Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2008 > Bulletin 5 du 25 février 2008

Bulletin 5 du 25 février 2008

SOMMAIRE

1) EDITORIAL

2) LES MEMBRES ACTUELS DU CNPSAA

3) ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES, POURQUOI MANIFESTER ?

4) ELECTIONS MUNICIPALES MARS 2008 : « ACCESSIBILITE AUX BUREAUX DE VOTE »

4. A) PRÉSENTATION DE L’OPÉRATION

4. B) QUESTIONNAIRE

5) CONCOURS

5. A) CONCOURS DIRE LE NON-VISUEL

5. B) RÈGLEMENT DU CONCOURS

1) EDITORIAL

1. A) CNPSSA

Une fois n’est pas coutume, pour commencer ce bulletin, parlons du CNPSAA. Fondé en 1948, il a pour buts de :

- Rassembler dans le respect des spécificités de chacune d’entre elles, les principales associations françaises agissant auprès des personnes aveugles ou malvoyantes.
- Coordonner leurs actions et demandes pour proposer ou défendre un point de vue commun sur les dossiers dont il a connaissance.
- Favoriser l’amélioration de l’intégration scolaire, professionnelle, économique, culturelle et sociale des personnes aveugles ou malvoyantes, notamment par l’évolution et l’adaptation des législations.

Depuis toujours, il a été associé à la préparation des textes législatifs et règlementaires concernant les personnes handicapées, notamment des lois de 1975 et 1987. Il a fait en sorte que la spécificité du handicap visuel soit prise en compte.

Mais c’est surtout dans la préparation de la loi du 11 février 2005 et de ses textes d’application qu’il a pris une part très active, ce qui lui a permis d’être aujourd’hui pleinement reconnu par les Pouvoirs Publics.

Dans ces conditions, l’Assemblée Générale Extraordinaire du 21 septembre 2007 a estimé que le CNPSAA, qui se compose aujourd’hui de 21 associations qui ont une action nationale, devait s’ouvrir a d’autres associations qui ont une action régionale, départementale ou locale.

Ces associations peuvent désormais nous rejoindre en qualité de Membres Associés.

Pour votre parfaite information, je reproduis, ci-après, l’article 7 de nos statuts modifiés qui les concerne spécifiquement :

ARTICLE 7 – MEMBRES ASSOCIES

Peut être admise comme Membre Associé toute association ayant, parmi ces principaux objectifs de regrouper, aider, assister, défendre, ou représenter des personnes atteintes de handicap visuel, dans l’un des domaines couverts par l’action du CNPSAA.

Les Membres Associés peuvent avoir un champ d’action national, régional, ou départemental. Le nombre de leurs adhérents ne peut être inférieur à trente personnes physiques ou cinq personnes morales, ni leur durée d’existence inférieure à deux ans.

Les Membres Associés ne peuvent être filiales d’un Membre Fondateur Titulaire ou Adhérent.

FIN DE L’ARTICLE 7

Les Membres Associés devront s’acquitter d’une cotisation annuelle dont le montant est égal à 20% de celle des Membres Adhérents, soit aujourd’hui 160 €.

Par cette ouverture nous voulons, d’une part, permettre a des associations, souvent très actives d’être davantage entendues, nous souhaitons aussi, il ne faut pas le cacher, être encore plus représentatif des personnes atteintes de déficience visuelle.

Nous invitons toute association souhaitant nous rejoindre à adresser au Secrétariat Général un dossier comprenant les pièces suivantes :

ARTICLE 9 – DOCUMENTS A FOURNIR EN VUE DE L’ADMISSION

Toutes les demandes d’admission doivent être adressées au Siège Social du Comité. Elles doivent être accompagnées de trois exemplaires des pièces suivantes :

- Statuts de l’association, avec indication du Siège Social, date et numéro de publication au Journal Officiel

- Liste nominative des membres du Conseil d’Administration, avec indication de leur fonction

- Compte rendu moral et financier sur l’activité de l’association durant le dernier exercice

- Liste des filiales ou sections de l’association avec indication de leur siège

- Les associations souhaitant adhérer en qualité de Membres Associés, devront également fournir toute pièce permettant de justifier du nombre de leurs membres.

FIN DE L’ARTICLE 9

Diffusez largement cette information, vous trouverez en pièce jointe la liste des membres actuels du CNPSAA.

Avant de clore ce chapitre, permettez-moi de vous rappeler que, si vous le souhaitez, vous pouvez apporter une contribution individuelle à notre action, ce qui, pour nous, est un encouragement très précieux. Pour devenir sympathisant il vous en courtera 15 €, vous devrez débourser 40 € pour être bienfaiteur. Un grand merci à chacune et chacun d’entre vous. !

1. B) Manifestation du 29 mars prochain

Comme plus de 40 associations de personnes handicapées, le CNPSAA, et donc l’ensemble des associations qui en sont membres, s’associent à l’importante manifestation prévue à Paris le samedi 29 mars prochain. Il s’agit, pour nous, d’alerter les Pouvoirs Publics sur l’insuffisance des ressources dont bénéficient actuellement les personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler. L’article de Jean-Pierre Gantet, « Allocation aux Adultes Handicapés : Pourquoi manifester ? », que vous trouverez en pièce jointe, présente une analyse synthétique de la situation. Il souligne, à juste titre, que le CNPSAA reste, de plus, très attaché à ce que le thème du travail des personnes handicapées pouvant exercer une activité professionnelle prenne toute sa place.

L’APF annonce 20 000 fauteuils dans la rue, l’UNAPEI, la FNATH, l’APAJH et plusieurs autres associations membres du CNCPH comptent mobiliser plusieurs milliers de participants.

Le CNPSAA doit être à la hauteur. Nous avons été 1500 lorsqu’il s’est agi de lutter contre la récupération des allocations. Nous voudrions faire aussi bien aujourd’hui. Prenez contact dès à présent avec la Délégation Locale d’une de nos associations membres la plus proche de votre domicile. Celle-ci a été invitée à mettre en place l’organisation de cette journée, si possible, en lien avec les associations de personnes handicapée représentées dans votre département.

Nous nous retrouverons tous sous la bannière du CNPSAA à partir de 12 heures le 29 mars prochain, à l’angle de la rue du Temple et de la place de la République (Métro Temple). Le cortège partira à 13 heures en direction de l’Opéra (environ 2,5 km, 1 heure de marche plus discours au point d’arrivée). Une délégation demandera à être reçue à l’Elysée pour porter Le Pacte signé par nous tous. 8000 personnes ont, à ce jour, apposé leur signature. Faites comme elles sur le lien : http://pacte.blogs.apf.asso.fr/sign.html

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances d’être entendus. Nous comptons donc sur chacun et chacune d’entre vous.

1. C) Questionnaires :

Si vous êtes déficient visuel, continuez à répondre à Jean-Pierre Gantet pour lui faire part des difficultés que vous rencontrez dans votre vie quotidienne. Il a commencé à préparer une brochure à ce sujet et a donc besoin de vos témoignages (voir bulletins n° 2008-2 et 2008-3)

Plus d’une trentaine d’entre vous ont déjà répondu au questionnaire concernant le fonctionnement des MDPH pour les déficients visuels, publié dans notre précédent bulletin. Pour que les résultats soient significatifs, nous souhaitons obtenir au moins 300 réponses. N’hésitez pas à nous retourner le questionnaire ou à téléphoner l’après-midi entre 14 et 17 heures au secrétariat du CNPSAA qui le remplira pour vous. Bien que déjà fort occupée, notre secrétaire aidera ceux d’entre vous qui ont des difficultés à le faire, à compléter le document. Soyez bref dans vos réponses, Claire est déjà beaucoup sollicitée.

Enfin, en partenariat avec d’autres organisations, nous souhaitons nous interroger sur l’accessibilité des bureaux de vote et autres équipements publics aux personnes malvoyantes (voir pièce jointe). L’accessibilité du questionnaire aux personnes totalement aveugles n’étant pas certaine, considérons qu’elles ne sont pas concernées.

1. D) Concours : « Dire le non-visuel »

Dans le cadre des multiples manifestations qui auront lieu en 2009 pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Louis Braille, le GIAA organise un concours dont le thème, très original, va passionner ceux d’entre nous qui aiment manier le poinçon, la plume ou l’ordinateur. Dès à présent, préparez votre texte conformément aux indications et au règlement de ce concours que vous trouverez ci-dessous. Nous aurons tous beaucoup de plaisir à lire vos différentes contributions. Celles des gagnants seront regroupées dans un ouvrage publié en 2009.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Philippe Chazal Secrétaire Général

2) LES MEMBRES ACTUELS DU CNPSAA

- ANMCGA Président : Alain DELAPLACE 430 place Louise Michel Bat 6 93160 Noisy Le Grand tel : 01 43 03 12 12

anmcga@chiensguides.fr

http://delaplace.anmcga.9online.fr/

- ANPEA Président : Pierre GALLIX 12 bis rue de Picpus 75012 - Paris

Tel : 01 43 42 40 40

Fax : 01 43 42 40 66

anpea@wanadoo.fr

http://pagesperso-orange.fr/anpea/

- APAM Président : Jean-Paul BOISSIN 3 rue Jacquier 75014 - Paris

Tel : 01 40 44 67 65

Fax : 01 40 44 67 75

apam.contact@apam-paris.asso.fr

http://apam.qelios.net/

- AP Guinot Président : Maryvonne LYAZID

24/26 bd Chastenet de Géry 94814 Villejuif Cedex

Tel : 01 46 78 01 00

Fax : 01 46 78 50 35 paulguinot@guinot.asso.fr

http://www.guinot.asso.fr/

- Association des Donneurs de Voix Président : Nicole BERATO BP 134 19101 Brive Cedex

Tel : 05 55 87 18 87

Fax : 05 55 86 16 14 advsecnat@wanadoo.fr http://www.advbs.fr/

- Auxiliaires des Aveugles Président : Thomas MEYER 71 av de Breteuil 75015 - Paris

Tel : 01 43 06 94 30

Fax : 01 42 73 53 92

lesauxiliaires@wanadoo.fr

http://www.lesauxiliairesdesaveugle...

- AVH Président : Gérard COLLIOT

5 rue Duroc 75343 - Paris Cedex 07

Tel : 01 44 49 27 27

Fax : 01 44 49 27 10

avh@avh.asso.fr

http://www.avh.asso.fr/

- CLAPEAHA Président : Henri FAIVRE

18 rue Etex 75018 - Paris

Tel : 01 42 63 12 02

Fax : 01 46 27 80 92

clapeaha@wanadoo.fr

- FAF Président : Julien AIMI

58 avenue Bosquet 75007 - Paris

Tel : 01 44 42 91 91

Fax : 01 44 42 91 92

faf@faf.asso.fr

http://www.faf.asso.fr/

- FDFA Président : Maudy PIOT 16 rue Emile Duclaux 75015 - Paris

Tel : 01 45 66 63 97 Fax : 01 43 06 25 22

fdfa.asso@free.fr http://www.femmespourledire.asso.fr/

- FFAC Président : Jack PERRIN

71 rue de Bagnolet 75020 - Paris

Tel : 01 44 64 89 89

Fax : 01 44 64 89 80

federation@chiensguides.fr

http://www.chiensguides.fr

- FF Handisport Président : Gérard MASSON

42 rue Louis Lumière 75020 - Paris

Tel : 01 40 31 45 00

Fax : 01 40 31 45 42

accueil@handisport.org

http://www.handisport.org/

- FISAF Président : Maryvonne LYAZID

12 rue Alfred de Musset Ambares 33565 Carbon-Blanc Cedex

Tel : 05 57 77 48 30

Fax : 05 57 77 48 35

contact@fisaf.asso.fr

http://www.fisaf.asso.fr/

- GIAA Président : Marie DE SAINT BLANQUAT

5 avenue Daniel Lesueur 75007 - Paris

Tel : 01 47 34 30 00

Fax : 01 47 34 80 00 giaa@giaa.org http://www.giaa.org/

- Handicap Zéro Président : Patrice CAILLEAUD 160 rue Montmartre 75002 - Paris

Tel : 01 53 40 95 55

Fax : 01 53 40 95 56

contact@handicapzero.org http://www.handicapzero.org/

- Retina France Président : Françoise GEORGES

2 chemin du Cabirol 31771 Colomiers

Tel : 0 810 30 20 50

Fax : 05 61 78 91 00

communication@retina.fr

http://www.retina.fr/

- SPS Président : Edouard FERRERO

56 bd des Invalides 75007 - Paris

Tel : 01 44 49 35 56

Fax : 01 44 49 35 56

asso.sps@libertysurf.fr

http://asso-sps.ifrance.com/

- UAG Président : Général Pierre GUILLERMET

20 rue d’Aguesseau 75008 - Paris

Tel : 01 44 51 60 40

Fax : 01 44 71 06 47

uag2@wanadoo.fr

- UGAMPA Président : Bernard BOULANGER

103 rue de Vaugirard 75006 - Paris Tel : 01 45 44 30 65

ugampa@tele2.fr

http://ugampamusimuse.mabulle.org/

- UNAKAM Président : Hervé COCHET

85 rue d’Hauteville 75010 - Paris

Tel : 01 48 24 17 00

Fax : 01 48 24 01 12

unakam.asso@free.fr http://unakam.asso.free.fr/

- Voir Ensemble Président : Jacques CHARLIN

15 rue Mayet 75006 - Paris

Tel : 01 53 86 00 00

Fax : 01 53 86 00 51

courrier@voirensemble.asso.fr

http://www.voirensemble.asso.fr/

3) ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES, POURQUOI MANIFESTER ?

Pour bien comprendre le mouvement de protestation organisé par les associations de personnes handicapées le 29 mars sous l’intitulé « Ni pauvre, ni soumis », il faut revenir quelques années en arrière.

En 2002-2003, il y avait eu un grand débat pour savoir si l’on conservait l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés à forme de minima social au même titre que le RMI et bien d’autres allocations couvrant au total près de 5 millions de titulaires) ou si l’on optait pour un véritable revenu de remplacement proche du SMIC, assujetti aux prélèvements sociaux ; juridiquement proche d’une pension et réservé aux personnes handicapées ne pouvant travailler en raison de leurs inaptitudes physiques ou intellectuelles. Cette solution était attrayante. Elle sortait l’AAH des minima sociaux et était beaucoup plus lisible en ce qui concerne le travail et l’emploi.

Il y avait d’un côté, ceux qui ne pouvant travailler, touchaient un revenu de remplacement décent, et de l’autre côté, ceux qui, sensés pouvoir travailler, recevaient un RMI majoré du fait de leur handicap.

Cette solution ne fut malheureusement pas retenue essentiellement pour trois raisons :

1. La difficulté à trouver les bons critères départageant les gens pouvant travailler de ceux ne le pouvant pas (cela ne dépend pas uniquement de la personne mais touche également l’environnement).

2. Le coût de la mesure, très difficile à évaluer dans ces conditions.

3. La crainte des Pouvoirs Publics qu’une protection sociale de bon niveau ne vienne démotiver les personnes handicapées pouvant éventuellement travailler.

L’AAH a donc conservé sa nature d’allocation correspondant à un minimum social ciblé sur une population donnée. Cette allocation de base peut éventuellement être majorée par certains compléments mais dans des limites très sévèrement encadrées.

Aujourd’hui, cette allocation de base est de 628,10 Euros maximum alors que le seuil de pauvreté est de 817 Euros, ce qui est scandaleux en soi. Mais, ce qui a mis le feu aux poudres, est la conjonction :

- D’une promesse électorale de notre Président : majorer de 25% l’AAH durant sa mandature.

- De la découverte, dans le budget 2008, que la majoration pour cette année là, ne serait que de 1,6% alors que l’inflation en 2007 avait atteint les 2,3%.

Les plus raisonnables d’entre nous auraient compris que, les caisses étant vides, la majoration ne dépasse pas l’inflation mais certainement pas qu’elle lui soit inférieure après de telles promesses.

Cette manifestation était donc parfaitement justifiée. Les Pouvoirs Publics en sont conscients puisque avant même qu’elle ne se produise, ils ont pris deux mesures très intéressantes :

- A partir de 2009, le calcul du montant de l’AAH se fera en janvier et non en juillet et les revenus pris en considération seront les derniers connus, c’est-à-dire ceux de l’année N-2. En clair, cela veut dire que pour l’AAH de 2009, ce seront les revenus 2007. Si vous avez travaillé en 2008, vos gains ne seront pas pris en compte pour le calcul de l’AAH 2009. C’est une incitation importante pour ceux qui commencent à travailler.

- Une majoration de 5% du minimum vieillesse vient d’être accordée. A ce jour, nous n’avons pas encore la confirmation écrite que l’AAH, qui lui est indexée, va suivre mais tout le laisse supposer.

Dans ces conditions, faut-il encore inciter nos adhérents à manifester le 29 mars ?

Pour notre part, nous le demandons car maintenir l’AAH en dessous du seuil de pauvreté n’est pas acceptable, mais nous aimerions voir les slogans se modifier ou se compléter. Nous voudrions en particulier que, s’adressant à un gouvernement qui prône le « travailler plus pour gagner plus », le thème du travail des personnes handicapées prenne toute sa place en insistant sur :

- L’obligation de cotisation et d’emploi des trois Fonctions Publiques.

- Notre participation à la réflexion autour du R.S.A. (Revenu Social d’Activité) qui peut être très intéressant pour tous ceux qui ne peuvent travailler à temps complet.

- La mise en place d’une vraie réflexion sur l’employabilité des personnes handicapées et la notion de handicap lourd.

Bien entendu, cela ne nous dispense pas du travail de fond déjà entrepris : formation initiale et continue, recherches branche par branche des niches d’emplois possibles et des formations correspondantes, meilleure coordination du FIPHFP (Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique), de l’Agefiph, de la CNSA, etc.

Ce travail de fond est fondamental car de grandes manifestations comme celle prévue le 29 mars n’ont de sens que si elles permettent de débloquer des dossiers très solidement préparés en amont.

Jean-Pierre GANTET

4) ELECTIONS MUNICIPALES MARS 2008 : « ACCESSIBILITE AUX BUREAUX DE VOTE »

Le CONSEIL NATIONAL HANDICAP,

L’AGENCE DE NOTATION DES VILLES, MÉTROPOLES ET TERRITOIRES,

Le CNPSAA, et le GIHP

4. A) PRÉSENTATION DE L’OPÉRATION

Objectif :

Accélérer le processus d’adaptation de la ville aux personnes handicapées.

Méthode :

Enquête réalisée à l’occasion des élections municipales de mars 2008 auprès d’un panel de personnes handicapées se rendant aux bureaux de vote afin d’évaluer les problèmes d’accessibilité.

Exposé des motifs :

L’accessibilité des bureaux de vote a une valeur symbolique : en effet, prendre la mesure des difficultés rencontrées par les personnes qui se rendent au bureau de vote, ceci incluant naturellement le trajet dans l’espace urbain, peut provoquer un déclic chez les élus, nouveaux comme anciens, et les inciter à accélérer la mise en œuvre de leur plan d’adaptation des infrastructures et bâtiments publics aux personnes handicapées.

Le but poursuivi n’est pas de distribuer des bons et des mauvais points aux municipalités mais de permettre aux élus et à l’opinion de prendre la mesure du chemin qui reste à parcourir.

Il s’agit d’obtenir des résultats significatifs avant les échéances de 2015. Une étude comparable sera effectuée pour s’en assurer autour de 2011.

Mode opératoire à l’intention des personnes handicapées :

Chacun et chacune d’entre vous va pouvoir témoigner en remplissant un questionnaire que nous avons simplifié au maximum.

Vous nous direz, après être allés voter, comment vous vous êtes déplacés, quelles difficultés vous avez rencontrées à cette occasion (surtout, précisez bien si vous avez ou non bénéficié d’une aide extérieure pour ce déplacement), mais également si vous rencontrez des difficultés d’une manière plus générale dans vos déplacements, ou pour accéder aux équipements publics.

Vous nous direz également, si vous n’êtes pas allés voter, si vous l’avez fait par procuration et pourquoi.

Le questionnaire est anonyme, mais votre code postal nous permettra de faire, au-delà du diagnostic d’ensemble, un diagnostic particulier des Communes pour lesquelles nous aurons collecté un nombre suffisant de réponses.

Vous pourrez remplir notre questionnaire en vous rendant sur le site www.mobilitedanslaville.com.

Si vous préférez, vous pouvez également nous renvoyer le questionnaire rempli à la main à :

Conseil National Handicap, 8 avenue de l’Opéra, 75008 PARIS.

4. B) QUESTIONNAIRE

Questionnaire pour personne mal voyante

I – Vous avez voté …..

o En vous rendant au Bureau de vote sans aide extérieure (vous pourrez alors répondre à la question II puis à la question III sur les difficultés rencontrées sur le trajet)

o En vous rendant au Bureau de vote avec une aide extérieure (allez directement à la question IV)

o Par procuration (raisons à indiquer en VIII, et allez à la question V)

o Vous n’avez pas voté (raisons à indiquer en VIII, et allez à la question VI)

II - Vous êtes allé(e) voter……. (On peut cocher plusieurs cases)

o A pied

o Par les transports en commun

III - Avez-vous rencontré des difficultés sur l’un ou l’autre des points suivants ?

o Mobilier urbain

o Signalisation traversée de chaussée insuffisante

o Accès aux transports en commun

o Place assise dans les transports en commun

o Accès au Bureau de vote

IV – Comment avez-vous fait le choix de votre bulletin de vote ?

o Bulletin préparé à la maison à l’aide des envois postaux de la Mairie

o Avec l’aide d’une tierce personne

V - Quelles facilités vous ont été offertes pour prendre connaissance de la profession de foi des candidats ?

o Gros caractères

o Support audio

o Aucune facilité

VI – Que diriez-vous, d’une manière générale, de vos déplacements lorsqu’ils s’effectuent sans aide extérieure (en particulier dans les lieux publics)

o Vous rencontrez de nombreux obstacles

o Vous rencontrez quelques difficultés

o Vous ne rencontrez pas de difficulté majeure

o Vous ne rencontrez aucune difficulté

VII – Y a-t-il des équipements publics dont l’accès ou l’utilisation vous semblent particulièrement difficiles ?

o Gare

o Poste

o Mairie

o Bibliothèque

o Commissariat de police

VIII – Faites nous part de vos remarques …………………………………………………………………………………………. ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………………………..

IX – Indiquez le code postal de votre lieu de résidence :

……………………….

X – Indiquez le code postal de votre lieu de vote

……………………….

5) CONCOURS

5. A) CONCOURS DIRE LE NON-VISUEL

Le GIAA, dans le cadre du CINAL, organise un concours de nouvelles (textes courts de témoignage ou d’imagination) ouvert à tout individu, ou groupe d’individus écrivant en langue française. Le thème de ce concours est « Dire le non-visuel » : narrer une expérience sensible autre que visuelle ou impliquant la description de personnages, d’objets ou de lieux grâce aux perceptions auditives, tactiles, olfactives ou gustatives. Les textes ainsi recueillis seront édités ou lus publiquement, afin de faire dialoguer les sensibilités d’auteurs et de lecteurs voyants, malvoyants et aveugles autour de ce que c’est qu’entendre, toucher, humer ou goûter.

Comment connaissons-nous le monde et sentons-nous la vie autrement que par la vue ? Que savons-nous de la ville ou de la nature par la succession de leurs bruits, de leurs senteurs et de leur contact ? Que pouvons-nous dire du son, de l’odeur et du toucher des objets que nous manipulons, de la nourriture que nous préparons, des plantes que nous soignons... ? Que nous apprennent des gens une voix, une poignée de main ou une embrassade ?

En-deçà de l’objectivité des choses et de l’abstraction des idées, c’est cette face muette de la réalité qu’il s’agit d’explorer. De fait, à l’exception du goût, dont les Français continuent à parler, la société contemporaine relègue dans l’accessoire ou dans l’anecdotique l’écoute, le tact et l’olfaction. Pour les déficients visuels, écouter, toucher et humer sont des nécessités fonctionnelles qu’ils intériorisent à tel point qu’ils ne les évoquent presque jamais.

Et si les aveugles redonnaient aux voyants le désir et le plaisir de cultiver les quatre autres sens que nous pouvons partager ? « Dire le non-visuel », ce sera faire mentir l’adage du pigeon voyageur de La Fontaine : « Quiconque ne voit guère, n’a guère à dire aussi ».

Les textes sont à envoyer au plus tard le 31 octobre 2008. Pour tout renseignement rendez-vous sur : www.giaa.org

5. B) RÈGLEMENT DU CONCOURS

Art. 1 : Le CINAL organise un concours de nouvelles (textes courts de témoignage ou d’imagination) ouvert à tout individu, ou groupe d’individus écrivant en langue française.

Art. 2 : Le thème de ce concours est : « Dire le non-visuel » : narrer une expérience sensible autre que visuelle ou impliquant la description de personnages, d’objets ou de lieux grâce aux perceptions auditives, tactiles, olfactives ou gustatives (cf. la Présentation du concours).

Art. 3 : Chaque auteur ou groupe d’auteurs présentera une seule nouvelle originale et inédite dans une des six catégories suivantes :

– A) Auteurs ayant déjà publié une œuvre de fiction ou de témoignage,

– B) Grand public (personnes majeures non handicapées visuelles),

– C) Jeune public (personnes mineures non handicapées visuelles),

– D) Adultes déficients visuels*,

– E) Jeunes déficients visuels, – F) Français langue seconde.

Art. 4 : Les catégories Jeune public et Jeunes déficients visuels sont notamment ouvertes aux productions collectives réalisées dans le cadre de classes des écoles, des collèges ou des lycées.

Art. 5 : Les nouvelles devront obéir aux normes suivantes :

– un fichier informatique au format .rtf (Rich Text Format) entre 3 000 et 15 000 caractères espaces compris,

– et cinq exemplaires typographiques au format 21 x 29,7 cm, caractère 12 et interligne 1,5.

Art. 6 : Les textes devront comporter un titre et ne pas être signés. Afin de préserver l’anonymat du concours, le titre de la nouvelle sera reporté sur :

– le courriel auquel sera attaché le fichier électronique

– et la lettre accompagnant l’envoi papier.

Le courriel et la lettre d’accompagnement indiqueront les noms et coordonnées des auteurs (adresse, courriel, téléphone), le titre de la nouvelle et la catégorie dans laquelle elle est présentée.

Art. 7 : Les nouvelles seront envoyées avant le 31 octobre 2008 à

– bertrand.verine@orange.fr

– CINAL, « Dire le non-visuel », 58 avenue Bosquet 75007 Paris (Tél : 01 44 42 91 91 ; Fax : 01 44 42 91 92).

Art. 8 : Les résultats seront proclamés à l’occasion du congrès international Déficient Visuel 2009, Marne-la-Vallée, 18-20 juin 2009.

Art. 9 : Les prix sont, pour chacune des six catégories :

– 1er prix, une sculpture originale et la publication de la nouvelle dans le recueil Dire le non-visuel

– 2ème et 3ème prix, la publication de la nouvelle dans le recueil Dire le non-visuel.

Art. 10 : Le jury, souverain, est composé à parité de personnes voyantes et de personnes déficientes visuelles. Il est présidé par une personnalité du monde de la culture francophone. Aucune personne présentant une nouvelle au concours ne peut être membre du jury.

Art. 11 : Le jury se réserve le droit de ne pas attribuer tous les prix, en fonction du nombre et de la qualité des textes présentés.

Art. 12 : Tous les participants autorisent gracieusement la citation de leur nom et de tout ou partie de la nouvelle qu’ils présentent, à l’occasion des lectures publiques, des articles et des ouvrages qui pourront être réalisés sur le thème « Dire le non-visuel ».

Art. 13 : La participation au concours entraîne la pleine adhésion à ce règlement et l’acceptation sans réserve des décisions du jury.

(*) : La déficience visuelle s’entend au sens défini par la réglementation en vigueur au sein des pays de l’Union Européenne.

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0