Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2008 > Bulletin 1 du 23 janvier 2008

Bulletin 1 du 23 janvier 2008

N°2008 -1 - 23 JANVIER 2008

C’est avec un plaisir tout particulier que je vous retrouve après un trop long silence en ce début d’année 2008. En effet, les nombreux messages que nous avons reçus, vos discussions sur les listes dédiées à la déficience visuelle, prouvent tout l’intérêt que vous portez à notre bulletin hebdomadaire.

S’il n’est pas paru depuis le 23 novembre, c’est par suite de l’absence de secrétaire, de quelques jours d’arrêt pour moi, des fêtes de fin d’année et d’un déplacement d’une semaine à l’étranger début janvier. Les choses rentrent maintenant dans l’ordre et sachez que, depuis lundi, nous avons recruté une nouvelle collaboratrice, Mademoiselle Claire Vedel, qui, nous l’espérons, travaillera longtemps avec nous. Elle est présente tous les après-midi de 14 à 17 heures.

Avant d’aller plus loin et puisqu’il en est encore temps, permettez-moi de souhaiter à chacun et chacune d’entre vous une excellente année 2008. Que celle-ci vous apporte la santé, de nombreuses joies, l’amour ou l’amitié dont nous avons tous besoin et vous permette de garder confiance en l’avenir en dépit des quelques inquiétudes que nous pouvons avoir. Bonne année à tous !

Depuis notre dernier bulletin, la masse d’informations à vous communiquer est importante. Je vais donc aller au plus urgent.

Vous trouverez, tout d’abord, le communiqué de presse diffusé hier par le CNPSAA pour regretter que le rapport remis à Xavier Bertrand et à Valérie Létard par Gilbert Montagné le 10 janvier dernier ne nous ait pas été transmis. Certes, nous avons été auditionnés à plusieurs reprises lors de sa préparation, mais notre Conseil d’Administration a estimé inadmissible que l’organisme qui représente les 25 associations les plus importantes dans notre domaine ne soit pas destinataire de ce rapport. C’est faire bien peu de cas de notre action. Un rapport concernant le handicap physique aurait-il pu être publié sans implication de l’APF ?

C’est justement cette association, l’APF, qui a pris l’initiative d’organiser une très importante manifestation des personnes handicapées, qui se déroulera le samedi 29 mars prochain, pour réclamer une revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés, conforme aux promesses faites par le Président de la République. Sous le titre, « Ni pauvres, ni soumis », nous demanderons que les personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler, et celles qui sont hébergées en établissement, disposent d’un revenu d’existence décent. Plusieurs milliers de personnes sont attendues pour défiler au départ des Invalides en direction de l’Elysée. Le Conseil d’Administration du CNPSAA a pris la décision de participer à cette journée. Nous devrons nous regrouper afin d’assurer une bonne visibilité des personnes déficientes visuelles. Notez donc dès à présent cette date du 29 mars dans vos agendas. Nous vous donnerons très rapidement des informations complémentaires.

La situation du FIPHFP était très préoccupante en fin d’année dernière. Cet organisme semble à présent remis sur les rails bien qu’à notre grand regret l’Education Nationale ait été dispensée de sa contribution par la Loi de Finance 2008. Edouard Ferrero a rédigé le compte rendu de la dernière réunion que vous trouverez ci-dessous.

Le Président de notre Commission Accessibilité, Thierry Jammes, a rédigé pour vous le compte rendu de la visite des gares du TGV Est le 22 octobre 2007.

Le Président de notre Commission Culture, Sylvain Nivard, a établi le procès verbal de la réunion de cette Commission.

Sachez enfin que le restaurant « Dans le Noir ? », qui fonctionne à Paris depuis quelques années, recherche des serveurs déficients visuels. Vous trouverez ci-après l’offre d’emploi qui nous a été communiquée.

Bonne lecture et, je vous le promets, à la semaine prochaine.

Philippe Chazal

Secrétaire Général

SOMMAIRE

1) COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITE NATIONAL POUR LA PROMOTION SOCIALE DES AVEUGLES ET DES AMBLYOPES

2) COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE NATIONAL DU FIPHFP DU 7 NOVEMBRE 2007

2.A) Election du président du comité national du FIPHFP.

2.B) Commission des Finances.

2.C) Commission des aides

2.D) Commission du partenariat.

2.E) L’Agence « Les jardins de la citée » a fait une longue présentation de l’ensemble des préconisations en matière de relation d’image et communication.

3) VISITE DES GARES TGV EST

4) COMPTE RENDU DE LA REUNION DE LA COMMISSION CULTURE DU CNPSA DU 3 DECEMBRE

4.A) Premier axe : les différentes pratiques culturelles, souvent trop méconnues de l’ensemble des déficients visuels :

4.B) Deuxième axe : l’accès à l’œuvre culturelle :

4.C) Troisième axe : les droits d’auteur :

5) OFFRE D’EMPLOI

1) COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITE NATIONAL POUR LA PROMOTION SOCIALE DES AVEUGLES ET DES AMBLYOPES

Le 10 janvier dernier, Gilbert Montagné a remis à Xavier Bertrand, Ministre du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité, et à Valérie Létard, Secrétaire d’Etat à la Solidarité, en charge des personnes handicapées, le rapport qui lui avait été demandé concernant la problématique particulière liée à la déficience visuelle. Plus de 15 jours après le dépôt de ce rapport, le CNPSAA, organisme qui regroupe les 25 plus importantes associations françaises œuvrant en faveur des handicapés de la vue, n’en a toujours pas eu communication.

Ce fait lui semble d’autant plus scandaleux que faisant partie du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées il est habitué, depuis des années, à avoir connaissance, avant leur publication, des textes qui concernent les personnes qu’il représente.

Sans se prononcer sur le contenu du rapport qu’il ne connait pas précisément, ni sans mettre en doute la bonne volonté de son rédacteur, le CNPSAA regrette et conteste énergiquement cette manière de procéder qui supprime toute concertation et laisse supposer que certaines parties du rapport, plus difficilement réalisables, puissent être éludées. Le CNPSAA saisit ce jour Xavier Bertrand et Valérie Létard pour leur demander transmission du document qui semble avoir été envoyé à l’Association Française contre les Myopathies comme si notre gouvernement confondait myopes et myopathes !

Ph.Chazal Secrétaire Général

2) COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE NATIONAL DU FIPHFP DU 7 NOVEMBRE 2007

Le Comité National du FIPHFP s’est réuni le 7 novembre dernier. Les points suivants ont été examinés.

2.A) Election du président du comité national du FIPHFP.

Suite aux retraits des candidatures de Monsieur PARISOT (collège employeurs) et de Madame Sophie BEYDON-CRABETTE (collège associations), le seul candidat restant à cette élection est Monsieur Didier FONTANA (collège employeur), délégué ministériel cellule handicap au Ministère de l’Economie et des Finances. Cette candidature a fait l’objet d’une déclaration commune de tous les représentants syndicaux. Ceux-ci apportent leur soutien à Monsieur FONTANA, tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’un soutien inconditionnel. Ils ont par ailleurs réaffirmé l’exigence d’un travail collectif au sein du Comité, qu’ils entendent assurer le futur Président sur tous les sujets portant sur la promotion sociale. Monsieur David CAUSSE, représentant la Fonction Publique Hospitalière, quant à lui, a souhaité que le Comité National tourne la page, mais qu’il soit tenu compte de l’acquis et demande qu’à l’avenir le collège employeurs soit réuni lui aussi plus fréquemment. Le vote a donné le résultat suivant pour, 14, et 2 nuls.

Le nouveau Président, après avoir remercié les membres du Comité pour cette élection, a fait part de quelques réflexions et orientations, à savoir, la réaffirmation d’un travail collectif, un réel développement de la communication et de la formation. Arriver à créer un site commun à toute la Fonction Publique, lequel servirait de bourse à l’emploi où figurerait toutes les offres, et consultable par tout travailleur handicapé. Ensuite former et se faire rencontrer l’ensemble des Présidents des comités locaux. Monsieur Patrick GOHET a lui aussi salué l’élection du nouveau Président en réaffirmant que les personnalités qualifiées se tenaient à la disposition du Comité pour l’aider dans son travail. Il ajoute qu’il faut répondre aux attentes des personnes handicapées et souhaite qu’un réel travail en partenariat existe entre le FIPHFP et l’AFEFIPH. Par ailleurs, il indique que les comités locaux doivent bien jouer ce rôle de sensibilisation et de terrain. Monsieur Yves NAUDIN (CFTC), s’adressant aux tutelles, souhaite connaître les suites réservées aux contributions pour 2008, le devenir des modifications de textes envisagées par le gouvernement. Monsieur CORBIN, représentant la tutelle budget, indique que les contributions devront être versées et que le taux sera porté à 60%. Le représentant de la Fonction Publique, Monsieur PARMENTIER précise qu’il n’y avait aucune modification de texte en cours, que les tutelles attendaient les propositions et conclusions du rapport d’audit en cours à la cour des comptes. Madame DRUELLE (CFDT) a rappelé que le courrier des organisations syndicales demandant un entretien avec le Ministre n’avait à ce jour reçu aucune réponse. Par ailleurs, se référant aux questions posées, elle demande que des réponses écrites soient transmises. Cela évitera bien des rumeurs.

2.B) Commission des Finances.

Monsieur Alain ROCHON, rapporteur, fait une rapide présentation de la situation. Il prend acte des orientations prises lors de cette réunion. S’agissant de la Convention d’Objectif et de Gestion, le texte sera réexaminé par la prochaine Commission des Finances et transmis à tous les membres pour observations. Puis sera soumis à délibération lors de la séance plénière du Comité du 7 décembre afin que le budget 2008 puisse être voté. Concernant la délibération portant sur la décision budgétaire modificative numéro 3 de l’exercice 2007, cette dernière a été adoptée à l’unanimité. En fait, il s’agit essentiellement de problèmes comptables techniques.

2.C) Commission des aides

Le rapporteur a fait une présentation de l’état d’avancement des travaux au sein de cette commission. Le Comité a examiné la délibération portant sur les conditions d’éligibilité des financements de certaines aides techniques et humaines. Cette délibération a été adoptée 14 pour, 2 abstentions. Examen de la délibération portant sur les conditions de remboursement aux employeurs publics des coûts générés par l’exercice de l’activité professionnelle d’un agent handicapé en situation de télétravail pendulaire. Délibération adoptée, 14 pour 2 abstentions. Je rappelle qu’il convient d’attendre l’avis des tutelles pour l’entrée en vigueur de ces dernières.

2.D) Commission du partenariat.

2.E) L’Agence « Les jardins de la citée » a fait une longue présentation de l’ensemble des préconisations en matière de relation d’image et communication.

Ce document de préconisation sera réexaminé au vu des remarques faites lors de la discussion. Ensuite, le rapporteur a fait une présentation de l’avancement des réflexions en matière de communication et conventionnement avec divers organismes tels que l’AGEFIPH, cap-emploi, etcetera. S’agissant des conventions, deux ont été officiellement signées (Ministère de la Justice et Ministère des Finances). Seront examinées prochainement, les conventions relatives à la ville de Paris, CHU de Bordeaux, CHU de Mâcon, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Education Nationale, Ministère de la Culture.

Questions diverses : le Comité a été informé que 5 comités locaux n’étaient pas encore constitués, à savoir, Ile de France, Alsace, Franche-Comté, Guadeloupe, Guyane et Picardie.

Pour le compte du CNPSAA, j’ai attiré l’attention des tutelles concernant les difficultés relatives aux conditions de calcul effectif des retraites. En effet, à ce jour, les personnes qui ont fait valoir leur droit au départ à la retraite conformément à l’application de l’article 24.1.5 de la Loi de 2005 ne se voient pas attribuées les années de majoration. Cela a pour conséquence une baisse notoire du niveau de la pension qui peut aller jusqu’à 25%, ce qui n’est pas négligeable. Par ailleurs, aucune explication n’est fournie, s’il s’agit de savoir si cela résulte de problèmes techniques juridiques, ni non plus sur le délai nécessaire pour les résoudre. Le nouveau Président a indiqué qu’il ignorait cette situation et qu’une réponse serait transmise. Au moment où je rédige ce compte rendu, aucune réponse ne m’a été adressée. J’indique qu’en cas d’absence de réponse, cette question sera de nouveau abordée lors de l’entretien que les associations auront le 11 décembre avec madame Létard. En pièce jointe à ce compte rendu j’adresse un modèle de lettre qui peut être transmis au service compétent par toute personne connaissant ces difficultés. En tout état de cause faites-nous connaître vos problèmes, monsieur Daniel Vayer se chargeant de collationner les cas.

Edouard Ferrero.

3) VISITE DES GARES TGV EST

Le lundi 22 octobre, la Délégation à l’Accessibilité de la SNCF avait convié les représentants associatifs, dont la Commission Accessibilité du CNPSAA, siégeant au sein du Conseil Consultatif, à la visite des gares de l’Est, de Reims et de Champagne-Ardenne. Pour ces deux dernières gares, les représentants locaux avaient été également invités (Sylvie Jouveaux, Céline Delval, et Thierry Viart). Cette initiative s’inscrivait dans la suite de la gare laboratoire de Montparnasse. En effet, la ligne du TGV Est est considérée par la direction de la SNCF comme une ligne d’expérimentation pour la mise en place et le test en grandeur réelle d’un certain nombre de solutions issues de cette gare laboratoire.

Sans entrer dans tous les détails relevés lors de cette journée, et qui feront l’objet d’examens attentifs lors des prochaines réunions, nous nous limiterons à quelques remarques concernant les principales solutions mises en place pour la thématique de la déficience visuelle. Lors de son arrivée dans une gare, le déplacement représente, pour une personne handicapée visuelle, un moment particulièrement stressant puisque, en dehors des obstacles à éviter, il est nécessaire pour elle, d’aller à l’accueil, au guichet ou sur le quai, d’accéder à l’information et de sortir en toute quiétude de la gare d’arrivée. Dans les expérimentations de la gare Montparnasse, le guidage par des bandes au sol et des balises sonores faisait partie d’une des solutions pour rejoindre les éléments précités. Le guidage par des bandes et des balises sonores reprend les principes de base du tactile et de l’audition. En effet, l’orientation grâce à des informations sonores est le moyen certainement le plus utilisé et de tout temps par les aveugles. Ainsi, le bruit de la circulation, les ouvertures de portes, les bruits caractéristiques de certains lieux, etc. constituent autant d’axes sonores qui permettent à la personne de construire son cheminement. Quant au tactile, chaque personne utilise les différences de revêtement des sols comme autant d’informations nécessaires au déplacement, que ce soit par exemple l’inclinaison ou le dévers d’un trottoir ou encore la granulométrie de son sol.

En tenant compte de ces évidences, connues et utilisées par la majorité des personnes déficientes visuelles, le CNPSAA et la Délégation Accessibilité de la SNCF ont donc entrepris un travail visant à définir les conditions de pose, dans l’enceinte des gares, des bandes de guidage et leur indispensable complément que sont les balises sonores. Il faut noter que pour le moment aucune norme n’existe sur le profil des bandes ainsi que sur leurs implantations ou sur la nature des messages d’informations qui doivent y être associés.

C’est d’ailleurs l’objet d’une demande forte du CNPSAA qui a, à plusieurs reprises, exprimé aux pouvoirs publics le souhait de voir se mettre en place un groupe de travail sur ce sujet

Toujours est-il qu’en attendant cette mise en place, annoncée pour les semaines à venir, la concertation avec la Délégation Accessibilité de la SNCF a conduit à la création de ce qui a été présenté en juillet comme une flèche sonore (voir notre lettre d’information numéro 24 du 12 juillet). Ce système fait encore l’objet d’un appel d’offres et n’est donc pas encore opérationnel. Toutefois, certaines balises sonores, déclenchées par une télécommande, sont déjà en place notamment pour signaler par exemple : les billets, l’accueil ou encore les portes de sortie. Mais malheureusement la qualité du son est déplorable et même difficilement compréhensible pour quelques unes d’entre elles. Pour le moment, la pose de tels équipements va à l’encontre du but recherché même si, comme il nous l’a été précisé, ces balises font partie d’un ancien marché et que les prochaines qui seront implantées devraient gagner en qualité.

Ce constat a été fait également par les autres représentants des personnes handicapées pourtant moins concernés par le sujet. Certaines implantations posent des problèmes en n’étant pas dans l’axe du déplacement. Les bandes de guidage claires implantées sur un sol foncé donnent un contraste visuel satisfaisant mais pas du tout dans le cas d’implantation sur un sol clair. Le marquage des intersections de bandes de guidage devra être modifié pour être davantage perceptible à la canne. La méconnaissance, par les autres usagers de la gare, de l’utilité de ces bandes est une vraie difficulté puisque bon nombre d’obstacles y stationnent allégrement (valises, sacs, chaises, personnes). Il est donc nécessaire de prévoir des campagnes d’information et de veiller dans leur mise en place à ne pas les positionner trop près des bancs par exemple. La prise en compte des recommandations pour sécuriser les escaliers semblent bien intégrée même si, là aussi, quelques imperfections existent encore.

Une borne d’accueil nous a été présentée. Elle devrait être mise en place aux entrées principales des grandes gares. La personne pourra de cette borne signaler sa présence aux agents d’accueil qui viendront la chercher. Cette borne s’identifiera grâce à une annonce sonore activée par la télécommande et la personne handicapée se signalera par le biais d’un bouton d’appel qui déclenchera une interphonie avec le service d’accompagnement.

Cette journée sur le terrain a été riche d’enseignements pour les représentants des secteurs de la SNCF chargés d’appliquer la politique d’accessibilité au plan national ou local. Ils ont pu se rendre compte de l’évidence de certaines de nos propositions même si sur le plan technique elles peuvent poser quelques difficultés de réalisation.

Pour notre part, nous estimons que cette journée est bien dans l’esprit qui anime la Délégation à l’Accessibilité de la SNCF, à savoir, faire en sorte que les besoins des personnes handicapées soit pris en compte au regard des contraintes de l’entreprise et ceci en mettant face à face les différents acteurs.

Cette concertation va se poursuivre maintenant par l’examen détaillé de toutes les remarques faites lors de cette journée et certaines d’entre elles feront certainement l’objet d’un point de l’ordre du jour de la prochaine réunion plénière du conseil consultatif avec la présence de la Présidente Madame Idrac.

Thierry Jammes. Michel Rossetti.

4) COMPTE RENDU DE LA REUNION DE LA COMMISSION CULTURE DU CNPSA DU 3 DECEMBRE

Etaient présents :

Bernard Boulanger, de l’UGAMPA, Marie-Claude Cressant, de l’ANPEA, Catherine Ferté et Jean-Philippe Martin, du SIDVEM, Alain Lequeux, CNPSA, Sylvain Nivard, GIAA, Jacques Roborel, donneur de voix, Marine Sidhom, du Fond Théâtral Sonore, Cécile Tarabbhat, de Voir Ensemble Bénédicte Lavvoisier, de « Baissez les barrières ».

Nous commençons par un tour de table pour que chacun se présente. En particulier, nous accueillons pour la première fois une représentante de l’ANPEA, Marie-Claude Cressant (voir en annexe une présentation de l’ANPEA). Puis nous faisons le point sur les trois axes que la Commission a adoptés pour cibler le problème de la vie culturelle pour les déficients visuels :

4.A) Premier axe : les différentes pratiques culturelles, souvent trop méconnues de l’ensemble des déficients visuels :

Pour y remédier, la Commission se propose de rencontrer les principales associations pour échanger et communiquer sur ce sujet et de faire ce qu’ Alain Lequeux appelle une « fertilisation croisée ». Une rencontre est envisagée avec l’ANPEA ; une rencontre est programmée le vendredi 14 décembre à Voir Ensemble. L’AVH préfère rencontrer les associations une par une pour ne pas mobiliser trop de personnel à la fois. Les Donneurs de voix se proposent de faire passer les informations à leurs auditeurs.

4.B) Deuxième axe : l’accès à l’œuvre culturelle :

Il faut continuer à faire circuler nos fiches, afin qu’elles soient complétées et corrigées (Bernard Boulanger les a mises dans la revue de son association, ce qui a révélé qu’un numéro de téléphone personnel se trouve dans l’une d’elles). On envisage de les diffuser dans le bulletin du CNPSA. Françoise Madray-Lesigne envisage de les publier dans le Louis Braille, peut-être même en faire un numéro spécial. On envisage aussi de les mettre sur un disque. A noter que la fiche sur les musées n’a pas été réalisée, ni par Matthieu, ni par Hoëlle.

Le peu de fréquentation des personnes déficientes visuelles de toutes les offres culturelles adaptées invite à poser la question : statistiquement, les déficients visuels fréquentent-ils vraiment moins les lieux culturels que les personnes valides ? Ne faudrait-il pas former les accompagnateurs ?

Pour informer au jour le jour des manifestations culturelles, Liliane Blanc, de FDFA, absente aujourd’hui, travaille à faire un équivalent de l’Officiel des spectacles. On peut aussi envisager de nourrir le serveur de l’AVH, de créer des liens entre les sites des associations renvoyant aux activités culturelles pratiquées ou relevées par chacune d’elles, et surtout, solliciter Handicap Zéro qui fait déjà une bonne information : on propose d’en inviter le webmaster pour notre prochaine réunion.

Bernard Boulanger attire notre attention sur la difficulté d’accès à l’œuvre musicale, plus spécialement aux partitions. Pour le moment aucun appareil de transcription automatique n’est satisfaisant. Il faut faciliter et intensifier les échanges de textes de partitions en braille déjà réalisées, en France et à l’étranger, prendre contact avec la BDEA, demander à un étudiant de faire le point pour recenser tout ce qui existe, prendre contact avec l’UEA. Bernard a recensé les lieux où on peut se procurer des partitions musicales dans le monde et peut en transmettre les coordonnées (voir la liste en annexe).

On signale qu’’il existe maintenant un dictionnaire Larousse en gros caractères édité par le LATRA. Pour tous renseignements : www.grandico.fr

Par ailleurs le 15 mars sera édité par la Poste un timbre en l’honneur du 35ème anniversaire des Donneurs de voix.

4.C) Troisième axe : les droits d’auteur :

Rappel : une directive européenne autorise l’exception aux éditeurs pour personnes handicapées de ne pas payer de droits d’auteurs. La France l’a choisie et en a fait une loi, où le principe de fournir les fichiers sources est ajouté. Mais on attend toujours les décrets d’application.

L’un des décrets portera sur l’organisme qui fournira les fichiers sources. Ce devrait être la BN, mais les syndicats des éditeurs sont réticents. Il y aurait un espoir pour que la ministre l’impose. Echéance possible : avant la Commission Culture et Handicap qui se réunit à la mi-janvier 2008. Le second décret portera sur les organismes agréés à qui seront confiés les fichiers sources. Là aussi il y a des réticences car on craint les fuites, les abus. Le mardi 4 décembre, Alain Lequeux représente le CNPSA à une réunion sur la propriété littéraire et insistera pour demander que les décrets soient adoptés et publiés

La prochaine réunion aura lieu le lundi 31 mars.

Annexe 1 : présentation de l’ANPEA

A.N.P.E.A.

12 bis rue de Picpus

75012 paris

tél.01-43-42-40-40

Site internet : www.anpea.asso.fr

L’Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles ou gravement déficients visuels avec ou sans handicaps associés a été déclarée au journal officiel le 11 juin 1964 et reconnue d’utilité publique le 19 mars 1971. Elle est agréée depuis le 14 mai 1985 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports comme association nationale de jeunesse et d’éducation populaire. Elle est présidée par M Pierre Gallix.

Ses valeurs :

Elles sont inscrites dans les statuts de l’ANPEA, depuis sa création :

- L’ égale dignité de tous les êtres humains : respect des personnes, acceptation de la différence, être reconnu « comme les autres » ;

- La solidarité, l’entraide, le bénévolat, le volontariat ;

- La laïcité et l’indépendance politique ;

- Le droit de chaque enfant à avoir « une place, sa place » grâce à l’action solidaire des parents adhérents.

Son but est :

- d’étudier et défendre les intérêts moraux et matériels de toutes les familles ayant un ou plusieurs enfants aveugles ou gravement déficients visuels.
- d ‘entretenir entre les familles adhérentes l ‘esprit familial et de solidarité nécessaire et de leur apporter, pour leur enfant, l‘appui matériel et moral indispensable.
- de leur venir en aide par des renseignements et des conseils et plus généralement, de promouvoir et mettre en œuvre tout ce qui pourrait être nécessaire pour le meilleur développement physique, intellectuel et moral des jeunes aveugles ou gravement déficients visuels.

Depuis plus de quarante ans, l’ANPEA aide les familles en les sortant de leur isolement et en leur apportant des réponses aux questions concernant l’éducation de leur enfant depuis la naissance jusqu’à l’entrée dans l’âge adulte. Elle a acquis une grande expérience dans la prise en charge du multihandicap. Elle fait partie des associations qui siègent au Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées et travaille dans différents autres comités et regroupements de personnes handicapées ou de leurs familles.

Elle travaille à la reconnaissance de la famille du jeune handicapé visuel auprès des professionnels de la santé et de l’éducation comme acteur de la mise en œuvre du projet personnel de son enfant.

Elle constitue une force de négociation auprès des pouvoirs publics.

En résumé, elle vise l’intégration des personnes aveugles ou gravement déficientes visuelles avec ou sans handicaps associés dans tous les niveaux de la société. Chacun doit trouver « une place, sa place », place qui lui soit adaptée.

l’A.N.P.E.A. édite une revue trimestrielle : « comme les autres » et envoie, outre, les revues un document complémentaire le 3A aux adhérents dans l’intervalle de parution des revues.

De nombreux dossiers sont consultables sur le site internet ou au centre de documentation du siège de l’association.

Annexe 2 : Pour se procurer des partitions en Braille

Quelques adresses à l’étranger :

- Allemagne :

Verein zur Forderung der Blindenbildung (VzFB), Bleekstrasse 26, 30559 Hannover,

tél : (00) (49) 511 95465 32

fax : (00) (49) 511 95465 80

site internet : www.vzfb.de

- Angleterre

RNIB

RNIB Customer Services

tél : 0845,7023,153

email : CServices@rnib.org.uk

RNIB Library Information Team

PO Box 173, Peterborough PE2 6WS

tél : 01733 370 777

fax : 01733,371,555

email : libraryinfo@rnib.org.uk

site : www.rnib.org.uk

National Library for the Blind

Far Cromwell Road, Bredbury, Stockport, Cheshire SK6 2SG

tél : 0161 355 2000

fax : 0161 355 2098

email : enquiries@nlbuk.org

Site : http://www.nlbuk.org

Scottish Braille Press

Craigmillar Park, Edinburgh EH16 5NB

tél : 0131 662 4445

fax : 0131 662 1968

email : scot.braille@dial.pipex.com

site : www.scottish-braille-press.org

- Suisse

Braille Press Zurich

Albisriederstrasse 400, 8047 Zurich

tél : (41) (1) 491 25 55

fax : (41) (1) 492 64 75

email : braillepress@sbszh.ch

musik@sbszh.ch

www.sbs-online.ch

- Espagne

Servicio Bibliografico de la Once

tél : 902 11 22 92

28020 Madrid : Calle La Coruna, 18

fax : 91 589 42 88

email : sbomadriddau@once.es

08005 Barcelona : Calle Pedro IV, 78-84, 1a planta

fax : 93 485 13 01

email : sbobarcelonadau@once.es

site internet : http://sbo.once.es

- Italie

Regione Toscana

Stamperia Braille

Via A. Nicolodi, 2

50131 Firenze

Tél : (055) 571844

http://www.rete.toscana.it/sett/pol...

5) OFFRE D’EMPLOI

Ethik Event

10 rue aux Ours

75003 Paris

Téléphone : 01.42.71.08.68

Fax : 01.42.71.83.25

Contact

- Sandra Viguier

- Téléphone : 01 42 71 08 68

- Mobile : 06 22 66 08 96

- Courriels : evenementiel@danslenoir.com ou prod@danslenoir.com

En développant un nouveau concept de dîners dans le noir absolu, où le public est accueilli par des personnes déficientes visuelles, le groupe Ethik Investment (fondateur des restaurants « Dans le Noir ? ») a créé un métier qui n’existait pas auparavant : celui de guide-serveur dans le noir absolu.

L’agence Ethik Event, spécialiste des événements dans le noir, du conseil en management éthique et de la formation de public handicapé, est chargée du recrutement, de la formation et du suivi dans l’emploi des guides-serveurs au sein des restaurants « Dans le Noir ? » de Paris et Londres.

Pour le poste de guide serveur au restaurant « Dans le Noir ? » :

Missions : Vous accompagnez les clients pour une expérience gustative, humaine et sensorielle inédite de dîner dans le noir absolu. Vous devez non seulement sécuriser, rassurer, guider et servir vos hôtes mais aussi animer les tablées en favorisant la rencontre et le partage.

Aptitudes : Capacité d’organisation pour gérer un service (dresser et nettoyer des tables, servir des plats…), facilité des déplacements dans le noir, capacité à animer et à gérer des groupes diversifiés et bonne autonomie sont les atouts indispensables pour réussir.

Conditions :

- Le poste est réservé à des travailleurs handicapés malvoyants ou non-voyants.

- Le poste est basé à Paris.

- Les contrats proposés sont des CDI, CDD ou extras (rémunérés à l’heure).

- La rémunération est de 8,75€ l’heure (brut).

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0