Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2010 > Bulletin 19 du 30 novembre 2010

Bulletin 19 du 30 novembre 2010

Bulletin CFPSAA-Infos

N°2010 - 19 – 30 novembre 2010

URGENT : Nous demandons à toute personne résidant dans le département 78 et qui ne percevrait pas le forfait cécité de la PCH au taux mensuel de 598 Euros de le signaler immédiatement à la Présidence de la CFPSAA par mail (presidence@cfpsaa.fr) ou par téléphone au 01 44 49 27 17.

SOMMAIRE

1) EDITORIAL

2) COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE DE LIAISON DE L’UNION EUROPEENNE DES AVEUGLES (UEA)

3) PAS TRES REJOUISSANT POUR LES HANDICAPES

4) PCH FORFAIT CECITE REPONSE DU CONSEIL GENERAL DU 78

5) DERNIERES NOUVELLES SUR LES DROITS D’AUTEUR

6) SEMINAIRE FINAL PASSEMPLOI

7) IRLANDE : LE NBI DEMANDE LA CREATION DE NORMES SUR LE NIVEAU DE BRUIT MINIMUM EMIS PAR LES VEHICULES ELECTRIQUES

8) L’ACCESSIBILITE SELON LA CFPSAA

9) TELECHARGEMENT DE LIVRES AU FORMAT DAISY : UN NOUVEAU SERVICE DE LA MEDIATHEQUE DE L’AVH

10) UN NOUVEAU COMITE VALENTIN HAUY POUR L’ILE DE LA REUNION

11) POLE EMPLOI ET HANDICAPZERO RENFORCENT LEUR DISPOSITIF EN FAVEUR DES PERSONNES HANDICAPEES

12) SFR ET HANDICAPZERO LANCENT LE PACK GOLD

13) HANDISPORT MAGAZINE PRÉSENTE SA NOUVELLE FORMULE !

14) VOCALE PRESSE : LE JOURNAL PARLE POUR LES DEFICIENTS VISUELS

15) VOCALE PRESSE : LE JOURNAL PARLE SUR IPHONE

16) JEUDI 25 NOVEMBRE 2010 : PRIX LIRE DANS LE NOIR DU LIVRE AUDIO

17) EN DECEMBRE, « A VOUS DE VOIR » VOUS INVITE A UNE « ESCAPADE EN GRANDE BRETAGNE »

18) MY FAIR LAD

19) FUNERAILLES D’HIVER EN AUDIODESCRIPTION

20) ANDROMAQUE A LA COMEDIE FRANCAISE

1) EDITORIAL

Du temps a passé depuis notre dernier bulletin, les événements se sont succédés, notamment un changement de responsable de la politique en faveur des personnes handicapées. Le Journal Officiel du 26 novembre contient le décret définissant les attributions de Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN (Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale) parmi lesquelles figure celle de « préparer et mettre en œuvre la politique du Gouvernement relative à la famille, à l’enfance, aux Personnes Agées et aux Personnes Handicapées, aux droits des femmes, à la parité et à l’égalité professionnelle. » C’est là un très large champ de compétences, nous ne connaissons pas encore les missions qui seront confiées à Marie-Anne MONTCHAMP nommée Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale. Nous avons dès à présent sollicité un rendez-vous avec les Ministres et ne manquerons pas de vous tenir informés de nos discussions.

Tout juste avant son changement de Ministère, les porte-parole du Comité d’Entente avaient pu rencontrer longuement Nadine Morano le 21 octobre, mais comme vous pouvez vous en douter peu d’engagements avaient été pris sur l’ensemble des sujets abordés que nous devrons donc reprendre avec les nouveaux responsables. Notons par exemple que le taux de progression des budgets des établissements médico-sociaux reste très inférieur aux besoins ; que rien n’est prévu pour « rebaser » les budgets des structures qui sont insuffisants ; que les réductions imposées au budget de l’AGEFIPH se justifient, selon la Ministre par un souci de rationalisation et d’harmonisation : « il faut regrouper les financeurs » ; que 12 millions d’euros seront inscrits dans la Loi de Finances pour effectuer des travaux dans les ESAT, 19,5 millions le seront pour créer des établissements menant des actions expérimentales ; que les fonds réservés à l’aide à domicile seront renforcés dans le cadre de l’action « bien vieillir chez soi » ; pour conclure, la Ministre s’est montrée favorable à inclure les aides domestiques dans le champ de la Prestation de Compensation du Handicap ce qui, selon elle, serait créateur d’emploi.

Dès mon retour de vacances, le 8 novembre, le Bureau de la CFPSAA avait invité l’ensemble des Présidents de nos Associations membres à une rencontre dont l’objet était avant tout de préciser leurs attentes quant aux actions de notre Confédération. Si un large consensus s’est dégagé pour reconnaître à la CFPSAA un rôle de représentation des déficients visuels auprès des autorités politiques nationales et internationales, il n’en a pas été de même au sujet de nos actions de communication. Devons-nous continuer à publier des documents à l’usage du grand public ou faut-il déléguer cette tâche à telle ou telle association membre en fonction du sujet traité ? Avons-nous les moyens de nous développer (par l’engagement d’une seconde secrétaire par exemple) et ceci est-il indispensable ? Autant de questions auxquelles nous devrons répondre dans les prochaines semaines : le débat est ouvert, donnez-nous votre avis.

Lors du Conseil d’Administration de l’AVH du 20 octobre, j’ai renoncé à exercer les fonctions de Vice-président qui étaient les miennes, afin de consacrer toute mon énergie à la CFPSAA. Je demeure néanmoins Administrateur de l’AVH, association à laquelle je reste attaché, y travaillant depuis plus de 34 ans. Mon successeur au Bureau est Marc Aufrant, lui-même non-voyant, Administrateur de l’INSEE prochainement à la retraite à qui je souhaite beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions.

Ce bulletin étant déjà fort long, je ne reviendrai pas sur chacun des articles que vous allez y trouver. J’insisterai seulement sur les points suivants :

- Le compte rendu rédigé par Edouard FERRERO suite à la réunion de la Commission de Liaison de l’UEA nous rappelle l’importance croissante des règles européennes dans notre vie quotidienne et la nécessité de s’impliquer toujours plus dans leur élaboration. Dans le même sens, une conférence fort intéressante était organisée à Bruxelles les 18 et 19 novembre, concernant les mécanismes à mettre en place pour assurer le suivi de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapée, applicable en France depuis mars dernier. Nous attendons toujours que notre pays prenne les dispositions nécessaires pour que ce texte produise réellement ses effets.

- Vous noterez, à la lecture de l’article paru dans « Yanous « n° 350 sous le titre « Pas très réjouissant pour les handicapés » que « l’ensemble des revenus de remplacement des adultes handicapés est menacé à court terme ». Plus que jamais l’union de nos associations est nécessaire pour tenter de lutter contre un tel risque constaté dans plusieurs autres pays européens.

- Saluons avec satisfactions la nouvelle possibilité offerte aux abonnés de la médiathèque de l’AVH : ils peuvent désormais télécharger les ouvrages qu’ils souhaitent lire en format DAISY ce qui répond aux souhaits de nombreux lecteurs.

Bonne lecture de ce bulletin, nous nous retrouvons avant Noël.

Philippe CHAZAL

Président de la CFPSAA.

2) COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE DE LIAISON DE L’UNION EUROPEENNE DES AVEUGLES (UEA)

Le comité de liaison de l’UEA s’est réuni à Vienne en Autriche du 11 au 14 novembre 2010

Les pays suivants étaient représentés :

Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Italie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Slovaquie, Suède, République Tchèque,

Pays observateurs : Croatie, Monténégro, Russie.

Dans le but de réduire le coût financier cette réunion a été intégrée à la conférence dont le thème était : « dans une Europe inclusive les personnes handicapées un capital humain positif dans la société d’aujourd’hui ». En parallèle s’est déroulée la réunion de la Commission nouvelles technologies.

Outre la qualité de l’organisation de la Fédération autrichienne des déficients visuels quant à la logistique mise en place tout au long de ces quasi quatre journées, il convient de mettre en évidence et de souligner le niveau et la qualité des divers intervenants qui se sont succédés.

De ces intenses discussions, je me suis efforcé de présenter un bref résumé des principaux points abordés.

De la réunion du Comité de liaison outre l’adoption du rapport de 2009 et le rappel de la déclaration de Dublin le Président a informé le Comité que le budget pour les 3 années à venir bien qu’en baisse légère a été obtenu. Désormais, des projets entrant dans le cadre du progress programm de l’UE sont attendus pour présentation en vue d’obtenir les cofinancements.

Concernant les actions menées au cours de cette année, signalons en matière de droit d’auteur, (copyright) la signature du mémorandum d’understanding en septembre entre la Commission Européenne, l’UEA et les éditeurs.

Le travail de lobbying engagé sur l’accessibilité des transports, (bus et voitures), la poursuite et la diffusion du marquage en braille des médicaments.

S’agissant de la stratégie 2010-2020 : obtenir une prise en compte du handicap au moins de manière horizontale et ce dans les directives touchant les biens et services.

Concernant la rencontre qui a été organisée le 8 octobre avec le Commissaire Barnier, le bon niveau de cet entretien, la CFPSAA a rappelé qu’un document technique préparé par le RNIB et nous, a été transmis au Commissaire suite à son engagement lors de cette première entrevue. Désormais, nous attendons l’organisation d’une rencontre avec les commissaires Andors et Tajani également concernés par nos questions.

Je tiens ici à souligner la qualité du travail transmis, ce qui met en évidence la nécessité d’une étroite collaboration entre organisations des états membres, ce qui à mon avis, plaide pour un réel renforcement du rôle que doit joueer notre confédération. Le président du Comité de liaison, à remercier le RNIB, la ONCE, la CFPSAA en particulier pour le rôle joué tout au long de cette période. A juste titre il a plaidé pour le maintien de cet effort car le travail qui nous attend est considérable et nécessite l’engagement de tous ses membres.

En vue d’améliorer l’action de lobbying de l’UEA, compte tenu de ces modestes moyens il convient de les optimiser au mieux.

Ainsi, pour mener à bien nos campagnes de lobbying, les moyens modernes (web, mailing, téléphone doivent être utilisés. A cet effet, le principe suivant a été adopté :

chaque pays doit désigner rapidement une personne ressource, laquelle sera chargée après traduction des documents reçus d’une part de les transmettre selon les cas aux autorités gouvernementales compétentes, aux Parlementaires nationaux ou aux députés siégeant au Parlement européen. D’autre part, d’en assurer le suivi via des relances par e-mail ou téléphone.

J’indique qu’à plusieurs reprises j’ai attiré l’attention des instances de la CFPSAA Je précise que ce dispositif est à mettre en place rapidement et la CFPSAA se doit d’être présente car nous représentons la France qui est un des pays majeurs de l’Union Européenne.

S’agissant de la conférence à proprement dite, des différentes sessions et interventions qui se sont succédées, ce qu’il faut en retenir :

Madame Eva Lichtenberger (Autriche membre du Parlement européen) a rappelé les différentes discussions qui ont eu lieu au parlement européen au cours des derniers mois notamment :

La loi sur les droits d’auteur et l’accès au livre, le texte sur les transports (pour une meilleure accessibilité des bus et voitures). Concernant les trains et le transport aérien, la réflexion visant à une amélioration de l’information et surtout des droits qui devraient être accordés aux personnes handicapées.

Madame Belinda Pyke, Directrice de la direction générale pour l’emploi la politique sociale et l’égalité à la Commission européenne a indiqué que l’UEA est un partenaire important et incontournable. Elle a précisé que le budget permettant de financer son action avait été adopté pour les 3 années à venir. S’agissant de la stratégie 2010-2020 elle a fait référence à la Convention des Nations Unies adoptées par l’UE : lutte contre les discriminations, défendre les droits surtout dans le domaine de l’emploi.

Monsieur Manfred Pallinger, Directeur au Ministère du travail, des affaires sociales et de la protection de la consommation a mis en évidence le bon niveau de la législation autrichienne en faveur des personnes handicapées. Il a ajouté que son pays avait ratifié la convention des Nations Unies, en précisant que les différentes autorités territoriales autrichiennes sont tenues de l’appliquer sur l’ensemble du territoire. A cette fin, des instances de contrôle réunissant autorités et associations ont été créées dans tout le pays. Pour la stratégie des 10 ans à venir, il a rappelé que la priorité est l’emploi. L’objectif : favoriser l’accès et l’intégration des handicapés au marché de l’emploi et au moins en obtenir le maintien.

S’agissant de la session « Droits à l’inclusion promotion des handicapés et comment la Convention des Nations Unies peut faciliter la levée des barrières », soulignons le témoignage de Monsieur Smart Eze du Nigéria, lequel a fait part de son expérience personnelle comme déficient visuel venant d’un pays africain en grande difficulté. Pour lui, la force, un caractère toujours optimiste mais surtout l’accès aux nouvelles technologies lui ont permit d’acquérir une bonne formation et de pouvoir entrer et développer sa carrière depuis de nombreuses années comme expert au sein des Nations Unies.

De la discussion qui s’en est suivie, il faut toujours agir pour améliorer l’environnement sous tous ses aspects, faire en sorte d’optimiser et ce, avant tout pour les jeunes.

Sur le plan communication et technologies.

Pour une meilleure lisibilité de l’UEA son site a été refait et un nouveau logo a été adopté. Pour les technologies il en ressort que les mêmes problèmes d’accessibilité se posent un peu partout dans l’UE.

De la présentation de l’action de l’ANEC par Madame Chiara GGiovannini. Notons que cette organisation travaille en étroite relation avec la commission européenne, par son comité d’experts elle réalise une évaluation de toutes les directives au regard de leur conformité vis-à-vis de la Convention des Nations Unies. Par ailleurs, cette organisation mène de nombreuses études et réflexions notamment sur le e-accessible-commerce, les sites web publics, la standardisation des biens et des services.

A la question de la CFPSAA, une réflexion est menée par l’ANEC sur la mise en accessibilité des logiciels libres.

De l’intervension de Monsieur Yannis Vardakastanis, Président du forum européen des handicapés (EDF), on soulignera le rôle de plus en plus important que joue cette organisation dans la défense des droits des personnes handicapées au niveau européen. L’EDF regroupe tous les types d’handicap et l’UEA y occupe une place importante.

Pour monsieur Dirk Jarr, Vice-président de la plateforme sociale européenne. Le rôle de cette ONG est d’arriver à une meilleure relation entre le monde économique et le monde social. Donner une plus grande place aux citoyens, promouvoir une nouvelle forme de démocratie participative en Europe. La plateforme sociale ne remplace pas l’action de ses membres, elle joue un rôle d’unité pour être plus fort, être plus visible et mener son rôle de lobbying auprès des Parlementaires, de la commission, des employeurs, des syndicats.

S’agissant de la place des femmes dans nos instances.

Si les femmes représentent plus de 50% de la population handicapée, leur représentativité reste encore faible. Toutefois, on constate que la représentation féminine au sein des différentes instances nationales et internationales augmente régulièrement dans le temps et atteint en général de 25 à 30%.

Enfin, on constate une augmentation du poids des personnes âgées et le projet intergénération mené par l’UEA met en évidence l’importance qu’il y a à créer et favoriser les relations entre générations. Un tel projet souligne et met en évidence les retombées bénéfiques pour tous.

Edouard Ferrero

Représentant de la CFPSAA au Comité de liaison de l’UEA

3) PAS TRES REJOUISSANT POUR LES HANDICAPES

Moins d’accessibilité, de prestations sociales, d’allocations...

Le programme d’hyper austérité réconcilie politiciens de droite et de gauche pour restreindre les droits des personnes handicapées.

Paul Blanc, sénateur UMP des Pyrénées-Orientales, a enfin mené à terme sa tâche de factotum gouvernemental : le 25 octobre, le Sénat a adopté sa proposition de loi relative aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées, dans laquelle Paul Blanc a, pour complaire au Gouvernement, introduit des "substi-dérogations" à l’accessibilité des constructions neuves. Si l’Assemblée Nationale approuve ce projet, il deviendra possible d’obtenir une dérogation complète en cas "d’impossibilité technique [...] du fait de l’implantation du bâtiment, de l’activité qui y est exercée ou de sa destination".

Ce champ dérogatoire très largement ouvert est subordonné à l’élaboration de mesures de substitution dont on se demande ce qu’elles pourront être : un parloir pour visiter quelqu’un qui résiderait dans un immeuble ? Une fenêtre guichet pour servir un administré ou un client d’un service ou commerce ?

La remise d’un DVD autodestructible par l’exploitant d’un cinéma ? Ne doutons pas que les propriétaires, constructeurs et promoteurs sauront rivaliser d’imagination pour élaborer ces mesures de "substi-dérogations".

Mais en imposant au législateur de se dédire, cinq ans après le vote de la loi d’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, Paul Blanc et les Sénateurs qui l’ont suivi viennent de voter la première loi française ségrégationniste du 21e siècle.

Le travail de destruction de l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées sera poursuivi avec zèle par le sénateur Paul Blanc : il prépare en effet pour la fin de l’année une proposition de loi réformant l’Allocation aux Adultes Handicapées, qui ne serait plus attribuée qu’aux seules personnes "à faible employabilité". Ce critère actuellement fixé à 5% de capacité de travail concerne 57.000 personnes qui perçoivent près de 900€ par mois, complément compris. Le projet de Paul Blanc consiste à diviser par 15 le nombre d’allocataires, ramenant le budget annuel de l’AAH à 600 millions d’euros au lieu de 6 milliards, une division financière par 10 qui expédierait 800.000 allocataires au Revenu de Solidarité Active, successeur du RMI.

Dans ce domaine, Paul Blanc a de la mémoire : une disposition similaire figurait déjà dans une proposition de loi qu’il avait déposée en 2002. Mais on aurait tort de croire que le projet de 2010 connaîtra les mêmes oubliettes qu’en 2002 : le Parlement vient d’adjoindre au projet de loi de réforme des retraites une étude de mise en cohérence des barèmes d’attribution des pensions d’invalidité et de l’Allocation aux Adultes Handicapés d’ici fin 2011.

C’est donc l’ensemble des revenus de remplacement des adultes handicapés qui est menacé à court terme.

Cette politique rejoint les demandes répétées d’organismes internationaux. Dans un rapport récemment rendu public, le Fonds Monétaire International, dirigé par le socialiste français Dominique Strauss-Kahn, recommande aux Etats de réduire les droits à pension de retraite pour les personnes handicapées : "Le relèvement de l’âge de la retraite doit être accompagné de mesures pour limiter la générosité des programmes de retraite anticipée [...] Il sera également important de resserrer les conditions d’attribution de pensions pour handicap".

En matière d’allocations, le Gouvernement roumain emboîte le pas et s’apprête à réduire les prestations en prenant argument de la crise économique. Idem pour la Suisse, qui supprime 12.500 rentes invalidité en expédiant, baïonnette dans le dos, leurs bénéficiaires sur le marché du travail.

Voilà qui ravira l’économiste et homme d’affaires Jacques Attali, ancien conseiller du feu Président socialiste François Mitterrand, qui prône un déficit zéro en réduisant drastiquement les prestations sociales tout en augmentant les taxes et en créant de nouveaux impôts. Selon lui, la libération de la croissance française (dont il préside la Commission nationale) passe, entre autres, par l’appauvrissement des plus vulnérables, les malades chroniques et les personnes handicapées auxquels il conviendrait de supprimer la prise en charge totale de leurs dépenses de santé : le 100% pour Affections Longue Durée serait remplacé par un "bouclier sanitaire" laissant à leur charge un minimum de 450€, l’inverse même du bouclier fiscal dont bénéficient les plus riches !

Laurent Lejard,

Novembre 2010.

4) PCH FORFAIT CECITE REPONSE DU CONSEIL GENERAL DU 78

Maître,

Par courrier en date du 20 octobre 2010, vous appelez l’attention de M. le Président du Conseil général des Yvelines sur la revalorisation du forfait cécité dans le cadre de la PCH.

Vous indiquez en effet que le département des Yvelines n’a pas procédé à sa revalorisation en 2010 comme le prévoit la législation.

En réponse, j’ai l’honneur de vous faire connaître que le Conseil général des Yvelines applique les revalorisations règlementaires de chaque élément de la PCH.

Le forfait cécité a été en effet porté à 598 € à compter du 01/01/2010.

Je vous saurais gré de bien vouloir me préciser les coordonnées des personnes qui ont sollicité votre intervention afin que je puisse vérifier que leurs dossiers ne présentent pas d’anomalies.

Bien cordialement,

Le Responsable de service

Aide Sociale Générale

Direction de l’Autonomie

5) DERNIERES NOUVELLES SUR LES DROITS D’AUTEUR

Par Dan Pescod,

Chargé des Campagnes européennes et internationales, et Chargé de l’accessibilité,

Institut Royal National des Aveugles

Droit d’auteur international

Comme vous le savez, depuis un an et demi l’Union Mondiale des Aveugles demande aux représentants des gouvernements du Comité Permanent du Droit d’Auteur et des Droits Connexes de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) de soutenir le traité qu’elle propose, traité officiellement soumis au Comité en mai 2009 par les gouvernements du Brésil, de l’Équateur et du Paraguay.

Au nom de l’UMA et de l’UEA, Chris Friend et Dan Pescod ont assisté à l’Assemblée Générale de l’OMPI en septembre 2010. Au début de la réunion, nos amis du monde de la musique ont réussi à placer une intervention du célèbre chanteur Stevie Wonder, qui a fait un discours poignant (disponible sur internet à l’adresse suivante :

http://www.wipo.int/about-wipo/en/a...)

Stevie Wonder aurait difficilement pu être plus clair. Il a expliqué qu’il était temps que l’OMPI adopte un texte de loi contraignant et que les pays réunis devaient travailler dans ce sens. (Il leur a promis un concert gratuit lorsqu’ils auraient atteint ce but !)

Nous espérons que les travaux de cette assemblée générale conduiront à la réussite de la prochaine réunion du Comité, qui doit se dérouler pendant une semaine à partir du 8 novembre 2010, et que les États Membres soutiendront alors de façon concrète la création d’une nouvelle loi internationale.

Droit d’auteur au sein de l’UE

L’UEA a participé à plusieurs réunions de la Plate-forme des Parties Intéressées au sein de l’Unité des Droits d’Auteur de la Commission Européenne.

Le Groupe s’est réuni le 14 septembre 2010. Pour la première fois, nous avons eu le plaisir d’accueillir le Président de l’Association Européenne de Dyslexie (AED), Michael Kalmar, ainsi que Pablo Zamith de Braillenet.

Nous avons discuté l’avant-projet, le budget au cours de la première année ainsi que la procédure de mise en place d’un réseau d’intermédiaires accrédités dans l’UE (les « intermédiaires accrédités » sont des organisations fournissant des ouvrages sous des formats accessibles aux personnes ne pouvant pas lire des textes imprimés, et que les éditeurs considèrent comme des entités menant cette activité sans porter préjudice à leurs intérêts commerciaux).

Dans la soirée, en présence du Commissaire Barnier (Marché Unique), les parties intéressées, y compris l’UEA et l’AED, ont signé le Protocole d’Accord. Michael Kalmar et Lord Colin Low of Dalston, Président de l’UEA, se sont exprimés au nom de l’AED et de l’UEA. Lord Low a souligné le fait que cet accord, tout à fait positif, ne remplace pas la loi internationale dont nous avons besoin, et que cette loi doit être basée sur la proposition de traité préparé par l’Union Mondiale des Aveugles pour l’OMPI.

Le texte original en anglais et les différentes versions linguistiques du Protocole d’Accord, sont disponibles sur Internet (cliquer sur le lien suivant et aller ensuite en bas de page) :

http://ec.europa.eu/internal_market...

Des photos de la cérémonie signature du Protocole sont accessibles aux liens ci-après :

http://ec.europa.eu/avservices/phot...

http://ec.europa.eu/avservices/phot...

http://picasaweb.google.nl/kkrikhaa...

L’UEA et l’AED ont publié conjointement un communiqué de presse sur la Journée Mondiale de l’Alphabétisation, le 8 septembre. (www.euroblind.org/fichiersGB...).

Présentation du Protocole d’Accord au Parlement Européen lors d’un petit déjeuner de travail : le 15 septembre, plusieurs membres de la Plate-forme des Parties Intéressées ont participé à cette rencontre organisée par la Fédération Internationale des Organisations défendant les Droits de Reproduction. Cela nous a permis de présenter le Protocole d’Accord aux Membres du Parlement Européen mais également de débattre quelque peu des avantages d’un acte juridiquement contraignant capable de nous aider à résoudre le problème de la « famine littéraire ». La réunion devait être officiellement présidée par M. Berlinguer, Membre du Parlement Européen, d’origine italienne, mais il n’a pu être là en personne. Le 18 octobre, nous allons rencontrer les membres de la Présidence belge pour discuter de cette initiative et pour leur demander des fonds.

- Accès à la télévision : la télévision est un élément central de la culture actuelle. Comme tout un chacun, les personnes aveugles et malvoyantes souhaitent bénéficier de cette culture. Grâce à la télévision numérique, qui est désormais la norme, les données dont un utilisateur a besoin pour naviguer sont maintenant présentées à l’écran. Par exemple, c’est à l’aide de mots affichés à l’écran que les utilisateurs obtiennent des informations sur le programme ou passent d’un programme à un autre. Cela représente un sérieux obstacle pour les personnes aveugles et malvoyantes.

Étant donné cet obstacle, ces derniers mois, nous avons travaillé avec DigitalEurope dans le but de rédiger un document de référence européen contenant des recommandations sur la façon dont les télévisions numériques devraient être équipées pour que les informations affichées à l’écran soient lues aux personnes aveugles et malvoyantes. Ce document aidera les fabricants européens à rendre les téléviseurs plus accessibles.

La dernière réunion a eu lieu à Madrid, le 30 septembre 2010, sous la présidence de la ONCE (organisation nationale des aveugles d’Espagne). La réunion a été fort constructive. Plus particulièrement, nous avons convenu avec DigitalEurope des points suivants :

- Accès au guide électronique des programmes à l’aide d’un système de passage du texte à la parole. Il s’agissait là d’une exigence de premier ordre et elle sera incluse en tant qu’exigence minimum dans le document.

- DigitalEurope accepte de terminer la spécification d’ici la fin du mois d’octobre, pour que celle-ci puisse être signée par les groupes d’utilisateurs, et de livrer la spécification sous un format permettant sa diffusion et sa normalisation ;

- Une autre réunion portant sur la rédaction de ce document aura lieu le 29 novembre 2010 ;

- Suite à la signature, les exigences des utilisateurs seront soumises aux organismes de normalisation concernés.

- DigitalEurope préparera également une spécification technique. Ce document exposera la façon dont les téléviseurs numériques doivent être conçus pour garantir l’installation d’une interface permettant l’utilisation d’applications de passage du texte à la parole. Cette spécification sera soumise à l’organisme de normalisation compétent par DigitalEurope, peu après la présentation du document exposant les exigences des utilisateurs.

- Réunion avec le Commissaire Barnier, 8 octobre 2010 : la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) a obtenu un entretien avec le Commissaire Barnier (Marché Unique). Les représentants de la CFPSAA et de l’UEA, dont Philippe Chazal, Président de la Commission des Droits de l’UEA, Lord Low et Rodolfo Cattani, Président de la Commission de Liaison avec l’UE, y ont participé. Nous avons discuté des problèmes d’accessibilité, de l’accès aux produits finis, des droits d’auteur et du projet de loi sur le marché unique de l’UE.

La réunion a été très constructive. Nous avons convenu que nous lui ferons parvenir par écrit des explications sur les solutions techniques dont les personnes aveugles et malvoyantes ont besoin ainsi que des idées sur la façon dont l’UE pourrait améliorer l’accessibilité numérique.

Bien que cela soit en-dehors de son domaine de compétence, le Commissaire Barnier a pris note de nos inquiétudes liées au financement du programme « PROGRESS » et de la possibilité d’inclure l’accès aux produits finis dans la Directive sur l’Égalité de Traitement.

Il souhaiterait également que l’UE facilite le transfert des ouvrages littéraires sous format accessible d’un État Membre à un autre, et va envisager à cette fin la possibilité de faire une nouvelle proposition de l’UE.

6) SEMINAIRE FINAL PASSEMPLOI

Lancé en décembre 2008 dans le but d’améliorer l’emploi et les perspectives de carrière des aveugles et des malvoyants, le projet PASSEMPLOI touche à sa fin. Mené en partenariat avec différentes organisations travaillant avec des déficients visuels en France, en Italie et en Slovaquie, ce projet fait partie du programme « Léonard da Vinci » de la Commission européenne. Le séminaire final intitulé « Déficience visuelle et emploi : réussir ensemble », organisé par l’Union Européenne des Aveugles, s’est déroulé à Paris les vendredi 24 et samedi 25 septembre 2010. Malgré les difficultés rencontrées en raison d’une grève nationale ayant perturbé les transports la veille du séminaire, 19 pays ont pu participer.

Le séminaire s’est ouvert le vendredi matin au siège de l’Institut de la Vision, près de la place de la Bastille (Paris). Après les discours d’ouverture de Vincent Michel, président de la Fédération des Aveugles de France (FAF) et d’Unn Ljoner Hagen, membre du Bureau de l’UEA, la genèse du projet a été retracée par Céline Chabot, chargée de mission à la FAF.

La session matinale s’est poursuivie avec Fred Reid, de la Commission Réhabilitation, Formation professionnelle et Emploi de l’UEA, qui a présenté son rapport intitulé « The Hidden Majority » (La majorité oubliée). Les différents partenaires ont ensuite expliqué la situation dans leurs pays respectifs en matière de possibilités d’emploi, puis analysé les difficultés rencontrées durant le projet ainsi que les résultats de celui-ci, avant la pause déjeuner.

Après un repas bien mérité, le séminaire a repris avec une nouvelle présentation des résultats et une séance de questions-réponses avec le public. La journée s’est terminée par une discussion sur l’avenir des modules élaborés durant le projet.

Le samedi, la session s’est déroulée au siège de la FAF, près de la tour Eiffel (Paris). Trois tables rondes interactives ont eu lieu, suivies de séances de questions-réponses avec l’auditoire. Ces tables rondes ont abordé les thèmes suivants :

- Comment gérer les relations humaines lors de l’intégration d’un salarié déficient visuel dans une équipe ? par Peter Rodney, de l’institut IBOS (Danemark).

- Quel accès à la formation pour les personnes déficientes visuelles ? par Elvire Sampedro, proviseur du lycée des métiers Armand Guillaumin, France.

- La création d’entreprise, par Franck Pruvost, de l’Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés, France.

Les séances de questions-réponses ont été animées et instructives, et un grand nombre de contacts et d’expériences ont été échangés. Le dialogue a été riche, ce qui est de bon augure pour l’avenir. Les conclusions ont été présentées par Ulrika Norélius, présidente de la Commission Réhabilitation, Formation professionnelle et Emploi.

En observant la salle, durant les sessions, il était frappant de constater à quel point les participants, qu’ils soient aveugles, malvoyants ou voyants, mais tous réunis par le thème commun du séminaire, constituaient une diversité et un échantillon représentatifs de la société. Des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes issus de cultures et de pays très différents se sont rencontrés dans un échange positif d’idées et d’expériences. Outre les nombreux résultats concrets du projet PASSEMPLOI, ce contact humain prouve qu’il s’agit d’un projet utile. Le séminaire a été un véritable succès, et il faut en remercier toutes les personnes ayant durement travaillé pour l’organiser.

Les résumés des interventions et autres documents seront mis en ligne à l’adresse

http://www.euroblind.org/fichiersGB...

ainsi que sur le site Internet du projet

http://www.faf.asso.fr/passemploi/A...

7) IRLANDE : LE NBI DEMANDE LA CREATION DE NORMES SUR LE NIVEAU DE BRUIT MINIMUM EMIS PAR LES VEHICULES ELECTRIQUES

Le Conseil National des Aveugles d’Irlande (NCBI) a demandé au Département de l’Environnement, au Département du Patrimoine et aux Collectivités locales de créer des normes sur le niveau de bruit minimum émis par les véhicules électriques en vue d’améliorer la sécurité du grand public.

Le NCBI a déclaré qu’une loi devait être introduite afin d’obliger les constructeurs automobiles ainsi que les importateurs de véhicules à utiliser des technologies permettant d’émettre, à l’extérieur du véhicule, un son minimum et normalisé, prenant exemple sur les normes convenues avec les constructeurs automobiles aux États-Unis.

Le NCBI a également recommandé que ces normes soient communiquées et expliquées aux personnes suivantes :

- Les personnes aveugles ou atteintes d’une déficience visuelle ainsi que d’autres personnes ayant des difficultés à se déplacer, y compris les personnes âgées.

- Les conducteurs de véhicules électriques/hybrides afin de leur faire comprendre les problèmes pouvant être posés par leur véhicule aux personnes aveugles ou atteintes d’une déficience visuelle ainsi qu’à d’autres personnes ayant des difficultés à se déplacer.

- Le grand public, qui saura lui aussi apprécier les normes sur le niveau de bruit minimum émis par les véhicules électriques, car celui-ci se fie également au bruit du trafic lors de ses déplacements.

Le Directeur Général Des Kenny a déclaré que le NCBI ne demande pas une modification majeure de la conception des véhicules électriques mais demande tout simplement qu’il soit convenu que ces véhicules émettent un son audible et normalisé.

« Une technologie permettant d’émettre un son à l’extérieur du véhicule est nécessaire afin de signaler à tous les piétons la présence d’un véhicule électrique. Cela augmentera les conditions de sécurité, tout particulièrement celle des piétons aveugles ou ayant des problèmes de vue. L’impact des véhicules électriques sur l’environnement restera le même. Nous soutenons l’utilisation des véhicules écologiques car ils nous aident à réduire notre consommation de carburant et à réduire les émissions. »

Le NCBI a également déclaré que la sécurité des personnes atteintes d’une déficience visuelle était compromise par les véhicules silencieux car ces personnes se fient essentiellement à ce qu’elles entendent lorsqu’elles traversent une route. Le bruit du trafic leur sert de repère et leur indique le bon moment pour traverser. Le grand public utilise ce même repère pour évaluer les dangers et garantir sa sécurité.

Lors des formations sur la mobilité et l’orientation, les personnes atteintes d’une déficience visuelle apprennent à écouter le bruit des moteurs des voitures pour évaluer leurs mouvements et leur vitesse lorsque aucun système de sécurité, tel qu’un système audio tactile pour piétons, n’est disponible.

Étude sur les dangers des véhicules électriques

Une étude réalisée par l’Université de Californie a démontré que, dans certains cas, les piétons ne disposent que d’une seconde pour identifier à l’aide de leur ouïe la présence d’un véhicule électrique s’approchant à très faible vitesse. Les résultats de l’étude ont également permis de prouver que les véhicules électriques doivent être 60 % plus près des piétons que les véhicules équipés de moteurs à combustion pour que leur localisation puisse être convenablement déterminée par les personnes qui ne peuvent pas les voir.

Pour un maximum de sécurité, le bruit d’un véhicule doit permettre à une personne de déterminer :

- la distance entre le véhicule et la personne,

- la vitesse du véhicule,

- la phase d’accélération ou de décélération du véhicule, et

- le type et la taille du véhicule.

Les moteurs à combustion traditionnels émettent un bruit qui permet aux piétons de se repérer. Pour garantir la sécurité de tous, le bruit émis par un véhicule électrique doit également permettre de signaler aux piétons la présence de celui-ci, sa vitesse, la distance à laquelle il se trouve, son type et sa taille (autobus, camion ou voiture).

Entretiens avec des représentants de l’industrie automobile

Nous craignons que les constructeurs automobiles ainsi que les importateurs irlandais souhaitent que leurs véhicules aient leur propre son, ce qui conduirait à une multitude de sons, créant une totale confusion pour les piétons.

L’Union Européenne des Aveugles (UEA), dont le NCBI est membre, a rencontré deux grands constructeurs automobiles, Nissan et Renault, pour leur demander de quelle façon ils allaient équiper leurs véhicules électriques de systèmes sonores.

Nissan a présenté à l’UEA les sons qui avaient été ajoutés à leur première génération de voitures électriques devant être lancée en Europe, au Japon et aux États-Unis au cours des prochains mois. Trois sons ont été intégrés au véhicule, suite à un entretien avec la Fédération Nationale des Aveugles des États-Unis et avec les organisations d’aveugles japonaises : un son associé au démarrage, un son associé à la faible vitesse lorsque le véhicule s’engage et accélère ou lorsqu’il ralentit ou décélère, et un son associé à la marche arrière.

Renault a présenté à l’UEA plusieurs combinaisons de sons. La société doit maintenant décider quels seront les sons utilisés.

L’UEA en conclut qu’un travail considérable devait être entrepris par ces deux constructeurs pour qu’un ou des sons audibles soient choisis et pour que leur normalisation ait lieu.

Le point de vue de l’Irlande

Le 12 avril 2010, le gouvernement irlandais a annoncé qu’il s’était associé à ESB (Electricity Supply Board, principal fournisseur d’électricité au plan national) et à l’Alliance Renault-Nissan afin de faire de l’Irlande un leader européen du transport électrique.

Ceci implique le développement d’une infrastructure nationale de taxation des véhicules électriques par l’ESB, la mise à disposition de voitures électriques par l’Alliance Renault-Nissan Alliance à partir de 2011, ainsi que la mise en place de directives et de mesures d’incitation de la part du Gouvernement en vue de favoriser l’utilisation de ces véhicules. Ceux qui achètent des voitures électriques peuvent bénéficier d’une aide de 5 000 € et être dispensés du paiement de la taxe d’immatriculation des véhicules par le Gouvernement Irlandais.

Nissan va livrer son nouveau modèle électrique LEAF en Irlande au début de l’année 2011 et Renault lancera son véhicule électrique commercial, le Kangoo Z.E., un peu plus tard dans l’année. Le Gouvernement Irlandais a pour objectif qu’au moins 10 % des véhicules en Irlande soient électriques d’ici 2020 et l’Alliance Nissan-Renault souhaite commercialiser 2000 voitures électriques en Irlande d’ici 2011.

Le NCBI a appris avec satisfaction que Nissan était en train d’équiper Leaf d’un système sonore. Cependant, nous craignons que Nissan équipe le véhicule d’une fonction permettant au conducteur de désactiver le son, ce qui constituerait un danger pour l’ensemble des piétons.

« Eu égard à la forte augmentation des voitures électriques attendue sur le marché ces prochaines années, nous devons, le plus tôt possible, mettre en place les mesures de sécurité nécessaires, et ce dans l’intérêt des constructeurs automobiles et du grand public », a conclu Des Kenny.

Projet de loi sur la sécurité des piétons aux Etats-Unis

En 2009, les États-Unis ont introduit une nouvelle loi dans le but de garantir la sécurité des piétons (Pedestrian Safety Enhancement Bill). Conformément à cette loi, la Direction Fédérale de la Sécurité Routière Américaine, les organisations d’aveugles et les constructeurs automobiles vont créer une norme spécifiant le niveau de bruit minimal et déterminer quels sons pourront être utilisés.

Par ailleurs, une Recommandation stipulera que le son doit être émis automatiquement et être normalisé par les constructeurs automobiles et les concessionnaires. L’industrie automobile devra, dans un certain délai, se conformer à ces exigences règlementaires lors de la fabrication de nouveaux véhicules. Des Kenny souhaite qu’une législation similaire soit mise en place pour l’Irlande.

8) L’ACCESSIBILITE SELON LA CFPSAA

Responsable de commission à la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes, Thierry Jammes dresse un bilan plutôt positif de l’évolution d’une accessibilité encore très perfectible.

Ce qu’il y a de bien, avec les associations nationales de déficients visuels, c’est qu’elles parlent d’une seule voix dans certains domaines, grâce à leur regroupement au sein de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA). Ainsi en va-t-il pour l’accessibilité, dont la commission dirigée par Thierry Jammes a publié cette année deux ouvrages de référence : le premier présente l’accessibilité à la voirie et au cadre bâti, le second traite des transports. L’ensemble vient d’être rassemblé sur Cédérom au format PDF, sonore et html, ou est téléchargeable.

"La compétence, tout le monde ne l’a pas dans ce pays, regrette Thierry Jammes. On ne sait pas ce que comprend, perçoit un déficient visuel dans ses déplacements. Peu d’architectes savent concevoir des espaces contrastés, sonorisés. Même de bonne volonté, un professionnel ne trouve pas les outils nécessaires. Il rencontre des marchands qui vendent des matériels pas forcément adaptés. À l’étranger, dans certains secteurs, il y a une volonté. Mais le travail de fond est fait en France, plus solide, construit. La loi de février 2005 y a fortement contribué. La Bande d’Eveil de Vigilance (BEV) se généralise, il y a beaucoup de feux sonores. Dans une dizaine d’années, l’accessibilité sera présente partout. Mais il subsiste quelques failles réglementaires, notamment une définition de ce que veut dire ’cheminement détectable et repérable’ : personne ne sait ce que c’est, les opérateurs ne le comprennent pas et ils font ce qu’ils peuvent. Alors que ’détectable’ veut dire ’à la canne et au pied’, et repérable par la vision résiduelle d’un malvoyant, le chien guide, ou à l’oreille."

Ces notions de "détectable" et "repérable" sont incluses dans le code de la rue, un groupe de réflexion créé en 2006 dans lequel les seules personnes handicapées représentées sont les déficients visuels. Autour de la table, les associations de piétons, cyclistes, rollers, automobilistes définissent avec les services de l’État les conditions d’utilisation par tous les publics d’espaces partagés de voirie, une chaussée unique et sans trottoir avec vitesse limitée à 20 km/h. « Ces associations de vélos, de piétons, se font entendre et tirent la réglementation vers leur public, commente Thierry Jammes. Nous, on a défendu l’idée d’un trottoir détectable, alors qu’il n’est pas prévu de signalétique adaptée pour que les déficients visuels identifient le point d’entrée et de sortie d’une zone d’espace partagé de voirie ». Ces nouveaux espaces seront-ils des jungles urbaines dangereuses pour les déficients visuels ? Un arrêté les réglementant est attendu d’ici la fin décembre

Du côté des feux tricolores, Thierry Jammes estime que la norme actuelle devrait être révisée afin de compléter le message d’information diffusé : "Le feu parlant me dit où je suis, d’abord en le repérant au son, puis grâce au message diffusé. Il y aurait lieu d’ajouter de l’information de localisation, en indiquant la direction vers laquelle la rue se poursuit. Et il faudrait enfin traiter les traversées dites ’complexes’. Aujourd’hui, la technique a évolué, le matériel est plus précis, les déficients visuels peuvent être guidés sur les carrefours complexes". Thierry Jammes déplore toutefois l’absence fréquente d’entretien, qui est un travail à part entière : "Pour que ça fonctionne, il faut de l’interactivité avec les services publics, une organisation cohérente. Lorsqu’un usager détecte un problème, il doit pouvoir le signaler facilement et ne pas se retrouver envoyé de bureau en bureau"

Thierry Jammes estime par ailleurs que le repérage et le guidage par le son pourraient être améliorés : "Il manque un arrêté technique qui définisse le son et l’orientation des haut-parleurs, dans les autobus par exemple. Parce que le son diffusé individuellement sur écouteurs a ses limites : quand il est émis sur haut-parleurs, il guide et oriente, permet de trouver le point de destination. Un aveugle à besoin de précision".

Côté normalisation, un abaque de détection du mobilier urbain doit prochainement être publié. Le chantier des bandes de guidage et de localisation est lancé par l’AFNOR ; il devrait durer 3 à 4 ans. Côté transports, il reste des efforts importants à réaliser. "Hormis la SNCF, les réseaux ne savent pas nous donner l’information, déplore Thierry Jammes. Les schémas directeurs d’accessibilité des transports sont écrits, du matériel est commandé alors qu’il sera d’utilité variable. Il y a un problème de réglementation : les points d’arrêts desservis par une seule ligne n’auront pas de signalisation sonore, ce qui fait qu’un déficient visuel ne pourra pas faire signe au conducteur d’un autobus dont il n’est pas informé de l’arrivée..." La création de moyens de substitution se pose pour les petites gares dépourvues de personnel d’assistance aux voyageurs handicapés, et les lignes "monobus".

Reste l’innovation, et cette tendance à transformer le déficient visuel en bipède bardé de technologies embarquées. "Les études sur l’innovation permettent d’améliorer la connaissance, admet Thierry Jammes, mais on est très dispersé, en France, en matière de recherche-innovation en direction des déficients visuels, il manque une coordination. Ni l’Observatoire Interministériel de l’Accessibilité et de la Conception Universelle, ni l’Observatoire national sur la formation, la recherche et l’innovation sur le handicap ne jouent ce rôle. Il manque une instance technique de coordination de l’accessibilité. Alors qu’il y a beaucoup d’argent et d’énergie qui sont dépensés."

Propos recueillis par Laurent Lejard, novembre 2010

9) TELECHARGEMENT DE LIVRES AU FORMAT DAISY : UN NOUVEAU SERVICE DE LA MEDIATHEQUE DE L’AVH

Présentation de la nouvelle solution de téléchargement avec commande par e-mails

L’équipe de la médiathèque de l’AVH est heureuse de vous proposer un nouveau service : le téléchargement de livres au format Daisy. Sur simple demande par e-mail à l’adresse livredaisy@avh.asso.fr vous recevrez en réponse un lien qui vous permettra de télécharger le livre souhaité : c’est simple et efficace.

Vous trouverez ci-dessous une présentation sous forme de question réponse de ce nouveau service dont nous espérons qu’il vous permette d’améliorer votre accès à la lecture.

Comment ça marche ?

La commande se fait par e-mail à l’adresse livredaisy@avh.asso.fr en indiquant vos nom et prénom, votre numéro d’abonné (disponible sur demande auprès de la médiathèque), le titre du livre souhaité et le nom de l’auteur. Vous recevrez en réponse un e-mail contenant un lien sur lequel il suffira de cliquer pour télécharger le livre.

Qui peut profiter de ce nouveau service ?

Le service est accessible à toute personne inscrite à la médiathèque.

Adressez-vous à la médiathèque pour obtenir votre numéro d’abonné, il convient de l’indiquer dans chaque e-mail de demande.

Conditions légales d’utilisation du service

Vous n’êtes pas légalement autorisés à prêter les livres que la médiathèque vous transmet. Vous n’êtes pas non plus autorisés à les diffuser de quelconque manière (vente, mise en ligne, diffusion en public.) Le prêt est concédé pour un usage strictement personnel.

Comment fonctionne le téléchargement ?

Dans l’e-mail envoyé par la médiathèque vous trouverez un lien : il suffit de cliquer sur ce lien pour commencer le téléchargement. Le livre daisy téléchargé est "compressé" il faudra donc avant de pouvoir l’écouter le décompresser.

Combien de livres puis-je télécharger ?

Chaque usager peut télécharger 10 livres par période de 15 jours. Le 1er et le 15 de chaque mois votre compte est remis à zéro. Les livres que vous aviez précédemment demandés ne sont alors plus accessibles via les liens transmis par la médiathèque mais vous pouvez commander de nouveaux titres.

Les livres seront-ils largement disponibles ?

Tous les livres seront disponibles à tout instant. Avec ce nouveau service vous pouvez commander le titre que vous souhaitez dans nos collections :

Vous le recevrez sans faute au plus tard le jour ouvré suivant votre demande !

Comment puis-je choisir les livres que je souhaite commander ?

Le catalogue de tous les livres au format daisy que nous proposons est disponible à l’adresse : http://www.avh.asso.fr/mediatheque/...

De plus nous pouvons vous faire parvenir par e-mail, sur simple demande une version numérique du catalogue (.doc, .txt, .xls à votre convenance).

Puis-je prêter les livres daisy reçus par e-mail ou donner les liens ?

Non. C’est interdit. Tout comme vous n’êtes pas légalement autorisés à prêter les livres daisy sur CD, vous ne pouvez pas prêter ces téléchargements. Si vous connaissez des personnes qui ont besoin des services de la médiathèque de l’AVH suggérez-leur de s’inscrire et ils pourront bénéficier de tous les avantages des abonnés !

J’ai d’autres questions, à qui m’adresser ?

N’hésitez pas à écrire à bibliotheque@avh.asso.fr : l’équipe de la médiathèque est à votre disposition pour vous apporter toute information qui pourrait vous être utile.

10) UN NOUVEAU COMITE VALENTIN HAUY POUR L’ILE DE LA REUNION

Le Conseil d’administration de l’Association Valentin Haüy, réuni le 20 octobre dernier, a décidé la création d’un nouveau Comité Valentin Haüy pour l’Ile de La Réunion, portant ainsi à 100 le nombre des délégations régionales ou locales de l’association.

Produit du rapprochement de l’association réunionnaise Tec-Tec Dv et de l’AVH, le nouveau Comité de La Réunion, placé sous la responsabilité de Monsieur Pierre Reynaud, a vocation à apporter dans la région l’ensemble des services mis en oeuvre par l’association au service des personnes déficientes visuelles : accueil et orientation, représentation et défense des intérêts des aveugles et des malvoyants, matériel spécialisé, formation, actions culturelles, loisirs et sports ...

Philippe Paugam

Vice-président Association Valentin Haüy

Délégué aux Comités Régionaux et Locaux

Contacts :

Téléphone :

Carolle LAURET à la Céci-Base au 0262 57 98 27 ou à la médiathèque de Sainte-Marie,

Agnès ROUXEL et Richard MULLER au 0262 53 19 40.

Adresse postale :

Chez Pierre REYNAUD

19 chemin des Payet

97432 La Ravine des Cabris Réunion

Adresse électronique

comite.reunion@avh.asso.fr

11) POLE EMPLOI ET HANDICAPZERO RENFORCENT LEUR DISPOSITIF EN FAVEUR DES PERSONNES HANDICAPEES

Communiqué de presse Paris, le 4 novembre 2010

Engagés depuis 2004, Pôle emploi et l’association HandiCaPZéro renforcent leur collaboration sur les sites pole-emploi.fr et handicapzero.org. Concrètement, les offres d’emploi et informations pratiques publiées sur pole-emploi.fr, le sont également simultanément sur handicapzero.org : accès aux formulaires, aux critères de recherches, à la consultation des offres dans une ergonomie conçue en concertation avec un panel d’internautes déficients visuels. Pour permettre aux déficients visuels et personnes souffrant de fatigue visuelle de consulter les offres et les informations relatives à la recherche d’emploi, deux possibilités leur sont proposées :

- depuis handicapzero.org, "Confort de Lecture" leur permet de configurer la taille et la couleur des caractères ainsi que la couleur du fond d’écran des pages en fonction de leur besoin de lisibilité.

- la lecture des informations est retranscrite directement sur une plage braille et /ou un synthétiseur vocal connectés à l’ordinateur.

Testez vous-même : Accédez aux offres avec "Confort de Lecture".

Chaque mois, environ 50 000 personnes consultent la rubrique emploi sur handicapzero.org. Après cette première étape importante, Pôle emploi et HandiCaPZéro se sont de nouveau rapprochés pour faire évoluer ce service en ligne, en répondant à un double objectif :

- satisfaire les besoins d’information des personnes handicapées en recherche d’emploi,

- proposer une plate-forme dédiée à l’emploi, évolutive et dynamique aux entreprises et collectivités partenaires de l’association.

La réussite de cette coopération amène aujourd’hui les deux parties à proposer une extension des services répondant à la volonté commune de Pôle emploi et de HandiCaPZéro de garantir l’égalité des droits et des chances à tout citoyen, notamment aux personnes déficientes visuelles.

Les nouveautés Web et Print 2010 :

Ecoutez pole-emploi.fr.

Grâce à l’évolution audio de la solution "Confort de lecture" proposée sur handicapzero.org, l’ensemble des pages web de la rubrique Pôle emploi peut être écouté par tous les internautes, depuis n’importe quel poste, sans recours à aucun matériel ou logiciel spécifique.

Deux nouveaux critères pour mieux cibler sa recherche.

Très attendus par les personnes handicapées en situation de recherche d’emploi, deux nouveaux moyens d’affiner ses recherches sont proposés sur handicapzero.org :

- La localisation géographique des postes à pourvoir. Très utile à une population pour laquelle la notion de déplacements est déterminante. Elle peut désormais limiter sa recherche à un rayon kilométrique autour de sa commune.

- Les postes pour lesquels les recruteurs se sont déclarés particulièrement attentifs aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi.

L’édition adaptée de la plaquette Pôle emploi "votre recherche d’emploi".

Le guide pratique de référence devient accessible en caractères agrandis, en audio et en braille. L’adaptation de ce document indispensable qui contient toutes les informations et conseils sur l’inscription, la recherche d’emploi et les démarches, s’inscrit dans la continuité des actions déjà menées conjointement par Pôle emploi et HandiCaPZéro pour favoriser l’accès à l’emploi des personnes handicapées. Les éditions adaptées du guide sont disponibles auprès d’HandiCaPZéro au 0800.39.39.51 (numéro vert, appel gratuit depuis un poste fixe en France métropolitaine) ou sur handicapzero.org.

12) SFR ET HANDICAPZERO LANCENT LE PACK GOLD

SFR propose, en partenariat avec Handicapzéro, le Pack Gold, une solution mobile complète mise gratuitement à la disposition de ses clients malvoyants ou non-voyants. SFR et Handicapzéro réaffirment ainsi leur souhait de répondre aux problématiques que peuvent rencontrer les personnes déficientes visuelles face aux innovations technologiques, notamment avec l’arrivée massive de téléphones à écran tactile sur le marché.

Le Pack Gold, une solution d’accessibilité globale.

Qu’il soit malvoyant ou non-voyant, le client dispose gratuitement du Pack Gold, une solution mobile composée de :

- Deux solutions d’accessibilité aux fonctionnalités du téléphone, Mobile Speak pour la vocalisation et Mobile Magnifier pour l’agrandissement des données écran ;

- Deux applications dédiées : Mobile Daisy Player pour la lecture audio de contenus au format Daisy (norme Digital Accessible Information System) et Mobile Color Recognizer pour identifier les couleurs via la fonction photo du téléphone ;

Quatre jeux accessibles : Mines, Spider, Fuse Mania et Tone Master.

L’accessibilité au tactile.

Sans voir, Mobile Speak permet de piloter l’écran tactile de certains terminaux, comme un téléphone classique : les touches physiques (pavé numérique, pad de navigation ou joystick) sont converties en touches virtuelles sur l’écran tactile. Intuitivement, l’utilisateur compose un numéro, rédige un SMS, un e-mail ou navigue dans les menus en parcourant l’écran de son téléphone.

Pour une personne malvoyante, la taille de l’écran tactile optimise l’agrandissement proposé par Mobile Magnifier. Plus encore, la fonction loupe dynamique zoome toutes les données qui défilent sous le doigt.

Fiche technique Pack Gold.

Choisir son mobile compatible et installer le Pack Gold.

Plusieurs terminaux classiques et tactiles sont compatibles avec le Pack Gold (l’acquisition du téléphone reste à la charge des clients).

Le coût du Pack Gold et son installation sont pris en charge par SFR.

L’installation et le support technique sont assurés par Handicapzéro .

Un service complet.

L’ensemble des documents de l’opérateur : conditions d’abonnement et offres, Mini Mag, guide d’utilisation du Pack Gold et factures sont proposés pour répondre aux besoins de chacun : en braille, audio, caractères agrandis et en ligne sur handicapzero.org.

Pour accompagner chaque client déficient visuel dans la maîtrise de son mobile, Handicapzéro assure un support technique des logiciels installés avec la mise à disposition d’un numéro de téléphone, d’un e-mail et d’un forum en ligne dédiés.

Pour bénéficier du Pack Gold et des services Handicapzéro, il suffit d’en faire la demande par téléphone, au 0800.39.39.51 (appel gratuit depuis un poste fixe en France métropolitaine) ou par e‑mail : contact@handicapzero.org.

Informations techniques.

Logiciels Mobile Speak - Mobile Magnifier et applications version 4.

Plateformes supportées.

Symbian, Windows Mobile.

Licence.

Licence couplée au numéro de téléphone : portabilité de la licence lors du changement de mobile.

Voix de synthèse.

Possibilité de gérer jusqu’à trois voix haute qualité et de les attribuer à des applications différentes (lecture d’un SMS, menu…).

Mobiles compatibles.

Terminaux dont l’ergonomie et la prise en main sont testées et préconisées par Handicapzéro.

Une liste réactive en fonction de la sortie des nouveaux terminaux est consultable en ligne sur handicapzero.org.

13) HANDISPORT MAGAZINE PRÉSENTE SA NOUVELLE FORMULE !

Désormais retrouvez la revue officielle de la Fédération Française Handisport gratuitement en ligne :

http://www.handisport-lemag.org

Accessible en version audio ou compatible pour lecture par synthèse vocale

SOMMAIRE NUMÉRO 141

Septembre - Novembre 2010

INSTANTANÉS : 3 mois en images

ZAPPING : tour d’horizon de l’actualité sportive

L’INVITÉ DU MAG’ : rencontre avec Sir Philip Craven, Président du Comité Paralympique International

L’ÉVÉNEMENT : retour sur le Championnat d’Europe de tir à l’arc à Vichy

LE DOSSIER : Handisport et les médias, avec l’interview de Christophe Duchiron (France 2)

EXPÉRIENCE : découvrez la mission de Sami El Gueddari, chercheur de talents

MOUVEMENT : chiffres, calepin, rétro, agenda, news des régions et l’avis des clubs Handisport Lyonnais RÉZO : les news des partenaires, zoom sur la convention Voile-Handisport

DÉCALAGE : Charles Rozoy, phénomène des bassins

LES EXPERTS : Nutrition, l’ingrédient de la performance

TESTÉ ET ADOPTÉ : Découvrez le handbike et les coups de coeur de la rédaction

PROLONGATIONS : Quiz, le prochain numéro, bulletin d’abonnement

Bonne lecture !

14) VOCALE PRESSE : LE JOURNAL PARLE POUR LES DEFICIENTS VISUELS

Quand les aveugles et malvoyants ont eux aussi accès quotidiennement à la presse écrite de manière autonome...

Vocale Presse parle. Le principe est simple : un ordinateur et une connexion Internet suffisent. Grâce à ce journal parlé, développé en 2002, des centaines de déficients visuels en France et dans le monde peuvent de manière indépendante avoir accès et écouter les principaux titres de la presse écrite dès le jour de leur parution. Le Monde, l’Équipe, Le Figaro, l’Express... ainsi que de nombreux autres quotidiens régionaux sans oublier des revues hebdomadaires ou mensuelles.

Pour avoir une liste complète :

http://fr.vocalepresse.com/vocale_p...

L’utilisation de ce journal parlé ne nécessite aucune compétence informatique particulière. Une voix de synthèse assure la lecture des articles à la vitesse voulue pendant que défile à l’écran le contenu en gros caractères. Tout a été pensé pour rendre la navigation simple et intuitive aux déficients visuels.

De plus Vocale Presse s’adapte aux nouvelles technologies et aux nouveaux besoins de ses abonnés en proposant différentes versions de son journal parlé :

- les versions Windows et bientôt MAC ;

- les versions mobiles : Iphone, Nokia et Java ;

- le format DAISY encrypté (utilisable sur Victor Reader, BookSense, …).

Il est possible d’essayer le journal parlé gratuitement pendant une semaine. Pour cela, contactez Vocale Presse au 04.91.65.51.19 ou rendez-vous sur le site

http://fr.vocalepresse.com

15) VOCALE PRESSE : LE JOURNAL PARLE SUR IPHONE

Quand Vocale Presse permet aux déficients visuels d’avoir encore plus de mobilité pour écouter la presse écrite....

Vocale Presse est maintenant disponible en version Iphone. Pour l’installer depuis Itunes, cliquez sur le lien : http://itunes.apple.com/us/app/voca...

Cette version vous est proposée gratuitement, en plus de votre accès depuis un ordinateur.

Du nouveau également du côté du format DAISY encrypté. Vocale Presse peut maintenant s’écouter sur les lecteurs BookSense. Pour plus d’informations sur le journal parlé au format DAISY :

http://fr.vocalepresse.com/vocale_p...

Pour ces nouveautés le principe reste le même, il suffit de télécharger votre journal afin de pouvoir l’écouter au moment où vous le souhaitez.

Nous vous rappelons que Vocale Presse est un logiciel, développé depuis 2002, qui permet à des centaines de déficients visuels en France et dans le monde d’écouter les principaux titres de la presse écrite de manière autonome. L’Express, Sciences et Avenir , Marie Claire, l’Équipe... et bien d’autres quotidiens sans oublier des revues hebdomadaires et mensuelles. Le catalogue du journal parlé est accessible sur :

http://fr.vocalepresse.com/vocale_p...

Il est possible d’essayer le journal parlé gratuitement pendant une semaine. Il suffit de contacter Vocale Presse au 04.91.65.51.19 ou de se rendre sur le site http://fr.vocalepresse.com/vocale_p...

Akompas Technologies : Une entreprise citoyenne.

Créée à Marseille en 2002, Akompas Technologies s’est imposée comme une entreprise citoyenne reconnue en matière d’accessibilité à la culture et à l’information des déficients visuels. Elle a déjà obtenu six récompenses dont le label d’acteur de l’Année européenne dans personnes handicapées en 2003.

Téléphone : 04 91 65 51 19

Site Internet : http://fr.vocalepresse.com

E-Mail : info@vocalepresse.com

Contact presse : presse@vocalepresse.com

Akompas Technologies – 42, rue Condorcet – 13016 MARSEILLE

16) JEUDI 25 NOVEMBRE 2010 : PRIX LIRE DANS LE NOIR DU LIVRE AUDIO

2e édition

Attachée de presse : Agnès Chalnot

Couverture photo de la soirée : Charlotte Bouvier

Le prix Lire dans le noir 2010

Un rendez-vous pour faire aimer les livres sonores

‘‘ Fernandel lisant La chèvre de Monsieur Seguin, Gérard Philipe racontant Le petit prince, Albert Camus prêtant lui-même sa voix à L’étranger : autant d’enregistrements qui ont laissé des souvenirs forts et durables à ceux qui les ont écoutés. Aujourd’hui, les interprètes s’appellent Michel Bouquet, Isabelle Huppert, Michaël Lonsdale, et des personnalités comme Richard Bohringer, Véronique Jannot, Michel Serres… ou même le prince Charles prennent le micro pour enregistrer leurs livres.

En France pourtant, les livres audio sont encore trop souvent considérés comme des ersatz de livres, réservés à ceux qui ne savent pas ou ne peuvent pas lire. Alors que le livre numérique fait rêver les technophiles, les textes enregistrés ne seraient, aux yeux de certains, que des « produits dérivés ».

Heureusement que tout le monde ne partage pas cet avis ! L’écrivain Alexandre Jardin ou le scientifique Joël de Rosnay, par exemple, sont d’insatiables audiolecteurs. Peut-être suffirait-il de donner un peu plus de visibilité aux livres sonores pour que les Français suivent l’exemple des Britanniques, des Allemands ou des Suédois, et prennent à leur tour l’habitude de se faire raconter des histoires ?

C’est dans cet espoir que nous avons créé le Prix Lire dans le noir du livre audio l’an dernier.

Les éditeurs font un travail formidable. Ils explorent désormais tous les genres : philosophie, science-fiction, témoignages, contes érotiques… Ils n’ont plus peur de coller à l’actualité littéraire et enregistrent parfois un livre dès sa parution. Par la qualité de leurs enregistrements, ils contribuent à transmettre le goût de lire. Il est important de les encourager en faisant connaître largement leurs collections. Merci de nous y aider. ’’

Aurélie KIEFFER

Présidente de Lire dans le noir

Le prix 2010, mode d’emploi

29 éditeurs ont participé cette année au Prix Lire dans le noir du livre audio. Ils nous ont adressé 110 titres parus en France entre le 1er septembre 2009 et le 31 août 2010. Le comité de lecture, composé d’une trentaine de lecteurs de tous horizons, a effectué une première sélection. Parmi ses critères : l’intérêt de l’ouvrage, l’interprétation, l’habillage sonore, la qualité technique de l’enregistrement. Les 12 ouvrages finalistes ont été présentés fin septembre aux Correspondances de Manosque. Le jury officiel se réunit le jeudi 25 novembre à la Société des Gens de Lettres, à Paris, pour désigner les 4 lauréats : un roman récent, un classique, un document sonore et un enregistrement jeunesse.

Le jury 2010

Le jury a plus de travail cette année qu’en 2009. Il nous est apparu difficile, l’an dernier, de comparer des nouveautés à des livres plus anciens, entrés dans le patrimoine littéraire. D’où notre décision de décerner deux trophées dans la catégorie Fiction. Nos jurés ont donc écouté 12 titres, d’une durée de 6 minutes pour le plus court à 18 heures pour le plus long !

Les membres du jury 2010

Jérôme Béglé - Journaliste et éditeur

Olivier Brunhes - Comédien, auteur et metteur en scène

Caroline Cartier - « Chasseuse de sons » (France Inter, chronique Cartier libre)

Olivier Chaudenson - Directeur artistique de festivals littéraires (Paris en toutes lettres, Les Correspondances de Manosque)

Philippe Delerm - Ecrivain

Christine Goémé - Productrice (France Culture), présidente de la commission Radio de la Société des Gens de Lettres

Anne Jolly - Chargée de mission multimédia des Bibliothèques de la Ville de Paris

Aurélie Kieffer - Présidente de Lire dans le noir, journaliste

Sophie Massieu - Auteur du livre Il n’y a que braille qui m’aille, grande lectrice de livres audio

Jean-Marie Ozanne - libraire et éditeur (Folies d’encre, Montreuil)

Eloge de la lecture à voix haute

Par l’écrivain Daniel Pennac, président du jury du Prix Lire dans le noir : « L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument. S’il ne sait pas ce qu’il lit, il est ignorant dans ses mots, c’est une misère, et cela s’entend. S’il refuse d’habiter sa lecture, les mots restent lettres mortes, et cela se sent. S’il gorge le texte de sa présence, l’auteur se rétracte, c’est un numéro de cirque, et cela se voit. L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument aux yeux qui l’écoutent. S’il lit vraiment, s’il y met son savoir en maîtrisant son plaisir, si sa lecture est acte de sympathie pour l’auditoire comme pour le texte et son auteur, s’il parvient à faire entendre la nécessité d’écrire en réveillant nos plus obscurs besoins de comprendre, alors les livres s’ouvrent grand, et la foule de ceux qui se croyaient exclus de la lecture s’y engouffre derrière lui. »

Extrait de Comme un roman (Ed.Gallimard, 1992)

L’association Lire dans le noir…

Lire dans le noir défend la cause du livre audio depuis 2002. En plus de ses enregistrements de livres contemporains (disponibles en librairie et dans les bibliothèques sonores), Lire dans le noir suit de près l’actualité du secteur. Où trouver des livres sonores ? Quels sont les principaux éditeurs ? A qui s’adresser pour faire enregistrer un ouvrage ? Le site Internet de l’association répond à toutes ces questions. Pour sensibiliser le public à sa démarche et l’initier au plaisir de la lecture à voix haute, Lire dans le noir propose aussi des rencontres et animations lors de salons, festivals et autres manifestations littéraires : lectures dans le noir, atelier livres audio…

…en souvenir de Julien

Aveugle depuis l’âge de 7 ans, Julien Prunet n’a qu’un rêve : devenir journaliste. Soutenu par sa famille, il se donne les moyens d’y parvenir : DEA de sciences politiques, troisième cycle à l’Institut de droit comparé, école de journalisme renommée (CFJ)… le voilà enfin à France Info, où il se fait apprécier de tous. Julien est déterminé à vivre comme tout le monde. Il voyage en Europe, aux Etats-Unis, en Thaïlande, en Inde. Il va souvent au cinéma, accompagné de quelqu’un qui lui décrit les images.

Avide de découvertes, Julien s’évade aussi à travers les livres. Il écoute sur son walkman des cassettes achetées en Grande-Bretagne ou enregistrées par des associations, dévorant aussi bien les essais politiques que les romans, et défendant ardemment les livres qu’il a " lus " et les auteurs qu’il a aimés.

Prenant conscience de l’espoir que son parcours suscite chez d’autres non-voyants, Julien s’implique dans l’association Paul Guinot pour l’insertion professionnelle des aveugles, et participe à l’animation de "dîners dans le noir" destinés à sensibiliser les voyants au handicap (un concept si apprécié qu’il a ensuite été repris par un restaurant).

Son dernier défi ? Voler ! Avec l’association "les mirauds volants" il apprend à piloter un avion. Mais un jour de printemps, à tout juste 29 ans, Julien craque et met fin à ses jours.

Pour ses amis, l’histoire ne peut pas s’arrêter là. Quelques mois, plus tard, ils fondent l’association Lire dans le noir.

Lire dans le noir (Association Loi 1901) : 6 rue des pâtures 75016 PARIS

Coordination : Danielle Montaner contact@liredanslenoir.com

Consultez notre catalogue et suivez l’actualité du livre audio sur le site www.liredanslenoir.com !

La sélection 2010

FICTION – Romans récents :

D’autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère

Texte intégral lu par Eric Caravaca (Gallimard – Ecoutez lire) – 8h

"A quelques mois d’intervalle, la vie m’a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari. Quelqu’un m’a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n’écris-tu pas notre histoire ? "

« Le style est très fluide et va à l’essentiel. Tout est dans la sensation, le ressenti, l’émotion. La voix d’Éric Caravaca est très agréable, les intonations irréprochables, le débit de lecture idéal. » Madjid

Meurtre dans un jardin indien, de Vikas Swarup lu par Emmanuel Dekoninck (Audiolib) – 14h

Playboy millionnaire, Vivek "Vicky" Rai est tué lors de sa propre garden-party. Des palaces de Delhi aux bidonvilles de Mehrauli, des berges du Gange aux tapis rouges des premières de Bombay, entre vengeance, manigances politiques, quête d’un totem perdu ou d’une fiancée par correspondance, tous les chemins semblent mener au jardin du crime.

« Truculent, caricatural, vivant, amusant … et très distrayant. Le rythme est rapide, enlevé. L’unique interprète est excellent, passant avec aisance d’un personnage à l’autre. Il rend bien l’humour, toujours présent derrière les multiples rebondissements. » Catherine

L’ombre du vent, de Carlos Ruis Zafon

Texte intégral lu par Christian Brouard (CDL Editions) – 18h Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, un homme emmène son petit garçon dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant est convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y “adopter” un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer sa vie. « Ce livre est un pur chef d’oeuvre, qui vous captive dès les premières minutes et ne vous lâche plus. Mystère, rites initiatiques, histoires d’amour, réflexion sur la force de la lecture et des livres... si je n’avais le droit d’en garder que dix à lire et relire jusqu’à la fin de ma vie, il en ferait partie ! » Patrick

FICTION – Classiques :

L’inondation, d’Emile Zola

Texte intégral, lu par Charles Reale (Des oreilles pour lire) – 1h

Emile Zola nous fait revivre la terrible crue de la Garonne de 1875. « Bah ! m’écriai-je en haussant les épaules, il n’y aura rien. Tous les ans, c’est la même chose : la rivière fait le gros dos, comme si elle était furieuse, et elle s’apaise en une nuit, elle rentre chez elle, plus innocente qu’un agneau. Tu verras, mon garçon ; ce sera encore pour rire, cette fois… »

« On pense aux catastrophes naturelles que la France a récemment subies (tempête Xynthia, inondations dans le Var). Ce récit est un terrible fait divers, merveilleusement écrit, et dont le scénario ferait un très bon film hollywoodien ! D’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer à la fin ! » Isabelle

Des yeux de soie, de Françoise Sagan

Lu par Anouk Aimée (Editions des Femmes – Antoinette Fouque) – 1h

Les personnages de ces courtes nouvelles ont en commun l’apparence du bonheur. Mais derrière les masques se trouvent des hommes et des femmes seuls, inquiets, fragiles et sans défense. C’est tout l’art de Françoise Sagan, fait de légèreté et d’humour, de mettre à nu, en chacun d’eux, la fêlure.

« Formidable interprétation, toute en finesse et en retenue. On sent poindre une ironie permanente et une grande compréhension des personnages. Comme toujours, la légèreté de Sagan n’est qu’apparente et le drame se cache dans les moindres détails. Des nouvelles piquantes, divertissantes et qui nous obligent à méditer sur la nature humaine. » Tara

Le joueur d’échecs, de Stefan Zweig

Texte intégral, lu par Jacques Weber (Thélème) – 2h30

Lors d’une croisière, le champion du monde d’échecs Mirko Csentovic rencontre un homme capable de le battre. C’est en détention, lorsqu’il était aux mains de la Gestapo, que le docteur B. a fait l’apprentissage du jeu. Les échecs étant l’unique échappatoire de cet homme persécuté, ils occupèrent bientôt tout l’espace de son imagination jusqu’à devenir une obsession.

« On sent que Jacques Weber se passionne de plus en plus pour l’histoire au fur et à mesure de la lecture. La fin est particulièrement belle à mon goût. On ne veut pas reposer le casque lors de l’écoute, et après, on a envie d’aller se procurer d’autres livres de Stefan Zweig. » Antoine

DOCUMENTS :

L’exécution, de Robert Badinter

Extraits choisis par l’auteur, lus par Charles Berling (Audiolib) – 2h

Le 29 novembre 1972, Roger Bontemps est guillotiné. Robert Badinter, qui le défendait, a pourtant cru jusqu’au bout que son client échapperait à la peine capitale : Bontemps n’avait pas de sang sur les mains. Avec toute la force de son engagement, Charles Berling fait magistralement revivre ici le premier combat de Robert Badinter contre la peine de mort.

« Plus que touchée, j’ai été bouleversée par la façon dont Robert Badinter a traité le sujet, s’appliquant à décrire le plus sobrement possible les faits mais ne pouvant s’empêcher de laisser transparaître sa propre émotion et donc de la communiquer au lecteur. Charles Berling sert merveilleusement le texte, en ajoutant sa propre sobriété et son propre talent à ceux de Robert Badinter. » Jacqueline

Léon, témoignage de Léon Walter Tillage retranscrit par Susan Roth

Lu par Dominique Reymond (Ecole des loisirs – Chut !) – 1h

Léon est né en 1936, en Caroline du Nord. Être noir, dans les années quarante, cela signifiait qu’on pouvait perdre la vie, sans raison et sans espoir de justice. Les parents du jeune Léon lui disaient : " C’est comme ça que ça doit être ". Il a préféré écouter les paroles de Martin Luther King et risquer sa vie en participant à des marches pacifiques. Et un jour, enfin, les premières victoires sont venues.

« C’est un très bon choix pour un livre audio : l’auteur a essayé au maximum de conserver dans son écriture la forme orale du témoignage. La sobriété du récit le rend touchant. C’est un très beau témoignage. J’ai même envie de le relire ! » Hélène

Une Afrique en Radio, archives sonores de Robert Arnaut

Avec Thomas Baumgartner et Robert Arnaut (Frémeaux/Radio France) – 4h

Pour des millions d’auditeurs, sa voix est celle du « griot blanc » qui a su raconter ces cultures africaines trop souvent ignorées, recueillir à la source des paroles et des sons inouïs, diffuser des musiques méconnues. Robert Arnaut dessine avec Thomas Baumgartner les contours d’une Afrique sensible dans un voyage sonore, parfois drôle, parfois mystérieux, toujours respectueux et passionné.

« C’est un voyage radiophonique très réussi. Ce disque utilise très bien les possibilités de la radio et c’est donc beaucoup plus qu’un texte lu. » Romain

JEUNESSE :

Il faut sauver le prince Victor, de Christine Beigel

Lu par Jacques Allaire, Marion Aubert, Gigi Bigot (Benjamins Media) – 30 mn

Enfin ! Le roi Padchance de Chépadpo de Chépadbol vient d’avoir, après vingt-et-une filles, un garçon. Mais un jour, patatras ! Une bande d’affreux renverse le trône ; le prince Victor est fait prisonnier ! L’Amour pousse alors Zoé, une va-nu-pieds, à vouloir sauver son prince charmant...

"Yakagalopéjuskochato" !

« Histoire hilarante et originale, un peu acide, mais très très drôle, et les comédiens sont excellents. A la fin de l’histoire, les auditeurs sont invités à reconstituer ou imaginer ce qui est arrivé à la sorcière à partir de bruitages. Très réussi ! » Cécile

La véritable histoire du haricot magique, de François Vincent

Raconté par François Vincent (Oui Dire) – 50 mn

La fameuse histoire que l’on appelle « Jack et le haricot magique » n’est qu’un tissu de mensonges. C’est moi qui suis monté sur le haricot ! Une version contée, chantée, rythmée par une guitare imprévisible, des aventures rebondissantes d’un garçon qui accède au « monde d’en haut » en grimpant sur un haricot géant.

« Mes filles ont beaucoup aimé le Haricot magique. Vraiment chouette, plein d’humour. L’histoire est très bien construite, très drôle, riche en rebondissements. Le narrateur est parfait, le ton original et efficace, moderne. L’accompagnement à la guitare est très sympa et très dynamique, il apporte rythme et émotion au récit. » Eléonore

Petit chat perdu, de Natacha

Lu par Caroline Rivière et Félix Le Bars (Père Castor Flammarion) – 6 mn

Petit chat perdu a un peu faim. Le chien lui conseille d’aller voir la fermière et de dire "Ouaf ! Ouaf !" pour avoir un os, le coq de dire "Cocorico" pour avoir du grain… Mais ce que veut le petit chat, c’est du lait, et il a de plus en plus faim…

Qui va pouvoir l’aider ?

« C’est très mignon, naïf et simple, très touchant. J’ai eu un coup de coeur pour ce petit ouvrage en raison de son réalisme, de sa fraîcheur et des intonations du petit chat ! L’interprétation est parfaite. La musique, très enlevée et très adaptée, est présente sans excès et elle est agréable à écouter. Elle me semble habiller harmonieusement le texte. » Danielle

Les voix de la remise des prix

La soirée de remise des prix est elle-même une occasion de célébrer la lecture à voix haute. Plusieurs auteurs et interprètes (Anouk Aimée, Christian Brouard et François Vincent), ont accepté de venir lire en public des extraits des livres qu’ils ont enregistrés. Jean Leymarie, journaliste à France Info, a bien voulu jouer le Monsieur Loyal de la soirée. Caroline Cartier, de France Inter, nous offrira une chronique toute en sons, comme elle en a le secret. La comédienne Fanny Laudicina, qui avait imaginé les surprises sonores de la soirée de remise des prix en 2009, nous fait l’amitié de lire un extrait du livre Voix Off de Denis Podalydès. Et la soirée se conclura en musique, avec Les Voix Buissonnières qui espèrent vous sensibiliser à l’art lyrique :

- Qui peut me dire ce qu’est l’Opéra ?

- Euh… des grosses dames qui crient ?

Des mots d’enfants sans doute mais qui pourraient aussi être des mots d’adultes ; car nous l’avons remarqué, l’opéra fait parfois peur, ou impressionne, ou rebute. Quel dommage, c’est si beau, si drôle, si enthousiasmant d’entendre chanter ! Voilà pourquoi nous avons créé Les Voix Buissonnières : pour sortir l’opéra de sa tour dorée, en le chantant partout et pour toutes les oreilles du monde.

Ainsi, nous avons créé un opéra pédagogique destiné aux enfants de 5 ans et plus. Cendrillon d’Isabelle Aboulker est un opéra de 30 minutes suivi d’une séance pédagogique pour vous apprendre à chanter avec nous. Un spectacle qui boude sciemment les effets spéciaux tonitruants car il veut faire de l’opéra un art que chacun peut s’approprier.

D’où notre venue à Lire dans le Noir : amener l’art lyrique jusqu’à vous, en vous chantant des airs légers et qui vous raconteront des histoires, pour vous divertir, vous émouvoir, vous faire rêver en musique. Bref, un moment d’opéra sans tralala !

Les Voix Buissonnières

Contact : lesvoixbuissonnieres@hotmail.f

Un CD pour faire connaître les finalistes

Lire dans le noir veut souligner la diversité des livres audio aujourd’hui en France. Pour cette raison, l’association va continuer de promouvoir l’ensemble de la sélection 2010, notamment à travers la diffusion d’un CD audio présentant les 12 titres retenus par le comité de lecture. Ce CD rassemblant des extraits des finalistes sera offert à des acteurs culturels : libraires, bibliothécaires, responsables associatifs… Merci à la société Duplitechnologies, qui en a assuré gracieusement la fabrication.

DUPLITECHNOLOGIES

Votre partenaire Duplication

Depuis quelques années, nous sommes devenus un acteur incontournable dans le monde du pressage CD et DVD. Nos clients nous confient des missions de pressage CD et DVD, fourniture et gravure de CD-R et DVD-R, conception et réalisation de produits spéciaux, conditionnement, gestion des stocks… Notre niveau de service, nos tarifs compétitifs et la qualité de nos produits nous permettent d’être le partenaire privilégié de nombreux éditeurs et labels indépendants, d’institutionnels, d’agences publicitaires, de studios. Nous assurons une prestation complète, de la réception des fichiers à la livraison à l’adresse de votre choix.

Nous avons choisi de soutenir l’Association Lire dans le noir car nous avons connu le début de cette aventure, et nous l’avons suivie dans tous ses projets. C’est le combat d’Aurélie KIEFFER et de son équipe qui a permis de faire entendre aux malvoyants et non-voyants des livres de qualité et d’actualité, un public qui s’est élargi au fil du temps. Un enthousiasme qui a fini par convaincre de nombreux éditeurs pour le plaisir de tous.

DUPLITECHNOLOGIES – 9, rue du Lac ‐ 52360 CHANGEY

TEL 03 25 30 50 88 – fati@duplitechnologies.fr

Le studio de France Info porte son nom : Julien Prunet. Un nom qui se lit aussi du bout des doigts, en lettres braille. Ce n’est qu’à sa mort, le 28 mai 2002, que les auditeurs de France Info ont appris la cécité de Julien. Sa voix puissante les aidait à ouvrir les yeux le matin. En direct avec Catherine Pottier, il leur présentait France Info Plus, le dossier de la rédaction. Auparavant, il les avait fait voyager avec Français du monde (des témoignages de Français de l’étranger) et Tour du monde (un regard décalé sur l’actualité internationale).

Pendant près de quatre ans, il avait partagé avec tous sa bonne humeur et sa curiosité insatiable. A la disparition de Julien, sa consoeur Aurélie Kieffer a voulu lui rendre hommage en créant Lire dans le noir. C’est tout naturellement que Radio France lui a apporté son soutien en mettant à la disposition de l’association des moyens techniques et humains.

Radio France, une entreprise citoyenne

Au-delà des obligations fixées par son cahier des missions et des charges, Radio France souhaite s’affirmer en tant qu’entreprise citoyenne, à la pointe du progrès social, à la fois en tant qu’employeur et acteur dans la vie publique. Radio France a le souci que les valeurs du service public s’appliquent aussi à la vie interne de l’entreprise.

Radio France est engagée dans des actions favorisant l’égalité professionnelle, le pluralisme et la diversité. L’entreprise mène également une politique volontariste d’accueil et de maintien dans l’emploi des personnes handicapées, fondée sur la sensibilisation au sein de l’entreprise et sur l’aménagement des postes de travail.

Pionnière de l’information en continu, France Info a su, depuis ses premiers pas en 1987, se constituer un public fidèle. Aujourd’hui, elle s’adapte à l’éclosion de ses nombreux concurrents en innovant toujours plus dans la réactivité, le décryptage, l’investigation et le débat d’opinions.

Dans ses programmes, France Info accorde une large place à l’actualité de la culture sous toutes ses formes. Et parmi ces rendez-vous, pas moins de quatre chroniques consacrées à la lecture : Le livre du jour (Philippe Vallet), A livre ouvert (Valérie Expert), Les enfants des livres (Emmanuel Davidenkoff), BD, bande dessinée (Jean-Christophe Ogier).

Ecoutez France Info à Paris en FM sur 105.5 et sur Internet : www.france-info.com

La lecture sous toutes ses formes est sur France Culture avec plusieurs émissions qui en abordent régulièrement tous les contours, en explorent toutes les facettes…

Nourrie par le monde des idées et celui de la culture, France Culture utilise toutes les formes radiophoniques existantes, de la fiction au documentaire de création, du magazine élaboré à l’émission de plateau. Elle est aussi attachée à la diversité, sur l’antenne, des territoires, des disciplines et privilégie le dialogue entre la création et le patrimoine …

Tout savoir, tout écouter www.franceculture.com

La soirée de remise des prix Lire dans le noir a été sonorisée et enregistrée par les ingénieurs du son de Radio France. Vous pourrez prochainement la réécouter sur le site de l’association Lire dans le noir et sur les sites www.france-info.com et www.franceculture.com

La Fondation Orange soutient l’association Lire dans le Noir dans le cadre du Prix du livre Audio récompensant les meilleurs enregistrements de livres.

Ce soutien s’inscrit dans la continuité de l’engagement de la Fondation Orange en faveur d’une plus grande accessibilité à la culture et à l’information pour les personnes déficientes visuelles ou auditives.

Les musées, expositions : Le public déficient visuel peut bénéficier de dispositifs adaptés leur permettant d’appréhender par le toucher les volumes et les matières ou de contenus sous la forme d’audio description des oeuvres. Le public déficient auditif peut profiter de contenus en Langue des Signes Française par le biais de guide multimédia.

Les conférences : Mise en place de système de sur titrage et de traduction en LSF pour les déficients auditifs.

L’opéra et le théâtre : La programmation lyrique est accessible aux déficients visuels grâce à des casques à infrarouge et à une prestation d’audiodescription. Un accueil personnalisé et des visites préalables permettent également à ces publics de mieux appréhender les spectacles.

Le cinéma : Audiodescription et sous-titrage de DVD et l’équipement de salles en matériel d’audiodescription et boucle magnétique. Ces actions permettent aux cinéphiles déficients auditifs et visuels de retrouver le plaisir du cinéma.

La lecture : La Fondation Orange a pris part à des projets d’édition ou d’adaptation de livres pour les enfants (lecture en noir, en braille et en audio). Elle soutient la diffusion de la norme numérique Daisy qui permet d’écouter sur format numérique des livres, des revues, au titre d’activités de loisirs ou d’études universitaires, en bénéficiant d’une grande facilité de navigation et d’écoute.

La Fondation Orange s’engage pour rendre le monde plus accessible Depuis sa création en 1987, la Fondation Orange mène un important programme de mécénat qui s’inscrit dans le prolongement de la mission de l’entreprise : permettre à tous de mieux communiquer. En luttant contre l’isolement sensoriel, en favorisant une meilleure autonomie dans la vie quotidienne et professionnelle et en encourageant l’épanouissement culturel et social, la Fondation Orange se mobilise pour rendre le monde plus accessible.

Le mécénat de la Fondation se déploie dans six axes répartis dans trois domaines :

- la santé/le handicap en venant en aide aux personnes avec autisme, et en cherchant à améliorer l’autonomie et la qualité de vie des personnes atteintes de déficience visuelle ou auditive.

- l’éducation en participant à la lutte contre l’illettrisme et en favorisant l’éducation des filles dans les pays en développement.

- la culture en encourageant la pratique collective de la musique vocale.

Au-delà de son action en France, la Fondation Orange fédère et coordonne l’ensemble des actions de mécénat du Groupe à travers le monde. Des projets sont ainsi soutenus dans 30 pays en Europe, Asie, Moyen-Orient et Afrique.

www.orange.com/fondation

Direction générale des médias et des industries culturelles

Service du livre et de la lecture

Au sein du ministère de la Culture et de la Communication, le service du livre et de la lecture a notamment pour mission de permettre l’accès du plus grand nombre au livre et la lecture.

Dans un contexte de pénurie de livres adaptés aux besoins des personnes handicapées (en braille, en gros caractères, en format sonore...), le service du livre et de la lecture agit en soutenant des projets qui participent au développement de l’offre disponible et en accompagnant les efforts des bibliothèques publiques pour une meilleure accessibilité de leurs bâtiments, de leurs collections et de leurs services.

Depuis 2006 elle soutient régulièrement l’association Lire dans le noir dans sa démarche de promotion du livre audio, support qui permet une lecture partagée par les déficients visuels et les voyants. Elle a ainsi apporté son concours à l’édition par Lire dans le noir de deux livres audio pour les adolescents : Histoire(s) d’amour(s) d’Arnaud Cathrine, en 2006 et Du vent dans mes mollets, de Raphaële Moussafir, en 2007. En autorisant des bibliothèques publiques à prêter gratuitement ces ouvrages aux personnes déficientes visuelles, l’association a confirmé son engagement fort en direction du public que l’on dit « empêché de lire ».

Avec la création du Prix du livre audio, Lire dans le noir a franchi un nouveau pas que le service du livre et de la lecture souhaite accompagner. Faire connaître le livre audio au grand public, en favoriser l’essor éditorial et commercial, c’est en effet permettre aux déficients visuels d’accéder à une offre de lecture accessible plus étendue, en prise avec l’actualité littéraire, à un prix proche de celui du livre imprimé.

Fondée en 1838 par Honoré de Balzac, Alexandre Dumas, Victor Hugo et George Sand, la SGDL est la seule association d’auteurs, gérée par des auteurs.

Association reconnue d’utilité publique, sa vocation est le soutien aux auteurs ainsi que la défense de leurs droits, individuellement (droit moral, intérêts patrimoniaux) et collectivement (statut juridique et social). Elle regroupe tous les auteurs de l’écrit publiés aux termes d’un contrat d’édition ou de diffusion, quel que soit le mode de diffusion de leur oeuvre (livre, radio, audiovisuel, etc.), et quelles que soient les sociétés de perception et de répartition dont ils sont par ailleurs membres.

Pour adhérer à la Société des Gens de Lettres il faut avoir publié au moins un ouvrage à compte d’éditeur. L’adhésion est de 40 euros annuels. Adhérer à la SGDL contribue à défendre les valeurs du droit d’auteur. Les membres de la SGDL bénéficient par ailleurs de nombreux services personnalisés : une aide juridique et fiscale, un soutien judiciaire en cas d’abus caractérisé, une mutuelle, etc.

La SGDL propose également une protection des oeuvres sous toutes leurs formes grâce au dépôt sécurisé des manuscrits sur papier (service des dépôts : 01 53 10 12 01).

La SGDL organise de nombreuses rencontres culturelles pour valoriser le patrimoine littéraire contemporain. Elle décerne chaque année 60 000 € de prix littéraires.

Société des Gens de Lettres

Hôtel de Massa

38 rue du Fbg-St-Jacques

75014 Paris

www.sgdl.org – courriel : sgdl@sgdl.org

17) EN DECEMBRE, « A VOUS DE VOIR » VOUS INVITE A UNE « ESCAPADE EN GRANDE BRETAGNE »

Sur France 5 le lundi 6 décembre à 8h30

(Diffusion hertzienne) et le samedi 11 décembre à 22h30 (Rediffusion sur le câble et satellite, ADSL et TNT)

Ce film propose de découvrir la situation des personnes aveugles et malvoyantes en Grande-Bretagne. Sans aller jusqu’à comparer point par point des lois forcément très différentes car marquées par des cultures bien distinctes, nous chercherons à comprendre les grands principes qui régissent la compensation du handicap visuel au Royaume-Uni.

On y apprendra notamment que dans ce pays, l’accent est mis sur l’aide à l’intégration sociale par le travail, parfois au risque de pénaliser les personnes qui ne réussissent pas à entrer sur le marché de l’emploi salarié ou décident de se consacrer à des activités bénévoles.

On y découvrira aussi le rôle central des « Charities », ces nombreuses associations de bienfaisance qui tirent leur financement de la générosité du public et jouent un rôle central dans l’aide aux personnes handicapées. Supposées apporter un complément aux aides gouvernementales, elles en arrivent parfois à devoir s’y substituer, surtout dans une période d’austérité où l’on annonce d’importantes coupes dans les dépenses publiques.

Au cours de cette exploration du paysage britannique, nous rencontrerons entre autres témoins Jill Allen-King, militante active de la cause des aveugles depuis plus de 40 ans, Lord Colin Low, parlementaire et vice-président du RNIB, une des principales « Charities » consacrée aux personnes aveugles et malvoyantes et Mark Pivac, journaliste à la radio BBC World.

Ce film, ainsi que les précédents « A Vous de Voir » peuvent être visionnés sur le site de France 5 en suivant ce lien : http://www.france5.fr/a-vous-de-voi...

Format : 26’ - Production : bleu Krystal media – Philippe Muller

Avec la participation de France Télévisions - Réalisation : Philippe Dorison

Avec la participation du : Centre National du Cinéma et de l’Image Animée.

Avec le soutien de : l’Association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants et de la Fédération des Aveugles de France.

18) MY FAIR LAD

Musique Frederick Loewe (1904-1988)

Livret et lyrics Alan Jay Lerner (1918-1986)

Musical inspiré de la pièce de George Bernard Shaw et du film Pygmalion de Gabriel Pascal

Direction musicale Kevin Farrell

Mise en scène Robert Carsen

Comment transformer une simple vendeuse de fleurs en lady ? En lui faisant perdre son accent populaire ! Tel est le pari du professeur Higgins. Et comment tirer d’une pièce de George Bernard Shaw sans déclaration d’amour, ni scène dansée, un musical à succès ? Cet autre pari était fou : son plébiscite le fut plus encore.

Représentations avec audiodescription

- mardi 14 décembre à 20h

- mercredi 15 décembre à 20h

- samedi 18 décembre à 15h

- dimanche 19 décembre à 15h

Avec le soutien de la Mairie de Paris

RÉSERVATIONS

01 40 28 28 40

relations-publiques@chatelet-theatre.com

du lundi au samedi, de 10h à 19h

Par correspondance

Théâtre du Châtelet

Service des Relations avec le Public

2 rue Edouard Colonne

75001 Paris

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d’audiodescription dont vous avez besoin ainsi que la présence éventuelle d’un chien guide.

TARIFS

Réduits pour la personne déficiente visuelle et un accompagnateur :

Les 14 et 15 décembre à 20h et le 19 décembre à 15h

Catégorie 1 : 49,50 euros (au lieu de 99 euros)

Catégorie 2 : 39,50 euros (au lieu de 79 euros)

Catégorie 3 : 29,50 euros (au lieu de 59 euros)

Catégorie 6 : 5 euros (au lieu de 10 euros)

Le 18 décembre à 15h

Catégorie 1 : 39,50 euros (au lieu de 79 euros)

Catégorie 2 : 31,50 euros (au lieu de 63 euros)

Catégorie 3 : 23,50 euros (au lieu de 47 euros)

Catégorie 6 : 4 euros (au lieu de 8 euros)

ACCÈS

Théâtre du Châtelet

Place du Châtelet / Paris 1er

Métro Châtelet, lignes 1, 4, 7, 11, 14

19) FUNERAILLES D’HIVER EN AUDIODESCRIPTION

Chers spectateurs,

Je viens de terminer l’écriture de la description des Funérailles d’Hiver pour le théâtre du Rond-Point. Ce fût un travail jubilatoire. Cette audiodescription sera disponible lors des trois représentations accessibles les 21, 26 et 28 novembre prochains.

Je vous encourage vivement à profiter de ces trois représentations pour découvrir cette production à la mise en scène vive, intelligente, originale. Elle sert à merveille cette comédie féroce et hilarante sur la bêtise humaine et l’égoïsme absolu.

Je suis sûre que vous apprécierez le langage théâtral d’Hanokh Levin qui est d’une drôlerie infinie, où se mélangent provocation, poésie, quotidien et humour ; où l’absurde et le fantastique surgissent de manière improbable.

Il reste quelques places à réserver auprès de Louise Petit du théâtre du Rond-Point au 01 44 95 98 16.

Ci-dessous, vous trouverez toutes les informations pratiques.

Et n’hésitez pas, après la représentation, à nous faire connaître vos avis.

Bien cordialement.

Anne Barthélemy

Théâtre du Rond-Point

Adresse : Théâtre du Rond-Point 2 bis av. Franklin D.Roosevelt 75008 Paris

Métro Franklin D. Roosevelt, lignes 1, 9

Métro Champs-Élysées Clemenceau, lignes 1, 13

Bus 28, 32, 42, 73, 80, 83, 93

Représentations adaptées :

21/11/2010 à 15h00

26/11/2010 à 21h00

28/11/2010 à 15h00

Infos tarifs et réservations

Tarif réduit 20 € (au lieu de 34 €)

Tarif jeunes (moins de 30 ans) 10 € (au lieu de 14 €)

Réservations auprès de Louise Petit

Par téléphone : 0144959816

Par mail : louise.petit@theatredurondpoint.fr

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d’audiodescription dont vous avez besoin, ainsi que la présence éventuelle d’un chien guide.

20) ANDROMAQUE A LA COMEDIE FRANCAISE

De Jean Racine

Les luttes menées par les membres d’un quatuor amoureux pour sortir de l’impasse radicale dans laquelle ils se trouvent sont le moteur de la tragédie qui règlera leur sort.

Représentation adaptée :

02/12/2010 à 20h30

Catégorie A 25 €

Catégorie B 18 €

Catégorie C 9 €

Réservations auprès de Youssef Agayou

Par téléphone : 0144581502

Par mail : youssef.agayou@comedie-francaise.org

Lors de votre réservation, nous vous remercions de préciser le nombre de casques d’audiodescription dont vous avez besoin, ainsi que la présence éventuelle d’un chien guide.

Comédie-Française

Place Colette, 75001 Paris

Informations complémentaires :

Métro station Palais Royal - Musée du Louvre (lignes 1, 7) ou station Pyramides (lignes 7, 14)

Bus 21, 27, 39, 48, 67, 68, 69, 81, 95

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0