temps réel nous informer, nous cultiver, nous distraire.

Mais « le braille est volumineux » auraient dit nos parents ! Ils ne pouvaient pas imaginer que grâce aux CD, clés USB, cartes SD, il serait un jour possible de stocker sur un support de mémoire écrite de la dimension d’un ongle, un dictionnaire entier qui représentait cinquante volumes, pesait cent kilos et occupait trois mètres sur les rayons d’une bibliothèque. Tel est bien le cas aujourd’hui ce qui nous permet, comme tout un chacun, de conserver chez nous les livres que nous aimons et de les lire à notre rythme sur les plages tactiles de 40 ou 80 caractères dont nous disposons.

Une récente étude a montré qu’un bon lecteur de braille pouvait lire jusqu’à 200 mots minutes, ce qui, tout en restant inférieur à la vitesse de lecture d’une bonne synthèse vocale, reste très proches des performances atteintes par les « voyants ». Pour prendre connaissance de textes en langues étrangères, de documents techniques, pour résoudre des problèmes mathématiques ou rédiger des programmes informatiques, le braille est irremplaçable, c’est bien lui qui nous ouvre les portes de nouvelles professions au siècle de la communication dans lequel nous sommes.

Mais, parce qu’il n’est pas pratiqué par tous, le braille nous isole affirment certains. Ce qui pouvait être vrai quelques vingt ans en arrière ne l’est plus aujourd’hui, bien au contraire. En effet, par application du principe de l’accessibilité de tout pour tous, les indications en braille se généralisent dans notre environnement. Sur les boutons des ascenseurs, les boîtes de médicaments, les produits de consommation courante, les menus des restaurants, les consignes de sécurité des avions, les six points sont non seulement utiles aux personnes aveugles mais ils nous rendent « visibles » pour le grand public qui nous intègre ainsi dans son environnement habituel. Grâce au braille notre présence n’est plus exceptionnelle. De nouveaux procédés d’impression récemment mis au point (ancre gonflable), permettent de fixer aisément du braille sur des documents imprimés, sans en gêner la lecture par des clairvoyants. Ce même procédé permet aussi de réaliser des dessins en relief dans les livres pour enfants, des maquettes de monuments, autant de choses très difficiles dans le passé.

Malgré ces avancées considérables, nous devons tous rester vigilants pour que l’avenir du braille ne soit pas menacé :

- veillons à ce qu’il soit toujours enseigné aux jeunes aveugles ou gravement déficients visuels par des professeurs compétents, tant dans les écoles ordinaires, que dans les établissements spécialisés là où ils existent encore ;

- n’hésitons pas à dire, comme le font 89% des enseignants, que les nouvelles technologies sont un complément du braille, non un moyen de substitution ;

- sachons convaincre les personnes qui perdent la vue à un âge avancées (elles sont les plus nombreuses parmi les aveugles), que si elles ne peuvent lire le braille assez rapidement pour se distraire, elles l’utiliseront avec grand profit dans leur vie quotidienne pour noter et retrouver rapidement un numéro de téléphone, une liste de courses, repérer une boîte de conserve ou un produit dans le congélateur.

Faisons, comme l’a souhaité le Conseil Mondial du Braille qui s’est réuni à Madrid les 5 et 6 novembre dernier, tomber les barrières qui freinent encore l’unification du braille dans le monde. Les chiffres, le braille informatique, les signes de ponctuation et les principaux caractères de l’alphabet doivent être universellement reconnus, comme l’est aujourd’hui le braille musical, faute de quoi il sera difficile, voire impossible de communiquer, alors même qu’Internet nous en donne les moyens.

Pour conclure cette brève intervention de manière originale, laissez-moi le plaisir d’offrir à mes grands amis Tommaso Daniele et Jiuseppe Castronovo, une bouteille de vin provenant du pays natal de Maurice de la Sizeranne, dont le producteur a tenu à imprimer pour nous les six points magiques sur l’étiquette. Qu’ils la dégustent à l’avenir du braille, à la santé de l’Union italienne des Aveugles et à notre amitié.

Paris, le 2 février 2010 Philippe Chazal.

5) LETTRE DU CNPSAA A ERIC WOERTH

Paris, le 25 février 2010

Monsieur le Ministre,

Le Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes (CNPSAA) se voit dans l’obligation et a le regret de constater que depuis plusieurs années, la situation des personnes handicapées visuelles voulant accéder à un emploi ou souhaitant poursuivre une carrière normale dans les Fonctions Publiques se dégrade :

- disparitions de postes occupés par nombre d’entre elles (standardistes, secrétaires, etc.),
- non prise en compte généralisée de l’accessibilité des outils de travail et de communication.

Ceci pose aujourd’hui avec une acuité toute particulière des problèmes :

- lors du recrutement de nouveaux agents gravement déficients visuels,
- pour assurer leur formation initiale comme continue,
- pour leur permettre d’avoir une évolution de carrière normale dès leur première affectation.

Comme l’a affirmé Monsieur le Président de la République lors de plusieurs interventions, nous pensons que l’Etat doit être exemplaire, tant en matière d’emploi des personnes handicapées que de l’accessibilité de leur poste de travail. Il ne peut se contenter d’affichages de quotas sans se préoccuper d’assurer une carrière à ses agents.

Or, faute de directives claires données aux équipes de développement internes ou externes, de closes dans les marchés publics, le sujet de l’accessibilité des outils est, au mieux complètement ignoré par les décideurs des Fonctions Publiques, au pire rejeté comme c’est le cas pour le dossier Open Office. La saisine de la DGME faite par notre Comité il y a plus de deux ans, de même que nos multiples interventions en qualité d’Administrateur Titulaire du Fonds d’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) sont restées lettres mortes et n’ont permis absolument aucune avancée.

Dans ce contexte, la mise en oeuvre de la RGPP, les évolutions du statut des fonctionnaires marquées notamment par le projet de décret « Relatif à la situation de réorientation professionnelle des fonctionnaires de l’Etat » entraîneront très certainement une stagnation, voire une récession des conditions de travail des personnels handicapés visuels des Fonctions Publiques. Le CNPSAA considère que ses mandants ne peuvent avoir la garantie d’une évolution de carrière à égalité de chances faute d’outils permettant un bon exercice de leur fonction, une vraie formation continue, l’accès à une large palette d’emplois, l’information utile à la recherche de nouveaux postes. Ces difficultés dues à la non prise en compte de l’accessibilité des environnements professionnels rendront quasiment impossible l’exécution des obligations prévues par le projet de décret :

- suivre les formations,
- trouver de nouveaux postes dès lors qu’ils seront en concurrence avec l’ensemble des agents. Ces barrières conduisant au réexamen de l’aptitude physique prévue à l’avant-dernier paragraphe de l’article 10 du projet de décret. Ainsi, la gestion de carrière individualisée mise en avant pour la réforme en cours de la Fonction Publique risque, faute d’une politique générale d’accessibilité, de n’être qu’une source de discrimination envers les fonctionnaires handicapés visuels en activité et un frein au recrutement de ces personnes handicapées.

Compte tenu de ces éléments, de votre autorité sur la Fonction Publique d’Etat et sur les services en charge de sa modernisation, le CNPSAA souhaite vous rencontrer afin de traiter notamment les points suivants :

- l’accès aux outils bureautiques, et, plus spécifiquement, quelle solution sera proposée pour que l’arrivée d’Open Office n’accroisse pas les difficultés déjà rencontrées,
- la politique générale d’accessibilité des outils d’information notamment les intranets,
- la politique d’accessibilité des applications professionnelles,
- la formation continue, ses enjeux, ses moyens,
- la prise en compte du handicap visuel dans la nouvelle gestion des personnels.

Dans l’attente d’un très prochain rendez-vous, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma parfaite considération.

Philippe Chazal Président

6) LES CHIENS GUIDES D’AVEUGLES ET LEURS MAITRES AU SALON DE L’AGRICULTURE

27 février – 7 mars 2010, Porte de Versailles

Les Chiens Guides d’Aveugles seront présents au Salon International de l’Agriculture, à Paris Porte de Versailles, du samedi 27 février au dimanche 7 mars 2009, sur le stand de la F.F.A.C., Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles :

Hall 4, Allée C, Stand 37 (Face à la piste de démonstration canine de la SCC)

Ce salon présente l’opportunité de découvrir concrètement le travail des associations membres de la fédération. Vous pourrez rencontrer des maîtres de chiens guides, des familles d’accueil de chiots futurs chiens guides, des éducateurs et d’autres bénévoles.

Vous pourrez assister à des démonstrations de chiens guides, à des séances d’obéissance de chiots en formation et voir les services que le chien guide rend à son maître, du samedi 27 février au samedi 6 mars à 12h30 et à 18h30 sur le ring de la Société Centrale Canine Hall 4, espace Canin.

La F.F.A.C. - Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles 71 rue de Bagnolet - 75 020 PARIS Tél. : 01 44 64 89 89 - Fax : 01 44 64 89 80 Mail : federation@chiensguides.fr

7) LA FAF COMMUNIQUE

7 – 1) TESTS PHITECH – MARS 2010

L’Institut de la Vision, dans le cadre des expérimentations PANAMMES, organise une série de tests concernant un système de balises sonores et télécommande PHITECH, destiné aux personnes déficientes visuelles.

Ces tests se dérouleront les 15 – 16 - 18 et 19 Mars 2010 à l’Institut de la Vision au 17 rue Moreau - Paris 12.

Nous recherchons donc des personnes volontaires, de tout âge, non voyantes, pouvant se libérer sur une durée de 2 heures afin de nous aider à étudier ce système.

Si vous êtes intéressé, contactez le service FAF Access Formation au 01 44 42 91 95 ou envoyez un message avec vos coordonnées à secretariat.access@faf.asso.fr

7 – 2) TESTS LUMIPLAN – MARS 2010

L’Institut de la Vision, dans le cadre des expérimentations PANAMMES, organise une série de tests concernant le système LUMIPLAN destiné aux personnes déficientes visuelles.

Ce système donne accès, via le téléphone portable, au journal électronique de la Ville de PARIS qui s’affiche visuellement sur des panneaux à message variable dans la rue.

Ces tests se dérouleront les Mercredi 10, Jeudi 11 et Vendredi 12 Mars 2010 à l’Institut de la Vision au 17 rue Moreau - Paris 12ème.

Nous recherchons des personnes non voyantes volontaires, de tout âge, pouvant se libérer sur une durée de 1h 30 afin de nous aider à évaluer ce système.

Si vous êtes intéressé(e), contactez le service FAF Access Formation au : 01 44 42 91 95 ou envoyez un message avec vos coordonnées à : secretariat.access@faf.asso.fr

8) HANDICAP ZERO COMMUNIQUE

8 – 1) CHAMPIONNAT DU MONDE 2010 DE FORMULE 1 : BIENTOT VOTRE MAGAZINE

La 61ème édition du Championnat du Monde de Formule 1 débute le 14 mars par le Grand Prix de Bahreïn à Sakhir.

La saison affiche 19 Grands Prix (contre 17 en 2009) avec le retour du Grand Prix du Canada et le nouveau Grand Prix de Corée du Sud.

Beaucoup de changements côté écuries et pilotes avec notamment le retour de Michael Schumacher.

Fidèle à cet important rendez-vous sportif, Handicapzéro, avec le concours de Total, vous propose de recevoir gratuitement l’édition 2010 consacrée au championnat.

Sous la houlette des journalistes Jean-Louis Moncet (Auto Plus) et Thibault Larue (Sport Auto), vous disposerez de toute l’information sur les circuits, les écuries, les pilotes et la nouvelle réglementation. Cette année, Stéphane Samson, journaliste F1 sur R.M.C. entre autres, rejoint notre team de journalistes pour vous livrer une interview exclusive !

Vous avez dès à présent la possibilité de demander l’édition de votre choix (braille ou audio), à partir de ce lien : http://www.handicapzero.org/les-ser... . Cliquez sur « recevoir l’édition adaptée », et complétez le formulaire.

Le magazine vous sera adressé à partir du 8 mars prochain.

Notez également qu’à partir de l’ouverture de la saison, le 14 mars, les résultats de chaque Grand Prix (podium, classements des écuries et pilotes) seront disponibles dans la rubrique Formule 1 sur handicapzero.org.

8 – 2) COUPE DU MONDE DE FOOTBALL

Vous êtes déjà nombreux à nous questionner sur la réalisation d’un magazine consacré à la coupe du monde de foot en Afrique du Sud.

Bien entendu, nous aimerions affirmer dès à présent qu’une édition sera disponible dans les formats proposés habituellement par l’association. Reste, à ce jour, un bémol et de taille : le financement !

Nous nous activons grandement dans ce sens.

Alors accompagnez-nous auprès des partenaires potentiels, en nous adressant un mail de soutien à coupedumonde2010@handicapzero où vous pourrez nous faire part de vos attentes sur l’événement

9) COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION BRAILLENET

"Le Victor Reader Stream, un lecteur DAISY ultra-compact de la société HumanWare, permet désormais de lire les livres de la bibliothèque Hélène de manière sécurisée (voir sur la page d’accueil de la bibliothèque la liste des distributeurs en Europe). Plus de 5.000 titres sont actuellement disponibles. Au titre de l’exception au droit d’auteur (loi DADVSI n° 2006-961 du 1er août 2006 et décret n° 2008-139), toute personne éligible peut s’inscrire gratuitement à la bibliothèque Hélène ."

10) LES AVEUGLES JOUENT CHOPIN

Varsovie, le 24 février 2010

En commémoration du bicentenaire de la mort de Frédéric Chopin, l’Association des Aveugles Polonais, en partenariat avec l’Association Norvégienne des Aveugles et des Malvoyants (Norges Blindeforbund) et la Frederic Chopin Society, a commencé l’organisation du projet “Chopin for the blind” (Chopin pour les aveugles)

Différentes activités sont prévues dans ce projet comme par exemple :

- La publication d’œuvres de Chopin en notation braille musical et en grands caractères.
- La publication de lettres de Chopin en braille et en format Daisy
- La préparation et l’enregistrement de l’audiodescription en polonais et en anglais du film : « Chopin : Desire for love » (Chopin : un désir d’amour)
- La publication de la biographie d’Edwin Kowalik (pianiste aveugle décédé, lauréat du Concours International Frédéric Chopin) en grands caractères et en format Daisy.
- L’organisation d’un festival de 4 jours « Chopin dans des interprétations classiques et modernes », en Pologne, de musiciens déficients visuels venant de Pologne, Norvège et États-Unis. Les oeuvres de Chopin seront exécutées sur des instruments et avec des arrangements variés. Le festival sera combiné avec des discussions et échanges d’expériences entre des spécialistes polonais et norvégiens dans le but de promouvoir et développer l’intérêt pour la musique.
- La description des parcours de musiciens non voyants de talent afin de les intégrer aux courants majeurs de la vie artistique.

Le festival devrait avoir lieu en mai 2011. Les musiciens aveugles joueront les oeuvres de Chopin sur les instruments de leur choix. Il y aura aussi la possibilité de chanter des œuvres de ce compositeur remarquable.

Pour l’instant nous aimerions savoir si et combien de personnes sont intéressées par ce festival. Des moyens financiers sont à notre disposition pour couvrir les frais de vol (jusqu’à 1 115 zlotys, soit 278 euros) de transport et de logement.

Si vous êtes intéressés veuillez nous envoyer une candidature préliminaire comprenant :

- Nom complet
- Âge
- Pays
- Instrument
- Adresse email et numéro de téléphone
- Une courte description du parcours musical à ce jour (formation, diplômes, etc.)

Veuillez envoyer votre candidature par e-mail avant la fin du mois de mars à l’adresse suivante : jjancewicz@pzn.org.pl

Pour toutes autres questions n’hésitez pas à nous contacter.

Cordialement votre Elżbieta Oleksiak Coordinateur du Projet.

11) A SAINT DENIS, L’ARAIGNEE DE L’ETERNEL EN AUDIODESCRIPTION AU THEATRE G. PHILIPPE AVEC ACCES CULTURE

L’Araignée de l’éternel D’après les textes de Claude Nougaro Mise en scène Christophe Rauck

Quand on pense à Nougaro, on ne peut s’empêcher d’entendre cette voix et cet accent qui font trembler les mots et vibrer les chansons portées par l’orchestre de jazz. Mais si on jouait à déshabiller le chanteur ? Si on allait au-delà de sa voix ? Christophe Rauck et ses deux interprètes font surgir toute la beauté du poète et de ses textes, véritables trésors de délicatesse inventive. Une plongée en chanson dans l’univers de l’artiste, oscillant entre humour et mélancolie.

Cliquez ici http://www.youtube.com/watch?v=p5dI... pour écouter une interview du metteur en scène.

Représentation avec audiodescription Dimanche 21 mars à 16h

Réservations : Par téléphone 01 48 13 70 09 Par mail o.schnoering@theatregerardphilipe.com Par correspondance : Théâtre Gérard Philipe Service des relations avec le public 59, boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d’audiodescription dont vous avez besoin.

Tarifs : Tarif réduit pour la personne déficiente visuelle et son accompagnateur 15 euros (Carnet de 8 billets à 72 euros ou de 20 billets à 160 euros)

Accès : Théâtre Gérard Philipe 59 boulevard Jules Guesde Saint-Denis RER D Saint-Denis Métro Saint-Denis Basilique, ligne 13 Tous les soirs : navette gratuite retour vers Paris

www.theatregerardphilipe.com

Renseignements accesculture@magic.fr / tél. 01 53 65 30 74 / www.accesculture.org Grâce au soutien de la Ville de Saint-Denis, ce spectacle bénéficie d’une audiodescription réalisée par Accès Culture

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0