Accès direct au contenu de la page

logo de la CFPSA

Confédération Française pour
la Promotion Sociale
des Aveugles et Amblyopes

Accueil du site > Bulletins CFPSAA-Infos > Bulletins de 2012 > Bulletin 12 du 28 septembre 2012

Bulletin 12 du 28 septembre 2012

Table des matières :

1)- ÉDITORIAL

C’est avec grand plaisir que je vous retrouve en ces premiers jours de l’automne, pour un éditorial et un bulletin assez fournis, le dernier remontant à plus de deux mois. J’espère que vous avez passé des vacances agréables et reposantes qui vous permettent d’affronter avec courage et énergie les défis qui vont se présenter devant nous au cours des prochains mois.

Concernant tout d’abord le fonctionnement de la CFPSAA, je n’ose croire que nous arrivons enfin au bout du tunnel : notre Assistante Danielle étant toujours en arrêt maladie, deux personnes pressenties pour la remplacer n’ayant pas donné suite, c’est finalement mon épouse Anne-Marie qui, à compter du 1er octobre et jusqu’au retour de Danielle, assurera le secrétariat de la CFPSAA. Elle sera présente au bureau le lundi de 14h à 18h, les mardi mercredi et jeudi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 18h. En cas d’absence le répondeur va être réactivé de sorte que vos messages soient rapidement consultés, de même que sur l’adresse contact@cfpsaa.fr.

Le Bureau de la CFPSAA s’est réuni dès le 6 septembre, puis le Conseil d’Administration le 20. Parmi les sujets abordés :

- Le renouvellement de la composition de nos commissions internes : accessibilité, culture, emploi, juridique et nouvelles technologies. Elles seront toujours respectivement présidées par Thierry JAMMES, Sylvain NIVARD, Michel BRALS, Thierry NICOLLE et Ouiza OUYED, chaque association doit pour le 15 octobre désigner ses représentants au sein de chaque commission.

- Dès 2013, la cotisation de chaque association membre de la CFPSAA sera égale à 0,5% de ses dépenses de 2012, avec un montant minimum de 200 euros, maximum de 45.000 euros. Pour de nombreuses associations, ce nouveau mode de calcul représente une très forte augmentation de leur contribution qui les conduira sans doute à être plus exigeantes sur les résultats obtenus par notre Confédération. C’est un véritable défi que nous avons à relever car, même avec un budget annuel de 150.000 euros, nous avons besoin de la participation de tous pour avancer et, à ce jour, beaucoup manquent encore de réactivité !

- Les Etats Généraux de la Déficience Visuelle organisés par nous en novembre dernier doivent impérativement déboucher sur des résultats concrets répondant aux attentes de celles et ceux qui se sont mobilisés. La liste de discussion sur l’emploi, modérée par Bertrand LAINE reste active, pourquoi pas d’autres ? Francis Pérez a accepté de prendre en charge ce dossier difficile, il nous en dira plus dans un prochain bulletin d’information.

- La décision du Conseil d’Etat (dont nous avons largement parlé dans le bulletin 2012-10) concernant l’abolition des barrières d’âge pour l’attribution de la PCH ne nous donne pas satisfaction, nous examinons toutes les possibilités de recours, notamment auprès du Défenseur des Droits que nous rencontrerons dans les prochains jours.

- Nominations : le Bureau et le Conseil d’Administration m’ont désigné pour continuer à représenter la CFPSAA au Conseil national Consultatif des Personnes Handicapées, mon suppléant sera Edouard FERRERO, jeune retraité du Ministère de l’Agriculture. Je tiens à remercier chaleureusement Jean-Pierre GANTET qui lui cède la place après avoir accompli un travail considérable à ce poste où il a su conquérir l’estime de l’ensemble des associations de personnes handicapées. Michel BRALS remplace Jean-Marie CIERCO au Conseil d’Administration de l’AGEFIPH et Bruno GENDRON prend la suite d’Edouard FERRERO au Conseil du FIPHFP. Merci aux partants, ils aideront les nouveaux venus à « se mettre en piste » afin que la CFPSAA tienne sa place au sein de ces organismes. Enfin, Ouiza OUYED succède à Fernando PINTO da SILVA comme animatrice du groupe de travail NTIC de l’Observatoire Interministériel de l’Accessibilité et de la Conception Universelle qui prépare son rapport d’activité pour la période juin 2011-juin 2012, il sera prochainement remis au Premier Ministre et rendu public.

Quelques textes nous concernant sont parus au Journal Officiel durant cet été :

- Par décret en date du 27 juillet 2012, est reconnue comme établissement d’utilité publique la fondation dite « Valentin Haüy - Fondation au service des aveugles et des malvoyants », elle commencera de fonctionner le 1er janvier prochain. Son rôle est « de trouver les ressources pour libérer l’Association Valentin Haüy de la recherche de fonds et de la gestion, lui permettant ainsi de se consacrer pleinement à ses buts statutaires. Il s’agit d’une fondation abritante qui peut abriter d’autres fondations, ce qui a déjà amené à des accords de coopération passés avec l’APAM » selon ses responsables.

- Un décret (2012-896) paru au JO du 21 juillet adapte les dispositions réglementaires du Code du Travail à la suite du transfert de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) à l’AGEFIPH.

- Le décret (2012-903) paru au JO du 25 juillet précise les conditions dans lesquelles une aide humaine est apportée aux élèves handicapés scolarisés dans une classe de l’enseignement public ou d’un établissement sous contrat. Il distingue et définit deux types d’aide humaine en fonction des besoins de l’élève : l’aide individuelle et l’aide mutualisée. L’aide mutualisée est destinée à répondre aux besoins d’accompagnement d’élèves qui ne requièrent pas une attention soutenue et continue. Ces aides sont attribuées par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées au sein des MDPH qui se prononce au regard d’une évaluation de la situation scolaire de l’élève handicapé, en prenant en compte notamment son environnement scolaire, la durée du temps de scolarisation, la nature des activités à accomplir par l’accompagnant, la nécessité que l’accompagnement soit effectué par une même personne identifiée, les besoins de modulation et d’adaptation de l’aide et sa durée.

- Le décret (2012-943) paru au JO du 3 août fixe le montant minimal pour les contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestation de services conclus par les entreprises assujetties à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés avec des Entreprises Adaptées, Centres de Distribution de Travail à Domicile ou des Etablissements ou Services d’Aide par le Travail.

- Un décret élargissant la base des fonctionnaires handicapés pouvant partir en retraite anticipée (2012-1060) et un second sur les congés parentaux des agents (2012-1061) sont parus mercredi 18 septembre au Journal officiel. Le premier décret prévoit que les fonctionnaires reconnus comme travailleurs handicapés peuvent, comme les fonctionnaires ayant une incapacité permanente d’au moins 80 %, bénéficier d’une retraite anticipée avant l’âge de 60 ans (sous réserve d’avoir validé une durée d’assurance minimale). Le second décret est également lié à la loi du 12 mars qui permet que les périodes de congé parental soient mieux prises en compte dans la carrière des agents. Il créé un droit individuel à un congé parental pour les agents et permet aux deux parents de le prendre simultanément s’ils sont tous deux fonctionnaires.

- Enfin, une importante circulaire du Premier Ministre en date du 4 septembre (JO du 5) que vous trouverez dans ce bulletin, impose la prise en compte du handicap dans tous les projets de loi et confirme le rôle confié à la Ministre en charge du handicap et au Comité Interministériel du Handicap.

Vous le voyez, l’été a été bien chargé !

Plusieurs réunions se sont aussi tenues durant cette période dont vous trouverez les comptes rendus dans ce bulletin :

- Edouard FERRERO nous a représenté au FIPHFP.

- Michel BRALS à l’AGEFIPH.

- Francis BOE aux réunions de l’OMPI.

- Thierry JAMMES au Conseil des Voyageurs à mobilité réduite de la SNCF, il précise : « J’ai évoqué auprès de Guillaume PEPY le fait que les chiens guides n’avaient pas leur place dans les TGV rénovés alors que pour nous c’était une affaire réglée depuis 2007. Barbara DALIBARD m’a précisé que le chien aurait sa place dans tous les TGV à part dans ceux rénové car il y a des incapacités techniques. Guillaume PEPY s’est engagé à ce que les sites Internet quels qu’ils soient deviennent accessibles au plus vite. Monsieur Jacques DAMAS a été nommé Directeur transversal des branches SNCF concernant le handicap. Enfin, un nouveau protocole liant la SNCF et les associations représentatives des personnes handicapées sera signé. - 150 gares dites nationales seront adaptées au 1er janvier 2015, les 22 dernières : fin 2017 ; Le service "Acces Plus" organisera prochainement une réunion avec nous.

- J’ai rencontré le 18 septembre Mr Michel VILBOIS, Directeur de Cabinet de Mme CARLOTTI, vous trouverez dans ce bulletin les principaux points abordés qui seront approfondis lors du rendez-vous avec la Ministre le 9 octobre prochain.

- Le 20 septembre, les présidents de l’APF, de l’UNAPEI, de l’UNISDA et de la CFPSAA signaient avec l’ordre des architectes une convention (que vous trouverez dans ce bulletin) visant à une meilleure collaboration entre ces professionnels et nos associations pour favoriser une meilleure accessibilité des bâtiments à toutes les personnes handicapées. Si ses objectifs sont atteints, nous devrions constater des progrès pour les déficients visuels.

De nombreux autres sujets sont abordés dans ce bulletin, je vous laisse découvrir les progrès accomplis par les opérateurs de téléphonie en matière d’accessibilité (grâce à HandicapZéro), le travail du CLAPEAHA ou de l’ANPEDV. N’hésitez pas à répondre aux sollicitations qui vous sont faites par la FAF ou l’ANMCGA/FFAC, à participer à la journée organisée par FDFA, à visiter les expositions ou voir les films produits en audio description.

Bonne lecture et à très bientôt.

Philippe CHAZAL

Président de la CFPSAA.

2)- ACTUALITÉS FRANÇAISES DU HANDICAP DU 3 JUILLET AU 30 AOÛT

2- A)- JEUDI 30 AOÛT ? TOURISME / LOISIRS : RANDONNÉES DANS LES ALPES

Le Parc national du Mercantour et le Parco naturale Alpi Marittime ont réalisé un Guide des circuits pédestres accessibles aux personnes handicapées. Seules deux randonnées sont sur le territoire italien, les 10 autres parcourant le Mercantour dans les Alpes de Haute-Provence et les Alpes-Maritimes. Pour chacune, les paysages, la faune et la flore sont présentés, ainsi que le parcours praticable en joëlette et sa longueur, les types de handicap compatibles avec la typologie de l’itinéraire, les équipements prêtés (joëlette, guidage audio) et aménagements, services, hébergements labellisés, etc. Un exemplaire imprimé peut être demandé auprès du Parc national du Mercantour, 42 boulevard Victor Hugo 04000 Digne-les-Bains. Tél. : 04.92.34.83.56. Le Parc a également adapté et inauguré cet été un sentier adapté conduisant à la cascade de la Lance, à Colmars-les-Alpes (Alpes de Haute-Provence).

2- B)- MARDI 28 AOÛT ? ALLOCATIONS : AAH BLOQUÉE ?

Selon le quotidien économique Les Echos, l’Allocation aux Adultes Handicapés ne sera plus augmentée qu’une seule fois par an, au lieu de deux depuis 2007. Cette prestation sera, comme prévue par le décret du 12 avril dernier, portée à 776,59€ à compter du 1er septembre, mais ne devrait plus évoluer pendant un an au moins. Lors de la campagne pour les élections présidentielles, François Hollande avait précisé qu’il n’envisageait pas de poursuivre la revalorisation de l’AAH, que son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, avait décidé d’augmenter de 25% durant son quinquennat. Malgré cela, le montant de ce minimum social reste inférieur de près de 200€ au seuil de pauvreté qui est actuellement de 950€ par mois. Aucun membre du Gouvernement ne s’est encore exprimé sur ce dossier. L’AAH était versée, selon les dernières statistiques de mars dernier, à près de 920.000 personnes.

2- C)- VENDREDI 24 AOÛT ? CULTURE / CÉCITÉ : DANSER À PARIS AVEC ACAJOU

La Compagnie Acajou reprendra ses ateliers de danse contemporaine "danser sans (se) voir" le 18 septembre prochain, à Micadanses (15 rue Geoffroy l’Asnier à Paris 4e), animés par Delphine Demont et José Luis Pagés. Ouverts aux danseurs débutants, amateurs ou confirmés, ils se dérouleront chaque mardi soir de 19h à 21h sauf pendant les vacances scolaires : "Nous travaillons l’improvisation, à partir de l’affinement de ses perceptions sensorielles, de l’appropriation de l’espace et de la gravité, de l’exploration des relations possibles aux autres, et de l’enrichissement de son imaginaire." Acajou organise également au mois d’octobre une série d’ateliers dans divers lieux. Renseignements pour les ateliers réguliers (enfants et adultes), l’administration et les partenariats pour les stages et les créations par téléphone : 06.52.814.418.

2- D)- VENDREDI 3 AOÛT ? EMPLOI : ENTREPRISES À QUOTA ZÉRO

Le Journal Officiel publie un décret fixant le montant minimum des prestations de services conclues par les entreprises assujetties à l’obligation d’emploi. Cette disposition résulte de la loi de réforme des Maisons Départementales des Personnes Handicapées du 28 juillet 2011, et concerne les entreprises qui n’emploient aucun travailleur handicapé et dites à "quota zéro". Pour éviter une pénalité de 1.500 fois le Smic horaire par emploi manquant, ces employeurs devront acheter un montant de prestations compris entre 400 et 600 fois le Smic horaire, sur une période de quatre ans.

2- E)- MERCREDI 1ier AOÛT ? EMPLOI : PROCÉDURE LOURDEUR DU HANDICAP

Un décret paru au Journal Officiel et applicable aujourd’hui renforce la procédure de reconnaissance de la lourdeur du handicap qui remplace depuis plus de 6 ans le classement des travailleurs handicapés dans les trois catégories A, B et C. Les employeurs devront fournir des pièces supplémentaires pour en bénéficier : justificatif de la qualité de bénéficiaire de l’obligation d’emploi, fiche médicale d’aptitude établie par le médecin du travail avec avis circonstancié, liste des aménagements réalisés par l’employeur et justificatifs des coûts, liste des prévisions d’aménagement du poste de travail et de l’environnement du bénéficiaire, liste et montant des aides versées par l’Agefiph, tableau détaillé des charges induites par le handicap et justificatifs nécessaires pour leur évaluation quantitative et financière, fiche de poste du bénéficiaire, copie de son contrat de travail, de son dernier bulletin de salaire et de celui du tiers mobilisé de manière habituelle pour lui venir en aide, attestation d’information du bénéficiaire de la procédure effectuée par l’employeur. La reconnaissance de la lourdeur du handicap concerne également les travailleurs handicapés non salariés. Le décret est complété par un arrêté comportant le dossier à remplir, qui contient 13 pages. La gestion des demandes de reconnaissance de la lourdeur du handicap a été transférée à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) le 1er juillet 2011 ; cet organisme est également chargé de verser aux employeurs concernés la compensation financière prévue par la réglementation.

2- F)- SAMEDI 28 JUILLET ? TOURISME : VISITES SENSORIELLES À BINIC

L’Office de Tourisme de Binic (Côtes d’Armor) organise chaque vendredi une visite sensorielle de la station balnéaire et de son patrimoine, destinée à tous (lire ce reportage). Elle est accessible aux personnes en fauteuil roulant ou à mobilité réduite, une maquette en relief du centre-ville permet aux déficients visuels de le découvrir avant d’en parcourir les rues, un système amplificateur aide les personnes malentendantes à entendre le commentaire, le vocabulaire est simplifié pour faciliter la compréhension des déficients mentaux, divers supports en relief, visuels ou sensitifs sont employés durant le parcours par le guide-conférencier. Cette visite adaptée, d’une durée d’une heure, se déroule jusqu’à fin septembre tous les vendredis à 15h (inscription obligatoire) sur le thème "Binic d’hier à aujourd’hui par le sensoriel". Les groupes sont admis toute l’année sur demande. Un plan Binic accessible est également téléchargeable, ainsi que celui des places de stationnement réservé. Renseignements et réservations : Office de Tourisme de Binic, avenue du Général de Gaulle, 22520 Binic. Tél. 02.96.73.60.12, Fax : 02.96.73.35.23.

2- G)- MERCREDI 25 JUILLET ? ÉDUCATION : RÉGLEMENTATION DE L’AIDE AUX ÉLÈVES

Le Journal Officiel publie un décret définissant les modalités d’aide individuelle ou mutualisée aux élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire. Il stipule que ces aides sont accordées par la Commission des Droits et de l’Autonomie de chaque Maison Départementale des Personnes Handicapées "sur la base d’une évaluation de la situation scolaire de l’élève handicapé, en prenant en compte notamment son environnement scolaire, la durée du temps de scolarisation, la nature des activités à accomplir par l’accompagnant, la nécessité que l’accompagnement soit effectué par une même personne identifiée, les besoins de modulation et d’adaptation de l’aide et sa durée." Elle décide, en fonction de cette évaluation, d’octroyer une aide mutualisé assurée par un assistant d’éducation commun à plusieurs élèves qui "ne requièrent pas une attention soutenue et continue." L’aide individuelle concerne les élèves qui "requièrent une attention soutenue et continue, sans que la personne qui apporte l’aide puisse concomitamment apporter son aide à un autre élève handicapé." Ces dispositions sont applicables immédiatement pour les établissements scolaires de l’enseignement public ou privé sous contrat.

2- H)- LUNDI 23 JUILLET ? TRANSPORTS : LA SNCF LANCE UN SERVICE AUTOCAR

A compter d’aujourd’hui, la SNCF exploite des liaisons par autocar entre Paris ou Lille et Amsterdam, Bruxelles et Londres. Baptisé iDBUS, ce nouveau service entend concurrencer les entreprises existantes, dont le groupement Eurolines, mais avec des autocars accessibles aux voyageurs handicapés : emplacement pour un passager en fauteuil roulant, assistance au départ et à l’arrivée. Si les véhicules sont équipés de toilettes, elles ne seront toutefois accessibles qu’aux passagers qui peuvent marcher. 26 autocars grand tourisme circulent sur ces nouvelles lignes qui ont pour terminus la gare d’autocars de Paris-Bercy, la gare SNCF Lille-Europe, la gare routière de Victoria Coach Station à Londres, la gare Bruxelles Midi et Stadion Plein à Amsterdam. Un trajet Paris-Amsterdam est vendu de 47 à 59€, Paris-Bruxelles de 33 à 44€, Paris-Londres de 49 à 65€, "sans tarif spécifique pour les personnes à mobilité réduite et/ou leurs accompagnateurs" précise le service client, interrogé sur ce point. Par comparaison, les trajets similaires effectués en train à grande vitesse Thalys ou Eurostar demeurent concurrentiels pour les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant avec ou sans accompagnateur : respectivement 35€ pour Amsterdam, 29€ pour Bruxelles et 44€ pour Londres par personne, en 1ère classe avec repas inclus.

2- I)- VENDREDI 20 JUILLET ? LOISIRS / TOURISME : SENTIER ADAPTÉ À CHAMONIX

L’Office National des Forêts poursuit son action d’adaptation de chemins forestiers aux personnes handicapées, en inaugurant à Chamonix (Haute-Savoie) le Sentier du Bois-du-Bouchet. Long d’1km, il comporte quatre haltes dans des clairières, afin de découvrir, grâce à des pupitres explicatifs écrits en textes simples en noir, braille et relief, la montagne et ses forêts, la faune, la flore, la formation des glaciers, etc. Le profil du sentier présente une pente faible sur sol stabilisé, praticable en fauteuil roulant sans aide. Une borne audio informe, notamment les visiteurs déficients visuels, du parcours et de ce que l’on y trouve. Un parking avec places réservées et des toilettes adaptées complètent l’accessibilité du sentier.

2- J)- LUNDI 19 JUILLET ? CÉCITÉ / DISCRIMINATION : MCDONALD’S AGRESSIF ?

La direction de McDonald’s France conteste qu’un touriste canadien déficient visuel ait été agressé et expulsé de son établissement des Champs-Elysées, à Paris, le 1er juillet dernier. La victime, Steve Mann, raconte sur son blog comment il a été pris à partie, violenté puis expulsé du restaurant, simplement parce qu’il porte des lunettes à réalité augmentée qui améliorent le peu de vision résiduelle dont il dispose. Il affirme, photos à l’appui, que les employés ont déchiré l’attestation médicale et les documents qui expliquent l’intérêt du port de ces lunettes numériques et leur fonctionnement. McDonald’s France affirme toutefois poursuivre une enquête interne. Selon les témoignages d’autres internautes, les personnels de cet établissement des Champs-Elysées a commis d’autres actes indélicats à l’encontre de clients handicapés.

2- K)- SAMEDI 14 JUILLET ? CÉCITÉ / POLITIQUE : HAMOU BOUAKKAZ LÉGIONNAIRE

Sur proposition du Premier ministre, le conseiller socialiste aveugle de Paris et adjoint au maire Hamou Bouakkaz a été promu, par décret du Président de la République, Chevalier de la Légion d’Honneur. Agé de 49 ans, Hamou Bouakkaz participe également à l’administration d’associations de déficients visuels. Cadre bancaire, il a travaillé comme trader au Crédit Lyonnais de 1993 à 1999. Il avait été chargé d’animer une action nationale d’information des déficients visuels lors de l’abandon du franc et du passage à l’euro, de 1999 à 2001. Né aveugle en Algérie et vivant en France depuis l’âge de 2 ans, Hamou Bouakkaz est marié et père de trois enfants.

2- L)- JEUDI 12 JUILLET ? ALLOCATIONS : APPLICATION DE LA RSDAE

La Cour de Cassation a jugé, dans un arrêt qui vient d’être publié, que la restriction substantielle et durable d’accès à l’emploi (RSDAE) était applicable à compter le la publication au Journal Officiel de la loi du 21 décembre 2006. La RSDAE permet aux personnes dont le taux d’invalidité est compris entre 50 et 79% de percevoir l’Allocation aux Adultes Handicapés. La Cour de Cassation considère que la loi l’instituant était d’application immédiate, contredisant la Commission départementale des droits et de l’autonomie des personnes handicapées de Paris et les juridictions du contentieux de l’incapacité : elles avaient refusé d’appliquer le critère RSDAE, invoquant l’absence de publication d’un décret d’application, et estimaient que le demandeur était en capacité d’occuper un emploi adapté ce qui justifiait le rejet de sa demande d’AAH. La RSDAE remplace depuis décembre 2006 l’ancien critère "d’impossibilité de se procurer un emploi".

2- M)- MARDI 10 JUILLET ? TOURISME : L’AUVERGNE ACCESSIBLE

L’Auvergne a mis en ligne une carte touristique présentant les destinations et sites labellisés Tourisme et Handicap. Téléchargeable au format PDF, elle est également disponible au format papier sur demande auprès du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne, au 04.73.29.49.49 ou par mél. Le recto comporte la liste des hébergements, restaurants, sites touristiques et activités d’été ou d’hiver, offices de tourisme, complétée d’idées de séjours et des transports adaptés. Le verso est une carte touristique sur laquelle sont pointés les sites et activités labellisés. Région très rurale, l’Auvergne comporte de nombreux gîtes et meublés de tourisme sur des territoires de moyenne montagne.

2- N)- LUNDI 9 JUILLET ? TRANSPORTS : FIN DE LA GRATUITÉ À PARIS

Le Conseil de Paris supprime la gratuité, pour toutes les personnes handicapées, de la carte Emeraude, qui donne accès aux transports publics d’Ile-de-France assurés par la RATP et la SNCF. Cet avantage tarifaire sera désormais ouvert aux seuls résidents handicapés percevant moins de 876€ ainsi qu’aux anciens combattants et aux veuves de guerre ; ceux qui perçoivent un minima social ou la prestation Paris Solidarité devront payer 20€. Enfin, les personnes acquittant moins de 2.029€ d’impôt sur le revenu devront payer 40€ pour obtenir une carte Emeraude.

2- O)- VENDREDI 6 JUILLET ? LÉGISLATION : LE SÉNAT CONTRÔLE LA LOI

La commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois publie un rapport relatif à la mise en ?uvre de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Rédigé par les sénatrices socialiste de l’Essonne Claire-Lise Campion, et UMP des Hauts-de-Seine Isabelle Debré, il relève que la quasi-totalité des textes d’application a été publiée, fait rare dans la législation de ces dernières années. Il formule à nouveau les principales critiques maintes fois réaffirmées quant aux conditions d’application de cette loi : complexité des dispositifs, lourdeurs de mise en ?uvre, bilan décevant de l’intégration professionnelle, retard important de la mise en accessibilité globale du cadre bâti, des espaces publics et des transports. A cet égard, les rédactrices estiment que l’échéance 2015 "ne sera très probablement pas réalisée" tout en rejetant l’idée d’un report de quelques années "qui serait une erreur". Elles se prononcent en faveur d’une reprise en mains par les décideurs politiques et les acteurs de terrain du chantier de l’accessibilité, avec pilotage national et remontées d’informations obligatoires.

2- P)- MERCREDI 4 JUILLET ? ÉDUCATION : 1 500 AVS SUPPLÉMENTAIRES

Le Conseil des Ministres a approuvé la proposition du ministre de l’Éducation Nationale, Vincent Peillon, de recruter pour la rentrée de septembre 1.500 Auxiliaires de Vie Scolaire Individuel (AVSi) pour aider les élèves handicapés. Ils viendront renforcer l’effectif actuel, estimé à 22.000 AVSi. De son côté, la ministre des personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, a annoncé des propositions durant l’automne afin de professionnaliser cette aide et en faire un "vrai métier".

2- Q)- MARDI 3 JUILLET ? PARENTS : AIDE À LA GARDE DANS LE 92

Les parents d’un enfant handicapé âgé de moins de trois ans résidents dans les Hauts-de-Seine peuvent obtenir une aide de 200€ pour rémunérer une assistante maternelle ou parentale. Cette prestation mensuelle nommée Bébédom est accordée, sur demande, sans conditions de ressources, alors que celles du foyer d’enfants valides doivent être inférieures à 80.000€ par an. Elle est cumulable avec le complément mode de garde de la Prestation d’Accueil du Jeune enfant (PAJE) versé par la Caisse d’Allocations Familiales. Bébédom est versée même si la garde de l’enfant est partagée ou alternée.

Extrait des magazines Yanous Actualité n° 388-389

www.yanous.com

Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard, rédacteur en chef du magazine Yanous

3)- ACTUALITÉS EUROPÉENNES ET INTERNATIONALES DU HANDICAP

3- A)- MERCREDI 8 AOÛT ? PÉROU - JUSTICE

L’avocat aveugle Edwin Bejar Rojas est devenu le premier juge handicapé du pays, un rêve qu’il poursuit depuis de nombreuses années. Ainsi en a décidé le Conseil national de la magistrature. Il exercera à Cuzco, la capitale, en tant que juge des affaires familiales. Edwin Bejar Rojas a derrière lui une expérience de 10 ans dans ce domaine.

3- B)- VENDREDI 27 JUILLET ? ROYAUME-UNI / CORÉE DU SUD - EXPLOIT

L’archer sud-coréen malvoyant ("légalement aveugle" selon la dénomination anglo-saxonne) Im Dong-hyun a battu le record du monde dans sa discipline aux Jeux Olympiques de Londres, avec un 699 points en 72 flèches lors du tour de classement, permettant à son pays de décrocher le record du monde par équipes. Champion olympique par équipes à Pékin et Athènes, Im Dong-hyun a également été quatre fois champion du monde et quatre fois champion d’Asie. "Je n’aime pas qu’on dise que je suis handicapé, a-t-il néanmoins déclaré. Tout cet intérêt pour ma vue n’est pas le bienvenu.

3- C)- MARDI 10 JUILLET ? ROYAUME-UNI - CHÔMAGE

Remploy, équivalent britannique des entreprises adaptées mais sous tutelle gouvernementale, a annoncé la fermeture de 27 usines déficitaires, soit la moitié de ses unités, d’ici la fin de l’année. 1.400 travailleurs handicapés pourraient ainsi perdre leur emploi. Maria Miller, ministre des Personnes handicapées, a affirmé que le budget consacré à Remploy pourrait être mieux dépensé. Les syndicats ont en revanche évoqué "une condamnation à une vie de chômage et de pauvreté" et annoncé leur intention de faire grève.

3- D)- VENDREDI 29 JUIN ? GUATEMALA - INFORMATION

Le comité Prociegos pour les aveugles et les sourds, a lancé avec Publinews et des investisseurs privés une version braille mensuelle tirée des éditions locales du quotidien gratuit Metro. 2.500 exemplaires ont été produits et distribués dans tout le pays. Une première que ses instigateurs espèrent étendre au Salvador voisin.

3- E)- MERCREDI 27 JUIN ? ÉQUATEUR - LÉGISLATION

Le Parlement a adopté à l’unanimité une loi qui oblige les employeurs de plus de 25 salariés à embaucher au moins 4% de travailleurs handicapés en contrat à durée indéterminée, en échange d’avantages fiscaux. Par ailleurs, la loi protègera mieux contre les discriminations les souscripteurs handicapés de polices d’assurance vie ou de santé. Enfin, les personnes handicapées bénéficieront d’une réduction de 50% sur les transports terrestre, aérien et maritime. Environ un million d’Équatoriens sont concerné.

3- F)- LUNDI 18 JUIN ? TAïWAN - PREMIÈRE

A 57 ans, Lai Shu-lan est devenue la première doctorante déficiente visuelle du pays. Elle n’a pu retenir ses larmes en recevant, avec les autres étudiants valides, son diplôme à l’Université nationale Chung Cheng de Taipei. Désormais docteur en philosophie, elle a expliqué que ce parcours universitaire, bien que difficile, lui avait permis de retrouver ses capacités d’avant le handicap (elle a progressivement perdu la vue) mais également de mieux réfléchir sur le sens de la vie et d’en "chérir le moindre instant" sans peur de l’avenir. Son objectif : contribuer aux programmes destinés aux adultes devenus aveugles.

3- G)- SAMEDI 16 JUIN ? BÉNIN - MANIF

A l’occasion de la 22e Journée de l’enfant africain, plus d’un millier d’enfants handicapés ont défilé dans les rues de Cotonou, la capitale économique, pour demander aux autorités une amélioration de leurs conditions d’existence. "Cher Papa de la Nation, ont-ils écrit dans le message qu’ils ont adressé au Président de la République Boni Yayi, nous sommes victimes de maladresses, de mauvais traitements, de maladies pourtant évitables, qui nous ont naturellement ou accidentellement portés vers des situations difficiles, des situations de handicap, installant la pauvreté qui profite de notre état, en rendant plus difficile un regard d’amour envers nous." Et de plaider pour un meilleur accès à l’éducation ainsi qu’un soutien plus important aux parents d’enfants handicapés. Des manifestations similaires se sont déroulées dans d’autres pays d’Afrique, notamment au Burundi et au Cameroun.

3- H)- VENDREDI 15 JUIN ? BOSNIE - ÉDUCATION

La bibliothèque nationale pour les aveugles et malvoyants, qui fête cette année le quarantième anniversaire de sa fondation, a présenté pour l’occasion les premiers livres tactiles pour enfants édités dans le pays. La réalisation de "Pinocchio" et "Fifi brin d’acier", transcrite en braille et en relief, a été possible grâce au soutien conjoint de la Bibliothèque universitaire de Tuzla et de l’OSCE.

Extrait des magazines Yanous-Actualité n° 389-388 www.yanous.com

Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard, rédacteur en chef du magazine Yanous.

4)- ACTUALITÉS INSTITUTIONNELLES

4- A)- PLAN DE L’ENTRETIEN DU 18 SEPTEMBRE AVEC MR. VILBOIS

Le Président de la CFPSAA a pu rencontrer M. VILBOIS, Directeur du Cabinet de Marie-Arlette CARLOTTI durant plus d’une heure. Il s’agissait d’une première réunion de prise de contact pour préparer l’entretien avec la Ministre prévu pour le 9 octobre prochain.

Introduction :

- Il est essentiel pour la CFPSAA que la spécificité de chaque handicap soit bien reconnue.

- Nous manquons de statistiques précises sur la déficience visuelle, une étude épidémiologique envisagée par le précédent Gouvernement serait nécessaire pour combler cette lacune.

- Des mesures qui ne sont pas forcément très coûteuses peuvent être prises.

1. SCOLARISATION

- Besoin d’établissements spécialisés ou de S3AIS pour préparer et réussir l’intégration scolaire des déficients visuels qui doivent impérativement suivre certains enseignements spécifiques : braille, informatique adaptée, locomotion, AVJ ; des structures de rééducation fonctionnelle sont aussi indispensables pour la réadaptation des personnes qui perdent la vue à l’âge adulte.

- Adaptation des livres scolaires : même si les fichiers sources nous sont fournis plus facilement que par le passé, leur adaptation coûte cher alors que les subventions accordées aux associations (le Livre de l’aveugle) diminuent sensiblement. Qui paie ?

- Situation des AVS : formation, durée du contrat.

- Il est urgent que soient préparés des Statuts pour les Instructeurs de Locomotion, avjistes et éducateurs de chiens guides. La CFPSAA a préparé le dossier d’inscription au RNCP pour les IL, nous souhaitons le voir aboutir au plus vite.

2. L’ACCESSIBILITÉ

- Où en est la mission sur l’accessibilité des sites et logiciels financée par les fonds du FIPHFP ? Comment peut-on être associés à l’avancement de ses travaux ?

- Les voitures électriques : l’octroi de bonus par le Gouvernement français lors de l’achat de véhicules électriques devrait être conditionné à l’émission d’un signal sonore lorsque la vitesse de celui-ci est inférieure à 50 km/h, un nouvel item devrait aussi être rajouté au contrôle technique de ces véhicules.

- L’accessibilité à la culture : traité OMPI, (urgence d’une position claire du Gouvernement en faveur d’un traité contraignant entre les Etats pour favoriser les échanges d’ouvrages adaptés), accès aux livres : manque de moyens (évoqué plus haut pour le livre scolaire), à la télévision numérique (rapport du CSA sur la production d’un décodeur accessible).

- Besoin de développer l’accès aux codes barres (RFID) qui fournissent de nombreuses informations dans de multiples domaines.

3. L’EMPLOI

- Inadaptation de la Reconnaissance de la Lourdeur du Handicap ;

- Désignation de Centres Experts qui sont à la fois juges et parties puisque vendeurs de matériels, par l’AGEFIPH et les MDPH : Résilience Conseil.

- Besoin de renouveler les postes de travail : financement par AGEFIPH ?

- Formation des Cap Emploi.

- Nouveaux débouchés dans la Fonction Publique : voir si les postes d’appels d’urgence seraient accessibles aux déficients visuels.

- Mesures concernant la retraite anticipée des travailleurs handicapés : nous demandons une majoration des retraites complémentaires dans le secteur privé, que la retraite ne soit pas calculée sur les 25 mais sur les 19 meilleures années.

- Avenant à la Convention des MK : les personnes titulaires d’une RQTH doivent pouvoir s’installer dans la zone de leur choix.

4. DIVERS

- Décision du Conseil d’Etat sur l’article 13 de la loi de 2005 concernant l’abolition des barrières d’âge pour l’attribution de la PCH : qu’un article de loi puisse être « Dépourvu de portée normative » nous surprend, nous étudions les suites à donner.

- Avenir du Plan Déficience visuelle.

- Situation des pensionnaires de la Résidence St-Louis des Quinze Vingts.

4- B)- CIRCULAIRE DU 4 SEPTEMBRE 2012 RELATIVE À LA PRISE EN COMPTE DU HANDICAP DANS LES PROJETS DE LOI

Paris, le 4 septembre 2012.

Le Premier ministre à Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les ministres délégués, le Président de la République a pris l’engagement de faire du handicap une préoccupation générale de l’action du Gouvernement. Cette exigence réaffirme le caractère interministériel de la politique du handicap et rejoint l’objectif de l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la vie de la cité.

Cet engagement doit se traduire par la prise en compte du handicap dans l’ensemble des politiques publiques que vous êtes amenés à conduire. Alors que s’ouvre une nouvelle législature, je vous demande d’y apporter toute l’attention nécessaire à l’occasion de la préparation des projets de loi, en concertation avec la ministre en charge des personnes handicapées, qui assure une fonction d’impulsion, d’appui et de coordination dans la mise en ?uvre de l’action en faveur des personnes en situation de handicap.

Des dispositions spécifiques aux personnes en situation de handicap ont en principe vocation à figurer dans chaque projet de loi. Elles devront s’inscrire en cohérence avec la stratégie d’ensemble concernant ces personnes. Celle-ci a pour socle la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées des

Nations unies ratifiée par la France le 18 février 2010 et la loi no 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Les grands axes définis par ces textes seront complétés par les orientations que le Gouvernement définira prochainement, sur proposition de la ministre en charge des personnes handicapées.

Dans certains cas cependant, compte tenu notamment de la nature et de la portée du texte, l’insertion de dispositions spécifiques relatives aux personnes handicapées ne se justifiera pas.

Pour assurer cette bonne prise en compte du handicap, les travaux de préparation d’un projet de loi devront systématiquement inclure une réflexion sur l’insertion dans le texte de dispositions spécifiques aux personnes handicapées. Une fiche « diagnostic-handicap », dont le modèle figure en annexe, retracera votre réflexion et les conséquences que vous en aurez tirées quant au contenu du texte. Cette fiche aura vocation à nourrir l’étude d’impact du projet de loi correspondant. Elle devra obligatoirement être jointe au dossier de tout projet de loi que vous transmettrez à mon cabinet et au secrétariat général du Gouvernement. Y seront portées, en cas d’absence de dispositions spécifiques, les explications et justifications nécessaires.

Cette fiche « diagnostic-handicap » permettra à la ministre chargée des personnes handicapées, en lien avec vous et avec l’appui du secrétariat général du comité interministériel du handicap, de s’assurer du respect de l’objectif de prise en compte de la situation des personnes en situation de handicap. En tant que de besoin, les choix proposés seront soumis à mon arbitrage ou à celui de mon cabinet.

Les études d’impact des projets de loi, documents rendus publics, devront retracer cette réflexion préalable relative au handicap, que le texte comporte ou non des dispositions spécifiques à ce titre. En particulier, si le projet de loi ne comporte pas de telles dispositions, ce choix sera expliqué dans l’étude d’impact. Les « lignes directrices pour l’élaboration des études d’impact » diffusées par le secrétariat général du Gouvernement seront actualisées pour y intégrer la démarche mise en place par la présente circulaire.

Je vous demande d’appliquer sans délai ces règles nouvelles pour l’élaboration de tous les projets de loi ordinaire. Vous serez également attentifs à l’objectif de prise en compte de la situation des personnes handicapées lors de la préparation des autres projets de textes.

La ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion ainsi que le secrétariat général du comité interministériel du handicap et le secrétariat général du Gouvernement vous apporteront leur appui, en tant que de besoin.

Je compte sur votre engagement pour faire du handicap une préoccupation constante de l’action gouvernementale et assurer ainsi pleinement la participation des personnes en situation de handicap à la vie de la cité.

JEAN-MARC AYRAULT

ANNEXE : FICHE DE « DIAGNOSTIC-HANDICAP »

Cette fiche doit être jointe au dossier de tout projet de loi transmis au cabinet du Premier ministre et au SGG.

Le projet de loi comporte-t-il des dispositions relatives aux personnes en situation de handicap ? Oui - Non

Si non, justifier cette absence (indication précise de l’analyse ayant conduit à ne pas prévoir de telles dispositions) :

Si oui :

1. Indiquer l’objet de chacune de ces mesures, en précisant également le ou les domaines de la stratégie d’ensemble relative aux personnes en situation de handicap auxquels elles se rattachent (scolarité, formation, enseignement professionnel et supérieur ; emploi, travail adapté et travail protégé ; accès au cadre bâti, aux transports, au logement et aux nouvelles technologies ; compensation du handicap ; ressources ; citoyenneté ; participation à la vie sociale (culture, sports, loisirs, information...) ; prévention ; recherche et innovation ; accès aux soins et à la santé ; accompagnement médico-social et social ; protection sociale ; lutte contre les discriminations et égalité des droits...).

2. Le cas échéant, préciser les moyens à prévoir pour leur mise en ?uvre (financements, mesures réglementaires...).

4- C)- COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU FIPHFP DU 4 SEPTEMBRE 2012

Une séance plénière supplémentaire a été organisée le 4 septembre, en voici un bref compte rendu.

1. Questions d’actualité : conformément aux textes en vigueur, le mandat des administrateurs se termine le 28 septembre. La Fonction Publique indique que l’arrêté de nomination des nouveaux membres est en cours de signature auprès des différentes administrations de tutelle. Après discussion, le principe de la tenue d’un séminaire destiné à former les nouveaux est retenu mais rien n’est fixé à ce stade. Intervention de la CFPSAA quant au devenir des équipements spécifiques attribués aux déficients visuels dès lors que l’agent part en retraite. Le président indique que la pratique au ministère de l’économie est depuis longtemps d’autorisé l’agent à emporter le dit équipement. Il ajoute que d’une part, ces derniers connaissent une rapide obsolescence. D’autre part, qu’il ne viendrait à l’idée de personne de demander à un handicapé moteur de laisser son fauteuil pas plus qu’à un malentendant de laisser ses prothèses auditives. Pour apporter plus de clarté et régler officiellement la question le directeur indique qu’une délibération allant dans ce sens sera présentée à une prochaine réunion. S’agissant du décret qui permettra la saisine directe du FIPHFP les tutelles indiquent que le travail est en cours sans plus de précision.

2. Examen du projet de partenariat avec l’école des hautes études en santé publique (EHESP) : cette structure a de réelles compétences en la matière. La convention porte sur un budget de 1,2 millions d’euros pour une durée de 4 ans. La délibération n.2012-09-01 portant approbation de la convention de partenariat avec l’EHESP. Vote : 12 pour, une abstention.

3. Examen de l’avenant budgétaire n° 2 AGEFIPH pour 2012. Pour 2012, il est proposé de porter la contribution du FIPHFP à 58,8 millions d’euros contre 56 millions d’euros en 2011. Cela résulte essentiellement de l’augmentation des demandes des SAMET. La délibération n° 2012-09-02 portant approbation de l’avenant budgétaire n° 2 AGEFIPH pour 2012. Vote : 12 pour, une abstention.

4. Examen de la décision modificative n° 1-2012 délibération n° 2012-09-03 portant sur l’approbation de la décision modificative no.1-2012. Après discussion et interruption de séance. Après avoir entendu les explications du directeur et des tutelles indiquant que pour 2012 le budget de fonctionnement serait de 12,128 millions d’euros, les trois collèges constatent unanimement que l’arbitrage qui a été rendu ne répond pas aux attentes exprimées quant au renforcement des moyens de fonctionnement du FIPHFP. Le vote de la délibération : 12 pour, une abstention. Déclaration unanime des trois collèges après avoir entendu les explications du directeur et de la tutelle et afin de ne pas bloquer le fonctionnement du FIPHFP prend acte de l’arbitrage et adopte cette dernière pour 2012 en rappelant que pour l’avenir les moyens devront être renforcés.

5. Accroissement du soutien à l’accès des travailleurs handicapés à la formation. Délibération n° 2012-09-04. Vote : 12 pour, une abstention. En fait, il s’agit de valider la mise en ?uvre des orientations adoptées avec l’AGEFIPH. A ce stade l’enveloppe affectée à la formation est en situation de sous utilisation. Si nécessaire, ces moyens seront apportés dans le cadre des marchés actuels avec l’AFPA notamment.

6. Modification de la convention-type délibération n° 2012-09-05 modifiant la convention-type entre le FIPHFP et les employeurs. Les modifications portent essentiellement sur les niveaux des pourcentages et sur le calendrier des versements des sommes figurant dans les conventions qui sont passées entre le FIPHFP et les employeurs.

7. Dernière réunion le 27 septembre toute la journée.

Edouard FERRERO administrateur du FIPHFP représentant la CFPSAA.

4- D)- AGEFIPH : CONSEIL D’ADMINISTRATION DU 13 SEPTEMBRE 2012

L’ordre du jour portait sur :

- élection du président ;

- désignation du bureau ;

- répartition des administrateurs des commissions : financière ; politiques d’interventions ; communication ; études et évaluations ; études des conventions nationales.

1 - élection du président : 2 candidats se sont présentés à savoir Madame Odile MENNETEAU ( MEDEF) et Monsieur Jean Manuel HERGAS ( APF). Sur les 20 votes exprimés, ont obtenu Madame Odile MENNETEAU 14 voix et Monsieur Jean Manuel HERGAS 6 voix. Elue Madame Odile MENNETEAU ( MEDEF).

2 - désignation du bureau :

Les vices présidences :

- collège salariés, Monsieur Bernard Salengro ( CFE-CGC)

- collège associatif, Monsieur Arnaud de Broca ( FNATH)

- collège personnes qualifiées un vote a été demandé 2 candidats se sont présentés à savoir Monsieur Sylvain Marsaud 12 voix et Monsieur Daniel Sartelet (APAJH) 8 voix. Monsieur Sylvain Marsaud est élu.

Trésorier : Monsieur Jean Manuel HERGAS.

Trésorier adjoint : Monsieur Jean Claude OLEKSY (MEDEF).

Secrétaire : Monsieur Joseph BELLANCA (CGT).

Secrétaire adjoint un vote a été demandé 2 candidats se sont présentés à savoir Madame Annie AYEL (MEDEF) 15 voix et Monsieur Louis Tribot (ETAT) 5 voix

Madame Annie AYEL (MEDEF) est élue.

3 - répartition des administrateurs des commissions :

- Financière : les membres de cette commission sont de droit la présidente, le trésorier, le trésorier adjoint, le secrétaire et un membre de l’état à l’occurrence Monsieur Louis TRIBOT.

- Politiques d’interventions :

- collège salariés : Mr SALENGRO, Mme COLOMB

- collège associatif : Mr TESSE

- collège employeur : Mr CHOGNARD, Mme CAILLAT

- collège personnes qualifiées : Mr SARTELET

- Etat : Mr FORNAREAU

Pour la présidence, Mme CAILLAT a obtenu 18 voix et Mr FORNAREAU 2 voix.

Mme CAILLAT est élue.

- Communication :

- collège salariés : Mr GAYOT

- collège associatif : Mr BRALS, Mr HERGAS

- collège employeur : Mr CHOGNARD, Mme CAILLAT

- collège personnes qualifiées : Mr MARSAUD

- Etat : Mr FORNAREAU

Pour la présidence, Mr CHOGNARD a obtenu 12 voix et Mr HERGAS 6voix, 2 personnes se sont abstenues. Mr CHOGNARD est élu.

A noter que pour cette présidence, le collège associatif ayant présenté un candidat au dernier moment, les collèges salariés et employeurs ont demandé une interruption de séance pour se concerter.

- Etudes et évaluations :

- collège salariés : Mr GAYOT, MAREK

- collège associatif : Mr TESSE, DE BROCA

- collège employeur : Mme AYEL, Mr CHOGNARD

- Etat : Mr FORNAREAU

Pour la présidence, Mr GAYOT a obtenu 13 voix, 6 personnes se sont abstenues et 1 personne a voté contre. Mr GAYOT est élu.

- Etudes des conventions nationales :

- collège salariés : Mr MAREK, Mme COLOMB

- collège associatif : Mr LORANT, DE BROCA

- collège employeur : Mr GARDER, Mme AYEL

- collège personnes qualifiées : Mr SARTELET

- Etat : Mr TRIBOT

Pour la présidence, Mr MAREK a obtenu 18 voix, 2 personnes se sont abstenues

Mr MAREK est élu.

4- E)- COMPTE-RENDU DE LA COMMISSION SCCR DE L’OMPI RÉUNIE À GENÈVE DU 16 AU 25 JUILLET 2012

« Un traité mondial pour l’amélioration à l’accès à la lecture adaptée pour les personnes déficientes visuelles ou ayant un handicap de lecture ; Exceptions et limitations en matière de droits d’auteurs ; Import et Export entre pays de même langue ; Choix d’un format commun. »

Je ne reprendrai pas ici l’objectif poursuivi par cette commission SCCR de l’OMPI à Genève, l’ayant déjà présenté il y a quelque temps.

La question du jour était la réalisation pour le plus tôt possible d’un texte définitif devant devenir par la suite un texte juridique à valider par l’Assemblée Générale de l’OMPI, afin de le proposer à la signature lors d’une réunion diplomatique.

Le président annonce qu’il souhaiterait, si la commission le pouvait, que ce SCCR 24 puisse faire suffisamment de travail avancé pour qu’en décembre l’Assemblée Générale puisse prendre la décision d’une convocation d’une réunion diplomatique en 2013. Si ce n’est pas le cas à cette session, il faudra attendre au moins une année de plus ? (l’AG suivante).

Un texte servant de base est proposé. Il y a au début des travaux beaucoup de discussions, des divergences, des propositions, parfois des oppositions. Le texte est divisé en 2 parties :

- le préambule, qui reprend et annonce les objectifs, les orientations, avec les avantages et les contraintes, et les définitions, telles que :

- le travail ;

- les copies en format accessibles ;

- les entités autorisées ;

- le coût raisonnable pour les pays en voie de développement ;

- les bénéficiaires ;

- les exceptions aux lois nationales sur les copies en format accessible ;

- les échanges transfrontaliers ;

- les mesures de protections techniques ;

- les engagements et les contrats ;

- le respect du privé ?

Les discussions sur le préambule commençaient difficilement avec des oppositions assez fermes ou des discussions sans « fin », surtout de la part des pays africains qui bloquaient, et des compléments multiples et nombreux de la part des USA et de l’Union Européenne.

Puis, comme par magie, après une réunion « informelle » avec le président et les coordonnateurs, tout s’est débloqué, et le texte du préambule a été définitivement mis au point.

Ensuite il y a eu les discussions sur les définitions, un moment un peu laborieux sur les 2 premières, puis les suivantes n’ont posé aucun problème. Cela a été assez rapide, ce qui a permis de donner le temps aux associations et organismes ONG de pouvoir s’exprimer et rappeler leurs souhaits (et exigences).

Ceci permet à la commission, par l’intermédiaire du Président et de son secrétariat, de pouvoir mettre en « format juridique » le document qui pourra ainsi être présenté à l’Assemblée Générale de décembre prochain, pour pouvoir convoquer une réunion diplomatique en Juin 2013 (le principe d’une réunion intersession est décidé pour examiner, et éventuellement apporter quelques dernières précisions, avant la rédaction définitive du document).

Si tout se passe comme cela, un grand pas aura était franchi, on n’y croyait plus.

Par contre reste à déterminer la nature de l’outil juridique, « un traité ou une recommandation ». J’ai remarqué que lors des prises de paroles des différents représentants des pays, le mot « recommandation » n’était plus usité, mais « un traité » était employé.

Ce n’est pas gagné pour autant car les USA et l’Union Européenne semblent toujours s’attacher à une simple recommandation.

Les 2 personnes qui représentent l’Union Européenne, disent ne pas être au courant du vote de Février dernier à Bruxelles qui a eu lieu au cours d’une réunion de la Commission sous la présidence de Michel Barnier. Il y a eu un vote par les parlementaires (élus) à l’unanimité (fait rare), en faveur d’un traité par l’OMPI. Le représentant de la France (ministère de la culture) restant très discret sur la position de la France, et il en est de même dans le souhait d’une recommandation de la part de USA.

Les 2 représentantes de l’UE ont été assez durement mises en accusation par un représentant européen d’association, car Michel Barnier est leur supérieur, et « nier ce vote va à l’encontre de toute démocratie » (cic).

Il nous faut donc continuer nos démarches auprès des représentants gouvernementaux français pour faire évoluer la situation. Pour bien expliquer à nouveau le sens de notre démarche et de notre position, nos objectifs, nos motivations, et surtout pour bien démontrer que nous ne voulons en rien supprimer les droits d’auteurs ( la crainte des éditeurs ?), bien au contraire les protéger, et être en plein accord avec les autres pays .

Vous pouvez retrouver les documents sur les travaux de l’OMPI sur son site : OMPI- droit d’auteur-SCCR-SCCR24 et conclusion du sccr24 (tous les textes de l’OMPI sont en 3 langues ?Français-Anglais-Espagnol).

La prochaine réunion, SCCR25, aura lieu 19 ? 23 novembre 2012.

Et une réunion préparatoire exceptionnelle aura lieu du 17 au 13 octobre prochain.

L’Assemblée Générale de l’OMPI aura lieu en décembre 2012.

Fait le 24 aout 2012 par Compte-rendu Francis BOE, représentant la CFPSAA, accréditée par l’OMPI au sein de la représentation de l’UMA.

5)- NOUVELLES DU CLAPEAHA

5- A)- LETTRE DE RENTRÉE DU CLAPEAHA

Le 20 septembre 2012.

Le CLAPEAHA poursuit, en 2012, son activité principalement sur les points suivants :

I ? ACTIVITES CIBLEES :

1-1 ? Recherche-Action :

Le CLAPEAHA pilote grâce au CEDIAS (ainsi qu’aux financements accordés par la CNSA et CHORUM Groupe ARRCO) une importante « recherche-action » sur les besoins, les attentes et les modes d’accompagnement des personnes vivant une situation complexe de handicap.

La « communication », notamment non verbale étant un des domaines clés de cet accompagnement, il a été décidé par la CNSA d’y consacrer d’importantes journées (en liaison avec l’action du Groupement National de Coopération Handicaps Rares) les 12 et 13 décembre 2012 à Poitiers.

Par ailleurs, le CLAPEAHA met au point avec le CEDIAS un projet de plaquettes rassemblant les dispositions pratiques relevant des décideurs tels que les ARS et les MDPH (outils d’action concrète dans le domaine concerné).

1-2 ? Handicaps Rares :

Le Président du CLAPEAHA a été chargé de la fonction d’Administrateur responsable du Groupement National GNC/HR.

En ce qui concerne les réalisations futures, il siège en qualité de titulaire, en tant que représentant du CLAPEAHA, à la commission des appels à projets (sa suppléante est Mme TAGGIASCO, Présidente de l’ANPSA).

Par ailleurs, Mme GAMBRELLE, Vice-Présidente du CLAPEAHA, siège au titre de l’UNAPEI parmi les membres consultatifs de cette instance.

II ? ACTIVITE GENERALE

Le Président du CLAPEAHA a eu l’occasion de rencontrer Mme CARLOTTI, Ministre déléguée, lors du dernier Conseil de la CNSA et du Comité National Autisme.

Il doit être reçu, en compagnie de Mme GAMBRELLE, par Mme Aurore LAMBERT, du Cabinet de la Ministre, le 8 octobre 2012.

Pour l’instant, les instances gouvernementales étudient le dossier handicap mais les mesures nouvelles se sont limitées :

- A la circulaire du 4 septembre imposant à tous les Ministères la démarche de mainstreaning (tout texte de projet de loi ou texte réglementaire doit prendre en compte l’éventuel impact sur les personnes en situation de handicap) ;

- Au maintien du calendrier d’augmentation de l’AAH.

D’autres mesures semblent imminentes (renouvellement du CNCPH).

Mais il est certain que le monde du Handicap sera directement concerné par les grands projets gouvernementaux annoncés en matière notamment :

- De décentralisation : compétence accrue des départements en matière sociale (déclaration de Mme LEBRANCHU) ;

- Réforme éventuelle des ARS.

La demande du CLAPEAHA comme des autres membres du Comité d’Entente est d’être consulté en amont des travaux gouvernementaux.

Henri FAIVRE

5- B)- LE SCHÉMA NATIONAL HANDICAPS RARES : POINT D’ÉTAPE EN SEPTEMBRE 2012

1 ? Rappel sommaire des objectifs du Schéma :

A la différence des plans spécifiques à certains types de situations tels que l’Autisme, qui doivent être appliqués par les Agences Régionales de Santé (ARS), ce schéma vise des populations très minoritaires qui ne peuvent trouver de solutions locales. Il est donc piloté par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA).

Il vise les personnes qui se heurtent à trois types de « raretés » :

- Rareté des publics (moins d’un cas sur 10.000) ;

- Rareté des combinaisons de déficience qui ne s’additionnent pas mais démultiplient leurs effets en s’intriquant mutuellement ;

- Rareté et complexité des technicités à mettre en ?uvre pour accompagner efficacement ces personnes et les amener à démultiplier leurs capacités vers le maximum d’autonomie et de vie sociale.

2 ? Stratégie de réponse à ces besoins très spécifiques :

Pendant 15 ans, l’Etat et ses partenaires (parents, professionnels) ont cherché à éviter la concentration des services répondant aux besoins des enfants (puis des adultes). Il n’existait généralement qu’un ou deux établissements pour chacune des populations concernées, en particulier pour les personnes déficientes visuelles et auditives avec handicaps associés.

Afin d’accompagner le maximum de ces personnes sans les déraciner, ont été adossés à des établissements pilotes des Centres de ressources nationaux agissant à distance.

Le Schéma National lancé en 2009 conforte et amplifie cette stratégie. Les trois Centres de ressources existants, qui ont surtout rempli la première de leurs missions (notamment en matière de recherche et de formation) au sein d’un « Groupement National de Coopération handicaps Rares », géré sous l’égide de la CNSA par un Administrateur (Henri FAIVRE) et une Secrétaire Générale (Elisabeth JAVELAUD), groupement installé : 3, Rue de Metz ? 75010 PARIS et doté d’une équipe de spécialistes de haut niveau, dont la moitié sont des Directeurs et spécialistes des Centres de ressources.

Le Groupement, opérationnel depuis le début 2012, doit accueillir :

- En fin 2012 un quatrième Centre de ressources, compétant pour les cas de handicaps complexes accompagnés d’épilepsie non stabilisée ;

- En 2013, un cinquième Centre de ressources pour les cas complexes de handicaps accompagnés de troubles envahissants du développement ou des troubles graves de la personnalité.

Le Groupement (GNC-HR) mène donc en 2012 des « chantiers multiples » :

- Soit relatifs à ces deux créations ;

- Soit destinés à mutualiser et développer notamment la documentation commune aux Centres nationaux et la formation ;

- La création d’équipes relais interrégionales (dans chacune des 7 inter régions de coopération qui se mettent en place entre les Agences Régionales de Santé (ARS).

3 ? Maillage du territoire par création de nouveaux services ou établissements :

Le « Schéma National » prévoit la création progressive de services et d’établissements :

- 300 « places » au sens large du terme dans un premier temps ;

- Des créations ultérieures en fonction des besoins en 2013 et 2014.

Ces créations de places seront décidées nationalement, mais confiées à des gestionnaires choisis selon la procédure d’ « appels à projets » prévue par la loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoire » (HPST).

Pour agir rapidement :

- Un premier train d’autorisations a été arrêté dès l’été 2012 sans passer par la procédure d’appels à projets, en puisant dans le « stock » de projets approuvés précédemment par le CROSMS (anciennes commissions régionales) ;

- Un deuxième est soumis à l’automne 2012 à une « Commission nationale d’examen » des dossiers résultant d’appels à projets : Commission composée de 8 membres dont des représentants des usagers ;

- Les campagnes d’autorisation pour 2013 et 2014 seront menées en fonction des enveloppes prévues par le Schéma National Handicaps Rares.

Pour fixer la cartographie de ces créations nouvelles, une vaste enquête sur l’ETAT DES LIEUX des ressources en matière de handicaps rares est réalisée d’ici octobre 2012 par trois consultants (2) choisis par le Groupement National (sous l’égide de la CNSA).

4 ? Une CPOM (Convention pluriannuelle d’objectifs et de moyens) a été signée en mars par la Secrétaire d’Etat (Mme MONTCHAMP), la CNSA et l’Administrateur du Groupement :

Elle a été contresignée par les trois ARS des régions d’implantation des Centres de ressources et les trois Présidents des associations gestionnaires de ces Centres

Henri FAIVRE, le 19 septembre 2012.

6)- ACCESSIBILITÉ

6- A)- CHARTE D’ENGAGEMENTS POUR L’ACCESSIBILITÉ, LE CONFORT D’USAGE ET LA CONCEPTION UNIVERSELLE ENTRE L’ORDRE DES ARCHITECTES ET LES ASSOCIATIONS REPRÉSENTATIVES DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Paris, le 19 septembre 2012.

La question de l’accessibilité et de la conception universelle sont un enjeu fondamental pour notre société. Cette prise de conscience est aujourd’hui partagée tant par les pouvoirs publics, que les professionnels et plus largement par les citoyens, chacun comprenant que toute personne est susceptible d’avoir à connaître une situation de handicap dans des circonstances défavorables à la mobilité.

En adoptant la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, le législateur a défini très précisément les objectifs à atteindre et a fixé un calendrier pour la mise en accessibilité notamment du cadre bâti.

Force est de constater que sept ans après la promulgation de la loi, l’ensemble des textes législatifs et réglementaires font l’objet de difficultés d’appropriation par les acteurs de l’acte de construire.

L’Observatoire interministériel de l’accessibilité et de la conception universelle a pour mission de suivre la mise en application de la loi. On peut regretter qu’aucun autre outil n’ait été mis en place pour apporter et développer des solutions attendues :

- Malgré l’activité de la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité (DMA) et du Centre d’Etudes sur les Réseaux, les Transports, l’Urbanisme et les constructions publiques (CERTU), et des outils qu’ils ont développés, avec de nombreux guides édités, on peut s’apercevoir que la réglementation « accessibilité » a été mise en place à l’origine avec trop peu de pédagogie et de visibilité de la part des pouvoirs publics. Ce dispositif est donc généralement vécu comme une contrainte, conçu pour un public spécifique, alors qu’à terme toute personne peut être concernée (vieillissement de la population, accidents de la vie, enfants en bas âge, touristes ou professionnels étrangers en difficulté par défaut de signalétique, etc ?)

- L’accessibilité est le plus souvent traitée de manière technique et le sujet se réduit à une question de normes et de conformité, au détriment de la qualité d’usage. L’objectif ultime qui est l’accès à un bien, service ou activité, en est presque devenu méconnu, voire ignoré.

Pour atteindre l’objectif ambitieux fixé par la loi ? que ce soit pour le bâti neuf ou la mise en accessibilité de l’existant ? il convient de poursuivre les efforts et renforcer les partenariats.

Que ce soit au regard des normes ou des valeurs du développement durable, l’Ordre des architectes, depuis plusieurs années, prône une nouvelle démarche s’appuyant sur :

- une vision à long terme consistant à envisager le devenir de tout ouvrage en évaluant dès la phase de conception les capacités de flexibilité et d’adaptabilité de l’ouvrage

- le développement de la concertation et du dialogue avec toutes les parties concernées par l’élaboration d’un projet

- la promotion de la recherche et de l’innovation

- une vision globale des besoins des usagers pour le maintien de la qualité intrinsèque du patrimoine bâti au-delà des normes pour un usage raisonnable maintenu

- sans oublier bien sûr, le développement de l’expertise des architectes.

Pour mener à bien ces objectifs, l’Ordre des architectes a souhaité se rapprocher des usagers grâce aux associations reconnues représentatives des personnes en situation de handicap qui l’ont accepté, pour engager un dialogue constructif sur le thème de l’accessibilité.

Les partenaires de la présente charte partagent la même ambition : celle de la conception universelle et de l’accessibilité à tout et pour tous. Pour permettre à chacun d’avoir un accès libre et sécurisé à tous les lieux, services, produits et activités, l’accessibilité doit être présente dans notre environnement quotidien et prendre en compte les besoins de chacune des grandes déficiences (physique, sensorielle, intellectuelle, cognitive et psychique). La qualité d’usage du cadre bâti ne pourra progresser qu’à la condition de permettre d’assurer un réel accès au bâtiment, une information compréhensible par tous (repérage dans l’espace, qualité de l’accueil et de l’échange) afin d’assurer les conditions d’un réel accès aux biens et aux services.

L’Ordre des architectes et les principales associations représentatives des personnes handicapées sont ainsi convenues de remettre la qualité d’usage et les exigences de l’accessibilité universelle au coeur du débat, en adoptant une démarche fondée sur le dialogue, l’échange d’expériences et de bonnes pratiques.

Cette démarche est déjà au coeur de l’exercice du métier d’architecte : en effet, vis-à-vis de son client, l’architecte est avant tout un homme de conseil et de dialogue. A partir des besoins du client, de son mode de vie, de l’évolution possible de sa famille, l’architecte est à son écoute et l’aide à définir son projet : disposition des lieux, utilisation judicieuse des surfaces, organisation des volumes intérieurs, aspect extérieur.

L’architecte organise l’espace en fonction des goûts de son maître d’ouvrage et joue des contraintes pour lui offrir une plus grande personnalisation. Sa valeur ajoutée, c’est le « sur-mesure ».

De leur côté, les associations ont une connaissance précise des besoins au quotidien des personnes en situation de handicap. Le dialogue qu’elles peuvent entreprendre avec les architectes permet à ces derniers, par une appréhension concrète du handicap et dans la diversité de ses traductions, d’apporter des réponses adaptées à chaque situation.

L’Ordre des architectes et les associations représentatives des personnes en situation d’handicap travaillent depuis plusieurs mois sur la question de l’accessibilité et ont souhaité concrétiser leur partenariat par cette charte.

Celle-ci repose sur les trois engagements suivants :

- Développer sur le territoire des lieux de dialogues autour de la conception du cadre de vie

- Développer une culture commune et une approche harmonisée de l’accessibilité sur l’ensemble du territoire afin d’homogénéiser les représentations et d’éviter toute discordance

- Elaborer, d’ici 2013, des outils visant la qualité d’usage et de la conception universelle destinés aux maîtres d’ouvrages et aux professionnels de l’acte de bâtir.

1. Mise en place d’un comité de l’accessibilité, lieu de débat et de conciliation : l’Ordre des architectes et les associations conviennent de la création de comités, lieux de débat et de conciliation de l’accessibilité du cadre bâti.

Ils conviennent d’initier une démarche qui se déploie sur deux niveaux :

- Une instance nationale de dialogue

- Une déclinaison au niveau des réseaux régionaux de l’Ordre des architectes et des associations qui travailleront en bonne concertation, afin de créer une culture commune de l’accessibilité.

L’Ordre des architectes est composé d’un Conseil national de l’Ordre des Architectes et de 26 conseils régionaux répartis sur l’ensemble du territoire. Il met à disposition l’ensemble de ses structures pour décliner la démarche de dialogue et accueillir les comités régionaux qui pourraient être placés sous la bienveillance du Préfet de Région afin d’y accueillir divers acteurs locaux (DDTM, ?).

Ces lieux seront neutres et dégagés de tous les enjeux qui crispent et stérilisent actuellement le débat. Ils assureront un lien direct entre les usagers et les concepteurs des espaces de vie.

Animés par le Conseil national de l’Ordre et ses conseils régionaux d’une part et les associations nationales représentatives des personnes en situation de handicap et leurs composantes régionales d’autre part, ils auront pour objet d’identifier et de recenser les bonnes pratiques prenant en compte la réalité des bâtiments, sur l’ensemble du territoire. Il est entendu que l’objectif n’est pas de recenser toutes les opérations apportant une réponse universelle, mais de construire des réponses adaptées : ces bonnes pratiques devront aller au-delà « de la bonne réalisation » et intégrer l’accessibilité dans les processus amont de la conception.

Outre aux signataires de la présente charte, ces comités de l’accessibilité seront ouverts aux autres acteurs locaux intéressés qui pourront être invités ponctuellement pour enrichir la réflexion collective.

En cas de conflit entre professionnels, usagers et commissions d’accessibilité, ces lieux de dialogue seront également des lieux de conciliation. Les conseils régionaux disposent déjà de la faculté de concilier les parties en cas de différend contractuel ou lié à l’exercice de la profession.

Pour assurer la neutralité des positions, ces conciliations se tiendront au niveau régional, au siège du conseil régional de l’Ordre et en présence des associations d’usagers. La présence souhaitée du Préfet de région ou de son représentant, ainsi que de la direction départementale des territoires, permettrait une meilleure diffusion de la culture de l’accessibilité à l’échelon régional.

L’Ordre des architectes s’engage à développer des partenariats avec les ENSA (Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture) afin de développer la culture de l’accessibilité universelle au sein de la formation initiale des architectes.

2. Renforcer la formation continue des professionnels : généralement la question de l’accessibilité du cadre bâti n’est pas perçue comme porteuse de difficultés techniques particulières, puisqu’elle fait appel aux règles de l’art habituelles, à des techniques maîtrisées, des produits courants.

On oublie cependant qu’elle doit demander un effort particulier de conception lié à la qualité et au confort d’usage. Pour appréhender la question de l’accessibilité, les concepteurs doivent être sensibilisés aux besoins de l’usager du bâti, quelle que soit sa condition. L’architecte ne peut pas avoir seul une connaissance des besoins propres à chaque handicap. Il est donc essentiel de renforcer la formation continue des architectes.

Aujourd’hui, force est de constater que les formations proposées sont trop axées sur la réglementation, et insuffisamment sur les valeurs d’usage. A partir du recensement des formations continues délivrées aux architectes et dédiées à l’usage qu’a lancé l’Ordre des architectes, celui-ci et les associations s’engagent à participer aux offres de formation et à inciter les organismes de formation à faire évoluer leur offre.

3. Mettre à disposition des outils privilégiant la valeur d’usage, à destination des professionnels et des maîtres d’ouvrage : la circulaire interministérielle du 30 novembre 2007, dont le but est de « mettre en image » certaines dispositions de la réglementation « accessibilité », est généralement utilisée comme un document de référence pour apprécier la conformité d’un projet. Les illustrations qu’elle contient reflètent pour certains instructeurs ou contrôleurs le seul aménagement possible pour répondre aux problématiques du handicap et bride les capacités inventives des concepteurs.

L’Ordre des architectes et les associations représentatives des personnes en situation de handicap s’engagent à élaborer des outils privilégiant la valeur d’usage, en particulier :

- A partir de l’audition des maitres d’ouvrage et des concepteurs, à analyser et relayer les expériences remarquables auprès de leur réseau respectif,

- Afin de recentrer le débat sur l’usage, à analyser la réglementation en prenant le soin d’expliciter les usages attachés aux différentes obligations.

- A établir ensemble un document synthétique à destination des concepteurs qui formaliserait le parcours de l’accessibilité, et recenser tous les points de vigilance liés à la prise en compte de la réglementation « accessibilité.

- A proposer une notice descriptive type du projet à présenter en annexe du dossier de permis de construire qui serait une aide à la compréhension des plans sous l’angle de l’usage.

- A se rencontrer et travailler ensemble de façon régulière, et à rédiger un guide de bonnes pratiques qui viendra alimenter les réflexions des pouvoirs publics.

6- B)- PRIX « PATRIMOINE POUR TOUS, PATRIMOINE POUR CHACUN »

Dans le cadre de la politique de démocratisation culturelle menée par le ministère de la Culture et de la Communication, la direction générale des patrimoines a créé le prix « Patrimoines pour tous, patrimoines pour chacun » qui distingue une démarche d’excellence en matière d’accessibilité généralisée des lieux patrimoniaux pour les personnes en situation de handicap moteur, visuel, auditif ou mental.

Doté d’un montant de 50 000 €, ce prix récompense une mise en accessibilité du cadre bâti, des réalisations innovantes liées à une démarche d’accès et d’usage pour tous, des outils de médiation favorisant l’autonomie des personnes et la prise en compte de la mixité des publics dans l’offre culturelle.

Réuni le 6 septembre dernier, le jury présidé par Marie-Christine Labourdette, directrice chargée des Musées, et composé de représentants de l’administration et de membres des associations représentatives des personnes handicapées, a décerné le prix « Patrimoines pour tous, patrimoines pour chacun » à cinq établissements.

Dans la catégorie des établissements relevant des collectivités territoriales, sont récompensés :

- Le musée de la Lutherie et de l’Archeterie de Mirecourt et le Pont-Transbordeur de

Rochefort ? Echillais qui reçoivent chacun une dotation de 20 000 €.

- Une mention spéciale, assortie d’une dotation de 10 000 €, est décernée au musée départemental de la Préhistoire de Solutré.

Dans la catégorie des établissements nationaux, sont distingués :

- Le Palais du Tau, à Reims, géré par le Centre des monuments nationaux,

- Le Musée du Quai Branly, à Paris, pour la qualité du travail de ses équipes de médiation.

Le jury tient à féliciter l’ensemble des 18 candidats pour la qualité des dossiers et, tout particulièrement, le musée départemental de Flandre à Cassel dont le projet en matière d’accessibilité pour tous a su dépasser les contraintes liées à son statut de Monument historique, même si la sécurisation de sa rampe d’accès est encore à améliorer.

Les Lauréats :

- Musée de la Lutherie et de l’Archeterie Française à Mirecourt (Lorraine) : la muséographie a été repensée pour rendre accessible au plus grand nombre tous les

aspects de l’instrument de musique à cordes (esthétique, sonore, technique). Ce travail a abouti au printemps 2011 à l’inauguration d’une nouvelle scénographie qui prend en compte les besoins pour les quatre déficiences et l’octroi des quatre labels

« Tourisme&Handicap ». Cette institution propose également des activités culturelles et musicales adaptées pour tous encadrées par du personnel formé dans le domaine du médico-social et de la musicologie.

- Pont Transbordeur Rochefort-Echillais à Rochefort (Poitou-Charentes) : ce monument historique est un site emblématique de l’estuaire de la Charente avec plus de 150 000 visites annuelles sur l’ensemble du site. Depuis plus de cinq ans, les équipes de la Communauté d’agglomération travaillent en concertation avec les représentants des personnes en situation de handicap et les techniciens du Comité départemental du tourisme à une mise en accessibilité généralisée de ce monument.

Cette démarche est parmi les toutes premières engagées dans la région « Poitou-Charentes » au titre des Monuments historiques. Le principe du respect de la chaîne de déplacement entre les quatre structures qui composent ce monument a été respecté. De nombreux outils de médiation adaptés aux quatre déficiences sont proposés en période estivale pour découvrir le fonctionnement et l’histoire de ce monument (maquettes, livrets mais également la possibilité de toucher des pièces du pont, application numérique), complétés par un panel de visites guidées également adaptées. Un équipement roulant spécifique, le module tout chemin (MTC), est mis gratuitement à la disposition des personnes à mobilité réduite pour profiter pleinement des chemins de randonnées qui bordent la Charente. Cette présentation d’un Monument historique accessible à tous se caractérise par son caractère novateur et exemplaire.

- Musée départemental de Préhistoire de Solutré (Bourgogne) : situé au pied de la Roche de Solutré, ce Musée de France a été inauguré en 1987. La Direction de cet établissement a décidé de s’engager pleinement dans une démarche d’accessibilité pour les quatre familles du handicap. Un aménagement du cadre bâti et de nombreux outils de médiation pour chaque déficience ont ainsi progressivement été réalisés en partenariat avec des membres d’associations représentatives des personnes handicapées, avec une volonté de renforcer leur autonomie de visite. A partir de 2009, le Conseil général a décidé d’accorder la gratuité à ces publics pour l’accès aux collections mais également pour toutes les prestations culturelles. En ce début d’année, cette démarche en matière d’accessibilité généralisée a été récompensée par l’obtention du label « Tourisme & Handicap » pour les quatre déficiences.

- Palais du Tau à Reims - CMN (Champagne-Ardenne) : le Centre des monuments nationaux a mis en place un programme très complet de mise en accessibilité de ce monument, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il abrite l’un des plus importants trésors historiques de France -celui de la cathédrale de Reims -et constitue un musée riche et très diversifié. Le chantier a représenté un véritable défi puisque les salles proposées à la visite se répartissent dans deux ailes principales du palais, sur trois niveaux comportant une douzaine de dénivelés.

Dans le respect des normes de protection des Monuments historiques, ces différents niveaux sont désormais accessibles à tous les publics. Des outils de médiation particulièrement innovants ont également été mis en place. Une liaison par un cheminement adapté pour les personnes à mobilité réduite entre la cathédrale et le palais a été réalisée. En début d’année, la mise en accessibilité généralisée de ce monument historique a permis au CMN de recevoir le Trophée de l’Accessibilité.

- Musée du Quai Branly à Paris (Ile-de-France) : depuis son ouverture, la direction de ce musée national s’est efforcée d’associer les membres de la plupart des grandes associations représentatives des personnes en situation de handicap dans l’élaboration d’outils d’aide à la visite innovants et adaptés à chaque déficience, et dans la conception d’une programmation régulière d’offres culturelles de qualité en prenant en compte la mixité des publics. Du 30 novembre au 7 décembre prochain, le MQB organisera sa deuxième édition de la « semaine de l’accessibilité » pour faire découvrir au public ces nombreuses animations culturelles ainsi que les dispositifs d’accompagnement proposés tout au long de l’année aux visiteurs en situation de handicap.

Paris, le 21 septembre 2012

6- C)- PARTOUT AVEC MON CHIEN GUIDE : JE SOUTIENS, JE SIGNE !

Parce que des personnes aveugles ou malvoyantes, guidées par leur chien guide, sont encore refusées dans des lieux ouverts au public ou des transports, malgré la loi en leur faveur ; Parce que les bénévoles et les professionnels qui éduquent les chiens guides ne peuvent accéder librement à ces mêmes lieux, faute d’une législation favorable ; Nous voulons que le chien guide soit reconnu officiellement comme une catégorie spécifique et qu’il circule librement de sa sélection à la fin de sa vie !

Signez en ligne le texte de soutien qui sera remis à la Ministre déléguée en charge des personnes handicapées https://www.change.org/fr/pétition...

Vous pouvez également signer sur papier. Nous serons présents le dimanche 30 septembre 2012 lors des Portes Ouvertes des écoles de chiens guides membres de la FFAC afin de récolter le plus de signatures, dans le cadre de la Semaine du chien guide d’aveugle.

Retrouvez toutes les informations et tous les outils sur http://partoutavecmonchienguide.wor...

Suivez-nous sur twitter @chienguide et sur notre page facebook " Partout avec mon chien guide" !

6- D)- RECHERCHE DE TESTEURS POUR UNE EXPÉRIENCE : DÉTECTION DE VOITURE ÉLECTRIQUE EN MILIEU URBAIN

Les voitures électriques sont très silencieuses, surtout à basse vitesse. Cela peut poser d’importants problèmes de sécurité pour les piétons. Le projet eVADER, dont PSA PEUGEOT CITROEN, l’Union Européenne des Aveugles et la CFPSAA sont partenaires, a pour but de proposer des systèmes de détection de piéton et d’alerte pour rendre plus sûrs les véhicules électriques. Le principe est d’équiper ces voitures d’un signal sonore pouvant facilement être entendu par un piéton malgré l’environnement (le bruit de fond urbain dont notamment le reste du trafic automobile).

Cette expérience, réalisée en studio d’écoute avec un casque audio, a pour but d’évaluer la capacité de différents signaux à alerter un piéton. Pour cela, on présente à un auditeur du bruit de trafic routier servant de bruit de fond. L’auditeur doit s’imaginer au bord d’un trottoir, face à une route qu’il s’apprête à traverser. Le trafic routier est lointain, donc cela ne représente pas de danger pour lui. Cependant, de temps en temps, une voiture s’approche sur la chaussée que l’auditeur souhaite traverser. Sa tâche consiste donc à détecter l’arrivée de cette voiture. Différents véhicules sont utilisés et les réponses de l’auditeur sont enregistrées. Cette mise en situation dure environ 40 minutes au total ; une pause est aménagée après 20 minutes pour permettre à l’auditeur de se reposer.

Compte tenu des explications préalables, d’une petite séance d’entraînement et d’une caractérisation rapide de l’audition du sujet, l’ensemble représente environ une heure. Cette expérience aura lieu au laboratoire du Centre Technique PSA PEUGEOT CITROEN de Vélizy-Villacoublay. L’accès n’étant pas simple par les transports en commun dans la journée, une navette de type monospace pourra prendre en charge les personnes à partir de la station de métro « Pont de Sèvres » terminus de la ligne 9. Cette même navette ramènera bien sûr les personnes à la station de métro à l’issue de l’expérience.

Cette expérience peut se faire à partir du 18 Septembre et doit être terminée à la fin du mois de Septembre.

Pour vous inscrire ou obtenir plus d’informations, veuillez contacter Jean-Christophe CHAMARD par email ( jeanchristophe.chamard@mpsa.com) ou téléphone au 01.57.59.55.47.

7)- EMPLOI : APPEL À PARTICIPANTS POUR L’ÉTUDE EMPLOI DE LA FAF

La Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France (FAF) s’est associée au laboratoire d’économie d’Orléans (LÉO ? Université d’Orléans) pour mener à bien une enquête sur l’emploi des personnes déficientes visuelles. Nous cherchons des personnes déficientes visuelles, résidant sur Ile-de-France, ayant entre 18 et 60 ans, quelle que soit leur situation professionnelle et qui accepteraient de répondre à nos questions, de façon strictement anonyme. L’enquête est administrée par téléphone, et dure 20 minutes. Les personnes intéressées peuvent joindre Céline CHABOT par mail à l’adresse c.chabot@faf.asso.fr ou au 06.88.86.40.99.

8)- NTIC

8- A)- HANDICAPZÉRO : 3 OPÉRATEURS PROPOSENT UN DISPOSITIF D’ACCESSIBILITÉ À LEURS OFFRES

OMÉA TÉLÉCOM -Virgin Mobile- s’associe à HandiCaPZéro pour rendre plus accessible la téléphonie mobile aux personnes aveugles et malvoyantes.

Paris, le 20 septembre 2012 - OMÉA TÉLÉCOM, 1er opérateur mobile dégroupé, et HandiCaPZéro sont heureux d’annoncer la signature d’un accord visant à faciliter la vie quotidienne des personnes déficientes visuelles en leur proposant d’accéder aux offres de l’opérateur via un contenu adapté à leur besoin. Dès aujourd’hui, ce partenariat s’appliquera à tous les clients et futurs clients du groupe OMÉA TÉLÉCOM (Virgin Mobile, Télé2 Mobile et Breizh Mobile) qui en font la demande.

Parce que Oméa Télécom est convaincu depuis toujours que la téléphonie mobile se doit d’être accessible à tous, l’opérateur a choisi de capitaliser sur le savoir-faire de l’association HandiCaPZéro pour adapter le contenu de ses offres à un public aux besoins spécifiques. En confiant à l’association l’adaptation de l’ensemble de sa documentation commerciale en braille et en caractères agrandis, Oméa Télécom participe, à son niveau, au développement de l’autonomie aux personnes déficientes visuelles.

Ainsi, de la facture aux conditions générales de vente, des offres aux guides d’installation de la Virgin Box, l’ensemble de la relation commerciale est adaptée, en braille ou en caractères agrandis, par HandiCaPZéro.

Pour bénéficier de ce service entièrement gratuit, la demande se fait individuellement auprès d’HandiCaPZéro, en appelant le numéro vert (0800.39.39.51, appel gratuit depuis un poste fixe en France métropolitaine) ou par mail à contact@handicapzero.org.

Pour en savoir plus sur le service Virgin Mobile, Télé2 Mobile et Breizh Mobile.

8- B)- ACCÈS À L’AUDIODESCRIPTION VIA ORANGE

L’audio-description est enfin disponible à partir de la Live box d’Orange. Pour avoir l’audio-description il faut aller dans menu puis dans « mon compte », puis dans « accessibilité », puis choisir « audio-description » en confirmant le "oui" qui vous sera proposé. Cette manipulation est à faire une fois pour toute. Ensuite il vous faut choisir une chaine en mode SD (simple définition) et non pas HD (haute définition). Par exemple TF1 est diffusé sur plusieurs canaux sur le canal 1 c’est souvent TF1 en HD et il faut aller sur le canal 51 pour avoir TF1 en SD. Ainsi lorsque vous écouterez la télé sur un canal SD au moment où sera diffusée une émission audio-décrite l’audio-description sera automatiquement activée.

Pour mémoire la programmation des films ou émissions audio-décrits est disponible sur le site de l’Association Handicap Zero, sur le site de l’Association Francaise d’Audio-description, ou en s’abonnant aux programmes TV enregistré en format Daisy et proposé par le GIAA.

Par Sylvain Nivard

9)- LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA CFPSAA - L’APEDV : BUTS, DOMAINES D’INTERVENTION, PROJETS

L’Association des Parents d’Enfants Déficients Visuels (APEDV), créée en 1964, regroupe environ trois cents familles d’enfants et d’adolescents malvoyants. Conçue à l’origine par des parents confrontés à l’absence de solution pour la scolarisation de leurs enfants, elle s’adresse aujourd’hui à l’ensemble de la population malvoyante de France.

Elle a pour but essentiel la défense des intérêts moraux et matériels de ces familles, ainsi que des déficients visuels en général, afin de leur assurer la meilleure intégration - scolaire, sociale et professionnelle - possible pour qu’ils se vivent, et soient considérés par la société, comme des citoyens à part entière.

A cette fin, elle intervient notamment dans les domaines suivants :

- prévention de la malvoyance ;

- petite enfance ;

- aide psychologique et administrative (dossiers CDAPH de reconnaissance du handicap, d’allocations ?) aux familles et aux personnes malvoyantes ;

- scolarisation, formation et insertion professionnelle ;

- accessibilité dans tous les sens du terme (voirie, bâtiments, transports en commun, nouvelles technologies, culture, loisirs, sports, vie citoyenne ?).

Elle a donc une vocation généraliste, au service de tous les malvoyants en général sur l’ensemble du territoire national.

Elle participe chaque année à plus de soixante-dix réunions, dont :

- la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH, instance décisionnaire pour des décisions aussi importantes que la reconnaissance du taux de handicap, l’attribution de la carte d’invalidité, de l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé, de l’Allocation Adulte Handicapé, de la Prestation de Compensation du Handicap, l’orientation scolaire et professionnelle, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) de Paris ;

- la Commission Scolaire du Conseil Départemental Consultatif des Personnes Handicapées - CDCPH - de Paris (ex groupe départemental Handiscol’) de Paris ;

- plusieurs commissions communales d’accessibilité, à Paris et en Ile-de-France ;

- les Conseils d’Administration et Assemblées Générales de plusieurs associations intervenant dans le champ du handicap visuel ;

- les Conseils d’Administration, Assemblées Générales et réunions de la commission accessibilité de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes (CFPSAA) ;

- des réunions avec de grandes entreprises françaises travaillant sur l’accessibilité (SNCF, RATP, France Telecom ?).

Elle intervient également à la demande des parents dans des établissements scolaires (non respect du Projet Personnalisé de Scolarisation, difficulté à obtenir des photocopies agrandies par exemple) ou des structures de soutien (notamment Services d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Intégration Scolaire S3AIS).

Elle publie un Bulletin mensuel, qui sera remplacé début 2013 par une « newsletter », lettre d’informations numérique, afin d’en faciliter la lecture (sur ordinateur, avec logiciel d’agrandissement ou lecture braille) et d’en élargir la diffusion.

Les principales revendications de l’APEDV sont :

- la complémentarité de tous les types de scolarisation : individuelle, dans l’établissement de référence, collective, en CLIS dans le primaire, en ULIS dans le secondaire, ou dans un établissement spécialisé ;

- des moyens humains et matériels suffisants pour assurer une bonne scolarisation (enseignants formés au handicap, Auxiliaires de Vie Scolaire formés, dont la compétence est reconnue, ayant des perspectives de carrière) ;

- le développement du livre, notamment scolaire, adapté, en grands caractères et en braille ;

- dans tous les domaines, la prise en compte des besoins spécifiques des malvoyants dans la mise en accessibilité (notamment voirie, bâtiments, transports en commun, nouvelles technologies).

Ces dernières années, nous avons mené à bien les projets suivants :

- recueil de témoignages sur l’annonce du handicap visuel ;

- guide sur le « Handicap visuel de l’enfant et de l’adolescent », en partenariat avec l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris et plusieurs autres associations ;

- site internet accessible, notamment grâce au choix de la grandeur des caractères et des contrastes ;

- importante contribution aux plans de mise en accessibilité de la voirie et des bâtiments publics de Paris.

Nous envisageons en 2013 la création d’une cellule d’écoute, au sein de laquelle des parents, ou des malvoyants adultes, pourront aider d’autres familles et personnes traversant les mêmes difficultés à quelques années d’intervalle.

Plus une association a d’adhérents, de bénévoles sur le terrain, plus ses actions sont reconnues, et plus elle a de poids et de crédibilité auprès de ses partenaires, notamment financiers, ainsi que vis-à-vis des décideurs publics et privés. Aussi, nous appelons toute personne intéressée par nos actions à nous rejoindre, par exemple pour devenir notre représentant dans un département ou une région, nous permettre d’être présent à davantage de réunions, ou pour aider un enfant ou un adolescent connaissant des difficultés scolaires. Nous vous accueillerons avec grand plaisir.

Nos coordonnées sont les suivantes :

Association des Parents d’Enfants Déficients Visuels (APEDV)

13, rue Joseph Dijon ? 75018 PARIS

Téléphone / fax : 01 42 55 06 24

Courriel : apedv@wanadoo.fr

Site : http://apedv.org

"Ni aveugle, ni bien voyant, je vis, je vais à l’école, je travaille, je ris, je joue avec les autres mais je vois différemment. J’ai besoin de techniques, j’ai des moyens différents."

"Ni aveugle, ni bien voyant, je suis un malvoyant."

Yannick RAULT, Président.

10)- FAITS DIVERS

10- A)- AURÉLIE DAUVIN RELAXÉE

Charleville-Mézières (Ardennes). Aurélie Dauvin, l’enseignante aveugle du lycée de Sévigné qui avait porté plainte le 23 février suite à une agression dont elle se disait être victime, et qui avait été placée en garde à vue pour dénonciation mensongère, a été relaxée, hier, par les juges du tribunal correctionnel de Charleville-Mézières.

L’épilogue de cette affaire où un prof non voyant du lycée Sévigné avait porté plainte le 23 février pour agression s’est écrit, hier, devant les juges du tribunal correctionnel de Charleville-Mézières. Aurélie Dauvin a été, purement et simplement, relaxée. L’infraction de dénonciation mensongère à une autorité judiciaire entraînant des recherches inutiles, qui était reprochée à l’ancien prof de français du lycée Carolo, a été balayée d’un revers de main par les magistrats, qui ont suivi la demande de l’avocat de la défense, lequel a souhaité rétablir l’honneur de sa cliente. Dans ce dossier, Me Franck Dymarski, le dauphin du barreau des Ardennes, a gagné une bataille en développant une plaidoirie marquée par le bon sens. « Le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments dans ce dossier pour condamner ma cliente. Lorsqu’on n’a pas de certitudes, le doute revient à l’accusé », a lancé l’avocat de la défense à l’issue du délibéré, regrettant, lors de sa plaidoirie, l’obstination et le travail bâclé des policiers. « Ils n’ont pas cherché à savoir si ma cliente disait la vérité. Ils n’ont fouillé l’enquête. Elle a dit que quelqu’un l’avait bousculée et lui avait tiré les cheveux. Elle n’a dénoncé personne. Pourquoi les enquêteurs n’ont-ils pas cherché à savoir si les faits n’ont pas été commis par un ou des élèves qui voulaient s’amuser ou faire une plaisanterie de mauvais goût ? Vous savez, les élèves ne sont pas toujours charitables. Ils peuvent se dire : elle ne voit pas, on peut y aller. Des faits similaires se sont déroulés avec des profs non voyantes dans d’autres lycées de France. Cette affaire et notamment sa médiatisation ont hérissé le poil des responsables du rectorat, qui ont cherché à la mettre en cause. On a dit qu’elle a fait ça pour obtenir sa mutation auprès de son compagnon, qui réside à Nancy. C’est ridicule car, le 24 février, soit le lendemain des faits, elle a reçu un mail qui a été confirmé quelques jours plus tard par un courrier qui précisait sa mutation dans un lycée à Nancy. Elle n’avait aucun mobile pour dénoncer une agression. Par ailleurs, le jour où elle se fait agresser, elle dit à son proviseur qu’elle veut rentrer chez elle. La responsable de l’établissement a mis ma cliente dans un taxi qui l’a conduite directement au commissariat. Je comprends qu’elle puisse en vouloir à sa direction ! », a encore soutenu Me Dymarski.

L’avocat Carolo avait, dès le début de sa plaidoirie, mis en doute les certitudes du parquet. En effet, la substitut a requis six mois de prison assortis de sursis en confirmant le travail d’enquête des policiers. « Il y a dans cette affaire des éléments concrets qui ont démontré assez rapidement qu’il s’agissait de dénonciation mensongère. » Une toute nouvelle magistrate qui en était à sa première relaxe en audience correctionnelle. Les faits se sont déroulés le 23 février. Aurélie Dauvin, une enseignante non voyante du lycée Sévigné de Charleville-Mézières, était agressée dans les couloirs de l’établissement : manteau déchiré, queue-de-cheval tirée, sac ouvert et fouillé. Le matin même, une plainte avait été déposée par Mme Dauvin. L’auxiliaire de vie scolaire chargée d’assister Aurélie Dauvin dans l’enceinte scolaire et l’infirmière ont été entendues par les policiers. Les films enregistrés par les caméras situées à l’entrée du lycée ont également été visionnés. Cette professeur de français s’était, par ailleurs, émue du « manque de soutien » de ses collègues et de sa hiérarchie, précisant ne pas avoir apprécié de devoir se rendre seule au commissariat afin de déposer plainte. Toujours « marquée par l’agression », l’enseignante, qui avait reçu trois jours d’ITT, avait hésité à reprendre son travail à l’issue des vacances scolaires. Pour sa part, la proviseur du lycée, Danièle Andrey, contestait vigoureusement le manque de solidarité dénoncé par son professeur.

Dès les premières heures de l’enquête, les policiers étaient demeurés prudents quant à la véracité des faits dénoncés. À l’époque, ils avaient été étonnés par la volonté de la victime et son entourage de médiatiser les faits. Les enquêteurs étaient convaincus - en effectuant un travail de mauvaise qualité, a jugé hier le tribunal - que la professeur de lettres avait inventé le récit de son agression car il y avait beaucoup de contradictions qui avaient été relevées dans les dépositions de la plaignante.Sur la base des contradictions de l’enseignante, elle avait été placée en garde à vue pour dénonciation calomnieuse. Aurélie Dauvin était ressortie libre du commissariat de Charleville-Mézières avec une convocation devant le tribunal. Hier, elle a donc été relaxée. L’avocat avait, au début de l’audience, excusé l’absence à la barre de sa cliente, affectée à la rentrée scolaire à Nancy, où elle enseigne le français dans un lycée.

Source de l’article : http://www.lunion.presse.fr/article...
- aveugle-relaxee

10- B)- DÉCÈS DE SERGE GUILLEMET

Serge Guillemet nous a quittés cet été.

Serge guillemet nous a quittés cet été, le 7 août. Depuis qu’il était revenu du Gabon, où il avait courageusement travaillé comme Directeur de l’école d’aveugles de Libreville, alors qu’il était retraité, il avait vécu quelques mois dans sa maison en auvergne avant d’être pensionnaire de la maison de retraite de Voir Ensemble. Sa crémation a eu lieu à Nevers, le vendredi 10 août.

Nous étions environ 25 pour l’accompagner ce jour-là. Ce fut pour nous tous un moment d’émotion intense, de recueillement et de partage. Chacun de nous le revoyait, comme père, enseignant ou censeur à l’INJA.

C’est en 1956 qu’il débuta sa carrière d’enseignant à l’INJA. Ce fut un pédagogue créatif et novateur pour l’enseignement et la pratique du Braille. Il introduisit la Perkins à l’INJA et sa méthode d’apprentissage du Braille, épaules-Hanches-Genoux, rails pour le suivi des lignes, exercices d’orientation, qui lui survivra certainement pendant bien des décennies, si on n’oublie pas de la rééditer. Il y eut aussi son activité généreuse au sein du GIAA et de sa section, le GPEAA : création de revues enfantines comme Sapajou qui est toujours d’actualité.

Ses anciens élèves se souviennent de son autorité naturelle, de ses paroles tout aussi encourageantes qu’exigeantes parfois ressenties par certains comme de la dureté. Depuis la rentrée de septembre, plusieurs de ces anciens élèves, aujourd’hui adultes et parents, m’ont raconté la gratitude qu’ils ne cessent d’éprouver pour son action pédagogique et éducative qui se prolongeait même au-delà de l’année scolaire, l’été à la colonie Grillons et Cigales.

« L’exigence et la fermeté sont profitables lorsqu’elles visent à valoriser et à faire grandir. » Serge ne cessait de le déclarer lorsqu’il fut Inspecteur Technique au Ministère de la Santé, puis censeur de l’INJA. Même s’il nous arrivait, dans le cadre professionnel, d’avoir des discussions houleuses avec lui, il ne nous en tenait pas rigueur.

L’odeur de l’eau de Cologne Saint-Michel, la voix grave et puissante, les colères pour défendre notre Braille, voilà autant de souvenirs qui, comme autant de petits « rectangles de lumière », demeurent vivants dans le coeur et la mémoire de ceux qui l’ont connus et estimé.

Marie-Renée Hector

Présidente du GIAA, ancien Professeur à l’INJA.

11)- FDFA : INVITATION AUX FEUILLES D’AUTOMNE DES ÉCRIVAINS HANDICAPÉS ET DES AUTRES

L’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir - FDFA organise le samedi 20 octobre 2012 ses FEUILLES D’AUTOMNE DES ÉCRIVAINS HANDICAPÉS ET DES AUTRES à la Maison Internationale de la Cité Universitaire de Paris avec, entre autres, une rencontre littéraire autour du thème "Littérature Jeunesse & Handicap".

Marraine : Laure Adler, journaliste et écrivaine ;

Parrain : Axel Kahn, généticien.

En présence de Mme Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes et porte-parole du Gouvernement.

Parmi la soixantaine d’auteur(e)s présent(e)s : Benoîte Groult, Jean-Christophe Parisot, Elisabeth Zucman...

Comment s’inscrire ?

Grâce au formulaire d’inscription en ligne. L’inscription est obligatoire.

Pour les personnes déficientes visuelles ne pouvant le remplir en ligne, une version Word est disponible sur demande auprès de isa.fdfa@free.fr

Une participation solidaire à l’accessibilité de 5 € est demandée.

Merci d’adresser votre règlement à : FDFA - Feuilles d’automne - 2, rue Aristide Maillol - 75015 PARIS

Comment s’y rendre ?

Maison Internationale de la Cité Universitaire

Espace Adenauer

17, boulevard Jourdan

75014 PARIS

Accès pour les personnes à mobilité réduite par le 27, boulevard Jourdan.

Tramway T3 : Cité Universitaire

RER B : Cité Universitaire

M° Porte d’Orléans

Bus 21, 88, 67

Parking public : Charléty

Horaire :

De 9 heures à 18 heures

Séance de signatures et de dédicaces : de 15 à 18 heures

Cette journée est ouverte à toutes et à tous : merci de diffuser largement cette invitation.

Programme :

8 h 30 : Prologue : accueil des participants

9 h 00 : Ouverture de la journée par Maudy Piot, présidente de FDFA, par Laure Adler, journaliste et écrivaine, marraine de la journée et par Axel Kahn, docteur en médecine et ès sciences, généticien, parrain de la journée

9 h 15 : Intervention d’Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris

9 h 30 : Allocution de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes et porte-parole du Gouvernement

10 h 00 : « Se dire et s’écrire » - table ronde avec

Benoîte Groult, écrivaine et militante féministe, Axel Kahn, généticien, Jean-Christophe Parisot, préfet et Elisabeth Zucman, docteure en médecine

Animation : Laure Adler

Échanges avec la salle

11 h 15 ? 11 h 30 : Pause

11 h 30 : « Littérature jeunesse et handicap » - table ronde avec Georges Grard, Janine Teisson, Céline Sorin, Georges de Cagliari, auteur(e)s pour la jeunesse

Animation : Paul-Eric Laurès

Échanges avec la salle

13 h 00 ? 14 h 15 : Pause déjeuner

14 h 00 : Intervention de Fatima Lalem, adjointe au Maire de Paris en charge de l’égalité Femmes-Hommes

14 h 15 : Conférence de Laurence Joselin, docteure en psychologie, ingénieure de recherche à l’INS HEA : « Représentations de genre et handicap à travers la littérature de jeunesse »

Échanges avec la salle

15 h 00 : « Cabinet de lecture » : une dizaine d’auteur(e)s liront un extrait de leur ouvrage

15 h 00 ? 18 h 00 : Séance de signatures et de dédicaces avec plus de 60 auteur(e)s présent(e)s, en situation de handicap ou valides ayant écrit sur le handicap.

18 h 00 : Épilogue : conclusion de la journée

12)- CULTURE ET LOISIRS

12- A)- PANORAMA 2012-2013 DE L’AUDIODESCRIPTION EN France

1. INTRODUCTION

L’offre en spectacles adaptés continue de progresser en France au point qu’il devient difficile d’en présenter le panorama complet, témoignant d’une vitalité de l’accessibilité culturelle pour les personnes déficientes visuelles. Sélection.

La plus grande partie des audiodescriptions est assurée par l’association Accès Culture, pionnière en la matière, et qui diversifie ses interventions cette saison encore. D’autres actions complètent cet important travail, telle celle de Dijon Audiodescription, qui intervient dans la capitale bourguignonne et dans bien d’autres villes. Basé à Paris, le Centre Ressources Théâtre Handicap propose quant à lui un accompagnement à la demande par des Souffleurs d’images, en partenariat avec une vingtaine de théâtres franciliens : le spectateur déficient visuel est accompagné par un apprenti-comédien qui assure la description (renseignements auprès de Maxime Caillaud : 01 42 74 17 87). Toujours à Paris, l’association Prête-moi tes yeux au théâtre audiodécrit au Théâtre 13. En Provence, l’association L’Oeil qui écoute intervient à la demande de spectateurs déficients visuels dans des théâtres locaux, mais pêche cette année encore par une absence totale d’information sur ses activités : tentez votre chance en l’appelant le 09.50.49.15.27 ou le 06.21.67.44.92...

2. THÉÂTRE EN RÉGIONS

En Alsace, le Théâtre National de Strasbourg audiodécrira six spectacles. D’abord, Sallinger, analyse familiale du suicide d’un jeune à la veille de la guerre du Vietnam, un texte de Bernard-Marie Koltès mis en scène par Catherine Marnas, le 5 décembre 2012. Puis une chronique villageoise galloise écrite par le poète Dylan Thomas, Au bois lacté, mise en scène par Stuart Seide, le vendredi 21 décembre. A suivre, le 24 janvier 2013, Whistling Psyche, ou la rencontre de la célèbre infirmière Florence Nightingale et du chirurgien militaire James Miranda Barry imaginée par l’auteur Sebastian Barry. Théâtre et amours classiques ensuite, avec La Place royale (Pierre Corneille) mise en scène par Éric Vigner, le 15 février. Le Brecht annuel sera Maître Puntila et son Valet Matti, domination de l’homme par l’homme mise en scène par Guy Pierre Couleau, le mardi 26 mars. Pour finir avec le second épisode de Graal théâtre, Gauvain et le Chevalier Vert, le 30 mai.

A Lille, le Théâtre du Nord proposera le 4 octobre 2012 Au bois lacté, texte du poète gallois Dylan Thomas adapté et mis en scène par Stuart Seide, qui conte 24 heures de la vie d’un petit village gallois perché au-dessus de la mer. C’est au Théâtre de l’Idéal (19 rue des champs à Tourcoing) que sera représenté le 12 février 2013 Fractures, évocation par une femme écossaise de cinq hommes qui ont compté dans sa vie sur fond de lourd secret de famille et d’enfance. Retour à Lille, le 11 avril, avec Les Criminels, un texte de Ferdinand Bruckner qui conduit le spectateur dans un immeuble berlinois des années 20, marqué par la décomposition économique, politique et morale de l’Allemagne d’alors. Conclusion de cette saison audiodécrite le 6 juin avec Que faire ? (le retour), qui met en perspective actuelle la question existentielle et critique posée par Lénine en 1902. Navette gratuite pour se rendre au Théâtre de l’idéal, préparation au spectacle avec l’équipe des relations avec le public, rencontre avec l’équipe artistique et présentation des personnages avant la représentation, présentation du décor assurée par l’audio-descriptrice, visite tactile des décors, programme de salle en braille et gros caractères, renseignements et réservations auprès de Céline Delesalle (Tél. : 03.20.14.24.19). Toujours dans le Nord, à Roubaix, Le Garage (Théâtre de l’Oiseau-Mouche) accueillera De quoi tenir jusqu’à l’ombre, création chorégraphique de Christian Rizzo et de l’association Fragile élaborée dans le cadre d’une résidence artistique de 5 années à l’Opéra de Lille, les 24, 26 et 30 janvier 2013, puis le 1er février, toutes représentations audiodécrites.

A Rennes, le Théâtre National de Bretagne recevra le 19 janvier 2013 Le Misanthrope (Molière), dans une mise en scène de Jean-François Sivadier qui va beaucoup tourner cette saison. Autre pièce en tournée, Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand), avec Philippe Torreton dans le rôle-titre, le 16 février ; visite tactile du décor et des costumes, rencontre avec l’équipe artistique à l’issue du spectacle, réservations auprès de Camille Michel (Tél. : 02.99.31.22.98). Le Théâtre de Cornouaille (Quimper) recevra le 21 mars 2013 Le Misanthrope (Molière) version Sivadier ; visites adaptées du théâtre, version audio MP3 du programme de la saison téléchargeable en fichier ZIP (114 Mo !) ou à demander sur CD, renseignements auprès de David Guyard (Tél. : 02.98.55.98.57). A Brest, Le Quartz ne proposera que la version audio du programme de la saison, à écouter mois par mois, ou complète à demander à Patricia Kerdraon. Le Grand T, à Nantes, affichera le 29 novembre 2012 La Mouette, dans une mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, et avec Nicole Garcia. Suivra, le 31 janvier 2013, J’aurais voulu être Égyptien, d’après l’ ?uvre de Alaa El Aswany qui interroge sur l’exil face à la dictature alors que la Révolution s’annonce. Pour finir le 26 mars 2013, Tempête sous un crâne, adaptation par Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière des Misérables de Victor Hugo. Plus au sud, à La Roche-sur-Yon (Vendée), Le Grand R recevra Le Dindon, le 8 mai 2013, dans la version Philippe Adrien.

A Angers, Le Quai Forum des Arts Vivants proposera Tempête sous un crâne, le 24 octobre 2012, adaptation du roman Les Misérables. Suivra, le 21 novembre, La Mouette (Anton Tchekov) avec entres autres comédiens, Nicole Garcia. Jubilation annoncée le 9 janvier 2013 avec Un chapeau de paille d’Italie, longue descente aux enfers écrite par un Eugène Labiche en verve comique. Enfin, le 18 avril 2013, conclusion festive avec Que la noce commence, adaptation par Didier Bezace du film roumain "Au diable Staline, vive les mariés" ; ces représentations seront accompagnées d’une rencontre avec l’équipe artistique, programme en gros caractères ou braille, visite tactile des décors sur réservation. Le Quai propose également un accueil spécifique avec programme en braille et gros caractères pour le récital de Sophie Hunger (chanson jazz) du 1er février 2013 (plus un atelier de découverte des instruments de percussions avec la Galerie Sonore), le concert du Nahas Project Grand Ensemble (musique du monde) le 23 mars, ainsi que celui de Big Daddy Wilson, Eric Bibb et Habib Koité (blues du monde) du 9 avril. Angers toujours, où le Centre national de danse contemporaine audiodécrira (au Quai) Le bénéfice du doute, conçu et chorégraphié par Christian Rizzo le 14 février (lire ci-dessus à Roubaix Oiseau-Mouche). A suivre, le 3 avril, Sacre # 197, vision de la chorégraphe Dominique Brun de ce qu’aurait été la création en 1913 du Sacre du Printemps (Stravinsky) par le grand danseur Nijinsky ; accompagnement personnalisé jusqu’au fauteuil en salle, tarifs adaptés, renseignements auprès d’Anne Marie Page et Gildas Esnault (Tél. : 02.44.01.22.66).

En région Centre, le CADO Centre National de Création d’Orléans audiodécrira le 28 octobre 2012 L’alouette, évocation de Jeanne d’Arc par Jean Anouilh. Suivra, le 17 mars 2013, le Jeu de l’amour et du hasard (Marivaux), par la troupe de la Comédie Française. A Tours, le Centre Dramatique Régional Nouvel Olympia proposera Un chapeau de paille d’Italie (Eugène Labiche) le 25 octobre 2012, mis en scène par le directeur du théâtre, Gilles Bouillon. Puis le 20 décembre, place à Tchekov avec La Mouette, dans la mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia.

En Limousin, les Francophonies 2012 proposeront seulement des documents braille et grands caractères du spectacle musical Terre rouge (Burkina-Faso), les 4 et 5 octobre 2012 à Limoges (salle Expression 7) et le 6 octobre à Uzerche (La Papeterie).

En Champagne, la Comédie de Reims affichera Le Misanthrope (Molière) dans la version Sivadier, le 7 février 2013. Deuxième et dernière audiodescription le 10 avril, pour Iphis et Iante, pièce en vers du poète libertin Isaac de Benserade ; renseignements et réservations auprès de Margot Linard (Tél. : 03.26.48.49.00)

En Poitou-Charentes, le Théâtre d’Angoulême proposera deux oeuvres en audiothéâtre, lecture dans le noir (ou presque) accompagnée d’une mise en ambiance sonore : Vingt mille lieues sous les mers, célèbre roman de Jules Verne à entendre du 13 au 15 novembre 2012, puis les 17, 20 et 21 novembre, et La marque jaune, adaptation de la bande fameuse dessinée d’Edgar P. Jacobs, les 24, 27, 28, 29 novembre et le 1er décembre, histoire de rappeler qu’Angoulême est "la" ville de la BD ! En audiodescription cette fois, Un chapeau de paille d’Italie (Eugène Labiche) sera donné le 15 février 2013 dans la production montrée à Angers le mois précédent ; tarif préférentiel, visite tactile des décors et costumes, réservation auprès de Céline Brulet-Reulier (Tél. : 05.45.38.61.50).

Plus au sud, le Théâtre Dijon Bourgogne proposera le 13 décembre 2012 l’audiodescription d’une création, Folie Courteline, quatre pièces courtes rarement jouées : Théodore cherche des allumettes, les Boulingrin, Droit aux étrennes et Les Mentons bleus - scènes de la vie de cabots ; visite tactile du décor, rencontres avec les comédiens, renseignements auprès de Sophie Bogillot (Tél. : 06.29.66.51.11). D’autres pièces sont conseillées aux déficients visuels, listées sur cette page spécifique.

A Lyon, le Théâtre des Célestins audiodécrira des pièces en coproduction. D’abord, le 5 décembre 2012 J’aurais voulu être Égyptien, d’après l’oeuvre de Alaa El Aswany. Un classique à suivre, La Mouette (Anton Tchekov) le 3 février 2013, dans une mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, avec la grande comédienne Nicole Garcia. Puis Que la noce commence, adaptation par Didier Bezace du film roumain "Au diable Staline, vive les mariés", le 21 février, représentée à Grenoble deux semaines plus tôt. Pour finir, Cyrano de Bergerac, le 26 mai, comédie dramatique en vers d’Edmond Rostand, Dominique Pitoiset y met en scène Philippe Torreton dans le rôle-titre. Toujours à Lyon, le Théâtre de la Croix Rousse ne propose qu’une version audio sur CD du programme de la saison, à demander auprès de Sihem Zaoui (Tél. : 04.72.07.49.43).

Tout proche, le Théâtre National Populaire de Villeurbanne présentera Ruy Blas (Victor Hugo), dans une mise en scène de Christian Schiaretti, les 11 et 16 décembre 2012. Quelques mois plus tard, place le 22 mai 2013 à Une saison au Congo qui conduira le spectateur à découvrir Patrice Lumumba vu par Aimé Césaire ; approche tactile du décor et rencontre avec l’équipe artistique, renseignements auprès de Delphine Dubost (Tél. : 04.78.03.30.72).

A Saint-Etienne, la Comédie audiodécrira Que faire ? (Le Retour), le 31 janvier 2013 dans la version proposée à Lille (lire ci-dessus) ; réservations auprès de Patricia Gavilan (Tél. : 04.77.25.01.24). A Saint-Etienne encore, mais à l’Opéra-Théâtre, Le dindon (Georges Feydeau) version Philippe Adrien sera au programme le 15 décembre 2012 ; programmes en braille et caractères agrandis, tarif spécifique, réservations auprès de Fanny Loingeville (Tél. : 04.77.47.83.60)

Dans le Dauphiné, la MC2 de Grenoble affichera Que la noce commence, les 7 et 8 février 2013, ou comment l’oppression ne résiste pas au caractère humain. Quelques semaines plus tard, la grandiose épopée romantique en vers d’Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, les 21 et 22 mars, dans la version Pitoiset-Torreton. Pour finir, Le Retour, pièce d’Harold Pinter mise en scène par Luc Bondy entouré d’une brochette de vedettes (Bruno Ganz, Emmanuelle Seigner, Pascal Greggory, Louis Garrel, Jérôme Kircher et Micha Lescot), les 9 et 10 avril. L’accompagnateur nécessaire à un spectateur handicapé paie sa place de 6€ à 12€ selon le spectacle. Toujours dans la capitale dauphinoise, l’Espace 600 programmera Miche et Drate, joutes verbales signées Gérald Chevrolet, le 18 décembre 2012 ; renseignements auprès de Sybille Sorrel (Tél. : 04.76.29.42.82).

Plus au nord, en Savoie, l’Espace Malraux de Chambéry proposera, le 1er février 2013, Que la noce commence (lire ci-dessus à Grenoble) ; programmes en braille et gros caractères, sélection de spectacles adaptés durant la saison 2012-2013 sur plaquette braille et audio, renseignements et réservations auprès d’Agathe Philippe (Tél. : 04.80.14.02.46).

Dans le midi, la Scène nationale d’Albi devrait audiodécrire Miche et Drate lors d’une des représentations prévues du 12 au 15 février 2013, date à se faire confirmer par Marie-Josée Guil (Tél. : 05.63.38.55.74).

Plus à l’ouest, le Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine affichera le 31 janvier 2013 Le Misanthrope (Molière), dans une mise en scène de Jean-François Sivadier créée à Rennes trois semaines plus tôt. Suivra le 28 février la création de la mise en scène du Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, avec Philippe Torreton dans le rôle-titre, qui tournera ensuite ; découverte tactile des décors, programmes en braille et gros caractères, renseignements auprès d’Isabelle Delzor (Tél. : 06.80.61.61.20) ou Marlène Redon (Tél. : 05.56.33.36.62).

En Languedoc, le Théâtre de Nîmes proposera le 31 octobre 2012 Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet de Molière et Lully, dans la mise en scène de Catherine Hiegel avec François Morel en Bourgeois. Suivra le 27 mars 2013 La Locandiera, un classique de Carlo Goldoni, avec Dominique Blanc dans le rôle-titre et Marc Paquien à la mise en scène ; tarifs préférentiels pour le spectateur et son accompagnateur, programme de la saison disponible en CD audio sur demande auprès d’Adèle Brouard (Tél. : 04.66.36.65.19).

A Montpellier, le Théâtre des 13 Vents proposera le 6 avril 2013 Théâtre sans animaux, suite de pièces courtes écrites par Jean-Michel Ribes.

En Roussillon, le Théâtre Scène nationale de Narbonne programmera le 16 février l’audiodescription de Miche et Drate (lire ci-dessus à Grenoble)

En Provence, le Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence accueillera Les liaisons dangereuses, d’après le roman de Choderlos de Laclos, mise en scène de John Malkovich, le 10 avril 2013. Les 30 et 31 mai, la Comédie Française fera escale au Théâtre National de Marseille La Criée pour y présenter Le Jeu de l’amour et du hasard (Marivaux) ; programmes en braille et gros caractères, renseignements auprès d’Anne Pirone (Tél. : 04.96.17.80.20).

A Toulon, le Théâtre Liberté audiodécrira J’aurais voulu être Égyptien, le 30 novembre 2012 (lire ci-dessus à Lyon). Suivra Iphis et Iante, pièce en vers du poète libertin Isaac de Benserade, le 26 janvier 2013. Pour finir le 31 mai avec La Locandiera (lire ci-dessus à Nîmes) ; programmes en braille et gros caractères pour ces spectacles, ainsi que pour Guy Bedos le 11 octobre 2012, Memory (Vincent Delerm) le 13 décembre et un concert théâtralisé d’Abd Al Malik le 19 mars 2013. Enfin, une visite tactile du Théâtre est possible sur demande

3. THÉÂTRE À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

Le Théâtre National de Chaillot affichera du 16 au 18 octobre 2012 La Scaphandrière, parabole sur la cupidité et l’addiction conçue par Olivier Letellier, Daniel Danis et Ludovic Fouquet. Suivra les 16, 17 et 20 novembre Roméo et Juliette, drame sentimental de William Shakespeare adapté par le metteur en scène David Bobee, en résidence à Chaillot. Puis les 23, 24 et 26 février 2013 L’Homme qui se hait, errance d’un philosophe écrite par Emmanuel Bourdieu et mise en scène par Denis Podalydès. Pour finir, une création de David Bobee sur l’identité gay, texte d’Ariel Kenig, du 5 au 7 juin. Des jumelles de théâtre sont disponibles pour toutes les représentations, des visites adaptées du théâtre sont organisées, ainsi que des ateliers artistiques, renseignements auprès d’Accès Culture (Tél. : 01.53.65.30.74).

La Colline, Théâtre National audiodécrira quatre spectacles. D’abord, Six personnages en quête d’auteur, d’après Luigi Pirandello, dans une mise en scène de Stéphane Braunschweig, les 16 septembre et 2 octobre 2012. A suivre les 25 novembre et 4 décembre, Nouveau Roman, "spectacle d’écrivains" conçu par Christophe Honoré qui met sur scène Beckett, Simon, Robbe-Grillet, Sarraute, Butor, Duras et leur éditeur Jérôme Lindon. Puis Les Criminels, les 17 et 26 février 2013, un texte de l’auteur allemand Ferdinand Bruckner, qui montre une certaine réalité de la République de Weimar dans laquelle se multiplient des "crimes" en tous genres finalement jugés au tribunal. Henrik Ibsen à suivre les 2 et 7 avril, avec Solness le constructeur, un entrepreneur en lutte permanente contre la culpabilité. Tarifs préférentiels valables également pour les accompagnateurs ; programmes des spectacles disponibles en braille ou caractères agrandis, présentation de la maquette du décor avant les représentations du mardi, renseignements auprès de Christelle Longequeue (Tél. : 01.44.62.52.12)

L’Odéon-Théâtre de l’Europe audiodécrira les 2 et 4 décembre 2012 une pièce d’Harold Pinter traduite par Philippe Djian, Le Retour, création d’une mise en scène de Luc Bondy servie par une brochette de grands noms du théâtre, qui tournera ensuite en régions et à l’étranger. A l’affiche également, les 26 mai et 2 juin 2013, Le Misanthrope (Molière) dans la mise en scène de Jean-François Sivadier créée à Rennes en début d’année ; programmes en braille ou en gros caractères, accompagnement pour les autres spectacles par les Souffleurs d’Images du CRTH, renseignements auprès de Carole Julliard (Tél. : 01.44.85.40.88).

Le Théâtre du Rond-Point programmera Théâtre sans animaux, contes burlesques écrits par le maitre des lieux, Jean-Michel Ribes, les 2, 3 et 6 février 2013 ; réservations auprès de Marie Plassat (Tél. : 01.44.95.98.16). Quant au Théâtre de la Porte Saint-Martin, il accueillera une production Ecla Théâtre du Songe d’une nuit d’été, pièce de William Shakespeare et musique de Henry Purcell, mis en scène par Antoine Herbez, qui sera audiodécrite les 11 et 15 novembre 2012 ; programme en braille et caractères agrandis. Le Théâtre 13 proposera quant à lui Richard III, Simulation magistrale d’un mégalomane, adaptation de la pièce de William Shakespeare par Jérémie Le Louët, le 29 novembre, puis les 2, 6, 9, 13 et 16 décembre 2012. Brecht à suivre, avec Le Cercle de craie caucasien, interrogation sur les liens du sang sur fond de lutte politique les 7, 10, 14, 17, 21 et 24 février 2013. Pour finir les 4, 7, 11, 14, 18 et 21 avril, trois pièces de Grand Guignol, un genre sanguinolent qui fit durant 60 ans les beaux soirs du théâtre éponyme aujourd’hui occupé par les comédiens sourds d’IVT. Tarif réduit pour le spectateur handicapé ainsi que pour un accompagnateur, renseignements auprès d’Yselle Bazin (Tél. : 01.45.88.41.89)

La Comédie Française ouvrira sa saison audio-décrite avec Dom Juan ou le Festin de pierre (Molière), dans une nouvelle mise en scène de Jean-Pierre Vincent, les 9, 14, 17, 18 et 24 octobre 2012. A suivre, Le jeu de l’amour et du hasard (Marivaux) les 24, 27 et 28 novembre puis du 14 au 16 décembre 2012, mis en scène de Galin Stoev. A des dates d’audiodescription encore inconnues, le rare Troïlus et Cressida (Shakespeare) vu par Jean-Yves Ruf, puis la reprise de L’avare (Molière) dans la mise en scène de Catherine Hiegel.

A Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le Théâtre Gérard Philippe proposera Iphis et Iante, pièce en vers du poète libertin Isaac de Benserade, le 28 avril 2013. Dans le même département mais à Bobigny, la MC 93 affichera le 27 janvier 2013 trois Histoires diaboliques, écrites et mises en scène par le Russe Anton Kouznetsov

En Essonne, Théâtre de l’Agora - scène nationale d’Évry, affichera Romeo et Juliette, le 12 décembre 2012. ; tarifs réduits, réservations auprès de Bérengère Fouillé (Tél. : 01.60.91.65.71). Dans les Hauts-de-Seine, à Nanterre, le Théâtre des Amandiers ouvrira sa saison audiodécrite le 7 octobre 2012 avec un classique, Britannicus (Jean Racine), dans une mise en scène créée par le maitre des lieux, Jean-Louis Martinelli. Suivra, le 19 janvier 2013, toujours mis en scène par Jean-Louis Martinelli, J’aurais voulu être Égyptien, créée ici en septembre 2011 et à revoir à l’aune de la réalité égypto-américaine. Pour finir, le 21 avril 2013, Les Revenants (Henrik Ibsen) confrontent le spectateur au puritanisme protestant et aux interdits sexuels sur fond de secrets de famille. Programmes en braille et gros caractères, visites adaptées du théâtre, renseignements auprès de Catalina Diaz Lecoq (Tél. : 01.46.14.70.12).

Dans les Yvelines, le Festival européen théâtre et handicap Orphée proposera Les Chaises, classique d’Eugène Ionesco, audiodécrite le 4 octobre, avec Monica Companys, Alexis Rangheard et Bruno Netter ; les autres spectacles du festival, qui célèbrera ses dix ans du 28 septembre au 14 octobre 2012, bénéficieront des souffleurs d’images du CRTH, d’un programme braille, caractères agrandis et vocal. La plupart des spectacles se déroulent au théâtre Montansier à Versailles, les autres au Chapiteau de Porchefontaine et à la Royale Factory (Versailles), ainsi qu’au Centre Culturel Jean Vilar à Marly-le-Roi et au CRTH à Paris.

4. LYRIQUE EN RÉGIONS

L ’Opéra de Lille débutera sa saison audiodécrite avec Jenufa (Leos Janacek), dans une ancienne production nantaise mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser, les 2 et 5 février 2013. En fin de saison, le classique Barbier de Séville (Gioacchino Rossini), sera proposé en coproduction Caen-Limoges mise en scène Jean-François Sivadier, les 26 et 28 mai, puis le 2 juin ; accompagnement spécifique, visite tactile du décor, rencontres, renseignements auprès d’Arielle Viersac (Tél. : 03.28.38.40.50).

En Haute-Normandie, l’Opéra de Rouen proposera Carmen (Georges Bizet) le 7 octobre 2012, avec la prise de rôle de Vivica Genaux, mezzo belcantiste plutôt habituée au répertoire baroque. A suivre, un "opéra participatif" élaboré à partir de la version française de L’Enlèvement au sérail (Mozart) : les enfants sont conviés à chanter après une séance de préparation puis de répétition, audiodescription le 31 janvier 2013. Viendra ensuite, le 10 mars, la création d’une ?uvre commandée au compositeur Michel Fourgon, Lolo Ferrari, mise en spectacle de la vie de l’actrice- chanteuse- pornostar auvergnate à la poitrine démesurée, morte prématurément à l’âge de 37 ans. La production signée Mireille Laroche de Wozzeck (Alban Berg) sera présentée le 31 mars, dans la version réorchestrée par John Rea pour 21 musiciens ; des découvertes tactiles des décors sont organisées, des loupes disponibles gratuitement pour faciliter la lecture par les personnes malvoyantes des programmes

En Basse-Normandie, le Théâtre de Caen affichera le 15 décembre 2012 Le Bourgeois Gentilhomme, comédie-ballet de Molière et Lully, dans la mise en scène de Denis Podalydes et des costumes chatoyants signés Christian Lacroix.

En Bretagne, l’Opéra de Rennes proposera La Belle Hélène, opéra-bouffe de Jacques Offenbach, le 6 janvier 2013, dans une coproduction avec les Suisses du Théâtre de Bienne Soleure. Drame à suivre, le 29 mai, avec La Traviata (Giuseppe Verdi), dans une mise en scène de Jean-Romain Vesperini ; tarif unique de 14€, visites tactiles dans les décors, costumes et accessoires du spectacle le 5 janvier pour La Belle Hélène et le 28 mai pour La Traviata, renseignements auprès de Delphine Diveu ou Marion Etienne (Tél. : 02.99.78.48.68).

Angers Nantes Opéra proposera deux spectacles audiodécrits : d’abord, L’Enlèvement au Sérail (Mozart), dans une mise en scène d’Alfredo Arias, le 22 mars 2013 au Théâtre Graslin de Nantes puis le 5 avril au Grand Théâtre d’Angers. Ensuite, La Traviata (Verdi), dans une mise en scène d’Emmanuelle Bastet, le 31 mai au Théâtre Graslin de Nantes puis le 18 juin au Grand Théâtre d’Angers. A noter également, une préparation sonore radiophonique à Vénus et Adonis (John Blow) sur les ondes de Radio G !, puis accueil spécifique le 9 janvier au Grand Théâtre d’Angers puis le 20 janvier au Théâtre Graslin de Nantes. Renseignements auprès de Laura Feuillet (Tél. : 02.41.36.07.25).

En Champagne, l’Opéra de Reims affichera Rigoletto (Giuseppe Verdi), le 11 novembre 2012, dans une coproduction Tours-Limoges dirigée par Yves Ossonce. Drame ensuite, avec le Wozzeck d’Alban Berg, le 10 février 2013, dans une mise en scène de Mireille Laroche ; programmes en braille et en gros caractères pour ces représentations.

Plus à l’ouest, l’Opéra National de Lorraine (Nancy) présentera Macbeth, le 3 février 2013, dans la mise en scène de Jean-Louis Martinoty.

En Bourgogne, l’Opéra de Dijon proposera à l’Auditorium le 11 décembre 2012 le rare Ariane et Barbe-bleue, ?uvre magnifique de Paul Dukas, dont on espère la réhabilitation après la lamentable mise en scène proposée par l’Opéra de Paris en 2007... Pas d’audiodescription mais un parcours découverte (visite tactile et clés d’écoute) pour L’Enfant et les sortilèges (Maurice Ravel), 14 février 2013, au Grand théâtre. Retour à l’Auditorium pour le très classique Don Giovanni (Mozart), le 28 mars 2013, dans une mise en acène de Jean-Yves Ruf ; demi-tarif pour les spectateurs handicapés et un accompagnateur, renseignements auprès du service de Développement culturel au 03.80.48.82.69 ou 03.80.48.82.76.

A Limoges, l’Opéra-Théâtre proposera La damnation de Faust, le 11 novembre 2012, dans une mise en scène de Frédéric Roels. Comédie-ballet le mois suivant, avec l’excellent Bourgeois Gentilhomme (Molière-Lully) dans l’intelligente version de Denis Podalydès, le 20 décembre. Un Verdi ensuite le 27 janvier, Rigoletto, mis en scène par François de Carpentries. A suivre le 7 mars, Wozzeck, drame d’Alban Berg. Pour finir le 12 mai, un opéra-comique à la française peu donné, le Fra Diavolo de Daniel François Esprit Auber dans une distribution qui fera peut-être oublier celle de l’Opéra Comique (Paris) en 2009... Programmes en gros caractères, tarif spécifique, renseignements auprès de Pauline Parneix (Tél. : 05.55.45.95.11).

A Brive-la-Gaillarde, la scène des Treize Arches recevra le 6 avril 2013 Une flûte enchantée, adaptation par Peter Brook du singspiel de Mozart. Spectacles accessibles aux déficients visuels signalés par pictogrammes, renseignements auprès de Julie André (Tél. : 05.55.24.62.35) ou Thomas Chiorozas (Tél. : 05.55.24.62.23)

En Auvergne, le Centre Lyrique de Clermont-Ferrand audiodécrira à la Maison de la Culture la célébrissime Tosca (Giacomo Puccini), le 24 mars 2013, dans une production itinérante placée sous la direction musicale d’Amaury du Closel. Programme en braille et gros caractères, et en complément visites sensorielles du Centre national du costume de scène (Moulins) le 27 mars et du Musée d’Art Roger-Quilliot (Clermont-Ferrand) pour des dates à définir.

A Saint-Etienne, l’Opéra-Théâtre proposera le 21 octobre Cendrillon, célèbre conte de fées mis en musique par Jules Massenet, dans une mise en scène de Benjamin Lazar ; programme en braille et caractères agrandis, tarif spécifique, réservations auprès de Fanny Loingeville (Tél. : 04.77.47.83.60).

En Aquitaine, l’Opéra National de Bordeaux programme Le Barbier de Séville (Gioacchino Rossini) les 4 et 7 octobre 2012, dans une mise en scène de Joan Font. Suivra Orphée aux Enfers (Jacques Offenbach) les 21 et 23 avril 2013, sous la direction de Samuel Jean. Pour finir avec La Flûte enchantée (Mozart) transposée aux sports d’hiver par Laura Scozzi, les 9 et 10 juin. Programme en gros caractères ou braille, place à 8€ pour l’accompagnateur, renseignements auprès d’Aurore Sallaberry (Tél. : 05.56.00.85.74).

En Languedoc, l’Opéra de Montpellier proposera une nouvelle production de Lakmé, drame sentimental orientaliste de Léo Delibes, le 4 novembre 2012. Trois mois plus tard, place le 3 février 2013 à L’Enlèvement au sérail (Mozart), dans une mise en scène d’Alfredo Arias ; ces deux spectacles auront lieu à l’Opéra Comédie dont la scène vient d’être rénovée.

En Provence, le Théâtre du Gymnase (Marseille) proposera les 6 et 8 janvier 2013 Le Bourgeois Gentilhomme, comédie-ballet de Molière et Lully, dans la version Podalydès. A Aix-en-Provence, le Théâtre du Jeu de Paume reprendra L’enfant et les sortilèges (Maurice Ravel) présenté au Festival d’Aix 2012, dans une version jeune public pour 4 musiciens dont 2 pianos, le 25 janvier 2013.

Dans le Midi, le Théâtre du Capitole, à Toulouse, ouvrira sa saison de cinq opéras audiodécrits (sur les sept présentés : un record en France) avec une rareté à grand spectacle, Rienzi ou le dernier des Tribuns, 4e opéra de Richard Wagner, les 3 et 14 octobre 2012, sous la direction musicale de Pinchas Steinberg et une mise en scène de Jorge Lavelli. Peu donné également, Albert Herring (Benjamin Britten) suivra les 1er et 3 février 2013, une chronique de moeurs de campagne teintée d’équivoque. Un grand classique ensuite, Don Giovanni (Mozart), les 24 et 26 mars, pour une production locale. Drame bouffe à suivre, les 28 et 30 avril, avec le Don Pasquale de Gaetano Donizetti, en nouvelle production. Pour finir, le drame politico-sentimental de Guiseppe Verdi Don Carlo, dans la version italienne en quatre actes de 1884, les 28 et 30 juin. Brochure en braille et gros caractères disponible auprès de Dominique Terrier (Tél. : 05.67.73.84.50).

5. LYRIQUE À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

L’Athénée Théâtre Louis Jouvet audiodécrira l’opéra comique créé chaque année par la Compagnie Les Brigands, dont l’intelligence du travail est à suivre ; elle proposera Croquefer ou le dernier des Paladins et l’Ile de Tulipatan, deux opéras-bouffe de Jacques Offenbach, les 12 et 13 janvier 2013.

Comédies musicales au Théâtre du Châtelet, avec le célébrissime West Side Story, musique de Leonard Bernstein et lyrics Stephen Sondheim sur une chorégraphie originale de Jérôme Robbins dans la reprise de la production qui a séduit le public parisien en 2007 ; si l’oeuvre est présentée du 26 octobre 2012 au 1er janvier 2013, les audiodescriptions sont prévues les 25 novembre, 13 et 15 décembre. Du Rodgers et Hammerstein à suivre, avec Carousel, les 23, 24 et 27 mars 2013 ; demi-tarif pour le spectateur aveugle et un accompagnateur.

L’Opéra Comique audiodécrira quant à lui la célèbre opérette de Reynaldo Hahn Ciboulette, déambulation d’une jolie maraîchère dans le Paris de la Belle Époque, les 20 et 24 février 2013 ; les personnes à mobilité réduite devraient bénéficier, à partir de décembre 2012, d’un nouvel accès avec vaste ascenseur côté rue Favart. Renseignements et réservations auprès de Philomène Loambo (Tél : 01.42.44.45.47).

Last but not least, l’Opéra National de Paris affichera Les Contes d’Hoffmann, les 16, 25 et 28 septembre 2012, reprise de la production de Robert Carsen dans une distribution qui s’annonce prometteuse. Wagner à suivre, avec la reprise de L’Or du Rhin, les 4, 7 et 10 février 2013 ; à noter que la Tétralogie de l’Anneau du Nibelung sera proposée en un cycle complet, du 18 au 26 juin, mais sans audiodescription. Dans un genre nettement plus léger, Falstaff (Giuseppe Verdi) sera au programme les 5, 12 et 24 mars, dans une mise en scène de Dominique Pitoiset et une direction musicale de Daniel Oren. Placement particulier jusqu’à 15 jours à l’avance, service téléphonique spécifique de réservation en appelant le 01.40.01.18.50, du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 17h.

Laurent Lejard, septembre 2012. Publié avec l’aimable autorisation de Laurent Lejard, rédacteur en chef du magazine Yanous.

12- B)- DIFFUSION EN AUDIODESCRIPTION DU FILM « RAPT »

« Rapt » sera diffusé en audiodescription sur France 3 lejeudi 4 octobre 2012 à 20 h 45.

Genre : Thriller

Sortie : 18.11.2009

Durée : 2 h 05min

Réalisateur : Lucas Belvaux

Avec : Yvan Attal, Anne Consigny, André Marcon, Françoise Fabian, Alex Descas, Michel Voïta, Gérard Meylan, Gérard Meylan.

Résumé : Stanislaff Graff est un industriel à la tête d’un grand groupe international. Un matin il est kidnappé par une bande de truands qui en espère une rançon importante. Pourtant, alors que la police enquête sur l’identité de l’homme d’affaires, l’annonce de sa fortune réelle est un choc pour ses proches. Homme de femmes et de jeu, Stanislas Graff a cumulé des dettes importantes qui risquent de faire échouer les négociations avec les ravisseurs. Amputé, humilié, l’industriel va pourtant affronter son calvaire avec dignité. Dehors, alors que la presse se déchaîne sur ses frasques, le monde qu’il avait bâti se fissure...

12- C)- « JASON BOURNE : L’HÉRITAGE » EN AUDIODESCRIPTION

"Jason Bourne : l’héritage" sera en audiodescription à l’UGC Créteil, à partir du 26 septembre 2012 et durant 15 jours ? Séances : tous les jours à 10 h 45 ? 13 h 30 ? 16 h 15 ? 19 h 00 et 21 h 45 (salle 22).

A notez sur votre agenda : le cinéma UGC Ciné Cité de Créteil programmera le film "Jason Bourne - L’Héritage" seront en audiodescription à partir du mercredi 26 septembre et ce durant 15 jours. Le cinéma accessible à tous est en route ! Merci à l’UGC Créteil pour cette initiative ! Réalisé par : Tony Gilroy Avec : Jeremy Renner, Rachel Weisz, Edouard Norton Durée : 2h16min Date de sortie du film : 19 septembre 2012 Audiovision Valentin Haüy Résumé : on croyait tout connaître de l’histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets ? De Treadstone est né "Outcome", dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un "héritage" explosif : compromis, les agents "Outcome" sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le "père" du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités. Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autres recours que de retrouver et de gagner la confiance de la biochimiste d’"Outcome", Marta Shearing, elle-même menacée de mort...

12- D)- VISITE GUIDÉE TACTILE À L’ESPACE DALí

Visite guidée tactile à l’Espace Dalí-vendredi 30 novembre 2012 à 14 h 00 (durée : 1h00).

Au coeur de Montmartre, l’Espace Dalí présente l’unique exposition permanente en France intégralement consacrée au maître du surréalisme, et plus particulièrement à ses sculptures et gravures. Pour la première fois, l’Espace Dalí propose une visite guidée tactile pour les adultes en situation d’handicap visuel. Cette visite d’une heure permet notamment aux visiteurs de s’approprier par le toucher les ?uvres sculptées de Salvador Dalí, telles que les Montres Molles, l’Eléphant Spatial ou encore Alice au Pays des Merveilles. Ces bronzes représentent un aspect significatif de la création artistique de Dalí ; elles fournissent une synthèse de son intérêt pour la forme.

Date : Vendredi 30 Novembre 2012 à 14h00

Durée de la visite guidée : 1h00

Capacité d’accueil : 20 personnes (accompagnateurs compris)

Langue parlée : français

Tarif : 12 € (un accompagnateur compris)

Information et réservation :

Tél. : 01 42 64 44 80 ou 01 42 64 40 21

Email : info@daliparis.com

Espace Dalí

11, rue Poulbot

75 018 ? Paris Montmartre

Tél. : 01 42 64 40 10

www.daliparis.com

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.

Accès :

Métro : 2 (Anvers ) et 12 (Abbesses )

Bus : n° 54 et 80 et Montmartrobus n°64

Funiculaire

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Coordonnées | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0