Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes

Accès à la voirie et au cadre bâti

Fiche n°3 Traversée piéton en sécurité

Table des matières :

1- Recommandations

1.1 Position de la traversée piéton par rapport au croisement

La traversée est un maillon essentiel dans la sécurité de la chaîne du déplacement. Le principe est que le piéton, valide ou déficient visuel, puisse faire la traversée la plus courte possible et dans des conditions de sécurité maximale.

Pour que les personnes déficientes visuelles suivent plus facilement un axe grâce à l’écho renvoyé par l’environnement immédiat, il faut que l’axe de la traversée piéton soit situé dans l’alignement des murs d’immeuble. En effet, le repérage est plus difficile dans un espace vaste et sans écho (parvis, dalles...).

Le passage piéton doit être perpendiculaire à l’axe de la rue à traverser et non en biais.

La traversée ne doit pas être dans un arrondi : cela peut être évité par l’installation d’"oreilles" latérales qui délimitent la zone de parking en bordure des trottoirs.

Le véhicule qui tourne à droite en venant de la voie circulante doit pouvoir trouver un sas d’attente ou de ralentissement et aborder le passage piéton dans une position bien perpendiculaire à son axe pour avoir une meilleure visibilité du passage et de ses abords.

Retour à la table des matières

1.2 Identification de la traversée piéton par la personne déficiente visuelle

Les personnes aveugles et malvoyantes analysent acoustiquement les bruits de la circulation.

Pour les traversées avec abaissement de trottoir (bateau), la pente peut indiquer l’existence et la position d’une traversée. Un ressaut du trottoir de 2 cm est un élément déterminant pour assurer l’identification de l’entrée du passage.

La suppression du trottoir, et ainsi du ressaut, remet en cause la sécurité des personnes déficientes visuelles. La pose de la bande d’éveil de vigilance doit se faire conformément aux indications de la norme P98-351. Elle doit être contrastée par rapport à son environnement d’au minimum 70 % (cf. fiche n°1 « ambiance visuelle »). La bande d’éveil de vigilance est située selon la norme à 0,50 m de la bordure du trottoir.

Photo : BEV bien positionnée. BEV bien positionnée, perpendiculaire au passage piéton, abaissement centré sur le passage.
Photo de droite, BEV mal positionnée, danger ! BEV mal positionnée, non perpendiculaire au passage piéton, abaissement plus large que le passage. Danger !

Les potelets hauts (1,20 m) avec sommet contrasté sont situés de part et d’autre de la partie abaissée (1,20 m de large) comme cela est précisé dans l’arrêté cité en référence.

Retour à la table des matières

1.3 Signalétique

II est recommandé d’apporter une attention particulière afin que les noms de rue et les numérotations des maisons soient lisibles par les personnes déficientes visuelles (cf. fiche Ambiance visuelle : éclairage et contraste - signalétique).

Photo : Numéro de maison bien lisible. Numéro de maison bien lisible, blanc sur fond bleu.

Retour à la table des matières

1.4 Dispositifs de sécurité

1.4.1 Feux tricolores
Photo : Bouton poussoir de feu tricolore bien contrasté. Bouton poussoir de feu tricolore bien contrasté.

Les répétiteurs sonores de feux tricolores indiquent aux piétons la possibilité ou l’interdiction de traverser.

La télécommande est l’outil de base privilégié. À défaut, le bouton poussoir constitue une solution palliative et coïncide avec l’obligation d’accès à tous à la signalisation publique. Afin de faciliter sa détection, il devrait être fixé sur le poteau support du feu tricolore.

Le message « rouge piéton » peut être complété du nom de la rue à traverser. La qualité de la diffusion sonore est fondamentale.

1.4.2 Éclairage

Un éclairage plus intense que celui utilisé pour le reste de la rue, ciblé sur l’ensemble du passage piéton dans toute sa largeur y compris des triangles de signalisation peints au sol pour les passages surélevés, est un élément de sécurité notable. Le niveau de cet éclairage devrait être de 100 lux au moins.

Photo : L'éclairage partant du sol est inadapté et à proscrire. A proscrire : éclairage partant du sol.
1.4.3 Repérage au sol

Si l’on a pris les précautions exprimées dans le paragraphe « Identification de la traversée piéton » (cf. § 1.2 de cette fiche), dans un passage situé au niveau de la chaussée, la personne non voyante ne pourra pas s’écarter du cheminement et se retrouver au milieu du carrefour.

On peut jouer sur la qualité du revêtement de sol de part et d’autre des bandes blanches en utilisant des pavés rugueux ou des bandes rugueuses pour borner le passage piéton. Actuellement, des bandes de guidage noires sont mises en pointillé entre les bandes blanches du cheminement piéton. Cette solution ne donne pas satisfaction à tous. Il faut en effet pouvoir les trouver et comprendre leur signification (elles peuvent être confondues avec des aspérités de la rue ou un jeu de matériaux de l’architecte).

1.4.4 Pistes cyclables

Les pistes cyclables doivent impérativement se trouver sur l’emprise de la chaussée.

Les déplacements rapides et silencieux sur le trottoir (petits véhicules électriques, vélos, rollers, planches à roulettes...) ne permettent pas d’anticiper le danger par le sens de l’audition.

La circulation à contresens est à proscrire dans les rues à sens unique pour permettre aux personnes déficientes visuelles d’analyser la situation avant de traverser la chaussée.

Photo : Positionnement correct des pistes cyclables. Positionnement correct des pistes cyclables sur la chaussée voiture.
1.4.5 Caniveau

Les abaissements de trottoirs ont généralement l’inconvénient de provoquer des bains de pieds inévitables pour une personne déficiente visuelle.

II convient que le profil du fil d’eau évite cet inconvénient et que la bouche d’égout soit à proximité et non dans le passage. Cette dernière peut également être double, de part et d’autre du passage piéton.

Cet inconvénient est évité dans les passages surélevés.

Photo : Abaissement de trottoirs devant un passage piéton sans système d'évacuation d'eau : bain de pieds garanti ! Abaissement de trottoir devant un passage piéton sans système d'évacuation d'eau : bain de pieds garanti !
1.4.6 Passage surélevé

Le passage surélevé présente plusieurs avantages :

  • Il règle le problème du suivi du cheminement par un aveugle d’autant plus si ses rampants sont réalisés en matériaux rugueux ou mieux en pavés rugueux.
  • Il augmente la sécurité car le déficient visuel étant surélevé y est plus visible.
  • Il règle le problème du bain de pieds.
    Passage piéton surélevé sans BEV ni potelets.
1.4.7 Garde-corps

Ils devraient protéger les arrondis de trottoir, être situés de part et d’autre du passage piéton et particulièrement en cas de terre-plein central, ils doivent assurer la sécurité pour emprunter le passage piéton.

Retour à la table des matières

2- Références réglementaires

Décrets du 21 décembre 2006 [rtf - 11 ko] n° 2006-1657 et n° 2006-1658 sur l’accessibilité de la voirie et des espaces publics.

Arrêté du 15 janvier 2007 [zip - 362.4 ko] relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie aux personnes handicapées :

« Une bande d’éveil de vigilance conforme aux normes en vigueur est implantée pour avertir les personnes aveugles ou malvoyantes au droit des traversées matérialisées.

Les passages pour piétons sont dotés d’un marquage réglementaire conformément à l’arrêté du 16 février 1988 modifié susvisé, et notamment aux dispositions de l’article 113 de l’instruction interministérielle sur la signalisation routière, septième partie (Marques sur chaussées). Ils comportent un contraste visuel, tel que précisé en annexe 1 du présent arrêté. Un contraste tactile appliqué sur la chaussée ou le marquage, ou tout autre dispositif assurant la même efficacité, permet de se situer sur les passages pour piétons ou d’en détecter les limites. »

Arrêté du 15 janvier 2007 [zip - 362.4 ko] relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie aux personnes handicapées :

10° Feux de circulation permanents

« Les signaux pour les piétons associés aux feux de signalisation lumineuse sont complétés par des dispositifs sonores ou tactiles conformes à l’arrêté du 21 juin 1991 susvisé, et notamment aux dispositions de l’article 110.2 de l’instruction interministérielle de signalisation routière, sixième partie (Feux de circulation permanents), et aux normes en vigueur. »

Arrêté du 8 avril 2002 [zip - 46.2 ko] relatif à la signalisation routière - feux tricolores :

« 3 Généralités sur les messages sonores

3.1 Types de messages sonores

Les messages sonores sont de trois types, message codé, message parlé ou message mixte. Le message codé correspond à une émission sonore composée de signaux produits conformément aux caractéristiques acoustiques définies à l’article 4. Le message mixte correspond à la succession d’un message codé et d’une expression verbale informative de caractéristiques de l’expression définies à l’article 4.

3.2 Émission des messages sonores par rapport au diagramme des feux de circulation

3.2.1 Phase d’autorisation de passage

La phase d’autorisation de passage est celle durant laquelle retentit le message d’autorisation (codé, parlé ou mixte). Cette phase débute simultanément à l’apparition du signal optique vert piéton et dure jusqu’à son extinction.

3.2.2 Phase de dégagement et d’interdiction de passage

Cette phase suit immédiatement la phase d’autorisation de passage (apparition du signal optique rouge piéton) et se termine à l’apparition du signal optique vert piéton de la traversée concernée. Elle est caractérisée :
- pour le message codé et pour le message mixte par l’absence de signal acoustique d’interdiction de passage durant toute la durée de la phase ;
- pour le message parlé par l’absence de message acoustique ou par l’émission d’un message d’interdiction de passage durant toute la durée de la phase.

4 Caractéristiques des messages

4.1 Message codé

Le signal acoustique émis doit être un signal compris dans une bande de fréquence centrée sur 2000Hz, de largeur inférieure à celle du tiers d’octave normalisé (voir NF EN 61260) centré sur cette fréquence. Il doit être émis selon l’une des deux modalités temporelles suivantes :
- émission intermittente : dans ce cas la durée totale d’un cycle (somme des durées tout et rien) doit être comprise entre 125ms et 200ms et un rapport cyclique 1/1 est recommandé ;
- émission en modulation d’amplitude avec une fréquence de modulation comprise entre 5 Hz et 8 Hz et une amplitude maximale de modulation de l’ordre de 10dB.

4.2 Message parlé

Pour le système à message parlé, les expressions verbales sont les suivantes :
- phase d’interdiction de passage : expression imposée "attendez piétons" ;
- phase d’autorisation de passage : expression explicite signifiant que le passage est autorisé, sans ambiguïté.
Par ailleurs il est possible d’émettre une impulsion sonore (présentant les caractéristiques de fréquences définies en 4.1) en début de phase d’autorisation de passage. Sous réserve du respect des spécifications du point 3.2 un message complémentaire, donnant des informations sur la voie à traverser, peut être émis, après l’expression imposée d’autorisation de passage.
A titre indicatif et par convention, les durées moyennes suivantes peuvent être retenues :
- par syllabe : 1/4 de s
- entre deux mots : 1/4 de s
- entre deux messages : 4s (cas du rouge piétons), 1s (cas du vert piétons).

4.3 Message mixte

Le signal émis pendant la phase d’autorisation de passage est la succession de message codé et d’une expression informative précisant le lieu ou d’autres indications (présence d’un îlot central par exemple). Les caractéristiques phoniques du message mixte seront identiques à celles des messages codés et des messages parlés. »

Circulaire du 20 avril 2009 [zip - 79.9 ko] relative à l’accessibilité des bâtiments d’habitation collectifs existants, et des ERP et IOP existants, modifiant la circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 - Annexe 10.

Norme P98-351 BEV - août 2010 - Bandes d’Éveil de Vigilance (document disponible sur le site de l’AFNOR).

Norme NF S32-002 : répétiteurs de feux tricolores (document disponible sur le site de l’AFNOR).

Guide CERTU - janvier 2006 - Guide d’implantation des répétiteurs de feux tricolores (document disponible sur le site du CERTU).

Retour à la table des matières

Menu de navigation rapide

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0