Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2010 > Bulletin 11 du 6 juillet 2010

Bulletin 11 du 6 juillet 2010

Bulletin CFPSAA-Infos N°2010 - 11 – 6 juillet 2010

SOMMAIRE

1) EDITORIAL Une nouvelle fois, vous me voyez désolé d’être resté trop longtemps silencieux, croyez bien qu’il ne s’agit nullement d’une volonté de limiter les parutions de notre bulletin d’information que nous souhaitons toujours aussi régulier : deux numéros par mois au minimum, plus quand cela est possible et nécessaire.

Ce mois de juin a été très occupé :

- Congrès annuels de l’AVH (Paris) et de la FAF (Nîmes) ;
- Assemblée Générale ordinaire de la CFPSAA précédée d’un Conseil d’Administration (un numéro spécial de notre bulletin paraîtra dans les prochains jours à ce sujet) ;
- Participation durant trois jours au salon « Autonomic » : notre stand tenu par Claire Vedel a reçu de très nombreux visiteurs ;
- Conseil de la CNSA ;
- CNCPH au cours duquel différents rapports ont été examinés notamment du CSA (le développement de l’audiodescription à la télévision est fortement encouragé par le Président du CSA), et de l’Observatoire de l’Accessibilité des Etablissements d’Enseignement ;
- Conseil Consultatif sur l’Accessibilité pour les Personnes Handicapées de la RATP (en présence de son Président qui s’est montré très ouvert à nos préoccupations) ;
- Rencontre avec la nouvelle Présidente de la Halde et ses collaborateurs en charge du handicap, on constate l’important travail de cette institution pour lutter contre les discriminations, son avenir est pourtant menacé !
- Journée de travail sur les retraites afin de préparer un document que le CNCPH adressera au Président de la République, au Premier Ministre et au Ministre du Travail pour leur présenter les demandes des personnes handicapées sur ce sujet (ce document est en cours de finalisation, nous le publierons dans le prochain bulletin) ;
- Visite de l’Association ARAMAV de Nîmes qui envisage d’adhérer à notre Confédération ;
- Trois anniversaires : les 60 ans du GIAA, les 50 ans de l’UNAPEI, les 20 ans de l’IMPRO de l’AVH à Chilly-Mazarin ;

Ce ne sont là que quelques exemples, mais ils nous ont permis de constater une fois encore la nécessité de recruter une personne à temps partiel pour aider Claire Vedel qui ne parvient plus, seule, à assumer toutes les charges qui incombent à notre secrétariat. Nous lançons donc un nouvel appel à bénévolat : si vous disposez de trois demi journées par semaine, êtes excellent(e) en orthographe, avez de réelles qualités relationnelles, nous avons besoin de vous, faites-vous connaître !

Le Gouvernement refuse toujours d’appliquer l’article 13 de la loi de 2005 et prive ainsi du bénéfice de la PCH les personnes devenues handicapées après l’âge de soixante ans. Vous savez qu’il s’agit pour nous d’un sujet prioritaire, nous avons donc demandé à la Juriste de l’AVH de préparer un article faisant ressortir les avantages et inconvénients respectifs de l’APA et de la PCH pour les personnes déficientes visuelles. Il apparaît clairement que la PCH répond beaucoup mieux à nos besoins. Nous envisageons toujours d’introduire une requête devant le Conseil d’Etat, mais nous recherchons surtout quelques personnes qui, devenues handicapées après leur soixantième anniversaire, pourraient déposer une demande de PCH auprès de la MDPH de Paris en octobre prochain, au cours d’une journée « la PCH pour les vieux » qui sera organisée avec d’autres associations de personnes âgées et handicapées. Si vous voulez nous soutenir prenez contact avec nous, nous vous communiquerons toutes les informations nécessaires.

Les responsables de La Poste ont enfin accepté de signer avec nous la circulaire que nous avons préparée sur le thème « franchise postale : mode d’emploi », ce qui devrait faciliter nos démarches auprès des bureaux pour l’expédition de documents en formats accessibles. Vous en trouverez le texte dans le prochain numéro de ce bulletin.

De même, nous vous communiquerons le texte du jugement de la Commission Centrale d’Aide Sociale qui condamne le département du Calvados à verser la PCH de façon rétroactive à une personne aveugle qui avait refusé de fournir les justificatifs de l’emploi de la prestation qui lui étaient demandés.

Chacun de nous sait combien la période que nous traversons est difficile, vous constaterez à la lecture de notre plan d’action (dans le numéro spécial consacré à notre Assemblée Générale) que nous ne sommes pas décidés à renoncer à combattre, bien au contraire.

Vous trouverez dans le présent bulletin :
- Une fiche technique réaliséepar la juriste de l’AVH : « PCH et APA : Laquelle choisir »
- Le compte rendu de la réunion du FIPHFP du 1er juillet
- Un article intitulé « L’Agefiph serre les boulons »
- Le récit d’une visite au salon « Autonomic »
- Le témoignage d’une fonctionnaire aveugle
- Les annonces des ouvertures des sites web du CERTAM et de l’ANPEA
- Des conseils pour les personnes voyantes pour se comporter en présence d’une personne atteinte de cécité
- Un communiqué d’Handicapzéro qui propose différentes solutions pour suivre le Tour de France
- Un appel à volontaire (personnes atteintes de cécité portant un tatouage) pour un article dans le magazine « Faire Face »

Bonne lecture et à Bientôt, Philippe Chazal Président 2) PCH ET APA : LAQUELLE CHOISIR ?

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), entrée en vigueur le 1er janvier 2002, s’adresse aux personnes âgées de 60 ans ou plus résidant à domicile ou en établissement confrontées à des situations de perte d’autonomie dont le niveau de dépendance est évalué en GIR 1 à 4.

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) entrée en vigueur le 1er janvier 2006, consiste à répondre, jusqu’à la fin de leur vie, aux besoins des personnes devenues handicapées avant l’âge de 60 ans en principe (sauf dérogations), qu’il s’agisse de l’insertion professionnelle, des aménagements du domicile ou du cadre de travail nécessaires au plein exercice de leur citoyenneté et de leur capacité d’autonomie, par le développement ou l’aménagement de l’offre de services, l’octroi d’aides de toute nature à la personne ou aux institutions pour vivre en milieu ordinaire adapté. La PCH peut ainsi être affectée à la prise en charge des besoins d’aides humaines et techniques, d’aides animalières, d’aides à l’aménagement du logement ou du véhicule de la personne handicapée, ainsi qu’à ses dépenses spécifiques et exceptionnelles.

Or, l’article 13 de la loi du 11 février 2005 prévoit que la distinction entre les personnes handicapées en fonction de critères d’âge en matière de compensation du handicap et de prise en charge des frais d’hébergement en établissements sociaux et médico-sociaux doit être supprimée d’ici 2010. Autrement dit, les personnes dont le handicap serait survenu après 60 ans devraient pouvoir opter pour la PCH sans limite d’âge.

Dans l’attente du décret d’application, nous nous proposons à travers cette fiche de comparer les deux allocations pour vous aider à faire votre choix, étant établi que le choix de la PCH reste le plus favorable pour les personnes déficientes visuelles.

I. CONDITIONS D’ATTRIBUTION

1/ Condition d’âge

a) PCH

Jusqu’à 60 ans. Mais 3 dérogations d’âge au-delà de 60 ans sont prévues :

- Possibilité de l’étendre à 75 ans pour les personnes répondant aux critères du droit d’ouverture au droit à la PCH, avant l’âge de 60 ans.

- Les personnes qui travaillent peuvent demander à bénéficier de la Prestation de Compensation, sans limite d’âge, même après 60 ans, sans qu’elles soient tenues de justifier de l’existence d’un handicap avant 60 ans.

- Les personnes âgées de plus de 60 ans, sans limite d’âge, peuvent continuer d’en bénéficier, tant qu’elles en remplissent les conditions d’accès et qu’elles n’optent pas pour l’APA.

b) APA

Avoir au moins 60 ans.

2/ Condition de résidence

PCH et APA

Résider de façon stable et régulière en France (métropole, DOM, Saint-Pierre-et-Miquelon). Les personnes de nationalité étrangère (hors ressortissants CE) doivent être en situation régulière en France : justifier d’une carte de résident ou d’un titre de séjour

3/ Condition liée à l’évaluation du handicap

a) PCH

Présenter une difficulté absolue (lorsque l’activité ne peut pas du tout être réalisée par la personne elle-même) à la réalisation d’une activité essentielle de la vie quotidienne (ex : se laver, se déplacer…voir liste détaillée dans annexe 2-5 du CASF) ou une difficulté grave (lorsque l’activité est réalisée difficilement et de façon altérée par rapport à l’activité habituellement réalisée) pour au moins deux activités.

b) APA

Etre en perte d’autonomie. On considère qu’il y a perte d’autonomie lorsqu’une personne a besoin d’une assistance pour accomplir les actes essentiels de la vie courante : se laver, se nourrir…Il peut s’agir aussi de personnes dont l’état de santé nécessite une surveillance régulière. Le degré de perte d’autonomie est évalué à partir de la grille nationale AGGIR. Cette évaluation consiste à apprécier si le demandeur fait ou non partie des groupes GIR 1 à 4 qui, seuls, ouvrent droit à l’APA.

GIR 1 : Comprend les personnes confinées au lit ou au fauteuil ayant perdu leur autonomie mentale, corporelle, locomotrice, et sociale, qui nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants.

GIR 2 : Comprend les personnes de 2 sous-groupes : d’une part, les personnes confinées au lit dont les fonctions mentales ne sont pas complètement altérées et qui nécessitent une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante ; d’autre part, celles dont les fonctions mentales sont altérées mais qui ont conservé leurs capacités motrices. Le déplacement à l’intérieur est possible mais la toilette et l’habillage ne sont pas faits ou partiellement.

GIR 3 : Comprend les personnes ayant conservé leur autonomie mentale, partiellement leur autonomie locomotrice, mais qui nécessitent quotidiennement et plusieurs fois par jour des aides pour leur autonomie corporelle. De plus, l’hygiène de l’élimination nécessite l’aide d’une tierce personne.

GIR 4 : Comprend les personnes qui n’assument pas seules leur transfert mais, qui une fois levées, peuvent se déplacer à l’intérieur du logement. Elles doivent être aidées pour la toilette et l’habillage. La plupart s’alimentent seules ; ce groupe comprend aussi des personnes sans problème de locomotion mais qu’il faut aider pour les activités corporelles et les repas.

Il ressort que les personnes déficientes visuelles sont majoritairement classées en GIR 4 à moins d’être atteints par d’autres handicaps.

4/ Condition de ressources

a) PCH

Le taux de prise en charge est fixé à :

- 100 % si les ressources mensuelles de la personne handicapée sont inférieures ou égales à deux fois le montant annuel de la majoration pour tierce personne, soit 2076,72 €.

- 80 % si les ressources mensuelles de la personne handicapée sont supérieures à deux fois le montant annuel de la majoration pour tierce personne, soit 2076,12 €.

Les ressources prises en compte pour la détermination du taux de prise en charge sont les revenus des valeurs et capitaux mobiliers, les plus-values et gains divers et les revenus fonciers du foyer fiscal tels que reportés sur l’avis d’imposition.

Sont donc exclues les ressources suivantes :

- Les revenus d’activité professionnelle de l’intéressé.
- Les indemnités temporaires, prestations et rentes viagères servies aux victimes d’accident du travail ou à leurs ayants droit.
- Les revenus d’activité du conjoint, du concubin, du pacsé, de l’aidant familial qui, vivant au foyer de l’intéressé, en assure l’aide effective, de ses parents même lorsque l’intéressé est domicilié chez eux.
- Les rentes viagères sous certaines conditions.
- Les revenus de remplacement : avantage de vieillesse (retraites) ou d’invalidité, allocations versées aux travailleurs privés d’emploi, indemnités de maladie, maternité, maladies professionnelles, accidents du travail, pension alimentaire, bourses d’étudiant ( art R 245-47 du CASF).
- Les prestations sociales à objet spécialisé : allocation de logement, RSA, prime de déménagement (art R 245-48 du CASF).

b) APA

L’APA n’est pas soumise à condition de ressources. Toutefois, les revenus du demandeur sont pris en considération pour déterminer le montant de l’allocation à laquelle il a droit. Il restera ainsi à sa charge une participation financière plus ou moins importante appelée « ticket modérateur ».

Aucune participation ne sera demandée si les ressources du foyer fiscal sont inférieures à 0,67 fois le montant de la majoration tierce personne (0,67x1038, 36€). Elle sera de 90% si les ressources sont au moins égales à 2,67 fois le montant de la majoration tierce personne (MTP). Enfin, pour ceux dont les revenus sont compris entre 0,67 fois et 2,67 fois le montant de la MTP, la participation est calculée selon la formule suivante :

P= Aide proposée x (revenu- (MTPx0,67))x 90% MTP x 2

Ex concret :
- aide proposée : 800€
- revenus : 1400€

P= 800 x (1400- (1038,36x0,67) x 90% 2076,72

P= 800 x 0,33x 90%

P= 237,60 €

L’APA réellement versée sera donc de 800 - 237,60 = 562,40€

Les revenus pris en compte sont tous ceux que le demandeur a déclarés au fisc ainsi que, pour le demandeur vivant en couple, les revenus de son conjoint, concubin ou partenaire de PACS.

Si le demandeur dispose de biens ou de capitaux qui ne sont ni exploités ni placés, on considère qu’ils rapportent un revenu évalué de manière fictive à 50% du loyer que l’on pourrait tirer de la location s’il s’agit d’un logement, à 80% de la valeur locative pour un terrain non bâti et à 3% de leur montant pour les capitaux.

Il apparaît clairement que les conditions de ressources de la PCH sont plus favorables que celles de l’APA.

II. MONTANTS

a) PCH

Montants maximaux :

1) Aides humaines (en fonction de la durée quotidienne d’aide) :

- aide à domicile employée directement : 11,96€/h ou 13,16€/h en cas de recours à un service mandataire
- recours à un service d’aide à domicile autorisé : tarif du service fixé par le département
- recours à un service à la personne agrée : 17,59 €/h ou tarif prévu dans la convention -service/département
- aidant familial : 3,43 €/h ou 5,15 €/h en cas de cessation totale ou partielle d’activité, dans la limite de 85% du SMIC /mois ou majoré de 20% du SMIC /mois dans certains cas.

Le forfait cécité : 598€/mois à condition d’être titulaire de la carte d’invalidité mention cécité

- aides techniques : 3960 € pour 3 ans en principe
- aides à l’aménagement du logement : 10 000 € pour 10 ans
- et du véhicule et des surcoûts "transports" : 12000 € pour 5 ans

- aides exceptionnelles : 1800 € pour 3 ans ou spécifique : 100 € /mois

- aide animalière : 3000 € pour 5 ans soit un forfait mensuel : 50 €

En conséquence, les bénéficiaires de la PCH peuvent cumuler différentes aides en fonction du projet de vie de la personne et non plus du seul handicap.

b) APA

Montant maximal du plan d’aide : GIR 1 : 1 224,63 €/ mois GIR 2 : 1 049,68 € GIR 3 : 787,26 € GIR 4 : 524,84 €

On remarquera que les montants de l’APA sont non seulement inférieurs à ceux de la PCH mais aussi qu’ils ne concernent pas le financement des aides techniques.

3) COMPTE RENDU DE LA REUNION DU FIPHFP EN DATE DU 1er JUILLET

Le 1er juillet le FIPHFP s’est réuni en séance plénière et a essentiellement examiné un certain nombre de délibérations à caractère technique.

Tout d’abord, la synthèse des débats de la précédente séance a été adoptée à l’unanimité.

En questions d’actualité, les organisations syndicales ont fait une déclaration portant sur la situation du Ministère de la Justice, sur sa contribution, la situation au sein de ce Ministère notamment sur la dissolution de la mission handicap, la politique menée, le suivi des conventions, la situation faite au personnel chargé de la mise en œuvre de cette politique plus interrogation sur la situation au sein des autres Ministères. Le Collège associatif précise qu’il partage ces propos et exprime une réelle inquiétude qui pour lui va bien au-delà du cas du Ministère de la Justice.

Le directeur du FIPHFP a fait un rappel des procédures et méthodes existantes, ce qui fut remarquable en terme de langue de bois. Pour les organisations syndicales et associations la question est la politique du handicap, la façon dont elle est menée, les moyens pour la mener, quelles implications du fait de tous ces atermoiements. Pour l’APF, le Comité a un rôle politique, jusqu’à quand faut-il attendre de s’inquiéter de la non entrée des contributions, s’il y a des défaillances comment fonctionne-t-on, enfin, qui est mieux placé que le FIPHFP pour s’occuper des Délégations ministérielles.

Qui va suivre les conventions passées et à passer. Sous prétexte de RGPP, la crainte, mais en réalité n’est ce qu’une crainte, c’est une sérieuse remise en cause de la politique du handicap découlant de la loi de 2005. Tous, souhaitons alerter les tutelles car nous considérons que la Fonction Publique doit être et rester exemplaire en la matière.

Pour sa part, le Représentant du Ministère de la Justice a indiqué que les retards pris en termes de déclaration et de paiement de la contribution seront résolus au plus vite. J’indique que cette déclaration n’a convaincu ni rassuré personne car il a fait porter les retards, les dysfonctionnements uniquement sur les agents de son Ministère.

Le président, Monsieur FONTANA, partage les préoccupations qui ont été avancées, le rattachement de la politique du handicap aux ressources humaines est important, les orientations prises ne sont pas une garantie, un rattachement trop haut conduit trop souvent à se trouver hors du concret. Pour lui, il y a des difficultés et le danger existe.

Pour les Organisations syndicales la conduite de la politique du handicap est inquiétante au plus haut point et le propos est de faire remarquer que les choses ne vont pas bien. Il est demandé que des informations soient transmises s’agissant du projet de loi Paul BLANC qui va impacter cette politique. Organisations syndicales et Associations demandent que l’ensemble des propos tenus soit bien repris dans la synthèse des débats.

S’agissant de la mise en accessibilité des logiciels, le Président a indiqué que le test continuait au Ministère des Finances et qu’il était optimise.

Examen et vote du projet de délibération portant approbation du rapport annuel 2009 (délibération no 2010-07-01) : avis favorable à l’unanimité sous réserve que soient introduites les modifications demandées.

Commission des finances. Examen et vote du projet de délibération portant approbation d’un avenant 2010 à la convention avec l’AGEFIPH (délibération no 2010-07-02) : avis favorable, le Directeur est chargé de mener à bien les négociations. Il s’agit du financement des stages qui conduisent à l’embauche dans la Fonction Publique ou dans le privé.

Examen et vote du projet de délibération portant approbation de la décision modificative no 1-2010 (délibération no 2010-07-03 : vote à l’unanimité.

Examen et vote du projet de délibération portant modification de la Commission d’appel d’offres (délibération no 2010-07-04) : vote à l’unanimité.

Commission des aides. Examen et vote du projet de délibération portant décision de prolongation du programme exceptionnel d’accessibilité (délibération no 2010-07-05) : avis favorable. Compte tenu de la sous utilisation du budget qui est de 50ME, les Fonctions Publiques sont invitées à déposer des projets entrant dans ce champ avant le 31 décembre 2010 avec prise en charge de 100%.

Enfin, un colloque réunissant les membres du Comité national et les membres des différents Comités locaux sera organisé début 2011 suite au renouvellement de ces derniers, lequel aura lieu avant la fin de l’année.

Edouard FERRERO Administrateur du FIPHFP.

4) L’AGEFIPH SERRE LES BOULONS.

A compter du 1er juillet 2010, l’Agefiph restreint l’accès à la prime à l’insertion, qui sera désormais conditionnée à la signature d’un CDI ou d’un CDD d’une durée minimum de 12 mois. Elle ne pourra plus se cumuler avec la prime initiative emploi (PIE). La majoration de la prime pour les bénéficiaires de minima sociaux est supprimée pour les embauches réalisées à compter du 1er janvier 2011. La PIE sera ramenée à 3 000 euros pour un contrat de travail à temps plein et 2 000 euros pour un travail à temps partiel d’au moins 16 heures par semaine ; la majoration de 50 % accordée actuellement pour l’embauche d’un senior de 45 ans et plus ou pour l’embauche du premier travailleur handicapé au sein d’un établissement assujetti sera supprimée.

La prime contrat durable sera également supprimée.

A noter également, qu’à compter du 1er juillet 2010 (date d’effet du contrat de travail) :
- l’employeur percevra une subvention forfaitaire de 1 700 euros par semestre (contre 2 550 euros actuellement) pour l’embauche d’une personne handicapée de moins de 45 ans sous contrat de professionnalisation ou d’apprentissage, montant porté à 3 400 euros par semestre (contre 6 800 euros) si le salarié a au moins 45 ans ;
- le salarié recevra une subvention forfaitaire de 1 700 euros si le contrat de professionnalisation ou d’apprentissage a une durée minimum de six mois et si la personne n’a pas déjà bénéficié d’une prime à l’insertion. Cette subvention sera portée à 3 400 euros pour les salariés de 45 ans et plus si le contrat de professionnalisation ou d’apprentissage a une durée d’au moins 12 mois.

Le montant de l’aide à l’aménagement du temps de travail sera diminué pour les demandes reçues entre le 1er juillet et le 31 décembre 2010, la subvention annuelle passant à 5 000 euros (au lieu de 9 000 euros). Cette aide sera supprimée à compter du 31 décembre 2010.

Enfin, seront également supprimées l’aide à l’accessibilité transhandicap et la dotation forfaitaire de 700 euros permettant l’acquisition d’un ordinateur avec accès Internet.

5) COMPTE RENDU D’UNE VISITE AU SALON AUTONOMIC : JUIN 2010

Les points importants, les plus intéressants sont classés selon mes préférences personnelles. Alors, allez, on part pour une petite promenade !

1. L’Eticode. 2. Les lecteurs de balise de déplacement. 3. Les GPS. 4. Les portables. 5. Les lecteurs de texte. 6. Les machines à lire. 7. Les machines en braille. 8. Fin du tour d’horizon rapide et bilan.

1. L’Eticode.

La palme revient au projet Eticode qui sera opérationnel en janvier 2011. Il consiste à lire le code barre des produits grâce à un appareil relié à l’ordinateur, avec une voix de synthèse. Par exemple, pour le moment, le logiciel permet de préciser le nom du médicament, la date de péremption, et contenu de la fiche d’utilisation. Cette lecture peut être étendue à tous les produits en magasin (conserves, produits frais, produits ménagers, etc.). Tout ceci est lié à la petite case du code barre !

Il y a aussi la possibilité de fabriquer chez soi, des étiquettes à code barre, lavables, pour marquer ses vêtements, documents, etc.

Le logiciel peut être chargé gratuitement, branché à une « douchette », c’est le nom du lecteur des caissières, et il est déjà opérationnel.

Pour nous, Sésamiens, le code barre des livres pourrait peut-être donner la quatrième de couverture et l’ISBN. Mais je ne sais pas du tout ce que contient ce code barre mystérieux sur un livre !

On peut lire aussi le code barre avec un téléphone portable qui le photographie, m’a-t-on dit. Le site pour en savoir plus : http://presentation.eticode.fr. On peut y télécharger une documentation en pdf, accompagnée d’une voix. C’est fait pour Windows, mais la difficulté est contournable pour Mac par le biais d’un site Internet : http://www.configmac.com/windows-mac.php

Plus j’y pense, plus cela me semble fascinant, et porteur de grosses possibilités pour ceux qui n’ont pas de regard pointu sur les objets, leur contenu, leur prix au kilo.

Le projet me parait aussi animé d’une véritable volonté de démocratisation, d’accessibilité pour tous (illettrés, dyslexiques) qui auront ainsi droit à une certaine transparence des objets de consommation.

2. Les balises de déplacement.

Deuxième découverte pour moi : j’ai constaté la rivalité de nombreux constructeurs de projets de balises et de logiciels de balisage pour l’autonomie des déplacements de piétons déficients visuels. Ces balises sont ensuite lues par des lecteurs individuels et spécifiques que les mairies délivrent parfois gratuitement, et qui indiquent en parlant les feux rouges, les arrivées,et départs des trains dans les gares, les quais, voies, bref, tous les messages des espaces publics en affichage numérique.

Lyon, Nancy, Toulouse ont l’air d’être assez bien équipés. Voilà qui fait rêver. J’attends des précisions pour les lecteurs des indications de bus de Paris et pour le métro, qui doivent sortir vers novembre 2010. Mais j’en avais déjà entendu parler l’an dernier. Est-ce un oeuf qui n’arrive pas à éclore ? Alors patience, on verra.

3. Les petites merveilles de GPS.

On arrive aux différents GPS dont le célèbre Kapten (prononcer Capt’aine) que je n’ai pas vu. Certains sont tout petits, comme des boutons qu’on peut mettre dans sa capuche, genre science-fiction. J’en ai vu un chez Cecia, mais je ne sais plus son nom.

4. Des téléphones portables qui font aussi GPS, lecteurs de balise, lecteurs de livres. C’était fascinant. Je cite, Nokia, Olympus, I phone (prononcer aï phone comme aï pode, ou aï mac8)), et autres. Les téléphones portables deviennent de mini ordinateurs.

5. Les lecteurs : la concurrence est rude entre Victor Stream, Milestone, Olympus, I phone et j’en oublie.

Le problème, c’est quand ils ont un écran tactile et qu’ils vocalisent et zooment aussi. À mon avis, c’est peut-être un peu trop sophistiqué, un peu trop compliqué, un peu trop lisse, un peu trop glissant, saur pour Victor Stream Reader, avec ses bonnes touches rugueuses qu’on a bien en main. Vous avez devinez ma préférence et ma fidélité à Victor8.

Portables, GPS et lecteurs ont des fonctions qui se recoupent. Choisir un portable à tout faire est peut-être intéressant, mais dedans s’inclut l’abonnement téléphonique, et là s’engouffrent les promesses des plus juteuses arnaques, mine de rien. Pour les constructeurs, ce doit être une bonne affaire économiquement parlant.

Mais là je saturais un peu, vous aussi peut-être, en ce moment, non ? Patience, vous n’êtes pas à piétiner depuis cinq heures dans la chaleur et le brouhaha !

6. Machines à lire entre autres chez Sonotec et Lyris.

Ce sont des scanneurs à un prix très élevé, branchés sur une synthèse vocale et sous forme de valise. J’ai déjà vu cela il y a quelques années. Lisent les prospectus, pages de journaux, modes d’emploi. Pour les déplacements, il ne faut pas avoir de tendinite au bras ni de biceps faibles. Autrement dit ces valises doivent être bien sur une table.

7. Machine en braille

Je ne suis pas brailliste. Ma compréhension des choses est donc limitée comme celle d’un analphabète devant une page écrite. Il semble y avoir des petits appareils très sympas de 25 caractères pour lire et écrire, qui font bloc notes et d’autres très longues et superbes machines de 75 caractères.

Remarquez l’aspect totalement pataud de mes remarques. Il faudra mieux laisser la parole à des spécialistes. C’est distribué par Access’solutions qui a un très beau catalogue très clair. Pour en savoir plus : contact@accessolutions.fr

8. Enfin, j’ai visité le riche stand de Valentin Haüy avec ses appareils géniaux de vie quotidienne, four à micro ondes parlant, doseur de liquide parlant, etc. Mais sans doute connaissez vous déjà tout cela, à partir du catalogue très fourni et détaillé de Valentin Haüy.

J’ai négligé, et je vous prie de m’en excuser, les nombreux appareils d’agrandissement de textes et des machines à lire, parce que j’en avais déjà vu beaucoup lors des salons précédents. Donc ce petit rapport reflète bien sûr ma propre subjectivité, et mon propre a priori. A d’autres de compléter en mieux ce canevas, s’ils en ont envie.

Et, si ce n’est déjà fait, si vous voulez effectuer quelques emplettes, n’oubliez pas de lire avant et après « Comment voyager avec un saumon » de Umberto Ecco. Vous ne vous sentirez plus tout seul à vous débattre avec le manuel d’utilisation.

Hélène Association Sésame

6) TEMOIGNAGE D’UNE FONCTIONNAIRE AVEUGLE

Bonjour,

Je suis secrétaire administrative, aveugle, depuis ma réussite du concours externe, le 01 septembre 1998, au Ministère de la Justice, affectée, depuis le 23 novembre 2009, au Tribunal de Grande Instance de SAVERNE (Bas-Rhin).

J’ai obtenu ma mutation au sein de cette juridiction suite à deux redéploiements consécutifs, en 18 mois, dans le cadre de la mise en œuvre de la R.G.P.P et aux réformes des cartes administratives et judiciaires des directions du Ministère de la Justice.

Alors que je n’occupe mon poste que depuis moins de 3 mois, une nouvelle fiche de poste me sera certainement proposée au plus tard le 01 septembre 2010. En effet, le Ministère de la Justice généralise l’installation d’OPEN OFFICE et installe des logiciels de gestion spécifiques. J’utilise JAWS et une plage tactile commercialisée par UNITEDVISION. Afin d’être complètement certaine de cette situation regrettable, j’ai tenté, en vain, d’utiliser OPEN OFFICE. De plus, j’ai contacté la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées du Ministère de la Justice afin d’obtenir des informations quant à l’accessibilité des logiciels de gestion spécifiques. Comme d’habitude, ces logiciels de gestion spécifiques paraissent avoir été développés sans tenir compte de l’affectation possible des fonctionnaires aveugles sur des postes conduisant à les utiliser.

La seule réponse qui me sera apportée est par conséquent un changement d’affectation. Cette fiche de poste ne tiendra compte que des possibilités d’accès aux différents logiciels.

La lettre que vous avez adressé au Ministre de la Fonction Publique, le 25 février 2010, prend tout sons sens pour moi.

Je vous encourage et vous remercie de poursuivre vos efforts afin de permettre à quelques fonctionnaires, malheureusement encore trop peu nombreux, de poursuivre l’exercice de leurs fonctions et de ne pas finir au placard.

7) OUVERTURE DU SITE WWW.CERTAM-AVH.COM

Juin 2010 : le site Web du CERTAM en ligne

Le CERTAM (Centre d’Évaluation et de Recherche sur les Technologies pour les Aveugles et les Malvoyants) est, comme son nom l’indique, un centre expert d’évaluation des produits de haute technologie adaptés à la déficience visuelle. Créé en 2008 en son sein par l’Association Valentin Haüy, il a atteint l’âge de la maturité et s’affiche aujourd’hui sur le Web.

Tester, évaluer, comparer : Le CERTAM a pour vocation de tester les aides techniques existant actuellement sur le marché, d’en évaluer l’utilité, la fiabilité, la souplesse d’utilisation, d’effectuer des essais comparatifs et d’en publier les résultats. Ce travail d’expert s’accompagne du développement d’une base de données informatisée répertoriant les constructeurs et distributeurs d’aides techniques, ainsi que les produits - logiciels et matériels - dédiés aux personnes déficientes visuelles.

Diffuser l’information :

Le Centre diffuse régulièrement des fiches d’évaluation dans la lettre d’information électronique de l’AVH et dans le magazine « Le Louis Braille » (voir les publications de l’AVH Mais pour atteindre tous les publics concernés par son domaine de compétence - en particulier les acheteurs potentiels, professionnels du handicap visuel, de même que les organismes chargés du financement des aides techniques ( MDPH, CNSA, AGEFIPH, FIPHFP, Caisses d’Assurance Maladie…), le CERTAM se devait d’offrir un site Web aisément consultable, répondant aux normes d’accessibilité en vigueur et aussi intuitif que possible.

C’est désormais le cas depuis juin 2010 !

Sur www.certam-avh.com vous trouverez toutes les fiches d’évaluation à mesure de leur première publication ou de leur mise à jour, ainsi que de nombreuses ressources sur les technologies d’assistance pour personnes non ou malvoyantes (liste de distributeurs spécialisés, accessibilité du Web, téléchargement de logiciels et utilitaires) et bien d’autres choses encore !

8) BREVE DE L’ANPEA

L’ANPEA (Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles ou gravement déficients visuels avec ou sans handicaps associés) met en ligne une nouvelle version de son site web : http://www.anpea.asso.fr/. Découvrez un site Internet plus convivial, totalement réorganisé, avec de nouvelles rubriques et fonctionnalités (moteur de recherche, fils RSS, paiement en ligne sécurisé des dons et cotisations...). De plus, cette nouvelle version répond aux normes d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

Le site hébergé sur les pages perso d’Orange a été publié. Mettez à jour vos favoris !

9) COMMENT SE COMPORTER EN PRESENCE D’UN NON-VOYANT

En général, il entend, comprend et parle comme tout le monde.

Seul sur le trottoir, il n’est pas forcément perdu mais parfois désorienté. Pour l’aider, parlez lui d’abord afin de ne pas le surprendre, placez-vous bien en face de lui et comme il ne vous connaît ou reconnaît pas toujours, présentez-vous en quelques mots. S’il a un chien guide vous pouvez donner une friandise ou le caresser mais demandez l’autorisation auparavant.

S’il cherche une entrée, une direction, une rue, un passage piéton etc., vous décrirez le cheminement par rapport à sa position : c’est à 50 m devant vous, tournez sur votre droite, c’est la rue Jean Jaurès ...

Ne modifiez pas votre manière de parler pour éviter certains mots comme « aveugle » ou « voir » qui ne le choquent plus, mais n’utilisez pas les mots comme : ceci, là, ici, là-bas, tout droit, attention ainsi que les signes de tête ou les gestes démonstratifs.

Si vous pouvez l’accompagner, placez-vous près de lui et offrez votre coude qu’il saisira entre pouce et doigts sans s’appuyer .Il sera légèrement en retrait car il préfère être précédé et n’aime pas du tout qu’on le pousse et il suivra ainsi vos mouvements.

On abordera de face les marches et escaliers, en disant, par sécurité si cela monte ou descend. Indiquez la situation de la main courante tout comme pour le trottoir ou l’escalier roulant.

Si le passage est étroit ou rétréci (passants, panneaux, échafaudage, voiture en infraction, vous ferez une torsion du buste dans sa direction et il se placera derrière vous ou mettra la main sur votre épaule et vous suivra. Prévenez-le s’il doit baisser la tête ! (Branches, rétroviseur, panneaux, volets etc.)

En voiture, placez sa main sur la poignée ou le sommet de la portière, il trouvera seul le siège ainsi que la ceinture. Si vous décrivez le trajet, assurez-vous, d’une pression au bras ou à l’épaule (ou en le nommant) qu’il sait qu’on lui parle car il ne peut pas capter votre regard.

Pour l’autobus, le métro ou le train, vous pouvez l’aider à se placer dans les files d’attente. Montrez lui où placer sa main sur la barre d’aide à la montée, indiquez si le couloir est à droite ou à gauche, la place des toilettes ainsi que le système d’ouverture pour descendre et l’endroit où il peut placer les bagages .Signalez la présence d’un autre passager avant de placer sa main sur le dossier ou la barre d’appui. Ne l’installez pas d’office sur une place réservée aux personnes handicapées car s’il n’a pas bon œil il a peut-être bon pied.

A l’intérieur, il convient de ne pas laisser les portes et fenêtres entrebâillées et de signaler votre présence et votre sortie de la pièce car il lui est désagréable de parler dans le « vide ». A table, il est bon de dire le menu, s’il y a des verres à pied et combien. On évitera les arêtes et les volailles, par exemple, qui sont sources de difficultés tout comme le déplacement de ses objets personnels qu’il aura du mal à retrouver en tâtonnant.

« C’est avec de petites choses qu’on fait le grand bien des aveugles » : Diderot.

10) UNE AUTRE VISION DU TOUR !

Depuis le 1er juillet, Handicapzéro, partenaire d’A.S.O., diffuse gratuitement le livre de route du Tour de France, en braille et en audio. Au sommaire :
- Édito de Christian Prudhomme.
- Pyrénées 1910-2010.
- Zoom sur la course 2010.
- Grand départ de Rotterdam.
- Interview de Richard Virenque.
- Villes-étapes.

Pour recevoir gratuitement un exemplaire braille ou CD audio : handicapzero.org - rubrique sport - Tour de France 2010 – « recevoir l’édition adaptée ». Par téléphone au 0800.39.39.51 (gratuit depuis un poste fixe en France métropolitaine).

Michel : « Avant le départ d’une étape, je relis son contenu sur le livre de route en braille, je m’approprie beaucoup plus facilement le tracé et les détails. »

Le 3 juillet au départ de Rotterdam, le portail Web de l’association, handicapzero.org est devenu le relais accessible du site officiel : letour.fr

Dépêches minute par minute, communiqués de fin de course, classements quotidiens. En un clic, pour accéder à l’actualité : handicapzero.org : rubrique "sport" - Tour de France 2010 ou letour.fr à partir du lien "déficients visuels".

Jaseem : « L’info sportive sur le Web est très peu accessible, en ayant accès à toute l’actualité du Tour sur handicapzero.org, j’ai le sentiment d’être informé ! Je ne suis pas toutes les étapes mais consulte chaque jour les pages du site pour ne rien manquer ! ».

11) APPEL A VOLONTAIRE POUR UN ARTICLE DANS LE MAGAZINE « FAIRE FACE »

Le tatouage chez les personnes en situation de handicap : voilà le thème du papier que m’a commandé « Faire Face », le magazine édité par l’APF. Il s’agit entre autres de montrer que ces personnes valorisent ainsi leur corps par ailleurs endommagé. Je voudrais expliquer, si c’est le cas, qu’il y a aussi des personnes non voyantes portant des tatouages et ce que ça leur apporte. N’hésitez pas à me contacter Jean-Louis Rochon Tél. : 01 40 34 45 38 jean-louis.rochon@apf.asso.fr

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0